Victorin Lurel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Victorin Lurel
Illustration.
Victorin Lurel en 2013.
Fonctions
Sénateur français
En fonction depuis le
(3 ans, 2 mois et 1 jour)
Élection 24 septembre 2017
Circonscription Guadeloupe
Groupe politique SOC
Député français

(3 ans, 1 mois et 15 jours)
Circonscription 4e de la Guadeloupe
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SRC (2014-2016)
SER (2016-2017)
Prédécesseur Hélène Vainqueur-Christophe
Successeur Hélène Vainqueur-Christophe

(10 ans, 1 mois et 2 jours)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
9 juin 2012
Circonscription 4e de la Guadeloupe
Législature XIIe, XIIIe et XIVe (Cinquième République)
Groupe politique SOC (2002-2007)
SRC (2007-2012)
Prédécesseur Philippe Chaulet
Successeur Hélène Vainqueur-Christophe
Président du conseil régional de la Guadeloupe

(1 an, 7 mois et 16 jours)
Élection
Prédécesseur Josette Borel-Lincertin
Successeur Ary Chalus

(8 ans, 4 mois et 1 jour)
Élection
Réélection
Prédécesseur Lucette Michaux-Chevry
Successeur Josette Borel-Lincertin
Ministre des Outre-mer

(1 an, 10 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Gouvernement Ayrault I et II
Prédécesseur Marie-Luce Penchard
Successeur George Pau-Langevin
Maire de Vieux-Habitants

(4 ans, 1 mois et 10 jours)
Élection
Prédécesseur Aramis Arbau
Successeur Georges Clairy
Biographie
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Vieux-Habitants (Guadeloupe)
Nationalité Français
Parti politique Parti socialiste
Diplômé de Université Panthéon-Assas
Profession Fonctionnaire territorial

Victorin Lurel, né le à Vieux-Habitants (Guadeloupe), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste (PS), il occupe entre 2001 et 2012 les mandats de maire de Vieux-Habitants, de député et de président du conseil régional de la Guadeloupe. Il est ministre des Outre-mer de 2012 à 2014 au sein des gouvernements Ayrault.

Après la défaite de la gauche aux élections municipales de 2014, il quitte le gouvernement, retrouve son siège de député et se fait réélire président du conseil régional de la Guadeloupe. Sa liste est ensuite battue lors des élections régionales de 2015.

Il est élu sénateur lors des élections sénatoriales de 2017.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Victorin Lurel naît dans une famille pauvre de petits paysans, il est le troisième d'une fratrie de douze enfants[1]. Après un baccalauréat en Guadeloupe, il obtient un DEA en économie à l'université Paris-II avant d'intégrer, de 1978 à 1979, l'IEP de Paris[2], dont il sort sans être diplômé. En 1988, il est initié à l'obédience maçonnique du Grand Orient de France au sein de la loge maçonnique « L'Acacia des Tropiques »[3].

Victorin Lurel perd en son fils unique Nicolas, retrouvé mort dans sa voiture à l'âge de 38 ans[4].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Élu d'opposition au conseil municipal de Vieux-Habitants à partir de 1989, puis au conseil régional de la Guadeloupe à partir de 1992, il entre au conseil général en 1994 et en devient vice-président en 1998[5].

Il devient maire de Vieux-Habitants en 2001, après avoir devancé de 12 voix Aramis Arbau lors des élections municipales.

Député[modifier | modifier le code]

Au second tour des élections législatives de 2002, il est élu député dans la quatrième circonscription de la Guadeloupe face à Philippe Chaulet, député sortant du RPR, avec 1 500 voix d'avance[6]. Il devient le premier député socialiste de cette circonscription sous la Cinquième République.

En 2003, il est l'un des rares hommes politiques à s'opposer au projet de réforme institutionnelle préconisant la création d'une collectivité administrée par une assemblée unique se substituant à la région et au département actuels. Lors du référendum, 75 % des votants rejettent ce projet[7]. Cette victoire du « non » ouvre la voie à sa candidature aux élections régionales de 2004.

