Jules Pams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Pams
Jules Pams 1912.jpg
Fonctions
Ministre de l'Intérieur
-
Ministre de l'Agriculture
-
Député
Pyrénées-Orientales
-
Sénateur de la Troisième République (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activités
Parentèle
Pierre Bardou (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Porte de l'hôtel Pams à Perpignan, résidence de Jules Pams.

Jules Pams, né le à Perpignan (Pyrénées-Orientales) et mort le à Paris, est un homme politique français. Classé républicain, il fut une personnalité marquante de la vie politique de la IIIe République. Il est inhumé au cimetière de Port-Vendres (Pyrénées-Orientales).

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière politique en 1889 comme candidat aux élections législatives. Élu conseiller général du canton d’Argelès-sur-Mer en 1892, il siège à l’assemblée départementale pendant 36 ans et il en est le président pendant 15 ans. Député radical-socialiste des Pyrénées-Orientales de 1893 à 1904, sénateur de cette date à 1930, il est ministre de l’Agriculture de mars 1911 à janvier 1913 dans les gouvernements Monis, Caillaux et Poincaré.

En janvier 1913, il est élu lors des primaires candidat des républicains à la présidence de la République contre Raymond Poincaré. Mais ce dernier refuse de se retirer et il est élu lors du scrutin officiel du lendemain malgré l'appui des radicaux (Émile Combes, Clemenceau, etc.). Après avoir exercé des pressions d'avril à juin 1919 sur le député Achille René-Boisneuf, il tente de minimiser avant le traité de paix les affaires de violence concernant des Américains en France, notamment, l'assassinat d'un Guadeloupéen le 22 avril 1919 à Nantes par un député britannique, Stephen Wharton, de la 266e police militaire. L'interpellation a lieu le 25 juillet 1919 à la Chambre des députés.

Devenu proche de Clemenceau, il est nommé ministre de l’Intérieur dans le cabinet Clemenceau de novembre 1917 à janvier 1920.

Il a aussi été délégué de la France à la Société des Nations.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • « Jules Pams », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]