Pierre Pflimlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pflimlin.

Pierre Pflimlin
Illustration.
Pierre Pflimlin en 1975.
Fonctions
Président du Parlement européen

(2 ans, 5 mois et 27 jours)
Législature 3e
Prédécesseur Piet Dankert
Successeur Lord Henry Plumb
Maire de Strasbourg

(23 ans, 11 mois et 20 jours)
Prédécesseur Charles Émile Altorffer
Successeur Marcel Rudloff
Ministre d'État chargé de la Coopération

(1 mois)
Président Charles de Gaulle
(Ve République)
Premier ministre Georges Pompidou
Gouvernement Pompidou I
Prédécesseur Jean Foyer
Successeur Georges Gorse
Ministre d'État

(7 mois et 7 jours)
Président René Coty
Président du Conseil Charles de Gaulle
Gouvernement de Gaulle III
Président du Conseil des ministres français

(18 jours)
Président René Coty
Gouvernement Pflimlin
Législature IIIe
Prédécesseur Félix Gaillard
Successeur Charles de Gaulle
Ministre des Affaires économiques et
des Finances

(6 mois et 7 jours)
Président René Coty
Président du Conseil Félix Gaillard
Gouvernement Gaillard
Prédécesseur Félix Gaillard
Successeur Edgar Faure
Président du MRP

(3 ans)
Prédécesseur Pierre-Henri Teitgen
Successeur André Colin
Ministre des Affaires économiques et
des Finances

(10 mois et 9 jours)
Président René Coty
Président du Conseil Edgar Faure
Gouvernement Faure II
Prédécesseur Robert Buron
Successeur Robert Lacoste
Ministre de la France d'outre-mer

(10 mois)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Antoine Pinay
Gouvernement Pinay
Prédécesseur Louis Jacquinot
Successeur Louis Jacquinot
Ministre d'État, chargé du Conseil de l'Europe

(1 mois et 8 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Edgar Faure
Gouvernement Faure I
Prédécesseur Guy Mollet
Successeur François Mitterrand
Ministre du Commerce et
des Relations économiques extérieures

(5 mois et 9 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil René Pleven
Gouvernement Pleven II
Prédécesseur Jean-Marie Louvel
Successeur Édouard Bonnefous
Ministre de l'Agriculture

(1 an, 1 mois et 8 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Henri Queuille
René Pleven
Gouvernement Queuille II
Pleven I
Queuille III
Prédécesseur Gabriel Valay
Successeur Paul Antier

(2 ans et 8 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Robert Schuman
André Marie
Henri Queuille
Georges Bidault
Gouvernement Schuman I
Marie
Schuman II
Queuille I
Bidault II
Prédécesseur Marcel Roclore
Successeur Gabriel Valay
Biographie
Nom de naissance Pierre Eugène Jean
Pflimlin
Date de naissance
Lieu de naissance Roubaix, Nord (France)
Date de décès (à 93 ans)
Lieu de décès Strasbourg, Bas-Rhin
(France)
Nationalité français
Parti politique JP
APNA
MRP
Centre démocrate
CDS
UDF
Conjoint Marie-Odile Heinrich
(1912-1985)
Enfants Étienne Pflimlin
Antoinette Pflimlin
Odile Pflimlin
Diplômé de Faculté de droit de
l'université de Strasbourg
Profession Avocat
Religion Catholique

Pierre Pflimlin
Maires de Strasbourg

Pierre Eugène Jean Pflimlin, né le à Roubaix et mort le à Strasbourg, est un avocat et homme d'État français, président du Conseil sous la IVe République et maire de Strasbourg de 1959 à 1983.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le Nord dans une famille alsacienne — son père étant à cette époque directeur dans une entreprise textile —, Pierre Pflimlin devait revenir, jeune enfant, en Alsace, où il fit ses études au lycée de Mulhouse, à l'Institut catholique de Paris et enfin à l'université de Strasbourg. Diplômé en droit et en sciences politiques, il devint avocat en 1933 au barreau de Strasbourg. Il commence par militer aux Jeunesses patriotes[1], une ligue d'extrême droite, avant de rejoindre l'Action populaire nationale d'Alsace, un mouvement dissident de l'Union populaire républicaine, le grand parti catholique alsacien. Il travailla au secrétariat général de la jeunesse, à Vichy, en 1941, puis fut nommé juge d'instruction à Thonon-les-Bains (de 1941 à 1944), et substitut du procureur de la république à Metz (en 1944).

