Mounir Mahjoubi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahjoubi.
Ne doit pas être confondu avec Mounir Majdoub.

Mounir Mahjoubi
Illustration.
Mounir Mahjoubi en 2017.
Fonctions
Député français
En attente d'investiture –
Élection 18 juin 2017
Circonscription 16e de Paris
Législature XVe
Prédécesseur Delphine O

(1 mois)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 16e de Paris
Législature XVe
Prédécesseur Jean-Christophe Cambadélis
Successeur Delphine O
Secrétaire d'État chargé du Numérique[N 1]

(1 an, 10 mois et 10 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Christophe Sirugue
Successeur Cédric O
Président du Conseil national du numérique

(11 mois et 10 jours)
Prédécesseur Benoît Thieulin
Successeur Marie Ekeland
Biographie
Date de naissance (35 ans)
Lieu de naissance Paris 12e (France)
Nationalité française
marocaine
Parti politique PS (2002-2017)
REM (depuis 2017)
Diplômé de Université Paris-Sorbonne
IEP de Paris

Mounir Mahjoubi, né le à Paris, est un homme politique et entrepreneur français.

Le président François Hollande le nomme en 2016 à la présidence du Conseil national du numérique. Il démissionne l’année suivante et rejoint le mouvement En marche d'Emmanuel Macron, dont il rejoint l’équipe de campagne présidentielle, s'occupant du numérique.

Le , il est nommé secrétaire d’État chargé du Numérique dans le gouvernement Édouard Philippe. Lors des élections législatives de 2017, il est élu député dans la seizième circonscription de Paris. Le , il est nommé secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances et du ministre de l'Action et des Comptes publiques, chargé du numérique. Il démissionne du gouvernement le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

Mounir Mahjoubi naît le à Paris[1], au sein d’une famille ouvrière originaire du Maroc[2]. Ses parents se sont installés en France dans les années 1970. Son père était peintre en bâtiment et sa mère femme de ménage[3].

En 2000, à 16 ans, il commence, pendant ses études, à travailler à mi-temps chez Club Internet, où il devient technicien réseau au centre d’appel[4]. Il y devient délégué syndical CFDT[5]. À 18 ans, il rejoint le Parti socialiste dans lequel il s'investira notamment lors des campagnes présidentielles de Ségolène Royal et François Hollande[6]. Il obtient une maîtrise en droit des affaires et droit fiscal. Durant ses études de droit il rencontre le fils de Ségolène Royal et François Hollande auquel il confie son désir d'aider la candidate à l'élection présidentielle de 2007[7]. Il dirigera la campagne internet de Ségolène Royal[7].

En 2009, il obtient un master en finance et stratégie à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)[8]. S'illustrant dans le cadre de concours d'éloquence, il est membre de la Conférence Olivaint durant ses études à Sciences Po[9].

Il a obtenu un CAP cuisine en juin 2015, souhaitant ouvrir alors « un restaurant accessible et local dans le 19ème » arrondissement de Paris[10],[11].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 2006, il participe à la création du mouvement « Ségosphère »[12].

En 2012, il soutient François Hollande dans sa campagne présidentielle, au travers de sa communication numérique[13].

Le , il est nommé par François Hollande président du Conseil national du numérique[14],[15] (CNNum), en même temps que les 30 membres du conseil, et rencontre Emmanuel Macron, ministre de l'Économie à l'époque. Les chantiers prioritaires du conseil national du numérique sont la transformation numérique des PME, la transformation des universités et l'inclusion des plus faibles[16].

En janvier 2017, il quitte le CNNum pour rejoindre la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron en tant que responsable numérique de la campagne[17],[18].

Il est investi candidat par La République en marche dans la 16e circonscription de Paris (19e arrondissement) pour les élections législatives de 2017[19],[20]. Il remporte l'élection contre la candidate de la France insoumise, Sarah Legrain. Sa suppléante est Delphine O, qui le remplace lors de son entrée au gouvernement.

Le , il est nommé secrétaire d’État chargé du numérique dans le gouvernement Édouard Philippe[21]. Le , lors d'un remaniement ministériel, il est nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l'Économie et des finances et du ministre de l’action et des comptes publics, chargé du numérique.

Il annonce le sa candidature à l'investiture de La République en marche pour les élections municipales de 2020 à Paris[22]. Pour pouvoir se consacrer à cette candidature, il quitte le gouvernement le [23] et réintègre donc l'Assemblée nationale[24].

Entrepreneuriat[modifier | modifier le code]

En 2006, à 22 ans, Mounir Mahjoubi lance sa première start-up appelée « FairSense » et spécialisée dans la vente en ligne de stickers muraux. C'est un échec et il jette l'éponge l'année suivante, en 2007[25].

En novembre 2009, il crée un cabinet de conseil spécialisé dans l'innovation : « Mounir & Simon », qu'il quitte en juillet 2012[26]. En parallèle, il lance la société « Le Bridge » dont le but est de connecter les start-ups européennes et les investisseurs grâce à des événements et des rencontres[27].

En 2010, avec Guilhem Chéron et Marc-David Choukroun, il cofonde Equanum[28], société intermédiaire dans le commerce alimentaire de niche qui développe une plate-forme informatique en ligne qu'elle propose comme service payable au pourcentage sur transaction à des commerçants indépendants. Cet outil de vente, baptisé La Ruche qui dit Oui !, est dévolu aux produits alimentaires des agriculteurs et préparations alimentaires des transformateurs agroalimentaires. Il quitte la direction de cette entreprise en 2012 pour rejoindre la campagne de François Hollande, en vue de l'élection présidentielle[29].

