Bernard Pons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pons.
Bernard Pons
Fonctions
Député de Paris
Élu dans la 22e puis la 16e circonscription

(5 ans et 24 jours)
Législature XIe (Cinquième République)
Prédécesseur Pierre Rémond
Successeur Françoise de Panafieu

(6 ans 11 mois et 26 jours)
Législature IXe, Xe (Cinquième République)
Prédécesseur circonscription créée
Successeur Pierre Rémond
son suppléant

(4 ans 8 mois et 30 jours)
Législature VIIe (Cinquième République)
Prédécesseur Maurice Druon
Successeur circonscription supprimée
Ministre de l'Équipement, du Logement, , des Transports, et du Tourisme

(2 ans et 15 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Alain Juppé I et II
Prédécesseur Bernard Bosson
Successeur Jean-Claude Gayssot
Président du Groupe RPR
à l'Assemblée nationale

(6 ans 11 mois et 28 jours)
Prédécesseur Pierre Messmer
Successeur Michel Péricard
Ministre des Départements et
territoires d'outre-mer

(2 ans 1 mois et 19 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Jacques Chirac II
Prédécesseur Georges Lemoine
Successeur Olivier Stirn
Député de l'Essonne
Élu dans la 2e circonscription

(3 ans 1 mois et 19 jours)
Législature VIe (Cinquième République)
Prédécesseur Michel Boscher
Successeur Jacques Guyard
Secrétaire d'État auprès du ministre
de l'Agriculture

(47 ans et 4 jours
Président Georges Pompidou
Gouvernement Jacques Chaban-Delmas
Pierre Messmer I
Prédécesseur Robert Boulin (ministre)
Successeur Jacques Chirac (ministre)
Député du Lot
Élu dans la 2e circonscription

(5 ans et 22 jours)
Législature Ve (Cinquième République)
Prédécesseur Guy Murat
Successeur Martin Malvy

(2 ans 3 mois et 19 jours)
Législature IIIe, IVe (Cinquième République)
Prédécesseur Georges Juskiewenski
Successeur Guy Murat
Biographie
Nom de naissance Bernard Claude Pons
Date de naissance (89 ans)
Lieu de naissance Béziers (Hérault)
Nationalité Française
Parti politique UD-Ve, UDR, RPR
Profession Médecin généraliste

Bernard Pons, né le à Béziers (Hérault), est un homme politique français. Membre successivement de l’Union des démocrates pour la République et du Rassemblement pour la République, il occupa plusieurs fois les fonctions de secrétaire d'État et ministre et les mandats de député dans le Lot, l’Essonne et à Paris, conseiller général du canton de Cajarc et conseiller de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et vie familiale[modifier | modifier le code]

Bernard Claude Pons est né le à Béziers dans l’Hérault[1].

Il a quatre filles, Isabelle Secrétan[2], Frédérique Pons[3], Nathalie Rossi et Valérie Pons.

Études et formation[modifier | modifier le code]

Engagé volontaire en mars 1944 dans les FFI, il a été dans la résistance et pris le maquis dans les FTPF de Lauzès (Lot).

Élève de seconde au lycée de Cahors en 1944, il a suivi en mars 1944 ses frères Jacques et André, plus âgés que lui et réfractaires au STO (Service travail obligatoire) pour s’engager avec eux dans la résistance. Ils ont intégré tous les trois le maquis FTP du causse de Lauzès dans le Lot, sous les ordres du capitaine François (André Dubois de Gaudusson) puis après la libération de Cahors, le 17 août 1944, ont été regroupés avec d’autres maquis, au camp Saint-Georges à Cahors puis transférés à la caserne Niel, à Toulouse avant, pour Jacques et André, d’être envoyés à la Pointe de Grave. Bernard Pons a été hospitalisé fin août 1944 à l’hôpital militaire Larrey à Toulouse puis démobilisé. Il a repris ses études le 2 octobre 1944 comme pensionnaire élève de première au collège de Revel, Haute-Garonne. En février 1945, il a été admis au titre de résistant à se présenter au lycée d'Albi à la première partie du baccalauréat en « session spéciale » réservée aux anciens résistants ayant arrêté leurs études. Après avoir obtenu la première partie du baccalauréat, il est entré en classe de philo au lycée de Tarbes et a présenté avec succès la deuxième partie à la fin de l’année scolaire. En novembre 1945, il intégrait la faculté des sciences de Toulouse pour préparer son PCB. En 1946, il entrait en première année de médecine à la faculté de médecine de Montpellier. Il a passé sa thèse de docteur en médecine en 1952, puis s’est installé comme médecin généraliste dans le Lot. En 1965, il a été élu adjoint au maire de Cahors (Lucien Bennac) et en 1967 député de la 2e circonscription du Lot (Figeac) puis quelques mois plus tard conseiller général de Cajarc.

