Adrien Taquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Adrien Taquet
Illustration.
Adrien Taquet en 2017.
Fonctions
Secrétaire d'État chargé de l'Enfance et des Familles
En fonction depuis le
(2 mois et 29 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Jean Castex
Ministre Olivier Véran
Gouvernement Castex
Prédécesseur Lui-même
Secrétaire d'État auprès du ministre des Solidarités et de la Santé

(1 an, 5 mois et 11 jours)
Premier ministre Édouard Philippe
Gouvernement Philippe II
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Lui-même
Député français

(1 an, 8 mois et 4 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 2e des Hauts-de-Seine
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LREM
Prédécesseur Sébastien Pietrasanta
Successeur Bénédicte Pételle
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Paris 16e (France)
Nationalité française
Parti politique EM/LREM (depuis 2016)
Diplômé de IEP de Paris

Adrien Taquet, né le dans le 16e arrondissement de Paris, est un homme politique français.

Cofondateur d'En marche, dont il a inventé le nom et le logo, il est élu député dans la 2e circonscription des Hauts-de-Seine en , puis est nommé secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé le , dans le gouvernement Philippe II.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Adrien Taquet est père de deux enfants[1].

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires au lycée Florent-Schmitt à Saint-Cloud, durant lesquelles il fréquente le centre de formation du Paris Saint-Germain[1],[2], il est diplômé d'un bi-cursus d'études universitaires générales (DEUG) droit/anglais puis d'une maîtrise de droit public et enfin d'un diplôme d'études juridiques appliquées (DJA 2) de l'université Paris-Nanterre (1994 -1999).

En 2001, il est diplômé de Sciences Po Paris (section service public).

En 2003, il obtient un diplôme d'études approfondies (DEA) en sociologie politique et politiques publiques à l'École doctorale de l'IEP Paris[3],[4], au cours de cette formation il est parti étudier à la Georgetown University (États-Unis) dans le cadre du Master Program in Public Policy.

En 2004, il rejoint, par l'entremise de Gilles Finchelstein, le groupe Havas[5] en assurant les fonctions de directeur-général d'Euro RSCG 360 à Reims puis à Paris. En 2008, il devient directeur-associé chez Euro RSCG C&O. Et de 2008 à 2012, il assure les fonctions de directeur-associé chez Leg. En 2013, il co-fonde, avec Gabriel Gaultier, l'agence de publicité Jésus et Gabriel[5], dont il prend la direction. En 2017, le jour de son élection en tant que député, il y arrête ses activités.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Intéressé très jeune par la vie publique, Adrien Taquet a été membre du conseil municipal des jeunes de la commune de Garches[réf. nécessaire]. Au lendemain de la défaite de Lionel Jospin à l'élection présidentielle de 2002, il rejoint les réseaux de Dominique Strauss-Kahn, dont il s'écarte en 2004[6].

En 2015, il participe aux côtés d'Emmanuel Macron à la création d'En Marche[1]. Il est considéré comme l'inventeur du nom du mouvement et de son logo[7],[8]. Durant la campagne présidentielle, il intervient sur plusieurs aspects de la communication d'Emmanuel Macron (identité visuelle, recrutement, scénographie des meetings, films)[5]. Il est un ami d'Ismaël Emelien, co-fondateur du parti qui deviendra conseiller spécial d’Emmanuel Macron au palais de l'Élysée, et qui fut lui-même salarié d’Havas[5].

Député de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Il est investi par La République en marche aux élections législatives de 2017 dans la 2e circonscription des Hauts-de-Seine qu'il remporte en obtenant 47,01 % des voix au 1er tour puis 63,43 % des voix au 2e tour[9],[10] face à la candidate LR.

À l'Assemblée nationale, il est particulièrement investi sur les questions liées au handicap et à l'autisme[11]. Il est proche de Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées[6]. Lors de l'adoption de la loi de finances[Quand ?], il défend plusieurs dispositions en faveur des personnes handicapées et de leurs proches. Le , un amendement du député a été adopté[12] afin d'obliger les établissements et services sociaux et médico-sociaux à désigner un référent intégrité physique, pour aider les personnes accueillies à être davantage sensibilisées aux risques de mauvais traitements et pour qu'elles puissent se faire aider en cas d'agression.

Au printemps 2018, il signe avec Jean-François Serres, du Conseil économique social et environnemental (Cese), le rapport « Plus simple la vie » qui se traduit par l’ouverture de droits à vie pour certaines personnes porteuses de handicap, limitant ainsi les procédures administrations de ces dernières pour justifier de leur état[6].

