Barbara Pompili

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barbara Pompili
Image illustrative de l'article Barbara Pompili
Fonctions
Secrétaire d’État chargée de la Biodiversité
En fonction depuis le
(5 mois et 19 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls II
Prédécesseur création du secrétariat d'État
Coprésidente du Groupe écologiste
à l'Assemblée nationale[N 1]

(3 ans 8 mois et 21 jours)
En tandem avec François de Rugy (2012-2015)
Cécile Duflot (2015-2016)
Successeur François de Rugy
Députée de la 2e circonscription de la Somme

(3 ans 8 mois et 21 jours)
Élection
Groupe politique Écologiste
Prédécesseur Olivier Jardé
Successeur Romain Joron
Biographie
Date de naissance (41 ans)
Lieu de naissance Bois-Bernard (France)
Nationalité Française
Parti politique Les Verts (2000-2010)
EELV (2010-2015)
Parti écologiste (depuis 2016)
Conjoint Christophe Porquier
Enfants 1 fille
Profession Assistante parlementaire

Barbara Pompili, née le à Bois-Bernard (Pas-de-Calais), est une femme politique française, députée écologiste de la deuxième circonscription de la Somme. Depuis la création du groupe écologiste de l'Assemblée nationale, elle est coprésidente du groupe avec François de Rugy, puis avec Cécile Duflot. Elle est membre d'Europe Écologie Les Verts (EELV) de l’année 2000 au [1] et rejoint l'année suivante le parti Écologistes ![réf. nécessaire], rebaptisé Parti écologiste. Le , elle est nommée secrétaire d’État chargée de la Biodiversité.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Elle passe son enfance à Liévin (Pas-de-Calais). Elle est diplômée de l'institut d'études politiques de Lille[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Assistante parlementaire chez les Verts[modifier | modifier le code]

Elle adhère aux Verts en 2000. Elle est chargée des relations avec la presse pendant la campagne présidentielle de 2002 de Noël Mamère. Durant les cinq années suivantes, elle travaille avec le député Yves Cochet en tant qu'assistante parlementaire, fonction qu'elle définit comme son métier[3].

Barbara Pompili se présente aux élections législatives de 2007 face à Jean-François Lamour (UMP) dans la 13e circonscription de Paris où elle recueille 2,29 % des suffrages exprimés ainsi qu'aux élections municipales de 2008 dans le 15e arrondissement de Paris face à Philippe Goujon (UMP) et recueille alors 4 % des voix.

De 2007 à 2012, elle est secrétaire générale adjointe du groupe de la Gauche démocrate et républicaine (GDR) à l'Assemblée nationale[2].

Députée du département de la Somme[modifier | modifier le code]

Elle est élue députée le dans la deuxième circonscription de la Somme en battant au second tour, avec 50,83 % des voix, le député sortant Olivier Jardé (Nouveau Centre), proche de Gilles de Robien dont il avait été le suppléant.

Le , elle est désignée coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, souhaitant partager cette fonction avec François de Rugy, bien que cette possibilité ne soit pas offerte par le règlement de l'Assemblée nationale[4]. Début , elle devient officiellement la présidente du groupe, malgré la coprésidence théorique : les deux coprésidents décident d’alterner la présidence officielle du groupe tous les six mois.

Elle est membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation, de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes et du groupe d'études sur l'intégration des personnes handicapées, dont elle est assure la présidence. Elle siège également au sein du groupe d'amitié « France-Madagascar », ainsi qu'au sein de deux organismes extra-parlementaires, la commission nationale pour l’autonomie des jeunes et la commission supérieure des sites, perspectives et paysages.

Favorable à un retour des écologistes au gouvernement et opposée aux accords électoraux avec le Front de gauche en vue des élections régionales de , elle partage la même analyse que Jean-Vincent Placé et François de Rugy qui quittent EELV en . Après avoir refusé un moment de suivre leur exemple[5], elle finit par quitter aussi le parti le [1],[6] et rejoint le parti Écologistes ! en 2016[réf. nécessaire].

Secrétaire d’État chargée de la Biodiversité[modifier | modifier le code]

Le , Barbara Pompili est nommée secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, auprès de la ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, Ségolène Royal, dans le gouvernement de Manuel Valls.

En mars 2016, dans le cadre des débats sur la loi biodiversité, elle doit retirer un amendement du gouvernement sur le préjudice écologique, suite à l'accusation de plusieurs acteurs de l'environnement comme Arnaud Gossement[7] et Delphine Batho[8] de constituer une régression inédite du droit de l'environnement et d'avoir été inspiré par les lobbys[9],[10].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Alliance avec le PS[modifier | modifier le code]

Dès son élection comme députée, Barbara Pompili affirme être en faveur d'une alliance parlementaire et gouvernementale avec le PS. Ainsi, en juin 2012, lorsque les députés écologistes votent blanc lors de l’élection du président de l’Assemblée nationale, pour protester contre la non-attribution par le PS de la présidence de la commission Développement durable, Barbara Pompili estime que l'« on ne quitte pas la majorité pour une histoire de poste »[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Barbara Pompili est la compagne de Christophe Porquier, ancien vice-président du conseil régional de Picardie et ancien membre d'EELV[12],[13],[14].

Elle est mère d'une fille née en 2003[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cependant, en raison du règlement de l'Assemblée nationale, seul François de Rugy est reconnu officiellement comme président du groupe. Barbara Pompili lui succède donc en et ils alternent depuis tous les six mois.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Raphaëlle Besse Desmoulières, « Barbara Pompili : « Je quitte Europe Écologie-Les Verts », sur le site du Monde,‎ (ISSN 1950-6244, consulté le 30 septembre 2015).
  2. a, b et c « Qui suis-je ? », sur BarbaraPompili.fr (consulté le 16 novembre 2015).
  3. « Mme Barbara Pompili - Somme (2e circonscription) - Assemblée nationale », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 7 septembre 2015).
  4. Sophie de Ravinel, « Ticket Rugy-Pompili à la tête du groupe EELV », sur le site du Figaro,‎ .
  5. « Contrairement à François de Rugy, Barbara Pompili est bien décidée à « se battre » au sein d'EELV », sur lelab.europe1.fr,‎ .
  6. « Barbara Pompili quitte à son tour EELV », sur le site du Figaro,‎ .
  7. Le gouvernement renonce à supprimer le principe pollueur-payeur, Coralie Schaub, Libération, 1er mars 2016
  8. Pollueur-payeur : naufrage évité pour l’exécutif, Lilian Alemagna Coralie Schaub, Libération, 2 mars 2016
  9. Le gouvernement met fin au principe pollueur-payeur... ou pas !, Raphaël Proust, L'Opinion, 1er mars 2016
  10. Le gouvernement sabote le préjudice écologique, Marine Jobert, Le Journal de l'environnement, 1er mars 2016
  11. Max Staat, « Alors que les députés élisaient, hier, le bureau de l'Assemblée nationale, André Chassaigne, député PCF-Front de gauche, s'interroge sur le sens de la mainmise du PS », L'Humanité,‎ (consulté le 22 mai 2016)
  12. Jean-Michel Roustand, « Barbara Pompili, l'écologie picarde à l'Assemblée nationale », sur lunion.presse.fr,‎ (consulté le 22 juin 2012).
  13. « EELV: le tête de liste dans la Somme claque la porte », sur La Voix du Nord,‎ .
  14. « Réactions suite au départ de Christophe Porquier d'EELV », sur France Télévisions,‎ (consulté le 12 octobre 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]