Gérard Collomb

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Collomb.
Ne doit pas être confondu avec Francisque Collomb, maire de Lyon de 1976 à 1989.

Gérard Collomb
Illustration.
Gérard Collomb en 2013.
Fonctions
Maire de Lyon
En fonction depuis le
(9 mois et 13 jours)
Élection
Prédécesseur Georges Képénékian

(16 ans, 3 mois et 22 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Raymond Barre
Successeur Georges Képénékian
Sénateur

(1 mois et 1 jour)
Circonscription Rhône
Groupe politique RASNAG
Prédécesseur Gilbert-Luc Devinaz
Successeur Gilbert-Luc Devinaz

(17 ans, 7 mois et 15 jours)
Élection 26 septembre 2004
Réélection 28 septembre 2014
Circonscription Rhône
Groupe politique SOC
Prédécesseur Franck Sérusclat
Successeur Gilbert-Luc Devinaz
Ministre d'État
Ministre de l'Intérieur

(1 an, 4 mois et 16 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Matthias Fekl
Successeur Édouard Philippe (intérim)
Christophe Castaner
Président de la métropole de Lyon

(2 ans, 6 mois et 9 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur David Kimelfeld
Maire du 9e arrondissement de Lyon

(5 ans et 9 mois)
Prédécesseur Michèle Mollard
Successeur Pierrette Augier
Député

(6 ans, 10 mois et 23 jours)
Élection 21 juin 1981
Réélection 16 mars 1986
Circonscription 2e du Rhône (1981-1986)
Rhône (1986-1988)
Législature VIIe, VIIIe (Cinquième République)
Groupe politique SOC
Prédécesseur Roger Fenech
Successeur Michel Noir
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Chalon-sur-Saône (France)
Nationalité Français
Parti politique CIR (1968-1971)
PS (1969-2017)
LREM (depuis 2017)
Diplômé de Faculté des lettres de Lyon
Profession Professeur agrégé

Gérard Collomb
Maires de Lyon

Gérard Collomb, né le à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), est un homme politique français.

Longtemps membre du Parti socialiste, il est député de 1981 à 1988, sénateur entre 1999 et 2018, maire de Lyon de 2001 à 2017 et depuis 2018, ainsi que président de la métropole de Lyon de 2015 à 2017.

Il apporte son soutien à Emmanuel Macron lors de l’élection présidentielle de 2017 et rejoint La République en marche. De 2017 à 2018, il est ministre d'Étatministre de l'Intérieur au sein des gouvernements Philippe I et II.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Gérard Collomb est le fils de Marc Collomb (1906-2004), ouvrier-métallurgiste, syndicaliste CGT, et de Marcelle Cuissard (1910-2004), femme de ménage[1],[2],[3]. Ses parents sont originaires de la région lyonnaise[4]. Il a une sœur aînée, Yvette Collomb (née en 1933)[2].

Il se marie en premières noces en 1968 avec Geneviève Bateau (née en 1947)[5]. De ce mariage naissent deux enfants, dont Thomas Collomb (né en 1974), officier de police[6] de 2000 à 2008, puis directeur d'une société de sécurité[7]. Gérard Collomb et Geneviève Bateau divorcent en 1994.

En couple avec Meriem Nouri, il a un fils, Alexandre Collomb[8],[9].

Gérard Collomb se marie en secondes noces en 2001 avec Caroline Rougé (née en 1976), magistrate administrative, affectée au tribunal administratif de Paris en 2018[10], et à la tête de la fédération du Rhône de La République en marche de 2017 à 2019[11]. De ce mariage, naissent deux enfants[12] : Clémence (née en 2004) et Camille (née en 2007).

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après une khâgne au lycée du Parc, où il fut l'élève de Jean Lacroix[13], puis des études supérieures à la Faculté des lettres de Lyon, Gérard Collomb devient professeur agrégé de lettres classiques en 1970. Il enseigne dans plusieurs lycées de la région, notamment au lycée Jean-Perrin dans le 9e arrondissement de Lyon et plusieurs années au lycée René-Cassin de Tarare.

Passionné de philosophies grecque et latine, une de ses principales références philosophiques est Saint-Simon[14].

Franc-maçon depuis 1989 et membre du Grand Orient de France, il ne cache pas son appartenance à la franc-maçonnerie[15],[16].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Gérard Collomb adhère en 1968 à la Convention des institutions républicaines (CIR)[5]. Dès la fin des années 1960, il participe à la refondation du Parti socialiste dans le Rhône. Il entre au conseil municipal de Lyon en 1977.

