Pierre de Bousquet de Florian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre de Bousquet de Florian, né le à Boulogne-Billancourt, est un préfet français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Pierre de Bousquet de Florian est le fils de Bernard de Bousquet de Florian[1]. Après avoir étudié au lycée de Saumur, titulaire d'une licence de droit de l'université Paris II Panthéon-Assas, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il est issu des rangs de l'ENA et est un proche de Jacques Chirac[2].

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

De 1995 à 1999, il conseiller technique chargé de l’outre-mer et de l’aménagement du territoire au cabinet du président de la République. Entre 1997 et 1999, il est également représentant personnel en Andorre du président Jacques Chirac.

En avril 1999, il est nommé préfet de la Mayenne.

En juillet 2002, il devient directeur de la DST[3]. Il conserve ce poste jusqu'à l'élection de Nicolas Sarkozy, qui souhaite changer de directeur. Il est donc nommé en juin 2007 préfet des Hauts-de-Seine.

Il devient le préfet hors classe, préfet du Pas-de-Calais. Il est nommé le préfet de la région Haute-Normandie et préfet de la Seine-Maritime[4],[5].

Après moins d'un an en Seine-Maritime, il est nommé le préfet de la région Languedoc-Roussillon et préfet de l'Hérault[6]. Il reste en poste jusqu'au [7].

En juin 2016, il devient président-directeur général de Civipol Conseil[8], rattachée au ministère de l'Intérieur.

En juin 2017, il est nommé coordonateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme[9]. Il conserve ce poste jusqu'au 13 juillet 2020, date à laquelle il est nommé directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin[10].

Décorations[modifier | modifier le code]

Affaire Clearstream[modifier | modifier le code]

Directeur de la DST au moment de l'affaire Clearstream, Pierre de Bousquet de Florian en est un des participants[18].

Manquement au devoir de réserve[modifier | modifier le code]

Le samedi à la Maison de la Chimie à Paris, lors de la « réunion d'information des maires » sur l'afflux migratoire dû à l'actualité, il tente de prendre le micro du maire FN Julien Sanchez alors que ce dernier s'exprime derrière lui[19],[20].

Condamnation pour diffamation[modifier | modifier le code]

Le , il est condamné par défaut à une amende de 500 euros, à 1 euro de dommages et intérêts et au paiement de 2 000 euros de frais de procédure pour diffamation envers l'imam de Montpellier Mohamed Khattabi[21], jugement invalidé le 13 décembre 2017 par décision de la 17e chambre correctionnelle du Tribunal de Grande Instance de Paris, ayant considéré nulle la citation de Monsieur Khattabi, qui n'a pas fait appel de cette décision.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Hugues Carbonnier, « Bernard de Bousquet de Florian, Pierre de Bousquet de Florian », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 439 (ISBN 978-2846211901)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.whoswho.fr/decede/biographie-bernard-de-bousquet-de-florian_19988.
  2. Selon la notice biographique de News Press, sur Mon92.com.
  3. Décret du 4 juillet 2002, JORF no 156 du 6 juillet 2002, p. 11646, texte no 34, NOR INTA0210052D.
  4. Pierre de Bousquet de Florian, préfet de la région Haute-Normandie.
  5. Denis Robin est le nouveau préfet du Pas-de-Calais.
  6. « Le directeur de cabinet de Manuel Valls nommé préfet de Paris », Le Monde.fr, (consulté le 19 décembre 2012)
  7. Wassinia Zirar, « Les préfets des 7 régions fusionnées sont nommés », Acteurs publics, (consulté le 18 décembre 2015)
  8. Le préfet de la région Languedoc-Roussillon Pierre de Bousquet va diriger Civipol
  9. Décret du 22 juin 2017, JORF no 149 du 27 juin 2017, texte no 32, NOR PRMX1718309D.
  10. Ministère de l'Intérieur, « Nomination du directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur », sur https://www.interieur.gouv.fr/fr/Le-ministre/Communiques-du-ministre/Nomination-du-directeur-de-cabinet-du-ministre-de-l-Interieur (consulté le 15 juillet 2020)
  11. Décret du 29 mars 2002 portant promotion et nomination
  12. Décret du 13 juillet 2011 portant promotion et nomination
  13. Décret du 14 mai 1994 portant promotion et nomination
  14. Décret du 15 mai 2006 portant promotion et nomination
  15. Décret du 2 mai 2017 portant promotion et nomination
  16. Arrêté du 10 février 2016 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres.
  17. (en) « Décret du 11 février 2014 portant promotion et nomination », sur Mérite maritime (consulté le 9 août 2019).
  18. Mathieu Delahousse et Caroline Michel, « 8 choses à savoir sur le patron de la "taskforce" anti-Daech », sur Nouvel Obs, (consulté le 9 octobre 2019)
  19. Béatrice Houchard, « «C'est toi, le nazi?» », L'Opinion, 13 septembre 2015.
  20. Béatrice Houchard, « Réfugiés : le paysage politique français dynamité par l’accélération de la crise », L'Opinion, 13 septembre 2015.
  21. Michel Deléan, « Le coordinateur du renseignement condamné pour diffamation », mediapart.fr, (consulté le 23 juin 2017)