Léon Martinaud-Déplat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Léon Martinaud-Déplat
Illustration.
Léon Martinaud-Déplat (1932).
Fonctions
Député 1932-1936
puis 1951-1955
Gouvernement IIIe république-IVe république
Groupe politique RRRS
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 70 ans)
Résidence Seine puis Bouches-du-Rhône

Léon Martinaud-Déplat est un homme politique français, né à Lyon le , décédé le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat, président de l'Union des Jeunes Avocats à la Cour de Paris (UJA de Paris) (1925-1926), il est secrétaire général du Comité exécutif du Parti radical-socialiste dès 1929. Il est élu député de Paris de 1932 à 1936. Il est brièvement sous-secrétaire d'État en 1934. En 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale, il est nommé directeur de la Presse au haut-commissariat à l'Information; il est à ce titre responsable de la censure des journaux[1].

En 1948, il est élu président administratif du parti radical-socialiste. Il est élu député des Bouches-du-Rhône de 1951 à 1955.

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

En tant que ministre de la Justice, il tenta de lutter contre le Parti communiste (PCF) et poursuivit cette politique comme ministre de l'Intérieur. Le 14  , la police attaque un cortège du Parti communiste, de la Confédération générale du travail et du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, tuant sept personnes et en blessant des dizaines. Il fait porter la responsabilité du massacre aux victimes[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Tinthoin, Voyage de M. le Ministre de l'Intérieur Martinaud-Déplat dans le département d'Oran les 26 et , 1953, 32 p.
  • « Léon Martinaud-Déplat », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Archives[modifier | modifier le code]