Affaire Fillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section est lié à une affaire judiciaire en cours. Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’oubliez pas que, dans nombre de systèmes judiciaires, toute personne est présumée innocente tant que sa culpabilité n’a pas été légalement et définitivement établie.
N’hésitez pas à participer ni à citer vos sources.

 
 → Sur Wikinews, voir aussi : François Fillon et sa femme accusés de détournement de fonds publics.

L'affaire Fillon — appelée à son début affaire Penelope Fillon — est une affaire politique et judiciaire portant initialement sur des soupçons d'emplois fictifs concernant des membres de la famille de François Fillon. Cette affaire intervient pendant la campagne pour l'élection présidentielle française de 2017 à un moment où François Fillon, candidat de la droite et du centre, est en position de favori. L'affaire a un énorme retentissement et provoque pendant plusieurs semaines la remise en cause de la candidature de François Fillon par certains membres de son parti politique. François Fillon refuse de se désister et maintient sa candidature malgré sa mise en examen. Il est défait au premier tour de l'élection présidentielle du .

L'affaire débute par un article du Canard enchaîné le qui affirme que Penelope Fillon, épouse de François Fillon, a été rémunérée 500 000 euros brut pour des emplois d'attachée parlementaire auprès de son mari et son suppléant Marc Joulaud entre 1998 et 2007 et en 2012. Il affirme aussi qu'elle a eu, en 2012-2013, un emploi de conseillère littéraire à la Revue des deux Mondes payé 100 000 euros brut. L'absence de traces convaincantes du travail de Penelope Fillon et sa distance avec la vie politique de son mari conduisent le journal à soupçonner que ces emplois seraient fictifs. Le jour même, le parquet national financier ouvre une enquête préliminaire pour détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits. Dès le , François Fillon conteste le caractère fictif de ces emplois dans un entretien au journal télévisé.

Le , Le Canard enchaîné publie un nouvel article qui, en incluant les années 1988-1990 et 2013, revoit à la hausse le total des salaires de Penelope Fillon en tant qu'assistante parlementaire pour un montant de 813 440 euros brut. L'hebdomadaire mentionne aussi une nouvelle somme de 84 000 euros brut, versée à deux des enfants du couple, Charles et Marie Fillon, entre 2005 et 2007 comme assistants parlementaires quand leur père était sénateur.

Le , François Fillon annonce, en contradiction avec une de ses précédentes déclarations publiques, qu'il maintiendra sa candidature à la présidentielle même s'il est mis en examen. Il dénonce « un coup d’État institutionnel » porté contre lui par la gauche et ses avocats remettent en cause les fondements de la procédure et la compétence du parquet national financier pour traiter cette affaire. François Fillon est mis en examen le pour « détournements de fonds publics », « complicité et recel de détournements de fonds publics », « complicité et recel d’abus de bien sociaux » et « manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique ». L'enquête s'étend le aux costumes de luxe offerts à François Fillon depuis 2012 totalisant une valeur de plusieurs dizaines de milliers d'euros, avec un réquisitoire supplétif contre X pour « trafic d'influence », ainsi qu'à des accusations de « faux, usage de faux » et « escroquerie aggravée » concernant des documents saisis lors d'une perquisition.

Sommaire

Éléments de l'affaire[modifier | modifier le code]

Soupçons d'emplois fictifs dans la famille Fillon[modifier | modifier le code]

Penelope Fillon en 2007.

L'affaire Penelope Fillon ou affaire Fillon, parfois surnommée « Penelopegate », est une affaire politique et judiciaire portant sur des soupçons d'emplois fictifs concernant des membres de la famille de François Fillon. Cette affaire débute fin durant la campagne pour l'élection présidentielle française de 2017 à un moment où François Fillon, candidat de la droite et du centre, est en position de favori pour cette élection[1].

Début de l'affaire : l'article du Canard enchaîné du 25 janvier 2017[modifier | modifier le code]

L'affaire commence avec l'article du Canard enchaîné du — annoncé dès le — qui affirme que Penelope Fillon aurait été rémunérée environ 500 000 euros bruts pour un emploi d'assistante parlementaire de son mari, de 1998 à 2002 et en 2012, et de son suppléant, Marc Joulaud, de 2002 à 2007[2]. Le journal écrit aussi qu’entre et , Mme Fillon aurait perçu 100 000 euros comme conseillère littéraire à la Revue des deux Mondes[2]. Dans son article, Le Canard enchaîné déclare avoir interrogé une assistante de Marc Joulaud, Jeanne Robinson-Behre, celle-ci a répondu à propos de Penelope Fillon : « Je n'ai jamais travaillé avec elle, je n'ai pas d'info à ce sujet. Je ne la connaissais que comme femme de ministre. »[2]. Il a aussi questionné le directeur de la Revue des deux Mondes de l'époque, Michel Crépu, qui a répondu que Penelope Fillon a bien « signé deux ou peut-être trois notes de lecture » mais qu'il n'a jamais eu « la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire. »[2].

Dès le , la presse, s'appuyant sur les déclarations du Canard enchaîné, évoque un soupçon d'emploi fictif de Penelope Fillon comme assistante parlementaire[3],[4]. Le jour même, l'entourage de François Fillon affirme à quelques journalistes qu'elle « a été la collaboratrice de François Fillon. C’est fréquent que les conjoints soient [le] collaborateur, à gauche comme à droite. Elle a toujours travaillé dans l’ombre, ce n’est pas son style de se mettre en avant »[4]. Dans l'article du Canard enchaîné, Christine Kelly, auteur d'une biographie sur François Fillon, exprime ses doutes sur l'emploi de Penelope Fillon : « Je n'ai jamais entendu dire que Mme Fillon travaillait. Personne ne m'a jamais parlé de ça. [...] Pour moi, c'était vraiment la femme au foyer qui s'occupait de ses enfants. »[2]

Le , jour de la parution du Canard enchaîné, le parquet national financier ouvre une enquête préliminaire pour détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits[5]. Bernard Accoyer monte en première ligne pour défendre François Fillon et Penelope Fillon, à la suite de l'ouverture de cette enquête préliminaire[6],[7]. Concernant les doutes sur l'emploi fictif de Penelope Fillon, il déclare l'avoir vue participer aux travaux de François Fillon « dans de multiples circonstances, y compris à l'Assemblée nationale »[8]. Pour le Lab d'Europe 1, cet argumentaire est en contradiction avec celui repris par les porte-paroles de François Fillon, Bruno Retailleau et Florence Portelli, qui pour leur part ont déclaré que Penelope Fillon travaillait comme collaboratrice parlementaire dans la Sarthe et que sa présence à Paris était rare[9].

L'affaire prend de l'ampleur : révision à la hausse des sommes versées[modifier | modifier le code]

Le , Le Canard enchaîné publie un nouvel article chiffrant à 831 440 euros brut la somme perçue par Penelope Fillon comme assistante parlementaire, contrairement aux 500 000 estimés une semaine avant[10]. Le journal a découvert des emplois d'assistante parlementaire en plus entre 1988 et 1990 et en 2013, et a pris en compte dans son calcul les années de salaires 1998-2000 dont il ne connaissait pas le montant la semaine précédente[10]. En résumé, Penelope Fillon aurait été employée comme assistante parlementaire durant les trois périodes 1988-1990, 1998-2007 et 2012-2013[2],[10]. Une autre révélation porte sur des salaires versés à deux des enfants Fillon employés successivement comme collaborateurs parlementaires par le sénateur Fillon entre 2005 et 2007[10]. Les sommes cumulées versées à la femme et aux enfants de François Fillon en tant que collaborateurs parlementaires atteindraient environ 900 000 euros brut et apparaissent relativement généreuses par rapport à l’enveloppe dont disposent les parlementaires[11],[12].

En réponse, François Fillon dénonce le jour même « un coup d’État institutionnel » qui est porté contre lui par la gauche[13] (thèse dont l'argumentation sera développée le 19 février 2017 dans une tribune sur le site Atlantico[14]).

Le , pour contrer la montée de l'indignation que reflètent et alimentent les médias[15], François Fillon publie sur son site de campagne un tableau présentant les dates et les salaires perçus pour chacun des contrats de collaboratrice parlementaire de son épouse entre 1986 et 2013. Les salaires de Penelope Fillon sont présentés en nets, soit une moyenne sur quinze ans d'activité de 3 677 euros nets mensuels, avec une pointe de rémunération à 6 009 € nets mensuels lorsqu'elle était employée par Marc Joulaud, pour un total de 680 380 € nets[16],[17]. François Fillon déclare que Penelope Fillon a donc travaillé quinze ans comme collaboratrice parlementaire, qu'elle n’a jamais été sa subordonnée, mais « qu'elle a toujours été, d’abord et avant tout, (s)a compagne de travail, (s)a collaboratrice »[16]. C'est la première fois qu'apparait un salaire de Penelope Fillon dès 1986. Auparavant avaient été évoquées les années 1997 puis 1988[18].

Mediapart annonce le 10 avril 2017 que Penelope Fillon aurait été rémunérée par l'Assemblée nationale dès 1982, au titre de chargée de mission[19]. Puis, le mercredi 12 avril, Le Canard enchaîné révèle que Penelope Fillon aurait commencé à travailler dès 1980, alors qu'elle n'était encore que la fiancée de François Fillon. Elle aurait été embauchée le 1er avril 1980 comme « personnel non titulaire de l’État » pour un ministère « inconnu » quand François Fillon était chef de cabinet adjoint du ministre de la Défense de Valéry Giscard d'Estaing, Joël Le Theule. Elle aurait été payée 6 000 francs brut par mois pendant plus d'un an jusqu'à l'arrivée de François Mitterrand à la présidence en mai 1981[20],[21]. L'entourage de François Fillon apporte aussitôt un démenti formel à cette allégation assurant que Penelope Clarke était alors étudiante à la Sorbonne[22].

Penelope Fillon, assistante parlementaire[modifier | modifier le code]

Penelope Fillon, collaboratrice de François Fillon[modifier | modifier le code]

Le , sur TF1, François Fillon répond « oui absolument » à la question de Gilles Bouleau pour savoir si Penelope Fillon a accompli « un travail à temps complet d'assistante parlementaire ». Il indique que sa femme travaillait avec lui depuis toujours : « Depuis 1981, depuis ma première élection, elle m'a toujours accompagné dans ma vie publique ». Il précise : « [ma femme] a corrigé mes discours, [...] reçu d'innombrables personnes qui voulaient me voir et que je ne pouvais pas voir, [...] représenté dans des manifestations et des associations [et fait] la synthèse de la presse ». François Fillon ajoute que sa femme lui « faisait remonter les demandes des gens, les évolutions de notre société ». Elle l'a fait, dit-il, « bénévolement pendant des années » mais : « en 1997 j'ai un collaborateur parlementaire qui est parti, je l'ai remplacé par Penelope »[23]. Il explique qu'il a mis fin à la collaboration avec sa femme en 2013, ayant « compris qu'au fond l'opinion publique avait évolué sur ces sujets-là ». Cependant, la presse relève qu'en avril 2013, il s'opposait à un projet de loi sur la transparence de la vie publique initié par le gouvernement après l'affaire Cahuzac, qui prévoyait, entre autres mesures, d'obliger les parlementaires à publier le nom de leurs collaborateurs[24]. François Fillon annonce dans cet entretien qu'il n'y a qu'une seule chose qui l'empêcherait d'être candidat, c'est si son honneur était atteint, s'il était mis en examen[25],[26]. L'Obs relève plusieurs incohérences dans la défense de François Fillon[27].

Le , pour répondre aux soupçons d’emplois fictifs de sa famille lancés par le Canard enchaîné[2],[10], François Fillon tient une conférence de presse à son siège de campagne dans laquelle il réaffirme que, avec un emploi qui n'était nullement fictif, il est honnête parce qu'il a respecté les lois. Estimant qu'en « travaillant avec [sa] femme et [ses] enfants », il avait privilégié une « collaboration de confiance qui aujourd'hui suscite la défiance », il « présente [ses] excuses aux Français » mais maintient sa candidature[28]. Il déclare de plus que le parquet national financier n'était « peut-être pas la "bonne instance" pour conduire ces investigations », et annonce la publication imminente, sur son site Internet[16], de son patrimoine ainsi que des sommes perçues année par année par sa femme en tant que collaboratrice parlementaire[29].

Le , Penelope Fillon s'exprime longuement dans une interview donnée au Journal du dimanche[30],[31]. Elle y assure avoir effectué « des tâches très variées », notamment traiter le courrier, préparer des notes et des fiches pour son mari, relire ses discours et le représenter durant des manifestations. Elle déclare notamment : « J'ai fait donner par mon avocat aux enquêteurs ... des échanges de mails avec les autres collaborateurs de mon mari [...] Bien sûr que je comprenais ce que je signais quand je signais des contrats » ; « Je ne considérais pas que je faisais de la politique. Je travaillais pour mon mari et pour les Sarthois » ; « J'ai toujours été associée à ses choix politiques, il a une confiance totale en moi, pour ma discrétion mais aussi pour ma loyauté »[30],[31]. Dans un entretien au Journal du dimanche, elle affirme son soutien à François Fillon : « Moi, je lui ai dit qu’il fallait continuer jusqu’au bout. [...] C'est lui qui décidera »[30],[31].

Penelope Fillon, collaboratrice de Marc Joulaud[modifier | modifier le code]

Marc Joulaud, député-maire de Sablé-sur-Sarthe, a remplacé en juillet 2002 à son siège de député François Fillon, nommé au gouvernement. Il a employé Penelope Fillon comme collaboratrice parlementaire. Jeanne Robinson-Behre, ancienne assistante parlementaire de Joulaud, répondant à une question du Canard Enchaîné, indique qu'elle n'a « jamais travaillé avec elle », et « ne la connaissait que comme femme de ministre ». Elle est auditionnée par les enquêteurs le 1er février à Angers[32],[33].

Le , Le Monde affirme avoir bénéficié de confidence des enquêteurs[34]. Penelope Fillon aurait dit, à propos de Joulaud, qu'« il avait besoin [d'elle] pour asseoir son autorité », qu'elle le rencontrait « une fois par semaine à Paris, et une autre fois le week-end, dans la Sarthe », que « parfois, elle lui remettait "des notes" », et que « les gens ne savaient pas [qu’elle était] l’assistante parlementaire de M. Joulaud ». Elle aurait aussi déclaré aux policiers : « Jamais je n’ai officialisé ma qualité d’assistante parlementaire de Marc Joulaud, pas plus que quand je faisais le même travail pour mon mari ».

À l’été 2002, Penelope Fillon aurait touché, selon Le Monde qui se réfère au Canard enchaîné, un double salaire : un pour son travail d’assistante de François Fillon (fin de contrat « le 21 août 2002 »), un autre auprès de son suppléant, Marc Joulaud (début de contrat « le 13 juillet 2002 »)[35]. Dans un communiqué, François Fillon indique que la somme qui aurait été payée à son épouse en août 2002 l'a été en juin 2002, ce à quoi le rédacteur en chef du Canard enchaîné, ne contestant pas la correction de date, déclare « Quant à la date, même s'il y avait une imprécision, qu'est-ce que ça change ? »[36].

Le , Marc Joulaud annonce qu'il va être convoqué en vue d'une mise en examen[37].

Doutes sur la réalité des emplois d'assistante parlementaire de Penelope Fillon[modifier | modifier le code]

En octobre 2016, Penelope Fillon, après avoir tenu à Dijon « une réunion publique » pour « expliquer qui est vraiment François Fillon », et s'étant mise en avant pour faire la promotion du mouvement Les Femmes avec Fillon, dit au quotidien Le Bien public : « Jusqu’à présent, je ne m’étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari »[38],[39].

Le 30 janvier 2017, le couple Fillon est entendu par les enquêteurs du parquet national financier. À la suite de « fuites à charge » de nombreux éléments de l'enquête dans la presse[40], RTL affirme que Penelope Fillon ne peut apporter aucune preuve sur un « travail réel », ne pouvant apporter aucun mail ou agenda de cette période ni la preuve de contacts avec les attachés parlementaires parisiens[41]. Le 31 janvier, les enquêteurs sont à l'Assemblée nationale mais ne trouvent « aucune preuve matérielle de la réalité de son poste d'attachée parlementaire » [42]. Les enquêteurs constatent que Penelope Fillon n'a jamais eu de badge pour se déplacer dans l'Assemblée nationale, ni d'adresse électronique à son nom. Un contrat de travail a été trouvé, signé par Penelope Fillon. Elle ne se souvient pas d'avoir signé ou non des contrats de travail[43]. Les avocats de François Fillon invoquent « les contours flous en France des activités de collaborateur parlementaire ». L'Obs découvre des bulletins de salaires indiquant un poste à plein temps à la permanence du Mans entre 1998 et 2002, mais plusieurs militants précisent « n'avoir aucun souvenir de sa présence à la permanence du parti »[44].

