Françoise Nyssen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nyssen.
Françoise Nyssen
Illustration.
Françoise Nyssen en 2017.
Fonctions
Ministre de la Culture
En fonction depuis le
(1 an et 4 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe I et II
Prédécesseur Audrey Azoulay
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Etterbeek (Belgique)
Nationalité belge (depuis 1951)
française (naturalisée depuis les années 1990)
Père Hubert Nyssen
Diplômée de Université Libre de Bruxelles
Profession éditrice

Françoise Nyssen, née le à Etterbeek (Belgique), est une éditrice et femme politique franco-belge.

Co-directrice de la maison d'édition Actes Sud, fondée par son père Hubert Nyssen, elle est nommée le 17 mai 2017 ministre de la Culture du gouvernement Édouard Philippe, sous la présidence d'Emmanuel Macron.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts[modifier | modifier le code]

Fille d'Hubert Nyssen, fondateur des éditions Actes Sud, Françoise Nyssen fait sa scolarité au lycée français de Bruxelles. Inspirée par le parcours du second mari de sa mère, le biochimiste René Thomas[1], elle obtient une licence en chimie[2] à l'université libre de Bruxelles en 1972 et est agrégée de l’enseignement secondaire. Elle a également étudié à l'institut Saint-Luc de Bruxelles de 1975 à 1978, où elle a obtenu un diplôme d’urbaniste à l’Institut supérieur d'urbanisme et de rénovation urbaine à Bruxelles, avant de rejoindre la direction de l'architecture du ministère belge de l'Environnement et du cadre de vie.

Née belge[3],[4],[2], elle obtient la nationalité française dans les années 1990[5],[6].

Édition[modifier | modifier le code]

En 1980, elle rejoint le monde de l’édition, d’abord comme associée et présidente-directrice générale de la coopérative d’éditions du Paradou. En 1987, elle devient associée et présidente du directoire de la maison d'édition Actes Sud fondée par son père Hubert Nyssen[2], basée à Arles[7] et à Paris (Saint-Germain-des-Prés, rue Séguier). Elle fonde parallèlement la librairie Actes Sud avec son second mari, l'agronome Jean-Paul Capitani[8], et dirige la collection « Un endroit où aller », créée en 1995[9]. Elle détient 95 % du capital de la holding Acte Sud Participations[10].

Engagement associatif[modifier | modifier le code]

Après la mort de son fils Antoine en 2012, à l'âge de 18 ans, elle fonde en 2014 avec son mari l'école Domaine du possible[11],[12], un établissement scolaire pour « enfants précoces » dans la lignée de l'éducation nouvelle, dirigé par Henri Dahan, ancien délégué général de la fédération Steiner-Waldorf en France[12]. La première année se déroule dans la chapelle du Méjan[13], puis l'école s'installe dans un mas à quelques kilomètres d'Arles où elle accueille une centaine d'élèves entre 3 et 16 ans à la rentrée 2016[12].

Polémique concernant l'anthroposophie[modifier | modifier le code]

Peu après la nomination de Françoise Nyssen au ministère de la Culture, Jean-Luc Mélenchon la décrit à l'occasion d'un interview à BFM TV comme « une ministre de la Culture qui est plus ou moins liée aux sectes »[14]. Cette déclaration fait référence à l'éventuel lien de Françoise Nyssen avec l'anthroposophie, un courant de pensée mystique né dans l'Allemagne de l'entre-deux-guerres, dont les différentes ramifications modernes ont été plusieurs fois critiqués par la mission interministérielle de lutte contre les sectes[15],[16]. Le directeur de l'école Domaine du possible, Henri Dahan, dit que celle-ci « n’est pas stricto sensu une école Steiner, même si l’établissement trouve “son ancrage” »[12] dans la pédagogie Steiner-Waldorf, issue de ce mouvement et qui fait l'objet de nombreuses critiques.

Romain Blachier, membre de l’équipe culture d’Emmanuel Macron, a publié un communiqué pour démentir les propos de Jean-Luc Mélenchon, assurant que cet établissement « prône une pédagogie libre et plurielle et […] n’a rien à voir avec des sectes », étant simplement « une jolie initiative de pédagogie alternative »[17]. Quant au rectorat d’Aix-Marseille, il assure que « l’école n’est pas du tout suspectée de dérive sectaire[12]. ».

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Premiers engagements[modifier | modifier le code]

À l'occasion de l'élection présidentielle de 2007, Françoise Nyssen signe un manifeste de femmes artistes de l'écrit appelant à se prononcer en faveur de Ségolène Royal[18].

Ministre de la Culture (depuis 2017)[modifier | modifier le code]

Remise du rapport d'Erik Orsenna à Françoise Nyssen et Emmanuel Macron sur l'ouverture des bibliothèques, février 2018.

Le , elle est nommée ministre de la Culture[19] du gouvernement Édouard Philippe, sous la présidence d'Emmanuel Macron[20].

À l'occasion des élections législatives qui suivent sa nomination, elle soutient Myriam El Khomri (PS) dans la dix-huitième circonscription de Paris, alors qu'Édouard Philippe soutient son adversaire Pierre-Yves Bournazel (LR), qui l'emporte[21].

