Gouvernement Jean Castex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Jean Castex

Ve République

Description de cette image, également commentée ci-après
Le Premier ministre Jean Castex en 2020.
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Jean Castex
Législature XVe (Cinquième République)
Formation
Fin
Durée 1 an, 10 mois et 13 jours
Composition initiale
Coalition LREM - TdP - MoDem - MR, PR - EC - - CSA - Agir
Ministres 30
Secrétaires d'État 12
Femmes 22
Hommes 20
Moyenne d'âge 51 ans
Représentation
Assemblée nationale
346  /  577
Drapeau de la France

Le gouvernement Jean Castex est le quarante-deuxième gouvernement de la France sous la Cinquième République, le troisième et dernier gouvernement formé sous la première présidence d'Emmanuel Macron.

Jean Castex est nommé Premier ministre le . Les ministres et ministres délégués sont nommés le , suivis des secrétaires d'État le . Le gouvernement reste en fonction jusqu'au [1].

Formation[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

La question du maintien en fonction ou non d'Édouard Philippe à la suite du second tour des élections municipales, le , était posée pendant la campagne[2],[3],[4].

Édouard Philippe remet la démission de son gouvernement au président de la République le [5]. Le même jour, Jean Castex est nommé Premier ministre[6].

Dans les quelques heures transitoires, les médias citent plusieurs noms pour le poste de Premier ministre, notamment Florence Parly[7] (ministre des Armées), Jean-Yves Le Drian[8] (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères) et Jean Castex[9] (maire de Prades, conseiller départemental des Pyrénées-Orientales)[10].

Réactions[modifier | modifier le code]

À propos de la nomination de Jean Castex, à gauche, Boris Vallaud fait remarquer la continuité en déclarant que « la droite succède à la droite », tandis qu'à droite Valérie Pécresse espère un virage vers plus de fermeté[11].

Le choix d'Emmanuel Macron de nommer au poste de Premier ministre une personnalité peu connue du public, n'ayant pas préalablement exercé des mandats électifs nationaux, est critiqué comme réduisant la fonction de Premier ministre au rang d'un simple collaborateur du président[12], voire, selon Thierry Mandon, de la « suppression de fait de la fonction de Premier ministre »[11].

Des activistes et associations féministes dénoncent la nomination de Gérald Darmanin comme ministre de l'Intérieur, étant alors sous le coup d'une enquête concernant une accusation de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, ainsi que celle d'Éric Dupond-Moretti comme ministre de la Justice, pour ses propos « sexistes et misogynes faisant notamment la promotion du harcèlement de rue » et ses critiques à l'encontre du mouvement MeToo[13],[14],[15].

Olivier Dussopt est également nommé ministre alors qu'il fait l’objet d’une enquête du parquet national financier pour « corruption » et « prise illégale d’intérêts »[16]. Selon France Culture, la nomination de deux ministres sous le coup d'une enquête judiciaire est « un fait rare dans l'histoire de la Ve République »[17]. Si la jurisprudence Bérégovoy-Balladur prévoit seulement d'exclure d'un gouvernement les personnalités mises en examen, le ministre Bruno Le Roux avait démissionné en 2017 après l'ouverture d'une enquête préliminaire sur d'éventuels emplois fictifs de ses deux filles[17].

Composition initiale[modifier | modifier le code]

Le , seize ministres, quatorze ministres délégués sont nommés, ainsi que le secrétaire d'Etat porte-parole du Gouvernement[18]. Plusieurs ministres du gouvernement sortant conservent leur poste (Jean-Yves Le Drian, Jean-Michel Blanquer, Bruno Le Maire, Florence Parly, Jacqueline Gourault, Olivier Véran, Frédérique Vidal), d’autres changent de portefeuille (Gérald Darmanin, Élisabeth Borne, Julien Denormandie, Amélie de Montchalin, Marc Fesneau).

Le , onze secrétaires d'État sont nommés[19]. Avec 42 membres, il s'agit du gouvernement comptant le plus de membres depuis le gouvernement Juppé I en 1995[20].

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Ministres[modifier | modifier le code]

Titre Titulaire
Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian
Ministre de la Transition écologique Barbara Pompili
Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer
Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance Bruno Le Maire
Ministre des Armées Florence Parly
Ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin
Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Élisabeth Borne
Ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu
Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Jacqueline Gourault
Garde des Sceaux, ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti
Ministre de la Culture Roselyne Bachelot
Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran
Ministre de la Mer Annick Girardin
Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal
Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie
Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Amélie de Montchalin

Ministres délégués[modifier | modifier le code]

Titre Ministre de tutelle Titulaire
Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne Premier ministre Marc Fesneau
Ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances Élisabeth Moreno
Ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Franck Riester
Ministre déléguée chargée du Logement Ministre de la Transition écologique Emmanuelle Wargon
Ministre délégué chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari
Ministre déléguée chargée des Sports Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Roxana Maracineanu
Ministre délégué chargé des Comptes publics Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance Olivier Dussopt
Ministre déléguée chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher
Ministre délégué chargé des Petites et moyennes entreprises Alain Griset
Ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens combattants Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq
Ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Ministre de l'Intérieur Marlène Schiappa
Ministre déléguée chargée de l'Insertion Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Brigitte Klinkert
Ministre déléguée chargée de la Ville Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Nadia Hai
Ministre déléguée chargée de l'Autonomie Ministre des Solidarités et de la Santé Brigitte Bourguignon

Secrétaires d'État[modifier | modifier le code]

Titre Ministre de tutelle Titulaire
Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées Premier ministre Sophie Cluzel
Secrétaire d'État, porte-parole du gouvernement Gabriel Attal
Secrétaire d'État chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Baptiste Lemoyne
Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune
Secrétaire d'État chargée de la Biodiversité Ministre de la Transition écologique Bérangère Abba
Secrétaire d'État chargée de l'Éducation prioritaire Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Nathalie Élimas
Secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de l'Engagement Sarah El Haïry
Secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance
Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales
Cédric O
Secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance Olivia Grégoire
Secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé au travail Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Laurent Pietraszewski
Secrétaire d'État chargé de la Ruralité Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Joël Giraud
Secrétaire d'État chargé de l'Enfance et des Familles Ministre des Solidarités et de la Santé Adrien Taquet

Évolution de la composition du gouvernement[modifier | modifier le code]

Ajustement du 8 décembre 2021[modifier | modifier le code]

Le 8 décembre 2021, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis pour « déclaration incomplète ou mensongère de sa situation patrimoniale », le ministre délégué chargé des Petites et moyennes Entreprises, Alain Griset quitte le gouvernement. Il est remplacé par Jean-Baptiste Lemoyne, déjà secrétaire d'État chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie, qui est nommé ministre délégué chargé des Petites et moyennes Entreprises tout en conservant ses fonctions précédentes. Il est alors délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères pour son portefeuille du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie et auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance pour son portefeuille des Petites et Moyennes Entreprises[21].

Remaniement du 5 mars 2022[modifier | modifier le code]

Visée depuis la mi-février 2022 par une enquête administrative concernant des accusations de harcèlement moral vis-à-vis de ses collaborateurs[22], la secrétaire d'État chargée de l'Éducation prioritaire Nathalie Élimas démissionne du gouvernement, sans être remplacée.

Dans le même temps, à la suite de sa nomination en tant que membre du Conseil constitutionnel[23], la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Jacqueline Gourault est remplacée par son secrétaire d'État chargé de la Ruralité, Joël Giraud, qui n'est lui-même pas remplacé[24].

Démission[modifier | modifier le code]

Après l’élection présidentielle des 10 et 24 avril 2022, remporté par Emmanuel Macron pour un second mandat, Jean Castex a confirmé « qu'il démissionnera dans les jours qui suivent » car « une impulsion nouvelle après la réélection du président doit être trouvée »[25].

Le second mandat d’Emmanuel Macron débute le 14 mai[26], et le 16, sur la présentation de la démission du Gouvernement, il est mis fin aux fonctions de Jean Castex, Premier ministre, et des autres membres du Gouvernement[27].

Le gouvernement Élisabeth Borne lui succède. Plusieurs ministres conservent leur poste (Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Éric Dupond-Moretti, Franck Riester), d’autres changent de portefeuille (Élisabeth Borne, Amélie de Montchalin, Sébastien Lecornu, Olivier Dussopt, Agnès Pannier-Runacher, Marc Fesneau, Olivier Véran).

Galerie du gouvernement lors de sa démission[modifier | modifier le code]

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Portrait Fonction Nom Parti
Premier ministre Jean Castex DVD

Ministres[modifier | modifier le code]

Portrait Fonction Nom Parti
Jean-Yves Le Drian Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian TdP
Barbara Pompili Ministre de la Transition écologique Barbara Pompili EC-LREM-
Jean-Michel Blanquer Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer LREM
Bruno Le Maire Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance Bruno Le Maire LREM
Florence Parly Ministre des Armées Florence Parly TdP
Gérald Darmanin Ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin LREM
Élisabeth Borne Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Élisabeth Borne LREM-TdP
Sébastien Lecornu Ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu LREM
Joël Giraud Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Joël Giraud MR, PR-LREM
Éric Dupond-Moretti Garde des Sceaux, ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti DVG
Roselyne Bachelot Ministre de la Culture Roselyne Bachelot DVD
Olivier Véran Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran LREM-TdP
Annick Girardin Ministre de la Mer Annick Girardin MR, PR-CSA
Frédérique Vidal Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation Frédérique Vidal LREM
Julien Denormandie Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Julien Denormandie LREM
Amélie de Montchalin Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques Amélie de Montchalin LREM

Ministres délégués[modifier | modifier le code]

Portrait Fonction Ministre de tutelle Nom Parti
Marc Fesneau Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne Premier ministre Marc Fesneau MoDem
Élisabeth Moreno Ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances Élisabeth Moreno SE
Franck Riester Ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Franck Riester Agir
Jean-Baptiste Lemoyne Ministre délégué chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie Jean-Baptiste Lemoyne LREM
Ministre délégué chargé des Petites et moyennes entreprises Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance
Emmanuelle Wargon Ministre déléguée chargée du Logement Ministre de la Transition écologique Emmanuelle Wargon TdP
Jean-Baptiste Djebbari Ministre délégué chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari LREM-TdP
Roxana Maracineanu Ministre déléguée chargée des Sports Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Roxana Maracineanu DVG
Olivier Dussopt Ministre délégué chargé des Comptes publics Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance Olivier Dussopt TdP
Agnès Pannier-Runacher Ministre déléguée chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher LREM-TdP
Geneviève Darrieussecq Ministre déléguée chargée de la Mémoire et des Anciens combattants Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq MoDem
Marlène Schiappa Ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Ministre de l'Intérieur Marlène Schiappa LREM
Brigitte Klinkert Ministre déléguée chargée de l'Insertion Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Brigitte Klinkert LREM
Nadia Hai Ministre déléguée chargée de la Ville Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Nadia Hai LREM
Brigitte Bourguignon Ministre déléguée chargée de l'Autonomie Ministre des Solidarités et de la Santé Brigitte Bourguignon LREM-TdP

Secrétaires d'État[modifier | modifier le code]

Portrait Fonction Ministre de tutelle Nom Parti
Sophie Cluzel Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées Premier ministre Sophie Cluzel LREM
Secrétaire d'État, porte-parole du gouvernement Gabriel Attal LREM
Illustration manquante Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Clément Beaune LREM-TdP
Bérangère Abba Secrétaire d'État chargée de la Biodiversité Ministre de la Transition écologique Bérangère Abba LREM
Sarah El Haïry Secrétaire d'État chargée de la Jeunesse et de l'Engagement Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports Sarah El Haïry MoDem
Cédric O Secrétaire d'État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance
Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales
Cédric O LREM
Olivia Grégoire Secrétaire d'État chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance Olivia Grégoire LREM
Laurent Pietraszewski Secrétaire d'État chargé des Retraites et de la Santé au travail Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Laurent Pietraszewski LREM
Adrien Taquet Secrétaire d'État chargé de l'Enfance et des Familles Ministre des Solidarités et de la Santé Adrien Taquet LREM

Parité[modifier | modifier le code]

À sa constitution en , si la parité est respectée chez les ministres de plein exercice, au nombre de huit femmes et huit hommes, on dénombre 17 femmes et 14 hommes au sein du gouvernement[28]. Après la nomination des secrétaires d’État, le gouvernement compte 21 hommes et 22 femmes en comptant le premier ministre[29]. Cependant, une seule femme, la ministre des Armées Florence Parly, occupe un ministère régalien.

Déclaration de politique générale[modifier | modifier le code]

Le , le Premier ministre prononce son discours de politique générale, suivant l'article 49 alinéa premier de la Constitution[30]. Le gouvernement obtient la confiance des députés avec 345 voix favorables, soit moins que le gouvernement d'Édouard Philippe, qui avait recueilli 370 voix en pour sa première déclaration de politique générale puis 363 en pour la seconde[31].

Détails du vote sur la déclaration de politique générale du [32]
Position Groupe Non-inscrits Total
GDR LFI SOC EDS LT LREM MoDem AE UDI LR
POUR 0 0 0 2 0 274 44 17 6 1 1 345
CONTRE 12 17 28 11 10 0 0 0 1 90 8 177
ABSTENTION 3 0 0 4 7 1 2 0 11 13 2 43
NON-VOTANT 0 0 0 0 1 3 0 0 1 0 1 6

Cabinets ministériels[modifier | modifier le code]

Un décret autorise désormais le recrutement de 15 conseillers pour un ministre, 13 pour un ministre délégué et huit pour un secrétaire d’État contre respectivement dix, huit et cinq auparavant[33].

Par dérogation :

  • le cabinet du ministre des Solidarités et de la Santé peut compter un membre supplémentaire chargé du covid-19, soit 16 ;
  • le cabinet du ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l'étranger et de la Francophonie, et auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes entreprises peut compter 4 membres supplémentaires, soit 17 ;
  • le cabinet du secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes peut compter un membre supplémentaire, soit 9[34].

Principales actions[modifier | modifier le code]

Lois votées[modifier | modifier le code]

Parmi les lois votées par le Parlement :

Titre Promulgation
Loi organisant la sortie de l'état d'urgence sanitaire
Loi autorisant la prorogation de l'état d'urgence sanitaire et portant diverses mesures de gestion de la crise sanitaire
Loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030
Loi prorogeant l'état d'urgence sanitaire
Loi pour une sécurité globale préservant les libertés
Loi relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire
Loi relative à la prévention d'actes de terrorisme et au renseignement
Loi relative à la bioéthique
Loi relative à la gestion de la crise sanitaire
Loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets
Loi confortant le respect des principes de la République
Loi portant diverses dispositions de vigilance sanitaire
Loi pour la confiance dans l'institution judiciaire
Loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire et modifiant le code de la santé publique
Loi relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration et portant diverses mesures de simplification de l'action publique locale

Budgets[modifier | modifier le code]

Décrets[modifier | modifier le code]

  • Réforme de l'assurance chômage (2019-2021)
  • Décret prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire ()
  • Décrets prescrivant les mesures générales nécessaires à la gestion de la sortie de crise sanitaire (juin-juillet 2021)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/la-ve-republique/tous-les-gouvernements-depuis-1958
  2. Marcelo Wesfreid, « Matignon: le sort d’Édouard Philippe en suspens jusqu’à la fin de semaine? », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. « Remaniement : le sort d'Édouard Philippe à Matignon est-il scellé ? », sur www.rtl.fr,
  4. « Remaniement : une majorité de Français souhaite qu'Édouard Philippe reste à Matignon »,
  5. Décret du relatif à la cessation des fonctions du Gouvernement.
  6. Décret du portant nomination du Premier ministre.
  7. Léa Aubrit, « Pourquoi Florence Parly est-elle pressentie pour remplacer Édouard Philippe à Matignon ? », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  8. « Remaniement : qui pourrait remplacer Édouard Philippe ? », sur CNEWS (consulté le ).
  9. « Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement, son successeur annoncé dans la journée », sur SudOuest.fr, (consulté le ).
  10. « Qui est Jean Castex, le nouveau Premier ministre ? », sur L'Obs (consulté le ).
  11. a et b « Les réactions à la nomination de Jean Castex au poste de premier ministre », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  12. « Macron acte, en partie, l’effacement symbolique de la fonction de premier ministre », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  13. Maxime Biosse Duplan, « Remaniement : la "formidable claque" faite aux défenseurs de victimes de violences sexuelles », sur euronews, (consulté le ).
  14. « Les nominations de Darmanin et Dupond-Moretti discréditent les ambitions françaises de promotion des droits des femmes », Le Monde, (consulté le ).
  15. Romain Brunet, « Dupond-Moretti et Darmanin, deux nominations qui passent mal chez les féministes », sur France 24, (consulté le ).
  16. « Le ministre Olivier Dussopt visé par une enquête pour "corruption" et "prise illégale d’intérêts" », sur marianne.net, (consulté le ).
  17. a et b « Exemplarité politique : "L'argument "Darmanin est présumé innocent" est complètement faussé" », sur France Culture.fr, (consulté le ).
  18. Décret du 6 juillet 2020 relatif à la composition du Gouvernement.
  19. Décret du 26 juillet 2020 relatif à la composition du Gouvernement.
  20. « Politique : le retour du vieux monde », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  21. « Décret du 8 décembre 2021 relatif à la composition du Gouvernement »
  22. « La secrétaire d'Etat Nathalie Elimas, accusée de harcèlement par des collaborateurs, quitte le gouvernement », sur Franceinfo, (consulté le )
  23. « Conseil constitutionnel : la nomination de Jacqueline Gourault validée par le Parlement », sur Le Figaro, (consulté le )
  24. « Décret du 5 mars 2022 relatif à la composition du Gouvernement »
  25. Dinah Cohen, « Présidentielle 2022 : le gouvernement «démissionnera dans les jours qui suivent» une éventuelle réélection de Macron », sur Le Figaro, (consulté le )
  26. « Annonce des résultats officiels du second tour de l'élection présidentielle et proclamation de l'élection du Président de la République par M. Laurent Fabius, Président du Conseil constitutionnel », sur conseil-constitutionnel.fr, conseil constitutionnel, (consulté le ).
  27. Décret du 16 mai 2022 relatif à la cessation des fonctions du Gouvernement
  28. « Remaniement : nouveaux entrants, promotions, parité... Ce qu'il faut retenir de la composition du nouveau gouvernement », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  29. « Pléthorique, le gouvernement Castex est enfin au complet », sur Mediapart, (consulté le ).
  30. « Remaniement : Jean Castex fera son discours de politique générale le 15 juillet », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  31. « À l’Assemblée, Jean Castex obtient une majorité moins large qu’Édouard Philippe », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  32. « Analyse du scrutin no 2814 - Première séance du 15/07/2020 : Scrutin public sur la déclaration de politique générale du Gouvernement de M. Jean Castex (application de l'article 49, alinéa premier, de la Constitution). », sur Assemblée nationale (consulté le ).
  33. Matthieu Deprieck, « Macron et Castex font d’un «gouvernement de combat» une armée mexicaine », sur L'Opinion.fr, (consulté le ).
  34. « Décret n° 2017-1063 du 18 mai 2017 relatif aux cabinets ministériels »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]