Le 2 février 2017, l'avocat de Penelope Fillon, Maître Cornut-Gentille, est interrogé sur RTL à propos d'une révélation importante promise pour la soirée, dans l'émission Envoyé spécial, concernant l'interview de mai 2007. Il explique que, à l'époque de cette interview, la presse britannique cherchait des points communs entre Penelope Fillon et Cherie Blair, et que Penelope Fillon « a voulu précisément souligner et faire valoir qu'elle était le contraire de Cherie Blair »[45].

Le soir du , l'émission Envoyé spécial de France 2, qui présente une enquête sur Penelope Fillon annoncée « en grande pompe », est regardée par 5,4 millions de téléspectateurs, ce qui constitue un record d'audience[46]. Y sont présentés des extraits de l'interview de Penelope Fillon, épouse du nouveau premier ministre français, en mai 2007, par le Sunday Telegraph. Pour se défendre de l'accusation d'avoir réalisé une émission à charge, Envoyé spécial a rendu visible quelques jours, sur le site de France Info, l'intégralité de l'interview (puis l'a effacée, en se référant à un impératif de copyright)[47]. Penelope Fillon y décrit son quotidien comme celui d'une mère de famille très occupée par ses quatre premiers enfants nés en cinq ans (en vérité en huit ans) et sa passion pour l'élevage de chevaux, abandonné en 2002 quand elle vient vivre à Paris (alors qu'elle est supposée travailler, dans la Sarthe estiment certains, comme assistante parlementaire jusqu'en 2007). Dans un autre extrait de cette interview[48], elle déclare que, si elle a repris des cours en littérature anglaise, c'est notamment parce que « Mes enfants ne me voient que comme leur mère »[49]. À la question « Est-ce que vous vous êtes impliquée dans ses campagnes ou sa carrière politique » (de François Fillon), elle répond « j'en avais l'habitude, oui » (« I used to, yes »)[50]. Elle dit aussi « Je n'ai jamais été réellement son assistante » (« I never have been actually his assistant », souvent improprement tronqué en « je n'ai jamais été son assistante »)[51], et « Je ne m'occupe pas non plus de sa communication »[52].

Le 25 avril 2017, le cabinet du juge d'instruction Serge Tournaire fait parvenir un courrier simple à cinq hebdomadaires du groupe Publihebdos dans la Sarthe, l'Orne et l'Eure-et-Loir : L'Orne Hebdo (Alençon), Le Perche (Mortagne-au-Perche), Le Petit Courrier l'Écho de la Vallée du Loir (Château-du-Loir), L'Action républicaine (Nogent-le-Rotrou) et Les Nouvelles de Sablé (Sablé-sur-Sarthe). À l'intérieur une réquisition demande à ces journaux de fournir « tout article publié évoquant Mme Penelope Fillon et notamment tout article relatant sa participation à des événements locaux (inaugurations, cérémonies officielles, visites d’hôpitaux, de maisons de retraite, vernissages, concours divers, etc) publié entre 1998 et 2016 »[53].

Polémique sur les indemnités de licenciement de Penelope Fillon[modifier | modifier le code]

Le , Le Canard enchaîné affirme que Penelope Fillon aurait perçu 45 000 euros d'indemnités de licenciement payées par l'Assemblée nationale (16 000 euros en août 2002, puis 29 000 euros en novembre 2013)[54],[55].

Ces indemnités portent sur deux périodes d'assistance parlementaire : la période 1998-2002 (pour 165 686 euros net de salaires) et celle se terminant en novembre 2013 (pour dix-sept mois de travail rémunérés 65 839 euros net).

Comme tout salarié, les assistants parlementaires ont droit aux indemnités de licenciement, mais, selon Le Canard enchaîné, « la législation ne prévoit pas un tel niveau (…) pour un collaborateur parlementaire ». Selon le code du travail, les indemnités minimums sont calculées en fonction du salaire de référence et de l’ancienneté du collaborateur parlementaire. Quand un assistant a entre un et dix ans d’ancienneté, son indemnité correspond à 1/5e de mois de salaire de référence par année d’ancienneté, autrement dit pour 5 ans d'ancienneté un assistant parlementaire devrait toucher 1 mois de salaire en indemnités[35].

Marie-Françoise Clergeau, questeur de l'Assemblée (PS) et, à ce titre, chargée de contrôler l'exécution du budget de l'Assemblée nationale, précise que les montants de 16 000 et 29 000 euros étaient exacts pour les fins de contrat de Penelope Fillon de 2002 et 2007 et s'inscrivent dans le cadre normal[56].

Le 7 février 2017, François Fillon livre le détail de ses calculs dans un communiqué dénonçant « les mensonges du Canard »[36]. Selon lui, « [les sommes] ont bien été prises en compte dans le calcul de son salaire moyen sur une période de quinze ans, soit 185 mois, qui s’élève bien à 3 677 euros net mensuels en moyenne. Par ailleurs, la somme reçue par Mme Penelope Fillon en novembre 2013 n’est pas de 29 000 euros, comme le prétend le Canard, mais de 7 754,02 euros, comprenant les congés payés. [Le Canard enchaîné] confond certainement avec une somme de 29 565,43 euros qui correspond au total du bulletin de paye du mois d’août 2007 au terme de cinq ans de collaboration avec Marc Joulaud. Quant à la somme de 16 000 euros dont le Canard enchaîné prétend qu’elle l’aurait reçue en août 2002, elle lui a en fait été payée en juin 2002, à l’issue de 51 mois de collaboration en tant que ma collaboratrice parlementaire et s’élève exactement à 16 616,93 euros »[35].

Le Canard du 15 février est d'accord avec ces chiffres, reconnaît s'être trompé sur les dates et admet que les indemnités sont légales au regard des salaires versés, mais les juge « pas parfaitement morales »[57]. Selon Bourse Direct, « Le président de l'Assemblée Claude Bartolone (PS) a rappelé que les "règles" concernant les indemnités des collaborateurs en fin de mandat sont celles "du droit du travail applicables à tous les salariés" », que leur montant « n’est pas fixé librement par les parlementaires », qu'il comprend « l’indemnité de préavis, l’indemnité compensatrice de congés payés et l’indemnité de licenciement », et que 'y ajoute depuis 2001 « une indemnité spécifique", de "précarité", pour "compenser le fait que le collaborateur perd automatiquement son emploi en cas de non-réélection de son député »[58].

Penelope Fillon, conseillère littéraire à la Revue des deux Mondes[modifier | modifier le code]

Toujours selon Le Canard enchaîné, Penelope Fillon aurait été rémunérée comme « conseiller littéraire » de la Revue des deux Mondes de à à près de 5 000 euros mensuels en brut (environ 100 000 euros en tout). Le directeur de la revue à l'époque des faits, Michel Crépu[59], indique qu'elle n'a rédigé que deux ou trois notes de lecture pour la rédaction[60] et précise ne pas avoir été informé de la création de ce poste[61].

Le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de la revue et directeur de la publication, est un proche de François Fillon[62]. Sous la direction de Michel Crépu, « la revue voyait son chiffre d’affaires baisser chaque année »[59]. Marc Ladreit de Lacharrière affirme qu'il a confié à Penelope Fillon une mission de « réflexion stratégique informelle » à laquelle Michel Crépu n'a pas été associé[59]. Selon le Guardian, les enquêteurs cherchent à savoir s'il y aurait des liens entre ce recrutement et le soutien de François Fillon à l'accession au rang de Grand Croix de la Légion d'honneur de Marc Ladreit de Lacharrière en 2010[63]. Celui-ci se dit choqué et rappelle que seul le président de la République peut élever à cette distinction ; cependant, le décret l'élevant à cette dignité indique qu'il est pris sur le rapport du Premier ministre, à l'époque François Fillon[64].

Concernant la Revue des deux Mondes, Penelope Fillon indique au JDD avoir remis aux enquêteurs dix notes de lecture et la preuve du travail d'analyse de ces ouvrages, n'avoir reçu de Michel Crépu aucun retour sur ces notes dont seulement deux ont été publiées et, interprétant « ce silence comme une certain hostilité à (s)on égard », avoir démissionné. Elle déclare aussi « J'ai eu des discussions régulières au début, moins régulières ensuite, avec Marc Ladreit de Lacharrière, car il voulait changer la politique éditoriale de la Revue. Il pensait qu'avec mon background anglo-saxon, je pourrais l'aider »[30],[31].

Deux enfants du couple Fillon employés comme assistants parlementaires[modifier | modifier le code]

Selon Le Canard enchaîné, Marie Fillon et Charles Fillon, deux des cinq enfants du couple, auraient perçu 84 000 euros brut, pour des emplois d'assistants parlementaires quand François Fillon était sénateur, entre 2005 et 2007[10],[65]. Contrairement à ce que François Fillon avait affirmé sur TF1 le 26 janvier, il n'a pu rémunérer « deux de [ses] enfants qui étaient avocats », ces derniers n'ayant pas encore prêté le serment des avocats à l'époque de son passage au sénat[66].

Selon Le Canard enchaîné du 8 février 2017, Marie Fillon suivait un stage d’avocate alors qu’elle était l’assistante parlementaire de son père. Marie Fillon est entrée à l’école de formation du barreau (EFB) de Paris en janvier 2006 et a commencé « en parallèle un stage d’avocate payé 11 035 euros brut par an ». Depuis le 1er octobre 2005, la jeune femme de 23 ans était également assistante parlementaire de son père à temps plein[54],[35]. Ce cumul d'emplois est jugé impossible à réaliser par des anciens camarades de Marie Fillon à l'EFB : « On ne voit pas comment elle a pu cumuler le tout. »[54] François Fillon a lui-même expliqué lundi 6 février dans un entretien télévisé que ses enfants Charles et Marie ont respectivement préparé des bases documentaires pour son projet politique et pour l'écriture d'un livre, mais d'après le journal ces tâches ne correspondent pas au travail d'un assistant parlementaire[54].

Le , le journal Le Parisien rapporte que les deux enfants ont reversé à François Fillon sur le compte joint du couple une partie de leur salaire d'assistants parlementaires. D'après les avocats de la famille, les virements de Marie Fillon seraient des remboursements pour son mariage et ceux de Charles Fillon seraient pour rembourser les loyers et l’argent de poche payés par ses parents[67],[68]. La défense présentée dans Le Parisien, par l'avocat de Marie Fillon, tient en deux arguments principaux : Marie Fillon a reversé une partie de ses revenus tirés de son emploi d'assistante parlementaire afin de rembourser à ses parents son mariage[67], notamment après que ces derniers ont assumé financièrement toutes ses études. Une démarche fondée, selon l'avocat, sur la volonté de Marie Fillon ne pas bénéficier d'un traitement de faveur par rapport à ses frères[67]. François Fillon a retrouvé et mis à disposition de la justice quatorze factures (chapiteau, sono, robe de mariée, traiteur, limonadier) pour un total de 44 000 euros[67].

Prêt non déclaré de 50 000 €[modifier | modifier le code]

D’après le Canard enchaîné daté du 8 mars, François Fillon a perçu, en 2013, de la part de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière, un prêt sans intérêts de 50 000 € sans que ce dernier ne soit mentionné dans la déclaration datée du 16 décembre 2016 transmise à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. C’est l'oubli, signalé par François Fillon aux enquêteurs le 30 janvier 2017, de déclarer ce prêt qui serait visé par la justice pour manquement aux obligations déclaratives. Ce prêt pourrait aussi nourrir les soupçons de trafic d’influence qui entourent les conditions d’attribution du grade de grand-croix de la Légion d’honneur à Marc Ladreit de Lacharrière, sur rapport de François Fillon[69].

Selon Le Canard enchaîné daté du , l'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière a reçu le un chèque de remboursement de 50 000 € de François Fillon. Le journal laisse entendre qu'il pourrait s'agir d'un don maquillé en prêt après le déclenchement de l'affaire Penelope Fillon afin de limiter les dégâts judiciaires et politiques. Aucune trace écrite, aucun versement d'intérêts, aucune date limite de remboursement n'auraient encadré cette opération financière[70],[71].

Dans sa déclaration en tant que candidat à l'élection présidentielle auprès de la HATVP, François Fillon déclare qu'un prêt entre particuliers de 50 000 euros avait pour objet des travaux, qu'il a été souscrit le et qu'il a été remboursé in fine le , soit la veille de la publication sur son site de sa déclaration d'intérêts à la fin de mandat de député[72].

Affaire des costumes[modifier | modifier le code]

Le Journal du dimanche révèle le 12 mars que François Fillon se serait fait offrir depuis 2012 des costumes, pulls, pantalons et blazers sur mesure pour une valeur totale de 48 500 euros[73], dont 35 500 en liquide[74] (montant, contesté par les soutiens de François Fillon, excédant le seuil légal autorisé[75]) et 13 000 payés par chèque de la banque italienne Monte Paschi[76]. Ils auraient été offerts par un ou des amis anonymes, après avoir été achetés à la boutique de luxe Arnys, située rue de Sèvres, dans le 7e arrondissement de Paris. Robert Bourgi est identifié comme la personne ayant offert pour 13 000 € de costumes[75],[77]. Une visite des enquêteurs, suivie d'une perquisition ont eu lieu dans le magasin. Selon les informateurs du Monde, les enquêteurs ont trouvé des documents prouvant que Robert Bourgi a commandé les deux costumes sur mesure le 7 décembre 2016, 9 jours après la victoire de François Fillon à la primaire de la droite, puis les a payés le 20 février 2017[75].

L'enquête s'étend le avec un réquisitoire supplétif contre X pour « trafic d'influence »[78]. Les enquêteurs cherchent à savoir si ces cadeaux ont été faits à titre privé ou s’ils sont en lien avec le mandat de député de Paris de François Fillon, ce qui constituerait alors un délit[79],[80]. Le , François Fillon affirme avoir rendu les costumes[81]. Le , Robert Bourgi confirme et, évoquant François Mitterrand et Pierre Moscovici, il ajoute que « d'autres hommes politiques ont reçu des cadeaux du même ordre, et même dans la même maison de couture »[82].

Le 14 avril, Robert Bourgi révèle lors d'une interview à Mediapart que François Fillon et Anne Méaux, responsable de la communication du candidat, l'ont tous deux appelé afin de l'inciter à ne pas révéler qu'il était le donateur des costumes, la Françafrique qu'on associe à Robert Bourgi ayant mauvaise image. Il aurait donc « été contraint pendant une semaine de mentir »[83]. Le jour même, Libération affirme que François Fillon aurait rendu d'autres costumes, produits aux Pays-Bas, à la place de ceux de Bourgi[84]. Le , François Fillon affirme que « c’est juste la police qui ne sait pas faire son travail. On fait croire que je n’aurais pas rendu les bons costumes parce qu’on a trouvé une étiquette "Holland" dans la poche. Mais ce n’est pas la provenance du costume, c’est l’étiquette du fabricant de tissu Holland & Sherry (en) ! Et la presse, informée de l’enquête en temps réel, gobe ce bobard sans sourciller ! Si nous n’étions pas à cinq jours de l’élection présidentielle, on pourrait en rire. Mais à ce niveau, c’est insupportable. »[85] tandis que Bourgi dément l'existence d'une contrepartie au sujet des costumes[86]. Le 21 avril, les enquêteurs confirment que l'ensemble blazer-pantalon de 2014 et les deux costumes rendus à Robert Bourgi proviennent bien de la maison Arnys. Un troisième costume offert par la maison Arnys n'a pas été rendu[87].

Affaire des montres[modifier | modifier le code]

Le , France Info révèle que l'homme d'affaires de nationalité italienne et suisse Pablo Victor Dana déclare avoir, en 2009, offert de manière « totalement désintéressée » à François Fillon, qui était alors Premier ministre, une des montres mentionnées dans sa déclaration de patrimoine (objets d'une valeur minimale de 10 000 euros)[88]. En 2013, alors député, il s'est vu offrir une deuxième montre de valeur de la part du patron de Rebellion Racing dirigeant d'une équipe automobile d'endurance aux 24 Heures du Mans[89]. François Fillon déclare avoir en outre reçu d'Alain Thébault, inventeur de l'hydroptère, une montre de moins de 10 000 euros qu'il n'a donc pas pu déclarer. L'Express remarque que Fillon avait signé, en 2007, une circulaire demandant à ses ministres de ne pas conserver les cadeaux qu'ils reçoivent dans l'exercice des fonctions gouvernementales[90].

