Olivier Becht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Olivier Becht
Illustration.
Olivier Becht en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 3 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 5e du Haut-Rhin
Législature XVe
Groupe politique LC (2017)
UAI (2017-2019)
UDI (depuis 2019)
Prédécesseur Arlette Grosskost
Maire de Rixheim

(9 ans, 6 mois et 8 jours)
Prédécesseur Bernard Hanser
Successeur Ludovic Haye
Conseiller départemental du Haut-Rhin
(vice-président du au )

(4 ans, 4 mois et 22 jours)
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Rixheim
Président Éric Straumann (2015-2017)
Brigitte Klinkert (depuis 2017)
Prédécesseur Canton créé
Président délégué de Mulhouse Alsace Agglomération

(9 ans, 7 mois et 20 jours)
Conseiller municipal de Rixheim
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Strasbourg (Bas-Rhin)
Nationalité française
Parti politique PS (1997-2005)
Agir (2017-)
Conjoint Livia Stoica-Becht
Diplômé de IEP de Strasbourg
ENA
université Paris II
Profession magistrat administratif
professeur associé des universités (Université de Haute-Alsace)

Olivier Becht est un homme politique français, né le à Strasbourg. Ancien maire (« centriste indépendant ») de Rixheim, président délégué de Mulhouse Alsace Agglomération et vice-président du conseil départemental du Haut-Rhin, il est député (Agir - La Droite Constructive) du Haut-Rhin depuis 2017.

Études et formation[modifier | modifier le code]

Olivier Becht obtient un baccalauréat ES (économique et social) en 1995 au lycée privé Jeanne-d'Arc de Mulhouse. Il poursuit ses études de 1995 à 1998 à l'Institut d'études politiques de Strasbourg où il se spécialise en service public.

De 1998 à 2000, il suit à Sciences-Po Paris une préparation au concours d'entrée à l'ENA. Il y est admis en 2000. De 2000 à 2001, il effectue son service national. En parallèle, il prépare un diplôme d'études approfondies (DEA) en finances publiques et fiscalité délivré par l'université Paris II Panthéon-Assas, qu'il obtiendra en 2001.

En 2002, il intègre l'ENA (promotion Léopold-Sédar-Senghor, la même que celle d'Emmanuel Macron)[1]. Il effectue alors de janvier à juillet un stage au sein du cabinet du préfet de la région Lorraine, Bernadette Malgorn. De 2002 à 2003, il est stagiaire auprès de l'Ambassadeur de France au Danemark, Régis de Belenet[2], pendant la présidence danoise de l'Union européenne.

À l'issue de son cursus d'énarque, il intègre la magistrature administrative[3]. Après une formation au sein du Conseil d'État d'avril à septembre 2004, il est affecté au Tribunal administratif de Nancy en qualité de conseiller[4], puis de Premier conseiller.

Olivier Becht exerce aussi depuis septembre 2008 les fonctions de professeur de droit, de géopolitique et de finances publiques à l'Université de Haute Alsace[5].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2001, il épouse Livia Stoica, haut fonctionnaire au Conseil de l'Europe[6]. Ensemble, ils ont un enfant né en 2012[7].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille centriste, Olivier Becht s'engage en 1992 aux côtés de Jacques Delors. Il devient alors président de la section alsacienne du club de réflexion politique « Témoin »[8].

Il rejoint la section du Parti socialiste de Rixheim en 1997, par opposition au maire d'alors, Bernard Hanser (RPR). En 1998, il fonde le groupe « Rixheim Vivre ensemble », qui se dit apolitique.

Le groupe d'Olivier Becht présente une liste aux élections municipales de 2001. Celle-ci réunit 31,66 % des voix. Au second tour, la liste de Bernard Hanser l’emporte avec 50,47 % des voix[9].

Olivier Becht s'engage en 2005 pour le « oui » au Traité établissant une Constitution pour l'Europe. Après le Congrès du Mans en 2005, il quitte le PS et devient sans étiquette. Il se définit comme « social-démocrate plutôt libéral », estimant que la liberté économique n'empêche pas de mettre en place des régulateurs sociaux et n'empêche pas le respect du droit des citoyens. Il déclare : « J'ai essayé pendant 12 ans de faire passer ces idées au PS. Mais nous avons passé plus de temps dans des querelles de chapelle que dans la rénovation du projet politique.[10] »

Maire de Rixheim[modifier | modifier le code]

En 2008, la liste conduite par Olivier Becht remporte les élections municipales à Rixheim dans le cadre d'une quadrangulaire : dès le premier tour, avec 56 % des voix, elle devance notamment celle du maire sortant, Bernard Hanser[11]. Il est élu maire par le conseil municipal le 15 mars 2008, devenant à 31 ans le plus jeune maire d'Alsace[12]. Il opère un redressement des comptes sans augmenter le taux des impôts locaux et sans emprunt[13][source insuffisante].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Olivier Becht participe en 2009 à la création de la grande agglomération mulhousienne, Mulhouse Alsace Agglomération.

Le 4 janvier 2010, il est élu président délégué[14] de Mulhouse Alsace Agglomération, chargé de l’attractivité et de la compétitivité du territoire. Il est l'un des principaux négociateurs de ses projets de développement, tels que le projet Mulhouse Eco 2020[15]. Il quitte ses fonctions de président délégué de l'agglomération début janvier 2017 pour se consacrer à la campagne des élections législatives mais continue de siéger au conseil d'agglomération[16].

Conseil d'Alsace[modifier | modifier le code]

À partir du début de l'année 2011, les présidents du conseil régional d'Alsace et des conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin se déclarent favorables à une « union des conseils généraux et régionaux »[17]. Il fait partie du groupe projet du Conseil unique d'Alsace[18]. Il défend d'autres évolutions dans le même cadre : la fusion des universités alsaciennes[19], le raccordement ferroviaire de l'aéroport de Bâle-Mulhouse[20] ou le Pôle métropolitain Strasbourg-Mulhouse-Colmar.

Élections législatives de 2012[modifier | modifier le code]

Olivier Becht se présente aux élections législatives de 2012 en tant que centriste indépendant[21] comme candidat suppléant dans la 5e circonscription du Haut-Rhin auprès d'Arlette Grosskost, députée sortante[22]. Celle-ci est réélue avec 55,76 % des voix exprimées[23].

Conseiller départemental du Haut-Rhin[modifier | modifier le code]

Après l’échec de la fusion des départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin pour un Conseil unique d’Alsace auquel il était favorable[24], Olivier Becht se porte candidat aux côtés de Patricia Fuchs aux élections départementales de 2015[25]. Après être arrivé nettement en tête au premier tour[26], le binôme est élu au second tour avec 71,3 % face au binôme présenté par le Front national[27].

Olivier Becht devient dans la foulée vice-président du conseil départemental du Haut-Rhin[28],[29] chargé des questions économiques et de droit local. Il conserve cette fonction jusqu'au 12 juillet 2017, date à laquelle il démissionne après avoir été élu député[30].

Député[modifier | modifier le code]

Olivier Becht se présente aux élections législatives de 2017[31] avec pour suppléante Bernadette Groff, maire de Brunstatt-Didenheim[32],[33]. Devancé au premier tour par Cécile Lehr (République en marche), il est élu face à celle-ci député de la cinquième circonscription du Haut-Rhin avec 57,7 % des voix au second tour.

À l’Assemblée nationale, il rejoint le groupe Les Constructifs. Il est ensuite l'un des co-fondateurs d'Agir, la droite constructive[34], chargé spécifiquement de la coordination des idées, aux côtés de Fabienne Keller[35]. Il devient également, lors de son congrès fondateur, porte-parole national du parti[36]. En octobre 2018, à la suite de l'entrée de Franck Riester au Gouvernement, Olivier Becht est élu président délégué du groupe des Constructifs, devenu UDI-Agir et indépendants[37] à l'Assemblée nationale[38].

Membre de la commission de la Défense nationale et des Forces armées, il défend le budget lorsque celui-ci subit une baisse[39]. Au sein de cette commission, il est rapporteur de la mission sur la numérisation des armées[40] et de la mission sur la défense spatiale[41]. Il est par ailleurs l'auteur d'une proposition de loi[42] portant modernisation de la laïcité et des relations entre l'Etat et les cultes[43].

Conseil de l'Europe[modifier | modifier le code]

En juillet 2017, Olivier Becht est élu membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Il y représente la France en qualité de vice-président de la délégation française à l'Assemblée parlementaire. Il siège au groupe ALDE. En mars 2019, il est élu rapporteur général pour l'évaluation de l'impact de la science et de la technologie.

Japon[modifier | modifier le code]

Passionné de culture japonaise, Olivier Becht devient en 2017 président du Centre européen d'études japonaises en Alsace (CEEJA) et de l'Agence Alsace Japon (AJA)[44]. Il est également vice-président du groupe d'amitié France-Japon à l'Assemblée nationale[45] et membre du bureau du centre Europe-Japon pour la coopération industrielle placée auprès de la Commission européenne. Il suit des dossiers comme des implantations d'entreprises japonaises en Europe[46], la création d'un centre européen d'art japonais Takumi[47], la création d'une bibliothèque japonaise en Europe, la création d'un hôtel d'entreprises pour start-up japonaises ou encore le projet d'un musée européen du Manga[48].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clément Le Foll, « Les diplômés de grandes écoles surreprésentés à l’Assemblée nationale », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 4 janvier 2018)
  2. http://www.ambafrance-dk.org/IMG/pdf/LettreConsulat9.pdf
  3. Arrêté du 9 avril 2004 portant affectation aux carrières des élèves de la promotion 2002-2004 « Léopold Sédar Senghor » de l'Ecole nationale d'administration ayant terminé leur scolarité au mois de mars 2004, élèves issus des concours externe, interne et troisième concours (lire en ligne)
  4. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000439290
  5. http://www.campus-fonderie.uha.fr/fr/equipe-pedagogique-centre-de-Preparation-aux-concours-admini/equipe-pedagogique-centre-de-preparation-aux-concours-admini.html?highlight=becht
  6. http://sitemap.dna.fr/articles/200908/07/juriste-et-diplomate,mulhouse,000002286.php
  7. http://www.ville-rixheim.fr/discours_voeux_2016.pdf
  8. http://sitemap.dna.fr/articles/200802/26/une-2e-chance-pour-olivier-becht,mulhouse,000013161.php
  9. http://www.interieur.gouv.fr/content/download/1855/19461/file/resultats_communes_plus_9000h_T1T2_municipales_2001.zip
  10. L'Alsace, 12/07/2009, « Un an après... Olivier Becht ou la passion de la politique »
  11. http://www.lexpress.fr/resultats-elections/municipales-2008-rixheim-68170_375274.html
  12. http://sitemap.dna.fr/articles/200803/16/olivier-becht,region,000009314.php
  13. https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/EzPublish/ACALR201611.pdf
  14. http://sitemap.dna.fr/articles/201002/11/une-vision-nouvelle,mulhouse,000005121.php
  15. http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/68/actualite/collectivites/strategie-territoriale-mulhouse-en-echo-a-strasbourg-03-02-2012-144082.php
  16. https://www.lalsace.fr/actualite/2018/01/30/150-ans-a-feter-tous-ensemble
  17. https://www.20minutes.fr/politique/660902-20110128-politique-union-alsacienne-richert-referendum-fin-2011
  18. http://www.rue89strasbourg.com/reunion-du-groupe-projet-sur-le-conseil-unique-dalsace-22920
  19. http://www.tc-alsace.eu/forums/viewtopic.php?f=12&p=3373
  20. http://www.region.alsace/sites/default/files/fichiers/actualite/comptes-rendus_-_reunions_du_groupe_projet.pdf, p.128
  21. http://www.dna.fr/edition-de-mulhouse-et-thann/2012/06/06/guerre-de-succession
  22. http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2012/05/16/arlette-grosskost-en-phase-de-transmission
  23. https://www.francetvinfo.fr/elections/resultats/haut-rhin_68/haut-rhin_5eme-circonscription
  24. http://www.dna.fr/politique/2013/03/10/un-nouvel-elan
  25. http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2015/01/17/canton-de-rixheim-olivier-becht-et-patricia-fuchs-font-equipe
  26. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2015/(path)/departementales-2015//068/06813.html
  27. http://www.lalsace.fr/actualite/2015/03/29/rixheim
  28. http://www.haut-rhin.fr/lassemblee-departementale-et-ses-commissions-2015.html
  29. Haut-Rhin Magazine, Vos Conseillers départementaux - Supplément, Colmar, (lire en ligne), page 18
  30. https://www.lalsace.fr/actualite/2017/06/24/une-succession-et-deux-demissions
  31. http://www.lalsace.fr/haut-rhin/2016/06/05/becht-en-lice-dans-la-5e-circonscription
  32. http://www.dna.fr/edition-de-mulhouse-et-thann/2016/06/04/olivier-becht-un-franc-tireur
  33. http://www.lalsace.fr/actualite/2016/06/05/legislatives-olivier-becht-prend-ses-amis-de-court
  34. « «Agir, la droite constructive», une nouvelle force politique à droite », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2018)
  35. « Organigramme d'Agir - La Droite Constructive », sur agir-ladroiteconstructive.fr (consulté le 4 janvier 2018)
  36. http://www.leparisien.fr/politique/agir-une-nouvelle-chapelle-pour-les-deputes-de-centre-droit-16-09-2018-7890870.php
  37. http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/11/28/25001-20171128ARTFIG00196-le-groupe-des-deputes-constructifs-rebaptise-udi-agir.php
  38. https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/10/16/avec-la-nomination-de-franck-riester-le-parti-agir-se-rapproche-de-la-majorite_5370353_823448.html
  39. « VIDEO. Le général François Lecointre nommé chef d’état-major des armées », sur www.20minutes.fr (consulté le 4 janvier 2018)
  40. https://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/la-numerisation-des-armees-un-enjeu-de-souverainete-majeur-rapport-parlementaire_2013004.html
  41. https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/la-france-doit-avoir-des-armes-dans-l-espace-olivier-becht-depute-udi-804106.html
  42. http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion1314.asp
  43. https://www.lalsace.fr/actualite/2018/10/14/becht-veut-moderniser-la-laicite
  44. https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2017/09/01/le-temps-venu-des-petites-entreprises
  45. http://www2.assemblee-nationale.fr/instances/fiche/OMC_PO733307
  46. https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2017/09/01/le-temps-venu-des-petites-entreprises
  47. https://www.lalsace.fr/haut-rhin/2017/09/01/un-centre-de-restauration-d-oeuvres
  48. https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/12/04/un-musee-europeen-du-manga-en-reflexion-en-alsace_5392526_4408996.html

Liens externes[modifier | modifier le code]