Cédric O

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cédric O
Illustration.
Cédric O en 2019.
Fonctions
Secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques[a]
En fonction depuis le
(3 mois et 2 jours)
Président Emmanuel Macron
Ministre Bruno Le Maire
Jacqueline Gourault
Gouvernement Castex
Prédécesseur Lui-même
Secrétaire d'État chargé du Numérique[b]

(1 an, 3 mois et 5 jours)
Président Emmanuel Macron
Ministre Bruno Le Maire
Gérald Darmanin
Gouvernement Philippe II
Prédécesseur Mounir Mahjoubi
Successeur Lui-même
Trésorier de La République en marche[c]

(1 an)
Successeur Grégoire Potton
Biographie
Date de naissance (37 ans)
Lieu de naissance L'Arbresle (France)
Nationalité Française
Parti politique PS (jusqu'en 2016)
EM/LREM (depuis 2016)
Fratrie Delphine O
Diplômé de Lycée du Parc
HEC Paris

Cédric O, né le à L'Arbresle (Rhône), est un homme politique français.

Directeur adjoint de la campagne présidentielle de François Hollande en 2012, il participe en 2016 au lancement d'En marche, devenu ensuite La République en marche, dont il est le premier trésorier et, depuis 2017, membre du bureau exécutif. De 2017 à 2019, il est conseiller conjoint du président de la République Emmanuel Macron et du Premier ministre Édouard Philippe.

Le , il est nommé secrétaire d'État chargé du Numérique dans le second gouvernement Édouard Philippe. Le 26 juillet 2020, il devient secrétaire d'État à la Transition numérique et aux Communications électroniques, auprès du ministre de l’Économie et de la ministre de la Cohésion des Territoires.

Famille[modifier | modifier le code]

Cédric O naît le à L'Arbresle[1],[2],[3]. Il est le fils d'un cadre coréen reparti vivre à Séoul et d'une enseignante française originaire de Lyon[4]. Il étudie au lycée du Parc, à Lyon[5]. Il est le frère de Delphine O[5].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de HEC Paris en 2006[1], où il se lie d'amitié avec Stanislas Guerini[6]. Il cumule des fonctions de conseiller politique avec une activité dans le privé. En 2007, il est communicant pour la société Opérationnelle[5]. Il travaille chez Safran entre 2014 et 2017, comme chargé de mission auprès du directeur industriel groupe puis comme responsable de production chez Safran Aircraft Engines[7]. Il rejoint les équipes du palais de l'Élysée après la victoire d'Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de mai 2017.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Auprès de Dominique Strauss-Kahn[modifier | modifier le code]

Avec Ismaël Emelien, Benjamin Griveaux ou encore Stanislas Guerini, il fait partie de l'équipe de campagne de Dominique Strauss-Kahn pour la primaire PS de 2006, et participe à la création du think tank Terra Nova. Après la campagne de 2007, il cherche à s'implanter à la section locale du PS des Pavillons-sous-Bois puis aide Benjamin Griveaux pour sa campagne cantonale en 2008 à Chalon-sur-Saône[5].

Sous la présidence de François Hollande[modifier | modifier le code]

En , il est conseiller parlementaire du député Pierre Moscovici[5]. Il est directeur adjoint de l'équipe de campagne de François Hollande pour l'élection présidentielle de 2012[8],[9], chargé des réponses aux interviews[10]. Le Figaro indique qu'après l'affaire Dominique Strauss-Kahn, « il se résout à faire la campagne [de François Hollande] sans grande conviction »[9].

Après la victoire de François Hollande, alors que son nom est évoqué pour prendre la tête d'un ministère[11], il préfère rejoindre le groupe d’aéronautique Safran, sur les recommandations de Pierre Moscovici, ce qu'il explique par sa volonté de se mettre en retrait du monde politique[9]. Il compte parmi les organisateurs de la soirée French Tech à Las Vegas en 2016, qui sert de point de départ à la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron[9].

Cadre d'En marche puis de La République en marche[modifier | modifier le code]

Il est le premier trésorier d'En marche (devenu ensuite La République en marche) jusqu'à son remplacement en par Grégoire Potton[12],[5]. Il dépose notamment les statuts du nouveau parti et organise sa levée de fonds pour la campagne présidentielle[9]. Il est une cible privilégiée des hackers qui produisent les MacronLeaks : selon Le Figaro, « il en ressort le portrait d’un pragmatique prudent sur la dépense, notamment à l’embauche de chauffeurs »[9].

Il est membre de la commission d'investiture de LREM pour les élections législatives de 2017[13],[14]. En novembre 2017, à l'occasion du conseil national de La République en marche, il intègre le bureau exécutif du parti[15].

