Chlef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chlef

De haut en bas, de gauche à droite : La cité administrative, siège de la Wilaya de Chlef à gauche ; Esplanade de la solidarité au centre ville de Chlef ; Centre culturel islamique et mosquée (Chahid Abd El Kader Dahnane) au centre ville ; Hôtel Mirador, route de la gare ; BD Abd El Hamid Iibn Badis ; La gare ferroviaire à Chlef (Hôtel Les orangers en arrière plan); Rue de la wilaya (à droite le siège de la wilaya, à gauche la mosquée "Saoudi" au fond de l'image Hôtel Mirador)
Siège wilaya Chlef.jpg
Esplanade de la solidarité.jpg Mosquée Saudi for wiki.jpg
Route de la gare.jpg BD Abd El Hamid Iibn Badis.jpg
Gare Chlef wiki.jpg
Siège de la Wilaya 2.jpg
Noms
Nom arabe الشلف
Nom berbère Clef
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Chlef
Daïra Chlef
Président de l'APC Hassen Delihere[1]
(2017-2022)
Code postal 02000
Code ONS 0201
Démographie
Population 215 049 [2] hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 36° 10′ 26″ nord, 1° 20′ 12″ est
Superficie 125.83[3] km2
Localisation
Localisation de Chlef
Localisation de la commune dans la wilaya de Chlef.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Chlef

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Chlef

Chlef (prononcé [ ʃlɛf ]) Écouter (en arabe: الشلف, en berbère: ⵛⵍⴻⴼ), anciennement Castellum Tingitanum à l'époque romaine, Orléansville à l'époque française, puis El-Asnam après l'indépendance, est une commune algérienne située dans le nord du pays, dans la Wilaya de Chlef dont elle est le chef-lieu, Chlef est à mi-chemin entre Alger la capitale et Oran deuxième ville du pays.

La ville comptait 215 049 habitants en 2018, soit environ 20% de la population de la Wilaya de Chlef [4].

Se situant dans une zone sismique, la ville a connu deux tremblements de terre dévastateurs. Le premier le (bilan : 1 340 morts et 5 000 blessés)[5], et le second le qui a ruiné la ville en détruisant 80 % de sa structure (plus de 3 000 morts et près de 8 000 blessés) [5]. Après ce nouvel événement tragique, la ville a changé de nom de El Asnam à Chlef en 1982, qui provient du nom du cours d'eau qui la traverse en l’occurrence Oued Chlef.

Surnommé la ville des oranges [6], Chlef célèbre chaque année "La Fête des oranges"[7], la ville est considérée comme l'une des villes Agrumicoles les plus importantes du pays. Sur le plan économique la ville est un grand carrefour de transit et d’échange du commerce en plein croissance[7].

La ville abrite aussi l'une des plus prestigieuses écoles du pays, "El Médersa El Khaldounia" fondée en 1935 [8], l'école enseigne la jurisprudence religieuse, La Grammaire, les mathématiques, l'astronomie, l’histoire, la géographie et la culture arabo-islamique[7].

Sommaire

Situation[modifier | modifier le code]

Chlef est située au cœur de la vallée du Chelif, au milieu d'une vaste plaine comprise entre les reliefs de Medjadja intégrée à la chaîne du Dahra au nord et les monts de l'Ouarsenis au sud, au lieu de confluence de l'Oued Chélif et de l'oued Tsighaout.

Située au centre de la wilaya de Chlef, la commune de Chlef est limitée par les communes de Ouled Fares et Labiod Medjadja au nord, la commune de Chettia à l'ouest, la commune de Oued Sly au sud-ouest, la commune de Sendjas au sud, la commune de Harchoun au sud-est et la commune d'Oum Drou à l'est.

Le tableau suivant présente les grands liens routiers autour de la ville de Chlef
Destination Voie routière Distance Temps de parcours automobile (sans pause)
Alger Autoroute Est-Ouest 205 km 2 h
Oran Autoroute Est-Ouest 215 km 2 h 15
Mostaganem A1 et N90A 145 km 2 h 10
Tiaret N90 128 km 2 h 40 aujourd'hui, 1 h 30 minutes par 2×2 voies (En cours)[9]
Relizane Autoroute Est-Ouest 98 km h 15
Tlemcen Autoroute Est-Ouest 315 km 3 h 10
Sétif Autoroute Est-Ouest 459 km 5 h
Constantine Autoroute Est-Ouest 582 km 6 h 10
Annaba Autoroute Est-Ouest 742 km 8 h
Tunis A1 (ALG) et A3 (TUN) 1 015 km 12 h 20
Communes limitrophes de Chlef
Ouled Fares Ouled Fares • Labiod Medjadja Labiod Medjadja
Chettia Chlef Oum Drou
Oued Sly Sendjas Harchoun

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La ville se situe dans la plaine du Chelif appartenant au Tell occidental algérien et correspond à une vaste cuvette intra-montagneuse, ce bassin se caractérise par 3 sillons séparés par des chaines montagneuses: les reliefs de Medjadja et la chaîne du Dahra au nord et les monts de l'Ouarsenis au sud[10].

Chlef vue depuis les bords du Oued de Chlef (Entrée Nord Route W3)

Implantée dans une vallée alluvionnaire augmentant ainsi le risque sismique, la ville de Chlef a été frappée à deux reprises par des séismes dévastateurs en 1954 et en 1980[11].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chelif.

Au sein de la ville de Chlef coulent plusieurs cours d'eau, le Chelif est le plus important d'entre elles et le plus important en Algérie avec ses 700 km de long. Il prend sa source près de Djebel Amour et se jette dans la mer Méditerranée à quelques kilomètres de Mostaganem[12].

Autrefois La navigation était possible dans ce fleuve, un navire à vapeur y a même coulé en 1885[13].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat à Chlef est un climat tempéré chaud d'une variabilité annuelle et interannuelle on parle généralement de climat semi-aride, se caractérise par un été très chaud et d'un hiver pluvieux et froid . La température moyenne à Chlef est de 19,1 °C[14] et la Précipitation totale annuelle se mesure à 394 mm[15].

Les températures les plus basses sont donc enregistrées en décembre, janvier et février, avec des températures qui ne dépassent pas les 12 °C. En revanche l'été, le mercure enregistre des températures élevées pouvant atteindre les 44 °C [16] durant les mois de juillet et d’août.

La région a connu durant la dernière décennie des cycles de sécheresse, la plus marquée est celle qui s'étale de 1988 à 1994.

Distribution de la vitesse du vent à Chlef[17]

Les précipitations moyennes annuelles en pluviométrie restent inférieures à 260 mm. Généralement La pluie tombe sous forme d'averses de courte durée donc de forte intensité causant ainsi des inondations en quelques endroits de la plaine. Le mois de janvier est le mois le plus pluvieux et le mois d'aout est le plus faible.

La vitesse du vent jouant un rôle sur la dégradation mécanique du sol et sur l'amplitude de la température, les variations sont considérables dans la zone ou le couvert végétal est absent.On peut conclure que Chlef est une région à l'atmosphère peu agitée, tout au moins pas plus agitée que celle du reste de l'Algérie. Il existe évidemment des jours de vent assez violent, au printemps surtout, mais ils restent exceptionnels. Il constitue ainsi un agent d'érosion efficace dans les régions à couverture végétale faible nulle, surtout durant la période sèche où beaucoup de sols acquièrent une structure micro-polyédrique (pseudo sables) à la surface voire poudreuse dans d’autres cas

L’humidité relative de l’air est généralement plus élevée le matin pour tous les mois, elle est de l’ordre de 65 à 75 % en hiver et après de 35 % en été. Elle peut compenser en un certain degré l’absence ou la rareté des précipitations en favorisant le développement des plantes.Le mois le plus humide est le mois de décembre, par contre, le mois le plus sec est le mois de juillet[18].

Données climatiques à Chlef.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6,5 7,3 10,2 13,5 16,4 25,2 24,7 25,2 21,6 16 10,7 7,3 15,38
Température moyenne (°C) 11 12 13 16 20 25 29 29 26 20 15 11 18,91
Température maximale moyenne (°C) 13,1 14,3 17 18,6 24,1 29,1 33,4 33,2 29,1 23,5 17,5 13,5 22,2
Précipitations (mm) 54 44 38 37 35 9 1 2 18 41 58 57 394
Source : Climate-data.org[19].
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
13,1
6,5
54
 
 
 
14,3
7,3
44
 
 
 
17
10,2
38
 
 
 
18,6
13,5
37
 
 
 
24,1
16,4
35
 
 
 
29,1
25,2
9
 
 
 
33,4
24,7
1
 
 
 
33,2
25,2
2
 
 
 
29,1
21,6
18
 
 
 
23,5
16
41
 
 
 
17,5
10,7
58
 
 
 
13,5
7,3
57
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Rond point jet d'eau Cité Benssouna (Trémie sur RN4 Vers Oran)

Le tissu urbain de la ville de Chlef qui est formé d’une juxtaposition d’unités distinctes, composés initialement par des anciens quartiers coloniaux, des sites préfabriqués très éclatés réalisés pour le relogement des sinistrés du tremblement de terre de 1980.

Il existe trois types de constructions :

Le bâti ancien[modifier | modifier le code]

Ce bâti ancien est ce bâti rescapé des secousses successives qui ont touché la région. Il est très réduit et le plus souvent ce sont des constructions en maçonnerie à un seul niveau. Le même type de construction se rencontre parfois au centre des agglomérations avec un et deux niveaux à la suite du renforcement de l'après séisme de 1954.

Le bâti préfabriqué[modifier | modifier le code]

L’important programme d'urgence de relogement en préfabriqué dans la zone sinistrée constitue plus de 20 ans après le plus grand parc immobilier (13 000 chalets uniquement

Vue sur l'hôtel Les Orangers (Hey Meddahi "Zeboudj")

pour la ville d’El-Asnam, désormais Chlef).

Le bâti moderne[modifier | modifier le code]

On désigne sous ce terme les constructions édifiées après le 10 octobre et celles ayant fait l'objet de réparation à la suite des dommages du 10 octobre. Ce type obéit à une réglementation très sévère produite sur les enseignements du séisme de 1980. Il y a lieu de souligner le plus grand soin qui est apporté depuis à la conception structurale sans en négliger la conception architecturale et l'esthétique de la construction.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville provient du nom de l'oued Chlef, connu dans l'Antiquité sous le nom Chinalaph, et dérivant probablement du berbère asif ou acif, signifiant « oued », « rivière » ou « fleuve »[20].

L'historien Mohamed Tiab, dans un article paru dans l’hebdomadaire "Le Cheliff" avait écrit "Les phéniciens qui avaient installé des comptoirs le long de la côte algérienne et qui s’introduisaient de temps à autre dans l’intérieur du pays, on baptisé l'actuel Oued Chelif « Chinalaph », qui signifie en phénicien, le déversement  des torrents en grandes quantités à partir des cascades et des pentes abruptes, creusées dans les monts d’Amor. Le « Chéliff » ou « Chlef »,  n’est autre que la déformation du terme Chinalaph."[21]

Histoire[modifier | modifier le code]

Capitale de la plaine du Cheliff, Orléansville puis El Asnam (les idoles), chef-lieu de wilaya depuis 1956. Arrondissement depuis juillet 1875. L’antique Castellum Tingitanum (le château de Tingitius).Ville fortifiée des romains. Baptisée officiellement- Ech Cheliff- en vertu du décret no 81-106 du 26 mai 1981. Depuis l’arrivée des arabes (l’historien El Bakri nous indique que c’est ville verdoyante), puis Orléansville à partir du 16 mai 1843 (en mémoire du duc d’Orléans, fils du roi de France Louis Philippe), Rebaptisée El Asnam en vertu de l’ordonnance no 63-421 du 28 octobre 1963. Promue au rang de commune de plein exercice par décret impérial du 31 décembre 1856 (elle fut le siège d’un commissariat civil à partir de novembre 1851 et de commune mixte du Cheliff dès 1888)[22].

