Fernando Grande-Marlaska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fernando Grande-Marlaska
Illustration.
Fernando Grande-Marlaska en .
Fonctions
Ministre espagnol de l'Intérieur
En fonction depuis le
(2 ans, 7 mois et 17 jours)
Président du gouvernement Pedro Sánchez
Gouvernement Sánchez I et II
Prédécesseur Juan Ignacio Zoido
Député aux Cortes Generales

(9 mois et 5 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Cadix
Législature XIIIe et XIVe
Groupe politique Socialiste
Successeur Gemma Araujo
Biographie
Nom de naissance Fernando Grande-Marlaska Gómez
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Bilbao (Espagne)
Parti politique Indépendant
Diplômé de Université de Deusto
Profession Juge

Fernando Grande-Marlaska
Ministres de l'Intérieur d'Espagne

Fernando Grande-Marlaska Gómez, né le à Bilbao, est un magistrat et homme politique espagnol.

En , il est choisi par Pedro Sánchez pour occuper le poste de ministre de l'Intérieur dans son nouveau gouvernement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Né à Bilbao, il est le fils d'Avelino Grande, policier municipal[1]. Il devient juge en 1987, et jusqu'en 1989 il occupe ses fonctions au tribunal de première instance de Santoña, en Cantabrie, où il instruit l'affaire de l'assassinat des marquis d'Urquijo par Rafael Escobedo. En 1990, il est muté comme juge d'instruction no 2 de Bilbao, fonctions qu'il occupe pendant neuf ans. Il est ensuite promu comme président de la sixième chambre pénale de l'Audience provinciale de Biscaye.

En 2003 il s'installe à Madrid comme juge d'instruction no 36.

En 2004, il est nommé substitut du juge Baltasar Garzón comme cinquième juge central d'instruction, poste auquel il se fait connaître au niveau national, étant déjà connu comme instructeur dans sa ville, qu'il décide de quitter à cause des menaces de l'organisation terroriste ETA.

Magistrat de l'Audience nationale[modifier | modifier le code]

Il est jusqu'au juge du cinquième tribunal central d'instruction — qui enquête sur les crimes et délits relevant de l'Audience nationale — en remplacement provisoire de Baltasar Garzón

Il se fait alors remarquer pour l'instruction des affaires contre l'organisation terroriste ETA, en empêchant des manifestations de la gauche abertzale, convoquées par Arnaldo Otegi et par l'intervention policière contre l'organisation Fórum Filatélico. Au retour de Garzón à son poste, il reste adjoint à la chambre pénale de l'Audience nationale.

Il échoue à se faire élire en membre du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ) comme candidat indépendant.

Il devient l'année suivante juge du troisième tribunal central d'instruction, en remplacement de Teresa Palacios. Le , il est nommé président de la chambre pénale de l'Audience nationale, succédant à Javier Gómez Bermúdez[2]. Il est nommé le membre du Conseil général du pouvoir judiciaire par le Sénat, sur proposition du Parti Populaire[3].

Ministre de l'Intérieur[modifier | modifier le code]

En 2018 il est choisi par le président du gouvernement Pedro Sánchez pour devenir ministre de l'Intérieur.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il a participé à de nombreuses campagnes, notamment une en faveur de l'usage du préservatif parmi la communauté LGBT[4]. La revue Zero, adressée majoritairement à un public homosexuel, dans son numéro 84, informa que le juriste s'était marié avec son compagnon.

Menaces[modifier | modifier le code]

En , une enquête du juge Baltasar Garzón permet de découvrir qu'un commando de l'organisation terroriste ETA avait planifié un attentat contre Grande-Marlaska[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « La verdadera familia del juez Grande Marlasca – Desmarcados », sur blogs.deia.eus (consulté le 6 juin 2018)
  2. (es) « Marlaska sustituye a Bermúdez en la Audiencia », sur publico.es,
  3. (es) « Real Decreto 931/2013, de 29 de noviembre, por el que se nombran Vocales del Consejo General del Poder Judicial a propuesta del Senado. », sur boe.es
  4. ABC, « Grande-Marlaska, Vázquez e Izaguirre promueven el preservativo | Sociedad | Sanidad - Abc.es », sur ABC (consulté le 6 juin 2018)
  5. (es) J. YOLDI et AGENCIAS, « ETA ordenó al 'comando Vizcaya' atentar contra el juez Grande-Marlaska », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 6 juin 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]