Conseiller du président de la République et du Premier ministre[modifier | modifier le code]

De 2017 à 2019, il est conseiller conjoint du président de la République, Emmanuel Macron, et du Premier ministre, Édouard Philippe, chargé des participations publiques et de l’économie numérique[16],[17]. Selon Contexte, il est alors « le principal artisan de la politique numérique du gouvernement, plus influent, mais moins médiatique » que Mounir Mahjoubi, et défend les intérêts des « lobbys du numérique »[18]. À cette fonction, il est l'instigateur d'événements invitant les acteurs du secteur numérique à investir en France, tels que Tech For Good ou Choose France[9]. Il supervise par ailleurs le projet de privatisation du groupe ADP[17].

Secrétaire d'État chargé du Numérique[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé secrétaire d'État chargé du Numérique, auprès du ministre de l'Économie et des Finances et du ministre de l'Action et des Comptes publics. Il remplace Mounir Mahjoubi, qui a démissionné pour préparer sa candidature en vue des élections municipales à Paris[19].

Il soutient la proposition de loi de Laetitia Avia contre les contenus haineux sur Internet qui est définitivement adoptée en seconde lecture à l'Assemblée nationale le 13 mai 2020, réfutant l'argument de ses opposants selon lequel le texte est liberticide[20]. Cédric O défend cette proposition de loi en ce qu'elle serait une « première étape du paradigme de régulation des plateformes » numériques telles que Facebook ou Twitter[21]. Il argue notamment que, durant le confinement de mars-avril 2020, la haine en ligne « a contribué à renforcer le sentiment d’isolement de certaines victimes, tandis que les auteurs de ces contenus haineux se sentaient toujours, et plus que jamais, intouchables »[21].

En , il défend la création par l'État d’un « Conseil de l’ordre des journalistes », si ceux-ci ne l’organisent pas d’eux-mêmes, afin de combattre la circulation de fausses informations, et envisage des sanctions contre la diffusion de fausses nouvelles, émises par une autorité indépendante nommée par l’État[22]. Il déplore notamment à cette occasion que RT soit la chaîne ayant selon lui le plus de « visibilité » sur YouTube, affirmant au passage que « les Gilets jaunes ne s’informent que par RT »[23]. Alors que sa proposition déclenche une vague d'indignation au sein de la presse, Cédric O précise son intention auprès de France Culture, indiquant qu'ils « ne sont en aucun cas la position du gouvernement », mais appelle les journalistes à s'organiser face aux ingérences étrangères, faisant référence notamment à RT et Sputnik[24].

En , il annonce vouloir créer, en coordination avec la Commission nationale de l'informatique et des libertés (France) (CNIL), une instance de supervision et d’évaluation de la reconnaissance faciale, alors que les forces de l’ordre poussent au développement de cette technologie[25].

Fin 2019, il lance le Next40, un nouvel indice destiné à mettre en avant 40 des plus grandes entreprises françaises de la tech[Quoi ?] sur la scène internationale, parmi lesquels Doctolib, Devialet, Deezer ou encore Veepee. Pour Cédric O, il s’agit de « renforcer cette dynamique pour faire émerger plusieurs dizaines de leaders technologiques mondiaux »[26],[27]. En janvier 2020, Cédric O déploie ce qui doit être un nouveau volet de cette stratégie, avec le French Tech 120, un « programme dédié aux startups en phase d’hyper-croissance »[28]. Le French Tech 120 inclut les entreprises du NEXT40, ainsi que 83 startups. Selon Le Figaro, « L’objectif est d‘accompagner leur croissance en leur simplifiant la vie que ce soit pour leur faciliter les relations avec l’administration française, leurs recrutements ou l’accès à des marchés internationaux... Bref leur faire gagner du temps en développement pour favoriser l’émergence de leaders technologiques français »[29].

Lors de la pandémie de Covid-19, il est responsable du projet StopCovid, lancé par le gouvernement français pour développer une application mobile de recherche des contacts[30],[31]. Après l'adoption de l'application par le Parlement, La Lettre A indique qu'il « a pu s'appuyer sur un socle de députés fidèles et sur le soutien de l'Élysée pour emporter la bataille », et qu'il est également « proche de plusieurs patrons de licornes »[32].

