Catherine Vautrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Catherine Vautrin
Illustration.
Catherine Vautrin en 2022.
Fonctions
Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités
En fonction depuis le
(1 mois et 20 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Gabriel Attal
Gouvernement Attal
Prédécesseur Olivier Dussopt (Travail)
Agnès Firmin-Le Bodo (Santé)
Aurore Bergé (Solidarités)
Présidente de Reims Métropole
puis du Grand Reims

(9 ans, 9 mois et 2 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Adeline Hazan
Successeur Arnaud Robinet
Conseillère municipale de Reims
En fonction depuis le
(15 ans, 11 mois et 15 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 30 mars 2014
15 mars 2020
Maire Adeline Hazan
Arnaud Robinet

(16 ans, 2 mois et 3 jours)
Élection 13 mars 1983
Réélection 19 mars 1989
18 juin 1995
Maire Jean Falala
Vice-présidente de l'Assemblée nationale

(8 ans, 8 mois et 25 jours)
Président Bernard Accoyer
Claude Bartolone
Législature XIVe et XVe (Cinquième République)
Députée française

(10 ans)
Élection 17 juin 2007
Réélection 17 juin 2012
Circonscription 2e de la Marne
Législature XIIIe et XIVe (Cinquième République)
Prédécesseur Philippe Feneuil
Successeur Aina Kuric

(1 an, 10 mois et 11 jours)
Circonscription 2e de la Marne
Législature XIIe (Cinquième République)
Prédécesseur Jean-Claude Étienne
Successeur Philippe Feneuil
Ministre déléguée à la Cohésion sociale et
à la Parité

(1 an, 11 mois et 13 jours)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Dominique de Villepin
Ministre Jean-Louis Borloo
Gouvernement Villepin
Secrétaire d'État aux Personnes âgées

(7 mois et 3 jours)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Jean-Pierre Raffarin
Ministre Jean-Louis Borloo
Gouvernement Raffarin III
Secrétaire d'État à l'Intégration et
à l'Égalité des chances

(6 mois et 27 jours)
Président Jacques Chirac
Premier ministre Jean-Pierre Raffarin
Ministre Jean-Louis Borloo
Gouvernement Raffarin III
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Reims (France)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1980-2002)
UMP (2002-2015)
LR (2015-2019)
Diplômé de Université Paris-Descartes
Profession Directrice marketing
Ministres du Travail, de la Santé et des Solidarités
Présidente du Grand Reims
Présidente de l'ANRU

Catherine Vautrin Écouter, née le à Reims (Marne), est une femme politique française. Elle est ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités depuis le 11 janvier 2024.

Ancienne membre des Républicains, elle est députée de la deuxième circonscription de la Marne de 2002 à 2004 puis de nouveau de 2007 à 2017. Elle est vice-présidente de l'Assemblée nationale de 2008 à 2017.

Elle est conseillère municipale de Reims depuis 2008 et présidente du Grand Reims d’avril 2014 jusqu’en janvier 2024.

Depuis septembre 2022, elle est présidente de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU).

Elle est nommée ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités en janvier 2024 dans le gouvernement Gabriel Attal.

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Catherine Jeanne Marie Vautrin naît le à Reims du mariage d'André Vautrin, directeur de société, et de Françoise Laudy[1].

Elle est titulaire d'une maîtrise de droit des affaires de l'université Paris-Descartes en 1985[2].

Le , elle épouse Jean-Loup Pennaforte[1], médecin au CHU de Reims[3], interne des hôpitaux, chef de clinique, professeur des universités, chef des départements de médecine interne et d'hématologie à l'hôpital Robert-Debré aujourd'hui retraité issu lui-même d'une famille constituée de plusieurs générations de médecins et notables rémois[4],[5]. Il a eu comme professeur Jean-Claude Etienne, professeur de médecine à Reims, sénateur UMP de la Marne et mentor politique de Catherine Vautrin[4],[6].

Elle donne naissance à une fille en 2002[1], deux jours après son élection à l'Assemblée nationale[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

De 1986 à 1999, Catherine Vautrin est cadre au sein du Groupe Cigna d'abord comme chef de produit, puis directrice marketing et communication de Cigna France en 1989, de Cigna Europe de l'Ouest en 1995, de Cigna Europe continentale en 1997[1].

De 1999 à 2002, elle rejoint le conseil régional de Champagne-Ardenne, où elle devient directrice générale adjointe des services chargée des directions et des services opérationnels[8].

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Engagement[modifier | modifier le code]

« Choquée » par l'élection de François Mitterand en 1981, Catherine Vautrin s'engage au sein du Rassemblement pour la République (RPR) cette même année[7] et devient conseillère municipale de Reims en 1983 jusqu'en 1999[8].

Députée (2002-2004)[modifier | modifier le code]

Jean-Louis Borloo et Catherine Vautrin à Reims en 2008.

Elle se présente aux élections législatives de 2002 dans la deuxième circonscription de la Marne. Le RPR récemment devenu l'Union pour un mouvement populaire (UMP) ne l'investit pas et lui préfère Claude Maffioli, président de la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF). Elle reçoit cependant le soutien du RPR local et de Jean-Claude Étienne, député sortant et président du conseil régional de Champagne-Ardenne[9],[10]. Au premier tour, elle arrive en tête de la droite avec 20,25 % des voix, devançant Claude Maffioli (11,77 %)[10]. Soutenue par l'UMP au second tour[11], elle est élue députée face à la députée européenne socialiste Adeline Hazan avec 53,95 % des suffrages[10].

À l'Assemblée nationale, Catherine Vautrin est membre de la commission des Affaires économiques[8] et devient vice-présidente de la mission d’évaluation des conséquences économiques et sociales de la législation sur le temps de travail et rapporteuse pour avis au nom de la commission des Affaires économiques sur le budget de l’économie, des finances et de l'industrie[12].

Loi Dutreil : « Loi pour l'initiative économique »[modifier | modifier le code]

En 2003, elle est co-rapporteuse avec Gilles Carrez de la loi Dutreil dite « loi pour l'initiative économique », un projet de loi élaboré par Renaud Dutreil, secrétaire d'État aux PME, au Commerce, à l'Artisanat, aux Professions libérales et à la Consommation[13],[14].

Cette loi vise à faciliter l'accès à la création d'entreprise en simplifiant les démarches administratives et en allégeant la fiscalité[15]. Il est notamment reproché à ce texte d'être un outil d'optimisation fiscale excessive pouvant entamer les finances de l'Etat français[16],[17] car il permet une déduction fiscale de 75 % pour la transmission d'entreprises dans les secteurs de l'industrie, du commerce et de l'agriculture, ainsi que pour la transmission d'entreprises liées à une activité libérale[18]. De plus, transmettre une entreprise de son vivant permet de bénéficier de cette avantage fiscal en évitant la taxation sur l'héritage[18].

Loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises[modifier | modifier le code]

En 2004, elle vote pour Loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises interdisant notamment le port du voile à l'école[19]. Cette loi inscrit dans le Code de l'éducation que[20] :

« Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. »

Cette loi est toujours débattue aujourd'hui et fait l'objet de polémiques régulières dans les médias[21], ses partisans estimant que l'école doit être un endroit neutre sur le plan religieux alors que ses opposants y voient une limitation des droits fondamentaux et une cause d'aggravation des conflits ethnoreligieux déstabilisant la société française[22].

Sous la seconde présidence de Jacques Chirac[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'État à l'Intégration et à l'Égalité des Chances (2004)[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée pour quelques mois secrétaire d'État à l'Intégration et à l'Égalité des Chances dans le troisième gouvernement Jean-Pierre Raffarin, sous l'autorité de Jean-Louis Borloo, Ministre de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement[8].

Elle contribue à une importante augmentation de l'enveloppe de la dotation de solidarité urbaine au profit des communes les plus défavorisées, financée par une diminution des dotations aux intercommunalités[23].

Secrétaire d'État aux Personnes âgées (2004-2005)[modifier | modifier le code]

Le , elle devient secrétaire d'État aux Personnes âgées, toujours auprès de Jean-Louis Borloo, en remplacement de Hubert Falco[8].

Journée de solidarité envers les personnes âgées et handicapées[modifier | modifier le code]

En 2005, elle porte l'instauration de la journée de solidarité envers les personnes âgées et handicapées, votée en [24],[25].

Décidée après la canicule de l'été 2003 causant la mort de 15 000 personnes en France, cette loi fait du jour de la Pentecôte, qui jusque-là est un jour férié, une journée travaillée mais non rémunérée pour les salariés afin d'augmenter les moyens allouées aux personnes dépendantes[26].

Plusieurs sondages montrent qu'une majorité de Français se positionne contre cette réforme et la loi donne lieu à de fortes contestations de la part des syndicats ainsi que des partis politiques d'opposition comme de la majorité expliquant que les salariés sont les seuls mis à contribution[26]. La question de la garde des enfants par les parents d'élèves suscite le rejet et la loi créé également un paradoxe pour le personnel des établissements scolaires : les élèves bénéficient toujours du jour férié mais le personnel d'encadrement et les professeurs ont tout de même l'obligation de participer à la « journée de solidarité » malgré leur l'absence[26].

Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité (2005-2007)[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité et dépend du même ministère de tutelle dirigé par Jean-Louis Borloo dans le gouvernement Dominique de Villepin[27] après le remaniement ministériel faisant suite à la victoire du « non » au référendum sur la Constitution européenne[28].

Catherine Vautrin doit alors s'expliquer sur la disparition du ministère de la parité et de l'égalité professionnelle, un ministère à part entière, dans un gouvernement comptant déjà peu de femmes, au profit d'un ministère délégué qualifié de « demi-ministère » par Marie-Jo Zimmermann, présidente de la délégation de l'Assemblée nationale aux droits des femmes et rapporteure générale de l'Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes[29].

Au cours de son mandat de ministre, elle est élue présidente de la fédération marnaise de l'UMP, en , par 121 voix contre 116 face à son collègue Renaud Dutreil, ministre des PME, du Commerce, de l'Artisanat et des Professions libérales[30].

En octobre 2006, elle porte le projet de loi imposant la parité dans les exécutifs municipaux et régionaux et renforçant les sanctions en cas de non-respect de la parité aux élections législatives[31].

En , elle lance le « 3919 », numéro d'appel unique pour les victimes de violences conjugales en France[32].

Loi pour l'hébergement des femmes victimes de violences en famille d'accueil[modifier | modifier le code]

En décembre 2005, elle défend un texte de loi proposant l'hébergement en famille d'accueil de six mois à un an pour les femmes victimes des violences conjugales, jusque-là accueillis dans les foyers pour sans-abri[33]. Elle propose également que les personnes accueillantes soient « d'anciennes assistantes maternelles ou des personnes impliquées dans le secteur caritatif. Leur formation serait supervisée par le conseil général »[33].