Au second tour des élections législatives de 2007, il est réélu député face à Albert Dorville, maire sans étiquette de la commune de Trois-Rivières soutenu par la droite. Il obtient 15 830 voix, soit 52,6 %[8]. Lors de l'installation de la nouvelle Assemblée nationale, il devient l'un des quatorze vice-présidents du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

Président du conseil régional de la Guadeloupe[modifier | modifier le code]

À la tête d'une liste d'union de la gauche réunissant le Parti socialiste, Guadeloupe unie, socialisme et réalités et le Parti progressiste démocratique guadeloupéen, il s'impose aux élections régionales de 2004 en Guadeloupe face à Lucette Michaux-Chevry, présidente sortante apparentée UMP, qui était en poste depuis 1992[9].

En , il démissionne de son mandat de maire de Vieux-Habitants pour se mettre en conformité avec les dispositions législatives sur le non-cumul des mandats. En avril suivant, il conduit la liste de la majorité municipale sortante et gagne l'élection partielle dès le premier tour face à Aramis Arbau. Son premier adjoint, Georges Clairy, prend sa succession à la tête de la mairie[10].

Secrétaire national du PS chargé de l'outre-mer[modifier | modifier le code]

En , Victorin Lurel est désigné secrétaire national du Parti socialiste chargé de l'Outre-mer par le premier secrétaire François Hollande, en remplacement d'Axel Urgin, qui a mené campagne pour le « non » au référendum sur le projet de Constitution européenne du malgré l'opposition de la direction du PS[11]. Le , Victorin Lurel annonce sa démission de cette fonction pour protester contre le non-respect par la direction nationale du PS de son engagement à mieux représenter la « diversité » à travers les investitures pour les élections législatives de 2007, et en particulier les originaires de l'outre-mer. George Pau-Langevin est finalement investie comme candidate. Victorin Lurel retrouve par la suite son poste[12].

Soutien de Ségolène Royal pour la primaire socialiste de 2006 puis pour l'élection présidentielle de 2007, il occupe les fonctions de responsable et de porte-parole de sa campagne dans l'Outre-mer[13].

Homme fort de la gauche en Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Ancrage local[modifier | modifier le code]

Victorin Lurel lors d'un débat à La Courneuve sur les enjeux de la candidature de Barack Obama (2008).

À l'issue des élections municipales et cantonales de , Victorin Lurel demeure l'homme fort de la gauche guadeloupéenne grâce aux succès enregistrés par plusieurs candidats qu'il a soutenus personnellement comme Hélène Vainqueur-Christophe aux Trois-Rivières, Éric Jalton aux Abymes, Ferdy Louisy à Goyave, Jean-Claude Malo à Bouillante et Georges Clairy, son successeur à Vieux-Habitants. Il favorise la réélection du sénateur Jacques Gillot à la présidence du conseil général de la Guadeloupe, grâce au soutien du groupe socialiste, républicain et citoyen (SRC), premier groupe de l'assemblée départementale avec 21 élus sur 40[14].

En , il représente le Parti socialiste français à la Convention démocrate d'investiture de Barack Obama à Denver dans le Colorado[15].

Le , à l'issue d'un vote des militants socialistes guadeloupéens, Victorin Lurel est officiellement investi comme tête de liste du Parti socialiste pour les élections régionales de 2010. Lors de ces élections, sa liste est la seule dans les 26 régions françaises à l'emporter dès le premier tour avec 78 261 voix[16], dans une élection marquée par une faible participation (49,8 %) et une abstention record (50,2 %). Il est réélu président du conseil régional de la Guadeloupe le [17].

Congrès de Reims[modifier | modifier le code]

Quand s'engagent les débats internes en vue du congrès de Reims du PS de , Victorin Lurel signe une contribution thématique sur les outremers intitulée Les outremers, laboratoire d'idée pour la République. Elle est signée par les principaux responsables du parti (François Hollande, Ségolène Royal, Martine Aubry, Benoît Hamon)[18]. Victorin Lurel, fidèle à François Hollande, signe la contribution de celui-ci, puis rejoint la motion A constituée autour du premier secrétaire sortant et de Bertrand Delanoë, en se déclarant favorable à un large rassemblement incluant Ségolène Royal[19]. Victorin Lurel, comme les principales fédérations d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique, La Réunion), choisit de soutenir Ségolène Royal face à Martine Aubry pour l'élection du premier secrétaire du parti socialiste[20]. Défaite d'extrême justesse au niveau national, Ségolène Royal l'emporte largement dans les Outre-mer, en particulier en Guadeloupe où elle obtient 82 % des voix[21]. Les contestations portées sur les conditions des votes dans les Outre-mer provoquent la colère du secrétaire national sortant et des militants socialistes ultramarins[22]. Victorin Lurel quitte ses fonctions de secrétaire national. Au conseil national du , il n'est pas remplacé, le poste de secrétaire national demeurant « à pourvoir » jusqu'en [23].

En , il est invité au Congressional Black Caucus de Washington, la réunion des parlementaires noirs américains[24].

Ministre des Outre-mer[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

En , il figure parmi les soutiens de François Hollande, candidat à la primaire citoyenne de 2011 en vue de l'élection présidentielle de 2012. En , il refuse de recevoir Claude Guéant lors de sa visite en Guadeloupe, en réaction à ses propos sur les civilisations[25].

Après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, il est nommé ministre des Outre-mer le et intègre le premier gouvernement Ayrault.

Le , au premier tour des élections législatives, il est élu pour la troisième fois député dans la 4e circonscription de la Guadeloupe, avec 67,2 % des suffrages exprimés, face notamment à la candidate de l'UMP Marie-Luce Penchard, ancienne ministre de l'Outre-mer, qui obtient 22,9 % des voix[26]. Il est le ministre et le député le mieux élu de France, avec une participation de 42,5 % et une abstention de 57,5 %. Le , après la victoire de la gauche aux élections législatives, il est reconduit à ce poste dans le deuxième gouvernement Ayrault.

Actions au ministère[modifier | modifier le code]

Il se fixe pour objectif principal la lutte contre la vie chère dans les Outre-mer. Le Journal officiel publie la loi no 2012-1270 du relative à la régulation économique outre-mer et portant diverses dispositions relatives aux outre-mer[27], puis le décret no 2012-1459 du relatif aux accords annuels de modération de prix de produits de grande consommation de l’article L. 410-5 du code de commerce le [28].

Le , le Journal officiel publie les « décrets Lurel » réglementant les prix des produits pétroliers ainsi que le fonctionnement des marchés de gros pour la distribution de ces produits dans les départements de la Guadeloupe, de la Guyane, de La Réunion et de la Martinique[29].

Le , il annonce la création du Conseil représentatif des Français d'outre-mer (CReFOM)[30].

Obsèques d'Hugo Chávez[modifier | modifier le code]

En , alors qu'il représente la France aux funérailles nationales d'Hugo Chávez, il suscite la polémique en déclarant : « Moi, je dis, et ça pourra m'être reproché (…), que le monde gagnerait à avoir beaucoup de dictateurs comme Hugo Chávez, puisqu'on prétend que c'est un dictateur. Il a pendant ces 14 ans respecté les droits de l'homme », ajoutant que Chávez, « c'est De Gaulle plus Léon Blum. De Gaulle parce qu'il a changé fondamentalement les institutions et puis Léon Blum, c'est-à-dire le Front populaire, parce qu'il lutte contre les injustices »[31]. Les représentants de l'UMP, Jean-François Copé et Hervé Mariton ainsi que la patronne du MEDEF, Laurence Parisot, condamnent ces propos. Du côté de la majorité présidentielle, Anne Hidalgo déclare : « Je pense que c'est un peu rapide, un peu abusif, c'est excessif de le dire comme ça », tandis que Julien Dray se dit compréhensif de la « colère » de Victorin Lurel par rapport à « la manière dont le débat sur le bilan de Chávez a été traité en France »[32].

Les propos de Victorin Lurel suscitent l'indignation de la communauté juive de France en raison des relations entre Hugo Chávez et Mahmoud Ahmadinejad. L'American Jewish Committee France[33], le B'nai B'rith France[34], la Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël[35], l'Union des étudiants juifs de France[36] et l'Union des patrons et des professionnels juifs de France[37] condamnent ces propos.

