Joël Le Theule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Joël Le Theule
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Défense
7e ministre de la Défense de la Ve République
Gouvernement Raymond Barre III
Prédécesseur Yvon Bourges
Successeur Robert Galley
Ministre des Transports
Président Valéry Giscard d'Estaing
Gouvernement Raymond Barre III
Prédécesseur Yves Guéna
Successeur Daniel Hoeffel
Député de la Sarthe
Prédécesseur Christian Pineau
Successeur René Pailler
Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé de l'Information
Président Charles de Gaulle
Gouvernement Maurice Couve de Murville
Ministre des Départements et Territoires
d'Outre-Mer
Président Charles de Gaulle
Gouvernement Georges Pompidou IV
Prédécesseur Pierre Billotte
Successeur Michel Inchauspé
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Sablé-sur-Sarthe (Sarthe)
Date de décès (à 50 ans)
Lieu de décès Sablé-sur-Sarthe (Sarthe)
Nationalité Française
Parti politique UNR
UD-Ve/UDR
RPR
Profession Enseignant

Joël Le Theule, né le à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe) et mort le dans la même ville, est un homme politique français.

Député de la Sarthe de 1958 à 1968 et de 1969 à 1978, maire de Sablé-sur-Sarthe de 1959 jusqu'à sa mort, il a été plusieurs fois ministre sous la Cinquième République[Note 1]. Il est ministre de la Défense au moment de son décès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

D'origine modeste, il devient, à vingt-quatre ans, professeur agrégé d'histoire et de géographie. Il enseigne en classes préparatoires à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, et au Prytanée militaire de La Flèche[1].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Député[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 1958, Joël Le Theule se présente, sans trop d'espoir, contre Christian Pineau, député SFIO catholique sortant de la Sarthe, ministre des Affaires étrangères successif des cabinets Guy Mollet, Maurice Bourgès-Maunoury et Félix Gaillard, pendant la Quatrième République.

Il est pourtant largement élu devant lui et reste député gaulliste (UNR, UD-Ve/UDR, RPR) de la Sarthe de 1958 jusqu'en 1968 et de 1969 à 1978. À l'Assemblée nationale, il s'investit particulièrement dans la commission de la défense nationale et des forces armées, notamment sur le financement de la force de frappe décidée par le général de Gaulle, où il s'impose par la qualité et le sérieux de ses rapports parlementaires. Il devient vice-président de la commission en 1966 puis président, de 1967 à 1968.

Il est également élu maire de Sablé-sur-Sarthe en 1959, poste qu'il occupe jusqu'à sa mort en 1980 et conseiller général du canton de Sablé-sur-Sarthe. Il est ami de longue date avec les parents de François Fillon[2].

Un fin politique[modifier | modifier le code]

Joël Le Theule acquiert une réputation de fin politique, rompu dans l'art de la manœuvre. Il sait s'attirer de sérieuses inimitiés dans son propre camp, notamment de la part de Jacques Chirac, qui colporte abondamment des rumeurs sur la supposée homosexualité du célibataire Le Theule[1]. Son attaché parlementaire puis successeur, François Fillon, aurait dit : « Le Theule était haï de Chirac autant pour ses penchants que parce qu'il le soupçonnait d'avoir prêté la main dans l'affaire Marković, qui déstabilisa Pompidou », les penchants faisant référence à l'homosexualité alléguée de Joël Le Theule[3]. Jacques Chirac confirme avoir interpellé « vivement » Joël Le Theule, alors secrétaire d'État à l'Information, pour « exiger des explications » face à « la campagne infâme orchestrée contre Georges Pompidou sur les ondes de la radio nationale »[4]. Ces rumeurs d'homosexualité rebondiront sur le protégé du ministre défunt, François Fillon[1].

Valéry Giscard d'Estaing a écrit de lui : « Il était devenu pour moi, au fil des mois, un véritable ami. La réserve discrète de son caractère ne faisait pas obstacle à l'expression chaleureuse de sa confiance et de sa bienveillance »[5].

Ministre[modifier | modifier le code]

Joël Le Theule est ministre des Départements et Territoires d'Outre-Mer à la suite du remaniement du dernier gouvernement Pompidou, du 31 mai au , puis secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargé de l'Information, du au dans le gouvernement Maurice Couve de Murville. Dans le cadre de ces fonctions, il est notamment chargé de reprendre en main le personnel qui s'était montré rebelle au gouvernement pendant les évènements de mai 1968[1].

Il redevient ministre sous Valéry Giscard d'Estaing comme ministre des Transports, du au , puis de la Défense du 2 octobre au dans le troisième gouvernement de Raymond Barre.

Une mort subite[modifier | modifier le code]

Le samedi 13 décembre 1980, Joël Le Theule reçoit à Sablé le ministre des Universités, Alice Saunier-Seïté[6]. Le lendemain, il devait recevoir René Lévesque, Premier ministre du Québec[7]. Dans la nuit du 13 au 14 décembre, victime d'un malaise cardiaque, Joël Le Theule est conduit aux urgences de Sablé par son collaborateur le plus proche, François Fillon[8]. En descendant de voiture, il perd connaissance et meurt presque immédiatement dans les bras de ce dernier[8]. Les médecins tentent alors sans succès pendant trois heures de le ranimer[8]. Ses obsèques ont lieu à Sablé, où il est également inhumé, en présence du président de la République Valéry Giscard d'Estaing.

François Fillon, qui a été son attaché parlementaire puis son conseiller ministériel, reprend par la suite ses mandats de conseiller général, maire de Sablé-sur-Sarthe et député de la Sarthe[1].

Archives[modifier | modifier le code]

Les papiers personnels de Joël Le Theule sont conservés aux Archives nationales sous le nom Fonds Joël Le Theule et la cote 57 1AP (40 cartons, 8 mètres linéaires)[9].

Postérité[modifier | modifier le code]

Un bâtiment porte son nom à Sablé : le centre culturel Joël-Le-Theule. Le centre technique de la Bibliothèque nationale de France installé au château de Sablé est également baptisé en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans des gouvernements dirigés par Pompidou, Couve de Murville et Barre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Claude Askolovitch, « Le maître et l'élève : L'homme qui a initié Fillon », sur Vanity Fair, .
  2. « Comment François Fillon est devenu l'homme de «l'habile synthèse» », sur slate.fr, .
  3. Raphaëlle Bacqué, « François Fillon, l'ambitieux tranquille », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 février 2017)
  4. Jacques Chirac, Chaque pas doit être un but. Mémoires 1, Nil éditions, 2009, p. 124
  5. Lettre à Mme Le Theule, 15 décembre 1980.
  6. Institut National de l’Audiovisuel – Ina.fr, « Mort de Joël Le Theule », sur Ina.fr, (consulté le 15 août 2017)
  7. J. I. et A. L, « Dévoué à la chose publique », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 15 août 2017)
  8. a b et c Christine Kelly, « Secrets de jeunesse », L'Express,‎ (lire en ligne)
  9. Voir la notice dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Joël Le Theule, député compétent, ministre courageux », Les Échos, 15 décembre 1980
  • « Joël Le Theule, dévoué à la chose publique », Jacques Isnard et André Laurens, Le Monde, 16 décembre 1980, p. 8
  • « Joël Le Theule, un homme tout entier au service de l'Etat et de la cité », avec plusieurs articles, Ouest-France, 15 décembre 1980 ; « Des obsèques nationales aujourd'hui à Sablé pour Joël Le Theule », avec plusieurs articles, Ouest-France (Sarthe), 16 décembre 1980
  • Dictionnaire des ministres (1789-1989), Benoît Yvert (direction), p. 954, Perrin, Paris, 1990

Liens externes[modifier | modifier le code]