Adrien Quatennens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Adrien Quatennens
Illustration.
Adrien Quatennens en .
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(6 ans, 11 mois et 4 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 1re du Nord
Législature XVe et XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LFI (2017-2022)
NI (2022-2023)
LFI-NUPES (depuis 2023)
Prédécesseur Bernard Roman
Coordinateur de l'équipe opérationnelle de La France insoumise

(3 ans, 2 mois et 27 jours)
Prédécesseur Manuel Bompard
Successeur direction collégiale
Manuel Bompard (indirectement)
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance Lille (France)
Nationalité Française
Parti politique PG (2013-2023)
LFI (depuis 2016)
Profession Conseiller de clientèle (EDF)
Site web adrienquatennens.fr

Adrien Quatennens, né le à Lille, est un homme politique français.

Proche de Jean-Luc Mélenchon et membre du Parti de gauche (PG) puis de La France insoumise (LFI), il est élu député dans la première circonscription du Nord lors des élections législatives de 2017 et de 2022.

Il est coordinateur de l'équipe opérationnelle de La France insoumise — considéré comme principal poste du mouvement — de 2019 à 2022. Il se retire en raison d'une affaire de violences conjugales, pour laquelle il est condamné à quatre mois de prison avec sursis, suspendu quatre mois du groupe parlementaire LFI-NUPES et exclu du PG. Il réintègre son groupe parlementaire en plein mouvement social contre le projet de réforme des retraites.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Né le [1], il est le fils d'un cadre d'Électricité de France (EDF) et d'une mère vendeuse dans une boutique d'optique[2].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Politisé à partir de 2006, à 16 ans, lors des manifestations contre le contrat première embauche, Adrien Quatennens s'engage dans des associations d'aide aux sans-abri[3] et chez Attac[4]. En 2008, il obtient un baccalauréat économique et social à l'institution catholique de La Croix Blanche de Bondues, où il a été collégien et lycéen[5],[6], et commence des études d'économie à l'université de Lille. Après un échec en deuxième année et des petits boulots[5], il passe ensuite un BTS - Management des unités commerciales en apprentissage à EDF[7] et devient conseiller clientèle pour les entreprises et les professionnels[8]. Avant son mandat de député, il exerçait le métier de conseiller clientèle entreprise pour EDF à Lille[9].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Engagement au Parti de gauche[modifier | modifier le code]

Il soutient Jean-Luc Mélenchon en 2008[10] et le rejoint au Parti de gauche (PG) en 2013[11] ; deux ans plus tard, il intègre son conseil national[2]. Il milite pour la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle de 2012[12], puis en 2017 à nouveau dans le cadre de La France insoumise[13]. Il est également secrétaire du PG du Nord, basé à Lille, en binôme avec Ugo Bernalicis[14].

Adrien Quatennens se porte pour la première fois candidat aux élections municipales de 2014 à Lille sur la liste Front de gauche conduite par Hugo Vandamme[15].

Député de la 1re circonscription du Nord[modifier | modifier le code]

Adrien Quatennens est investi candidat par La France insoumise (LFI) lors des élections législatives de 2017 pour la 1re circonscription du Nord. Au premier tour, il obtient 19,4 % contre 32,6 % au candidat de La République en marche, Christophe Itier[16]. Au second tour, avec une abstention de 62 % des inscrits, il est élu député par 50,1 % des voix, avec une majorité de 50 voix[17],[18],[19].

Adrien Quatennens (au fond) avec Clémentine Autain et Éric Coquerel, lors d'une manifestation contre la réforme du code du travail français en 2017.

À l'Assemblée nationale, il est membre de la commission des Affaires sociales[20],[21]. En tant que tel, il participe dès le début de son mandat à l'examen du projet de réforme du code du travail en 2017, contre lequel il présente notamment une motion de rejet préalable[22],[23]. Ses débuts à l'Assemblée nationale attirent sur lui l'attention des médias[22],[24],[25],[26],[11],[27], principalement à l'occasion de son intervention du , où il s'exprime pendant une demi-heure[28],[29],[30].

Il s'engage pour la proposition de loi de LFI pour la reconnaissance de pathologies psychiques liées au burnout comme maladies professionnelles[31].

Figure montante du parti, il est nommé coordinateur de l'équipe opérationnelle (principal dirigeant du parti) le , succédant ainsi à Manuel Bompard[32],[33].

