François Baroin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baroin.
Ne doit pas être confondu avec François Barois.

François Baroin
Illustration.
François Baroin en 2017.
Fonctions
Président de l'Association
des maires de France
En fonction depuis le
(5 ans et 10 jours)
Élection
Prédécesseur Jacques Pélissard
Maire de Troyes
En fonction depuis le
(24 ans, 5 mois et 12 jours)
Élection
Réélection

Prédécesseur Robert Galley
Sénateur

(3 ans)
Élection 28 septembre 2014
Circonscription Aube
Groupe politique UMP (2014-2015)
LR (2015-2017)
Prédécesseur Yann Gaillard
Successeur Évelyne Perrot
Ministre de l'Économie,
des Finances et de l'Industrie

(10 mois et 11 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon III
Prédécesseur Christine Lagarde
Successeur Pierre Moscovici
Porte-parole du gouvernement

(7 mois et 15 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon III
Prédécesseur Luc Chatel
Successeur Valérie Pécresse
Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l'État[N 1]

(1 an, 3 mois et 7 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon II et III
Prédécesseur Éric Woerth
Successeur Valérie Pécresse (Budget)
François Sauvadet
(Fonction publique)
Ministre de l'Intérieur
et de l'Aménagement du territoire

(1 mois et 19 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Dominique de Villepin
Prédécesseur Nicolas Sarkozy
Successeur Michèle Alliot-Marie
Ministre de l'Outre-mer

(1 an, 9 mois et 24 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Dominique de Villepin
Prédécesseur Brigitte Girardin
Successeur Hervé Mariton
Vice-président de l'Assemblée nationale

(3 ans et 6 jours)
Président Jean-Louis Debré
Législature XIIe (Cinquième République)
Successeur Yves Bur
Porte-parole du gouvernement

(5 mois et 20 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Alain Juppé I
Prédécesseur Philippe Douste-Blazy
Successeur Alain Lamassoure
Député

(2 ans, 3 mois et 13 jours)
Réélection
Circonscription 3e de l'Aube
Législature XIVe (Cinquième République)
Groupe politique UMP (2012)
R-UMP (2012-2013)
UMP (2013-2014)
Prédécesseur Gérard Menuel
Successeur Gérard Menuel

(2 ans, 10 mois et 3 jours)
Réélection
Circonscription 3e de l'Aube
Législature XIIIe (Cinquième République)
Groupe politique UMP
Prédécesseur Gérard Menuel
Successeur Gérard Menuel

(8 ans et 20 jours)
Réélection
Circonscription 3e de l'Aube
Législature XIe, XIIe (Cinquième République)
Groupe politique RPR (1997-2002)
UMP (2002-2005)
Prédécesseur Gérard Menuel
Successeur Gérard Menuel

(2 ans, 2 mois et 16 jours)
Élection
Circonscription 3e de l'Aube
Législature Xe (Cinquième République)
Groupe politique RPR
Prédécesseur Michel Cartelet
Successeur Gérard Menuel
Biographie
Nom de naissance François Claude Pierre René Baroin
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Paris 12e (France)
Nationalité Français
Parti politique RPR (avant 2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Père Michel Baroin
Conjoint Michèle Laroque
Diplômé de Université Panthéon-Assas
Université de Bourgogne
Institut supérieur de gestion
Profession Journaliste
Avocat

François Baroin
Maires de Troyes

François Baroin, né le à Paris, est un homme politique français.

Employé à Europe 1 pendant cinq ans, dont deux ans comme journaliste politique, il est député de l'Aube à partir de 1993 pour le RPR. Élu sénateur de l'Aube en 2014, après quatre mandats consécutifs à l'Assemblée nationale, il démissionne en 2017 afin de se consacrer à ses mandats locaux, en application de la loi sur le non-cumul des mandats. Il reste président de l'Association des maires de France depuis 2014 et maire de Troyes depuis 1995.

Protégé de Jacques Chirac, il est porte-parole du candidat à l'élection présidentielle de 1995 et occupe le même poste dans le premier gouvernement Juppé, dont il est le benjamin. Il adhère ensuite à la création de l'UMP, et occupe les fonctions de ministre de l'Outre-Mer puis de l'Intérieur et de l'Aménagement du territoire dans le gouvernement Villepin entre 2005 et 2007.