À son arrivée rue de Valois, elle nomme comme directeur de cabinet Marc Schwartz, qu'elle a vraisemblablement connu après sa nomination comme médiateur du livre en 2016[22]. Celui-ci quitte son poste en janvier 2018 après s'être vu confier une mission sur la distribution de la presse[23]. Il est remplacé par Laurence Tison-Vuillaume, jusqu'alors directrice adjointe du cabinet[24]. Elle maintient la quasi-totalité des directeurs d'administration centrale (DAC) dépendant de son ministère ; Mediapart relève en avril 2018 des difficultés dans ses relations avec l'administration[25].

Son ministère envisage une réforme de l'audiovisuel public, comprenant la suppression de France Ô, la réduction de France 4 à une diffusion seulement numérique et des suppressions d’emplois à France Télévisions[26].

À l'occasion du cent cinquantième anniversaire de la naissance de Charles Maurras, l'historien Olivier Dard rédige une notice de trois pages pour le livre des commémorations nationales 2018. Sur décision de Françoise Nyssen, les trois pages sont intégralement « supprimées » et les ouvrages déjà imprimés sont envoyés au pilon[27],[28].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • « D’Arles au Goncourt. Les fondements du succès d’Actes Sud », Le journal de l'école de Paris du management, vol. 1, no 57,‎ , p. 21-26 (lire en ligne). Via Cairn.info

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Qui est Françoise Nyssen, éditrice aux attaches belges, ministre de la Culture de Macron?, RTBF, 17 mai 2017
  2. a, b et c Frédéric Mounier, « Françoise Nyssen, éditrice bienveillante », La Croix,‎ (lire en ligne)
  3. Marion Van Renterghem, « Françoise Nyssen, l’éditrice à qui tout réussit », sur lemonde.fr, (consulté le 18 mai 2017).
  4. « Née le 9 juin 1951 à Etterbeek (Belgique), Françoise Nyssen a la double nationalité belge et française, et est d’ailleurs une Européenne convaincue. » Alain Beuve-Méry, « Françoise Nyssen, une éditrice au ministère de la culture », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. Who's Who
  6. « Françoise Nyssen, éditrice de trois Nobel, ministre de la Culture » sur liberation.fr.
  7. Philippe Douroux, « Françoise Nyssen, le charme discret de l’éditrice », sur Libération.fr, (consulté le 17 mai 2017)
  8. Anne Crignon, « Les Nyssen : tel père, telle fille », sur bibliobs.nouvelobs.com, .
  9. « Un endroit où aller », sur sudoc.fr.
  10. « Actes Sud, tout un roman », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  11. « École Domaine du possible ».
  12. a, b, c, d et e Benoît Floc'h, « Le Domaine du possible, une école pour “faire bouger les lignes” », sur lemonde.fr, .
  13. Patrice Palau, « Arles : Actes Sud crée l’école qui veut rendre les élèves heureux », ledauphine.com,‎ (lire en ligne)
  14. Mathieu Dejean, « La nouvelle ministre de la Culture est-elle vraiment proche d’une secte, comme l’a dit Jean-Luc Mélenchon ? », sur lesinrocks.com, .
  15. Mission interministérielle de lutte contre les sectes, « Rapport 2000 : La "galaxie" anthroposophique », sur ladocumentationfrancaise.fr, .
  16. Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, « Rapport 2013-2014 : Le risque sectaire et Internet », sur ladocumentationfrancaise.fr, .
  17. Romain Blachier, « Secte : Quand Mélenchon ment au sujet de Françoise Nyssen, Ministre de la Culture », sur romainblachier.fr, .
  18. « Pour la première fois, une femme, par Pierrette Fleutiaux », sur lemonde.fr, (consulté le 19 mai 2017).
  19. « Gouvernement : Françoise Nyssen, une urbaniste et éditrice à la Culture », LeMoniteur.fr,‎ (lire en ligne).
  20. Jérôme Garcin, « Françoise Nyssen : enfin une (vraie) ministre de la Culture », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  21. « Législatives: cet incroyable imbroglio entre macronistes dans le nord de Paris », sur challenges.fr, (consulté le 14 juin 2017).
  22. Victor Tribot Laspière, « Qui compose le cabinet de Françoise Nyssen, ministre de la Culture ? », sur France Musique.fr, (consulté le 17 juillet 2017).
  23. « Françoise Nyssen perd son directeur de cabinet », sur lejournalddesarts.fr, (consulté le 10 janvier 2018).
  24. « Laurence Tison-Vuillaume, nouvelle directrice de cabinet de Françoise Nyssen », sur livreshebdo.fr, (consulté le 12 février 2018).
  25. Ellen Salvi, « Macron, «c’est le chef comptable qui a pris le pouvoir », sur Mediapart, (consulté le 14 avril 2018).
  26. « Rassembler France Télévisions et Radio France, supprimer France Ô : les pistes-chocs du ministère de la culture », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  27. « Françoise Nyssen retire la référence à Charles Maurras du livre des commémorations 2018 », sur lefigaro.fr, (consulté le 30 janvier 2018).
  28. Mohammed Aïssaoui et Claire Bommelaer, « Pourquoi Charles Maurras ne sera pas « commémoré » », (consulté le 30 janvier 2018).
  29. « Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr,
  30. « Décret du 2 mai 2017 portant promotion et nomination », sur legifrance.gouv.fr,
  31. Commandeur de droit en tant que membre du conseil de l'ordre « Arrêté du 22 février 2008 portant nomination au conseil de l'ordre des Arts et des Lettres ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]