Démocrate-chrétien, il est membre du Mouvement républicain populaire (MRP) dès sa création en 1945 et en occupe la présidence de 1956 à 1959. Ses premières fonctions ministérielles furent celles de sous-secrétaire d'État au ministère de la Santé publique et de la Population (en 1946), puis de sous-secrétaire d'État à l'Économie nationale. Il est ensuite très souvent ministre durant la Quatrième République, notamment ministre de l'Agriculture dans huit gouvernements entre 1947 et 1951, sans compter des portefeuilles dans une grande partie des gouvernements s'étant succédé jusqu'en 1958 (commerce, l'Europe, la France d'outremer, les finances et les affaires économiques, etc.).

Il est l'avant-dernier président du Conseil de la Quatrième République. Investi par l'Assemblée le 14 mai 1958 alors qu'un comité de salut public composé de civils et de militaires, présidé par le général Massu, s'est constitué le 13 mai dans la soirée à Alger. Il est contraint à la démission deux semaines plus tard pour faciliter l'arrivée au pouvoir du général de Gaulle, puis il occupe dans son gouvernement le poste de ministre d'État (-). Il revient au gouvernement lors de la nomination de Georges Pompidou, comme ministre d'État, ministre de la Coopération (15 avril-15 mai 1962), démissionnant prématurément au bout d'un mois avec les autres ministres issus du MRP, en raison de graves désaccords avec le général de Gaulle au sujet de la construction européenne.

Il passe pour avoir été le premier maire catholique de Strasbourg de 1959 à 1983. En fait il fut, semble-t-il, le premier maire faisant profession de catholicisme. Il y avait eu avant lui Charles Hueber (1929-1935), baptisé catholique mais qui, passé au communisme, encourageait les ouvriers à sortir de l'Église.

Président du Parlement européen de 1984 à 1987, il se retire de la vie politique à la fin de sa présidence. Il a publié, en 1991, les Mémoires d'un Européen (Fayard).

Pierre Pflimlin et son épouse Marie-Odile, décédée en 1985, sont inhumés au cimetière Saint-Gall de Strasbourg. Il est le père d’Étienne Pflimlin ancien président du Crédit mutuel, d’Odile, professeur agrégé d’allemand, et d'Antoinette, comédienne[2].

Autres mandats électifs[modifier | modifier le code]

Autres fonctions publiques[modifier | modifier le code]

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

  • Administrateur (1946) puis président (1970) du Port autonome de Strasbourg
  • Président de l’Avant-garde du Rhin de 1953 à 1960 et membre du comité directeur de la FSF[3].
  • Président de la Compagnie générale pour la navigation sur le Rhin (1965)
  • Président du Comité d'études et d'action pour l'économie alsacienne (à partir de 1950)
  • Président de la Société d'aménagement et d'équipement de la région de Strasbourg (1959)
  • Président du Consortium international de la navigation rhénane (à partir de 1971)
  • Administrateur de la Société d'études et de l'Association Mer du Nord-Méditerranée
  • Président (1965-70) puis président d'honneur (1970) de la Commission de développement économique régional d'Alsace (CODER)