Nommé ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l'État dans le deuxième gouvernement Fillon en 2010, il prend le titre de porte-parole du gouvernement, tout en conservant ses fonctions ministérielles, au sein du troisième gouvernement Fillon. L'année suivante, en 2011, il est nommé ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, fonction qu'il conserve jusqu'à la défaite de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Né dans le 12e arrondissement de Paris, François Claude Pierre René Baroin est le fils de Michel Baroin (haut fonctionnaire, homme d'affaires, grand maître du Grand Orient de France en 1977-1978) et de Michèle Paulin, originaire de Dun-le-Palestel (Creuse).

Il effectue ses études au collège Stanislas où il est un élève médiocre, il y redouble le CM2[1]. Il passe ensuite par le lycée Claude-Bernard où il prépare le concours d'entrée d'HEC auquel il échoue deux fois[2], il intègre donc l'Institut supérieur de gestion (ISG Paris) dont il est diplômé en 1989[3]. Il complète sa formation à l'université Paris-II où il décroche un DESS de défense, un DESS de sciences de l'information et un DEA de géopolitique[4].

À la fin de ses études, il perd son grand-père Barthélémy Baroin, en 1984, est témoin de la mort de sa sœur Véronique, renversée par une voiture, le , puis perd son père, mort le , à la suite d'un accident d'avion survenu au Cameroun[5] (c'est d'ailleurs Jacques Chirac, ami personnel de son père, qui lui annoncera la mort de celui-ci et deviendra son mentor en politique[6]). Il raconte que ces drames l'ont réorienté et ont d'une certaine manière appuyé son engagement politique[7].

En 1987, il rédige, avec deux amis et anciens camarades du collège Stanislas, Jean-Michel Blanquer et Richard Senghor, une « Déclaration du troisième millénaire », qui se veut une version actualisée de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789[8],[9]. Il restera très proche de Blanquer, qui dira être son « presque frère »[10].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Elkabbach le recrute au service politique d’Europe 1, où il commence une carrière de journaliste, qu'il poursuit de 1988 à 1992[11].

Depuis 2001, il est avocat inscrit au barreau de Paris. Depuis 2018, il est avocat of counsel au cabinet de Francis Szpiner[12].

En 2016, il est nommé professeur adjoint à HEC Paris où il enseigne la macroéconomie, la géopolitique et la gestion de crise[13].

Il rejoint en 2018 la banque d'affaires Barclays, où il est nommé « External Senior Advisor »[14].

Vie privée et familiale[modifier | modifier le code]

Divorcé de la journaliste et présentatrice Valérie Broquisse, qu'il avait épousée le , François Baroin est père de trois enfants.

Entre 2006 et 2008, il a eu une liaison avec la journaliste Marie Drucker[15].

Il vit avec la comédienne Michèle Laroque depuis 2008[16],[17],[18].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Élu local[modifier | modifier le code]

En 1989, il est élu conseiller municipal (RPR) de Nogent-sur-Seine dans l'Aube. Il succède à Robert Galley comme maire de Troyes en 1995. La même année, il est élu président de l'Association des maires de l'Aube.

François Baroin est élu en 2001 président de la communauté d'agglomération de Troyes (CAT) et il est reconduit à la tête de la mairie de Troyes.

Le , il est réélu maire de Troyes, la liste qu'il conduisait ayant recueilli 50,42 % des suffrages dès le premier tour, face à quatre autres listes[19].

Aux élections municipales de 2014, il est réélu maire de Troyes dès le premier tour avec 62,57 % des voix. En , il est élu à la présidence de l'Association des maires de France (AMF)[20].

Dans le cadre de l'AMF, suivant les préconisations de Daniel Keller, le maître du Grand Orient de France, et de Jean-Louis Bianco, président de l'Observatoire de la laïcité[21],[22], François Baroin s'engage en 2015 contre l’installation des crèches de Noël dans les mairies des communes françaises[23].

Lors de la campagne présidentielle de 2017, il se met en retrait de la présidence de l'AMF afin de préserver la neutralité de la fonction et de se concentrer sur la campagne présidentielle[24].

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

En 1993, il entre à l'Assemblée nationale, dont il est le plus jeune député, comme représentant de la 3e circonscription de l'Aube.

Il est réélu député le , dans la 3e circonscription de l'Aube, au second tour, avec 64,32 % des voix[25]. Membre du groupe parlementaire UMP de 2002 à 2012, il est vice-président de l'Assemblée nationale de 2002 à 2005.

En 2003, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin le charge d'un rapport sur la laïcité. Il remet ce rapport en mai 2003, sous le titre Pour une nouvelle laïcité[26]. Il y écrit que la laïcité « est devenue un élément de référence de l'identité française. Sa remise en cause par le multiculturalisme et le communautarisme peut donc être perçue comme une menace pour l'identité nationale. Dès lors un renouveau de la laïcité devient un élément de la réponse au choc du 21 avril 2002. On assiste ainsi à une "re-politisation" du thème de la laïcité qui pourrait devenir une valeur de la "droite de mai" face à une gauche qui s'est largement convertie au multiculturalisme et n'a pas su répondre au défi du communautarisme. »

Le il est réélu député, avec 55,21 % des voix, dans sa circonscription, dès le premier tour, avec un taux d'abstention de 48,32 %[27].

Le , il rejoint le groupe Rassemblement-UMP à l'Assemblée nationale à la suite de la scission du groupe UMP, consécutive au congrès du parti du 18 novembre 2012[28].

Candidat aux élections sénatoriales de 2014, il est élu sénateur.

Le , il fait partie des treize derniers sénateurs (sur un total de 41) à démissionner pour privilégier leur mandats locaux, en application de la loi du 14 février 2014 sur le non-cumul des mandats en France[29],[30]. Sa suppléante de 2014 Évelyne Perrot ne le remplace pas et son siège est déclaré vacant, ce qui déclenche une élection partielle[30].

Responsabilités ministérielles[modifier | modifier le code]

Baroin derrière Sarkozy, accueillant à l'Élysée le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner.

Lors de la campagne présidentielle 1995, il est porte-parole de Jacques Chirac. Après la victoire de ce dernier, il est nommé secrétaire d'État auprès du Premier ministre et porte-parole du premier gouvernement Alain Juppé, devenant, à 29 ans, le plus jeune membre d'un gouvernement sous la Ve République[N 2]. Non reconduit quelques mois plus tard dans le nouveau gouvernement Juppé, il devient chargé de mission à l'Élysée, poste qu'il conserve jusqu'à ce qu'il retrouve son siège de député lors des élections législatives de 1997, perdues par la majorité.

Le , à la suite du référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe, François Baroin est nommé ministre de l'Outre-Mer dans le gouvernement Dominique de Villepin, puis assure, du au , les fonctions de ministre de l'Intérieur en remplacement de Nicolas Sarkozy, démissionnaire pour se consacrer à sa campagne présidentielle. Il devient alors le benjamin des ministres.

Après les élections régionales de 2010 et le remaniement ministériel du , François Baroin est nommé ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l'État à la place d'Éric Woerth[31]. À ce poste, il est notamment chargé de ramener le déficit public à son niveau d'avant la crise économique. Alors que son prédécesseur lance début 2009 mon.service-public.fr dans le but de favoriser les démarches administratives en ligne, François Baroin reprend ce portail internet de l'administration publique française permettant des gains de productivité et de temps pour l'usager, avec l'ambition de le développer[32].

Le , à la suite de la formation du gouvernement François Fillon III, il est reconduit dans ses fonctions, et récupère le portefeuille de la Fonction publique ; il devient également porte-parole du gouvernement.

François Baroin est nommé ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie le , remplaçant ainsi Christine Lagarde, désignée, la veille, directrice générale du FMI. Valérie Pécresse le remplace au poste de ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l'État et au porte-parole du gouvernement, tandis que François Sauvadet se voit attribuer la Fonction publique.

Le , lors d'une réponse à l'opposition à l'Assemblée nationale, il reproche au Parti socialiste d'être arrivé au pouvoir « par effraction » à la suite des élections législatives de 1997[33]. Ces propos provoquent une indignation et de vives réactions dans les rangs de la gauche ; s'ensuit une suspension puis une levée de la séance de questions au gouvernement[33],[34],[35].

Fonctions à l’UMP puis LR[modifier | modifier le code]

François Baroin en 2012.

Lors de l'élection présidentielle française de 2002, il est chargé par Jacques Chirac d'apporter les signatures nécessaires à Bruno Mégret pour que celui-ci puisse se présenter[36].

À l'UMP, il est le porte-parole sous la présidence d'Alain Juppé, puis secrétaire général délégué sous la présidence par intérim de Jean-Claude Gaudin.

Il est conseiller politique de Nicolas Sarkozy alors que celui-ci est président de l'UMP ; il est aussi président du comité départemental de l'UMP en Aube et vice-président du club Dialogue & Initiative, présidé par Jean-Pierre Raffarin. Il est membre du bureau politique de l'UMP puis des Républicains. En vue du congrès pour la présidence de l'UMP de 2012, il apporte son soutien à la candidature de François Fillon[37].

Lors de la primaire française de la droite et du centre de 2016, il est l’un des principaux soutiens de Nicolas Sarkozy[38]. Il est alors pressenti pour devenir Premier ministre en cas de victoire du candidat mais Nicolas Sarkozy échoue[39].