Député[modifier | modifier le code]

Il est élu député dans la 2e circonscription du Rhône le 21 juin 1981, à l'âge de 34 ans, battant le député sortant, Roger Fenech (UDF). Il est réélu en 16 mars 1986 à l'occasion du scrutin proportionnel, dans le département du Rhône.

En 1988, candidat aux élections législatives dans la 1re circonscription du Rhône, il est battu par Bernadette Isaac-Sibille (UDF). En 1997, il est candidat aux élections législatives dans la 1re circonscription du Rhône face à la députée sortante Bernadette Isaac-Sibille (UDF). Il est battu au second tour avec 48,69 % des voix.

Sénateur[modifier | modifier le code]

Il devient sénateur pour le Rhône en 1999 à la suite de la démission de Franck Sérusclat. Il est réélu le 26 septembre 2004 et le 28 septembre 2014.

Au Sénat, il est membre de la commission des Lois constitutionnelles, de législation, du suffrage universel, du Règlement et d'administration générale ainsi que de la délégation sénatoriale aux Collectivités territoriales et à la Décentralisation[17].

En 2016, ses indemnités de sénateur sont plafonnées à 4 000 euros par mois du fait de son absentéisme au Sénat, une baisse de revenu qu'il décrit comme ressemblant à « un vrai cauchemar »[18],[19],[20].

Maire de Lyon[modifier | modifier le code]

Gérard Collomb et Jean-Louis Touraine en 2007.

Initiateur de la gauche plurielle, sa liste remporte trois arrondissements aux élections municipales de 1995 ; élu maire du 9e arrondissement de Lyon, il intègre l'exécutif du Grand Lyon, présidé par Raymond Barre.

Il remporte les élections municipales de 2001 contre Charles Millon (UDF) et Jean-Michel Dubernard (RPR), avec 10 000 voix de moins qu'eux. Il est élu maire de Lyon le 25 mars, succédant à Raymond Barre, qui ne se représentait pas[21].

À la tête de la ville, il dote l'agglomération lyonnaise d'un système de location de vélos en libre-service : Vélo'v, et aménage les berges du Rhône, en reprenant un projet de Raymond Barre de Reconquête du Rhône et de la Saône, puis en entamant l'aménagement du quartier de La Confluence (2e arrondissement de Lyon), commençant par le bassin nautique relié à la Saône (inauguré en juin 2010), point de départ du Projet Confluence qu'il aménage en 2 phases (2000 - 2015, commencée en 2003, et 2015 - 2030, commencée en 2017), prolongé par le projet Rive de Saône, de la pointe du confluent Rhône - Saône jusqu'au nord de la métropole de Lyon. Il a aussi lancé plusieurs projets de tour dans le quartier de La Part-Dieu (3e arrondissement de Lyon) notamment la tour Oxygène et la tour Incity.

Le 9 mars 2008, la liste qu'il conduit l'emporte dès le premier tour en gagnant six arrondissements et en laissant son adversaire Dominique Perben (UMP) avec 30 % des voix[21].

Gérard Collomb déclare en octobre 2012 qu'il se refusera à marier des personnes de même sexe : « Je laisserai le soin à mes maires et à mes adjoints de célébrer ces mariages », annonce-t-il sur Europe 1, expliquant s'être « longtemps interrogé sur le mariage homosexuel » et n'y être pas favorable. « Il y a quelque chose qui me semble plus important sur le long terme : c'est que l'on évite de faire en France ce que l'on fait aux États-Unis, en Californie par exemple, c'est-à-dire une véritable industrie du portage d'enfants. Ça, ce serait une vraie difficulté pour notre société », précise-t-il. Il est visible sur une photographie, prenant la pose aux côtés d'une famille manifestant contre le projet de loi Taubira[22].

En dépit d'un contexte national difficile[23], la liste de Gérard Collomb l'emporte au second tour des élections municipales de 2014 à Lyon, avec près de 16 points d'avance sur son adversaire Michel Havard (UMP), battu dans son propre arrondissement. C'est à ce titre la plus large victoire[24] d'un candidat socialiste dans les grandes villes de France pour ces élections municipales de 2014. Le 16 avril 2014, après avoir été réélu maire de Lyon par le conseil municipal de la ville, il est réélu président du Grand Lyon dès le premier tour, avec 92 voix, contre 58 pour son adversaire François-Noël Buffet (UMP)[25].