Adrien Quatennens est désigné au sein du mouvement pour prendre en charge la lutte contre le projet de réforme des retraites de 2020 porté par le second gouvernement Édouard Philippe . Il dénonce un projet « inégalitaire » du fait des différences d'espérance de vie entre les différentes classes sociales ainsi que la volonté de faire reculer l'âge effectif de départ à la retraite[34].

Il fait partie des personnalités politiques françaises espionnées par le logiciel espion israélien Pegasus pour le compte de l’État marocain, ce qui le conduit à porter plainte[35].

Adrien Quatennens est candidat à sa réélection aux élections législatives de 2022 dans sa circonscription, sous la bannière de LFI, avec comme suppléante Lahouaria Addouche[36]. Il est parmi les quinze candidats à avoir dépassé 50 % au premier tour et il est réélu avec 65,2 % au second tour[37].

En décembre 2022, après avoir été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour « violences sur conjoint », il est suspendu du groupe LFI à l’Assemblée nationale pour quatre mois[38],[39] jusqu'au mois d'avril[40]. Pendant cette période, il est considéré comme un député non-inscrit, il peut donc participer au vote à l'Assemblée, mais sans que sa voix soit décomptée comme faisant partie du groupe LFI. Par ailleurs, son retour s'effectuera après un engagement à suivre un stage de responsabilisation sur les violences contre les femmes auprès d’associations féministes[41]. Le Parti de gauche l'exclut le , en raison de sa condamnation judiciaire et au regard de la communication d'Adrien Quatennens qui renverse la charge de la violence[42]. Le 11 avril 2023, il retrouve sa place dans le groupe LFI[43].

En juin 2023, Jean-Luc Mélenchon explique dans une interview à 20 minutes qu'Adrien Quatennens « reviendra dans la course un jour ou l'autre »[44],[45], ce qui provoque l'indignation de plusieurs associations féminines et responsables politiques de gauche[46]. Adrien Quatennens a notamment été pris à partie par un groupe de jeunes lorsqu'il a voulu prendre la parole pendant un concert à Lille, qui devait clôturer la 14e journée de mobilisation contre la réforme des retraites[47],[48].

Affaire de violences conjugales[modifier | modifier le code]

Révélations du Canard enchaîné[modifier | modifier le code]

En , Le Canard enchaîné révèle que son épouse a déposé une main courante contre lui pour des faits supposés de violences conjugales[49], courant août et septembre 2022[50], après qu'elle lui a annoncé sa volonté de divorcer, après treize ans de vie commune et la naissance de leur fille[51],[52],[53]. En pleine procédure de divorce au moment où ces faits paraissent dans la presse, le couple publie un communiqué demandant le respect de leur vie privée[54].

Une enquête judiciaire est ouverte pour des soupçons de « violences par conjoint » par le parquet de Lille[55]. Adrien Quatennens fait plusieurs déclarations dans un communiqué sur Twitter : il y reconnait avoir donné une gifle à sa conjointe en 2021 dans « un contexte d’extrême tension et d’agressivité mutuelle » ; puis, après l'annonce de séparation en 2022 : « nous avons eu des disputes. Dans l'une d'entre elles (..), je lui ai saisi le poignet. Dans une de nos dernières disputes, probablement celle qui a justifié son choix de déposer une main courante, je lui ai pris son téléphone portable. Voulant le récupérer, elle m'a sauté sur le dos. Je me suis dégagé et, en me relâchant, elle s'est cognée le coude » ; et, enfin, il reconnaît lui avoir envoyé un nombre excessif de SMS « pour tenter de la convaincre que [leurs] difficultés de couple pouvaient être dépassées »[56],[57].

Mise en retrait de la direction de LFI[modifier | modifier le code]

À la suite de ces déclarations, il se met en retrait de ses fonctions de coordinateur de La France insoumise[56],[57]. Le 24 septembre, son épouse dépose une deuxième main courante pour signaler un très grand nombre de SMS envoyés par Adrien Quatennens[58] puis, le 26 septembre, elle dépose une plainte. L'avocate d'Adrien Quatennens, Jane Dousselin, appelle au respect de la présomption d'innocence et au secret de l'enquête[59],[60].