La période romaine[modifier | modifier le code]

Durant cette période les romains eurent tendance à exercer leurs autorité au niveau la région nord africaine à travers des rois berbères élevés à Rome. L'Afrique du Nord fut divisée en deux territoires à partir de l'an 40, la Maurétanie césarienne qui réunissait les régions centrales et orientales de l'Afrique du nord, et la Maurétanie tingitane d’où vient le nom romain de la ville de Chlef "Castellum Tingitii" qui s'étendait du Maroc à l'est jusqu'au sud des régions de Chlef.[23]

La région fut christianisée au temps de la décadence romaine. L'une des plus importante Basilique chrétienne d'Afrique fut édifiée à Castellum Tingitianum en 324 par Saint Réparatus (mort en 473). Puis vint l’invasion vandale et ensuite l’époque Byzantin. Voila que que le christianisme gagna l’Ouarsenis[23].

Les structures de la ville furent ensuite réduites à néant à cause d'un très fort séisme[24] qui frappa la région au Ve siècle[25].

Conquête arabe[modifier | modifier le code]

En 674, le général arabe Abou al-Mouhajir Dinar à la tête d'une expédition des musulmans contre Byzance conquis la région du Maghreb centrale (Algérie) et vainquit les Cyziques[26],[27], la région fut donc islamisée par les généraux musulmans et la première mosquée en Algérie fut érigée sur la Basilique de Saint Optat de Milev (Wilaya de Mila)[28]. Puis avec l’installation des royaumes berbéro-arabe, la région du Chéliff fut saccagée par des affrontements de troupes militaires des Zirides d’Achir ou plus tard par les Abdalwadides de Tlemcen qui y traversaient[22].

La ville de Chlef fut le théâtre d'une bataille dite "Ghazwat El-Achraf [bataille des nobles]" en 740 [26]sous le commandement du chef Zénète Maysara al-Matghari contre le pouvoir des Omeyyades, Il en résulte une grande victoire des berbères sur les Arabes[26].

Selon Ibn Khaldoun, Chlef a été le royaume de la grande dynastie berbère des Maghraouas[29].

Période Ottomane[modifier | modifier le code]

Durant cette période, une moitie de la région du Chéliff dépendait du Beylik du Titteri (Médéa) et l’autre du Beylik de l’Ouest (Mazouna, Mascara puis Oran). De véritables combats se sont déroulé dans la plaine dés Chéliff entre les Zianides de Tlemcen et les armées turques qui se rendaient à l’ouest. Grâce au concours des habitants du Chéliff, enrôlés dans les rangs du Bey Mohamed El Kebir, expulsèrent en 1708 les Espagnols d’Oran. Le sultan du Maroc, fut même refoulé, après avoir essayé de s’emparer de l’Oranie. Plusieurs européens, furent expulsés au XIXe siècle en voulant s’approcher de la côte Chélifienne. L’affaire du Baunel en 1803 n’est que l’illustration.

Occupation française[modifier | modifier le code]

La région du Chéliff fut occupée par l'armée française en 1840[30], à partir du 16 mai 1843 la ville changea de nom d'El Asnam à Orléansville[31] et fut décrétée comme ville par Ordonnance royale le 14 août 1845[31]. Après une guerre féroce livrée aux troupes françaises à partir de 1956 lors de Guerre de libération nationale, la région fut délivrée définitivement en juillet 1962.

Les débuts de la ville naissante de Chlef 1843-1860[modifier | modifier le code]

Lorsque la commune d'Orléansville fut constituée aux termes du décret du 31 décembre 1856[31] et commença de vivre de sa vie propre en juillet 1857 [32], date de l’installation du premier conseil municipal de la ville, il y avait quatorze ans qu'Orléansville avait été fondée sur les ruines de l’ancienne cité romaine de Castellum Tingitanum (1843)[31] et il y avait cinq ans que l’administration civile y avait été installée par la création du commissariat civil d'Orléansville (décret du 02 novembre 1851)[31].

Blason Orléansville

La voirie de la ville et le village de la Ferme (l’actuelle Hay El Houria) étaient en très mauvais état. Le service des eaux potables était nul pour le chef-lieu et ce dernier était alimenté par trois bornes fontaines ou au moyen de haquets ramenés de l'lOued du Chelif Et pas un seul puits à la Ferme. Les colons avaient construit eux-mêmes des puits dans leurs propres habitations.

Le village de la Ferme n’était reliait à Orléansville que par un pont de fortune construit en bois [33]dit « Pont à l’américaine » jeté sur le Chelif. Ce pont devenu vétuste et très affecté par les formidables crues de l'lOued du Chelif, sera démoli en cédant la place à un autre ouvrage construit partie en pierres et partie en métal.

Orléansville ne possédait ni école des garçons, ni Mairie ; ni Presbytère, ni halle, ni marché couvert ; ni lavoir, ni prison civile ; ni égouts. Il y avait qu’une église de dimensions réduites, une école des filles, un asile dans d’assez bonnes conditions et un service d’éclairage très mal constitué et abandonné depuis longtemps par l’entrepreneur. Notons que le rail n’a pas encore traversé l’immense plaine du Chéliff. Le transport se faisait à l’époque en diligence. La ville d'Orléansville englobait au 31 décembre 1853, une population totale estimée à 1 286 habitants dont 1090 agglomérés au chef-lieu, soit 84,75% (la population européenne citadine représentait près de 64% et la population arabe atteignit à peine le chiffre de 20%). La population éparse de la banlieue ne dépassait pas  les 15% dont près de 12% était européenne (tableau de recensement du 15 mars 1854)[34]. Quatre ans après (1857), la population Orléansvilloise s’élevait à 2 021 habitants dont 1664 foyers européens (82% de la population totale), soit une hausse de 6% par rapport à celui du recensement de 1853[34]. À partir du 28 avril 1854, le bureau de police institué en ville depuis quelques années est érigé en commissariat de police[34]. Une année après (23 avril 1855) une justice de paix, qui dépendant du tribunal d’Alger est mise en place à Orléansville[34]. Revenons à Orléansville, une régie communale d'éclairage public de la ville est créée à partir du 05 janvier 1856 pour assurer le bon déroulement du service depuis longtemps fonctionnant mal[34].

Les premiers noyaux de la résistance populaire dans la plaine du Cheliff[modifier | modifier le code]

Le colonel Eugène Cavaignac, est investit par le général Bugeaud dès le mois d’avril 1843[35], du commandement de la subdivision d’El-Asnam (le nom d'Orléansville n’est pas encore attribué à la future ville naissante).

Bugeaud qui après avoir laissé à El-Esnam quatre bataillons sous les ordres du colonel Eugène Cavaignac, s’est dirigé sur Ténès pour fonder une  nouvelle ville sur l’ancienne cité romaine de Cartenae[36]. Le 16 mai,  par décision du ministre de la guerre le maréchal Soult, le camp à demeure d’El Esnam,  est baptisé  « Orléansville », en mémoire du Duc d’Orléans Ferdinand-Philippe d'Orléans, fils du roi de France  tué  accidentellement dans la banlieue parisienne  à Neuilly-sur-Seine  au mois de juillet 1842[37].

En mars 1844 le jeune Mohamed Benabdellah (1821-1890), surnommé – Bou Maza (l’homme à la chèvre comme le surnommé les français) leva l’étendard de la révolte dans le Dahra en déclarant la guerre à l’occupant français[38].

Une autre personnalité surgit sur la scène des opérations dès le mois de novembre 1844[39]. Leroy de Saint-Arnaud, colonel du 33e régiment de ligne, futur ministre

de la guerre, commandait la nouvelle  subdivision d'Orléansville en remplacement de Cavaignac muté à Tlemcen[38].  

Le 04 mai 1845, Boumaza, fait frapper un siège en règle autour de la ville d'Orléansville[40] , Saint-Arnaud, très ennuyé par la résistance grandissante de Boumaza dans différents points de la subdivision. Il alla bivouaquer chez les Beni Merzoug dans les monts du Dahra pour mieux contrôler tous les mouvements des éléments de la résistance. Il reconnait lui-même dans une lettre transmise le 06 décembre de son bivouac à son frère à Paris et dont il avait griffonnait à la hâte quelques phrases qui démontraient son grand embarras : «Je suis depuis le 1er à courir jour et nuit, c’est le mot, car en six jours, j’ai fait trois marches de nuit. Aussi suis-je très fatigué et mes troupes aussi, mais nous avons fait beaucoup de mal à l’ennemi. Je poursuis à mort les chérifs, qui poussent comme des champignons.»     [41]

L’Emir Abdelkader et Boumaza inquiétaient sérieusement Bugeaud, Saint-Arnaud et les autres colonels. « Je suis devenu l’homme des bivouacs, et l’aspect d’une maison m’effarouche comme un sauvage qui n’a jamais rien vu » reconnait le colonel Saint-Arnaud le 27 décembre 1845[41].

Orléansville, vue aérienne, coté ouest, quartier des écoles, collège (Le 05 mars 1953)

Après des opérations de grandes envergures, Cheikh Boumaza finit par se rendre le 13 avril 1847[42]. «BOU-MAZA est entre mes mains ! Il est ici depuis deux heures. C’est un beau et fier jeune homme! Nous nous sommes regardésdans le blanc des yeux», écrit Leroy de Saint-Arnaud dans une courte lettre du 13 avril 1847, adressée à son frère. Plus tard, il prend la peine de s’étendre plus pour décrire le personnage: «BOU-MAZA n’est pas un homme ordinaire. Il y a en lui une audace indomptable jointe à beaucoup d’intelligence, dans un cadre d’exaltation et de fanatisme»[42],[38]

Chlef pendant la guerre de révolution 1954-1962[modifier | modifier le code]

Marquée dans sa chair depuis l’arrivée de l’occupant français, la région de Chlef, à l’instar de toutes les autres contrées d’Algérie, répondra favorablement à l’appel du 1er novembre 1954. 

Parmi les martyrs de la régions figurent notamment Abdelkader Mekkaoui (27 ans) et Maâmar Sahli (33 ans) qui seront condamnés à mort en juin 1957 et guillotinés en décembre de la même année. D’autres enfants de Chlef  les rejoindront sur l’autel du sacrifice, parmi lesquels beaucoup de sportifs du monde du football ou de l’athlétisme de la plaine de Chlef, à l’instar de Ferdji, Bibi, Klouche…

Le musée El Asnam[modifier | modifier le code]

Patrimoine de musée EL Asnam

En visitant la poudrière d’El Asnam qui fait aujourd’hui office de musée, j’ai pu me faire une idée, vague il faut le dire, sur les différentes étapes par lesquelles est passée notre ville plusieurs fois centenaires et qu’expriment à merveille tous les vestiges qui y sont exposés. Les pièces archéologiques présentes à l’intérieur de la poudrière et dans sa petite cour que prolonge l’actuelle siège de l’APC de Chlef sont un condensé de l’histoire tumultueuse de la vallée du Chélif. Certes, on sait que des hommes ont vécu depuis les temps les plus reculés dans cette plaine bordée de deux massifs majestueux, l’Ouarsenis et le Dahra, refuges naturels et quasi-imprenables pour les occupants de l’actuelle ville et ses alentours qui, de tout temps, ont dû affronter des ennemis avides de la conquérir pour ses riches terres agricoles et pour sa position militaire stratégique. L’une des curiosités du musée d’El Asnam est sans conteste les restes de l'ancienne basilique Saint-Reparatus qui a été édifiée en 275 après J-C, et détruite par un violent tremblement de terre en 475. En 1894, des fouilles organisées par des archéologues français permirent de mettre à jour les ossements de l'évêque saint Reparatus et de très belles mosaïques qui se trouvent actuellement dans la cathédrale du Sacré-Cœur d'Alger. On pense que c’est la plus ancienne église du monde chrétien authentiquement datée. Les mosaïques qui tapissaient le sol de la basilique Saint-Reparatus ont tapissé les murs de l’église Saint-Jeanne-d’Arc construite par les colons au début du XXe siècle. La ville est reconstruite en 1843 sur les ruines du fort romain Castellum Tingitanum.

En pénétrant à l’intérieur du bâtiment de forme circulaire, le visiteur est transporté vers une autre époque, celle des vestiges comme des fours à briques, des cercueils en bois de cèdre, des moulins en pierre troncs coniques, des lampes funéraires, des poteries, des médailles d’or, d’argent et de bronze, et des tablettes de marbres représentant des autels. Et la conquête française de l’Algérie. En témoigne le buste en bronze de Paul

Patrimoine dans le musée d'EL asnam

Robert ancien maire de la ville, né à Orléansville (El Asnam – Chlef) tué en duel à Alger en avril 1910. Le regard est attiré aussi par le piano qui trône à l’intérieur de l’édifice ramené dans les bagages d’un colon en 1849. On put admirer également une

collection d’armes de guerres constituée de fusils et de lames utilisées durant la colonisation de la vallée du Chélif. Pêle-mêle sont exposés des ustensiles de cuisine, des tapisseries anciennes du sud du pays, des objets usuels en cuir et des tenues traditionnelles de plusieurs régions d’Algérie[43].

En vérité, le musée El Asnam est une halte obligée pour tous ceux et celles qui s’intéressent à l’histoire de l’Algérie. Certes, la collection muséologique n’est pas très riche comparée à celles qu’abritent les grands musées nationaux, mais le détour vaut la peine. La poudrière ou «dar el baroud» comme appelée en arabe a été construite en 1847 sur ordre du général Cavaignac dont un buste en bronze est exposé au musée national Abdelmadjid Meziane de Chlef. Ce général sanguinaire voulait en finir avec la résistance algérienne, farouche il faut le noter, qui a obligé l’occupant français à envoyer des colonnes de fantassins et des dizaines de pièces d’artillerie pour en venir à bout. C’est au lendemain de l’indépendance que l’idée de faire de ce lieu un musée local a germé. Situé en plein cœur de la ville, pratiquement à quelques mètres de la vieille mosquée, la poudrière est un édifice qui attire le regard par sa forme architecturale atypique et par les matériaux avec lesquels il a été construit. Quoi de mieux donc pour en faire un lieu de mémoire qui rappelle aux Algériens les sombres années de la conquête coloniale qui a vu une armée moderne massacrer des centaines de milliers de civils qui refusaient la soumission et l'esclavage[43].

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Assemblée populaire communale[modifier | modifier le code]

L'Assemblée populaire communale (APC) actuelle a été élue lors des élections municipales du 23 novembre 2017.

Répartition des sièges (33 sièges)[44]

Parti Abréviation Sièges Taux
1 Rassemblement national démocratique RND 14 42.42%
2 Front de libération nationale FLN 10 30.30%
3 Mouvement populaire algérien MPA 05 15.15%
4 Parti algérien vert pour le développement 04 12.12%

Commissaires civils et Maires [45][modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Chlef.
Siège de l'APW à Chlef

Depuis l'installation d'une administration civile par la création du commissariat civil d'Orléansville en 1851, 45 maires et commissaires civils se sont succédé à Chlef, répartis comme suit:

  • 06 Commissaires civils.
  • 26 maires de l'époque coloniale.
  • 13 maires après l'indépendance

Ferdinand Duboc, Ancien administrateur, chef de bureau auprès de la préfecture de Constantine . Muté à Orléansville, en qualité de commissaire civil. Lorsque la commune de plein exercice d’Orléansville, fut créée par le décret du 31 décembre 1856, il fut le premier maire de la ville[46].


Le tableau ci-dessous en présente la liste complète.

Juridictions[modifier | modifier le code]

Les principales juridictions sont le palais de justice d’où le siège du président de la Cour et le procureur général (qui abrite en son enceinte la cour de Chlef) et le Tribunal administratif de Chlef situé au centre ville[47].


Lieux-dits, quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

Quartier Administratif Hay Nasr (Direction des travaux publics, Algérienne des eaux et la maison de la culture)
  • Centre Ville (appelé Bled);
  • Hay El Houria (El Firem);
  • Hay Nasser (Radar)
  • Ouled Mohamed ( zone 4 , 5 , 6 , 7 , 8 )
  • Hay Abbad (Gaz)
  • El Hamadia - Cité Olympique (Route d'Oran)
  • Hay Meddahi (Zebboudj)
  • Hay el Badr (Chorfa)
  • Hay Chegga et Cherayet
  • El Hassania
  • Hay Ben Souna (la cité)
  • Hay Es-Salem (El Boccaa)
  • La cité Ruiz,
  • Cité des vergers
  • La CIA
  • Lala aouda
  • Quouasmia

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le dernier recensement datant de 2018, La population à Chlef est estimée à 215 049 habitants[2].

Évolution démographique de la commune de Chlef[48]
1853 1857 1858 1859 1901 1911 1926 1931 1936
1 286[49]2 021[50]1 897[51]2 108[52]3 30012 00017 20018 50022 600
1948 1954 1966 1974 1987 1990 1998 2008 2018
32 50040 00069 700114 300129 127[53]??125 200178 616[54]215 049[55]

Répartition par sexes et tranches d'âges[modifier | modifier le code]

La répartition en classes d'âges de la population de la ville est similaire à celle de l'Algérie. La population de la commune est jeune et le taux de personnes d'âge inférieur à 30 ans est de 60% en 2008.

En 2008, la ville de Chlef comptait 88 764 hommes pour 89 852 femmes, soit 49,69 % de la population est composée d'hommes et 50,3 % de femmes.

La pyramide des âges s’établit comme suit.

Pyramide des âges de la commune de Chlef en 2008 en pourcentage[56]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,36 
80 ans et +
0,40 
2,74 
60 à 79 ans
2,96 
9,19 
40 à 59 ans
9,04 
17,10 
20 à 39 ans
18,02 
10,70 
10 à 19 ans
10,40 
9,51 
0 à 9 ans
9,17 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La création de la première école moderne à Chlef remonte à l'époque coloniale, il s'agit d'une école ouvroir, l'institution Saint Vincent de Paul présente dès 1852[57], quant à la première école publique elle fut créée en 1859 par décision du conseil municipal de la commune d'Orléansville, lors d'une réunion extraordinaire le 24 janvier 1859 [58].

Enseignement Primaire et secondaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Système éducatif en Algérie.

Chlef relève de la direction de l'éducation de la Wilaya de Chlef. Celle-ci évolue sous la supervision du Ministère de l'Éducation nationale.

La ville compte 76 écoles primaires[59], 24 établissements moyens [59]et 13 lycées[60].

Ci-dessous la liste exhaustive des établissements scolaires de la commune[61]:

Enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

Chlef possède une université publique : l'Université Hassiba Benbouali (UHBC). Son siège est situé dans la commune de Ouled Fares et celle-ci se compose de nombreux campus répartis dans la commune de Chlef et la commune d'Ouled Fares. L'université a été créée le 23 juillet 2001[62] et compte en 2019 plus de 31 300 étudiants[63].

Logo de l'université Hassiba Ben Bouali à Chlef (UHBC)

L'université est composée de neuf Facultés et un Institut[64]:

  • Faculté des Sciences Exactes et Informatique (FSEI)
  • Faculté de Technologie (FT) (Située dans la commune de Chlef)
  • Faculté de Génie Civil et d'Architecture (FGCA)
  • Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie (FSNV)
  • Faculté des Sciences Économiques, Commerciales et des Sciences de Gestion (FSECSG) (Située dans la commune de Chlef)
  • Faculté des Sciences Humaines et Sociales (FSHS)
  • Faculté de Droit et Sciences Politiques (FDSP) (Située dans la commune de Chlef)
  • Faculté des Lettres et des Arts (FLA)
  • Faculté des Langues Étrangères (FLE)
  • Institut d’éducation Physique et Sportive (IEPS)

Santé[modifier | modifier le code]

La ville compte 03 Hôpitaux publiques (EPH - Établissement publique hospitalier) et 04 cliniques privées et d'un centre hémodialyse.

Hôpitaux publiques[modifier | modifier le code]

  • EPH Frères Khatib (Ouled Mohammed):
    Entrée principale du centre hospitalier Sœurs Badj à Chlef

D'une capacité de 178 lits, l’hôpital compte 06 services[65].

  • EPH Frères Khalif (Chorfa):

D'une capacité de 186 lits, l’hôpital compte 03 services[65]. Des travaux d'aménagement sont en cours afin de doter l'hôpital d'un nouveau service des urgences médico-chirurgicales, le coût des travaux est estimé à 70 000 000.00 DA.[66] (MàJ 10/06/2019)

  • EPH Sœur Bedj (Hay Bensouna)
Article détaillé : Hôpital des sœurs Badj.

L’hôpital a été inauguré en novembre 2013 et sa construction a couté 4 milliards de dinars aux caisses de l'état[67], d'une capacité de 240 lits, l’hôpital compte 09 services[65].

Cliniques privées[modifier | modifier le code]

  • EHP El Ihsane: Situé au niveau de la cité des citronniers, d'une capacité de 33 lits, l'établissement est spécialisé dans la Chirurgie générale, la gynécologie obstétrique l'anesthésie - Réanimation, la cardiologie et la radiologie[68].
  • EHP Dr Abbane Situé au niveau de la cité Cherif, d'une capacité de 17 lits, l'établissement est spécialisé dans la Chirurgie générale, la gynécologie obstétrique et l'anesthésie - Réanimation[68].
  • EHP Les Orangers Situé au niveau de la Zone différée, d'une capacité de 24 lits, l'établissement est spécialisé dans la Chirurgie générale, la gynécologie obstétrique l'anesthésie - Réanimation et la rééducation fonctionnelle[68].
  • EHP El Hikma: Situé au niveau de la Zone différée, d'une capacité de 46 lits, l'établissement est spécialisé dans la Chirurgie générale, la gynécologie obstétrique l'anesthésie - Réanimation et la néphrologie, l’établissement compte aussi un centre hémodialyse[68].

Un centre anti-cancer (C.A.C) est en construction à Hay Bensouna dont la date d'ouverture est prévue en mars 2020, il sera réalisé en R+3 avec 10 logements de fonction, l’établissement aura un caractère régional puisqu’il accueillera les malades de Chlef et des wilayas voisines, Aïn-Defla, Tissemsilt, Tiaret et Relizane[69].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La municipalité de Chlef encourage toute initiative d'organisation de manifestations culturelles.