En , alors que l'affaire Fillon a conduit plusieurs personnalités à quitter l'équipe du candidat à l'élection présidentielle française de 2017, son équipe de campagne est remaniée. François Baroin est chargé du « rassemblement politique »[40]. François Baroin soutient François Fillon lors de la manifestation du Trocadéro. Il est à nouveau pressenti pour devenir Premier ministre en cas de victoire de François Fillon, mais le candidat échoue également[41].

Après l'élimination de François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle, François Baroin annonce qu'il votera pour Emmanuel Macron[42]. Il se déclare prêt, en cas de victoire de la droite et du centre aux élections législatives, à être un Premier ministre de cohabitation avec Emmanuel Macron[43]. Ce dernier dit exclure toute « coalition » avec Les Républicains et décrit la conduite passée et présente de François Baroin comme étant caractérisée par « une vraie constance : la recherche de son intérêt personnel »[44]. Le , il est désigné chef de file du comité de campagne de la droite et du centre pour les élections législatives des 11 et 18 juin par le bureau politique des Républicains[45]. Il annonce que les élus LR qui rejoindraient Emmanuel Macron seront exclus du parti[46].

Retrait de la politique nationale[modifier | modifier le code]

Le , il annonce qu'il se retire de la vie politique nationale[47].

Il fait son retour à la direction des Républicains en , après l'élection de Christian Jacob à la présidence du parti, au sein d'un « comité stratégique »[48].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

Au Parlement[modifier | modifier le code]

  •  : député RPR de la troisième circonscription de l'Aube
  •  : député RPR puis UMP de la troisième circonscription de l'Aube
  •  : vice-président de l'Assemblée nationale
  •  : député UMP de la troisième circonscription de l'Aube
  •  : député UMP de la troisième circonscription de l'Aube
  •  : sénateur UMP puis Les Républicains de l'Aube

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Au sein de partis politiques[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire national du RPR aux PME-PMI (1999)
  • Secrétaire national du RPR, chargé de la culture et de la communication (jusqu'en 1999)
  • Secrétaire national du RPR, chargé de la réforme et de l'organisation des pouvoirs publics (1999-2001)
  • Secrétaire général délégué puis conseiller politique de l'UMP (à partir de 2004)
  • Président du comité départemental de l'UMP dans l'Aube et vice-président du club Dialogue & Initiative

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Chronique d'une différence : François Baroin, Julien Dray, Numéro 1, coll. « Société », , 192 p. (ISBN 978-2863918821).
  • Journal de crise, JC Lattès, coll. « Essais et documents », , 220 p. (ISBN 978-2709639644).
  • Un chemin français, Lattès, 2017.
  • Une histoire de France par les villes et les villages, Albin Michel, 2017.
  • Une histoire sentimentale, Albin Michel, 2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Portefeuille de la Fonction publique ajouté le .
  2. Record battu de quelques mois par Gabriel Attal en 2018. Voir « Gabriel Attal, plus jeune ministre de la République », L'Express,‎ (lire en ligne).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le JDD, « François Baroin, d'un président l'autre », JDD,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  2. « Les petits secrets du ministre du Budget, Francois Baroin », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  3. Le réseau des diplômés de l'ISG, « Le réseau des diplômés de l'ISG - Fiche profil », sur www.isg-alumni.com (consulté le 6 mars 2018)
  4. Le Point, magazine, « François Baroin », sur Le Point.fr (consulté le 6 mars 2018)
  5. Portrait de François Baroin sur le site de Libération, 22 mai 1995.
  6. BFMTV, « « C'est lui qui est venu m'annoncer la mort de mon père »: l'hommage très personnel de François Baroin à Jacques Chirac », sur BFMTV (consulté le 30 septembre 2019)
  7. Isabelle Dillmann, Les politiques ont-ils une âme?, Albin Michel, 2010, p. 53-55.
  8. https://www.lemonde.fr/archives/article/1987/02/04/la-declaration-de-1789-revue-et-corrigee-par-trois-jeunes-parisiens_4021681_1819218.html.
  9. https://www.lemonde.fr/archives/article/1989/07/25/droits-de-l-homme-des-jeunes-de-quatre-vingts-pays-tentent-de-rediger-la-declaration-universelle-du-troisieme-millenaire_4140411_1819218.html.
  10. https://www.lemonde.fr/societe/article/2009/10/22/jean-michel-blanquer-hyper-recteur_1257413_3224.html.
  11. Libération Premier de couvée 4 mai 2004.
  12. « Notre équipe: François Baroin », sur stasassocies.com,
  13. HEC, « BAROIN François », HEC Paris,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  14. « François Baroin rejoint la banque Barclays », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  15. « Marie Drucker: avec François Baroin ce serait fini ! Leur mariage serait annulé, ils seraient déjà séparés », Gala, 20 mai 2008.
  16. Luc Le Vaillant, « Michèle Laroque, la fisc d’à côté », Libération, Next, (consulté le 4 juin 2011)
  17. ITW Patrick Poivre d'Arvor, Michèle Laroque a rencontré François Baroin à l'été 2008 lors de l'anniversaire de Line Renaud. La traversée du miroir, France 5, avril 2012
  18. François Baroin et Michèle Laroque dans l'œil de la presse people, sur lefigaro.fr
  19. « Résultats des élections Municipales 2008 », Ministère français de l'Intérieur, .
  20. Jean-Baptiste Garat, « Baroin ne briguera pas la tête de l'UMP », Le Figaro, samedi 12 / dimanche 13 juillet 2014, page 6.
  21. L'AMF demande une loi sur les crèches dans les mairies, lefigaro.fr, 19/11/2015
  22. Ramadan, porc à la cantine, uniforme... Les maires de France en reconquête laïque, tempsreel.nouvelobs.com, 19/11/2015
  23. « Les crèches dans les mairies de nouveau au cœur du débat politique », sur Le Figaro, (consulté le 12 avril 2016)
  24. « Baroin se met en réserve de l'Association des maires de France », lefigaro.fr, 28 mars 2017.
  25. « Résultats des élections législatives 2002 », Ministère français de l'Intérieur, .
  26. Anne Chemin, « « La loi de 1905, étape fondamentale de la laïcisation de la République française, est libérale et tolérante » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mars 2019)
  27. « Résultats des élections législatives 2007 », Ministère français de l'Intérieur, .
  28. [PDF] Déclaration politique du groupe "rassemblement Union pour un mouvement populaire", sur lefigaro.fr
  29. Alexandre Poussart, « Non cumul des mandats : 41 sénateurs ont quitté le Sénat », sur Public Sénat, .
  30. a et b « Avis de démission de sénateurs », sur Journal officiel de la République française, .
  31. Communiqué sur le site de la Présidence de la République
  32. « Démarches administratives: Baroin veut plus de simplification et plus vite », dépêche AFP, 5 juillet 2010.
  33. a et b Jérémy Maccaud, Sophie Huet, « François Baroin déclenche une bronca à l'Assemblée », lefigaro.fr, (consulté le 13 novembre 2011)
  34. V.V. (avec AFP), « Assemblée : la colère du PS contre Baroin », lejdd.fr, (consulté le 13 novembre 2011)
  35. Florian Courgenouil, « François Baroin : effraction, piège à cons ! », nouvelobs.com, (consulté le 11 novembre 2011)
  36. Patrick Buisson, La Cause du peuple, Perrin, 2016, p. 68
  37. UMP : Baroin soutient Fillon, Le Figaro, 29 septembre 2012.
  38. « François Baroin : "Je m’engagerai pour Nicolas Sarkozy, mon choix est fait depuis longtemps" », sur europe1.fr, (consulté le 5 juin 2016).
  39. « François Baroin s'était préparé à devenir Premier ministre de Nicolas Sarkozy », francetvinfo.fr, 12 février 2017.
  40. « Fillon promeut Baroin, Jacob et Chatel dans son équipe », lemonde.fr, 9 mars 2017.
  41. « Fillon confirme que Baroin pourrait être son premier ministre », lefigaro.fr, 15 avril 2017.
  42. François Baroin : «Je voterai à titre personnel pour Macron», lest-eclair.fr, 23 avril 2017
  43. Baroin prêt à être premier ministre de Macron, lefigaro.fr, 26 avril 2017
  44. Macron exclut toute «coalition» avec LR ou le PS et tacle Baroin, rt.com, 9 avril 2017
  45. « Législatives : François Baroin conduira la campagne de la droite », sur francetvinfo.fr, France Info, (consulté le 2 mai 2017).
  46. Sébastien Tronche, « François Baroin prévient que les Républicains qui rejoindraient Macron seront exclus de LR », lelab.europe1.fr, 7 mai 2017.
  47. [1]
  48. https://www.lejdd.fr/Politique/les-republicains-francois-baroin-fait-son-retour-dans-les-instances-du-parti-3926986

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Fulda, François Baroin, le faux discret, JC Lattès, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]