Maurice Bayrou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bayrou (homonymie).
Maurice Bayrou
Fonctions
Député 1946-1958
Sénateur 1959-1977
Gouvernement IVe République-Ve République
Groupe politique UDSR (1946-1951)
RPF (1951-1955)
RS (1956-1958)
UNR (1959-1967)
UDVème (1967-1968)
UDR (1968-1976)
RPR (1976-1978)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 91 ans)
Résidence Congo
puis Paris

Maurice Bayrou est un homme politique français né le à Lanta (Haute-Garonne) et mort le à Lamorlaye (Oise), ingénieur agricole et vétérinaire de profession.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le , il participe au ralliement de l'Oubangui-Chari, où il était inspecteur du service d'élevage, à la France libre. Il s'engage dans le 2e bataillon de marche de l'Afrique-Équatoriale française (AEF), combat en Syrie, puis en Égypte et en Libye (bataille de Bir Hakeim). Grièvement blessé, il est hospitalisé, puis reprend en 1943 un commandement en Afrique équatoriale. Il participe aux liquidations des dernières poches allemandes en 1944-1945. Son action pendant la guerre lui vaudra d'être fait compagnon de la Libération, de recevoir la médaille de la Résistance avec rosette, la croix de guerre 1939-1945 (trois citations), la médaille coloniale, l'insigne des blessés et le mérite syrien.

En 1945, il devient inspecteur général du service d'élevage en AEF.

Il quitte ce poste en 1946 et devient député gaulliste du Moyen-Congo et du Gabon sous l'étiquette de "socialiste indépendant". Il siège d'ailleurs au groupe de l'UDSR avant de s'inscrire après sa réélection de 1951 au RPF. Maurice Bayrou se fait l'avocat du conservatisme en matière coloniale, à l'instar des autres cadres du RPF et notamment ceux d'Afrique. Par exemple, il critique vivement François Mitterrand, ministre de la France d'outre-mer de 1950 à 1951, et prône le maintien du double collège électoral (un pour les colons, un pour les Africains). Il est Secrétaire d'État à la France d'outre-mer du 1er mars au 6 octobre 1955.

Il est réélu député jusqu'en 1959, année où il devient sénateur de la Seine, puis de Paris après avoir brièvement présidé le groupe parlementaire de l'UNR et juge titulaire à la Haute Cour de justice. Vice-président du Sénat d'octobre 1965 à octobre 1968, il reste sénateur jusqu'en 1977.