L’affaire embarrasse La France insoumise, déjà touchée les mois précédents par les polémiques nées après les accusations de comportements sexistes ou de violences sexuelles concernant Éric Coquerel et Taha Bouhafs[61],[62]. Les réactions de plusieurs personnalités de LFI, notamment de Jean-Luc Mélenchon qui témoigne publiquement de son « affection » pour Quatennens, sont questionnées par les médias et nombre de militants[63]. Des députés et militants de LFI appellent à son exclusion du mouvement[64].

Poursuites judiciaires et condamnation[modifier | modifier le code]

Le 23 novembre 2022, Céline Quatennens dénonce auprès de l’Agence France-Presse des « violences physiques et morales depuis plusieurs années », ce que l'élu, par la voix de son avocate, « dément absolument »[65]. Il est convoqué le 13 décembre 2022 devant le tribunal judiciaire de Lille pour comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Le parquet de Lille a décidé de proposer au député LFI une procédure de plaider coupable[66]. Adrien Quatennens est alors condamné à quatre mois d'emprisonnement avec sursis et à 2 000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral[67]. Les motifs de la condamnation sont « violences sans incapacité commises par conjoint » entre octobre et décembre 2021, ainsi que « envoi régulier et malveillant de messages » à son épouse, entre août et septembre 2022[68]. Le juge homologateur affirme qu'a été retenue la réitération de l'envoi de SMS, mais, selon son avocate, que ces messages « n’ont aucun caractère ni harcelant, ni malveillant, ni menaçant »[69].