Élections municipales de 2014[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections municipales de 2014, la liste du maire sortant de Vieux-Habitants, George Clairy, sur laquelle Victorin Lurel figure en 29e position, est battue par celle de l'ancien maire de droite Aramis Arbau[38],[39]. C'est la première défaite électorale de Victorin Lurel depuis les élections législatives de 1997[40].

Figurant parmi les ministres engagés dans le scrutin municipal et battus, il n'est pas reconduit dans ses fonctions dans le gouvernement Valls et est remplacé par George Pau-Langevin au ministère des Outre-mer[41].

Retour en Guadeloupe[modifier | modifier le code]

Fin de mandature régionale[modifier | modifier le code]

Le , il est réélu président du conseil régional de Guadeloupe après la démission de Josette Borel-Lincertin qui en avait assurée la présidence durant son mandat ministériel[42], et le , il retrouve son siège de député qui était tenu par sa suppléante Hélène Vainqueur-Christophe[43].

Le , Victorin Lurel est directement mis en cause par Mediapart dans l'affaire de détournement de fonds publics et d'escroquerie aux subventions en bande organisée du CEREGMIA (Centre d’étude et de recherche en économie, gestion, modélisation et informatique appliquée de l'université des Antilles et de la Guyane), dirigé par Fred Célimène[44]. Le , il publie son droit de réponse au site Mediapart en évoquant la « lourde insistance » de Serge Letchimy[45]. Le , le site internet Free Pawol publie un mail de Fred Célimène adressé en à Pascal Saffache, alors président de l'université des Antilles et de la Guyane, dans lequel apparaît le nom de Victorin Lurel[46].

À l'occasion de la commémoration nationale de l'abolition de l'esclavage, le , le président de la République François Hollande inaugure le Mémorial ACTe, porté par Victorin Lurel[47], en présence des chefs d'État d'Haïti Michel Martelly, du Sénégal Macky Sall, du Mali Ibrahim Boubacar Keïta et du Bénin Thomas Boni Yayi[48]. Il est chargé par François Hollande d'une mission parlementaire sur l'égalité réelle entre l'Outre-mer et l'hexagone[49].

Défaite aux élections régionales de 2015[modifier | modifier le code]

À l'issue du premier tour des élections régionales de 2015 en Guadeloupe, sa liste obtient 41,1 % des suffrages exprimés et est devancée par la liste d'Ary Chalus, qui obtient 43,6 % des suffrages exprimés. Au second tour, sa liste obtient 42,6 % des suffrages exprimés, tandis que celle d'Ary Chalus obtient 57,4 % des suffrages exprimés[50].

Le , il redevient secrétaire national du PS chargé de l'outre-mer[51].

Scrutins nationaux de 2017 et sénateur[modifier | modifier le code]

En , Victorin Lurel annonce qu'il pourrait être candidat à la primaire citoyenne de 2017[52]. Il n'est finalement pas candidat.

Après le renoncement de François Hollande, Victorin Lurel décide de soutenir Manuel Valls à la primaire[53]. Après la défaite de celui-ci, il décide de soutenir le vainqueur Benoît Hamon, qui termine en 5e position en Guadeloupe avec 9,6 % des voix au premier tour, alors qu'en 2012, François Hollande obtenait 57 % des voix dès ce tour. Après la défaite de Benoît Hamon, il appelle à voter pour Emmanuel Macron, qui bénéficiait déjà du soutien d'Ary Chalus et d'Éric Jalton au premier tour.

Victorin Lurel décide de ne pas se représenter aux élections législatives de 2017. Il soutient sa suppléante Hélène Vainqueur-Christophe dans la quatrième circonscription. Dans la première circonscription, il propose la candidature du socialiste Georges Hermin. Ce dernier avait pourtant été condamné en appel en début d’année 2017 pour complicité d’escroquerie dans une affaire de fraude à la défiscalisation, tout comme son suppléant, Maurice Lorquin, condamné pour faux et usage de faux en [54].

Victorin Lurel est élu sénateur aux élections sénatoriales de 2017[55]. Il devient dans la foulée secrétaire du Sénat[56].

