Clément Beaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Clément Beaune
Illustration.
Clément Beaune en 2020.
Fonctions
Ministre délégué chargé des Transports
En fonction depuis le
(1 mois et 5 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Élisabeth Borne
Ministre Christophe Béchu
Gouvernement Borne
Prédécesseur Jean-Baptiste Djebbari (indirectement)
Député français

(1 mois)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 7e de Paris
Législature XVIe (Cinquième République)
Prédécesseur Pacôme Rupin
Successeur Clara Chassaniol
Ministre délégué chargé de l'Europe

(1 mois et 14 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Élisabeth Borne
Ministre Catherine Colonna
Gouvernement Borne
Prédécesseur Lui-même
Successeur Laurence Boone (indirectement)
Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes

(1 an, 9 mois et 24 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Jean Castex
Ministre Jean-Yves Le Drian
Gouvernement Castex
Prédécesseur Amélie de Montchalin
Successeur Lui-même
Biographie
Date de naissance (40 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique PS (2002-2003)
LREM (depuis 2016)
TdP (depuis 2020)
Diplômé de IEP Paris
Collège d'Europe
ENA
Profession Haut fonctionnaire

Clément Beaune
Ministres français chargé des Transports

Clément Beaune, né le à Paris, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

De 2017 à 2020, il est conseiller spécial d'Emmanuel Macron au palais de l'Élysée sur les questions européennes, puis son conseiller G20. Le , il est nommé secrétaire d'État chargé des Affaires européennes dans le gouvernement Jean Castex puis le ministre délégué chargé de l'Europe dans le gouvernement Élisabeth Borne. Le 4 juillet 2022, il est nommé ministre délégué chargé des Transports dans le même gouvernement.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

Clément Beaune est le fils d'une infirmière d'origine russe et d'un professeur de médecine à l'hôpital Necker-Enfants malades, également enseignant-chercheur[1],[2],[3]. Issu d’une famille de gauche, il indique que son père était mitterrandien[2] ; selon Le Point, celui-ci « a milité au PS, dans les rangs rocardiens »[4]. Il a un frère médecin et une sœur qui travaille dans les assurances[4]. Son arrière-grand-père Israel Naroditzki a été déporté et gazé à Auschwitz[5]. Il grandit dans le 17e arrondissement de Paris[1].

Études et formation[modifier | modifier le code]

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris. Il effectue un séjour universitaire en Irlande dans le cadre du programme Erasmus[6]. Il est également diplômé du Collège d'Europe (promotion 2004-2005) et de l'École nationale d'administration (ENA), promotion Willy-Brandt[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

À sa sortie de l'ENA en 2009, il commence sa carrière à la direction du Budget, en qualité d’adjoint au chef du bureau des lois de finances[7]. De 2012 à 2014, il exerce au cabinet de Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, comme conseiller budgétaire[8]. Il fait ensuite un bref passage comme conseiller à la Représentation permanente de la France auprès de l'Union européenne à Bruxelles en 2014, avant d'intégrer le cabinet d'Emmanuel Macron — dont il est devenu ami — au ministère de l'Économie, où il s'occupe des Affaires européennes jusqu'en 2016[2],[9].

De 2016 à 2017, il est adjoint au directeur général d'ADP Management[10].

Conseiller spécial d'Emmanuel Macron au palais de l'Élysée[modifier | modifier le code]

Resté proche d'Emmanuel Macron lors de sa campagne présidentielle, il ne fait néanmoins pas partie de sa garde rapprochée, surnommée « les mormons », qui s'expose lors de la cérémonie d’investiture : selon Libération, « c’est qu’à la différence de ces derniers, des purs politiques, il était moins impliqué dans la stratégie de conquête du pouvoir que dans la manière de l’exercer »[8].

Après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, Clément Beaune devient conseiller spécial de celui-ci sur les questions européennes[11], puis conseiller G20[12],[13]. Il se distingue de ses prédécesseurs à cette fonction par le fait de ne pas être diplomate de formation[8]. Il écrit la trame de la plupart des discours d'Emmanuel Macron sur l’Europe à partir de celui prononcé, en tant que candidat à l'élection présidentielle, à l’université Humboldt de Berlin en janvier 2017[8]. Il porte par ailleurs le changement de stratégie consistant à s'adresser à l'ensemble des pays membres de l'Union européenne sans se limiter au couple franco-allemand, ce qui s'illustre notamment par le désaccord exprimé par Emmanuel Macron avec Angela Merkel sur la date de sortie du Royaume-Uni[8].

Il est un temps pressenti pour entrer au gouvernement comme secrétaire d’État aux Affaires européennes en 2019 lors du départ de Nathalie Loiseau[14],[3], puis pour figurer sur la liste LREM aux élections européennes de 2019 — mais Stéphane Séjourné lui est préféré par Emmanuel Macron[13],[15]. Il joue cependant un rôle majeur dans la définition du projet défendu par la liste LREM, après avoir écrit le discours d'Emmanuel Macron prononcé à la Sorbonne en septembre 2017 sur la « refondation » de l’Union, ou encore la lettre pour une « renaissance » adressée aux Européens en mars 2019[2],[8]. S'il est invisible durant la campagne, « il prépare activement, en coulisse, les alliances et les tractations » prévues après les élections[8]. Son nom est également évoqué pour la présidence de la chaîne Arte ou comme futur commissaire européen[1].