Adrien Quatennens indique qu'il ne démissionnera pas de son poste de député. Il considère être la victime d’un « lynchage médiatique et rappelle que la procédure a fuité dans la presse, déclarant que « plusieurs sources concordantes » lui ont affirmé qu'il a été la cible d'un coup politique orchestré par le ministère de l'Intérieur[70]. À la suite de ces déclarations, Gérald Darmanin annonce porter plainte contre Adrien Quatennens pour diffamation[71].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il joue de la batterie et pratique cet instrument au sein des Insousols, un groupe constitué de membres de La France insoumise[72],[73]. Grand amateur de musique rock, il est notamment un admirateur de Johnny Hallyday depuis l'enfance ainsi que de plusieurs artistes découverts à l'adolescence, Nirvana, Noir Désir, Bob Marley — dont il a écrit une biographie à 12 ans — et Hubert-Félix Thiéfaine, qu'il est allé voir en concert des dizaines de fois[73],[74].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Céleste Van Isterdael (préf. Adrien Quatennens), Battre la campagne : journal d'une insoumise, Éditions Borrego, , 276 p.
  • Adrien Quatennens, Génération Mélenchon, Seuil, , 314 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yann Thompson, « Infographies. Législatives : l'Assemblée prend un coup de jeune historique avec l'arrivée de 28 députés vingtenaires », sur francetvinfo.fr, .
  2. a et b Laurie Moniez, « À Lille, l'ambition insoumise d'Adrien Quatennens », Le Monde, jeudi 21 juin 2018, p. 8.
  3. Étienne Girard, « Abbé Pierre, kebabs, Chicons Gratin… les secrets du « flamboyant » député Insoumis Adrien Quatennens », Marianne,‎ (lire en ligne).
  4. « Qui sont les députés de La France insoumise ? », sur Le Monde, .
  5. a et b « Adrien Quatennens, un fidèle soldat en mission pacification à LFI », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. Alexandre Lenoir et Sylvain Marcelli, « Adrien avant Quatennens, la première vie d'un Insoumis », sur Mediacités, (consulté le ).
  7. « Adrien Quatennens, le député insoumis qui monte », sur actu.fr, .
  8. « "Député call center" : La France insoumise dénonce le "mépris de classe" de "certains sympathisants de LREM" envers Adrien Quatennens »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur www.lelab.europe1.fr, 4 janvier 2018 (consulté le 25 février 2018).
  9. « Adrien Quatennens », sur projetarcadie.com.
  10. Claire Stathopoulos, « France insoumise Qui est Adrien Quatennens, le jeune député qui monte ? »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur VSD, (consulté le ).
  11. a et b Romain David, « Adrien Quatennens : « Je suis venu à la politique par frustration » », sur Europe 1, .
  12. Laure Equy et Rachid Laïreche, « Les voix du Nord de La France insoumise », Libération,‎ (lire en ligne).
  13. Licia Meysenq, « Réforme du Code du Travail : trois choses à savoir sur Adrien Quatennens, le député « insoumis » qui secoue l'Assemblée », sur France Info, (consulté le ).
  14. Julien Absalon, « Adrien Quatennens, le député « insoumis » qui vilipende la loi travail », sur RTL, (consulté le ).
  15. Ludovic Finez, « Adrien Quatennens, en « campagne permanente » »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur L'Humanité, (consulté le ).
  16. Patrick Seghi, « Adrien Quatennens, l'Insoumis incandescent », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  17. « Adrien Quatennens (FI) est élu face à Christophe Itier (REM) », sur La voix du Nord, .
  18. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  19. Jeanne Blanquart, « Législatives / 2d tour : à Lille, Adrien Quatennens (FI) bat Christophe Itier (LREM) sur le fil », sur France 3 Hauts-de-France, .
  20. « Adrien Quatennens », sur nosdeputes.fr.
  21. Assemblée: les jeunes députés comptent se faire une place au côté des "vieux briscards", lanouvellerepublique.fr, avec AFP, 25 juin 2017, par Charlotte Hill.
  22. a et b Sébastien Billard, « 7 choses à savoir sur Adrien Quatennens, le M. Code du Travail des "insoumis" », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  23. Madeleine Meteyer, « Adrien Quatennens, 27 ans, l'« insoumis » qui secoue l'Assemblée », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  24. Pierre Tremblay, « Adrien Quatennens, nouvelle coqueluche des insoumis : « Les petits riens comme ça, ça se remarque » », sur HuffPost, .
  25. Dorian de Meeûs, « Adrien Quatennens, le député « insoumis » fait des débuts remarqués à l'Assemblée nationale française », sur La Libre Belgique, .
  26. Laure Equy et Alexia Eychenne, « Adrien Quatennens, l’insoumis qui décoiffe l’Assemblée nationale », Libération,‎ (lire en ligne).
  27. Quentin Laurent, « Code du travail : Adrien Quatennens, l'insoumis qui défend le gros livre rouge », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  28. Mathieu Dejean, « Portrait d’Adrien Quatennens, l'insoumis qui monte », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  29. Frederick Lecluyre, « Adrien Quatennens, le Lillois qui décoiffe les médias », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  30. Jean-Loup Adénor, « Loi Travail. Adrien Quatennens (FI) dénonce la dureté sociale du projet », sur Ouest-France, (consulté le ).
  31. « La proposition de loi des Insoumis sur le burn-out est rejetée », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Jannick Alimi et Julien Duffé, « LFI : Adrien Quatennens, le monsieur loyal de Mélenchon », sur Le Parisien, (consulté le ).
  33. Abel Mestre, « LFI se restructure pour mettre le cap sur les municipales « citoyennes » », sur Le Monde, (consulté le ).
