Manon Aubry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubry.
Manon Aubry
Manon Aubry (cropped).jpg
Manon Aubry en 2018.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Institut d'études politiques de Paris (Master of International Affairs (en)) (-)
Université de Sydney (-)
Université Columbia ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de

Manon Aubry, née le à Fréjus, est une militante associative et politique française, membre du mouvement La France insoumise (FI) depuis 2018. Elle est porte-parole de l'ONG Oxfam France sur les questions de lutte contre l'évasion fiscale et les inégalités, jusqu'en décembre 2018. Elle est candidate aux élections européennes de 2019 comme tête de liste FI.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'origine corse[1], Manon Aubry est née à Fréjus et va au lycée à Saint-Raphaël dans le Var[2]. Fille de Catherine Poggi-Aubry,[3] et de Bruno Aubry, journaliste, écrivain et enseignant, sans lien de parenté avec Martine Aubry[3]. En 2005, elle milite pour le non au référendum sur le traité constitutionnel européen et s’oppose à la réforme Fillon dans l’Éducation nationale[4]. Elle participe en 2006 aux manifestations contre le CPE, elle organise la contestation et bloque son lycée à Saint-Raphaël[5].

Elle est diplômée en affaires internationales et droits de l’homme de Sciences Po Paris et de l'université Columbia. À Sciences Po, elle préside en 2009 la section locale de l'Union nationale des étudiants de France (UNEF)[6]. Puis elle s'intègre dans le secteur humanitaire à Médecins du monde au Liberia. Elle réside pendant près de deux ans en république démocratique du Congo, où elle intervient pour l’ONG The Carter Center travaillant notamment sur la violation des droits de l’homme[7].

Manon Aubry est membre de l'association Oxfam France où elle est a été « responsable de plaidoyer justice fiscale et inégalités »[8],[9] jusqu'en décembre 2018[10]. Elle écrit plusieurs rapports sur l'évasion fiscale, les inégalités et le partage des richesses au sein des grandes entreprises[11]. Elle est enseignante à Sciences Po Paris en droits de l’homme[12],[13].

Pratiquant la natation en compétition [14], elle joue désormais au water-polo à l'Association Montmartre Natation Sauvetage[5].

En décembre 2018, Manon Aubry est désignée par le comité électoral de La France insoumise (FI) comme tête de liste du mouvement aux élections européennes de 2019[15]. À cette occasion, elle rejoint la FI [16]. Sa mère Catherine Poggi-Aubry, ancienne journaliste, membre de La France insoumise depuis sa création[17], est candidate également aux élections européennes sur la même liste en position non éligible (59e position)[18].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Manon Aubry et Thomas Dauphin, Banques en exil : comment les grandes banques européennes profitent des paradis fiscaux, Paris, Oxfam International, (lire en ligne)
  • Manon Aubry, Réforme fiscale : les pauvres en paient l’impôt cassé, Paris, Oxfam International, (lire en ligne)
  • Manon Aubry, Christophe Alliot et Sylvain Ly, CAC 40, des profits sans partage : comment les grandes entreprises françaises alimentent la spirale des inégalités, Paris, Oxfam International, (lire en ligne)
  • Manon Aubry et Lucie Watrinet, En quête de transparence: sur la piste des banques françaises dans les paradis fiscaux, Paris, Oxfam France, (lire en ligne)
  • (en) Manon Aubry et al., A collaborative approach to human rights impact assesments, Sciences Po & Columbia University, (lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Boudet, « Manon Aubry, tête de liste France insoumise aux européennes », HuffPost,‎ (lire en ligne)
  • Fabien Cazenave, « Européennes. Qui est Manon Aubry, passée d’Oxfam à La France insoumise ? », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  • Rémy Dodet, « 10 choses à savoir sur… Manon Aubry », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  • Véronique Georges, « Une Varoise tête de liste de la France insoumise aux élections européennes », Var-Matin,‎ (lire en ligne)
  • Mariana Grépinet, « Européennes : Manon Aubry, insoumise de mère en fille », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  • Rachid Laïreche, « Manon Aubry, dans le bain politique jusqu'à la tête de liste », Libération,‎ (lire en ligne)
  • Sarah Paillou, « Manon Aubry, militante aguerrie et Insoumise apprentie », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]