Activités de la société 2F Conseil[modifier | modifier le code]

Le , François Fillon dépose au tribunal de commerce de Paris les statuts de la société « 2F Conseil » proposant des services de conseil à « tout État et [...] tout organisme international, européen, national, étatique, régional, départemental, municipal ou local, français ou non [...] ». La société est créée, pour 1 000 € d'apport en capital, onze jours avant son élection en tant que député de Paris, ce qui lui permet d'éviter l'interdiction faite aux députés de commencer une fonction de conseil pendant leur mandat[91]. Son unique actionnaire, employé et gérant est François Fillon[92],[93].

Bruno Retailleau, fidèle collaborateur de Fillon avait déclaré, fin janvier 2017, que la société 2F n’avait « aucun client russe »[94].

Saisi par des députés de gauche, le déontologue de l'Assemblée nationale Ferdinand Mélin-Soucramanien, nommé « sur proposition de M. Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, à l’unanimité des membres du Bureau, et avec l’accord des présidents des groupes d’opposition »[95], affirme que la société de conseil de François Fillon ne pose aucun problème juridique, et précise que celui-ci « n'a pris aucune position, ni signé aucun amendement » lors du débat sur la transposition en droit national de la directive européenne relative aux activités d'assurance et qu'« il n'est intervenu, de façon générale, à aucun moment sur ces questions »[96].

Clients reconnus[modifier | modifier le code]

  • Axa, alors présidé de mai 2000 au par Henri de Castries, soutien déclaré de M. Fillon. Axa a versé 200 000 € à 2F Conseil entre 2012 et 2014. François Fillon a conseillé Axa sur les négociations de la directive européenne dite « Solvabilité 2 » relative à la nouvelle réglementation des assureurs en Europe. Il a également facilité les échanges pour Axa en Allemagne et à la commission européenne[97].
Fimalac.gif
Oddo banque privee new rvb hd.jpg

Groupe Ricol Lasteyrie[modifier | modifier le code]

Rlcf.jpg

D'après Mediapart, François Fillon est depuis 2012 senior advisor et membre du comité stratégique du groupe Ricol Lasteyrie, qui conseille de nombreuses sociétés du CAC 40 et multinationales (Air France, Alstom, BPCE, EDF, Engie, Altran) et que préside René Ricol. Il n'a pas déclaré publiquement cette activité, qui lui a rapporté au moins 200 000 € de 2012 à 2016. Les sommes sont perçues par la société 2F Conseil, fondée par François Fillon en 2012, à la fin de son mandat de Premier ministre, quelques jours avant de redevenir député. 2F Conseil a été initialement domiciliée dans les locaux du cabinet Ricol Lasteyrie, avenue Hoche, dans le 8e arrondissement de Paris.

De 2010 à 2012, François Fillon a eu sous sa responsabilité René Ricol au titre de commissaire général du Commissariat général à l'investissement, chargé de la gestion des fonds des « investissements d'avenir » (ou « grand emprunt »)[102].

Conférences[modifier | modifier le code]

De 2012 à 2016, François Fillon a donné 7 conférences rémunérées. 3 ont eu lieu en Russie (21 mars 2013, 19 septembre 2013, 19 juin 2015). 5 ont porté sur l'énergie et/ou les énergies fossiles, comme le pétrole. Le 6 février 2017, François Fillon n'a désigné que trois clients de 2F Conseil : Axa, Fimalac et la banque Oddo. Il a affirmé n'avoir travaillé avec "aucune entreprise russe, ni aucun organisme de ce pays". Il n'a pas évoqué Fouad Makhzoumi ou FPI comme un de ses clients[103].

Fouad Makhzoumi[modifier | modifier le code]

Le 15 mars 2017, le site Mediapart indique qu'un contrat aurait été signé début 2016 entre 2F Conseil et Fouad Makhzoumi, homme d'affaires libanais à la tête du groupe Future Pipe Industries [104]. FPI, domicilié à Dubaï (Émirats arabes unis), est un leader mondial de la fourniture de pipelines) en fibre de verre et un fournisseur des grandes monarchies du Golfe, dont l'Arabie Saoudite[105].

Deux versements de 22 500 euros chacun ont été effectués, à l’été 2015 puis début 2016, sur le compte de la société 2F Conseil par le groupe FPI (Future Pipe Industries), en échange d’une mission de « mise en relation ».

Selon le Canard enchaîné du 22 mars 2017, la société 2F Conseil aurait signé contre 50 000 dollars une convention de sept pages rédigée en anglais afin de mettre en relation des influencers and policy makers in Russian, Algerian, Gabonese, Ivoirian and French companies (« hommes d'influence et responsables dans des entreprises russes, algériennes, gabonaises, ivoiriennes et françaises »). Ce contrat de lobbying d'une durée d'un an (du 10 juin 2015 au 10 juin 2016), était resté confidentiel jusqu’à ce que Mediapart en prouve l’existence, le 14 mars 2017. Conclu dans le secret de la société 2F Conseil et au titre de son activité de consultant, ce contrat n’a pas été déclaré par François Fillon au déontologue de l’Assemblée nationale. Les obligations déclaratives des députés sont en effet limitées aux éventuels cadeaux et voyages obtenus en lien avec leurs mandats d’élu.

François Fillon s'est rendu à Beyrouth en décembre 2014 sur invitation de Fouad Makhzoumi, afin de rencontrer des dirigeants politiques et religieux libanais[105].

François Fillon aurait également mis en relation Fouad Makhzoumi avec le PDG de Total Patrick Pouyanné et le président russe Vladimir Poutine. Selon l’hebdomadaire, une photo de cette rencontre existe, datée du et a été prise à Saint-Petersbourg lors du Forum économique international. François Fillon, bien que candidat à l’époque à la primaire de la droite et du centre, aurait ainsi aidé le milliardaire libanais grâce à son carnet d’adresses et organisé des rencontres avec le PDG français de la multinationale pétrolière et le président russe. Patrick Pouyanné, PDG de Total, a été le directeur de cabinet de François Fillon en 1995 au ministère des Technologies de l'Information et de La Poste[106].

Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, déclare « en anglais, c'est ce que nous appelons fake news » et ajoute « en ce qui concerne les rencontres avec le président, elles sont organisées par le Protocole présidentiel et il est là aussi exclu qu'un intermédiaire joue un rôle ». Il affirme que la rencontre dans les couloirs du forum entre Vladimir Poutine et Fouad Makhzoumi était spontanée et informelle[107].

Autres dossiers[modifier | modifier le code]

Travail des assistants parlementaires de François Fillon[modifier | modifier le code]

Selon Buzzfeed, Fillon ferait travailler son assistante parlementaire Anne Faguer sur sa campagne présidentielle, ce qui est légalement proscrit pendant les heures de travail[108].

Le même site web met en doute la réalité de l'emploi occupé par Maël Renouard, assistant parlementaire de François Fillon de novembre 2013 à septembre 2015[109].

Inscription d'une église au titre des monuments historiques[modifier | modifier le code]

François Fillon est accusé par l'hebdomadaire satirique lyonnais Les Potins d’Angèle d'avoir permis l'inscription au titre des monuments historiques de l’église Saint-Pierre de Lubilhac à Coux (Ardèche), propriété de son ami Marc Ladreit de Lacharrière. Ce classement est acté le 15 mai 2012, le jour même de la passation de pouvoir entre Sarkozy et Hollande, alors que les experts, en particulier l'ancien conservateur du musée gallo-romain de Lyon Jacques Lasfargues, s'y seraient formellement opposés et que la commission régionale du patrimoine et des sites (CRPS) avait rejeté une première demande, le 21 mars 2011. Moins d'un an plus tard, en février 2012, la CRPS rend un avis favorable, validé par la Drac le 3 mai suivant. L’entourage de François Fillon dément catégoriquement cette accusation et précise que le président du Conseil général de l'Ardèche, Pascal Terrasse, avait appuyé le dossier, ce que confirme cet élu socialiste[110].

Enquête du parquet national financier[modifier | modifier le code]

Enquête préliminaire[modifier | modifier le code]

Le , soit le même jour où l’enquête du Canard enchainé est publiée, une enquête préliminaire est ouverte par le parquet national financier pour des chefs de détournements de fonds publics (pour les présumés emplois fictifs de Penelope Fillon comme assistante parlementaire), abus de biens sociaux (pour le présumé emploi fictif de Penelope Fillon comme conseillère littéraire à la Revue des deux Mondes) et recel de ces délits[6],[7]. L'enquête est confiée à l'Office anti-corruption de la police (OCLCIFF).

Christine Kelly, auteur d'une biographie sur François Fillon, est auditionnée durant l'enquête.

Le , Me Antonin Levy, l'avocat de François Fillon se rend au parquet national financier et déclare : « J'ai eu une rencontre avec les magistrats du parquet national financier (...) Nous sommes convenus de nous reparler aussi souvent que cela sera nécessaire »[111]. Le 27 janvier, l'OCLCIFF auditionne Michel Crépu et Christine Kelly, journaliste et auteur de François Fillon, le secret et l’ambition en 2007 et de François Fillon, les coulisses d'une ascension en 2017[112], puis, le 30 janvier, Marc Ladreit de Lacharrière et le couple Fillon séparément[113],[41], et le , Marc Joulaud[114].

Le 31 janvier le président (PS) de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone autorise les enquêteurs de la police à pénétrer au Palais Bourbon, siège de l' l'Assemblée nationale, ce qui provoque « une stupeur dans l'assemblée »[115]. Il s'agit de la sixième perquisition policière autorisée depuis le début de la Cinquième république[116].

Le , le parquet national financier a également demandé aux policiers, chargés de l'enquête, d’étendre leurs investigations à Marie et Charles Fillon, les enfants du couple, qui eux aussi ont été rétribués pour un emploi auprès de François Fillon, alors qu'ils étaient étudiants[117]. Éliane Houlette, directrice du parquet national financier, a reçu le 3 février les avocats de la famille Fillon et leur a indiqué son intention « d'aller vite » mais sans s'engager sur un calendrier[15].

Le jeudi 16 février, le parquet national financier fait savoir que « les nombreux éléments déjà recueillis ne permettent pas d’envisager, en l’état, un classement sans suite de la procédure. »[118],[119],[120]. Après ce communiqué, François Fillon constate que, contrairement à ce qu'il attendait de la justice, l'affaire ne se dénoue pas rapidement. Il déclare alors qu'il s'en remet désormais « au seul jugement du suffrage universel »[121]. Il confirme le lendemain dans une interview au Figaro que, contrairement à ce qu'il avait déclaré lors du journal télévisé de 20 heures de TF1 le 26 janvier, il maintiendra désormais sa candidature à la présidentielle même s'il est mis en examen[122].

Ouverture d'une information judiciaire[modifier | modifier le code]

Le 24 février 2017, le parquet national financier ouvre une information judiciaire pour « détournements de fonds publics, abus de biens sociaux et recel, trafic d’influence et manquement aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », contre personnes non-dénommées, concernant toutefois d'après le journal Le Monde François Fillon, son épouse, deux de ses enfants et son suppléant, Marc Joulaud. Le journal indique par ailleurs que « le fait qu’ils ne soient pas nommés permet simplement au juge d’étendre les poursuites si d’autres mis en cause étaient découverts »[123].

Le parquet le fait dès ce jour devant le risque de ne pouvoir poursuivre des faits antérieurs à 2005 après la promulgation de la loi adoptée le 16 février 2017. Cette loi prévoit une prescription définitive de douze ans pour les faits n'ayant pas donné lieu à la mise en mouvement ou à l'exercice de l'action publique[123].

Les avocats de François Fillon considèrent pour leur part « que l’ouverture d’une information judiciaire était la preuve que le parquet n’avait pas pu démontrer la réalité des infractions reprochées au candidat de la droite à l’élection présidentielle »[123].

Le , Libération et Mediapart rendent publics les noms des trois juges désignés trois jours plus tôt. Le président du tribunal de grande instance de Paris Jean-Michel Hayat nomme Serge Tournaire comme premier magistrat instructeur, accompagné de deux autres juges d'instruction : Stéphanie Tacheau et Aude Buresi[124]. Élisabeth Lévy directrice de rédaction du magazine Causeur (dont le Figaro indique qu'il ne cesse de défendre Fillon) fait remarquer que le juge Tournaire semble s'être donné pour mission de « flinguer » du politique ayant déjà mis en en cause Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse dans l'Affaire Woerth-Bettencourt puis pour financement illégal de campagne dans l'Affaire Bygmalion et qu'Aude Buresi est une élue du syndicat de la magistrature[125].

Le , François Fillon annonce le report de sa visite au salon de l'agriculture et sa convocation « aux fins de mise en examen » le 15 mars, par les trois magistrats instructeurs du pôle financier[126]. Penelope Fillon est également convoquée devant la justice en vue d'une mise en examen[127]. Le , leur domicile parisien est perquisitionné[128], puis, le 3 mars, leur domicile sarthois[129].

Mises en examen[modifier | modifier le code]

François Fillon est mis en examen le pour « détournements de fonds publics », « complicité et recel de détournements de fonds publics », « complicité et recel d’abus de bien sociaux » et « manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique »[130],[131]. Le chef de « trafic d'influence » n'a pas été retenu dans cette mise en examen [132]. Les manquements aux obligations déclaratives à la HATVP concernent notamment le “prêt” non déclaré de 50 000 euros de Marc Ladreit de Lacharrière à François Fillon[133].

La convocation, initialement prévue pour le 15 mars, a été avancée d'une journée afin de préserver la sérénité des débats, selon son avocat Antonin Lévy[130], qui rapporte aussi que, lors de l'audition, le juge a déclaré à François Fillon « vous êtes convoqué pour l'emploi de votre épouse Penelope Clarke, emploi fictif ou surévalué ». L'avocat s'étonne de ce premier glissement sémantique depuis le début de l'affaire[134].

L’ancien suppléant de François Fillon à l’Assemblée nationale, Marc Joulaud est mis en examen le 24 mars pour « détournement de fonds publics » par les juges financiers qui enquêtent sur les emplois supposés fictifs de Penelope Fillon[135].

Penelope Fillon est quant à elle convoquée à se présenter devant les juges le 28 mars 2017[73]. Le même jour, elle est mise en examen pour « complicité et recel d’abus de bien sociaux, recel d’escroquerie aggravée et complicité et recel de détournement de fonds publics »[136].

Élargissement de l'enquête[modifier | modifier le code]

Le , l’enquête est élargie à des soupçons de trafic d’influence dans le cadre de l'affaire des costumes de luxe offerts à François Fillon[137].

Le 21 mars 2017, plusieurs médias, dont Le Monde, annoncent que le PNF a délivré le 16 mars un réquisitoire supplétif aux trois juges chargés d'instruire l'affaire pour « escroquerie aggravée » et « faux et usage de faux » : les enquêteurs ont saisi lors d'une deuxième perquisition à l'Assemblée nationale courant mars 2017 des documents qui comporteraient des calculs d'heures travaillées et supposent que des faux ont pu être produits pour justifier a posteriori le travail de Penelope Fillon[138].

Menaces de mort[modifier | modifier le code]

À partir de début avril 2017, des lettres anonymes de menaces de mort sont adressées par un mystérieux « Collectif d’Épuration 2J » à des collaborateurs du palais de l'Élysée puis à des magistrats du pôle financier et des journalistes du Canard enchaîné, de Mediapart et du Journal du Dimanche[139],[140],[141],[142]. À la suite de ces envois, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour « menaces de mort ».

Défense de François Fillon pendant l'affaire[modifier | modifier le code]

Attaque contre la prétendue misogynie de l'article du Canard enchaîné[modifier | modifier le code]

Au tout début de l'affaire Penelope Fillon, François Fillon attaque le caractère misogyne de l'article du Canard enchaîné du [2] : « Je suis scandalisé par le mépris et par la misogynie de cet article. Alors, parce que c'est mon épouse, elle n'aurait pas le droit de travailler ? Imaginez un seul instant qu'un homme politique dise d'une femme, comme le fait cet article, qu'elle ne sait faire que des confitures. Toutes les féministes hurleraient. » L’article ne conteste à aucun moment le droit de Penelope Fillon de travailler mais c’est la réalité même de son travail d’assistante parlementaire qui est remise en question[143]. D'après un spécialiste de la communication, cette contre-attaque de François Fillon est inefficace : « D’abord parce qu’on voit tout de suite que c’est une diversion, ensuite parce que ce n’est pas cohérent avec la personnalité même de François Fillon, qui n’est pas féministe. »[143]

Contestation de la compétence du parquet financier[modifier | modifier le code]

Après l’ouverture de l’enquête préliminaire, les avocats de François Fillon considèrent que le parquet financier n’avait pas compétence pour enquêter sur les soupçons d’emplois fictifs de Penelope Fillon et que les investigations du parquet financier seraient frappées de nullité. Me Antonin Levy estime qu'« un parlementaire ne peut pas être concerné par un détournement de fonds publics » et que, d'autre part, des atteintes sont portées au principe démocratique de la séparation des pouvoirs[144]. Les avocats de François Fillon demandent au parquet national financier de se dessaisir de l'enquête préliminaire qu'il a engagée. Par ailleurs il considère que l'enquête est devenue plus médiatique que judiciaire. Les avocats de François Fillon portent plainte pour violation du secret de l'instruction s'interrogeant sur « l'impartialité d'une ou plusieurs personnes dans cette enquête »[40].