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

À l’Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Au Sénat[modifier | modifier le code]

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élections législatives[modifier | modifier le code]

Année Parti Circonscription % Issue
1er tour 2d tour
1997[57] PS 4e de la Guadeloupe 18,8 Battu
2002[57] 38,7 50,8 Élu
2007[57] 48,8 52,6 Élu
2012[57] 67,2 Élu

Élections sénatoriales[modifier | modifier le code]

Année Parti Circonscription % Place Sièges obtenus
2017[58] PS Guadeloupe 38,8 1er
2 / 3

Élections régionales[modifier | modifier le code]

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Parti Région 1er tour 2d tour Sièges obtenus
% Place % Place
2004[59] PS Guadeloupe 44,3 1er 58,2 1er
29 / 41
2010[60] 56,5 1er
31 / 41
2015[61] 41,1 2e 42,6 2e
13 / 41

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Victorin Lurel, homme fort de la gauche en Guadeloupe », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244).
  2. « Biographie de Victorin Lurel », sur zyyne.com.
  3. « Ces francs-maçons qui nous gouvernent », sur L'Obs, .
  4. « Le fils de Victorin Lurel retrouvé mort dans sa voiture », sur guadeloupe.franceantilles.fr, (consulté le 6 mai 2020).
  5. « Victorin le conquérant », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 22 mai 2020).
  6. « Guadeloupe - 4ème circonscription : Résultats des élections législatives 2002 », sur LExpress.fr.
  7. « La Guadeloupe et la Martinique repoussent le projet de réforme institutionnelle », sur maire-info.com.
  8. « Guadeloupe - 4ème circonscription : Résultats des élections législatives 2007 », sur LExpress.fr.
  9. « Le tombeur de Lucette », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 22 mai 2020).
  10. « Le système Lurel : ses fidèles », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 22 mai 2020).
  11. « Victorin Lurel, homme fort de la gauche en Guadeloupe », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 22 mai 2020).
  12. « George Pau-Langevin : « je voulais montrer que la diversité, c’était possible » », sur Afrik.com, .
  13. (en) « Victorin Lurel », sur allgov.com (consulté le 22 mai 2020).
  14. « Jacques GILLOT pour la troisième fois président du Conseil Général de Guadeloupe », sur Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe, .
  15. « Rendez-vous manqué à Denver – Motion : impossible ? », sur blog.lefigaro.fr, .
  16. « Résultats régionales Guadeloupe - Elections 2015 », sur linternaute.com.
  17. « Victorin Lurel (PS) réélu à la présidence de la Région Guadeloupe », sur Le Parisien, .
  18. « Victorin LUREL » Congrès de Reims : La contribution Outre-Mer », sur lurel.parti-socialiste.fr (consulté le 22 mai 2020).
  19. « Victorin Lurel roule pour Delanoë et Hollande », sur www.guadeloupe.franceantilles.fr, (consulté le 22 mai 2020).
  20. « Victorin LUREL appelle à voter pour Ségolène ROYAL comme premier secrétaire du PS », sur Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe, (consulté le 22 mai 2020).
  21. « Les points chauds du vote du PS », sur challenges.fr, .
  22. « Le PS Guadeloupe attaqué par tous les fronts », sur Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe, .
  23. AFP, « Urgin: secrétaire du PS à l'Outre-mer », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  24. « Victorin Lurel au Congressional Black Caucus », sur www.martinique.franceantilles.fr, (consulté le 22 mai 2020).
  25. « Civilisations : la polémique poursuit Guéant en Guadeloupe », sur L'Obs, (consulté le 22 mai 2020).
  26. « Victorin Lurel, ministre des Outre-mers, réélu dès le 1er tour », sur lexpress.fr, L'Express, .
  27. Loi no 2012-1270 du relative à la régulation économique outre-mer et portant diverses dispositions relatives aux outre-mer.
  28. Décret no 2012-1459 du relatif aux accords annuels de modération de prix de produits de grande consommation de l’article L. 410-5 du code de commerce.
  29. « J.O. 0304 du 31-12-13 – Collectifdom-Le Blog », sur Collectifdom-Le Blog.