Secrétaire d'État chargé des Affaires européennes[modifier | modifier le code]

Il est nommé, le , secrétaire d'État chargé des Affaires européennes auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian dans le gouvernement Jean Castex[16]. Sa trajectoire imite celles d'Élisabeth Guigou en 1990 et de Catherine Colonna en 2005, également passées du palais de l'Élysée au ministère des Affaires européennes[2].

En mars 2021, il effectue une visite en Pologne avec pour objectif de renouer un dialogue devenu difficile avec la France depuis l’arrivée au pouvoir du parti Droit et justice en 2015, en particulier s'agissant des droits fondamentaux et de la société civile. Cependant, il se voit refuser, sous prétexte de sécurité sanitaire, l'accès à l’une des zones « libres de l’idéologie LGBT », décrétées par plusieurs dizaines de collectivités locales, sans valeur juridique, avec pour objectif de « protéger les valeurs familiales contre la révolution des mœurs ». Selon Le Monde, « rarement une visite ministérielle dans un pays de l’Union européenne n’avait été autant remplie de symboles et de messages subliminaux incisifs, et marquée, au bout du compte, de tensions avec les autorités hôtes »[17]. Cet épisode lui permet de se faire un nom alors qu'il était jusqu'alors inconnu du grand public[13],[1]. En octobre 2021, il rencontre des associations LGBT à Budapest, alors que la Hongrie dirigée par Viktor Orbán est en conflit avec l’Union européenne en raison de ses atteintes répétées à l’État de droit[18].

En janvier 2022, Le Monde indique qu'« il est difficile d’entendre une note dissonante pour qualifier son action à Bruxelles », qui est saluée par les députés européens Raphaël Glucksmann (Place publique) et Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts/Alliance libre européenne[13]. En revanche, Arnaud Danjean, député européen Les Républicains, s'il le qualifie de « bon ministre », estime que « ses défauts sont ceux de la macronie : une tendance excessive, et parfois très irritante pour les partenaires européens, à s'attribuer tout ce qui se fait de bien en Europe et qui peut confiner à une forme d'arrogance et de suffisance »[1]. L'ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine considère que Clément Beaune, « parce qu'il a un lien personnel avec le président, joue un vrai rôle dans la vision européenne de Macron, [qu']il a davantage de poids que ses prédécesseurs et [que] son potentiel politique est réel »[1]. Jean-Marc Ayrault, également ancien ministre des Affaires étrangères, estime qu'il « a su habilement se démarquer de la tutelle de Jean-Yves Le Drian »[1]. Selon Les Échos, il a très vite gagné « une visibilité médiatique rare à [son] poste »[19].

Il fait partie des ministres habilités à s'exprimer sur les sujets sensibles liés à la pandémie de Covid-19, tels que la suspension du vaccin AstraZeneca, l'hypothèse d'un passeport vaccinal, l'acheminement des doses, ou encore la concurrence avec les Russes et les Chinois[1]. En septembre 2021, il déclare dans un entretien que la majorité présidentielle « incarne le camp de la raison et de la République », et subit un recadrage de Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, avec l'aval du palais de l'Élysée, affirmant que la raison et la République ne peuvent être l’apanage d’un seul parti. Il assure quant à lui qu'« il n’y a eu aucun recadrage du président ou du Premier ministre »[13]. Par ailleurs, il s'oppose publiquement aux déclarations de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation, contre l'« islamo-gauchisme » qui menacerait l'université[13]. Selon L'Obs, il « s'est imposé comme un rouage essentiel de la macronie »[1]. Il se distingue au sein de l'exécutif par ses bonnes relations avec les journalistes[1]. Le Monde indique en janvier 2022 qu'il est « protégé par son statut quasi officiel de chouchou du président », et voit le « signe de sa montée en puissance » dans le fait qu'« il donne de plus en plus d’interviews politiques » et « suggère des mesures pour le programme du futur candidat (il a défendu l’idée du vote à 16 ans) »[13].

Ministre délégué chargé de l'Europe puis des Transports[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé ministre délégué chargé de l'Europe dans le gouvernement Élisabeth Borne.

Le , il est nommé ministre délégué chargé des Transports dans le cadre du remaniement du même gouvernement après les élections législatives.

Candidat aux élections législatives de juin 2022 à Paris[modifier | modifier le code]

Ayant l'intention de rester au gouvernement, de préférence au ministère de l'Économie[1],[13], Clément Beaune se présente aux élections législatives de 2022 dans la septième circonscription de Paris, investi par Ensemble[20].