Le parquet financier répond à cette mise en cause indiquant que « la poursuite du délit de détournement de fonds publics relevant d’une compétence partagée avec le parquet de Paris, l’ouverture de l’enquête préliminaire a été précédée d’un échange avec ce dernier, comme le prévoit la circulaire du 31 janvier 2014 »[145].

Évocation d’un complot attribué au pouvoir socialiste[modifier | modifier le code]

À partir du [146] et à plusieurs reprises les jours suivants, François Fillon et ses soutiens évoquent des « officines » à l’œuvre pour nuire à la candidature de François Fillon[147],[148]. Le , François Fillon continue à dénoncer un complot politique : « Ces attaques ne sortent pas de nulle part, elles ont été soigneusement préparées, mijotées, dans les arrières cuisines des officines. »[147]

Le , devant les parlementaires Les Républicains, François Fillon déclare être victime d'un « coup d'État institutionnel » dirigé par la gauche au pouvoir contre sa candidature à la présidentielle[149]. À la suite de cette accusation de complot de la gauche, Benoît Hamon le candidat socialiste à la présidentielle répond : « Je ne vois pas où se situe le complot. À ma connaissance, l'employeur c'est bien François Fillon, l'employée c'est madame Fillon. Où se situe le complot, je ne vois pas bien »[150].

Invité le par France Info, le député LR proche de Nicolas Sarkozy Éric Ciotti déclare — « en suivant le vieil adage populaire, à qui profite le crime ? » — être sur la piste de la taupe du Penelopegate. Selon lui, « il n’y a qu’un lieu où tous les éléments qui sortent, contrats, chiffres, sont recensés, c’est à Bercy », le pouvoir ayant la capacité d'en disposer. Pour l'élu, l'affaire profite à Emmanuel Macron, très proche du président de la république François Hollande et du secrétaire général de l'Élysée Jean-Pierre Jouyet déjà impliqué en 2014 dans une tentative de diffamation contre Fillon[151].

Le 22 mars le député LR Luc Chatel affirme que les socialistes seraient à la manœuvre derrière toutes ces révélations : « Après des semaines de manœuvres, les socialistes signent enfin leur forfait. La chronologie est trop parfaite pour être le fruit du hasard. [...] Le forfait est ainsi signé de la grande manipulation orchestrée depuis des semaines »[152]. François Fillon est d'accord avec cette charge de son porte-parole et assure qu'il y a une « machination » contre lui sans apporter la moindre preuve de ce qu'il avance : « Chaque semaine, il y a des fuites organisées contre le secret de l'instruction par les services de l’État. »[153]

Le 23 mars sur France 2, invité de L'Émission politique présentée par David Pujadas, François Fillon affirme en direct que les affaires qui lui valent une mise en examen sont pilotées par le président de la République. Selon lui, il existerait un cabinet noir de l’Élysée qui ferait fuiter les auditions dans les journaux et remonter toutes les écoutes au chef de l’État. Pour étayer ses dires, il prétend s'appuyer sur le livre Bienvenue place Beauvau publié le même jour par trois journalistes, dont deux travaillent au Canard enchaîné[154]. L'Élysée dément le soir même l'existence d'un cabinet noir[155] et les auteurs indiquent « Le retour aux affaires des chiraquiens nourrit bien évidemment le soupçon sarkozyste de l'existence d'un cabinet noir. Il n'est pas possible d'en apporter la preuve formelle comme il n'est pas possible de prouver le contraire »[156]. Concernant plus précisément l’affaire Fillon, les auteurs écrivent « Le scandale du Penelopegate vient d’éclater et le parquet national financier a diligenté, à la lecture de l’hebdomadaire satirique paraissant le mercredi, une enquête sur l’emploi présumé fictif de Madame Fillon, comme assistante parlementaire de son mari. Mais cette fois, le supposé cabinet noir de l’Élysée n’y est pour rien »[157]. Le livre évoque un éventuel « cabinet noir anti-Sarkozy », une « structure clandestine, aux ramifications complexes », qualifiée d'« association de malfaiteurs » par les élus Les Républicains Bruno Retailleau,Christian Jacob, présidents respectivement des sénateurs et députés LR, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, Luc Chatel, Nathalie Kosciusko-Morizet et Philippe Bas. Ceux-ci saisissent le procureur de Paris et le procureur national financier en leur demandant de donner « les suites » qu'ils jugent « utiles » aux 17 passages du livre dans lesquels, selon eux, les faits révélés sont des faits de « corruption », de « trafic d'influence », d'« atteinte à la vie privée » et d'« abus d'autorité » commis au sommet de l'État[158]. Le 31 mars, L'Express indique que « selon une source proche du dossier, les faits racontés sont toutefois "insuffisamment étayés et précis" pour justifier l'ouverture d'une enquête judiciaire »[159]. Le , L'Express révèle que le procureur national financier, pour lequel cinq des passages sur les dix-sept concernent « d'éventuelles infractions ressortissant de [sa] compétence », indique que « les affirmations qu'on y trouve sont trop imprécises et manquent trop d'étai pour pouvoir justifier l'ouverture d'une enquête préliminaire ». Le procureur François Molins répond lui aussi pour les autres passages aux intéressés en indiquant qu'« aucune suite judiciaire ne devrait être donnée en raison du même problème de l'imprécision des faits dénoncés »[160]. Le 7 avril, Robert Gelli, directeur des affaires criminelles et des grâces, dément à son tour les accusations[161].

Selon plusieurs journaux, le candidat et son entourage relancent l’idée d’une machination, faute de pouvoir être entendus sur les thèmes de leur programme[162],[163],[164]. La méthode de défense de François Fillon a pu être analysée comme une mise en application du Théorème de Pasqua[165], relative à une citation attribuée à l'ancien ministre de l’intérieur Charles Pasqua : « Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien. » Le , François Bayrou, qui soutient Emmanuel Macron pour la présidentielle, déclare qu'il ne croit pas au complot et estime que « la théorie du complot est un enfermement [dans lequel] on s'empêche de voir la responsabilité que l'on porte soi-même »[166].

François Fillon réitère ses accusations à l'encontre du pouvoir en place le 6 avril 2017, répétant que les documents auxquels les journalistes du Canard enchaîné ont eu accès « viennent d'un service de l'État ». Maintenant que la justice est, selon lui, manipulée, François Fillon menace de poursuivre, « le moment venu, tous ceux qui sont à l'origine de cette affaire »[167]. Ces allégations sont rapidement démenties et qualifiées de « grotesques » par Le Canard enchaîné, le rédacteur en chef Louis-Marie Horeau déclarant avec humour que le journal « adorerait trouver au courrier une enveloppe bien fournie de révélations comme celles-ci chaque matin »[168]. François Fillon affirme qu'il détient toutes les indications sur ceux qui ont transmis les documents et qu'il poursuivra le moment venu ceux qui sont à l'origine de la révélation de l'affaire. Dans l'entourage de François Hollande on rétorque que « s'il avait la moindre preuve, il l'aurait déjà produite »[169].

Refus de répondre aux questions sur les affaires[modifier | modifier le code]

À partir d'avril 2017, avant le premier tour de l'élection présidentielle du , François Fillon refuse de s'exprimer sur sa mise en examen et les affaires judiciaires qui le concernent. Le lors du grand débat des onze candidats à l'élection présidentielle, à une demande d'explications de Laurence Ferrari sur ses supposées "erreurs" passées, il rétorque : « Non seulement je n'ai pas commis d'erreurs, Madame, mais en plus je refuse de répondre à toute question sur ce sujet, et surtout de la part de journalistes qui pendant deux mois et demi ont fait mon procès »[170].

Le , à la suite des nouvelles révélations de Mediapart du concernant la date à partir de laquelle Penelope Fillon aurait été rémunérée par l'Assemblée nationale, François Fillon affirme qu'il refusera de répondre publiquement à toute question concernant l'emploi de son épouse, déclarant ne pas vouloir davantage « aliment[er] le feuilleton de la calomnie avec ces révélations successives, soigneusement distillées par des services de l’État »[171], après avoir invité la veille un journaliste à « aller [se] faire voir »[172].

Le , François Fillon refuse l'invitation à une émission de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV prévue le , dernier jour de la campagne électorale. Le journaliste assure en connaître la raison : « [François Fillon] ne veut plus parler des affaires, donc il estime que l'on ne peut plus l'interroger. »[173] De plus, l'émission précédente chez Jean-Jacques Bourdin le ne s'était pas très bien passée pour François Fillon, celui-ci ayant provoqué l'ire et le dépit d'internautes et de rivaux politiques lorsqu'il avait déclaré qu'il n'arrivait pas à mettre « de l'argent de côté ». Son refus de participer à l'émission serait destiné à ne pas offrir un éventuel nouvel angle d'attaque pour ses adversaires à deux jours du premier tour[173]. Le même jour, dans un entretien avec La Dépêche du Midi François Fillon esquive les questions portant sur ses ennuis judiciaires mais le journal publie ces questions dans un encadré qui accompagne l'entretien[174].

Le , le journal Le Monde annonce qu'il a refusé un entretien de politique générale avec François Fillon car celui-ci a posé comme condition de ne pas avoir à répondre à des questions portant sur les affaires pour lesquelles il a été mis en examen. Le journal explique cette décision : « Nous avons refusé parce qu’il nous semblait indispensable d’interroger François Fillon sur la moralisation de la vie publique, sujet essentiel du débat démocratique en cours. Et parce qu’il nous semble évident, par ailleurs, que les hommes et femmes politiques n’ont pas à décider des questions qui leur sont posées. »[175] François Fillon réplique le lendemain en affirmant sur RTL que « c’est pas les médias qui décident du tempo, qui décident des questions, qui décident de la campagne » et en ajoutant que « chacun pose les questions qu’il veut, mais moi, je réponds à qui j’ai envie de répondre »[176].

Dénonciation d'un acharnement médiatique[modifier | modifier le code]

Lors de sa conférence de presse du lundi , François Fillon accuse les médias de l'avoir « lynché et assassiné politiquement »[177]. Le , la porte-parole de François Fillon Caroline Cayeux dénonce un « acharnement médiatique [...] très choquant pour tout le monde », rappelant « la présomption d'innocence » de son candidat[178].

Le François Fillon ironise face à l'acharnement médiatique dont il se dit victime : « Il y a des journalistes qui enquêtent chez moi, dans mon département. Alors j'ai une Ferrari cachée dans une grange quelque-part. Ils la cherchent mais ne la trouvent pas. J'ai fait payer le repas d'enterrement de ma mère par des entreprises. Je suis intervenu auprès du recteur pour augmenter la note de mon fils au baccalauréat. Et ma femme a travaillé dans un cabinet ministériel dans les années 30 ! » Quand un lecteur du Parisien lui demande pourquoi il n'a pas calmé le jeu au début, il répond : « Parce que la justice s'est emparée du sujet en une heure, que j'ai 20 enquêteurs sur mon dos depuis trois mois, j'en suis à neuf perquisitions aujourd'hui »[179].

Répercussions politiques[modifier | modifier le code]

Revirements des soutiens de François Fillon[modifier | modifier le code]

Georges Fenech est le premier à demander le retrait de la candidature de François Fillon.

L'affaire Penelope Fillon provoque pendant plusieurs semaines la remise en cause de la candidature de François Fillon à l'élection présidentielle par certains membres de la droite et du centre.

Dans un premier temps, le , Alain Juppé exclut d'être un recours en cas de retrait de la course présidentielle de François Fillon[180]. Le , le député sarkozyste Georges Fenech, membre des Républicains, estime que « le résultat de la primaire est caduc » et que « la situation est très compromise à droite » ; il appelle son camp à changer de candidat[181],[182],[183],[184]. La député alsacienne Arlette Grosskost, elle aussi membre des Républicains et soutien d'Alain Juppé lors de la primaire, affirme qu'elle a toujours été contre le népotisme et ajoute : « On est très mal. Moi, j'ai un tas de SMS qui arrivent ou de mails de la part de militants de base qui me disent “mais qu'est-ce qu'on fait” ? Que voulez vous que je réponde ? »[185].

Henri Guaino, député des Républicains également candidat à la présidentielle, considère que l'affaire est un « naufrage » et que François Fillon doit renoncer à être candidat[186],[187]. Il déclare par la suite que ce dernier « ne tiendra pas jusqu'au premier tour » et que la droite peut « perdre » l'élection[188].

Le , les fillonistes considèrent que François Fillon est le seul «dénominateur commun» pour la présidentielle et que tous ceux qui s'estimaient être un plan B ont fait le constat qu'il n'y en avait pas Ils affirment entre autres que les juppéistes ne veulent pas entendre parler de François Baroin et que les quadras (Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse) ne laisseront pas l'un d'entre eux partir comme candidat de remplacement à la présidentielle[189].

Alain Juppé refuse à plusieurs reprises de remplacer François Fillon.

Le , Le Figaro annonce que Juppé n'exclut plus de prendre la relève de Fillon sous condition qu'il y ait consensus autour de sa candidature. Il se considère comme le seul capable de sauver sa famille politique. Mais rien ne se fera sans l'accord de Fillon. Les deux hommes se sont rencontrés le 4 février et ont prévu de se revoir prochainement[190].

Le , dix-sept sénateurs, députés, députés européens et anciens ministres dont Georges Fenech, Claude Goasguen, Alain Gest, Sébastien Huyghe, Nadine Morano se réunissent pour évoquer la difficultés de la campagne pour l'élection présidentielle. Ils entendent que François Fillon « prenne ses responsabilités » et se retire[191],[192].

Après l'annonce le de la convocation de François Fillon aux fins de mise en examen, Nicolas Sarkozy indique à François Fillon, en privé, qu'il se retirerait s'il était à sa place, tout en ajoutant qu'il ne fera rien pour le gêner[193]. Dès le , Bruno Le Maire démissionne de la campagne, suivi le par Gilles Boyer, le trésorier de la campagne présidentielle, Sébastien Lecornu, directeur adjoint de la campagne et Vincent Le Roux, conseiller auprès du directeur de campagne[194],[195].

Le , une vingtaine de maires de la droite et du centre demandent à Fillon de se retirer en cas de mise en examen (dont Brigitte Fouré, maire UDI d’Amiens, Laurent Hénart, maire UDI de Nancy, Arnaud Robinet, maire LR de Reims, Catherine Vautrin, présidente LR de Reims métropole, Agnès Le Brun, maire LR de Morlaix, Bernard Bonne, président LR du conseil départemental de la Loire, Jean-René Etchegaray, maire UDI de Bayonne, Laurent Lafon, maire UDI de Vincennes, Brigitte Barèges, maire LR de Montauban, Valérie Debord, adjointe LR au maire de Nancy, Valérie Lacroute, député-maire LR de Nemours, Jean Rottner, maire LR de Mulhouse, Guillaume Delbar, maire LR de Roubaix)[196],[197].

Le , l'organisateur de la primaire Thierry Solère met fin à ses fonctions de porte-parole de François Fillon[198], Dominique Bussereau, conseiller politique, et Patrick Stefanini, le directeur de campagne, donnent leur démission. Ce dernier est remplacé le par Vincent Chriqui[199],[200].

Christian Estrosi, hué à Toulon lors d'un meeting de Fillon, la veille du 1er avril

Le 2 mars, Georges Fenech appelle à parrainer Alain Juppé[201], le 6 mars il appelle à parrainer François Baroin[202] et, le 14 mars, il parraine finalement François Fillon[203].

Arlette Grosskost qui, dès le , a été rassurée par des propos de François Fillon dans lesquels il a selon elle « fait preuve d'humilité »[204], évoque le « la défection de certains collègues politiques qui quittent le navire », ajoutant que « la plupart [sont] coutumiers du fait de toujours privilégier leur intérêt personnel en lieu et place d’un intérêt général bien compris »[205].

Dominique de Villepin[206], Jean-Louis Debré[207], Fabienne Keller[208], Franck Riester, Yves Jégo[209], Benoît Apparu, Pierre Lellouche et Christine Boutin[210]prennent position contre la candidature de François Fillon. Louis Giscard d'Estaing[211], Gérard Larcher, Bernard Accoyer[212], Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Christian Estrosi[213] souhaitent que François Fillon renonce à se présenter et soit remplacé par Juppé, puis se ravisent après le rassemblement de soutien réussi du Trocadéro le , au cours duquel Fillon exprime son « dégoût », en dénonçant « la fuite en canard (...), la désertion assumée sans honte et aussi sans orgueil » de ceux de son camp qui le lâchent[214]. Le journal Libération met régulièrement à jour un compteur de tous les hommes politiques de la droite et du centre qui l'abandonnent, nommé « Compteur des lâcheurs de Fillon ». Au soir du , il indique 306 désistements, puis baisse à partir du , à la suite de la déclaration du d'Alain Juppé, dans laquelle il exclut définitivement d'être un recours en cas de désistement de Fillon[215] et après laquelle le comité politique Les Républicains confirme à l'unanimité que François Fillon est son candidat à l'élection présidentielle[216]. Un mois plus tard, le 31 mars, Christian Estrosi est sifflé à Toulon, lors d'un meeting de soutien à Fillon, au cours duquel il prend la parole[217] et après lequel, en tant que Président de la région, il reçoit Emmanuel Macron, à Marseille, le 1er avril[218].

Le , peu après que la mise en examen attendue de François Fillon a été confirmée, Jean-Christophe Lagarde signe au nom de l'UDI son accord de soutien à François Fillon comme candidat de la droite et du centre[219].

Onze anciens ministres de Jacques Chirac (François Bayrou, Corinne Lepage, Jean-Jacques Aillagon, Dominique Perben, Philippe Douste-Blazy, Jean Arthuis, Jean-Jacques de Peretti, Renaud Dutreil, Jean-Paul Delevoye, Serge Lepeltier, Anne-Marie Idrac)[220], de même qu'Alain Madelin[221], Michel Mercier[222], Marie-Anne Montchamp[223] , Thierry Breton[224], et le petit-fils de Jacques Chirac[225] se rallient à Emmanuel Macron.

Autres réactions de personnalités politiques[modifier | modifier le code]

Candidats à l'élection présidentielle[modifier | modifier le code]

Marine Le Pen, candidate du Front national, déclare qu'« une relation de confiance est rompue » et qu'il appartient à François Fillon ou à sa famille politique « de tirer les conséquences »[226]. Elle trouve « totalement stupide » la promesse faite par François Fillon de se retirer s'il devait être mis en examen[227],[228]. Plusieurs observateurs relèvent que Marine Le Pen fait dans le même temps l'objet d'accusations de multiples emplois fictifs au Parlement européen, mais que seul François Fillon est au centre des attentions en raison de sa campagne menée sur l'irréprochabilité, et de son image de « candidat de l'honnêteté »[229],[230].

Emmanuel Macron a appelé au calme face à l'affaire et refusé de « céder à l'hallali »[231].

Jean-Luc Mélenchon, candidat à gauche et opposant politique de Fillon, dénonce « la mentalité particulière d'une caste » et propose de faire « dégager » la classe dirigeante par la création d'une assemblée constituante destinée à changer « la règle du jeu politique de fond en comble »[232].

Philippe Poutou, candidat trotskiste du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), attaque vertement François Fillon lors du débat télévisé entre les onze candidats du 4 avril 2017, affirmant que François Fillon se dit « préoccupé par la dette mais [qu']il y pense moins quand il se sert dans les caisses publiques, quand il paie sa famille », s'attirant une réaction indignée du candidat de la droite, qui le menace à demi-mot de « [lui] foutre un procès »[233].

Autres personnalités politiques[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier 2017, Julien Dray (PS), interviewé par Anne-Sophie Lapix, soutient François Fillon et son épouse du point de vue juridique : « Il n'y a nulle part dans la loi une définition de ce qu'est le travail d'un assistant parlementaire. [...] À la limite, [...] il dirait « elle ne faisait que repasser mes pantalons » qu'on ne pourrait rien lui reprocher [...] sur le plan juridique ». Il nuance cependant son propos en expliquant que les actes du couple Fillon peuvent être vus différemment du point de vue de la morale[234].

Le 3 février, Rachida Dati, qui dès juillet 2014 avait vainement tenté d'attirer l'attention sur le manque de transparence de François Fillon dans ses enveloppes parlementaires et à qui le candidat a préféré Nathalie Kosciusko-Morizet lors des investitures pour les prochaines législatives[235], dément la rumeur qui fait d'elle la source du Canard enchaîné et déclare : « Est-ce que c'est mon genre de faire des coups dans le dos ? Moi je fais les coups en direct. Alors après je le paie cher. Mais j'assume »[236],[237].

Pour Bruno Le Maire, les Français sont choqués par l'importance des sommes mises en jeu[238]. Pour François Bayrou, ils ont le sentiment que la classe politique leur demande des sacrifices financiers sans se les appliquer à elle-même[239]. Peu de jours après, il déclare devant le Grand Jury que Fillon « n'a pas d'autre solution » que de se retirer[240].

Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour tous, soutient François Fillon car il est « présumé innocent » et permettra les « changements sociétaux auxquels nous croyons »[241].

Jean-Pierre Chevènement critique le fait que la justice ne respecte pas une trêve électorale : « Je suis très inquiet pour l'avenir de notre démocratie (...) je comprends l'état d'esprit de ceux que choque la convocation judiciaire du candidat de la droite à deux jours de la clôture des parrainages »[242].

Réactions dans l'opinion publique[modifier | modifier le code]

Dans la rue, les soutiens de François Fillon sont très vivement critiqués comme l'indique le le sénateur des Républicains Bruno Gilles : « On se fait pourrir dans la rue. On est foutus, on est morts si on ne fait rien. Jour après jour, cette affaire est dévastatrice, on ne peut pas attendre encore quinze jours[243]. »

Une pétition demandant à Penelope Fillon de rendre ces 800 000 euros[244] est lancée sur le site Change.org par Christophe Grébert. Elle obtient plus de 414 000 signatures[245].

Le , Virginie Tellenne, dite Frigide Barjot lance une pétition en faveur de François Fillon[246], affirmant qu'il est normal que celui-ci ait embauché sa femme et ses enfants car « il défend la famille »[247]. Cette pétition reçoit plus de 30 000 signatures en quelques jours[248].

Le , une manifestation citoyenne pour le retrait de Fillon est organisée à Sablé-sur-Sarthe à l'appel de Didier Hutin, figure du monde associatif sabolien. La manifestation est un échec, les journalistes étant venus en nombre pour une quinzaine de manifestants[249],[250]. Mais à de nombreux déplacements du candidat des manifestants se déplacent et accueillent le candidat avec cris, pancartes ou concert de casseroles, comme à La Réunion[251] ou Tourcoing[252], ce qui fait dire au candidat « quand on veut empêcher les gens de faire campagne, ça pose des petites questions démocratiques »[253]. Une quinzaine de personnes, qui participent à un concert de casseroles devant la salle d'un meeting de soutien à François Fillon le 21 mars à Calais , reçoivent le 1er avril 2017 une amende de 68 € pour « émission de bruit portant atteinte à la tranquillité du voisinage ou la santé de l’homme »[254]. Afin d'éviter d'avoir affaire à ce genre de perturbations, l'équipe de campagne de François Fillon décide de modifier les horaires et l'ordre des étapes de son agenda par rapport à ce qui a été communiqué à la presse[255].

Depuis la mi-avril 2017 se diffuse sur Internet (et à la radio dans une moindre mesure) le slogan "Rends l'argent !". En référence aux motifs des mises en examen et aux sommes d'argent public mises en jeu, des manifestations sonores (bruits de casseroles, etc) surviennent lors des déplacements de François Fillon[256],[257],[258],[259]. Le slogan "Rends l'argent !" est par ailleurs affiché en fond d'écran de certains ordinateurs des locaux de l'entreprise Deezer lors d'une visite de François Fillon le 19 avril[260].

Évolution des intentions de vote pour François Fillon[modifier | modifier le code]

À la suite des révélations sur l'affaire, les intentions de vote pour François Fillon à l'élection présidentielle de 2017 diminuent de cinq à six points au 1er février par rapport au mois précédent, se situant désormais environ au même pourcentage qu'Emmanuel Macron[261], voire en-dessous. Une enquête du Cevipof réalisé pour Le Monde publié le 16 février montre une baisse de 6,5 points par rapport au mois précédent, à 18,5 % contre 25 %, le plaçant en troisième derrière Marine Le Pen (26 %) et Emmanuel Macron (23 %)[262],[263].

Le 4 février 2017, alors que trois quarts des sympathisants du parti Les Républicains avaient pour intention de voter pour François Fillon le mois précédent, ils ne sont plus que 62 % dans cette optique (17 % comptant voter pour Marine Le Pen et 14 % pour Emmanuel Macron). Ils seraient également 53 % à déclarer pouvoir changer d'avis, contre seulement 36 % trois semaines auparavant[264]. Selon un sondage du Journal du Dimanche paru le 5 février, 60 % des sympathisants Républicains souhaiteraient son maintien alors que 68 % des Français souhaiteraient son retrait[265].

François Fillon cède ses intentions de votes entre janvier et février 2017 selon le CEVIPOF ainsi[262],[266] : 2,5 % à Emmanuel Macron, 0,5 % à Marine Le Pen, 0,5 % à Nicolas Dupont-Aignan et 0,5 % à Benoît Hamon.

Le 21 février 2017, dans un sondage publié par Le Point, François Fillon repasse devant Emmanuel Macron. Au premier tour, il obtiendrait 21 % contre 18,5  % si François Bayrou n'est pas candidat, et 20 % contre 17 % si François Bayrou est candidat; au second tour, il obtiendrait 56 % contre 44 % s'il est face à Marine Le Pen [267].

Le 5 mars 2017, dans un sondage effectué par Kantar TNS, François Fillon serait en perte de 3 points dans les intentions de vote, en obtenant ainsi 17%, le plaçant troisième derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen, distançant cependant de 1 point Benoît Hamon et de 5 points Jean-Luc Mélenchon[268].

Défaite au premier tour de l'élection présidentielle[modifier | modifier le code]

Au premier tour de l'élection présidentielle du , François Fillon arrive en troisième place avec 20,01 % des voix, derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Peu après l'annonce des résultats partiels, il reconnaît sa défaite : « malgré tous mes efforts, malgré ma détermination, je n’ai pas réussi à vous convaincre. Les obstacles mis sur ma route étaient trop nombreux, trop cruels. Le moment venu, la vérité de cette élection sera écrite. Dans l'immédiat, j’assume mes responsabilités, cette défaite est la mienne, et c’est à moi et à moi seul qu'il revient de la porter. »[269],[270]. Il appelle à voter pour Emmanuel Macron car il considère que l’extrémisme du Front national ne peut qu’apporter malheur et division à la France[269].

Analyses[modifier | modifier le code]

Analyses juridiques[modifier | modifier le code]

Très tôt, des juristes s'expriment publiquement sur l'affaire Penelope Fillon jugeant que celle-ci « soulève des questions constitutionnelles d'importance[271]. » Les universitaires Pierre Avril et Jean Gicquel, spécialistes du droit parlementaire, insistent sur l'indépendance du statut d'assistant parlementaire, du fait du contrat qui le lie au mandat de l'élu qui l'emploie[271].

Pour l'avocat pénaliste Éric Dupond-Moretti, la séparation des pouvoirs législatif et judiciaire interdit précisément au parquet national financier (PNF) de mener l’enquête au stade où il en a été saisi. Il précise que « selon le droit parlementaire, c’est au bureau de l’Assemblée nationale de se saisir de cette affaire et d’enquêter »[272]. Il reproche également au PNF de n'avoir pas engagé d'action publique pour savoir qui aurait transmis les procès verbaux aux journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet[273].

Reprenant la formule du « coup d’État institutionnel » treize juristes, dont quatre, selon Challenges, sont des militants anti-mariage homosexuel[274], argumentent dans une tribune et dénoncent une procédure qu'ils jugent illégale[275]. Ils affirment que l'action judiciaire en cours viole le Code constitutionnel et soutiennent que « pour préserver le principe de séparation des pouvoirs, les assemblées disposent, comme elles l'entendent, de leurs crédits de fonctionnement. » Pour eux aussi, il est évident que « les faits allégués contre le candidat n'entrent pas dans les chefs de compétence » du PNF[14]. Parmi ceux-ci, Anne-Marie Le Pourhiet, spécialiste de droit constitutionnel, affirme que le PNF n'était pas compétent pour déclencher l'enquête. Selon elle, « l'idée de faire intervenir le juge pénal dans la façon dont un représentant de la Nation organise l’exercice de sa fonction est une nouveauté parfaitement soudaine. » Comme Dupond-Moretti, elle soutient que « la tradition d’autonomie des assemblées parlementaires veut qu’elles fassent leur propre police et exercent elles-mêmes leur pouvoir disciplinaire... » et qu'il n'existe aucune règle « portant sur le choix, le temps, le lieu, la quantité et les modalités de travail des collaborateurs parlementaires. » « Le contrôle de ces pratiques relève du seul parlement, comme elles relèvent de l’entreprise dans le monde du travail ou du chef de service dans la fonction publique. » Pour elle, le juge pénal « vise délibérément et exclusivement » un député qui est un candidat bien placé à l’élection présidentielle[276].

A contrario, Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à l’Université Paris 1, soutient que les crédits avec lesquels un député rémunère ses collaborateurs sont des fonds publics. « Par conséquent, au sens du droit constitutionnel, le parquet national financier est parfaitement dans ses compétences pour enquêter sur d’éventuels détournements de fonds publics par un parlementaire ». L'argument selon lequel il y aurait atteinte à la séparation des pouvoirs n'est, selon lui, pas recevable. Car, « ce que la séparation des pouvoirs protège, c’est la liberté d’expression politique de la Nation qui parle par la voix du parlementaire » – «  et non l’utilisation qu’il peut faire du crédit affecté à la rémunération de ses collaborateurs »[277].

Pascal Jan, qui enseigne le droit constitutionnel, constate également « à quel point le principe de séparation des pouvoirs [...] est malmené. » Selon lui, rien ne justifie que « des officiers de police judiciaire, sur décision du parquet financier, viennent perquisitionner au Palais-Bourbon ». « La recherche d’un contrat de travail d’un assistant parlementaire ne saurait, en effet, motiver une telle intrusion de la justice au sein de l’institution parlementaire pour connaître des relations entre le parlementaire et son collaborateur. »[278].

Analyses politiques[modifier | modifier le code]

Dans les médias français[modifier | modifier le code]

Pour l'éditorialiste politique Alain Duhamel : « Peut-on demander des sacrifices aux Français lorsque l'on accorde des privilèges à sa famille comme à l'époque de Louis XIV ? ». Si la primaire de la droite a été exemplaire, son vainqueur ne l'est plus et risque, en maintenant sa candidature, de faire disparaître du deuxième tour des élections présidentielles sa famille politique[279]. La journaliste Catherine Nay qualifie François Fillon de « Tartuffe ». Selon elle, il a profité d'un système légal : « Disons qu'il abusait, en douce, de cette légalité. Et qu'il ne dédaignait pas ces petits arrangements qu'il avait dénoncés jadis ! »[280].

La journaliste Élisabeth Lévy se dit moins choquée que beaucoup de gens, en expliquant qu'elle a « de l'indulgence pour la nature humaine et que tous les procureurs qui rivalisent dans l'indignation ne sont sans doute pas plus vertueux que celui sur lequel ils s'acharnent ». Elle est convaincue que « Fillon est sincère et qu'il ne comprend pas pourquoi on l'enquiquine pour des pratiques absolument généralisées[281] ».

Le Monde note l'évolution de la perception de Penelope Fillon depuis le début de l'affaire portant son nom. Au début perçue comme complice dû à son silence et sa discrétion, elle a peu à peu obtenu le statut de victime après la mise en scène de l'amour liant le couple lors du meeting de son mari à Paris le 29 janvier, puis l'émission Envoyé spécial diffusé le 3 février, durant laquelle les spectateurs sont touchés par la sincérité apparente de la femme. Ils viennent à se demander si elle pouvait être au courant d'avoir détourné de l'argent public, si tel est le cas[282].

La conférence de presse du ne convainc pas complètement les décodeurs du journal Le Monde qui constatent que des zones d’ombre et des questions non résolues demeurent et listent neuf failles dans la défense de François Fillon[283].

L'Obs publie le 11 février une chronique de l'essayiste Raphaël Glucksmann qui estime : « Ce n'est pas la dénonciation de pratiques népotiques qui menace la démocratie, ce sont ces pratiques elles-mêmes. Ce n’est pas le "nouveau culte de la transparence" qui est dangereux, c’est la persistance de l’antique opacité dans des institutions évoluant trop lentement. Ce n’est pas le "lynchage médiatique" de Fillon qui pose problème, c’est le million d’euros encaissé par le couple sur le dos d’un État qu'il dit en faillite. »[284].

Le , L'Émission politique de la chaîne France 2 invite la romancière Christine Angot, soutien de François Hollande[285], elle-même mise en examen pour diffamation[286], à débattre pendant quelques minutes avec François Fillon[287]. Christine Angot critique alors vertement le candidat de la droite, le qualifiant de « malhonnête » et lui reprochant d'avoir comparé sa situation à celle de Pierre Bérégovoy, ancien Premier ministre qui s'est suicidé après une affaire de prêt sans intérêts. Face à François Fillon, qui lui demande de quel droit elle le juge et le condamne, et aux huées d'une partie du public, elle répond qu'elle dit ce qu'elle ressent et ce que, selon elle, des millions de personnes ressentent. Pour la journaliste Éloïse Lenesley, Christine Angot a ainsi mis en valeur un François Fillon apparaissant « comme un animal traqué par une mégère sans pitié »[288]. Le député Éric Ciotti qualifie la prestation de Christine Angot de « grotesque et hystérique », symbole « d’une gauche donneuse de leçons ». Le journaliste Bruno Jeudy et le spécialiste de la communication politique, Philippe Moreau-Chevrolet, pensent qu'elle a rendu service à Fillon[289]. Le journaliste Yves Thréard estime que « ce moment de télévision fut la caricature de ce qu’est un tribunal médiatique, une dictature de la bien-pensance » et que « en chaisière de la morale publique, Christine Angot s’est voulue la parole du peuple, le procureur du politicien pourri » alors qu'« elle n’était qu’une marionnette ridicule, l’intolérance faite intellectuelle »[290]. D'autres voix se font entendre pour au contraire soutenir l'écrivain, comme Jean-Michel Apathie qui déclare : « Sur le plateau de France 2, l'écrivaine était parfaitement dans son rôle et, avec elle, nous avons assisté à un grand moment de télévision. Elle n'était pas venue pour débattre avec François Fillon mais pour lui lire un message à la suite des différentes affaires qui le touchent. Elle s'est clairement positionnée comme écrivain, venue porter une émotion que beaucoup de Français indignés par les affaires en cours partagent[291]. » Les Inrockuptibles soutiennent également Christine Angot en affirmant qu'elle a remporté son débat[292].

Dans les médias étrangers[modifier | modifier le code]

La presse étrangère s’étonne des privilèges, payés par les contribuables, dont profitent en toute impunité les membres de la classe politique française. Dans Courrier International Bjørn Willum, correspondant à Paris de la radio-télévision danoise explique que dans son pays un candidat pris dans un tel scandale aurait déjà dû se retirer : « Si une telle affaire éclatait [au Danemark] ou ailleurs en Scandinavie, le candidat serait cuit depuis longtemps. »[293],[294] De même, le journaliste du Guardian Jon Henley indique qu'au Royaume-Uni, François Fillon ne pourrait pas rester dans la course[295].

Pour le magazine américain Foreign Policy, la corruption des élites politiques en France a pour origine les « fondements de la Ve République. Le président, par principe, n’a pas à répondre de ses actes face au Parlement : il règne et ses ministres gouvernent à peine »[296]. Le Spiegel allemand estime que « la République, vue de l'intérieur, révèle que les représentants de l'élite politique entretiennent souvent une image d'eux-mêmes qui rappelle les pratiques d'une monarchie »[297]. Le quotidien suisse Le Temps insiste sur l'incompréhension des correspondants étrangers en poste à Paris, comme sur leur stupéfaction face aux explications du candidat[298]. Le quotidien italien Libero qualifie Le Canard enchaîné de « bijou du journalisme d’investigation »[299].

À l'annonce du maintien de la candidature de François Fillon le malgré sa future mise en examen, plusieurs journalistes étrangers qualifient le candidat de « sans éthique » et « décadent »[300]. Le journal belge Le Soir considère que François Fillon est « un homme dangereux pour la démocratie » et que ses accusations envers un supposé complot rapprochent sa rhétorique de celle du président américain nouvellement élu Donald Trump, avis également partagé par le Spiegel[301].

Analyses économiques[modifier | modifier le code]

Coût pour le budget de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Le 7 février 2017, Le Monde calcule une estimation précise du montant reçu par Penelope Fillon en euros constants en utilisant un « convertisseur fourni par l’Insee » pour tenir compte de l'inflation. Il obtient un total actualisé de 823 000 euros 2016 (soit +21 % par rapport au total net de 680 381 euros en monnaie courante)[302] et l'Obs écrit que dans cette affaire, « La rémunération en brut [...] a du sens car elle montre ce que l’Assemblée nationale a déboursé pour cet emploi. »[303].

Cherchant à rassurer les gens choqués par les sommes mises sur la table, Virginie Calmels (proche d'Alain Juppé) fait valoir que les salaires de Penelope Fillon n'ont rien coûté aux contribuables. Elle déclare que l'argent de l'enveloppe parlementaire aurait effectivement été dépensé autrement si Penelope Fillon n'avait pas été salariée. L’hebdomadaire Marianne reconnaît la cohérence de l'argument mais en récuse la pertinence et la conclusion puisque depuis 2012 le crédit collaborateur non utilisé reste dans les caisses de l'Assemblée[304]. Des commentateurs politiques font remarquer que cette discussion sur le coût esquive les questions principales de l'affaire Penelope Fillon : la question de la fictivité présumée de l'emploi de madame Fillon, et d'autre part, le montant touché par cette dernière très supérieur à la moyenne[304],[305],[306],[307].

Hausse des taux d'intérêt de la dette française[modifier | modifier le code]

Le magazine économique Capital et Le Point constatent que l'affaire « Penelope Fillon » provoque une hausse des taux d’intérêt de la dette française sur les marchés financiers, les investisseurs, qui étaient rassurés par la candidature de François Fillon, craignant dorénavant une éventuelle victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle de 2017. Pour Pierre-Antoine Delhommais, le Penelopegate est donc « mille fois plus coûteux pour nos finances publiques que les 831 440 euros perçus par Madame Fillon comme collaboratrice parlementaire »[308],[309],[310].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Matthieu Goar et Alexandre Lemarié, « François Fillon, l’ex-favori devenu candidat fragile », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 4 mars 2017)
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Isabelle Barré, Hervé Liffran et Christophe Nobili, « Pour Fillon, Penelope est un bon filon », Le Canard enchaîné, no 5022,‎ , p. 3
  3. Matthieu Goar, « François Fillon embarrassé par l’emploi de son épouse en tant qu’assistante parlementaire », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. a et b « Selon le Canard enchaîné, Mme Fillon aurait été rémunérée comme attachée parlementaire », sur Le Figaro.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2017)
  5. « Le parquet financier ouvre une enquête préliminaire dans l’affaire Penelope Fillon », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 6 février 2017)
  6. a et b « Penelope Fillon : le parquet national financier ouvre une enquête », Le Lab Europe 1,‎ (lire en ligne)
  7. a et b « Penelope Fillon: la justice ouvre une enquête, son mari dénonce des "boules puantes" », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  8. « Accoyer a "vu souvent" Penelope Fillon "participer à des travaux" », sur lepoint.fr,‎
  9. Amandine Réaux, « L’argumentaire bancal et contradictoire des porte-flingue de François Fillon sur l’emploi fictif présumé de son épouse Pénélope », sur Le Lab Politique - Europe 1,‎ (consulté le 4 février 2017)
  10. a, b, c, d, e et f Isabelle Barré, Hervé Liffran et Christophe Nobili, « Qui veut gagner 1 million à l'Euro Fillon ? », Le Canard enchaîné, no 5023,‎ , p. 3
  11. Marie-Pierre Haddad, « Affaire Penelope Fillon : les chiffres pour comprendre », sur RTL.fr,‎ (consulté le 11 février 2017)
  12. « Que représentent les salaires versés par François Fillon à sa famille ? », sur Le Monde.fr,‎
  13. « Fillon dénonce "un coup d'Etat institutionnel" de la gauche », sur Boursorama.com,‎ (consulté le 3 mars 2017)
  14. a et b « Affaire Fillon : 13 juristes dénoncent un "coup d'État institutionnel" », Le Point, 19 février 2017.
  15. a et b « Penelope Fillon : l'enquête partie pour durer plus longtemps que prévu », sur lejdd.fr,‎
  16. a, b et c « Transparence – Données financières », sur fillon2017.fr,‎ (consulté le 6 mars 2017) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « transparence » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  17. « Patrimoine, salaires de son épouse : François Fillon publie ses chiffres », sur BFMTV.com,‎ (consulté le 7 février 2017)
  18. « Salaires de Penelope, patrimoine : les chiffres de Fillon passés au crible », sur L'Obs.com,‎ (consulté le 27 mars 2017)
  19. Michel Deléan, Mathilde Mathieu et Ellen Salvi, « Penelope Fillon a été rémunérée par l’Assemblée nationale dès 1982 », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  20. « Penelope Fillon aurait été employée par un ministère dès 1980 », sur bfmtv.com,‎
  21. « Penelope aurait été embauchée dès 1980 par François Fillon », sur lesinrocks.com,‎
  22. « Penelopegate: Penelope Fillon aurait été employée par un ministère dès 1980 », sur L'Express.fr,‎ (consulté le 26 avril 2017)
  23. « JT 20h (TF1) : L’intégralité de l’interview de François Fillon », sur programme-television.org,‎
  24. « Quand François Filllon critiquait la loi obligeant à publier le nom de ses collaborateurs parlementaires », sur Huffington Post,‎
  25. « François Fillon peut-il être mis en examen avant la présidentielle ? », sur Europe 1.fr,‎ (consulté le 6 mars 2017)
  26. « Présidentielle : François Fillon renoncera s’il est mis en examen », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 4 mars 2017)
  27. Baptiste Legrand, « François Fillon, super-menteur », sur L'Obs.com,‎ (consulté le 6 mars 2017)
  28. Vincent Matalon, « Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de François Fillon », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 6 avril 2017)
  29. « Fillon : "Rien ne me fera changer d'avis, je suis candidat à l'élection présidentielle" », sur Le Figaro.fr,‎
  30. a, b, c et d Anna Cabana et Hervé Gattegno, « Penelope Fillon : "Cela m'a choquée qu'on puisse penser que j'étais une imbécile" », sur Le JDD.fr,‎ (consulté le 7 mars 2017)
  31. a, b, c et d « Soupçons d’emplois fictifs : Penelope Fillon sort du silence », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  32. « L’ex-assistante parlementaire de Marc Joulaud redit n’avoir pas travaillé avec Penelope Fillon », sur Le Monde.fr,‎
  33. « Penelope Fillon a-t-elle bénéficié d'un emploi fictif auprès de son mari ? », sur Le Point.fr,‎ (consulté le 25 janvier 2017)
  34. « Penelope Fillon : "Jamais je n’ai officialisé ma qualité d’assistante parlementaire" », sur Le Monde.fr,‎ (consulté le 24 février 2017)
  35. a, b, c et d « Penelope Fillon a reçu 45 000 euros d’indemnités de licenciement, selon « Le Canard enchaîné », sur Le Monde.fr,‎
  36. a et b « François Fillon dénonce les « mensonges » du Canard enchaîné », sur Le Figaro.fr,‎
  37. « Affaire Fillon : Marc Joulaud, ancien employeur de Penelope, convoqué "en vue d'une mise en examen" », 20 minutes.fr (consulté le 20 mars 2017).
  38. Bertrand Lhote, « Pénélope Fillon bat la campagne en Côte-d’Or », sur bienpublic.com,‎ (consulté le 9 avril 2017)
  39. Etienne Baldit, « Fin 2016, Pénélope Fillon disait ne s'être "jamais impliquée dans la vie politique de son mari" », sur lelab.europe1.fr,‎ (consulté le 9 avril 2017)
  40. a et b Affaire Fillon : les avocats du couple demandent au parquet financier de se dessaisir de l'enquête Le Figaro, 9 février 2017
  41. a et b « Affaire Penelope Fillon : ce qu'elle a dit aux enquêteurs », sur RTL.fr,‎
  42. « Affaire Penelope Fillon : aucune preuve matérielle de la réalité de son poste d'attachée parlementaire », sur BFMTV.com,‎
  43. Justine Chevalier, « Affaire Penelope Fillon : ce que l'on sait de l'enquête », sur BFMTV.com,‎
  44. Violette Lazard, « On a retrouvé le contrat de Penelope Fillon », sur L'Obs.com,‎
  45. « Penelope Fillon : son avocat explique l'extrait diffusé par "Envoyé Spécial" », sur RTL.fr,‎ (consulté le 10 février 2017)
  46. « Envoyé spécial : 5,4 millions de curieux pour le reportage sur Penelope Fillon » [1]
  47. « Page où l'interview intégrale de Penelope Fillon au "Sunday Telegraph" en 2007 a été disponible quelques jours », sur Franceinfo.fr,‎ (consulté le 11 février 2017)
  48. « Bande son de l'extrait de l'interview de Penelope Fillon en 2007 traduit et diffusé par Envoyé Special en 2017 », sur Twitter,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  49. « Extrait de l'interview de Penelope Fillon en 2007 dévoilé par Envoyé Special en 2017 (écouter la bande son à 0min 54s) », sur Twitter,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  50. « Extrait de l'interview de Penelope Fillon en 2007 dévoilé par Envoyé Special en 2017 (écouter la bande son à 1min 16 s) », sur Twitter,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  51. « Extrait de l'interview de Penelope Fillon en 2007 dévoilé par Envoyé Special en 2017 (écouter la bande son2min 05 s) », sur Twitter,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  52. « Extrait de l'interview de Penelope Fillon en 2007 dévoilé par Envoyé Special en 2017 (écouter la bande son à 2min 11s) », sur Twitter,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  53. « Affaire Fillon : des preuves de la présence de Penelope sur le terrain réclamées à des journaux », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  54. a, b, c et d Isabelle Barré, Hervé Liffran et Christophe Nobili, « Quinze ans de labeur et pas une trace », Le Canard enchaîné, no 5024,‎ , p. 3
  55. « Les très généreuses indemnités de licenciement de Penelope Fillon », sur Le Point.fr,‎
  56. Geoffrey Bonnefoy, « Fillon dément les 45 000 euros d'indemnités de licenciement versés à sa femme », sur L'Express.fr,‎ (consulté le 14 février 2017)
  57. « Ils étaient vrais, ces mensonges ! », Le Canard enchaîné,‎
  58. « Mme Fillon a touché 45.000 euros d'indemnités de licenciement », sur Bourse Direct SA,‎ (consulté le 25 février 2017)
  59. a, b et c « Marc Ladreit de Lacharrière s’explique sur l’embauche de Penelope Fillon à la « Revue des deux mondes » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  60. « Mme Fillon payée comme attachée parlementaire pendant 8 ans », Vosges Matin,‎ (lire en ligne)
  61. Antoine Oury, « Les notes de lecture de Penelope Fillon : 3474 caractères et une faute », sur Actualitté,‎
  62. « La Revue des deux mondes, qui emploie Penelope Fillon et invite Eric Zemmour », sur lexpress.fr,
  63. (en) Angelique Chrisafis, « François Fillon admits error but refuses to quit French presidential race », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  64. « Ladreit de Lacharrière : l'emploi de Penelope Fillon à la Revue des Deux Mondes n'avait "rien de fictif" », sur europe1.fr,‎
  65. « Penelope Fillon a perçu plus de 900.000 euros au total », sur BFMTV.com,‎ .
  66. Luc Peillon et Aurélie Delmas, « Non, les enfants de François Fillon n'étaient pas avocats quand il était sénateur », sur Libération.fr,‎ .
  67. a, b, c et d Jean-Michel Décugis et Eric Pelletier, « EXCLUSIF. Des virements des enfants Fillon intriguent les enquêteurs », sur Le Parisien,‎ (consulté le 14 mars 2017)
  68. Simon Piel, « Les enfants de Fillon lui ont reversé une part de leurs revenus de collaborateurs », sur lemonde.fr,‎
  69. « François Fillon a reçu un prêt de 50 000 euros, non déclaré », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 22 mars 2017)
  70. Jade Toussay, « François Fillon aurait remboursé son prêt de 50.000 euros en plein "Penelope Gate", selon Le Canard Enchaîné », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 22 mars 2017)
  71. « Fillon s'est empressé de rembourser son prêt de 50 000 euros après le début de l'affaire, affirme "Le Canard enchaîné" », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 22 mars 2017)
  72. « Fillon déclare 30 000 euros de « prêts familiaux » pour paiement de « dettes fiscales » », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 4 avril 2017)
  73. a et b « Vu de Suisse. Fillon, Macron : les dessous “trash” de la présidentielle française », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  74. « Présidentielle : François Fillon face à la polémique sur ses costumes à 48 500 euros », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  75. a, b et c Matthieu Goar, « L’avocat Robert Bourgi a bien réglé les costumes Arnys de François Fillon », sur lemonde.fr,‎ .
  76. « François Fillon se serait fait offrir pour 48.500 euros de costumes », sur bfmtv.com,‎
  77. « Affaire des costumes. Qui est Robert Bourgi, "l'ami" de François Fillon? », sur ouest-france.fr,‎ .
  78. « Affaire Fillon: l'enquête s'élargit aux costumes de luxe offerts au candidat », sur bfmtv.com,‎
  79. « Trois questions pour comprendre l'affaire des costumes de luxe offerts à François Fillon », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 26 mars 2017)
  80. « Affaire des costumes : ce qui est reproché à François Fillon », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 26 mars 2017)
  81. Geoffrey Bonnefoy avec AFP, « Affaire des costumes: Fillon regrette et assure les avoir rendus à Bourgi », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 25 mars 2017)
  82. « Bourgi dit que Fillon lui a rendu les costumes », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 25 mars 2017)
  83. Geoffrey Bonnefoy, « Affaire des costumes: Bourgi assure que Fillon lui a demandé de "mentir" », L'Express,‎ (lire en ligne)
  84. LIBERATION, « François Fillon a-t-il rendu les mauvais costumes ? », sur Libération,‎ (consulté le 14 avril 2017)
  85. http://www.lavoixdunord.fr/149753/article/2017-04-17/ou-francois-fillon-revient-sur-l-affaire-des-costumes-et-considere-que-la-police
  86. « Robert Bourgi : "François Fillon, je ne lui ai jamais rien demandé" », sur France Inter (consulté le 18 avril 2017)
  87. « Fillon a bien rendu les bons costumes à Robert Bourgi », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  88. « François Fillon s’est fait offrir une montre de plus de 10 000 euros par un homme d’affaires », sur Le Monde,‎ (consulté le 25 mars 2017)
  89. Victor Fortunato (@vfortunato1), « Fillon s'est fait offrir deux montres de luxe de plus de 10.000 euros », sur Le Parisien,‎ (consulté le 25 mars 2017)
  90. « Montres offertes à Fillon: l'ex-Premier ministre a-t-il ignoré ses propres règles? », sur LExpress.fr (consulté le 25 mars 2017)
  91. « Comment le député Fillon est devenu consultant VIP », sur Rue89,‎ (consulté le 4 décembre 2016)
  92. Qu'est-ce que 2F, la prospère société de conseil de François Fillon ? RTL, 1er février 2017
  93. « 2F Conseil, une boîte gênante », sur liberation.fr,‎
  94. « Fillon a touché 50 000 dollars pour une réunion entre le PDG de Total, un milliardaire libanais et Poutine », sur Les Inrocks.com (consulté le 21 mars 2017)
  95. « Déontologie à l'Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr,‎ (consulté le 25 février 2017)
  96. http://www.boursier.com/actualites/reuters/le-deontologue-de-l-assemblee-nationale-absout-fillon-200857.html?fil6
  97. France Info, 8 février 2017
  98. « Ladreit de Lacharrière: l'emploi de Penelope Fillon "n'a rien de fictif" », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 25 février 2017)
  99. Anne Michel, « Questions sur les clients de la florissante société de conseil de François Fillon », sur lemonde.fr,‎
  100. « Ce que l'on sait des activités de François Fillon pour Axa », sur France Info,‎
  101. La société de conseil de François Fillon a touché 200 000 euros d'AXA, Le Parisien, 8 février 2017
  102. « Le job en or caché du candidat Fillon », Mediapart, .
  103. Poutine, Total, Makhzoumi : les nouvelles demi-vérités de François Fillon, nouvelobs.com, 22 mars 2017
  104. « Présidentielle : les liens troubles entre François Fillon et un puissant milliardaire libanais » sur 20minutes.fr (consulté le 15 mars 2017).
  105. a et b Les troublantes affaires de François Fillon et Fouad Makhzoumi, Le Monde, 22 mars 2007
  106. Fillon a reçu 50 000 dollars pour organiser une rencontre avec Poutine, nouvelobs.com, 22 mars 2017.
  107. « Affaire Fillon : Poutine n'a pas besoin d'«intermédiaire» pour rencontrer des hommes d'affaires »,‎ (consulté le 27 mars 2017).
  108. « Fillon fait travailler son assistante parlementaire sur sa campagne présidentielle », sur Buzzfeed,‎ (consulté le 4 février 2017)
  109. « Assistants parlementaires de Fillon: soupçons sur un nouvel emploi fictif », sur Buzzfeed,‎ (consulté le 6 avril 2017)
  110. « Un autre cadeau de François Fillon à Marc Ladreit de Lacharrière? », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 16 mars 2017).
  111. Tristan Quinault, « Affaire Penelope Fillon : l'avocat du couple a remis des documents à la justice », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  112. « Penelopegate: Christine Kelly et Michel Crépu auditionnés ce vendredi », sur lexpress.fr,‎
  113. « Soupçons d'emploi fictif: Penelope et François Fillon devant les enquêteurs », Marianne,‎ (lire en ligne)
  114. « Audition de Marc Joulaud à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières », sur francetvinfo.fr,‎ .
  115. Affaire Penelope Fillon: aucune preuve matérielle de la réalité de son poste d'attachée parlementaire, BFMTV, 31/1/2017
  116. « Affaire Fillon. Perquisition à l’Assemblée : ce n'est pas une première », ouest-france.fr,‎ (consulté le 5 avril 2017)
  117. François Fillon veut « tenir bon », l’enquête pourrait durer Le Monde, 5 février 2017
  118. « Affaire Fillon : le parquet national financier écarte, « en l’état, un classement sans suite » », sur lemonde.fr,‎ .
  119. « Affaire Fillon - Communiqué du parquet national financier », sur scribd.com,‎ (consulté le 19 février 2017)
  120. « Affaire Fillon : pourquoi le parquet national financier communique-t-il maintenant ? », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 19 février 2017)
  121. Marion Mourgue, « François Fillon déplore, auprès du Figaro, «un acte de communication» du parquet financier », sur lefigaro.fr,‎
  122. « François Fillon compte rester candidat même s'il est mis en examen », sur francetvinfo.fr,‎
  123. a, b et c Maxime Vaudano et Franck Johannès, « Affaire Fillon : le parquet national financier ouvre une information judiciaire », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  124. Ludovic Galtier, « Affaire Fillon : qui est Serge Tournaire, juge en charge de l'enquête ? », sur rtl.fr,‎ (consulté le 28 février 2017)
  125. Vianney Passot, « Élisabeth Lévy : «Si Fillon est battu, cela doit être à la loyale» », sur lefigaro.fr,‎
  126. Franck Johannès, « Quelles suites pour François Fillon après sa convocation par les juges ? », sur lemonde.fr,‎ .
  127. « Affaire Fillon : Penelope Fillon également convoquée devant la justice en vue d'une mise en examen », sur europe1.fr,‎ .
  128. PenelopeGate : le domicile parisien des Fillon perquisitionné, Challenges, 2 mars 2017.
  129. « Le manoir du couple Fillon dans la Sarthe perquisitionné », sur lefigaro.fr,‎
  130. a et b « François Fillon est mis en examen » sur francetvinfo.fr (consulté le 14 mars 2017).
  131. « Soupçons d’emplois fictifs : François Fillon mis en examen, notamment pour détournement de fonds publics », sur lemonde.fr,‎
  132. « Soupçons d'emplois fictifs : François Fillon mis en examen », sur lefigaro.fr,‎
  133. « En direct : posez vos questions sur les affaires Fillon », sur Le Monde.fr (consulté le 22 mars 2017)
  134. « Fillon mis en examen: son avocat annonce des "recours" pour contester une "procédure viciée" », sur bfmtv.com,‎ (consulté le 15 mars 2017)
  135. « Marc Joulaud, l’ancien suppléant de Fillon, mis en examen », sur bfmtv.com,‎ (consulté le 26 mars 2017)
  136. « Soupçons d’emplois fictifs : Penelope Fillon mise en examen », sur Le Monde,‎ (consulté le 28 mars 2017)
  137. « Affaire Fillon : l’enquête étendue aux costumes offerts au candidat à la présidentielle », sur lemonde.fr,‎
  138. Simon Piel, « Affaire Fillon : l’enquête élargie à des faits d’« escroquerie aggravée », « de faux et usage de faux » », sur lemonde.fr,‎
  139. http://www.20minutes.fr/politique/2048015-20170411-apres-canard-enchaine-mediapart-tour-journaliste-jdd-recevoir-menaces-mort
  140. http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/04/11/apres-mediapart-et-le-canard-enchaine-le-jdd-annonce-avoir-recu-des-menaces-de-mort_5109734_1653578.html
  141. http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/20170406.OBS7658/affaire-fillon-et-maintenant-des-menaces-de-mort.html
  142. http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-fillon/affaires-fillon/affaires-fillon-des-magistrats-ainsi-que-des-journalistes-de-mediapart-et-du-canard-enchaine-vises-par-des-menaces-de-mort_2134499.html
  143. a et b Rémi Duchemin, « Affaire Penelope Fillon : les ratés de la com’ de crise », sur europe1.fr,‎ (consulté le 14 avril 2017)
  144. Simon Barbarit Affaire Pénélope Fillon : la compétence du parquet national financier en question Public Sénat, 7 février 2017
  145. Le parquet national financier est-il compétent dans l’affaire Fillon ? La Croix 9 février 2017
  146. Sébastien Tronche, « Penelope Fillon : la droite s’interroge sur la rapidité de l’ouverture d’une enquête (et parle d’officine) », sur lelab.europe1.fr,‎ (consulté le 8 avril 2017)
  147. a et b Michaël Bloch, « "Penelopegate" : Fillon dénonce de nouveau les "officines" et "la meute" qui veut le démolir », sur lejdd.fr,‎ (consulté le 8 avril 2017)
  148. Estelle Gross, « Affaire Penelope - Fillon accuse des "officines" : "Le reflet de sa déconnexion" », sur nouvelobs.com,‎ (consulté le 8 avril 2017)
  149. « François Fillon accuse "la gauche" de fomenter un "coup d'Etat institutionnel" », sur europe1.fr,‎ (consulté le 5 avril 2017)
  150. « Affaire Penelope Fillon: Benoît Hamon ne voit pas "où se situe le complot" », sur bfmtv.com,‎