Ce dispositif, qualifié de « onéreux », est d'abord expérimentée en 2006 dans les départements de la Drôme, l'Ardèche et la Réunion[33],[34]. Il prévoit un salaire de 612 euros par femme accueillie pour les familles d'accueils ainsi que presque 700 euros pour l'entretien et le loyer. Les professionnels du secteur médico-social, les adhérents des structures d'accueil et d'écoute critiquent ce texte estimant que le gouvernement cherche à éviter de créer de nouveaux lits d'accueil[33].

Marie-Dominique de Suremain, déléguée nationale Solidarité femmes explique [33]:

« Accueillir une femme qui, bien souvent, se trouve en danger de mort n'a rien à voir avec l'accueil lié à la pauvreté ou à la maladie [...] Quand elles arrivent, ces femmes ont besoin d'un soutien psychologique, juridique et administratif [...] Elles sont souvent sous emprise et ne se vivent pas comme victimes. Accompagner une femme maltraitée est un apprentissage de plusieurs années demandant un travail d'équipe constant, qui doit être supervisé et évalué. »

L'association SOS femmes, par la voix de Eliane Isnard, qualifie sont expérimentation à Périgueux de « catastrophe : les accueillants avaient le sentiment de faire une bonne action, et les femmes vivaient très mal cette tutelle. Elles avaient l'impression d'être considérées comme des gamines. » Elle ajoute que la notion de « famille » est significative et « renvoie à l'idée que la femme victime doit être mise en situation de tutorat, de mineure. »[33]

Catherine Vautrin répond à la critique en disant : « Je ne prétends pas que c'est la solution qui va répondre à tous les maux. Il faut élargir la palette. Je vais expérimenter avec prudence. Il faut notamment s'adapter au vécu social, économique et culturel de chaque femme. »[33]

Échec du contrat première embauche (CPE)[modifier | modifier le code]

Entre 2005 et 2006, elle promeut avec Jean-Louis Borloo et Azouz Begag la loi pour l'égalité des chances contenant notamment la création du contrat première embauche (CPE)[35],[31].

L'argument principal contre ce texte est qu'il permet d'employer un jeune de moins de 26 ans dans un contrat à durée indéterminée assorti d’une très longue période d’essai de deux ans pendant laquelle l’employeur peut licencier son employé sans motif[36].

Donnant lieu à une forte contestation de mars à avril 2006, le texte est finalement retiré par Dominique de Villepin[36].

Retour à Reims[modifier | modifier le code]

Députée (2007-2017)[modifier | modifier le code]

Catherine Vautrin en .

En , Catherine Vautrin arrive largement en tête du premier tour des élections législatives avec 47,75 % des suffrages. Au second tour, elle rassemble 56,93 % face à la candidate du Parti socialiste Adeline Hazan[37].

À l'Assemblée nationale, elle est élue vice-présidente de la Commission des affaires économiques, de l'environnement et du territoire de juin 2007 à octobre 2008[12] et elle est membre du bureau de l'Assemblée[12].

Le , elle annonce sa candidature aux élections municipales de 2008 à la mairie de Reims[38]. En novembre, l'UMP choisit d'accorder son investiture à Renaud Dutreil[39], soutenu par Nicolas Sarkozy[40]. Catherine Vautrin maintient toutefois sa candidature et se met « en congé de l'UMP » le temps de la campagne électorale[39]. En , elle s'allie avec le candidat du MoDem Jean Marie Beaupuy et bénéficie du retrait du maire sortant divers droite Jean-Louis Schneiter, qui soutient leur liste commune à titre personnel[41],[42]. À l'issue du premier tour, le , elle obtient 25,19 % des suffrages, distancée par la liste de gauche d'Adeline Hazan (42,6 %) mais devant la liste officielle de Renaud Dutreil (23 %)[43]. Entre les deux tours, Renaud Dutreil retire sa candidature et apporte un « soutien tardif et du bout de lèvres » à Catherine Vautrin, qui reçoit l'investiture UMP[44]. Cette dernière s'incline cependant au second tour face à la candidate de l'union de la gauche. Sa liste n'obtient que 43,93 % des voix, alors que la droite réunissait plus de 48 % au premier tour. Pour la première fois depuis 1977, la mairie de Reims bascule à gauche[44]. Catherine Vautrin devient alors conseillère municipale d'opposition[45].

Le , Catherine Vautrin est désignée par les députés du groupe UMP, pour devenir vice-présidente de l'Assemblée nationale en remplacement de Marc-Philippe Daubresse, à compter d'octobre 2008, dont les pairs n'ont pas renouvelé le mandat[46]. Elle accède à la première vice-présidence de l'Assemblée nationale lorsque Marc Laffineur est nommé au gouvernement, en juin 2011.

Lors de l'élection législative de 2012, elle est réélue députée de la Marne avec 53,04 % des voix au second tour[47]. Elle est également réélue vice-présidente de l’Assemblée en septembre, comme chaque année depuis 2008[48].

En , à la suite de la démission de Dominique Dord, elle est nommée trésorière nationale de l'UMP par Jean-François Copé, président de l'UMP[49]. À la suite de l'affaire Bygmalion mettant en cause Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé, lui aussi concerné par l'affaire, propose une démission collective du bureau politique de l'UMP dont Catherine Vautrin[50].

Vote contre le « Mariage pour tous »[modifier | modifier le code]

En 2013, elle vote contre la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe dite « loi sur le Mariage pour tous » et participe à la Manif pour tous[51],[52].