Bernard Pons est médecin généraliste dans le département du Lot de 1952 À 1967, il a fait ses études à la faculté de médecine de Montptellier.

Il a été président de l'AGEM (Association générale des étudiants de Montpellier), et vice-président de l'UNEF.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Bernard Pons exerçait la profession de médecin généraliste[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Proche du Premier ministre Georges Pompidou, un temps conseiller municipal de Cajarc, Bernard Pons s’engage en politique en 1967 en devenant député de la 2e circonscription du Lot (Figeac - Souillac), conseiller général du canton de Cajarc.

Il est nommé en juin 1969 secrétaire d'État à l’Agriculture dans le gouvernement Jacques Chaban-Delmas, puis reconduit dans ces mêmes fonctions dans le gouvernement premier gouvernement Pierre Messmer de juillet 1972 à avril 1973.

Réélu en 1968 et 1973 député du Lot, il défend le projet de loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse.

Fidèle de Jacques Chirac, il participe à la fondation de RPR et en devient secrétaire général entre 1979 et 1984. Député de l’Essonne en 1978, il se fait élire à Paris comme député en juin 1981 et conseiller de Paris en mars 1983. Lorsque Jacques Chirac devient Premier ministre, il confie à Bernard Pons le ministère des Départements et Territoires d’Outre-Mer. Il attache alors son nom à la loi pour encourager l’investissement dans les DOM-TOM en 1986, et est envoyé à Nouméa pour gérer la prise d’otages de la grotte d’Ouvéa.

Jacques Chirac élu président de la République en mai 1995, Bernard Pons intègre le gouvernement Alain Juppé, comme ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Équipement et des Transports, puis de l’Équipement, du Logement, des Transports et du Tourisme.

Seul député de droite élu au premier tour en 1997, après l’échec de la majorité sortante. Il se retire de la vie politique nationale en 2002 à la suite de la candidature dissidente dans sa circonscription (la 16e de Paris) de Françoise de Panafieu, députée sortante RPR de la moitié nord du 17e arrondissement de Paris (17e circonscription) et menacée de ne pas être réélue (le candidat Patrick Stefanini sera d'ailleurs battu en deux temps par la socialiste Annick Lepetit), et qui le devance au premier tour (40 % pour elle contre 20 % pour lui).

Il demeure conseiller UMP de Paris jusqu'en 2008.

Il est le président-fondateur de l’Association des Amis de Jacques Chirac, association dissoute début 2005.

Synthèse des fonctions politiques[modifier | modifier le code]

Mandats européens[modifier | modifier le code]

Député européen[modifier | modifier le code]

Il fut élu député européen lors des élections européennes de 1984 mais abandonna son poste en avril 1985. Le suivant de liste, Alain Marleix, reprend son poste.

Fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

Secrétaire d’État à l’Agriculture[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut nommé secrétaire d'État auprès du ministre de l’Agriculture le dans le gouvernement Jacques Chaban-Delmas. Il fut confirmé dans ces fonctions dans le gouvernement Pierre Messmer le jusqu’au [4].