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Chronologie des fonctions gouvernementales exercées par Pierre Pflimlin
Début Fin Portefeuille Gouvernement
Sous-secrétaire d'État à la Santé publique et à la Population Gouin
Sous-secrétaire d'État à l'Économie nationale Bidault I
Ministre de l'Agriculture Schuman I
Ministre de l'Agriculture Marie
Ministre de l'Agriculture Schuman II
Ministre de l'Agriculture Queuille I
Ministre de l'Agriculture Bidault II
Ministre de l'Agriculture Queuille II
Ministre de l'Agriculture Pleven I
Ministre de l'Agriculture Queuille III
Ministre du Commerce et des Relations économiques extérieures Pleven II
Ministre d'État chargé du Conseil de l'Europe Faure I
Ministre de la France d'outre-mer Pinay
Ministre des Finances et des Affaires économiques Faure II
Ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan Gaillard
Président du Conseil des ministres Pflimlin
Ministre d'État de Gaulle III
Ministre d'État chargé de la Coopération Pompidou I

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Pierre Pflimlin[modifier | modifier le code]

  • Henry Laufenburger, Pierre Pflimlin (1938) : La nouvelle structure économique du Reich. Groupes, cartels et politique des prix, Paris, Paul Hartmann, 1938 (Centre d'études de politique étrangère, Section d'information, publication no 12), 105 p.
  • 1977 : Le cheminement de l'idée européenne, Conférence Fribourg, Éditions universitaires, 28 p.
  • 1991 : Mémoires d'un Européen de la IVe à la Ve République, Paris, Fayard, 391 p.
  • 1995 : Frieden - das ist der Europa-Idee gutzuschreiben : eine Geschichtsstunde mit Pierre Pflimlin, rédaction par Hanns-Georg Helwerth, Landesbildstelle Württemberg, Stuttgart, 1 Videokassette (VHS, 53 min), farbig und s/w (en all.; Paix et Europe).

Témoignages et souvenirs[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Un pont routier, mis en service en 2002 et franchissant le Rhin au sud de Strasbourg, porte son nom.
  • Un boulevard, aménagé en 2007 dans le quartier du Wacken à Strasbourg, porte son nom.
  • Un collège de Brunstatt, dans le Haut-Rhin, porte son nom.
  • Citoyen d'honneur de la ville de Stuttgart depuis 1982. Une petite place proche du centre ville y porte son nom.
  • Président d’honneur de l’Avant-garde du Rhin.
  • Par décision du Conseil municipal de la ville de Strasbourg, le palais de la musique et des congrès porte désormais le nom de PMC-Pierre Pflimlin.
  • Une statue monumentale a été inaugurée le dans le parc de l'Orangerie à Strasbourg.
  • Un timbre, à valeur faciale de 0,60 , a été édité le par La Poste à l'occasion du centenaire de sa naissance.
  • À la suite d'une décision du Bureau du Parlement européen du , le bâtiment strasbourgeois du Parlement européen nommé anciennement « IPE 3 » s'appelle depuis le « Bâtiment Pierre Pflimlin ».
  • La salle d'étude du Foyer de l'Étudiant Catholique à Strasbourg porte le nom de « Salle Pierre Pflimlin ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne : principes romains, expériences françaises, Cerf, 1986, p. 250 ; René Paira, Affaires d'Alsace : souvenirs d'un préfet alsacien, La Nuée bleue, 1990, p. 201 ; Samuel Huston Goodfellow, Fascism in Alsace, 1919-1945, Indiana University, 1991, François Audigier, Frédéric Schwindt (dir.), Gaullisme et gaullistes dans la France de l'Est sous la IVe République, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 263 ; Henry Coston, L'assemblée introuvable : le trombinoscope de la Ve bis, 1963, p. 141. Il est notamment l'avocat de Joseph Bilger et de son Bauernbund : Dominique Lerch, Du journalisme au syndicalisme paysan, entre Alsace, Moselle et Algérie, un itinéraire d’extrême droite, proche du nazisme : Joseph Bilger (1905-1975).
  2. « Les Pflimlin, de la politique à la banque », sur Le Point, .
  3. Jouaret 2012, p. 170.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]