Opposée au droit à l'adoption pour les couples homosexuels, elle explique dans son discours du 30 janvier 2013 à la tribune de l'Assemblée Nationale qu'autoriser le mariage pour les couples homosexuels, c'est ouvrir aussi le droit à l’adoption[53],[54]. Pour elle, l'adoption par les couples homosexuels bouleverse la question de la filiation en induisant « une remise en cause de la présomption de paternité » et amène à reconnaitre ce qu'elle appelle « la parenté sociale aux dépens de la parenté biologique. »[53],[54]: « La dévolution de la parenté au conjoint pourrait engendrer dans certains cas une pluriparentalité ou faire de la parenté le tribut d’une volonté et non plus un fait biologique. »[53],[54]

Elle estime que ce texte en répondant à « la volonté des couples de même sexe de mieux organiser leur vie commune impose aux couples hétérosexuels une transformation de leurs droits » en substituant les parents et en créant une confusion entre « parenté » et « parentalité »[53],[54].

Elle pense également que ce texte est un « cheval de Troie » pour la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA)[54],[55].

Présidente d'intercommunalité (2014-2017)[modifier | modifier le code]

Arnaud Robinet et Catherine Vautrin en juin 2013.

À l'approche des élections municipales de 2014 à Reims, elle est en concurrence avec son collègue député Arnaud Robinet pour l'investiture UMP. Les deux élus forment finalement un ticket : Arnaud Robinet est tête de liste pour la mairie tandis que Catherine Vautrin figure en deuxième position et vise la présidence de la communauté d'agglomération de Reims[11],[56],[57]. Après la victoire d'Arnaud Robinet à la mairie de Reims, elle accède le à la présidence de l'agglomération de Reims Métropole[58].

Le , elle est élue présidente de l'Association des villes universitaires de France (AVUF) pour un mandat de trois ans[59]. Elle est réélue à cette fonction en 2017, 2020 et 2023[60].

Le , Catherine Vautrin est élue présidente de la communauté urbaine du Grand Reims — nouvelle intercommunalité regroupant 143 communes marnaises et 298 000 habitants — avec 177 voix sur 203[61].

Elle soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle de la droite et du centre de 2016. Le , elle est nommée porte-parole de sa campagne, en tandem avec Éric Ciotti[62]. Lorsque Nicolas Nicolas Sarkozy échoue au premier tour, elle apporte son soutien à François Fillon face à Alain Juppé[63]. Le , dans le cadre de l'affaire Fillon, elle demande le retrait de François Fillon, devenu candidat LR à la présidentielle, souhaitant qu'il soit remplacé par un autre candidat et qu'il puisse défendre son honneur face à la justice[64].

En , la semaine suivant l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, Catherine Vautrin annonce être candidate à sa réélection à l'Assemblée nationale, délaissant la présidence du Grand Reims en cas de victoire[65]. Au premier tour, elle rassemble 26,4 % des voix, devancée par la candidate de La République en marche Aina Kuric (34,3 %)[66], alors considérée par la presse comme une inconnue[67] ou une novice[68]. Au second tour des élections législatives de 2017, Catherine Vautrin est battue de 660 voix, avec 48,8 % des suffrages[68].

Élue locale (2017-2023)[modifier | modifier le code]

Catherine Vautrin en .

Après les défaites aux élections législatives de 2017, estimant ne plus se retrouver dans le parti UMP devenu Les Républicains (LR), elle s'en éloigne et révèle ne plus y cotiser au mois de [69]. Elle regrette notamment que le parti soit incapable de « répondre aux grands enjeux que sont le réchauffement climatique, l'indépendance économique et l'avenir de l'Europe »[70].

Lors des élections municipales de 2020, Catherine Vautrin figure à nouveau en deuxième position sur la liste d'Arnaud Robinet[71], qui remporte la mairie de Reims avec plus de 66 % des suffrages au premier tour[72]. Le , Catherine Vautrin est réélue présidente de la communauté urbaine du Grand Reims avec 196 voix sur 208 conseillers communautaires[73].

Le , elle est élue au sein du conseil d'administration d'Intercommunalités de France, , et devient vice-présidente de l'association, en charge de l'Enseignement Supérieur[74].

Elle annonce son soutien à Emmanuel Macron en vue de l'élection présidentielle de 2022[75]. Il la sollicite après l'élection afin d'occuper la fonction de Première ministre pour remplacer Jean Castex mais, après une levée de bouclier de la part de ses proches et de l'aile gauche de son parti contre l'opposition de Catherine Vautrin au « Mariage pour tous », il choisi finalement Élisabeth Borne, « moins conservatrice et meilleure connaisseuse des arcanes de l'État »[76],[77].

Le , elle est nommée présidente de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU)[78].

Sous la présidence d'Emmanuel Macron[modifier | modifier le code]

Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités[modifier | modifier le code]

À la suite du remaniement ministériel du qui intervient après la démission du Ministre de la Santé Aurélien Rousseau, en désaccord avec l'adoption du projet de loi immigration 2023[79], Catherine Vautrin prend la place de Olivier Dussopt, Aurore Bergé et d'Agnès Firmin-Le Bodo (ministre de la Santé par intérim après le départ d'Aurélien Rousseau[80]) à la tête du ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités au sein du gouvernement Gabriel Attal[81], un « super-ministère » rassemblant tous les ministères sociaux. C'est la première fois depuis Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé dans le troisième gouvernement François Fillon, de 2010 à 2012[82]. À la suite de cette nomination, elle annonce sa démission de la présidence du Grand Reims le [83].

Le 23 janvier 2024, elle déclare au Journal Officiel la composition de son cabinet ministériel avec Georges-François Leclerc nommé directeur, Sophie Baron et Yann Bubien directeurs adjoints[84].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Fin de vie[modifier | modifier le code]

Le 26 novembre 2004, Catherine Vautrin prend position comme secrétaire d'Etat aux personnes âgées dans une déclaration à l'assemblée nationale concernant la proposition de loi relative aux droits des malades et à la fin de vie[85]. Elle marque une préférence appuyée pour les soins palliatifs pour les malades « n'étant plus en mesure d'exprimer leur volonté » permettant « une plus grande qualité de vie possible jusqu'à la mort, que ne permettent ni l'obstination thérapeutique déraisonnable ni les démarches, inacceptables, d'euthanasie active » révélant son opposition au principe de l'euthanasie volontaire[85],[86].

Devenue Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, en janvier 2024, elle déclare lors de sa première interview accordée à Europe 1-CNews ne pas avoir de difficulté à aborder le sujet de l'aide active à mourir mais que le gouvernement devra « légiférer d’une main tremblante. »[86]

Interruption volontaire de grossesse (IVG)[modifier | modifier le code]

En 2017, Catherine Vautrin, Éric Ciotti et François Fillon saisissent le Conseil constitutionnel pour censurer la loi contre le délit d'entrave numérique à l'interruption volontaire de grossesse (IVG) permettant la pénalisation des sites internet diffusant de fausses informations sur l'IVG[87].

Mariage homosexuel et filiation[modifier | modifier le code]

Opposée au droit à l'adoption pour les couple homosexuels, elle vote contre la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe dite « Mariage pour tous » (voir infra)[53],[54] et participe à La Manif pour tous, en 2013[51],[52].

Elle se dit pour « une alliance civile pour deux personnes du même sexe avec des droits patrimoniaux » plutôt qu'à l'ouverture d'un droit au mariage pour les couples homosexuels qui permettrait le droit à l'adoption[53],[54],[55] . Selon elle, il s'agit d'« une remise en cause de la présomption de paternité » et revient à reconnaitre « la parenté sociale aux dépens de la parenté biologique. », ce qu'elle considère comme un bouleversement de la notion de filiation[53],[54]: « La dévolution de la parenté au conjoint pourrait engendrer dans certains cas une pluriparentalité ou faire de la parenté le tribut d’une volonté et non plus un fait biologique »[53],[54].

Le mariage homosexuel constitue, selon elle, une transformation des droits des couples hétérosexuels en substituant les parents et en créant une confusion entre « parenté » et « parentalité »[53],[54].

Elle se dit opposée à la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA) qui sont, selon elle, une suite logique à l'adoption du mariage homosexuel[53],[54].

Pour elle, « le mariage [symbolise] un engagement, une responsabilité de structurer notre société en fixant les différences entre les sexes et les générations »[53],[54].

Sollicitée pour devenir Première ministre en 2022 puis écartée à cause de ses positions contre le « Mariage pour tous », elle publie un tweet le 21 avril 2023 dans lequel elle dit regretter son vote et ajoute qu'elle aurait dû « anticiper les attentes de la société »[88],[77].

Controverses[modifier | modifier le code]

Cash Investigation[modifier | modifier le code]

Le , Catherine Vautrin apparaît dans le magazine Cash Investigation dans l'épisode « Industries agro-alimentaires : business contre santé » en compagnie de plusieurs parlementaires, dont Michel Raison, lors d’une soirée organisée par le lobby de l'agro-alimentaire représenté par l’Association nationale des industries alimentaires (ANIA). Catherine Vautrin y assiste à la création de « la Communauté du bien manger », qui met en avant la consommation de produits français[89].

Label « égalité hommes-femmes »[modifier | modifier le code]

Le 10 octobre 2005, elle décerne le label « égalité hommes-femmes » au groupe AXA, spécialisé dans l'assurance et dans la gestion d'actifs, en tant que ministre déléguée à la parité pour avoir dévolu 750 000 euros sur 3 ans (soit 250 000 euros par an) à réduire les écarts de salaire entre hommes et femmes.

Louis Maurin, directeur et fondateur de l’Observatoire des inégalités, pointe l'hypocrisie de la situation car Les entreprises ne s'étant que peu engagées sur ce sujet, AXA n'a pas beaucoup d'efforts à fournir pour obtenir ce label. Par ailleurs, ce montant représente une très faible part de son chiffre d'affaires (0,001% de son chiffre d'affaires en France) et lui permet une opération de communication à moindre frais en étant adoubée par l'institution et relayée par la presse.

Louis Maurin rappelle que cette faible participation en proportion des moyens de l'entreprise arrive dans un contexte où les 14 membres du directoire du groupe touchent 26 millions d’euros[90]. A titre de comparaison, il ajoute que la rémunération de Henry de Castries, président du directoire, s'élève à elle seule à 2,5 millions d'euros, en 2005, auxquels s'ajoutent un cumule de 5,6 millions d’euros de stock options (soit 10 fois le montant dédié par AXA à l’égalité hommes-femmes)[90].