Le , il devient le premier président du Conseil de la nouvelle métropole de Lyon, collectivité de plein exercice qui fusionne la communauté urbaine du Grand Lyon et le conseil général du Rhône sur le territoire du Grand Lyon[26].

Cadre du Parti socialiste[modifier | modifier le code]

Il est nommé responsable au sein du Parti socialiste des relations avec les autres mouvements politiques et les syndicats, puis devient secrétaire national en 1986. Leader de l'opposition au sein du conseil municipal de Lyon, c'est lui qui mène l'opposition à Michel Noir quand celui-ci est élu maire en 1989. Nommé secrétaire national du Parti socialiste, délégué aux relations extérieures puis aux pays en voie de développement, Gérard Collomb participe à la création de la Fondation Jean-Jaurès, dont il devient secrétaire général dès sa création en 1992. Il sera aussi membre du Conseil économique et social de 1994 à 1999 et conseiller régional de la région Rhône-Alpes de 1992 à 1999.

En mai 2003, il est désigné président du Conseil national du Parti socialiste. Le 26 septembre 2004, il est réélu sénateur du Rhône. Élu en juin 2005, président de la Commission coopération décentralisée du réseau mondial CGLU, puis président de l'Agence mondiale de solidarité numérique en juillet 2005, il préside également la Commission des affaires européennes et internationales au sein de l'AMGVF. Élu en octobre 2006 à la présidence de l'Association des communautés urbaines de France, Gérard Collomb, préside également de novembre 2006 à novembre 2008 Eurocities, réseau qui fédère les 130 métropoles les plus importantes d'Europe.

Pragmatique[3] et social-démocrate, Gérard Collomb a été au sein du Parti socialiste dans la mouvance de Dominique Strauss-Kahn avant de soutenir Ségolène Royal lors de la campagne de l'élection présidentielle de 2007.

Au congrès de Reims, qui s'est tenu du 14 au 16 novembre 2008, il mène, en tant que premier signataire et animateur de la motion E : « L'espoir à gauche, fier(e)s d'être socialistes ».

Candidat putatif à la primaire socialiste de 2011, il a publié un essai politique en mars 2011 : Et si la France s'éveillait…[27]. Finalement non-candidat, il soutient dans un premier temps Dominique Strauss-Kahn[28], puis apporte son soutien à la candidature de François Hollande en vue de l'élection présidentielle de 2012[29], et fait partie de son équipe de campagne en tant que responsable pour les relations avec les entreprises et les grandes villes[30].

Lors de son soutien à Emmanuel Macron en vue de l'élection présidentielle de 2017, il se voit menacé d'exclusion du Parti socialiste[31],[32]. Après sa nomination au gouvernement Édouard Philippe, la question de son appartenance au PS se pose une nouvelle fois[33]. En mars 2018, le coordinateur du PS, Rachid Temal, déclare qu'« il n’y a aucun socialiste au gouvernement », dont aucun membre ne pourra selon lui voter au congrès d'Aubervilliers[34].

Ralliement à Emmanuel Macron[modifier | modifier le code]

À partir de juillet 2016, il soutient ouvertement le mouvement En marche créé par Emmanuel Macron, ministre de l'Économie de 2014 à 2016[35],[36]. Pour Luc Rosenzweig, Lyon sous la direction de Gérard Collomb a été, par son alliance de la social-démocratie avec le monde de l’entreprise, « un laboratoire du macronisme avant même que le dénommé Macron songe à entrer par la grande porte dans l’arène politique. »[37].

Il adhère ensuite à La République en marche[38],[39],[40],[41].

Ministre d'État, ministre de l’Intérieur[modifier | modifier le code]

Les ministres de l'Intérieur du G7 en octobre 2017.

Le 17 mai 2017, il est nommé ministre d'État, ministre de l'Intérieur dans le gouvernement Édouard Philippe. Il est deuxième dans l'ordre protocolaire du nouveau gouvernement. À la suite de sa nomination place Beauvau, Gérard Collomb annonce qu'il abandonnera ses fonctions de maire de Lyon et de président de la métropole après les élections législatives[42],[43]. Cependant, il reste conseiller dans ces deux collectivités territoriales[44]. Le Parti socialiste indique en 2018 que Gérard Collomb est devenu membre de La République en marche[38].

Gérard Collomb commence son action en affichant, d'après Le Monde, « sa volonté de mettre en œuvre une politique répressive en matière migratoire », notamment à Calais et dans le Dunkerquois[45]. En juin 2017, des violences policières récurrentes sont dénoncées par les migrants, les acteurs de la société civile qui leur viennent en aide et le Défenseur des droits, Jacques Toubon[46],[47]. Alors qu'Emmanuel Macron avait laissé entendre durant sa campagne électorale qu’il était disposé à « rouvrir le sujet » du règlement Dublin III, Gérard Collomb indique peu après sa nomination que la procédure Dublin serait bien appliquée[47].

Son directeur de cabinet est Stéphane Fratacci[48]. Relevant que celui-ci est « connu pour avoir été le préfet du Doubs lors de l’affaire Leonarda, mais aussi le secrétaire général du très critiqué ministère de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire sous la présidence de Nicolas Sarkozy », l'universitaire Josselin Dravigny estime, en juillet 2017, que « l’inclinaison sécuritaire de ce spécialiste des questions migratoires semble déjà visible sur le terrain »[47].

Fin 2017, il porte le projet de loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme, visant à transposer dans le droit commun certaines mesures de l'état d'urgence[49].

Il défend, en 2018, un projet de loi sur l'asile et l'immigration, qui suscite des tensions au sein de la majorité parlementaire[50]. En mars 2018, lors des attentats de Carcassonne et Trèbes, il affirme que rien ne laissait présager la radicalisation et le passage à l'acte du terroriste, avant d'être contredit par le procureur de la République de Paris, qui révèle qu'il était fiché S et FSPRT[51].

En juillet 2018, dans le cadre de l'affaire Benalla, Gérard Collomb est accusé par ses opposants d'avoir « menti par omission » en s'abstenant de porter à la connaissance du procureur de la République les délits présumés commis par le chargé de mission et de la sécurité du président de la République[52]. Il lui est reproché le non-respect de l'article 40 du Code de procédure pénale[53]. Lors de son audition par la commission des Lois de l’Assemblée nationale, le 23 juillet, il prononce des réponses « évasives » : d'après 20 minutes, il se défend « de tout manquement personnel » et « se défausse largement sur la Préfecture de police et le cabinet d’Emmanuel Macron »[54]. Gérard Collomb ne bénéficie pas d'une forte considération de la part du monde policier du fait de sa faible implication dans plusieurs dossiers ; le départ de son chef de cabinet est commenté par un policier comme « C'est le vrai ministre de l'Intérieur qui quitte le navire »[51].

Dans un entretien accordé à L'Express en septembre 2018, Gérard Collomb annonce qu’il sera candidat à la mairie de Lyon en 2020, et qu’il quittera ses fonctions ministérielles en amont, afin de préparer sa campagne[55]. Cette annonce intervient dans un contexte de dégradation de ses relations avec Emmanuel Macron, notamment après qu’il a avancé le manque « d’humilité » de l’exécutif comme raison de la baisse du chef de l’État dans les sondages[56],[57],[58]. En mars 2019, Caroline Collomb déclare que « Gérard Collomb a fait le choix de démissionner du gouvernement pour des raisons politiques qui lui appartiennent, notamment suite à l'affaire Benalla »[59].

Le , il présente sa démission du gouvernement à Emmanuel Macron, qui la refuse[60],[61]. Il réaffirme pourtant son intention de démissionner de ses fonctions le même jour[62], puis de nouveau le lendemain, ce qui contraint le gouvernement à entériner son départ[63]. Selon le constitutionnaliste Bastien François, « si le Président met fin aux fonctions d’un ministre, sur le papier, c’est parce que c’est lui qui signe le décret de nomination »[64]. Ses fonctions sont assurées par intérim par le Premier ministre, Édouard Philippe, avec qui il entretenait des relations tendues depuis plusieurs mois[65].

Retour à Lyon[modifier | modifier le code]

Georges Képénékian, qui l’avait remplacé à la mairie de Lyon en 2017, démissionne de son mandat afin de permettre à Gérard Collomb, resté conseiller municipal, de redevenir maire[66]. Gérard Collomb est réélu le avec 41 voix sur 73 alors que sa majorité dispose de 46 sièges au conseil municipal[67]. Dans le même temps, il annonce qu'il ne se présentera pas aux municipales sous la bannière LREM, préférant une plateforme locale réunissant plusieurs tendances politiques[68].

Il retrouve également son siège de sénateur le . Ce dernier mandat expire automatiquement le suivant, 30 jours[69] après son élection comme maire, conformément à la loi sur le cumul des mandats, qui ne permet plus de cumuler un mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale[70],[71],[72].

Le 5 décembre 2018, dans le contexte du mouvement des Gilets jaunes, Gérard Collomb explique avoir, à plusieurs reprises, « alerté le président Macron sur le risque de fracture entre territoires métropolitains et territoires ruraux ou semi-ruraux » à cause de la prépondérance du « pouvoir central » dans la politique de ce dernier[73].

À la suite l'attentat de la rue Victor-Hugo de Lyon de mai 2019, le parquet de Paris « recadre » Christophe Castaner et Gérard Collomb[74]. Le procureur de la République reproche au maire de Lyon et au ministre de l’Intérieur d’avoir pris l’initiative de communiquer sur les investigations alors même que certaines perquisitions n'avaient pas encore eu lieu[74].

Le , des perquisitions ont lieu à la mairie de Lyon et à son domicile dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le Parquet national financier (PNF) en raison de soupçons de détournement de fonds publics[75]. Gérard Collomb est accusé d'avoir fait bénéficier son ex-compagne Meriem Nouri, employée municipale, d'heures supplémentaires injustifiées pendant plus de vingt ans[76].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Gérard Collomb en 2007.

Économie[modifier | modifier le code]

Il fait partie de la frange sociale-libérale du Parti socialiste[77].

Immigration[modifier | modifier le code]

Après son départ du gouvernement, il tient plusieurs propos hostiles au processus d'immigration se déroulant en France[78]. Lors de son allocution de départ du ministère, le , il déclare : « Aujourd'hui, c'est plutôt la loi du plus fort qui s'impose, des narcotrafiquants, des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République. […] Aujourd'hui, on vit côte à côte ; je crains que demain on ne doive vivre face à face. »[65]. Ces propos surprennent alors qu’il n’avait pas fait état publiquement d'une telle inquiétude lorsqu'il était ministre[78]. Cependant, Valeurs actuelles rapporte le 30 octobre que Gérard Collomb déclarait dès que la France « n’a plus besoin d'immigration », que « des communautés en France s'affrontent de plus en plus » et que « d'ici à cinq ans, la situation pourrait devenir irréversible »[79],[80],[81]. Ses prises de position sur l'immigration lui font perdre le soutien des élus Europe Écologie Les Verts à Lyon[82].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

En 2012 et 2013, Gérard Collomb s'oppose à une plus grande limitation du cumul des mandats[83],[84]. Selon L'Express, il est alors, avec neuf mandats et fonctions, le sixième élu le plus « cumulard » de France[85]. Il s'abstient de voter au Sénat sur le projet de loi restreignant cette pratique en 2014[réf. souhaitée]. Côté cumul temporel des mandats, Gérard Collomb siège au conseil municipal de Lyon depuis 1977, soit en tant que conseiller municipal, soit en tant que maire.

Au gouvernement[modifier | modifier le code]

À l’Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Au Sénat[modifier | modifier le code]

  • 2 novembre 1999 – 17 juin 2017 : sénateur, élu dans le département du Rhône.
  • 4 novembre – 5 décembre 2018 : sénateur, élu dans le département du Rhône.

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Conseil municipal
Communauté urbaine puis métropole
  • 20 avril 2001 – 31 décembre 2014 : président du Grand Lyon.
  • – 10 juillet 2017 : président de la métropole de Lyon.
  • Depuis le 10 juillet 2017 : conseiller de la métropole de Lyon.
Conseil régional

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Publication[modifier | modifier le code]

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

En 2003, le groupe lyonnais Bistanclaque dédie une chanson satirique à celui qu'ils surnomment « Berluscollomb » sur l'album Longtemps nous nous sommes couchés tard, intitulée La scottish à Collomb[90].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Généalogie de Gérard COLLOMB », sur Geneanet (consulté le 27 mars 2017).
  2. a et b Régis Guillet, Gérard Collomb: Le baron rebelle, Armand Colin, , 122 p. (ISBN 9782200288112, lire en ligne).
  3. a et b Fanny Guinochet, « Pragmatique », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2017).
  4. Catherine Lagrange, « Gérard Collomb : socialiste et barriste », Le Point, 11 août 2000.
  5. a et b Jérôme Cordelier, Catherine Lagrange, « Sur les traces de Gérard Collomb », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2017).
  6. « Comment les fils de se font un prenom - société - Tribune de Lyon », sur Tribune de Lyon (consulté le 15 juillet 2017)
  7. Thomas Collomb rend son uniforme
  8. « Gérard Collomb : qui est la femme du ministre de l'intérieur, Caroline, plus jeune que lui de 30 ans? », Femme actuelle,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juin 2018)
  9. « Perquisitions à la mairie de Lyon ainsi qu’au domicile du maire, Gérard Collomb », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne)
  10. « Caroline et Gérard Collomb à Paris : un rapprochement familial qui fait tiquer les juges du TA », rue89lyon.fr, 6 septembre 2017.
  11. Arthur Berdah, « LREM évince Caroline Collomb de la présidence de la fédération du Rhône », sur lefigaro.fr, (consulté le 1er août 2019).
  12. « Collomb : "Les critiques sur ma personne ? Je m'en fous !" », Paris Match, semaine du 23 au 29 novembre 2017, page 41.
  13. « Lyon : hommage au penseur Jean Lacroix », sur LyonMag, (consulté le 28 mars 2017).
  14. « Ceux que collomb ecoute vraiment - politique - Tribune de Lyon », sur Tribune de Lyon (consulté le 16 septembre 2016).
  15. Bertrand Olivier, « Le système Collomb à Lyon Un franc-maçon bien vu par les cathos... », sur L'Express.fr, (consulté le 6 juin 2009).
  16. Catherine Lagrange, « De solides réseaux », sur Le Point, (consulté le 15 septembre 2016).
  17. « Fiche de Gérard Collomb », sur senat.fr (consulté le 6 novembre 2018).
  18. Gérard Collomb furieux d'avoir vu ses revenus tomber "à 4,000 euros par mois" à cause de son absentéisme au Sénat, Europe 1, 9 janvier 2017.
  19. Jade Toussay, « Gérard Collomb vit un "cauchemar" depuis que son salaire a été réduit à... 4 000 euros », Le Huffington Post, 10 janvier 2017.
  20. Yohan Blavignat, « Gérard Collomb furieux après la baisse de ses indemnités à 4 000 euros », Le Figaro, 10 janvier 2017.
  21. a et b « Elu par défaut en 2001, Gérard Collomb (PS) triomphe à Lyon », sur Le Monde.fr (consulté le 6 mars 2018)
  22. « 10 choses à savoir sur Gérard Collomb, le fidèle de Macron qui entre à l'Intérieur », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mai 2017)
  23. « Le PS défait par la vague bleue et la montée du FN », sur Le Monde, (consulté le 29 avril 2014).
  24. « Gérard Collomb rejoue l’ouverture pour garder la métropole lyonnaise », sur Le Monde, (consulté le 29 avril 2014).
  25. « Gérard Collomb gagne la présidence du Grand Lyon », sur Le Monde, (consulté le 29 avril 2014).
  26. « Le socialiste Gérard Collomb retrouve la tête du Grand Lyon et les superpouvoirs de la Métropole | Rue89Lyon », Rue89Lyon,‎ (lire en ligne, consulté le 6 mars 2018)
  27. « Gérard Collomb publie un livre programme "Et si la France s'éveillait..." », sur Le Parisien, (consulté le 4 novembre 2012).
  28. Charlotte Chaffanjon, « Interview - Gérard Collomb : "La page DSK est largement tournée" », Le Point, 7 juillet 2011.
  29. « Primaire PS : Gérard Collomb annonce son ralliement à François Hollande », Le Point, 29 juin 2011.
  30. Mathieu Deslandes, « Six équipes en campagne : le Who's Who de la primaire », Rue89, 29 juillet 2011.
  31. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/8h30-aphatie/gerard-collomb-connait-beaucoup-de-gens-exclus-du-ps-qui-y-sont-encore_2054527.html
  32. https://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Politique/Gerard-Collomb-appartient-il-toujours-au-Parti-Socialiste
  33. https://www.lci.fr/politique/video-gerard-collomb-fait-ce-que-brice-hortefeux-n-osait-pas-faire-estime-luc-carvounas-candidat-a-la-direction-du-ps-2073988.html
  34. « « Il n’y a aucun socialiste au gouvernement », assure Rachid Temal », sur Public Senat (consulté le 8 mars 2018)
  35. Nathalie Raulin, « Gérard Collomb : «Macron doit se remettre en marche» », sur Libération (consulté le 16 septembre 2016).
  36. Justin Boche, « À Lyon, Gérard Collomb mobilise ses réseaux pour Macron », sur Lyon Capitale (consulté le 16 septembre 2016).
  37. Lyon, capitale de la Macronie, Luc Rosenzweig, Causeur, 13 mars 2017.
  38. a et b Le JDD, « Pour Olivier Faure, Gérard Collomb a "changé de parti et de cerveau" », sur lejdd.fr (consulté le 23 septembre 2018)
  39. http://www.leparisien.fr/politique/gerard-collomb-ou-le-blues-du-bon-soldat-18-09-2018-7893621.php
  40. « Gérard Collomb ou la « stratégie de l’incident » », sur Le Monde.fr (consulté le 3 octobre 2018)
  41. « David Kimelfeld remplace Gérard Collomb à la présidence de la métropole de Lyon », sur Le Monde.fr (consulté le 3 octobre 2018)
  42. « Gérard Collomb abandonne la mairie de Lyon et la métropole. », sur Lyon Capitale, (consulté le 17 mai 2017).
  43. « Lyon : Gérard Collomb fait ses adieux à la métropole », sur 20 minutes, (consulté le 24 mai 2017)
  44. « Gérard COLLOMB | Ville de Lyon », sur www.lyon.fr (consulté le 26 juillet 2018)
  45. Maryline Baumard, « Le ministre de l’intérieur envoie des policiers supplémentaires à Calais et adopte une ligne dure anti-migrants », sur Le Monde, (consulté le 19 juillet 2017).
  46. « Calais : les associations se plaignent des entraves à l’aide aux migrants », sur Le Monde, (consulté le 19 juillet 2017).
  47. a b et c Josselin Dravigny, « Présidence Macron et immigration : la continuité en marche ? », Migrations Société, vol. 2, no 168,‎ , p. 3-11 (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2017) via Cairn.info.
  48. Ellen Salvi, « Matignon, Elysée, ministères... Les cabinets verrouillés du nouveau pouvoir », sur Mediapart, (consulté le 17 juillet 2017).
  49. « Antiterrorisme : Collomb défend le texte à l’Assemblée », Le Monde, 25 septembre 2017.
  50. Agence France-Presse, « Loi asile et immigration : le député En Marche Jean-Michel Clément va-t-il être exclu du groupe LREM? », lejdd.fr, (consulté le 22 avril 2018)
  51. a et b Benoist Fechner, « Gérard Collomb en résidence surveillée place Beauvau lire en ligne=https://www.lexpress.fr/actualite/societe/enquete/gerard-collomb-en-residence-surveillee-place-beauvau_2036661.html », lexpress.fr,‎
  52. 20 minutes et AFP, « Affaire Benalla: Gérard Collomb, un ministre de l'Intérieur au cœur de la tempête », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  53. Alexandre Boudet, « Alexandre Benalla: L'Elysée et Macron accusés d'avoir failli à l'article 40 du code de procédure pénale », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2018)
  54. Thibaut Chevillard, « Affaire Benalla: Gérard Collomb, le ministre qui ne savait rien (ou pas grand-chose)url=https://www.20minutes.fr/societe/2311775-20180723-affaire-benalla-gerard-collomb-ministre-savait-rien-grand-chose », 20 minutes,‎
  55. https://www.lexpress.fr/actualite/politique/gerard-collomb-je-serai-candidat-a-lyon-en-2020_2035571.html
  56. https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/09/18/gerard-collomb-un-ministre-de-l-interieur-deja-a-l-exterieur_5356667_823448.html
  57. http://www.leparisien.fr/politique/apres-la-sortie-de-collomb-sur-l-humilite-la-colere-de-macron-18-09-2018-7892835.php
  58. http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/09/24/25001-20180924ARTFIG00236-en-prive-gerard-collomb-ne-retient-plus-ses-coups-contre-emmanuel-macron.php
  59. Denis Lafay, « Droit de réponse de Caroline Collomb », sur latribune.fr, (consulté le 25 mars 2019).
  60. https://www.lemonde.fr/gouvernement-philippe/article/2018/10/01/collomb-presente-sa-demission-macron-le-maintient-au-gouvernement_5363039_5129180.html
  61. https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/gerard-collomb-a-presente-sa-demission-a-emmanuel-macron-qui-l-a-refusee_2966027.html
  62. « Collomb force Macron à accepter sa démission : le bras de fer en 6 actes », sur L'Obs (consulté le 2 octobre 2018)
  63. « Collomb-Macron : chronique d’un divorce en six actes », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 octobre 2018)
  64. « Un ministre est-il obligé de continuer à travailler si le président refuse sa démission ? », sur Libération.fr (consulté le 2 octobre 2018)
  65. a et b http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/10/03/25001-20181003ARTFIG00062-edouard-philippe-assure-l-interim-de-gerard-collomb.php
  66. Le maire de Lyon Georges Képénékian cède sa place à Gérard Collomb
  67. https://www.francetvinfo.fr/politique/gouvernement-d-edouard-philippe/demission-de-gerard-collomb/gerard-collomb-est-reelu-sans-surprise-au-poste-de-maire-de-lyon-un-mois-apres-sa-demission-du-ministere-de-l-interieur_3019135.html
  68. Le Point.fr, « Municipales à Lyon : Collomb ne se présentera pas sous l'étiquette LREM », sur Le Point (consulté le 5 octobre 2018)
  69. « Lyon : Gérard Collomb n'est officiellement plus sénateur », sur Lyon Capitale (consulté le 7 décembre 2018)
  70. « Gérard Collomb redeviendra sénateur pour quelques heures », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  71. « 4 novembre 0h00, Gérard Collomb redevient sénateur… pour quelques heures », Médiapart,‎ (lire en ligne).
  72. « JORF n°0255 du 4 novembre 2018 - texte n° 46 : Composition du Sénat », sur www.legifrance.gouv.fr, .
  73. «Gilets jaunes» : Collomb avait «alerté» Macron sur le «risque de fracture», sur FIGARO, (consulté le 7 janvier 2019)
  74. a et b Nicolas Chapuis, Richard Schittly et Simon Piel, « Attentat de Lyon : le parquet de Paris recadre Christophe Castaner et Gérard Collomb », sur lemonde.fr, (consulté le 28 mai 2019).
  75. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/gerard-collomb-pris-dans-le-maelstrom-judiciaire-20190605
  76. « Des perquisitions en cours chez le maire de Lyon Gérard Collomb », sur www.ledauphine.com (consulté le 5 juin 2019)
  77. https://www.nouvelobs.com/politique/20170517.OBS9539/10-choses-a-savoir-sur-gerard-collomb-le-fidele-de-macron-qui-entre-a-l-interieur.html
  78. a et b http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/10/31/25001-20181031ARTFIG00146-quand-collomb-faisait-le-lien-entre-immigration-et-insecurite.php
  79. https://www.lexpress.fr/actualite/medias/valeurs-actuelles-les-dessous-des-propos-chocs-de-collomb_2045600.html
  80. https://www.marianne.net/politique/gerard-collomb-se-lache-dans-valeurs-actuelles-sur-le-vivre-ensemble-et-l-immigration
  81. https://www.lyoncapitale.fr/politique/immigration-et-insecurite-les-sombres-predictions-de-collomb/
  82. https://www.liberation.fr/france/2018/11/04/a-lyon-gerard-collomb-retrouve-son-trone-mais-perd-des-allies_1689818
  83. Geoffrey Bonnefoy, « Gérard Collomb opposé au non-cumul des mandats voulu par Hollande - Le Lab Europe 1 », sur Le Lab Europe 1, (consulté le 16 septembre 2016) : « On est dans un Etat hyper jacobin où les décisions se prennent à Paris. Si les maires des grandes villes, si les présidents des conseil généraux, régionaux perdent ce contact, [...] ils vont se retrouver totalement coupés des lieux de pouvoirs. ».
  84. « Ces élus champions du cumul des mandats », sur www.leparisien.fr, (consulté le 13 avril 2018) : « l'expérience locale est extrêmement importante pour pouvoir faire la loi ».
  85. Catherine Coroller, « Gérard Collomb se pliera à l'interdiction du cumul des mandats », sur www.liberation.fr, (consulté le 14 avril 2018) : « avec ses neuf mandats et fonctions, Collomb arriverait d'ailleurs en sixième position des élus les plus cumulards de France »
  86. « Gérard Collomb – Ordre national du Québec », sur www.ordre-national.gouv.qc.ca (consulté le 29 novembre 2017)
  87. « Gérard Collomb reçoit la plus haute distinction du Québec », sur LyonMag (consulté le 6 novembre 2016).
  88. « Remise des insignes de l’Ordre du Soleil Levant, Rayons d’Or en Sautoir à Monsieur Gérard COLLOMB, Sénateur-Maire de Lyon, à la Résidence de l’Ambassadeur le 4 juin 2012 | Ambassade du Japon en France », sur www.fr.emb-japan.go.jp (consulté le 15 juillet 2017)
  89. « Annonce des remises de décoration «Printemps 2019» : Ambassade du Japon en France », sur www.fr.emb-japan.go.jp (consulté le 9 juillet 2019)
  90. « Bistanclaque - La Scottish à Collomb » (consulté le 27 mars 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]