  30. « V.Lurel créé un Conseil représentatif des Outre-Mer », sur Linfo.re, .
  31. Le Point, magazine, « Lurel : "Chávez, c'est de Gaulle plus Léon Blum" », sur Le Point, lepoint.fr, .
  32. Le Monde avec AFP, « Copé demande "solennellement" à Hollande de désavouer Lurel sur Chavez », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  33. « L’AJC est choqué par les propos du Ministre de l’Outre-Mer, Victorin Lurel à l’encontre de Hugo Chavez. », sur AJC Paris, WordPress.com, .
  34. « Le B’nai B’rith France très choqué par les déclarations du Ministre délégué Victorin Lurel, représentant le gouvernement français aux funérailles du président vénézuélien, condamne fermement ses propos inacceptables », sur www.bbfrance.org.
  35. « La Confédération des Juifs de France et Amis d'Israël s'insurge contre les propos indignes de Victorin Lurel ! », sur Europe Israel - analyses, informations sur Israel, l'Europe et le Moyen-Orient, .
  36. « L’UEJF choquée par les propos du ministre Victorin Lurel comparant Hugo Chavez à Charles de Gaulle et Léon Blum », sur UEJF - Union des Etudiants Juifs de France, .
  37. Ivan Rioufol, « L'insulte à la démocratie de Victorin Lurel - Liberté d'expression », sur blog.lefigaro.fr, (consulté le 22 mai 2020).
  38. « Résultats Vieux-Habitants (97119) aux élections municipales 2020 », sur France Info.
  39. « En Guadeloupe: Victorin Lurel échoue, de nombreuses élections au premier tour - Outre-mer la 1ère », sur La Première, .
  40. « LEGISLATIVES 97. 2EME TOUR. RESULTATS. 971 GUADELOUPE », Libération,‎ (lire en ligne).
  41. « George Pau-Langevin remplace Victorin Lurel à Oudinot », sur www.guadeloupe.franceantilles.fr, (consulté le 22 mai 2020).
  42. « Victorin Lurel réélu Président du conseil régional de Guadeloupe », sur La Première, (consulté le 22 mai 2020).
  43. « Victorin Lurel est de nouveau député de la Guadeloupe », sur La Première, .
  44. Lucie Delaporte, « Université Antilles-Guyane: des subventions siphonnées à grande échelle », sur Mediapart, .
  45. « Ceregmia : Lurel évoque « La lourde insistance » de Letchimy », sur Politiques-Publiques Martinique, .
  46. « CEREGMIA le mail embarrassant : Victorin Lurel et Serge Letchimy au service de Fred Célimène ? », sur www.freepawol.com, .
  47. « Le Mémorial ACTe de Guadeloupe présenté à Paris », sur La Première, .
  48. « François Hollande en tournée dans les Caraïbes, avec un passage en Guadeloupe et en Martinique », sur La Première, .
  49. « L'Egalité réelle, une priorité pour l'Etat », sur La Première, .
  50. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2015 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 22 mai 2020).
  51. « Victorin Lurel de nouveau secrétaire national au PS, chargé des outre-mer », sur La Première, .
  52. « Victorin Lurel : "Je pourrais être candidat" à la primaire de la gauche », sur La Première, .
  53. « Primaire de la Gauche: Victorin Lurel soutient Manuel Valls afin de « valoriser les territoires des Outre-mer » », sur outremers360.com, (consulté le 26 mai 2020).
  54. « Législatives : le Parti socialiste retire son investiture à Georges Hermin en Guadeloupe », sur La Première, .
  55. « Voici les 3 sénateurs de la Guadeloupe », sur La Première, .
  56. « Composition du nouveau bureau du Sénat après les sénatoriales », sur publicsenat.fr, (consulté le 6 mai 2020).
  57. a b c et d « Tous les jeux de données de 1958 à 2012 au format XLS en une archive », sur data.gouv.fr (consulté le 22 mai 2020).
  58. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections sénatoriales 2017 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 22 mai 2020).
  59. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2004 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 22 mai 2020).
  60. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 22 mai 2020).
  61. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2015 », sur interieur.gouv.fr (consulté le 22 mai 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]