De 2012 à 2016, il est le directeur général adjoint de la société BETC Digital[30]. En septembre 2016, il crée la société French Bureau[31], un start-up studio qui vise à accompagner les grands groupes dans leur démarche d'innovation.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Discret[32] sur sa vie privée, il fait néanmoins savoir le sur Instagram qu'il vient de se pacser avec son compagnon[33]. Le , à l'occasion de la journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie, il déclare[34] que « l’homophobie est un mal qui ronge la société » et « qu'elle hante les esprits des homosexuels, et nous oblige parfois, souvent, à nous adapter et mentir pour éviter la haine, pour vivre ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Auprès du Premier ministre du 17 mai 2017 au 16 octobre 2018, puis auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics à partir du 16 octobre 2018 jusqu’au 27 mars 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mounir Mahjoubi] », sur BFM TV.
  2. « Mounir Mahjoubi, l'homme providentiel à la tête du Conseil national du numérique en France », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2017).
  3. « 3 choses à savoir sur Mounir Mahjoubi, le Marocain du gouvernement Macron  », sur H24Info, .
  4. « Article biographique », sur Rue 89.
  5. « Grève chez Club Internet : la CFDT s'accorde avec la direction », ITespresso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2017).
  6. « Qui est Mounir Mahjoubi, le Franco-marocain élu par l'Elysée à la tête du Conseil national du numérique? », sur huffpostmaghreb (consulté le 8 mars 2019).
  7. a et b Florence Morel, « Qui est Mounir Mahjoubi, le nouveau secrétaire d’État au numérique ? », sur Les Inrocks, (consulté le 14 janvier 2019).
  8. Voir sur sciences-po.asso.fr.
  9. « Photos de la soirée « Play t-il? » », sur La Péniche (consulté le 23 juillet 2017).
  10. (en) « Résultats de l'examen 2015 ».
  11. On n'est pas couché, France 2, 12 janvier 2019.
  12. « Je rêve que la France soit réconciliée avec ses entreprises », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2017).
  13. « Qui est Mounir Mahjoubi, le nouveau président du CNNum ? », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 4 février 2017).
  14. « Mounir Mahjoubi, nouveau président à la tête du Conseil national du numérique », sur lesechos.fr, (consulté le 25 février 2017).
  15. Décrêt de Nomination du Conseil National du Numérique du 10 février 2016, sur le site de Légifrance.
  16. « Le nouveau Conseil national du numérique fixe ses priorités », sur lesechos.fr, (consulté le 25 février 2017).
  17. « Mounir Mahjoubi part du CNNum pour soutenir Emmanuel Macron », sur Silicon, .
  18. « Le président du CNNum quitte ses fonctions pour les beaux yeux d’Emmanuel Macron », sur ZDNet, .
  19. Lucie Ronfaut, « Mounir Mahjoubi, un spécialiste du numérique investi par La République en marche », sur Le Figaro, .
  20. Voir sur en-marche.fr.
  21. gouvernement.fr, « Mounir Mahjoubi », sur Gouvernement.fr (consulté le 21 décembre 2017).
  22. Julien Duffé, « Municipales 2020 : « Je serai candidat à Paris », annonce Mounir Mahjoubi », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  23. Olivier Beaumont, « Municipales à Paris : Griveaux et Mahjoubi désormais rivaux », sur Le Parisien, (consulté le 27 mars 2019).
  24. Geoffroy Clavel, « Cédric O, le frère de la suppléante de Mahjoubi, remplace Mahjoubi », sur Le HuffPost, (consulté le 1er avril 2019).
  25. « L'incroyable parcours de Mounir Mahjoubi, tombeur du patron du PS », sur BFM BUSINESS (consulté le 19 octobre 2018).
  26. « L'incroyable parcours de Mounir Mahjoubi, tombeur du patron du PS », sur BFM BUSINESS (consulté le 19 octobre 2018).
  27. « Gouvernement: Qui est Mounir Mahjoubi, le nouveau secrétaire d'Etat au Numérique? », sur 20 Minutes (consulté le 19 octobre 2018).
  28. « Mounir Mahjoubi, la caution geek du gouvernement », Libération,‎ (lire en ligne).
  29. « Mounir Mahjoubi, électron libre » (version du 6 février 2016 sur l'Internet Archive).
  30. « Le Conseil national du numérique change de président », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 25 février 2017).
  31. Fiche de la société French Bureau, sur Societe.com.
  32. « Homophobie dans le sport: La page Facebook de Rouge Direct supprimée pour "incitation à la haine" », Hornet Stories,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2018).
  33. « "Just PACSed." Publication Instagram par Mounir », sur Instagram, (consulté le 2 février 2018).
  34. Mounir Mahjoubi, « L’homophobie est un mal qui ronge la Société, envahit les collèges et les lycées, contamine les familles et les amis perdus. Pire, elle hante les esprits des homosexuels, et nous oblige parfois, souvent, à nous adapter et mentir pour éviter la haine, pour vivre. #IDAHOBIT2018 », Twitter,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mai 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]