  • En janvier, se tenait, jusqu'en 2007, le Festival national des marionnettes qui a été transféré à Aïn Témouchent[70],[71].
  • En janvier, c'est la semaine du patrimoine Amazigh (Depuis 2013), plusieurs activités culturelles et artistiques visant à promouvoir la culture Amazighe sont organisées à cette occasion[72].
  • En mars, c'est le Festival lire en fête (Depuis 2011), ayant pour objectif principal la promotion de la lecture[73].
  • Entre le 18 avril et le 18 mai, se tien à Chlef "Le mois du patrimoine", marqué par l’organisation d’activités culturelles multiples, l’événement se déroule au niveau de la maison de la culture, le musée national de Chlef et sa bibliothèque publique[74],[75].
  • En décembre, c'est le Festival national " Brass band", La première édition a été organisée en 2018[76].

Sport[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

L'ASO Chlef est l'équipe de football de la ville, créée le 13 juin 1947[77]. Elle portait à l'époque le nom Association Sportive Orléansvilloise, l'équipe est incorporée dans la troisième

Logo ASO Chlef

division des championnats du département d'Alger durant la saison 1947/1948[78]. Elle accède en deuxième division en 1949 remportant ainsi le premier titre de son histoire[77]. Puis en 1951 l'équipe étant sacrée championne de la deuxième division accède en première division. En 1955, l'ASO reçoit l'ordre d'abandonner toutes participation aux activités sportives[77]. Dès le début de la première saison qui suivit l’indépendance, l'équipe reprend ses activités sportives et change son appellation le 06 juin 1963 pour devenir Al-Asnam Sportif Olympique[79]. Puis pendant la saison 1981/1982, L'ASO, l'ASTO et DNC deviennent CSO (Chlef sportif olympique) [80]. En 1989, l'ASO récupère son sigle d'origine, Association Sportive Olympique Chlef[80]. L'ASO Compte dans son palmarès deux trophées en l’occurrence La Coupe d'Algérie obtenue en 2005[81] et la Ligue 1 Algérienne obtenue en 2011[82], L'équipe évolue en Ligue 1 Algérienne [83].

Volley-Ball[modifier | modifier le code]

La ville compte trois clubs de volley à savoir le POC (Progrès Olympique Chlef - Hommes), La GSC (Ghalia Sportif de Chlef - Dames), Le WOC (Wifak Olympique de Chlef - Dames) et le NRC (Nedjmet Riadhi Chlef - Dames)[84],[85], les centres de formation du Volley-Ball à Chlef sont reconnues à l'échelle nationale et dont sont issus certains des meilleurs joueurs en Algérie à l'instar de Benmokhtar, Bentayeb, Houari Nacer, Kaici, Benbouali, Benyamina Zerika, Dekkiche, Sid-Ahmed Fedlaoui, Hamadouche, Djelloul, Moussaoui, Guemour, Bouhalla Salim, Faïza Tsabet et enfin la célèbre Fatima Zahra Oukazi[84].

Palmarès des clubs[modifier | modifier le code]
  • GSC: Une Coupe d'Algérie en 2005 et 2 fois finaliste (2006 et 2010)[86].
  • NRC: 2 fois finaliste en Coupe d'Algérie (2016 et 2019)[86].
  • WOC: Finaliste de la Coupe d'Algérie en 2013[86].
  • POC: 03 fois Champion d'Algérie (1985, 1986 et 2009)[87],[88].

Natation[modifier | modifier le code]

La ville compte plusieurs clubs affiliés à la Fédération nationale de natation, et abrite l'un des deux clubs de la natation synchronisée à l'échelle national en plus de celui d'Alger[89].

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Mohamed-Boumezrag.
  • Le Stade de football Mohamed-Boumezrag, Construit à la fin des années 1970[90] et rénové en 2004, le stade est doté d'un terrain revêtu de gazon synthétique de 5e génération et peut accueillir 25 000 supporters[91].
  • Le Stade Mâamar-Sahli situé à Hay El Houria inauguré le 13 janvier 1929[92], autrefois appelé stade Joseph- Robert de la Ferme [93],[94], fut l'enceinte principale des équipes de la ville de l'époque coloniale en
    Vue aérienne du stade Boumezerag à Chlef.
    l’occurrence le F.C.O (Football Club Orléansvillois)[95] puis le G.S.O (Groupement Sportif Orléansvillois) [93] et plus récemment de l'équipe de football ASO Chlef jusqu'en 2004, désormais le stade accueille les matchs de l'équipe locale de l'ES Firm [96].
  • Le Stade Ghedab Sahnoune situé à Hay El Badr, inauguré en 2017 d'une capacité de 800 spectateurs, le stade est doté d'une pelouse synthétique. En plus de son exploitation dans les rencontres  officielles de la ligue de football de la wilaya de Chlef (LFW Chlef) il contribue à la relance de la pratique sportive à Hay Chorfa (Hay El Badr) [97],[98].
  • Le complexe sportif et de loisirs "Ex-Creps", est un complexe polyvalent entièrement rénové dont l'inauguration est prévue pour le mois de juillet 2019. Le complexe est composé de deux parties, la première est le centre de préparation et de regroupement de l’élite sportive de Chlef qui comprend un établissement hôtelier avec sauna d'une capacité de 100 lits, un pavillon de récupération et de remise en forme, une piscine et une salle de sports couvertes, s'ajoute à cela des terrains de sport individuels, la partie loisirs, quant à elle, est munie d'un auberge de jeunesse de 36 lits, d'un théâtre de verdure de 1 000 places avec vue sur piscine [99],[100].Les travaux
    Salle omnisports Mohamed Nasri
    de rénovation et d'aménagement ont couté 225 millions de DA.[101]
  • Parcours cross-country Ahmed Klouche, Plusieurs courses sont organisées chaque année sur ce parcours tel le Cross-country – Challenge Ahmed Klouche[102], notant que ce même parcours avait accueilli en 2018 les 5es Championnats d'Afrique de cross-country[103].
  • La salle omnisports Mohamed Nasri située à la cité des Vergers, résidence des clubs de volley-ball, le Progrès Olympique Chlef (POC - Séniors Hommes)[104], Le Nedjmet Chlef (NRC - Séniors Dames)[105] et le WOC (Séniors Dames)[106], sa capacité est 2 500 spectateurs [104]. La salle avait accueillie en 2009[107] et en 2013[108] le tournoi qualificatif au championnat du monde masculin de volley-ball de la "zone 1 Afrique".

Piscines[modifier | modifier le code]

  • La piscine olympique appartenant au complexe de l'OPOW Chlef (Centre national de préparation et de groupement de l'élite sportive et des jeunes talents), elle se situe à proximité du stade Stade de football Mohamed-Boumezrag. Le centre qui a été inauguré en 2007, a accueillie plusieurs stages de préparation de l'équipe nationale de natation. (En cours de réhabilitation en mai 2019)[109].
  • La piscine de la salle omnisports Mohamed Nasri à la cité "les vergers"[110].
  • La piscine du CREPS de Chlef (Travaux de réhabilitation en cours en mai 2019).

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite[modifier | modifier le code]

Chlef est le siège social d'un hebdomadaire intitulé "Le Cheliff" couvrant toute la région, son premier numéro voit le jour en décembre 2013[111].

Histoire de la presse à Chlef de 1881-1962[modifier | modifier le code]

Depuis la prise de possession de la région chélifienne par l’armée française et la fondation de la ville d'Orléansville en  mai 1843 jusqu’à l’accession de l’Algérie à son

indépendance en 1962, pas moins de  neuf titres de presse ont parsemé le paysage médiatique de la région.

Dès 1881[112], un premier hebdomadaire est créé à Orléansville sur initiative propre de colons français et fut baptisé « le Chéliff ».Cet organe de presse cesse de paraitre en 1897[112], soit près 16 années.Un autre hebdomadaire, dénommé « le Progrès » parissant tous les jeudis à Orléansville [113]va enrichir le champ médiatique de la région chéliffienne à partir de 1895[114] et sera considéré comme le plus illustre de tous. Son premier numéro est tiré à Orléansville le jeudi 10 janvier 1895 [115] et continua à paraitre sans discontinue jusqu’en 1940[114].

En 1912, la presse chélifienne est égayée par la naissance d’un nouveau titre de presse, dénommé « l’Avenir du Chéliff ». Cet hebdomadaire après avoir fait paraitre 129 numéros durant ses trente mois d’existence, il cessa de paraitre au no 129, le jeudi 30 juillet 1914[116].

Enfin « le Régional du Chélif », paraissant tous les samedis est un hebdomadaire indépendant qui a commencé à paraitre à partir  de 1954 au lendemain  du terrible tremblement de terre du 09 septembre 1954  à l’imprimerie Barbry  à Alger. Il avait son administration et son siège à Blida, 11 rue Chanzy. Le prix pratiqué à l’époque est 0,10 N.F (Nouveau Franc)[117].

Autres titres:

  • Journal républicain de l’arrondissement d’Orléansville
  • l’Echo du Chéliff
  • Hébdomadaire La Voie du Chéliff et du Sersou
  • Hébdomadaire La Voie du Chéliff

Radio[modifier | modifier le code]

Créée le 26 janvier 2004, Radio Chlef FM (87.7 , 89.3 , 98.0 , 98.2 , 98.9) station radio locale diffusant de la ville de Chlef, est une station généraliste d'expression qui fait partie de la Radio algérienne[118].

Cultes[modifier | modifier le code]

Centre culturel islamique et mosquée "Chahid Abd El Kader Dahnane" au centre ville de Chlef

Culte musulman[modifier | modifier le code]

La vielle mosquée (El Masjid El Atik) Autrefois appelée la mosquée d’Orléansville est la moquée la plus ancienne à Chlef, située au centre ville, fut édifiée en 1893 [119]. Œuvre architecturale qui échoit à l’architecte Pierre Branlière (Jean-Pierre François), algérien de naissance (1842 - 07 mai 1906) qui s’est installé en 1884 à Orléansville muté de Ténès, ingénieur des ponts-et–chaussées de la ville [120].

La ville compte également un centre culturel islamique qui abrite la plus grande mosquée "Le Martyr Abd El Kader Dahnane" de la ville de par sa superficie.

Culte chrétien[modifier | modifier le code]

La ville (Castellum Tingitanium) abritait la basilique la plus importante de l’Afrique qui fut édifiée en 324 à Castellum Tingitanium par Saint Réparatus[121]. Des mosaiques qui ornaient la basilique se trouvent actuellement au niveau de l'ancien musée de Chlef.[122]

Transports[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aéroport de Chlef.
Avion de la compagnie Aigle Azur sur le tarmac de l'aéroport de Chlef (2009)

Pendant la période coloniale, Chlef (Orléansville) figurait parmi les arrêts facultatifs de la ligne aérienne reliant Alger à Oran exploitée par les Lignes Aériennes Nord Africaines (L.A.N.A.) depuis 1934[123] .

Aujourd'hui Chlef dispose d'un aéroport situé à environ 10 km au nord de la ville. L’Aéroport de Chlef Aboubakr Belkaied (Opérationnel depuis 13/06/2006) [124],[125] est un aéroport civil international desservant la ville de Chlef et sa région (Wilaya de Relizane, Wilaya de Mostaganem, Wilaya de Tissemsilt, Wilaya de Tiaret et Wilaya de Aïn Defla) et reliant Chlef aux aéroports français de Paris CDG et l' Aéroport Marseille-Provence. Le premier atterrissage sur la piste de l'aéroport longue de 3 400 m[125],[126] a pris lieu le 06 juin 2006 par la compagnie nationale Air Algérie en provenance de Marseille [127], suivi de la compagnie Aigle Azur le 25 octobre 2006[124].

En 2009, un premier vol pour Le pèlerinage (Hajj) vers les lieux saints depuis cet aéroport vers la Mecque voit le jour[124].

L’aéroport est géré par l'EGSA d'Alger[127]. Deux compagnies aériennes desservent la région : ASL Airlines France [128] (Saisonnier) et Air Algérie.

En 2018, une enveloppe financière de neuf 900 millions de dinars a été dégagée pour la rénovation et l'élargissement de l'aérogare[126].

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Chlef.
Gare d'Orléansville construite en 1868

La ville est desservie par le réseau ferroviaire algérien (SNTF), des liaisons directes la relient à Alger et Oran, elle dispose d'une gare ferroviaire (Anciennement appelée Gare P.L.M d’Orléansville) qui fut construite en 1868 par l’architecte français et directeur de l’atelier d’architecture à l’École des beaux-arts d’Alger André Mermet (né le 17 septembre 1844)[129]. Cet édifice fut dévasté par le séisme de 1954[130],[131]puis reconstruit et inauguré en 1956[132].

La liaison entre la gare de Chlef et ceux d'Alger et d'Oran est assurée par des trains ordinaires (Rapide) et des Autorails de type CAF ZZ 22 qui sont ensuite remplacés par le tout nouveau train Alstom Coradia ZZe-30.

  • Autorail CAF ZZ 22 ligne Chlef-Alger a été innaugurée par le ministre des Transports, Amar Tou le 03/08/2008 d'une capacité de 200 passagers et une vitesse de 160 km/h[133]. Ce train ensuite remplacé en mars 2018 par le nouveau Alstom Coradia ZZe-30.
  • Autorail CAF ZZ 22 ligne Chlef-Oran a été mise en service le 07/08/2013[134], notant qu'un record de vitesse d'un train Algérien a été enregistré entre ces deux villes en atteignant 177 km/h le 03 février 2008[135].
  • Alstom Coradia ZZe-30 mis en service par Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane le 02/03/2018 reliant Alger à Oran [136]en effectuant le seul arrêt le long de son trajet à la gare de Chlef.[137]

Histoire du chemin de fer à Chlef[modifier | modifier le code]

Un décret  impérial du 08 avril 1857 avait stipulé  dans son  article premier : « qu’il  sera créé en Algérie un réseau de chemins de fer embrassant les trois provinces ».Ce réseau  se composera essentiellement  de deux grandes  lignes : Une à l'est reliant Alger à Constantine et une à l’ouest, reliant Alger à Oran, en passant près d'Orléansville (Chlef)[138]. Le tronçon  Orléansville-Relizane entre en service dès le 15 janvier 1870 [139] et Affreville (Khemis Miliana)–Orléansville est livré à l’exploitation le dernier jour de cette même année[139] notant que l'ingénieur en chef de la construction des lignes d’Alger à Oran était M.Arnaud (Jacques-Joseph), ingénieur des ponts et chaussées, officier de la Légion d’honneur. Le passage du premier train à vapeur dans la vallée du Chélif  fut constaté donc en janvier 1870 en provenance d’Oran et celui venant d’Alger le 31 décembre de cette même année. Pour la petite  histoire, il faut  rappeler  que le train de partance d’Alger à 6 heures du matin pour parvenir  à destination  d’Orléansville, il lui faudrait  plus de 8 heures de trajet avec  une vitesse dérisoire  de  25 km/h. [140]

Avant la guerre de 1939, la moyenne horaire dépassait 60 km/h et depuis 1951 un rapide traverse les plaines du Chélif en deux heures (soit plus de 100 km/h).

Transports urbains en commun[modifier | modifier le code]

BUS[modifier | modifier le code]

Chlef dispose d'un réseau de bus nommé CHLEF BUS "حافلات الشلف" géré par l'ETUC (Entreprise de transport urbain de Chlef "), l'ETUC est une entreprise publique opérationnelle

02 Bus stationnés au terminus (La gare ferroviaire) du réseau CHLEF BUS, photo prise en mai 2019.

depuis le 23 mai 2011[141], elle opère 20 bus pour desservir 05 lignes [142]:

Ligne Tracé des lignes régulières
1 Hay NasrGare ferroviaire
2 Hay Hassania ⇔ Nouvelle ville ⇔ Gare ferroviaire
3 Hay BradaiGare ferroviaire
4 Gare routière (SOGRAL) ⇔ Station du 05 juillet ⇔ Station de Tazgaït ⇔ Gare ferroviaire
5 Hay El HouriaGare ferroviaire

Les rotations commencent à 6h et se terminent à 20h[141], l'ETUC transporte plus de 10 000 passagers par jour.

Tramway[modifier | modifier le code]

Programmé depuis fin 2014[143], le projet a été gelé à cause de la crise financière que vit le pays, des appels se font entendre afin de relancer le projet[144].

Transport routier[modifier | modifier le code]

Chlef est reliée au réseau autoroutier algérien par l'Autoroute Est-Ouest, qui traverse la ville dans sa partie sud sur une distance de 15 km.

La ville dispose d'une gare routière et d'une station de taxis inter wilayas.

Gare routière[modifier | modifier le code]

Gare routière de type "A", située à la sortie ouest de Hay Bensouna dans, en bordure de la RN-04, mise en exploitation Jeudi le 10 mai 2018, sa capacité d'accueil des voyageurs avoisine les 40 000 voyageurs/jour et peut abriter 651 bus. La gare dessert 107 lignes inter wilayas et intercommunales[145]. Le budget consacré à la construction de la gare s’élève à 530 000 000.00 DA.[146]

Dotée d’une cafétéria, d’un restaurant, de sanitaires et d’une salle de prière, la gare est un véritable distributeur de circulation dans le centre-ouest du pays en raison de la situation géographique de la ville considérée comme un carrefour et un passage obligé reliant le centre du pays à l’ouest[147].

La gare est est facilement accessible aussi bien par la route nationale N°04 ou directement par l’autoroute Est-Ouest via la sortie Chlef Ouest, elle dispose d'un parking payant (50 DA la place, MàJ 11/06/2019).

Gare routière SOGRAL à Chlef


Plan de circulation actuel (Centre ville de Chlef) / Flèche Bleu sens unique, Croix rouge route bloquée

Plan de circulation du centre ville[modifier | modifier le code]

Le plan de circulation pour le centre ville de Chlef a été mis-en-place le 21 juin 2015, réalisé par l'entreprise spécialisée Métro d'Alger[148]. Récemment une commission, présidée par le chef de Daïra de Chlef, a inspecté le centre-ville pour constater les imperfections à l’issue de la mise en place du plan de circulation en vigueur et une modification de ce plan a été prévu, notons que le nouveau plan s’étendra pour toucher les quartiers limitrophes du centre ville, à l’image de hay El-Houria au nord, hay Bensouna à l’ouest, hay Essalem au sud et le côté est de la ville, qui sont des entrées de la ville de Chlef (mai 2019)[149].

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Couverture du réseau internet mobile à Chlef (Orange:4G, Vert:3G, Bleu:2G), Données: nperf.com[1]. Carte: Openstreetmap.org[2]

La ville est entièrement couverte par le réseau mobile des 03 fournisseurs opérationnels en Algérie à savoir Mobilis, Ooredoo (Algérie) et Djezzy.

En ce qui concerne la couverture du réseau Internet mobile, la ville est couverte par le réseau 4G des oppérateurs Mobilis[150] et Ooredoo (Algérie)[151], et par la 3G++ de Djezzy. ( Mise à jour 02/06/2019).

La téléphonie fix est fournie par Algérie Télécom.

Énergie et environnement[modifier | modifier le code]

Le gaz naturel et l'électricité sont fournis par la Sonelgaz. La ville est entièrement couverte en électricité et le taux de la couverture en gaz naturel s'élève à 60%[152].

Naftal entreprise filiale du groupe pétrolier Sonatrach, est le distributeur exclusif du carburant et du GPL dans la ville[153].

En 2018, le gouvernement a lancé une initiative visant à rationaliser la consommation d'énergie, en adoptant un concept de transition énergétique liée à l’usage d’énergies renouvelables[154]. Et justement comme première étape, une convention a été signée, le 02 juin 2018, entre le ministère de l'énergie et le président d’APC de Chlef, portant sur le cofinancement des projets d'installation des panneaux solaires et le remplacement des anciennes lampes halogènes de l’éclairage public par des lampes LEDs moins énergivores, le projet serait financé à hauteur de 50% par le Fonds National pour la Maîtrise de l’Énergie (FNME) tandis que les 50% restantes seraient à la charge de la commune [155].

Notant que cette initiative s'inscrit dans le cadre du programme "Eco-Lumière" initié par l’Agence Nationale pour la Promotion et la Rationalisation de l’Utilisation de l’Énergie (APRUE)[156].

L'introduction de l'électricité à Chlef[modifier | modifier le code]

Chlef est la première ville du pays à avoir introduit l’électricité en 1886 avant même Alger, oran, Constantine et Annaba, c'était grâce au maire d'Orléansville de l’époque (ancienne appellation de Chlef) Henri Fourrier qui se trouvant à paris en visite privée, avait pris contact avec son collègue et ami le maire de la commune de la La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie) qui lui a donné les renseignements nécessaires pour une éventuelle introduction de l’électricité à Orléansville. Fourrier contacte la compagnie Edison qui établit un projet en ce sens pour la commune d'Orléansville. Puis les entreprises françaises Dalloz et Ganstambide fournirent les plans et devis nécessaires. Le 23 septembre 1886, la chute d’eau de Pontéba (l’actuelle Oum Drou, située à 5 km à l’est de Chlef) est concédée à la commune d’Orléansville pour réaliser l’objectif projeté et substituer l’éclairage des réverbères au gaz par l’éclairage électrique[157].

Cette information est confirmée par un journal de l’époque, L’Avenir de Bel Abbès du 15 octobre 1887 qui notait ceci à la page 2 : «La petite sous-préfecture de Batna est en train de donner une leçon aux chefs-lieux.Dans quelques jours, Batna sera éclairée à l’électricité; ce sera la première ville du département de Constantine dotée de cet éclairage, et la seconde de l’Algérie entière, Orléansville l’étant déjà.»[158],[157]

Eau potable[modifier | modifier le code]

La distribution de l'eau potable dans la ville est assurée par l'entreprise publique l'Algérienne des eaux (ADE).

Une station de dessalement de l’eau de mer (SDEM) a été mise en service à Maïnis dans la commune de Ténès le 01 juin 2015, afin d'assurer la couverture des besoins en eau dans la Wilaya de Chlef, ainsi qu'un réservoir d'une capacité de 20 000 m3 réalisé à Chlef (Haï-Radar) et alimenté à partir de la SDEM[159].

Le coût du projet qui a été confié à la société espagnole (Befesa 51%) et à la société AEC Algérie Energy Company (49%), est estimé à 500 000 000 $, dont les travaux ont été lancés officiellement le 14 janvier 2009[159].

Depuis 2006, la ville dispose d'une station d'épuration exploitée par office national de l'assainissement (ONA) et réalisée sur les berges de l'Oued Chelif, le projet confié à l’entreprise chinoise Cetic [160]a coûté pas moins de 2 milliards de DA[161], la capacité de traitement de cette station est de 34 000 m3/jour[162].