  151. « Affaire Fillon : Éric Ciotti aurait trouvé la taupe », sur valeursactuelles.com,‎
  152. « "Les socialistes signent leur forfait" : le camp Fillon aux abois après d'autres révélations », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ (consulté le 22 mars 2017)
  153. Geoffrey Bonnefoy, « Penelopegate: François Fillon crie au complot et à la "machination" », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 5 avril 2017)
  154. Jean-Marie Pottier, «Hollande, Valls et Cazeneuve ont joué avec la justice à des fins électorales», slate.fr,‎ (consulté le 5 avril 2017)
  155. « Fillon accuse Hollande d'animer un cabinet noir, l'Élysée condamne », sur leprogres.fr,‎ (consulté le 25 mars 2017)
  156. « "Cabinet noir" à l'Élysée : Didier Hassoux dément les propos de Fillon », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  157. Présidentielle: Un passage passé inaperçu de «Bienvenue Place Beauvau» n’arrange pas vraiment Fillon 20minutes.fr 29 mars 2017
  158. « Après "Bienvenue place Beauvau", six élus LR saisissent la justice », sur La Dépêche,‎
  159. « "Cabinet noir" de l'Elysée: la justice a reçu le courrier des proches de Fillon », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 5 avril 2017)
  160. « "Cabinet noir" de l'Elysée: la réponse du parquet financier aux proches de Fillon », sur lexpress.fr,‎
  161. « Le directeur des affaires criminelles et des grâces réfute les accusations de "cabinet noir" », sur lexpress.fr (consulté le 7 avril 2017)
  162. Laure Cometti, « Présidentielle: Fillon use de la théorie du complot, un «marqueur des extrêmes et des populistes» », sur 20 minutes,‎ (consulté le 4 avril 2017)
  163. Laure Equy, « Théorie du complot : un programme sans mesure en Fillonie », sur liberation.fr,‎ (consulté le 4 avril 2017)
  164. Daniel Hourquebie, «Théorie du complot» : Fillon cible l'exécutif pour se relancer, sur ladepeche.fr,‎ (consulté le 4 avril 2017)
  165. « Neumann : "Fillon utilise le théorème Pasqua" », sur BFM TV,‎ (consulté le 3 avril 2017)
  166. Arthur Berdah, « Bayrou charge Fillon : «La théorie du complot est un enfermement» », sur Le Figaro,‎ (consulté le 26 mars 2017)
  167. « François Fillon sur les affaires : « Cette opération a été montée, je le prouverai » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  168. « Le Canard enchaîné juge "grotesques" les accusations de Fillon », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  169. « Fillon affirme avoir des preuves que c'est Hollande qui a déclenché l'affaire » sur huffingtonpost.fr (consulté le 6 avril 2017).
  170. « Le Grand débat : François Fillon refuse désormais de répondre à toute question sur ses affaires », sur marianne.net,‎ (consulté le 22 avril 2017)
  171. « Affaires : « Je ne dirai plus jamais un mot sur ces questions », prévient François Fillon », 20 Minutes,‎ (lire en ligne)
  172. « Présidentielle: l'embarras de Fillon sur les nouvelles révélations », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 11 avril 2017)
  173. a et b Geoffrey Bonnefoy, « Présidentielle: à J-2 du premier tour, Fillon refuse de se faire interviewer par Bourdin », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 13 avril 2017)
  174. « Présidentielle : François Fillon refuse de répondre sur les affaires, "La Dépêche du Midi" publie quand même les questions », sur Franceinfo,‎ (consulté le 20 avril 2017)
  175. Luc Bronner, « Pourquoi l’entretien de François Fillon au « Monde » n’a pas eu lieu », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 19 avril 2017)
  176. « Fillon sur l’annulation de l’interview au « Monde » : « c’est pas les médias qui décident des questions » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  177. Léa Stassinet, « Fillon accuse les médias de l'avoir "lynché et assassiné politiquement" », sur rtl.fr,‎ (consulté le 22 avril 2017)
  178. Célia Mascre, « Affaire Pénélope Fillon : Caroline Cayeux dénonce un “acharnement médiatique très choquant” », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 22 avril 2017)
  179. « "J'ai une Ferrari dans une grange", Fillon ironise sur ses "affaires" », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 20 avril 2017)
  180. « Affaire Penelope : Juppé exclut «définitivement» d'être un recours en cas de retrait de Fillon », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 27 janvier 2017)
  181. « La candidature de François Fillon est "très compromise", estime le député LR, Georges Fenech », sur francetvinfo.fr,‎ .
  182. « Affaire Fillon : ces élus de droite qui ont lâché leur candidat », sur francetvinfo.fr,‎ .
  183. « Penelope Fillon : sanction à venir pour Georges Fenech », sur rtl.fr,‎
  184. « A droite, qui ne soutient plus ouvertement François Fillon?] », sur jdd.fr,‎
  185. Aurélie Locquet, « Affaire Fillon : "On est très mal", lance Arlette Grosskost », sur francebleu.fr,‎
  186. « Affaire Fillon : "C’est un naufrage", estime Henri Guaino », sur sudouest.fr,‎
  187. « Henri Guaino : la position de Fillon est "intenable" », sur europe1.fr,‎
  188. « Henri Guaino : "François Fillon ne peut plus faire campagne pour défendre son programme" », sur franceinter.fr,‎ (consulté le 5 février 2017)
  189. « Les soutiens de François Fillon ne voient pas de plan B », Le Figaro, 4-2-2017
  190. « Affaire Fillon : Juppé n'exclut plus d'être le plan B », sur valeursactuelles.com,‎
  191. Georges Fenech veut que François Fillon "prenne ses responsabilités" BFMTV, 14 février 2017
  192. « Affaire Fillon : 17 parlementaires LR parlent d'une "situation désastreuse" », Le JDD, 14-2-17
  193. Antonin André, « Affaire Fillon : à quoi joue Nicolas Sarkozy ? », sur Europe 1.fr,‎ (consulté le 3 mars 2017).
  194. Florence Richard, « L’incontrôlable hémorragie au sein de l'équipe de campagne de François Fillon », sur france24.com,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  195. « Défections en chaîne dans l’équipe de campagne de Fillon », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  196. « Une vingtaine de maires appellent au retrait de Fillon en cas de mise en examen », Le Parisien, 2 mars 2017.
  197. « Alain Gest et Brigitte Fouré demandent à François Fillon de se retirer de la campagne présidentielle », France Info 3-3-17
  198. France 24, « Le député et organisateur de la primaire Thierry Solère met fin à ses fonctions de porte-parole de François Fillon », sur france24.com,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  199. « Fillon : Bussereau démissionne à son tour de l'équipe de campagne », RTL, 3 mars 2017
  200. « Patrick Stefanini, le directeur de campagne de François Fillon, », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 5 mars 2017)
  201. « Georges Fenech (LR) appelle les élus à parrainer Juppé », Le Parisien, 2-3-2017
  202. [ https://francais.rt.com/france/34856-affaire-fillon-fenech-appelle-parrainer-baroin « Affaire Fillon : Fenech appelle à parrainer une candidature de... François Baroin »], RT News, 6-3-2017
  203. « Présidentielle: et finalement, Georges Fenech a parrainé… François Fillon », Le Progrès, 14-3-2017
  204. « Affaire Fillon : « Il a fait preuve d'humilité, j'en suis ravie » - Arlette Grosskost, députée du Haut-Rhin », sur francebleu.fr,‎ (consulté le 9 mars 2017)
  205. « Arlette Grosskost confirme son soutien à Fillon », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 9 mars 2017)
  206. « Pour Dominique de Villepin, François Fillon précipite son camp "vers l’abîme" », RTL, 3-3-17
  207. « Affaire Fillon : Jean-Louis Debré dénonce "un spectacle triste et inquiétant" », Le Parisien, 5-3-2017
  208. « Fabienne Keller appelle au retrait de François Fillon », Dernières Nouvelles d'Alsace, 1-3-17
  209. « [Seine-et-Marne La campagne de François Fillon, ce sera sans Yves Jégo et Franck Riester »], La République, 1-3-17
  210. « Le Maire, Lellouche, Apparu... Ces élus de droite qui lâchent Fillon », Challenges, 1-3-17
  211. « France 3 Chamalières : Louis Giscard d'Estaing (UDI) demande à François Fillon de se retirer », FR3, 4-3-17
  212. « Accoyer, Larcher, Stefanini : ces proches de François Fillon qui lui ont conseillé de renoncer à sa candidature à la présidentielle », Europe 1, 2-3-2017
  213. « "Sortie" de Fillon : quand Estrosi, Bertrand et Pécresse se ravisent », Le Point, 6-3-17
  214. « Bloc-notes : François Fillon accélère la crise du Système », Bloc-Notes d'Ivan Rioufol publié dans Le Figaro du 10 mars 2017.
  215. « Le compteur des lâcheurs de Fillon », sur liberation.fr (consulté le 10 mars 2017)
  216. « Le comité politique LR unanime : Fillon sauve (encore) sa candidature », sur nouvelobs.com,‎ (consulté le 21 mars 2017)
  217. « Christian Estrosi copieusement sifflé dans un meeting de François Fillon », Huffingtonpost, 31 mars 2017
  218. « Présidentielle 2017 : Christian Estrosi va recevoir Emmanuel Macron à Marseille », RTL, 1 avril 2017
  219. « L'accord entre LR et UDI signé par Fillon et Lagarde »,‎ (consulté le 21 mars 2017)
  220. « La météo des ralliements », Libération, 24-3-17
  221. « Alain Madelin : "Lettre à l'ami Macron»", Le Figaro, 31-10-2016
  222. « Dix sénateurs centristes rejoignent Macron », Le Parisien, 26-3-17
  223. « L'ex-ministre de Fillon Marie-Anne Montchamp rejoint Macron », Le Figaro, 28-3-17
  224. « L'ancien ministre Thierry Breton "appelle à soutenir" Emmanuel Macron », LExpress.fr,‎ (lire en ligne)
  225. « Le petit-fils de Jacques Chirac soutient Macron », Le Point, 13-3-17
  226. « Affaire Fillon : pour Marine Le Pen, "une relation de confiance est rompue" »,‎ (consulté le 4 février 2017)
  227. « Assistants parlementaires : si elle est mise en examen, Le Pen resterait candidate », sur Europe1,‎ (consulté le 4 février 2017)
  228. « Contrairement à François Fillon, Marine Le Pen n'abandonnera pas si elle était mise en examen », sur Huffington Post,‎ (consulté le 4 février 2017)
  229. « Affaires Fillon, Le Pen : une campagne présidentielle dénaturée », sur Le Monde,‎ (consulté le 4 février 2017)
  230. « Pourquoi l'affaire Fillon fait-elle plus de bruit que l'affaire Le Pen ? », sur LCI,‎ (consulté le 4 février 2017)
  231. « Affaire Fillon: Macron appelle au "calme" et constate "une forte demande de transparence" », sur BFM TV,‎ (consulté le 4 février 2017)
  232. « Affaire Fillon : Mélenchon dénonce "la mentalité particulière d'une caste" », sur LCI,‎ (consulté le 4 février 2017)
  233. Claire Gaveau, « "Le Grand Débat" : quand Fillon menace de "foutre un procès" à Poutou », RTL,‎ (lire en ligne)
  234. Paul Guyonnet, « Julien Dray: "François Fillon pourrait dire 'Elle ne faisait que repasser mes pantalons, on ne pourrait rien lui reprocher" », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 14 février 2017)
  235. « Législatives 2017 : Fillon préfère NKM, Dati furieuse veut lui faire payer », sur rtl.fr,‎ (consulté le 22 mars 2017)
  236. « Quand Rachida Dati demandait sur Twitter à François Fillon de s'expliquer sur ses attachés parlementaires », sur nouvelobs.com,‎
  237. « Penelopegate: Rachida Dati assure ne pas être la taupe... et enfonce Fillon », sur lexpress.fr,‎
  238. « Affaire Fillon : pour Bruno Le Maire, les sommes "choquent beaucoup de Français" », sur europe1.fr,‎ (consulté le 12 février 2017)
  239. « François Bayrou : l'affaire Fillon "a créé un trouble énorme pour les Français" », sur europe1.fr,‎ (consulté le 12 février 2017)
  240. « Pour Bayrou, Fillon "n'a pas d'autre solution" que de se retirer », sur rtl.fr,‎
  241. Affaire Penelope Fillon: Les sympathisants de la Manif continuent de soutenir François Fillon 20 Minutes, 4 février 2017
  242. « Chevènement critique l'agenda judiciaire de l'affaire Fillon », Le Figaro, 8 mars 2017.
  243. « On se fait pourrir dans la rue » : les appels au retrait de Fillon continuent, sur lemonde.fr,‎ (consulté le 11 février 2017)
  244. "Mme Fillon, rendez-nous ces 800 000 euros" : La pétition sur le point de dépasser les 400.000 signatures, LCI, 3 février 2017.
  245. Mme Fillon, rendez-nous ces 1 500 000 euros Change.org, 3 février 2017
  246. François Fillon reçoit le soutien des sympathisants de la Manif pour tous L'Express 5 février 2017
  247. « Frigide Barjot lance une pétition pour soutenir François Fillon », Tristan Quinault Maupoil, Le Figaro.fr, 6 février 2017.
  248. MM. Macron-Bergé-Hollande ne voleront pas notre vote et nos convictions ! Change.org
  249. « A Sablé-sur-Sarthe, la manif anti-Fillon fait un flop », sur leparisien.fr,‎
  250. « Flop de la manifestation anti François Fillon à Sablé-sur-Sarthe », sur huffingtonpost.fr,‎
  251. Matthieu Goar, « Accueil mouvementé pour François Fillon à La Réunion », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  252. « Un concert de casseroles lors de la venue de Fillon à Tourcoing », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  253. « Hué à Tourcoing, Fillon regrette une atteinte à la démocratie », sur lefigaro.fr,‎
  254. « Ils tapent sur des casseroles lors d’une réunion de soutien à François Fillon, 68€ d’amende », sur lavoixdunord.fr,‎ (consulté le 3 avril 2017)
  255. « L'astuce de Fillon pour éviter les concerts de casseroles en déplacement », sur Le Huffington Post (consulté le 7 avril 2017)
  256. http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-fillon/affaires-fillon/rends-l-argent-le-slogan-contre-francois-fillon-fait-aussi-son-chemin-sur-internet_2145994.html
  257. http://www.rtl.fr/actu/politique/rends-l-argent-le-slogan-anti-fillon-qui-cartonne-sur-le-web-7787990425
  258. http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/35660-fillon-presidentielle2017-paris-legislatives2017-legislatives.html
  259. http://www.liberation.fr/elections-presidentielle-legislatives-2017/2017/04/04/rends-l-argent-le-concert-de-casseroles-20-pour-fillon_1560409
  260. « Présidentielle: «Rends l'argent», le slogan qui poursuit Fillon chez Deezer? », sur www.20minutes.fr (consulté le 20 avril 2017)
  261. « Dans la tourmente de l’affaire Penelope Fillon, François Fillon dégringole dans les intentions de vote », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  262. a et b « François Fillon déstabilisé par les révélations du « Canard enchaîné » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  263. L'enquête électorale française : comprendre 2017 : Vague 11, février 2017, Centre de recherches politiques de Sciences Po, 42 p. (lire en ligne [PDF]), p. 13
  264. BVA, Présidentielle : intentions de vote, vague 9, février 2016, , 21 p. (lire en ligne [PDF]), p. 5
  265. « Présidentielle 2017 : 68 % des Français souhaitent un retrait de François Fillon », sur rtl.fr,‎
  266. L'enquête électorale française : comprendre 2017 : Vague 11, février 2017, Centre de recherches politiques de Sciences Po, 42 p. (lire en ligne [PDF]), p. 24
  267. « Présidentielle : François Fillon repasse devant Emmanuel Macron », LePoint.fr,‎ (lire en ligne)
  268. Vincent Michelon, « Sondage exclusif : avec 17 % d'intentions de vote, Fillon décroche encore, loin derrière Le Pen et Macron », sur lci.fr,‎
  269. a et b « Présidentielle : les principales déclarations des candidats », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  270. Julien Rebucci, « “Il est le seul responsable de sa défaite” : une ambiance de mort au QG de François Fillon », sur lesinrocks.com,‎ (consulté le 24 avril 2017)
  271. a et b Jean Gicquel, Pierre Avril, « Collaborateurs parlementaires : respectons le droit », lefigaro.fr, 9 février 2017
  272. « Le parquet national financier est-il compétent dans l’affaire Fillon ? », la-croix.com, 7 février 2017
  273. émission Zemmour et Naulleau du 8 février 2017 sur Paris Première
  274. « Ces juristes anti-mariage pour tous qui dénoncent un coup d'Etat contre Fillon », sur https://www.challenges.fr/election-presidentielle-2017,‎ (consulté le 9 mars 2017)
  275. François Fillon : appel de juristes contre un coup d’État institutionnel, atlantico.fr, 18 février 2017
  276. Affaire Fillon: un parfum de Bruay-en-Artois, Anne-Marie Le Pourhiet, causeur.fr, 27 février 2017
  277. Affaire Fillon. Le parquet financier a-t-il le droit d’enquêter ?, entretien Dominique Rousseau, ouest-france.fr, 13 février 2017
  278. Pour Pascal Jan, le traitement du « Penelopegate » menace la démocratie, Pascal Jan, lemonde.fr, 6 février 2017
  279. « "La question est de savoir si Fillon peut maintenir sa candidature sans entraîner un naufrage", s'interroge Alain Duhamel », sur RTL,‎ (consulté le 4 février 2017)
  280. Catherine Nay François Fillon imperturbable, Les Républicains pétrifiés Europe 1, 4 février 2017
  281. Alexandre Devecchio, « Élisabeth Lévy : Les Territoires perdus de la République sont les enfants des cités-HLM », sur lefigaro.fr,‎
  282. Violaine Morin, « La perception de Penelope Fillon après une semaine de scandale, de complice à victime », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  283. Maxime Vaudano et Mathilde Damgé, « Les neuf failles de la défense de François Fillon », sur lemonde.fr,‎
  284. Raphaël Glucksmann, « Fillon : saint François, victime de la transparence », sur nouvelobs.com,‎
  285. « Pour Christine Angot Francois Hollande est le seul candidat possible à la presidentielle », Le Figaro, 26 mars 2017.
  286. « Christine Angot, retour sur sa mise en examen pour diffamation publique », Le Figaro, 24 mars 2017.
  287. « L’Émission politique. La colère de Christine Angot face à François Fillon », sur Ouest-France.fr (consulté le 24 mars 2017)
  288. « Christine Angot, François Fillon vous dit merci ! », Le Figaro, 24 mars 2017.
  289. « L’échange entre Christine Angot et François Fillon ? "Elle lui a rendu service" », BFMTV.com, 24 mars 2017.
  290. « François Fillon peut dire merci à Christine Angot », Europe 1.fr, 24 mars 2017.
  291. « La question qui fâche. Christine Angot était-elle à sa place dans l'«Emission politique»? », sur leparisien.fr,‎ (consulté le 22 avril 2017)
  292. « Et si Christine Angot avait remporté son débat face à Fillon ? », sur lesinrocks.com,‎ (consulté le 22 avril 2017)
  293. «Pénélopegate»: la presse étrangère et les privilèges des politiques français, sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 12 février 2017)
  294. Corentin Pennarguear, « Interview. “Au Danemark, Fillon serait cuit depuis longtemps” », Courrier International,‎ (consulté le 21 février 2017)
  295. Baptiste Legrand, « François Fillon a bien de la chance d'être candidat en France… », sur nouvelobs.com,‎ (consulté le 6 mars 2017)
  296. Vu des États-Unis. Pourquoi la France est si corrompue Courrier International 2 février 2017
  297. (de) Stefan Simons, « Affäre Fillon: Frankreich und die Gier der Eliten », sur Spiegel online,‎ (consulté le 8 février 2017)
  298. Richard Werly, « Pourquoi la défense de François Fillon choque la presse étrangère », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  299. « Vu d’Italie. Penelopegate : “Le Canard enchaîné”, honneur de la presse française », sur Courrier International,‎
  300. Audrey Kucinskas, « François Fillon, "sans éthique" et "décadent", étrillé par la presse étrangère », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 12 mars 2017)
  301. « Vu de l’étranger. François Fillon, “un homme dangereux pour la démocratie” », Courrier international,‎ (lire en ligne)
  302. « Ce que disent les chiffres dévoilés par François Fillon », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 26 février 2017)
  303. « Salaires de Penelope : ce que ne disent pas les chiffres publiés par Fillon », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ (consulté le 26 février 2017)
  304. a et b « Selon cette juppéiste, les salaires de Penelope Fillon... n'ont rien coûté au contribuable ! », sur marianne.net,‎ (consulté le 28 février 2017)
  305. « Virginie Calmets défend François Fillon et déclenche une nouvelle polémique. », sur francesoir.fr,‎ (consulté le 28 février 2017)
  306. « Que l'argent public aille à Penelope Fillon ou à Mme Dupont, c'est la même somme », sur francetvinfo.fr,‎ (consulté le 28 février 2017)
  307. « "Madame Dupont" et l'argent public : le très étrange argument de Virginie Calmels en défense de Fillon », sur europe1.fr,‎ (consulté le 28 février 2017)
  308. « La crainte des investisseurs », Le Point, 9 février 2017
  309. « Penelopegate : l’affaire qui fait monter les taux d’intérêt », Capital, 27 janvier 2017
  310. « Texte de l'article de Pierre-Antoine Delhommais "La crainte des investisseurs" » repris sur un blog pédagogique de l'académie de Versailles »consulté le & mars 2017

Articles connexes[modifier | modifier le code]