Ministre de l’Outre-Mer[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut nommé ministre des Départements et Territoires d’Outre-Mer le jusqu’au dans le gouvernement Jacques Chirac[4]. Il fut envoyé à Nouméa pour « régler » la prise d’otages de la grotte d’Ouvéa[5].

Ministre des Transports et de l’Équipement[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut nommé ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Équipement et des Transports le dans le gouvernement Alain Juppé[6], il conserva ses fonctions avec les attributions de ministre de l’Équipement, du Logement, des Transports et du Tourisme à partir du dans le second gouvernement Alain Juppé[7] jusqu’au [4].

Au cours de cette période, il signa les décrets de concession à la Cofiroute fixant les conditions financières et industrielles de réalisation des autoroutes A28 entre Alençon et Tours, A85 entre Tours et Vierzon et le du duplex A86[8] et renouvela les concessions de la société des Autoroutes Rhône-Alpes, de la société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France, de la société des autoroutes Paris-Normandie[9] et des autoroutes Paris-Rhin-Rhône[10]. Il participa à la convention bilatérale franco-italienne pour la réalisation de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin[11] et à la convention franco-espagnole pour la réalisation de la ligne de Perpignan à Figueras[12]. Il négocia l'accord entre la France et la Bulgarie sur les transports routiers[13]. Le 15 juillet 1996, Bernard Pons, ministre de l’Équipement, annonce à la presse qu’il vient d’entériner la décision du jury présidé par Christian Leyrit, directeur des routes, qui a choisi pour la construction du viaduc de Millau, le projet à piles multi haubanées de Sogelec et du cabinet d’architectes Norman Foster and Partner.

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Député de la 2e circonscription du Lot[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut élu le député de la deuxième circonscription du Lot pour la IIIe législature[14], il fut réélu le pour la IVe législature et conserva son mandat jusqu’à sa nomination au gouvernement le [15]. Il fut réélu le pour la Ve législature[16].

Député de la 2e circonscription de l’Essonne[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut élu député de la deuxième circonscription de l’Essonne le pour la VIe législature et conserva son siège jusqu’au [17].

Député de la 22e circonscription de Paris[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut élu député de la vingt-deuxième circonscription de Paris le pour la VIIe législature[18], il fut réélu le pour la VIIIe législature et conserva son mandat jusqu’à sa démission le à la suite de sa nomination au gouvernement[19].

Député de la 16e circonscription de Paris[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut élu député de la nouvelle seizième circonscription de Paris le pour la IXe législature[20], il fut réélu le pour la Xe législature[21] puis le pour la XIe législature jusqu’au .

À l'Assemblée nationale, il était membre de la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales de 1988 à 1993, de la commission de la Défense nationale et des Forces armées de 1993 à 1995, de la commission des Lois constitutionnelles, de la Législation et de l'Administration générale de la République en 1992 et de la commission de la production et des échanges[4]. En décembre 1990, il participa à la saisine du conseil constitutionnel concernant le loi de finances pour 1991[22]. En avril 1991 il fit partie des parlementaires qui saisirent le conseil constitutionnel concernant la loi portant statut de la Collectivité territoriale de Corse[23]. En décembre 1997 il faisait partie des parlementaires qui saisirent le conseil constitutionnel concernant la loi de financement de la sécurité sociale[24] et la loi de finances pour 1998[25]. En juillet 1998, il participa à la saisine du conseil constitutionnel concernant la loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions[26]. En décembre 1998, il participa à la saisine du conseil constitutionnel concernant la loi de financement de la sécurité sociale[27] et la loi de finances pour 1999[28]. En octobre 1999, il saisi le même conseil concernant la loi relative au Pacte civil de solidarité[29]. En décembre 1999, il participa à la saisine concernant la loi de finance de la sécurité sociale[30] et la loi de finances pour 2000[31] et à la loi relative à la réduction négociée du temps de travail[32]. En novembre 2000, il saisi le conseil constitutionnel concernant la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains[33] et en décembre 2000 concernant les la loi de financement de la sécurité sociale[34] et la loi de finances pour 2001[35]. Il participa en 2001 à la saisine concernant la loi de finances pour 2002[36] et concernant la loi de modernisation sociale[37].

Fonctions partisanes[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut de 1988 à 1995 président du groupe parlementaire du Rassemblement pour la République à l’Assemblée nationale[38].

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Conseiller général du canton de Cajarc[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut élu conseiller général du canton de Cajarc le , puis réélu en 1973 jusqu’en 1978, après avoir démissionné pour se présenter aux élections législatives dans l'Essonne.

Conseiller de Paris[modifier | modifier le code]

Bernard Pons fut élu conseiller de Paris le puis en 1989, 1995 et 2001 jusqu’au .

Décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

Bernard Pons a été nommé chevalier de la Légion d'honneur le [39], et commandeur de la Croix de Victoria (le 15 mai 1972).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fiche personnelle sur le site du Who's Who France. Consulté le 22/02/2010.
  2. « Aigues-Mortes: un ancien ministre au côté de sa fille candidate », midilibre.fr
  3. « Une équipe d’avocats indépendants et rigoureux | Pons & Carrère », sur www.pons-carrere.com (consulté le 28 mai 2016)
  4. a, b, c et d Fiche de Bernard Pons sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  5. Article Bernard Pons : « Le drame d’Ouvéa, un des moments les plus douloureux de ma vie » du 13 mai 2008 sur le site du quotidien Les Nouvelles Calédoniennes. Consulté le 22/02/2010.
  6. Texte du décret du 18 mai 1995 relatif à la composition du gouvernement sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  7. Texte du décret du 7 novembre 1995 relatif à la composition du gouvernement sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  8. Texte du décret du 27 décembre 1995 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  9. Texte du décret du 3 novembre 1995 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  10. Décret du 7 janvier 1996 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  11. Texte du décret du 18 mai 1996 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  12. Texte du décret du 21 février 1998 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  13. Texte du décret du 8 novembre 1996 sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  14. Fiche de Bernard Pons pour la IIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  15. Fiche de Bernard Pons pour la IVe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  16. Fiche de Bernard Pons pour la Ve législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  17. Fiche de Bernard Pons pour la VIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  18. Fiche de Bernard Pons pour la VIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  19. Fiche de Bernard Pons pour la VIIIe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  20. Fiche de Bernard Pons pour la IXe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  21. Fiche de Bernard Pons pour la Xe législature sur le site officiel de l'Assemblée nationale. Consulté le 22/02/2010.
  22. Texte de la décision no 90-285 du 28 décembre 1990 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  23. Texte de la décision no 91-290 du 9 mai 1991 du Conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  24. Texte de la décision no 97-393 du 18 décembre 1997 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  25. Texte de la décision no 97-395 du 30 décembre 1997 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  26. Texte de la décision no 98-403 du 29 juillet 1998 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  27. Texte de la décision no 98-404 du 18 décembre 1998 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  28. Texte de la décision no 98-405 du 29 décembre 1998 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  29. Texte de la décision no 99-419 du 9 novembre 1999 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  30. Texte de la décision no 99-422 du 21 décembre 1999 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  31. Texte de la décision no 99-424 du 29 décembre 1999 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  32. Texte de la décision no 99-423 du 13 janvier 2000 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  33. Texte de la décision no 2000-436 du 7 décembre 2000 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  34. Texte de la décision no 2000-437 du 19 décembre 2000 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  35. Fiche de la décision no 2000-441 du 28 décembre 2000 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  36. Texte de la décision no 2001-456 du 27 décembre 2001 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  37. Fiche de la décision no 2001-455 du 12 janvier 2002 du conseil constitutionnel sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.
  38. Article Trotskistes, gaullistes et francs-maçons rivalisent pour contrôler FO du 6 février 2010 sur le site d'information Bella Ciao. Consulté le 22/02/2010.
  39. Texte du décret du 21 mars 2008 portant promotion et nomination sur le site legifrance.gouv.fr Consulté le 22/02/2010.