Pour assurer la bonne qualité de l’eau, l’Algérienne Des Eaux (ADE) dispose de laboratoires d’analyses qui la contrôlent en permanence, à Chlef se trouve l'un des quatre laboratoires régionaux à l'échelle nationale, il est situé à la Cité Chérifi Kaddour[163].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Plus de 200 tonnes de déchets ménagers et autres sont collectés quotidiennement au niveau de la commune de Chlef, dont la collecte est du ressort des services de nettoiement de l’APC de Chlef et de la société privée Tetach. La ville se débarasse de ses immondices dans deux centres d'enfouissement techniques situés aux extrémités de la commune l'un à Meknassa et l'autre dans la commune d'Oum Drou[164].

Économie[modifier | modifier le code]

Deuxième agence commerciale de la banque Gulf Bank Algeria à Chlef (Inaugurée le 03/09/2015[165])

Les recettes fiscales de la commune de Chlef proviennent principalement de la zone d'activités d'Ouled Mohamed (communément appelée la Zone), qui s'étend sur une superficie de 11.7 ha et constituée de 217 lots[166], la zone regroupe de nombreux travailleurs répartis dans les secteurs de la fabrication et la distribution des produits pharmaceutiques, la distribution des produits parapharmaceutiques et les produit à usage vétérinaire, de la maintenance industrielle et de l'entretien et réparation des véhicules[167].

La ville compte en outre un nombre d'usines et d'entreprises commerciales, a l'exemple du groupe agroalimentaire Latelloise spécialisé dans la fabrication agricole depuis 1967, les laiteries Giplait et El-Djamous[168] , des usines d’aliments de bétail et l'entreprise Hamidi Energie spécialisée dans la vente,l'installation Et la maintenance de Groupe électrogène et piéces de rechange.

Chlef est également l'un des principaux centres nationaux pour les entreprises de distribution des produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques telles que Chelipharm, Pharmamedic, Cheliparacos, MB Pharm et NMC Pharm.

D'importantes usines et chaines de production se trouvent à quelques kilomètres de la ville à l'image de l'usine de montage de camions Tata-Daewoo-Pengpu à Oum Drou (chiffre d'affaire annuel 3,3 milliards de DA[169]), du groupe Soprec, spécialisé dans les constructions légères et la réalisation et distribution des équipements solaires[170] et de la zone industrielle de Oued Sly qui regroupe un nombre important d'usines telles que l'entreprise des Ciments et Dérivés (ECDE), l'usine de conception, de fabrication et d'installation de Groupes Électrogènes GMI, La briqueterie CTS, l'Entreprise nationale des plastiques et caoutchoucs (ENPC) et NOVER entreprise spécialisée dans le verre flaconnage et le verre pressé.

La ville se trouve à 60 km du port de Ténès. Une pénétrante (Voie rapide) reliant le port à la ville de Chlef est en cours de réalisation[171].

GAB de la banque AGB à Chlef

Banques et compagnies d'assurances[modifier | modifier le code]

Toutes ces entreprises ne pourraient fonctionner sans un tissu performant de banques et assurances.

La banque Robert est l'une des premières banques qui fut ouverte à Chlef, crée par la famille Robert (Famille de Paul Robert le lexicographe et l'auteur du Dictionnaires Le Robert) à la fin du 19e siècle[172],[173] , la banque fut transformée plus tard en une filiale de la BNCI-Afrique, elle même filiale de la BNCI de la Métropole[174].

De nos jours, la ville compte 13 établissements et une vingtaine de succursales, dont des banques de renommée mondiale à l'instar de la BNP Paribas, la Natixis ou la Société générale.(MàJ 11/06/2019)

Des Guichets automatiques bancaires (GAB) acceptant les cartes Visa, MasterCard, China UnionPay, Discover et Diners Club, sont installés aux quatre coins du centre ville.

Le développement de l’industrie dans la région a également entrainé l’ouverture d'un nombre de compagnies d’assurance publiques et privées tels que Axa assurances, la Compagnie Algérienne d'Assurance et de Réassurance (CAAR) et la Société Algérienne d'Assurance (SAA).

Marché de gros de fruits et légumes[modifier | modifier le code]

Le marché d'intérêt national (MIN) appelé communément marché de gros de Chlef est un marché à caractère régional[175] opérationnel depuis 1987, il est situé à l’entrée est de la ville de Chlef, étendu sur une superficie de 18 875 m2 (dont 8 640 m2 couverte)[176] et compte 222 grossistes (Màj Juillet 2018). Les revenus résultant de la location des espaces commerciales du marché rapporte mensuellement à la commune de Chlef un montant équivalent à 1 300 000.00 DA.[177]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

  • La bibliothèque municipale située au centre ville, lieu de lecture où est organisé plusieurs évènements culturels à l'image de la «Kheima (tente) de lecture»[178]. La bibliothèque organise également une caravane pendant la période estivale dénommée « Lire à la plage », l'idée est de mettre un bibliobus à la disposition de la population au niveau des plages les plus fréquentées[179].

Théâtre, salles de spectacle et cinéma[modifier | modifier le code]

  • Le centre culturelle Larbi Tébessi, autrefois appelé Centre Albert Camus, construit entre 1955 et 1960 par les architectes Louis Miquel et Roland Simounetet inauguré le 4 avril 1961[180].
  • La salle de cinéma El Djamel, situé au centre ville, utilisée autant pour la projection de films que pour les activités culturelles et artistiques. Elle a été révnovée en 2008[181].
  • La maison de la culture, situé à Hai Nasr, inaugurée le 05 juillet 2013, l'infrastructure culturelle a couté pour sa réalisation une enveloppe financière de 680 millions de dinars, elle abrite trois galeries d'exposition quotidiennement et permanentes, une salle de conférence très sophistiquée aux normes internationales et deux salles d'honneur[182].

Musées et lieux d'exposition majeurs[modifier | modifier le code]

  • Musée régionale «Abdelmadjid Meziane», situé à la cité Aroudj.
  • Musée El Asnam.

Autres structures culturelles[modifier | modifier le code]

  • Le conservatoire El Hachemi-Guerouabi de Chlef, annexe de l’Institut régional de formation musicale d’Alger[183]. Créé en 2006[184], le conservatoire est aussi un centre de formation des enseignants de la musique pour les établissements culturels et scolaires de la région[185].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les traditions culinaires à Chlef sont jalousement préservées. La cuisine nous renseigne sur les coutumes séculaires de la région, auxquelles restent pleinement attachées les familles de Chlef. Parmi les principaux plats, on peut citer la Berouilla, H’rira, R’fis, El Merdoud, M’besses et le couscous varié.

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.elwatan.com/regions/ouest/chlef/chlef-les-agents-de-collecte-des-ordures-en-greve-14-05-2019
  2. a et b http://www.dsp-chlef.dz/index.php/Fr/population
  3. http://www.aniref.dz/monographies/ar/chlef.pdf
  4. Source: Site de la DSP de la Wilaya de Chlef, Langue de l'article: Fr, Date:2018, Lien: http://www.dsp-chlef.dz/index.php/Fr/population, Consulté le (24/05/2019)
  5. a et b Source: Journal El Watan, Langue de l'article: Fr, Date:10/10/2017, Lien: https://www.elwatan.com/edition/contributions/seisme-del-asnam-lactuelle-chlef-37-ans-apres-10-10-2017, Consulté le (24/05/2019)
  6. Source: Article Site VitamineDz.com, Langue de l'article: Fr, Date:11/01/2012, Lien: https://www.vitaminedz.com/chlef-la-fete-des-oranges/Articles_18300_384140_2_1.html, Consulté le (24/05/2019)
  7. a b et c Source: Article Journal El Watan, Langue de l'article: Fr, Date:28/08/2018, Lien: https://www.elwatan.com/edition/contributions/economie-du-tourisme-en-algerie-quelle-issue-28-08-2018, Consulté le (24/05/2019)
  8. Source: Article Journal Liberté, Langue de l'article: Fr, Date:16/10/2016, Lien: https://www.liberte-algerie.com/culture/ouverture-prochaine-de-la-medersa-el-khaldounia-de-chlef-256621, Consulté le (24/05/2019)
  9. https://www.eldjazaircom.dz/index.php?id_rubrique=354&id_article=4979
  10. Source: Thèse Pour l’Obtention du Diplôme de DOCTORAT, thème: Étude des effets de site dans la ville de Chlef, UNIVERSITÉ FERHAT ABBAS-SÉTIF (ALGÉRIE), Page 43, Lien: http://dspace.univ-setif.dz:8888/jspui/bitstream/123456789/1154/1/Th%C3%A8se%20Khalissa%20LAYADI.pdf, (Consulté le 23/05/2019)
  11. Source: Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l’Ingénieur –Nancy 2016, Thème: ÉLABORATION D’UNE CARTE DE VULNERABILITE DU SOL AUX EFFETS INDUITS PAR SEISME (VILLE DE CHLEF-ALGERIE), Page 1, Lien: https://jngg2016.sciencesconf.org/80597/document, (Consulté le 23/05/2019)
  12. Source: Mémoire pour l’obtention du diplôme de Master en Bioclimatologie, Université Djilali Bounaama Khemis Miliana Algérie, Thème: Étude spatio-temporelle dela variabilité pluviométrique annuelle et saisonnière Du Bas et moyen Chéliff occidentale., Page 23, Lien: http://dspace.univ-km.dz/jspui/bitstream/123456789/2388/1/MEMOIRE%20FINAL.pdf [archive], (Consulté le 23/05/2019)
  13. Source: Journal courrier de Blida no 13 du dimanche 13 avril 1885, page 3
  14. https://fr.tutiempo.net/climat/ws-604250.html
  15. https://fr.climate-data.org/afrique/algerie/chlef/chlef-3688/#climate-graph
  16. https://www.meteoblue.com/fr/meteo/prevision/modelclimate/chlef_alg%C3%A9rie_2498611
  17. « Distribution de la vitesse du vent à Chlef » (consulté le 15 juin 2019)
  18. http://dspace.univ-km.dz/jspui/bitstream/123456789/2388/1/MEMOIRE%20FINAL.pdf
  19. « Chlef, Algeria », sur https://fr.climate-data.org (consulté le 19 mai 2019).
  20. Mohand-Akli Haddadou, Dictionnaire toponymique et historique de l'Algérie, Tizi Ouzou, Éditions Achab, (ISBN 9789947972250), p. 234.
  21. Journal Le Cheliff No 162 du 11/01/2017 page 7
  22. a et b http://www.cheliff.org/portail/
  23. a et b Source: Site Cheliff.org, Langue de l'article: Fr, Lien: http://cheliff.org/portail/, (Consulté le: 28/05/2019)
  24. Source: Site Memoria.dz, Date: 26/02/2014, Langue de l'article: Fr, Lien: https://www.memoria.dz/f-v-2014/une-ville-une-histoire/quand-chlef-na-t-sur-les-ruines-l-antique-castellum, (Consulté le: 28/05/2019)
  25. Source: The New York Times, Date: 02/11/1984, Langue de l'article: Eng, Lien: https://www.nytimes.com/1984/11/02/world/algeria-quake-proofs-an-often-ruined-town.html, (Consulté le: 28/05/2019)
  26. a b et c http://cheliff.org/portail/?q=node/233
  27. https://mounahachim.wordpress.com/2016/09/30/koceila-chef-de-la-revolte-contre-la-conquete-musulmane/
  28. http://www.lemidi-dz.com/index.php?operation=voir_article&id_article=midi_est@art4@2010-01-31
  29. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale,, Alger, Impr. du Gouvernement, Alger, (lire en ligne)
  30. http://cheliff.org/portail
  31. a b c d et e http://anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/geo.php?lieu=Orl%C3%A9ansville+%28Alg%C3%A9rie%29
  32. http://etat-pied-noir.eu/index_htm_files/ORLEANSVILLE.pdf
  33. http://cheliff.org/portail/?q=node/19
  34. a b c d et e http://cheliff.org/portail/?q=node/7
  35. Livre Chronique des Cavaignac: 1789-1914, page 73-78, consultable sur le lien: https://journals.openedition.org/sabix/1012#tocto1n3 , Paragraphe 14
  36. http://www.djamila.be/Documents/tenes.htm
  37. http://www.djamila.be/Documents/chlef.htm
  38. a b et c https://www.babzman.com/cela-sest-passe-un-13-avril-1847-boumaza-se-rend-aux-troupes-francaise/
  39. http://www.cerclealgerianiste.fr/index.php/archives/encyclopedie-algerianiste/histoire/histoire-militaire/generalites-militaires/232-le-marechal-de-saint-arnaud-l-algerie-et-la-france
  40. bivouaquer
  41. a et b https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k204857b/texteBrut
  42. a et b https://jeanyvesthorrignac.fr/wa_files/INFO_20630_20ST_20Aim_C3_A9.pdf
  43. a et b LeChelifWeb, « Le musée El Asnam ou mémoire de la ville : C’était une poudrière à l’origine | Le Chélif », sur www.lechelif-dz.com (consulté le 25 avril 2018)
  44. Source: rapport du ministère de l'interieur , Langue: Fr, Lien: http://www.interieur.gov.dz/images/ResultatsparCirconscriptionAPC.pdf, (Consulté le 24/05/2019)
  45. http://cheliff.org/portail/?q=book/print/48
  46. « Commissaires civils, Maires et P/APC 1851 - 2005 » (consulté le 10 juin 2019)
  47. Source: Article le Quotidien d'Oran, Date: 10/04/2018, Langue: Fr, Lien: https://www.djazairess.com/fr/lqo/5259801, (Consulté le 26/05/2019)
  48. http://www.populstat.info/Africa/algeriat.htm
  49. « Population commune de Chlef, 1853 », Cheliff.org (consulté le 22 mai 2019)
  50. « Population commune de Chlef, 1857 », Cheliff.org (consulté le 22 mai 2019)
  51. « Population commune de Chlef, 1858 », Cheliff.org (consulté le 22 mai 2019)
  52. « Population commune de Chlef, 1859 », Cheliff.org (consulté le 22 mai 2019)
  53. Source: Le Quid 1998, Auteur: Dominique et Michèle Feémy, Edition: Fobert Laffont, Page: 958, Colonne C
  54. « Population commune de Chlef, 2008 », Office national des statistiques (consulté le 22 mai 2019)
  55. « Population commune de Chlef, 2018 », Direction de la santé et de la population de la Wilaya de Chlef (consulté le 22 mai 2019)
  56. - Population résidente par age et par sexe. Consulté le 22 septembre 2019.
  57. Anthologie algérienne, Page 153, Langue: Fr, Lien: http://e-biblio.univ-mosta.dz/bitstream/handle/123456789/1020/Anthologie%20alg%C3%A9rienne%201.pdf?sequence=3&isAllowed=y , (Consulté le 26/05/2019)
  58. Source: Site Le Cheliff.Org, Rubrique: Le Cheliff et l'enseignement, Langue de l'article: Fr, Lien: http://cheliff.org/portail/?q=book/print/294, (Consulté le 26/05/2019)
  59. a et b Page web Direction de l'éducation de la wilaya de Chlef, ar, Lien: http://www.de-chlef.edu.dz/etablissmoyen.htm , (Consulté le 22/05/2019)
  60. Page web Direction de l'éducation de la wilaya de Chlef, ar, Lien: http://www.de-chlef.edu.dz/etablisslycee.htm , (Consulté le 22/05/2019)
  61. Page web Direction de l'éducation de la wilaya de Chlef, ar, Lien: http://www.de-chlef.edu.dz/, (Consulté le 22/05/2019)
  62. Source: https://www.univ-chlef.dz/uc/?p=29, (Consulté le 22/05/2019)
  63. Source: Site de l'université de Chlef, Lien: https://www.univ-chlef.dz/uc/?p=8, (Consulté le 22/05/2019)
  64. Source: Site de l'université de Chlef, Lien: https://www.univ-chlef.dz/uc/?p=348, (Consulté le 22/05/2019)
  65. a b et c http://www.dsp-chlef.dz/index.php/Fr/structures-sanitaires
  66. « Synthèse Wilaya de Chlef, Page 10 » (consulté le 10 juin 2019)
  67. https://www.djazairess.com/fr/lqo/5225461
  68. a b c et d http://www.dsp-chlef.dz/index.php/Fr/coordonnees-des-praticiens
  69. https://www.algerie360.com/chlef-reprise-des-travaux-du-centre-anti-cancer/
  70. Source: Article le Festival national des marionnettes, Année:2007, Lien: https://www.djazairess.com/fr/lesoirdalgerie/55940, Consulté le (23/05/2019)
  71. Source: Article APS le Festival national des marionnettes, Année:2016, Lien: http://www.aps.dz/culture/87405-ain-temouchent-festival-national-des-marionnettes-a-partir-de-dimanche, Consulté le (23/05/2019)
  72. Source: Article de l'APS sur la semaine du patrimoine Amazigh, Année:2013, Lien: http://www.aps.dz/regions/68298-le-nouvel-an-amazigh-a-chlef-coup-d-envoi-de-la-semaine-du-patrimoine-amazigh, Consulté le (23/05/2019)
  73. Source: Article de l'APS sur le Festival lire en fête, Année:2019, Lien: http://www.aps.dz/regions/87247-festival-lire-en-fete-affluence-considerable-des-enfants-a-chlef, Consulté le (23/05/2019)
  74. Source: Article de l'APS sur le mois du patrimoine à Chlef, Année:2019, Lien: http://www.aps.dz/culture/88454-chlef-affluence-considerable-sur-les-activites-du-mois-du-patrimoine, Consulté le (23/05/2019)
  75. Source: Article de l'APS sur le mois du patrimoine à Chlef, Année:2018, Lien: http://www.aps.dz/culture/72832-ouverture-du-mois-du-patrimoine-a-chlef-des-activites-riches-et-un-public-des-grands-jours, Consulté le (23/05/2019)
  76. Source: Article de l'APS sur le festival Brass Band, Langue de l'article: Ar, Année:2018, Lien: http://www.aps.dz/ar/culture/64637-2018-12-28-10-06-19, Consulté le (23/05/2019)
  77. a b et c « Historique - ASO Chlef », sur Vitaminedz.Com, (consulté le 30 mai 2019)
  78. Djazouli Boudjelthia, La lueur du jour, club phare de la vallée du Chéliff, Chlef, Edition Tadj El-Wakar, , 280 p., p. 100
  79. Djazouli Boudjelthia, La lueur du jour, Club phare de la vallée du CHeliff, Chlef, Edition Tadj El-Wakar, , 280 p., p. 134
  80. a et b « Amal Saad Olympique Chhlef », sur VitamineDz.com (consulté le 30 mai 2019)
  81. « Palmarès de la coupe d'Algérie », sur Faf.dz (consulté le 30 mai 2019)
  82. « Palmarès du championnat national », sur Faf.dz (consulté le 30 mai 2019)
  83. Ishak C, « Officiel : La LFP confirme l'accession de l'ASO Chlef », DzFoot,‎ (lire en ligne)
  84. a et b « Le volley-ball à Chlef, une riche histoire », sur Djazairess.com, (consulté le 31 mai 2019)
  85. « L'équipe de Volley-Ball de Chlef au Sila », sur Sila.dz (consulté le 31 mai 2019)
  86. a b et c « Palmarès de la Coupe d’Algérie de Volleyball (Seniors Dames) », sur Afvb.org (consulté le 31 mai 2019)
  87. « LES CHAMPIONS D’ALGERIE », sur Afvb.org (consulté le 31 mai 2019)
  88. « Volley-ball : Le PO Chlef champion d'Algérie 2008-2009 », sur Algerie360.com, (consulté le 31 mai 2019)
  89. « Natation synchronisée: la sélection algérienne en stage avec 14 athlètes », sur Algerie360.com, (consulté le 31 mai 2019)
  90. Source: Article Site Djazairess, Langue de l'article: Fr, Date:31/12/2013, Lien: https://www.djazairess.com/fr/apsfr/338718, Consulté le (23/05/2019)
  91. Source: Article DzFoot, Langue de l'article: Fr, Date:19/02/2004, Lien: http://www.dzfoot.com/2004/02/19/le-stade-olymp-de-chlef-homologue-7357.php, Consulté le (23/05/2019)
  92. Djazouli Boudjelthia, La lueur du jour, club phare de la vallée du Chéliff, Chlef, Edition Tadj El-Wakar, , 280 p., P 104
  93. a et b Source: Article Journal Le soir d'Algérie, Langue de l'article: Fr, Date:19/06/2012, Lien: https://www.djazairess.com/fr/lesoirdalgerie/135649, Consulté le (26/05/2019)
  94. Source: Livre, Au fil des ans et des mots, 1.Les semailles, tome 1, Paul Robert, Editions Robert Laffont, 1979, p. 59-60.
  95. Source: Site Cheliff.org, Langue de l'article: Fr, Lien: http://cheliff.org/portail/?q=book/print/63, Consulté le (26/05/2019)
  96. Source: Article Journal Le soir d'Algérie, Langue de l'article: Fr, Date:05/12/2017, Lien: https://www.lesoirdalgerie.com/articles/2017/12/05/print-5-220934.php, Consulté le (26/05/2019)
  97. Source: Article Site de la radio algérienne, Langue de l'article: Fr, Date:19/03/2017, Lien: http://www.radioalgerie.dz/news/fr/node/106419, Consulté le (26/05/2019)
  98. Source: Site de la ligue de football de la wilaya de Chlef, Lien: http://www.lfwchlef.com/d-signation-685.php#, Consulté le (26/05/2019)
  99. Source: Article Journal El Watan, Langue de l'article: Fr, Date:21/05/2019, Lien: https://www.elwatan.com/regions/ouest/chlef/chlef-le-complexe-sportif-et-de-loisirs-sera-inaugure-prochainement-21-05-2019, Consulté le (23/05/2019)
  100. Source: Article Journal El Watan publier sur le site Djazairess, Langue de l'article: Fr, Date:27/04/2014, Lien: https://www.djazairess.com/fr/elwatan/454898, Consulté le (23/05/2019)
  101. Source: Article Site Algérie 360, Langue de l'article: Fr, Date:06/09/2018, Lien: https://www.algerie360.com/chlef-deux-nouvelles-piscines-inaugurees/, Consulté le (23/05/2019)
  102. Source: Article Site de la radio algérienne, Langue de l'article: Fr, Date:05/01/2019, Lien: http://radioalgerie.dz/news/fr/article/20190105/159089.html, Consulté le (23/05/2019)
  103. Source: Article APS, Langue de l'article: Fr, Date:17/03/2018, Lien: http://www.aps.dz/sport/71259-championnats-d-afrique-de-cross-u20-seniors-coup-d-envoi-de-la-5e-edition-a-chlef, Consulté le (23/05/2019)
  104. a et b Lien: https://www.revolvy.com/page/Algerian-Men%27s-Volleyball-League?cr=1, Consulté le (26/05/2019)
  105. Source: Site de fédération algérienne de volley ball, Langue de l'article: Fr, Lien: http://www.afvb.org/?NATIONALE-UNE-SENIORS-DAMES,2447, Consulté le (26/05/2019)
  106. Source: Article El Watan, Langue de l'article: Fr, date: 12/05/2013, Lien: https://www.djazairess.com/fr/elwatan/413339 , (Consulté le 26/05/2019)
  107. Source: Article El Watan, Langue de l'article: Fr, date: 09/05/2009, Lien: https://www.djazairess.com/fr/elwatan/125133 , (Consulté le 26/05/2019)
  108. Source: Article Le Midi libre, Langue de l'article: Fr, date: 28/07/2013, Lien: https://www.djazairess.com/fr/lemidi/1307281301 , (Consulté le 26/05/2019)
  109. « Natation : L'EN en stage à Chlef », sur Djazairess.com, (consulté le 31 mai 2019)
  110. « Natation à Chlef : la piscine olympique toujours fermée », sur Djazairess.com, (consulté le 31 mai 2019)
  111. https://www.liberte-algerie.com/radar/le-journal-le-chelif-dans-les-kiosques-198649
  112. a et b http://alger-roi.fr/Alger/presse/textes/presse_algerie_gamt41.htm
  113. cheliff.org/portail/?q=glossary/4
  114. a et b http://www.nom-amiel.org/wk/ami1297
  115. L’Impartial, organe républicain des intérêts de Djidjelli et de la région, paraissant tous les dimanches, avise ses lecteurs et lectrices dans son no 227 du 20 janvier 1895, p. 02, la naissance de l’hebdomadaire le Progrès : « Nouveau confrère. — Nous venons de recevoir le premier numéro du Progrès, journal hebdomadaire d'Orléansville. Nous souhaitons à notre confrère longue vie et prospérité. »
  116. http://alger-roi.fr/Alger/presse/textes/1_bibliographie_journaux_alger2_5_8.htm
  117. http://www.algerie-radio.com/radio-chlef-en-direct
  118. Source: Journal L’Echo d’Alger no 8619 du dimanche 11 mars 1934. p. 07, Lien: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7583632s/f7.item, (Consulté le 26/05/2019)
  119. Source: Journal Le Progrès no 592 du jeudi 17 mai 1906.p. 02, Lien: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56766662/f2.image.texteImage, (Consulté le 26/05/2019)
  120. Source: Catalogue de la direction du tourisme de la wilaya de Chlef, Année: 2015, Page 8, Lien: https://www.dta-chlef.com/docs/Guide_Final_Fran.pdf, Consulté le 26/05/2019
  121. Source: Catalogue de la direction du tourisme de la wilaya de Chlef, Année: 2015, Page 9, Lien: https://www.dta-chlef.com/docs/Guide_Final_Fran.pdf, Consulté le 26/05/2019
  122. Source: Site Cerclealgerianiste.fr, Langue de l'article: Fr, Lien: http://www.cerclealgerianiste.fr/index.php/archives/encyclopedie-algerianiste/histoire/histoire-economique/histoire-des-transports/321-les-lignes-aeriennes-nord-africaines-l-a-n-a-avant-1940, (Consulté le 26/05/2019)
  123. a b et c https://www.reflexiondz.net/Aeroport-international-Abou-Baker-Belaid-Premier-depart-vers-la-Mecque-a-partir-de-Chlef_a3150.html
  124. a et b https://www.djazairess.com/fr/infosoir/39664
  125. a et b « A quand le démarrage des travaux ? », sur ElWatan.com, (consulté le 31 mai 2019)
  126. a et b « L’aéroport de Chlef El Mouafkia/Abou Bakr Belkaid », sur Mtp.gov.dz (consulté le 1er juin 2019)
  127. « Transport aérien/ ASL Airlines inaugure son Paris-Alger », sur Algerie-focus.com, (consulté le 31 mai 2019)
  128. https://www.academia.edu/35545963/Les_architectes_dAlger_1830-1940
  129. http://www.cdha.fr/tremblement-de-terre-dorleansville
  130. http://adsabs.harvard.edu/full/1955LAstr..69...66M
  131. http://www.algeriemesracines.com/famille/page-photo-famille.php?id=21231&idfamille=lucette-valentin-oran
  132. https://www.liberte-algerie.com/radar/lautorail-alger-chlef-operationnel-53881
  133. https://www.liberte-algerie.com/radar/la-liaison-oran-chlef-assuree-par-autorail-193341
  134. https://www.sntf.dz/index.php/component/keenitportfolio/portfolio/2
  135. http://dia-algerie.com/train-coradia-alger-oran-haut-standing-officiellement-lance-tarif-2000-da/
  136. http://www.ouestribune-dz.com/fr/premier-voyage-du-train-coradia-a-partir-doran/
  137. http://alger-roi.fr/Alger/transports/chemin_fer/morton/developpement_gamt71.htm
  138. a et b LE LIVRE D’OR DE L’ALGÉRIE - Par NARCISSE FAUCON - 1889 - Page 21 - Téléchargeable sur: http://www.republiquedemacedoine.org/alger50new/images/alger-ouvrages/1889_le_livre_d_or_de_l_Algerie_Faucon-AS.pdf
  139. http://cheliff.org/portail/?q=node/371
  140. a et b https://www.djazairess.com/fr/elwatan/325711
  141. https://www.elwatan.com/archives/chlef-archives/chlef-lentreprise-publique-de-transport-urbain-amputee-de-15-bus-18-06-2013
  142. https://www.djazairess.com/fr/elwatan/480017
  143. https://www.elwatan.com/regions/ouest/chlef/lurgence-de-la-relance-du-projet-du-tramway-11-04-2018
  144. « La mise en exploitation de la gare routière de CHLEF », sur sogral.dz, (consulté le 11 juin 2019)
  145. « Chlef: La nouvelle gare routière d'El-Hamadia bientôt opérationnelle », sur djazairess.com, (consulté le 11 juin 2019)
  146. « Chlef: La nouvelle gare routière mise en service », sur letemps-dz.com, (consulté le 11 juin 2019)
  147. https://www.elwatan.com/regions/ouest/chlef/chlef-le-plan-de-circulation-transgresse-25-09-2018
  148. https://www.letemps-dz.com/chlef-vers-la-revision-du-plan-de-circulation/
  149. « Villes couvertes par la 4G Mobilis », sur Mobilis.dz (consulté le 2 juin 2019)
  150. « Villes couvertes par la 4G Ooredoo », sur Ooredoo.dz (consulté le 2 juin 2019)
  151. Source: Thèse Pour l’Obtention du Diplôme de DOCTORAT, thème: Étude des effets de site dans la ville de Chlef, UNIVERSITÉ FERHAT ABBAS-SÉTIF (ALGÉRIE), Page 47, Lien: http://dspace.univ-setif.dz:8888/jspui/bitstream/123456789/1154/1/Th%C3%A8se%20Khalissa%20LAYADI.pdf, (Consulté le 24/05/2019)
  152. Source: Site Naftal, Lien: https://www.naftal.dz/fr/index.php/contactez-nous , Districts commercialisation
  153. Source: Article Journal El Moudjahid, Langue de l'article: Fr, Date:05/06/2018, Lien: http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/124406, Consulté le (25/05/2019)
  154. Source: Article APS, Langue de l'article: Fr, Date:03/06/2018, Lien: http://www.aps.dz/economie/74786-des-mesures-reglementaires-pour-promouvoir-l-utilisation-des-energies-renouvelables, Consulté le (25/05/2019)
  155. Source: Site APRUE, Langue: Fr, Lien: http://www.aprue.org.dz/eco-lumi%C3%A8re.html, Consulté le (25/05/2019)
  156. a et b https://www.elwatan.com/regions/ouest/chlef/chlefpremiere-region-du-pays-a-avoir-introduit-lelectricite-05-10-2016
  157. « Journal L’Avenir de Bel Abbès, Section: Informations Algériennes, Colonne 4, Batna », sur Gallica.bnf.fr, (consulté le 1er juin 2019)
  158. a et b « Ténès : la station de dessalement couvrira à terme 95 % des besoins de la wilaya de Chlef, selon Nouri », sur lecourrier-dalgerie.com, (consulté le 14 juin 2019)
  159. « La station d’épuration sera opérationnelle en mars », sur Liberte-algerie.com, (consulté le 14 juin 2019)
  160. « Nouvelle station d'épuration à Chlef », sur Djazairess.com, (consulté le 14 juin 2019)
  161. « Des stations d’épuration en projet à Chlef », sur Elwatan.com, (consulté le 14 juin 2019)
  162. « Laboratoires de contrôle de la qualité de l’eau », sur Site de l'ADE (consulté le 15 juin 2019)
  163. « Chlef : La gestion des déchets en question », sur Elwatan.com, (consulté le 14 juin 2019)
  164. « Chlef : AGB ouvre sa deuxième agence commerciale », (consulté le 10 juin 2019)
  165. « Rubrique Monographie Wilaya, Wilaya de CHLEF, Page 6 », (consulté le 15 juin 2019)
  166. « Zone d'activités de Ouled Mohamed : les voies d'accès impraticables », (consulté le 10 juin 2019)
  167. « Chlef : la production du lait en hausse » (consulté le 10 juin 2019)
  168. « DAL de Chlef: 7 camions de Peng Pu », sur bourse-dz.com, (consulté le 15 juin 2019)
  169. « Chlef : Les défis du secteur industriel », (consulté le 15 juin 2019)
  170. « Chlef : Le projet de la pénétrante Ténès-Tissemsilt avance bien », sur elwatan.com, (consulté le 11 juin 2019)
  171. « L’Algérie sous le régime de VICHY, page 18 » (consulté le 11 juin 2019)
  172. « 1 bis – Paul Robert et le Mont Dahra »,
  173. Jacques Bouveresse, Un parlement colonial ?, Publications des universités de Rouen et du Havre, , 996 p. (ISBN 978-2-87775-456-9, lire en ligne), p. 411
  174. « Les marchés de gros », sur Ministère du commerce (consulté le 15 juin 2019)
  175. « Espaces Commerciaux », sur Wilaya de CHLEF (consulté le 15 juin 2019)
  176. « Chlef: Colère des commerçants du marché de gros », sur Algerie360.com, (consulté le 15 juin 2019)
  177. « Bibliothèque publique de Chlef : Grande affluence à la Kheima de lecture », sur elmoudjahid.com, (consulté le 11 juin 2019)
  178. « Chlef: Les livres débarquent sur le littoral », sur djazairess.com, (consulté le 11 juin 2019)
  179. « Aujourd’hui à Chlef le centre Larbi Tebessi, hier à Orléansville le centre Albert-Camus (1955-1961) », sur journals.openedition.org (consulté le 31 mai 2019)
  180. « Chlef. La salle de cinéma El Djamel rénovée », sur Djazairess.com, (consulté le 31 mai 2019)
  181. « CHLEF : La nouvelle maison de la culture inaugurée prochainement », sur Reflexiondz.net, (consulté le 31 mai 2019)
  182. « Chlef : Un nouveau statut pour le conservatoire », sur Djazairess.com, (consulté le 31 mai 2019)
  183. « 1er orchestre du conservatoire de Chlef », sur Djazairess.com, (consulté le 31 mai 2019)
  184. « Conservatoire de musique : Bientôt la sortie de première promotion », sur Elwatan.com, (consulté le 31 mai 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :