Olivier Klein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Olivier Klein
Illustration.
Olivier Klein en 2017
Fonctions
Maire de Clichy-sous-Bois
En fonction depuis le
(10 ans et 2 jours)
Prédécesseur Claude Dilain
Premier-adjoint au Maire de Clichy-sous-Bois

(16 ans et 6 mois)
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Nationalité Française
Parti politique PCF (jusqu'en 2006)
PS (2006-2020)
Profession Enseignant

Olivier Klein est une personnalité politique française, né le , maire de Clichy-sous-Bois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premier adjoint de équipes municipales de Claude Dilain depuis son élection en tant que maire en 1995, il est chargé de l’enfance et à la jeunesse (1995-2001) durant son premier mandat, puis de la politique de la ville et au renouvellement urbain de 2001 à 2011[1]. De 1997-2011 : vice-président de la Communauté de communes puis de la Communauté d'agglomération de Clichy-sous-Bois Montfermeil, chargé des équipements publics communautaires et de la politique de la ville[1]. Il succède à Claude Dilain en tant que maire en octobre 2011, quand ce dernier est élu sénateur[1].

D'abord membre du Parti communiste français, ce clichois issu du quartier du Chêne-Pointu rejoint le PS en 2006[2].

Professeur certifié de sciences physiques, il a enseigné au lycée Gaston-Bachelard de Chelles entre 1991 et 2009, puis principal adjoint au collège Jean-de-Beaumont de Villemomble en 2009-2010. il exerce la fonction secrétaire général du groupe socialiste, Europe écologie Les verts et gauche citoyenne au Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis depuis 2010[3]

En , il est nommé comme l'un des deux vice-présidents du Conseil national des villes. Cette instance de concertation et de proposition présidée par le Premier ministre doit conseiller le gouvernement sur l’élaboration de la politique nationale des villes et du développement social urbain[3], une fonction qu'exerça Claude Dilain de 2000 à 2007[4]. Il la quitte en 2018 à la faveur de sa nomination à la présidence de l'ANRU et laisse sa place à un autre élu de Seine-Saint-Denis Patrick Braouezec[5].

À l'occasion du dixième anniversaire des émeutes de 2005, il constate que la ville a « changé de manière spectaculaire avec la construction de logements neufs, la démolition d'immeubles insalubres, l'installation d'un commissariat, la construction de deux nouvelles écoles et d'une piscine (...) [mais] je reste très inquiet car les changements physiques ne suffiront jamais tant que le regard porté sur les villes de banlieue et leurs habitants n'aura pas changé[6]. »

Il parraine la candidature de Benoît Hamon pour l'élection présidentielle de 2017[7].

En , il est nommé président de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine[8].

La République en marche annonce dès 2019 qu'elle ne présentera pas de candidat face à lui pour les élections municipales de 2020 à Clichy-sous-Bois[9] En contrepartie, Olivier Klein choisit d’inclure des colistiers LREM dans sa liste pour les élections municipales de 2020[10], où il est réélu avec 64,6 %[11].

En novembre 2020, Olivier Klein succède avec l'appui du gouvernement à Patrick Braouezec comme président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris, l'établissement public de l'Etat chargé de la réalisation du métro automatique du Grand Paris Express[12].

En octobre 2021, il annonce son soutien à Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle française de 2022[13].

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

  • 1995-2011 : premier adjoint au maire de Clichy-sous-Bois[1]
  • Depuis 2011 : maire de Clichy-sous-Bois
  • 1997-2011 : vice-président de la Communauté de communes puis de la Communauté d'agglomération de Clichy-sous-Bois Montfermeil
  • 2011-2015 : président/vice-président de la Communauté d'agglomération de Clichy-sous-Bois Montfermeil (une année sur deux)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Le Maire », clichy-sous-bois.fr (consulté le )
  2. « Olivier Klein, le successeur chevronné », leparisien.fr, (consulté le )
  3. a et b Wassinia Zirar, « Le Conseil national des villes a renouvelé sa vice-présidence », acteurspublics.com, (consulté le )
  4. Claude Dilain, président de Ville et banlieue, Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis, page III, 15 avril 2008
  5. « Le Conseil national des villes a un nouveau vice-président », acteurspublics.com, (consulté le )
  6. Olivier Klein, « 10 ans après, arrêtons les fantasmes sur les banlieues! », huffingtonpost.fr, (consulté le )
  7. Sébastien Thomas, « Seine-Saint-Denis : quel candidat à la présidentielle votre élu a-t-il parrainé ? », leparisien.fr, (consulté le )
  8. Louise Couvelaire et Bastien Bonnefous, « Olivier Klein, nouveau président de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine », lemonde.fr, (consulté le )
  9. « Municipales 2020 : LREM dévoile ses premiers candidats. », sur Le Parisien, (consulté le )
  10. « Municipales à Clichy-sous-Bois soutenues par LREM », sur Le Parisien, (consulté le )
  11. Olivia Villamy, « Municipales à Clichy-sous-Bois : même lâché par le PS, le maire sortant Olivier Klein l’emporte haut la main : Après avoir perdu l’investiture PS à quelques semaines du scrutin, le maire sortant Olivier Klein, remporte ces élections municipales dès le premier tour. Avec 64,6 % des voix, un score quasi-identique aux élections de 2014 », Le Parisien, édition de Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « SGP : Olivier Klein élu président du conseil de surveillance : Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois, a été élu président du conseil de surveillance de la Société du Grand Paris et Marc Papinutti, directeur général des infrastructures de transports et de la mer au ministère de la Transition écologique, vice-président », Le Journal du Grand Paris,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Comme lors de l’élection de Patrick Braouezec en septembre 2018, l’État a soutenu l’élu désigné par décret contre l’avis des représentants permanents des collectivités locales pour la présidence de conseil de surveillance de la SGP ».
  13. « Election présidentielle 2022 : l’aile gauche de la Macronie veut peser », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]