Au premier tour, il est mis en ballottage défavorable avec 35,81 % des voix, devancé par Caroline Mécary (41,40 %), la candidate de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES). Pendant l’entre-deux tours, il appelle clairement à « voter pour les candidats de la NUPES plutôt que pour ceux qui représentent le Rassemblement national » en cas d’absence de candidat de la majorité présidentielle au second tour[21]. Clément Beaune remporte l’élection législative lors du second tour, au soir du 19 juin, avec 50,73 % des suffrages exprimés[22].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

Il crée une antenne de La Gauche moderne à Sciences-Po, au début des années 2000[1]. Se définissant comme « deloriste », il vote « avec enthousiasme » pour Lionel Jospin au premier tour de l'élection présidentielle de 2002, puis adhère au Parti socialiste (dans la section du 9e arrondissement de Paris) peu après la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour, mais le quitte quelques mois plus tard[2],[6]. Il participe à la campagne présidentielle de François Hollande en 2011-2012[2],[13].

Sous la présidence d'Emmanuel Macron, il est à la tête du pôle « idées » de La République en marche[1]. En , il rejoint le parti Territoires de progrès, situé à l'aile gauche de la majorité présidentielle[23],[24]. En , il intègre le bureau exécutif de LREM, élu sur la liste conduite par Richard Ferrand.

Le Monde le présente comme un « modéré de gauche »[13], représentant cette ligne au sein du gouvernement[25]. Au sujet de la présidence de François Hollande, le journal indique qu'il « ne crache pas dans la soupe » mais qu'il déplore « l’absence de fierté » dans les réformes engagées, ainsi que la nomination de Manuel Valls à Matignon, dont il rejette « sa forme de brutalité, de dureté dans le discours »[13].

Il défend le déplacement des élections législatives avant l'élection présidentielle[13].

Il est membre du club Le Siècle[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Il fait une apparition dans la série télévisée franco-germano-belge (saison 2) Parlement (2022), où il interprète son propre rôle de secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En décembre 2020, il fait état de son homosexualité dans un entretien accordé au magazine Têtu[26].

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n Alexandre Le Drollec, « Le Beaune élève », L'Obs, no 2945,‎ , p. 29.
  2. a b c d e f et g Bruno Jeudy, « Clément Beaune, le surdoué de la Macronie », Paris Match,‎ (lire en ligne) (Consulté le 18/12/2020).
  3. a b et c Cédric Pietralunga, « Clément Beaune, l’indispensable européen de l’ombre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )20.
  4. a et b Emmanuel Berretta, « Le messager européen de Macron », Le Point, no 2427,‎ , p. 33 (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Clément Beaune : Eric Zemmour est un « révisionniste » pro-Vichy », sur timesofisrael.com avec AFP,
  6. a et b Alain Auffray, « Clément Beaune, chouchou de Bruxelles », sur Libération (consulté le )
  7. « Clément BEAUNE, conseiller Europe et G20 à la présidence de la République », sur Forum de la performance (consulté le ).
  8. a b c d e f et g Alain Auffray, « Clément Beaune, le discret architecte de l'union macronienne », Libération, no 11804,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le ).
  9. Arrêté du 30 novembre 2015 portant nomination au cabinet du ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique (NOR : EINP1528606A), Légifrance (Consulté le 18/12/2020)
  10. Nominations au sein du Groupe ADP,21.11.16, parisaeroport (Consulté le 18/12/2020)
  11. Clément Beaune, site gouvernement.fr (Consulté le 18/12/2020)
  12. Clément BEAUNE, conseiller Europe et G20 à la présidence de la République, site Forum de la performance, 10/12/2019 (Consulté le 18/12/2020)
  13. a b c d e f g h i j k et l Grégoire Biseau, « Clément Beaune en pole position auprès d’Emmanuel Macron », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Dominique Albertini, « Secrétaire d'Etat : Clément Beaune, le «Monsieur Europe» de l'Elysée sorti de l'ombre », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Pléthorique, le gouvernement Castex est enfin au complet », sur Mediapart, (consulté le ).
  16. « Qui sont les 11 secrétaires d'Etat du gouvernement Castex ? », France Info,‎ (lire en ligne)
  17. Jakub Iwaniuk, « Tensions entre Paris et Varsovie autour de la question des droits des LGBT », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  18. Henri Vernet, « En Hongrie, le secrétaire d’État aux Affaires européennes Clément Beaune fait de l’anti-Zemmour », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  19. Karl De Meyer, « Clément Beaune, l'atout européen de Macron », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  20. « Législatives 2022 : Qui sont les candidates et candidats investis dans les circonscriptions de l’est parisien ? », sur Paris Light Up, (consulté le ).
  21. « Législatives 2022: Ensemble finalement devant la Nupes avec 20.000 voix d'avance », sur BFMTV (consulté le )
  22. « Législatives 2022 : Clément Beaune victorieux « à l’arraché » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Clément Beaune, l’« homme de confiance » de Macron aux affaires européennes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « Clément Beaune rejoint les macronistes de gauche », sur L'Opinion, (consulté le )
  25. Claire Gatinois, « Clément Beaune, le bon élève qui veut exister au sein du gouvernement », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  26. J. Cl., « Le secrétaire d’État Clément Beaune "assume" son homosexualité et veut montrer que "ce n’est pas un obstacle" », sur leparisien.fr, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]