En , Adrien Taquet vote contre la discussion d'un texte relatif au statut des accompagnants des élèves handicapés, évalués à 340 000 enfants en 2018[13], et explique sa position dans l'hémicycle lors d'une question au Gouvernement le [14] et dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche le [15].

Le , Adrien Taquet est enfariné par les militants de l'association Handi-Social lors de sa visite à Toulouse, à l'occasion de la présentation de son rapport « Plus simple la vie »[16]. La présidente de l'association Odile Maurin lui déclare pour l'occasion « Vous avez été, en votant la loi Elan le fossoyeur de nos droits » et lui remet une « pelle d’or », puis deux personnes de son association versent sur le parlementaire de la farine et du ketchup[17]. Elle dénonce pour l'occasion « le mensonge du gouvernement et de la majorité présidentielle qui prétendent faire avancer nos droits alors que c'est le contraire avec la loi Elan »[16],[18].

Fin 2018, il assure la direction de la campagne de Stanislas Guerini, élu délégué général de La République en marche[réf. nécessaire].

Secrétaire d’État[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn. Il est chargé de faire avancer la défense des droits fondamentaux de l’enfant ; le soutien à la parentalité ; et la lutte contre les maltraitances[6],[19]. La Croix relève alors que « cette nomination résonne comme un symbole, alors que la Convention internationale de la protection de l'enfant fête cette année ses 30 ans et que des manquements criants sont régulièrement décriés dans le fonctionnement de l’Aide sociale à l'enfance »[6].

Durant l'été 2019, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) réévalue la valeur du patrimoine immobilier du secrétaire d'Etat à sa propre initiative.[20].

Le 19 septembre 2019, il participe avec le Président de la République Emmanuel Macron à l'installation de la commission des 1000 premiers jours de la vie de l'enfant. Ce comité d'expert travaille avec l'ensemble des acteurs afin de rassembler des connaissances et de formuler des préconisations de politiques publiques ciblées sur les 1000 premiers jours de l'enfant[21].

Le , il présente la Stratégie nationale de prévention et de protection de l'enfance, qui vise notamment, à travers quatre engagements clefs, à mieux protéger les droits des enfants et à améliorer la prise en charge par l'Aide sociale à l'enfance[22].

Lyes Louffok, ancien enfant placé et membre du Conseil national de la protection de l'enfance, dénonce une stratégie "éloignée des espoirs qu'avait suscités sa nomination"[23]. Il dénonce, entre autres, un budget insuffisant pour répondre à l'urgence de la situation[24]. La Convention Nationale des Associations de Protection de l'Enfant (CNAPE) a quant à elle salué "l'accent porté sur la prévention"[25].

Le 20 novembre 2019, Adrien Taquet dévoile le plan de lutte contre les violences faites aux enfants du gouvernement à horizon 2019-2022. Parmi les mesures annoncées, le renforcement des moyens du 119, le numéro d'appel pour l'enfance en danger ; la généralisation sur l’ensemble du territoire d’ici 2022 des unités d’accueil médico-judiciaire pédiatriques (UAMJP), qui proposent aux mineurs un accompagnement judiciaire et médical ; la création de cinq nouvelles unités spécialisées dans la prise en charge du psycho-traumatisme ; l’inscription systématique des individus condamnés pour consultation ou détention de contenus pédopornographiques au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infraction sexuelles ou violentes (Fijaisv) ; et le lancement d'une plateforme téléphonique d'écoute et d'orientation à destination des personnes attirées sexuellement par des enfants[26].

Le même jour, le Président de la République Emmanuel Macron annonce dans un discours à l'Unesco qu'il donne six mois aux "opérateurs" pour mettre en place "le contrôle parental par défaut" pour l'éviter l'accès des mineurs aux contenus pornographiques. La mesure s'inscrit également dans le plan de lutte contre les violences faites aux enfants du gouvernement[26].

Adrien Taquet dévoile le 3 février 2020, en compagnie de Sébastien Lecornu, les 30 départements sélectionnés afin de participer à la première vague de contractualisation de la Stratégie nationale de prévention et de protection de l'enfance[27]. Ces départements bénéficient de financements dédiés afin de mettre en oeuvre des projets innovants pour la protection de l'enfance[28].