Louis Maurin fustige également le principe même du label[90] :

« Ces labels, comme le discours autour de la « diversité », disposent d’une très grande audience (ils sont aussi diffusés avec de grands moyens). Ils sont difficilement critiquables en tant que tels : réduire les inégalités entre hommes et femmes, entre blancs et personnes de couleur ou entre invalides et bien portants, est une bonne chose tant la France est très en retard dans ces domaines. Mais ils permettent, en même temps, de masquer des écarts de revenus considérables (des centaines d’années de Smic parfois entre le haut et le bas de la hiérarchie), le développement de la précarité des contrats de travail, qui frappe au premier chef les populations que l’on dit vouloir favoriser... Ces bonnes actions à très faible coût constituent des opérations de communication qui occultent l’essentiel des inégalités au sein des entreprises. »

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

Le , dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris, Catherine Vautrin est mise en examen en qualité de ex-trésorière de l'UMP, tout comme l'ancien président de l'UMP Jean-François Copé, pour « abus de confiance » dans l'affaire dite « des pénalités de Nicolas Sarkozy ». Le Conseil constitutionnel ayant rejeté les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 pour « dépassement du plafond autorisé », il se voit alors infliger plus de 400 000 euros de pénalités à titre personnel[91],[92]. Une somme que l'UMP a payée à sa place, en novembre 2013. Après que Nicolas Sarkozy a été placé sous le statut de témoin assisté, un non-lieu est prononcé pour tous les accusés jugés dans cette affaire par le juge Renaud van Ruymbeke[93], en 2015.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Gouvernement[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire d'État chargée de l'Intégration et de l'Égalité des chances, auprès du ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale du troisième gouvernement Jean-Pierre Raffarin (du au ) ;
  • Secrétaire d'État aux Personnes âgées, auprès du ministre de l'emploi, du Travail et de la Cohésion sociale du troisième gouvernement Jean-Pierre Raffarin (du au ) ;
  • Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité du gouvernement Dominique de Villepin (du au ) ;
  • Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités du gouvernement Gabriel Attal (à partir du 11 janvier 2024).

Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Fonctions nationales[modifier | modifier le code]

Fonctions locales[modifier | modifier le code]

  • 1983-1999 : conseillère municipale de Reims
  • À partir de 2006 : présidente du comité départemental UMP de la Marne
  • À partir de 2008 : conseillère municipale d'opposition à Reims
  • À partir de 2014 : présidente de Grand Reims[94],[95]

Synthèse des résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Uniquement les candidatures en tant que tête de liste.

Elections législatives[modifier | modifier le code]

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Issue
2002[96] DVD-RPR(diss.) 2e de la Marne 7800 20,25 2e 19273 53,95 Élue
2007[97] UMP 17996 47,75 1er 20511 56,93 Élue
2012[98] 16703 41,81 1er 20640 53,04 Élue
2017[99] LR 9115 26,44 2e 13508 48,79 Battue

Elections municipales de Reims[modifier | modifier le code]

Année Parti 1er tour 2d tour
Voix % Rang Voix % Nombre de siège
2008[100] MoDem-DVD (diss.) 13573 25,19 2e 24072 43,93%
13  /  59

Décorations[modifier | modifier le code]

Le 13 juillet 2018, Catherine Vautrin est nommée au grade de Chevalier de la Légion d'honneur au titre d'« ancienne ministre, ancienne députée de la Marne, présidente d’une communauté d’agglomération ; 34 ans de services »[101].

Depuis sa nomination comme ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, le , elle est « titulaire de droit de l'échelon or de la médaille d'honneur de la santé et des affaires sociales »[102].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Discours[modifier | modifier le code]

Ressources générales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Who's Who in France, édition 2015, p. 2216.
  2. « Catherine VAUTRIN: biographie et actualités sur EducPros », sur letudiant.fr (consulté le ).
  3. « ORGANIGRAMMES POLES ET SERVICES 15 OCTOBRE 2021 » Accès libre [PDF], sur CHU de Reims,
  4. a et b « Les Pennaforte » Accès payant, sur L'Express, (consulté le )
  5. « Fiche Catherine Vautrin » (consulté le )
  6. « ETIENNE Jean-Claude, Ancien sénateur de la Marne » Accès libre, sur www.senat.fr, (consulté le )
  7. a et b Vanessa Schneider, « Catherine Vautrin Adroite paritaire », sur liberation.fr, (consulté le )
  8. a b c d et e « Catherine Vautrin succède à Hubert Falco », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  9. Jean-Michel François, « Dans la Marne, des élus RPR désavouent l'UMP », sur Le Monde, (consulté le ).
  10. a b et c « MARNE (6) », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  11. a et b Tony Verbicaro, « Arnaud Robinet tête de liste », sur L'Hebdo du vendredi, (consulté le ).
  12. a b et c Assemblée nationale, « Fonctions (archives) - Mme Catherine Vautrin - Marne (2e circonscription) », sur Assemblée nationale (consulté le )
  13. « Initiative économique : Loi n° 2003-721 du 1er août 2003 pour l'initiative économique », sur assemblee-nationale.fr, (consulté le ).
  14. Philippe Mabille, « Le gouvernement est prêt à réformer l'impôt sur la fortune au nom de l'emploi », sur Les Échos, (consulté le ).
  15. « Loi n° 2003-721 du 1 août 2003 pour l'initiative économique (1). - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  16. « Pacte Dutreil : ne pas briser la dynamique de la transmission intrafamiliale », sur La Tribune, 2023-11-08cet09:53:00+0100 (consulté le )
  17. « Transmission d'entreprise : le pacte Dutreil est sauvé, pour combien de temps ? », sur La Tribune, 2023-12-06cet16:15:00+0100 (consulté le )
  18. a et b « a : Dispositions communes aux successions et aux donations | Articles 779 à 787 C | La base Lextenso », sur www.labase-lextenso.fr (consulté le )
  19. « ANALYSE DU SCRUTIN N° 436 - Séance du 10 février 2004SCRUTIN PUBLIC SUR l'ensemble du projet de loi relatif à l'application du principe de laïcité dans les écoles, collèges et lycées publics. », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  20. « Article L141-5-1 - Code de l'éducation - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  21. « Polémique sur le voile : 30 ans de débats sur la laïcité », sur France 24, (consulté le )
  22. Ariane Bonzon, « Faut-il supprimer la «loi sur le voile»? », sur Slate.fr, (consulté le )
  23. Joël Cossardeaux, « Des subventions en nette progression pour 150 villes », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  24. Dominique Raizon, « Les Français tiennent au lundi de Pentecôte », sur rfi.fr, (consulté le ).
  25. Matthieu Écoiffier, « Interview : «Une journée de solidarité, c’est comme douze Téléthon» », sur liberation.fr, (consulté le ).
  26. a b et c « Polémique, fête catholique et Jean-Pierre Raffarin... La journée de solidarité a 14 ans », sur L'Obs, (consulté le )
  27. « La composition du nouveau gouvernement », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  28. Béatrice Gurrey, Christophe Jakubyszyn et Philippe Ridet, « Dominique de Villepin a pris ses fonctions à Matignon », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  29. Patrick Roger, « La parité a fait les frais du resserrement gouvernemental », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  30. Ludovic Vigogne, « La bataille de Reims », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  31. a et b Elsa Freyssenet, « La parité dans les exécutifs locaux bientôt en Conseil des ministres », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  32. Anne Chemin, « Création du 3919, numéro d'appel unique pour les victimes de violences conjugales », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  33. a b c d e f et g Blandine GROSJEAN, « Des familles d'accueil pour femmes battues », sur Libération (consulté le )
  34. « Trois départements vont expérimenter l'accueil familial pour femmes victimes de violences », sur www.banquedesterritoires.fr, (consulté le )
  35. Rémi Barroux, Christophe Jakubyszyn et Isabelle Mandraud, « CPE : M. de Villepin accélère pour contrer les syndicats », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  36. a et b « Il y a dix ans, les jeunes obtenaient le retrait du CPE », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Champagne-Ardenne : MARNE (6) », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  38. « Vautrin officiellement candidate contre Dutreil à la mairie de Reims », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  39. a et b « A Reims, Catherine Vautrin maintient sa candidature face à Renaud Dutreil », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  40. Frédéric Marais, « Champagne-Ardenne. A Reims, affrontement entre deux anciens ministres UMP », sur lagazettedescommunes.com, (consulté le ).
  41. Dominique Charton, « Le maire sortant de Reims retire sa candidature », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  42. Claire Bommelaer, « À Reims, le duel s'engage entre Dutreil et Vautrin », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  43. Laetitia Van Eeckhout, « A Reims, la rivalité d'anciens ministres de droite profite au PS », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  44. a et b Angélique Négroni, « Reims : Hazan victorieuse d'un duel de femmes », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  45. « Catherine Vautrin : « Le travail de terrain paie » », sur lhebdoduvendredi.com, (consulté le ).
  46. Article dans Le Parisien
  47. « RÉSULTATS. Législatives 2012, second tour : Marne (51) », sur Le Point, (consulté le )
  48. « Mme Catherine Vautrin : Assemblée Nationale », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  49. « UMP : l’ex-trésorière Catherine Vautrin mise en examen », sur Les Echos, (consulté le )
  50. « Affaire Bygmalion : Catherine Vautrin démissionne de la direction de l'UMP », sur France 3 Grand Est, (consulté le )
  51. a et b « Premier ministre : tout savoir sur Catherine Vautrin, pressentie pour remplacer Jean Castex », sur CNews, (consulté le ).
  52. a et b « Nouveau gouvernement : ce qu'il faut savoir sur Catherine Vautrin, pressentie pour remplacer Jean Castex au poste de Premier ministre », sur ladepeche.fr (consulté le )
  53. a b c d e f g h i j et k « Discours de Catherine Vautrin à l'Assemblée Nationale contre le Mariage Pour Tous (30/01/13) » (consulté le )
  54. a b c d e f g h i j k et l « Assemblée nationale ~ Deuxième séance du mercredi 30 janvier 2013 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  55. a et b Ella Micheletti, « Les regrets (très politiques) de Catherine Vautrin sur le mariage pour tous », sur www.marianne.net, (consulté le )
  56. Aurélie Jacquand, « Robinet-Vautrin: "Nous sommes indissociables" », sur francebleu.fr, France Bleu Champagne-Ardenne, (consulté le ).
  57. Laëtitia Heuveline, « Municipales à Reims : un enjeu pour l'UMP », sur francetvinfo.fr, France Info, (consulté le ).
  58. Aurélie Jacquand, « Reims Métropole: Catherine Vautrin élue présidente », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  59. Anne Mascret, « Catherine Vautrin, nouvelle présidente de l'Avuf », sur aefinfo.fr, (consulté le ).
  60. Alice Bouviala, « Avuf : Catherine Vautrin est reconduite à la présidence pour un quatrième mandat », sur aefinfo.fr, (consulté le ).
  61. « Catherine Vautrin élue présidente du Grand Reims », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  62. « Primaire de la droite : Nicolas Sarkozy officialise son équipe de campagne », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  63. Gaël Lombart, Henry de Boisseguin, Aurélie Sipos et Tanguy de L'Espinay, « INTERACTIF. Fillon ou Juppé : quel député soutient qui ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  64. « Catherine Vautrin veut le retrait de Fillon et réclame “un autre candidat” », sur publicsenat.fr, Public Sénat, (consulté le ).
  65. Aurélie Jacquand, « Législatives : Catherine Vautrin annonce sa candidature et renonce à la présidence du Grand Reims », sur francebleu.fr, France Bleu Champagne-Ardenne, (consulté le ).
  66. « Elections législatives. Résultats du 1er tour de la 2e circonscription de la Marne (Reims - Fismes) », sur France 3 Grand Est, (consulté le ).
  67. « Résultat des législatives 2017 : Catherine Vautrin en ballottage défavorable dans la Marne », sur Le Monde, (consulté le ).
  68. a et b « Reims : Catherine Vautrin évincée par une jeune novice », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Grand Est, (consulté le ).
  69. « Catherine Vautrin, présidente du Grand Reims : «Je ne cotise plus au parti LR» », sur lunion.fr, (consulté le ).
  70. « "Un petit côté Thatcher": qui est Catherine Vautrin, ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités? », sur RMC (consulté le )
  71. Clément Conte, « Municipales à Reims : Le maire sortant Arnaud Robinet dévoile sa liste et ses nouveaux soutiens », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  72. « Municipales 2020 à Reims : Arnaud Robinet (LR) réélu maire haut la main », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  73. Aurélie Jacquand, « Catherine Vautrin réélue Présidente du Grand Reims », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  74. refletsactuels.fr, « Catherine Vautrin, présidente du Grand Reims, prend de nouvelles fonctions nationales », sur REFLETSACTUELS, (consulté le )
  75. Bernard Gorce, « Catherine Vautrin : « Emmanuel Macron est l’homme de la situation » », sur la-croix.com, (consulté le ).
  76. Laurent Valdiguié, « Elle se préparait à succéder à Jean Castex à Matignon : comment Catherine Vautrin a été "débranchée" », sur marianne.net,
  77. a et b « Vautrin écartée pour Matignon : Macron, l'histoire d'un président sous influence », sur L'Express, (consulté le )
  78. « Rénovation urbaine : Catherine Vautrin nommée à la tête de l'Anru », sur Le Figaro, (consulté le ).
  79. « Projet de loi immigration : Aurélien Rousseau démissionne du ministère de la Santé, l'intérim est assuré par Agnès Firmin Le Bodo », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  80. « Catherine Vautrin, un vrai marqueur de droite du nouveau gouvernement », sur France Inter, (consulté le )
  81. « Remaniement : Catherine Vautrin nommée ministre du Travail du gouvernement Attal », sur tf1info.fr, (consulté le )
  82. Jacques Sayagh, « Un portefeuille tentaculaire pour Catherine Vautrin nommée au Travail, à la Santé et aux Solidarités », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  83. Julien Debant, « Catherine Vautrin quitte la présidence du Grand Reims et adoube Arnaud Robinet », sur lhebdoduvendredi.com, (consulté le ).
  84. « La composition du cabinet de Catherine Vautrin dévoilée », sur egora.fr, (consulté le )
  85. a et b Catherine Vautrin, « Déclaration de Mme Catherine Vautrin, secrétaire d'Etat aux personnes âgées, sur la proposition de loi relative aux droits des malades et à la fin de vie, à l'Assemblée nationale le 26 novembre 2004. » Accès libre, sur Vie publique,
  86. a et b « Fin de vie: Catherine Vautrin estime que le gouvernement doit légiférer "d'une main tremblante" », sur BFMTV (consulté le )
  87. « Remaniement : qui sont les nouveaux ministres du gouvernement Attal ? - L'Humanité », sur humanite.fr, (consulté le )
  88. Ella Micheletti, « Les regrets (très politiques) de Catherine Vautrin sur le mariage pour tous », sur marianne.net, (consulté le )
  89. « Cash investigation - Industrie agro-alimentaire : business contre santé (Intégrale) » (consulté le )
  90. a b et c « La belle égalité chez Axa », sur Observatoire des inégalités (consulté le )
  91. « Pénalités de Sarkozy : Catherine Vautrin, ex-trésorière de l'UMP, mise en examen », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  92. « La justice prononce un non-lieu dans l'affaire des frais de campagne de Sarkozy », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le )
  93. « Non-lieu général dans l'affaire des pénalités de Sarkozy payées par l'UMP », sur France 3 Grand Est, (consulté le )
  94. « Accueil », sur Reims Métropole (consulté le )
  95. « Catherine Vautrin élue présidente du Grand Reims - France 3 Champagne-Ardenne », France 3 Champagne-Ardenne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  96. « Les archives des élections en France » (consulté le )
  97. « Les archives des élections en France » (consulté le )
  98. « Les archives des élections en France » (consulté le )
  99. « Les archives des élections en France » (consulté le )
  100. « Les archives des élections en France » (consulté le )
  101. Décret du 13 juillet 2018 portant promotion et nomination.
  102. « Article 10 - Arrêté du 2 février 2012 relatif à la composition et au fonctionnement du comité de la médaille d'honneur de la santé et des affaires sociales - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )