François Braun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

François Braun
Illustration.
François Braun en juillet 2022.
Fonctions
Ministre de la Santé et de la Prévention
En fonction depuis le
(1 mois et 14 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Élisabeth Borne
Gouvernement Borne
Prédécesseur Brigitte Bourguignon
Président de SAMU - Urgences de France

(8 ans, 5 mois et 20 jours)
Prédécesseur Marc Giroud
Successeur Marc Noizet
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Belfort (France)
Nationalité Française
Profession Médecin urgentiste

François Braun
Ministres français chargés de la Santé

François Braun, né en [1] à Belfort[2] est un médecin urgentiste et homme politique français.

Le , il est nommé ministre de la Santé et de la Prévention dans le gouvernement Élisabeth Borne.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Braun choisit de faire des études de médecine pour devenir urgentiste et pour respecter la tradition familiale. En effet, son grand-père et son arrière-grand-père étaient médecins militaires, et son père était généraliste et médecin-chef des pompiers dans le Territoire de Belfort. « À chaque accident, de jour comme de nuit, il partait sur le terrain[3]. »

En cinquième année de médecine, il devient urgentiste au centre hospitalier régional et universitaire de Nancy en 1984. Cette activité à ses débuts étant alors peu ancrée au sein des hôpitaux, François Braun devient au fil des années pionnier dans cette discipline afin qu'elle soit reconnue comme une spécialité médicale à part entière[4].

À partir de 2010, il est chef du service des urgences de l'hôpital de Mercy du centre hospitalier régional de Metz-Thionville[5],[6].

Précédemment secrétaire général, il préside le syndicat SAMU - Urgences de France à partir de 2014[7],[8],[6].

Fin 2016, en collaboration avec Patrick Pelloux et Pierre Carli, il évoque l’importance de la formation des personnels hospitaliers à la médecine de guerre[9].

En , François Braun est chargé par Emmanuel Macron d'une « mission flash » sur les carences de l'hôpital en France[10]. François Braun remet une version non définitive de son rapport le [11]. Cette nomination ne fait pas l'unanimité dans le monde hospitalier, du fait de sa vision de l’hôpital, plutôt libérale[5]. Parmi les 41 recommandations, François Braun défend principalement que l'accès aux urgences doit être régulé selon un « principe de tri » via une régulation téléphonique ou à l'entrée des urgences, pour traiter en priorité les urgences vitales et réorienter les autres patients vers des médecins de garde[12].

Le , il est nommé ministre de la Santé et de la Prévention dans le gouvernement Élisabeth Borne[13].

Distinction[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Viaf.
  2. Gala
  3. Sabine Delanglade, « François Braun : Macron appelle le 15 », Les Échos,
  4. « La médecine d’urgence chevillée au cœur », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b Célia Cuordifede, « Crise de l'hôpital : François Braun, le conseiller santé de Macron au remède très libéral », Marianne, (consulté le ).
  6. a et b « Le médecin messin François Braun référent santé du futur candidat Macron », sur France Bleu, .
  7. « Communiqués de Presse / François BRAUN, Président de Samu-Urgences de France », sur SAMU - Urgences de France (consulté le ).
  8. « Actualités de l'Urgence - APM », sur Société française de médecine d'urgence (consulté le ).
  9. « François Braun à Metz : être sur le pied de guerre », Le Républicain lorrain (consulté le ).
  10. Guillaume Jacquot, « « Les constats, nous les connaissons » : le Sénat auditionne François Braun, à la tête de la mission flash sur la crise de l’hôpital », sur Public Sénat, .
  11. Le Monde avec AFP, « Financement, recrutement et tri : les premières propositions de la « mission flash » pour l’hôpital », Le Monde, .
  12. « « Les urgences, ça ne peut plus être open bar », selon François Braun », sur whatsupdoc-lemag.fr, (consulté le ).
  13. « Le médecin urgentiste François Braun remplace Brigitte Bourguignon au ministère de la Santé », sur bfmtv.com (consulté le ).
  14. Journal officiel de la République française, « Décret du 31 décembre 2020 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur » Accès libre, sur www.legifrance.gouv.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]