Place Beauvau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

8e arrt
Place Beauvau
Voir la plaque.
Voir la photo.
La place Beauvau en 2011.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Faubourg-du-Roule
Voies desservies Voir texte
Géocodification
Ville de Paris 0795
DGI 0799
Géolocalisation sur la carte : 8e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 8e arrondissement de Paris)
Place Beauvau
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Place Beauvau
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place Beauvau est une place située dans le quartier du Faubourg-du-Roule du 8e arrondissement de Paris.

Par métonymie, la Place Beauvau[a] désigne aussi le ministère de l’Intérieur, qui est installé à l'hôtel de Beauvau.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La place est située à l’intersection de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, de l’avenue de Marigny et de la rue de Miromesnil. Elle est située à quelques pas seulement du palais de l'Élysée, résidence officielle et bureau du président de la République.

Le quartier est desservi par les lignes de métro (M)(9)(13) à la station Miromesnil et par la ligne de bus RATP 52.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette place doit son nom à l'hôtel Beauvau devant lequel elle est située.

La métonymie, l'expression « la Place Beauvau », est fréquemment employée par les médias français pour désigner le « ministère de l'Intérieur ». Le bloc d'immeubles au nord de la place est en effet occupé par différents services de ce ministère.

Historique[modifier | modifier le code]

La place Beauvau, en 1911.

La place est essentiellement connue pour l'hôtel de Beauvau, construit par l'architecte Nicolas Le Camus de Mézières vers 1770 pour le prince Charles Juste de Beauvau-Craon[1].

Il abrite notamment le ministère de l’Intérieur depuis 1861[2].

En 1879, un double assassinat est commis dans la pharmacie alors située sur la place[3].

La place est envahie à plusieurs reprises par des manifestants, comme en mars 1883 lors de la manifestation dite des sans-travail[4],[5] et en février 1934 lors des émeutes des ligues d’extrême droite[6],[7].


Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • No 88 : la femme du monde et salonnière Aimée de Coigny (1769-1820) occupe un appartement à cette adresse à la fin de sa vie, qu’elle loue 1 800 francs et où elle est victime d’un incendie qui « détruit ou endommage ces restes de luxe et d’art qui défendaient, de leur élégant et frêle rempart, la grande dame contre les vulgarités de la vie pauvre »[8],[9].
  • No 92 (rue du Faubourg-Saint-Honoré, place Beauvau) : en 1926 se trouve à cette adresse le restaurant Le Beauvau, ayant pour spécialité culinaire les rognons[10].
  • No 94 : galerie Aveline, spécialisée dans le mobilier du XVIIIe siècle et du XIXe siècle. En 1999, l’antiquaire Jean-Marie Rossi (1930-2021) y installe sa galerie dans un espace de 700 m2[11]. À ce même emplacement se trouve dans les années 1950 la galerie Doucet[12].
  • No 96 : hôtel de Beauvau, siège du ministère français de l'Intérieur.
  • No 98 : ancien hôtel d'Orgemont[13]. En 1879, il est le théâtre d’un double assassinat sur les personnes d’un pharmacien et de sa bonne ; le rez-de-chaussée est alors occupé par trois magasins : une boutique de curiosités, une pharmacie et un salon de coiffure[3]. L'hôtel est remplacé par un nouveau bâtiment dans les années 1915[14]. Aujourd’hui, on y trouve une galerie de peinture et de sculpture fondée en 1965, la galerie de Souzy, et un magasin d’antiquités créé en 1987, la galerie Perrin.

Annexes[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Décugis, Christophe Labbé et Olivia Recasens, Place Beauvau. La face cachée de la police, Robert Laffont, 2006, 407 p. (ISBN 9782221103845)Document utilisé pour la rédaction de l’article.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans ce cas, écrit avec une majuscule au mot « place ».

Références[modifier | modifier le code]