Secrétaire d'État chargé à la Transition Numérique et aux Communications électroniques[modifier | modifier le code]

À partir du 26 juillet 2020, dans le nouveau gouvernement Castex, il devient Secrétaire d'État chargé à la Transition Numérique et aux Communications électroniques. Les futurs réseaux 5G lui sont désormais explicitement attribués[33] tout comme l'application StopCovid.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance et de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.
  2. Auprès du ministre de l'Économie et des Finances et du ministre de l'Action et des Comptes publics.
  3. D'abord dénommée En marche.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Cédric O », sur Gouvernement.fr (consulté le 3 avril 2019)
  2. « Les marcheurs d'Emmanuel Macron », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2017)
  3. « Cédric O, le "geek" de Macron, nommé secrétaire d'Etat au Numérique » (consulté le 1er avril 2019)
  4. Sophie des Déserts et Condé Nast Digital France, « La bande de copains qui a porté Macron à l'Élysée », sur Vanity Fair, (consulté le 27 juin 2019)
  5. a b c d e et f Sophie des Déserts, « Le casse du siècle », Vanity Fair n°53, décembre 2017, pages 108-115 et 154-155.
  6. Jérémy Marot et Pauline Théveniaud, Les Apprentis de l'Élysée, Plon, , 280 p., p. 316.
  7. « Cédric O, un ancien de Safran au secrétariat d’État au Numérique - Dirigeants », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juin 2019)
  8. David Revault d'Allonnes, « L'équipe de François Hollande dévoilée », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 14 juillet 2017)
  9. a b c d e f et g Elisa Braun, « Qui est Cédric O, le nouveau secrétaire d’État au numérique? », sur lefigaro.fr, (consulté le 29 juin 2019).
  10. Laure Bretton, « L’heure des cadors juniors », sur liberation.fr, (consulté le 23 juillet 2018).
  11. Laure Bretton, « L’heure des cadors juniors », sur Libération.fr, (consulté le 3 août 2020)
  12. « Grégoire Potton, l’ex-lieutenant de Macron qui dirige le Red Star », sur StreetPress (consulté le 27 juillet 2020).
  13. « Qui sont les trente proches d’Emmanuel Macron qui comptent au sein d’En marche ! ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2017)
  14. « Entourages : Qui est Cédric O ? », sur www.lalettrea.fr, (consulté le 21 décembre 2017)
  15. Laurent de Boissieu, « En Marche (EM) », sur france-politique.fr (consulté le 27 août 2018).
  16. « Cédric O nommé secrétaire d'Etat en charge du Numérique », sur Europe 1 (consulté le 7 juillet 2020).
  17. a et b Marc Endeweld, « Aéroports de Paris, petites concessions entre amis », Le Monde diplomatique,‎ , p. 1, 14, 15 (lire en ligne, consulté le 17 juin 2019).
  18. Diane de Fortanier, Tiphaine Saliou et Guénaël Pépin, « Cédric O secrétaire d’État, les lobbys du numérique veulent croire en leur nouveau champion », sur contexte.com, (consulté le 8 avril 2019).
  19. Pierre Lepelletier, « Remaniement : Ndiaye, Montchalin et Cédric O nommés au gouvernement », sur Le Figaro, (consulté le 31 mars 2019).
  20. « Haine en ligne : l'Assemblée adopte la loi Avia », sur lepoint.fr, (consulté le 2 septembre 2019).
  21. a et b « Assemblée nationale ~ Séance du mercredi 13 mai 2020 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 14 mai 2020)
  22. Geoffroy Clavel, « Cédric O défend une mesure que Macron jugeait fasciste en 2017 », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 26 juin 2019).
  23. Mathieu Rosemain, « Cédric O prône un Conseil de l'ordre des journalistes », sur fr.reuters.com, (consulté le 2 août 2020)
  24. Maxime Tellier, « Un conseil de l'ordre pour les journalistes ? Le secrétaire d'État Cédric O fait machine arrière », sur franceculture.fr, (consulté le 3 juillet 2019).
  25. « Cédric O : « Expérimenter la reconnaissance faciale est nécessaire pour que nos industriels progressent » », sur lemonde.fr, (consulté le 10 novembre 2019).
  26. « Que font les startups du Next40, les fleurons de la French Tech ? », sur La Tribune (consulté le 19 mai 2020)
  27. « Le Next40, vitrine des start-up françaises », sur gouvernement.fr,
  28. « French Tech 120 – La French Tech » (consulté le 19 mai 2020)
  29. Enguérand Renault, « French Tech 120: voici les start-up françaises les plus prometteuses en 2020 », sur Le Figaro.fr, (consulté le 19 mai 2020)
  30. Grégoire Biseau, « L’heure de vérité de pour Cédric O, « Monsieur StopCovid » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 mai 2020)
  31. Cédric O, « StopCovid ou encore ? », sur Medium, (consulté le 23 mai 2020)
  32. « Lobbys tech, Venture Capital, LREM : l'écosystème de Cédric O pour piloter le numérique », sur La Lettre A.fr, (consulté le 12 juin 2020).
  33. « Remaniement : le titre de Cédric O change, pas ses fonctions - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le 7 août 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]