Directeur de cabinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Cet article est incomplet dans son développement ou dans l’expression des concepts et des idées. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Son contenu est donc à considérer avec précaution. Améliorez l’article ou discutez-en.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le directeur de cabinet, dans l'administration française, est la personne chargée du cabinet d'un maire, d'un président d'un établissement public de coopération intercommunale (EPCI), d'un cabinet ministériel, ou par extension d'un cabinet de chef d'entreprise, de préfet ou d'homme politique par exemple.

Il est souvent le plus proche collaborateur de son patron, qu'il seconde dans ses prises de décision.

Un directeur de cabinet ministériel est le plus souvent un haut fonctionnaire, mis à disposition ou en détachement de son corps d'origine. Son rôle, d'ordre politique, se distingue de celui du chef de cabinet, qui s'attache à l'organisation.

Cette fonction, très diversifiée quant à ses missions, peut être approchée via des profils :

  • politique (relation avec les formations politiques, gestion des élus, stratégie, notes d'analyse, plume) ;
  • technocratique (note d'analyse, gestion de dossiers complexes ou sensibles, relations avec des institutions, mise en œuvre et suivi d'initiative politique) ;
  • super-intendant (facilitateur, organisateur, gestion d'agenda et communication).

Dans les collectivités locales, la fonction de directeur de cabinet est précisément définie et régie par la loi du 26 janvier 1984 et le décret du 16 décembre 1987.

Règles d'inéligibilités :

  • L'article L231 du Code électoral précise les règles d'inégibilité des directeurs de Cabinet comme conseillers municipaux « dans le ressort où ils exercent ou ont exercé leurs fonctions » depuis moins de six mois.
  • La loi organique (14 avril 2011) relative à l'élection des députés et sénateurs prévoit l’inéligibilité aux élections législatives des membres de cabinet des maires des communes de plus de 20 000 habitants (et des présidents de communautés de communes de plus de 20 000 habitants) « dans toute circonscription comprise en tout ou partie dans le ressort dans lequel ils exercent ou ont exercé leurs fonctions depuis moins d'un an à la date du scrutin ».

Familièrement, un directeur de cabinet est parfois nommé « dir' cab ».

Liens externes[modifier | modifier le code]