Il est nommé secrétaire d’État chargé de l'Enfance et des Familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé le 26 juillet 2020[29].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Adrien Taquet est en couple avec Anne-Sophie Bradelle[30]. En mars 2020, Bradelle quitte Havas alors qu'elle est senior partner chargée du Pôle international pour devenir conseillère presse sur les questions internationales auprès d'Emmanuel Macron[30].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Fonction ministérielle[modifier | modifier le code]

Mandat parlementaire[modifier | modifier le code]

Fonction politique[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Qui est Adrien Taquet, votre député (LREM) à Asnières - Colombes », sur Le Parisien.fr,
  2. Michel Veron, « Équipe de France de foot de l'Assemblée nationale : on a parlé ballon rond (mais pas que) avec son meilleur joueur » sur le site d'LCI, 20 septembre 2017
  3. « Jésus : portrait d’agence », sur L’ADN.eu,
  4. « Adrien Taquet », sur Linkedin.com (consulté le 25 juin 2017)
  5. a b c et d « Qui est Adrien Taquet le nouveau secrétaire d'Etat à la protection à l'enfance », sur ledauphine.com, (consulté le 24 décembre 2019).
  6. a b c d et e Emmanuelle Lucas, « Adrien Taquet devient secrétaire d’État à la protection de l’enfant », sur la-croix.com, (consulté le 24 décembre 2019).
  7. Yann Guégan et Diane de Fortanier, « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale », sur contexte.com, (consulté le 19 octobre 2018).
  8. « Législatives 2017 : qui est Adrien Taquet le nouveau député REM des Hauts-de-Seine ? », sur France Bleu.fr,
  9. « Résultats des élections législatives 2017 - Hauts-de-Seine (92) - 2ème circonscription », sur interieur.gouv.fr (consulté le 21 juillet 2017)
  10. « Résultats législatives 2017 - Hauts-de-Seine - 2ème circonscription des Hauts-de-Seine - Adrien TAQUET élu au 2nd tour des élections législatives », sur Le Monde.fr (consulté le 25 juin 2017)
  11. Agnès Leclair, « Protection de l'enfance : les défis d'Adrien Taquet », Le Figaro, 25-26 janvier 2019, p. 9.
  12. Handicap.fr, « Maltraitance : les personnes handicapées mieux protégées ? », Handicap.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 août 2018)
  13. « Elèves handicapés: une proposition de loi LR retoquée », sur FIGARO, (consulté le 18 novembre 2018)
  14. « 1ère séance : Questions au Gouvernement ; Projet de loi de finances pour 2019 (première partie) (suite) - Mardi 16 octobre 2018 », sur videos.assemblee-nationale.fr (consulté le 21 janvier 2019)
  15. Le JDD, « Handicap : un député En marche répond à la colère de François Ruffin », sur lejdd.fr (consulté le 21 janvier 2019)
  16. a et b Handicap.fr, « Le député Adrien Taquet enfariné : agression ou pas ? », sur Handicap.fr (consulté le 9 décembre 2019).
  17. D. E., « Le député des Hauts-de-Seine Adrien Taquet enfariné », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 9 décembre 2019).
  18. « Un député LREM enfariné alors qu'il présentait son projet pour les personnes handicapées », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2018)
  19. Le Monde avec AFP et Reuters, « Le député LRM Adrien Taquet nommé secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance », sur Le Monde,
  20. « Le secrétaire d'Etat Adrien Taquet réévalue son patrimoine auprès de la HATVP - 25/07/2019 », sur La Lettre A, (consulté le 18 février 2020)
  21. « Faire des 1000 premiers jours de l'enfant une priorité de l'action publique », sur elysee.fr (consulté le 18 février 2020)
  22. « Une stratégie nationale pour garantir à chaque enfant les mêmes chances et les mêmes droits », sur Gouvernement.fr (consulté le 18 février 2020)
  23. « "Protection de l'enfance: les enfants placés resteront à la porte du Nouveau Monde" », sur Le Huffington Post, (consulté le 16 octobre 2019)
  24. « Lyes Louffok : "Dans le Nord, il faut 18 mois pour qu'un enfant en danger soit placé" », sur Marie Claire (consulté le 16 octobre 2019)
  25. Le Point magazine, « Protection de l'Enfance: une », sur Le Point, (consulté le 18 février 2020)
  26. a et b BFMTV, « Ce que contient le plan du gouvernement contre les violences faites aux enfants », sur BFMTV (consulté le 24 décembre 2019)
  27. « Evreux : présentation de la Stratégie nationale de prévention et de protection de l'enfance », sur France 3 Normandie (consulté le 18 février 2020)
  28. « Protection de l’enfance : l’État passe contrat avec 30 départements », sur SudOuest.fr (consulté le 18 février 2020)
  29. Décret du 26 juillet 2020 relatif à la composition du Gouvernement (lire en ligne)
  30. a et b CDQ, avec AFP, « Emmanuel Macron (re)modifie son équipe de com' », Stratégies,‎ (lire en ligne[archive du ])

Liens externes[modifier | modifier le code]