  34. « Réforme des retraites : "dire qu'un système par points serait égalitaire est faux", affirme Adrien Quatennens », sur Europe 1 (consulté le ).
  35. « Ciblé par le logiciel espion Pegasus, le député insoumis Adrien Quatennens annonce déposer plainte », sur BFMTV, .
  36. « Élections législatives des 12 et 19 juin 2022 », sur programme-candidats.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  37. « M. Adrien Quatennens », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  38. « Après la condamnation de Quatennens, Rousseau lui demande de "démissionner" », sur BFMTV (consulté le ).
  39. « Affaire Adrien Quatennens : après avoir été condamné par la justice, le député LFI suspendu temporairement par son parti », sur lindependant.fr (consulté le ).
  40. Laurence Peuron, « Adrien Quatennens prépare son retour à l'Assemblée, mais la crise à LFI est loin d'être soldée », sur France Inter, (consulté le ).
  41. « Adrien Quatennens suspendu du groupe de la France insoumise », sur huffingtonpost.fr (consulté le ).
  42. « Adrien Quatennens exclu du Parti de gauche », sur Le Monde, (consulté le ).
  43. « Sur Quatennens, LFI répond à cette demande de la Nupes », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  44. « Présidentielle 2027 : Adrien Quatennens «reviendra dans la course un jour ou l'autre», assure Mélenchon », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  45. « Adrien Quatennens condamné pour violences conjugales : Jean-Luc Mélenchon lui assure de nouveau son soutien - Elle », sur elle.fr, (consulté le ).
  46. « Adrien Quatennens toujours indésirable à gauche (et sur le terrain) », sur Libération (consulté le ).
  47. « Adrien Quatennens, député LFI, pris à partie lors de « La Faites du bruit ! » à Lille », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  48. « Lille : en plein concert, la soirée du député LFI Adrien Quatennens tourne au cauchemar » Accès libre [doc], sur Actu Orange, (consulté le ).
  49. Jonathan Bouchet-Petersen, « Le cas Adrien Quatennens, un cas de conscience », sur Libération, (consulté le ).
  50. Vincent Vantighem avec Anthony Audureau, « Main courante contre Adrien Quatennens : son épouse a dénoncé plusieurs episodes de violences », sur BFM TV, .
  51. « Adrien Quatennens se met en retrait de sa fonction de coordinateur de LFI : réactions », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le ).
  52. Jean Cittone, « Visé par une main courante, Quatennens assure qu'il n'y aura pas de « suites judiciaires » à son « divorce difficile » », sur lefigaro.fr, .
  53. Marie-Pierre Bourgeois, « La femme d’Adrien Quatennens dépose une main courante contre lui », sur bfmtv.com, .
  54. « En pleine procédure de divorce, la femme d'Adrien Quatennens dépose une main courante », sur lepoint.fr, .
  55. Jérémie Pham-Lê et Jean-Michel Décugis, « Soupçons de violences conjugales : enquête ouverte contre Adrien Quatennens après une main courante de son épouse », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  56. a et b « « J'ai donné une gifle » : le député Adrien Quatennens reconnaît avoir frappé son épouse et se retire de ses fonctions chez LFI », La Dépêche du Midi, (consulté le ).
  57. a et b Ludwig Gallet, « Quatennens également accusé de harcèlement par SMS : son épouse dépose une nouvelle main courante », Le Parisien, (consulté le ).
  58. « Affaire Quatennens : le député visé par une nouvelle main courante déposée par son épouse », Le Monde, (consulté le ).
  59. « Politique : Après deux mains courantes, Cécile Quatennens a porté plainte contre son mari, député de la France Insoumise », L'Indépendant (consulté le ).
  60. David Di Giacomo, « Affaire Adrien Quatennens : une plainte a été déposée par son épouse le 26 septembre », sur France Info, (consulté le ).
  61. « L’affaire Adrien Quatennens plonge La France insoumise dans l’embarras », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. « Le grand embarras de La France insoumise sur l’affaire Adrien Quatennens », L'Obs, (consulté le ).
  63. Trois raisons qui font de l'« affaire Quatennens » un vrai coup dur pour les insoumis, 20minutes.fr, 19 septembre 2022
  64. « Plus d’un millier de militants LFI et Nupes réclament l’exclusion définitive d’Adrien Quatennens, condamné pour violences conjugales », sur L'Obs, (consulté le ).
  65. « Adrien Quatennens: son épouse dénonce « des violences physiques et morales » depuis « plusieurs années » », sur BFM TV (consulté le ).
  66. « Affaire Quatennens: le député convoqué le 13 décembre devant le tribunal de Lille pour un « plaider-coupable » », sur BFM TV (consulté le ).
  67. Le Figaro avec AFP, « Violences conjugales : Adrien Quatennens condamné à 4 mois de prison avec sursis », Le Figaro, .
  68. « Violences conjugales : Adrien Quatennens condamné à quatre mois de prison avec sursis », Le Monde (consulté le ).
  69. « L'avocate d'Adrien Quatennens estime que la peine est "un avertissement solennel" », sur BFM TV, (consulté le ).
  70. « Affaire Quatennens : « cela a été directement orchestré depuis le ministère de l’Intérieur »... Le député LFI cible Gérald Darmanin », La Dépêche du Midi (consulté le ).
  71. « Darmanin porte plainte en diffamation contre Quatennens », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  72. « Adrien Quatennens : le gardien du temple insoumis », sur Politis.fr, 20190709 13:17 (consulté le ).
  73. a et b « Adrien Quatennens, la flamme du rock - Passion secrète », sur parismatch.com (consulté le ).
  74. David Kawika, « Adrien Quatennens : «Johnny sous la pluie, c’était mythique» », sur Libération (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :