Pierre Mendès France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mendès (homonymie), France (homonymie), Mendès France (homonymie) et PMF.
Pierre Mendès France
Pierre Mendès France en 1968.
Pierre Mendès France en 1968.
Fonctions
126e président du Conseil des ministres français
et Ministre des affaires étrangères
(142e chef du gouvernement)
18 juin 19545 février 1955
(7 mois et 18 jours)
Gouvernement Pierre Mendès France
Législature IIe législature
Prédécesseur Joseph Laniel
Successeur Edgar Faure
Ministre français des Affaires étrangères
19 juin 195420 janvier 1955
Président René Coty
Gouvernement Pierre Mendès France
Prédécesseur Georges Bidault
Successeur Edgar Faure
Ministre d'État
1er février 195623 mai 1956
Président René Coty
Gouvernement Guy Mollet
Député de l'Eure
1er juin 193231 mai 1942
11 juin 19468 décembre 1958
Député de la 2e circonscription de l'Isère
3 avril 196730 mai 1968
Législature IIIe (Cinquième République)
Prédécesseur Jean Vanier
Successeur Jean-Marcel Jeanneney
Biographie
Date de naissance 11 janvier 1907
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès 18 octobre 1982 (à 75 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité française
Parti politique Parti radical et radical-socialiste, RRRS (1932-1958)
FGDS (1967-1968)
Conjoint Lily Cicurel
Marie-Claire de Fleurieu
Enfant(s) Bernard
Michel
Profession avocat

Pierre Isaac Isidore Mendès France[1], surnommé PMF, né le 11 janvier 1907 à Paris et mort le 18 octobre 1982 (à 75 ans) dans la même ville, est un homme politique français.

Sa vie politique commence lors de son élection comme député de l'Eure, en 1932 [2]. Radical-socialiste, il participe à la coalition du Front populaire. Il participe au gouvernement quelques semaines en 1938, sous l'égide de Léon Blum, puis de 1944 à 1945, dans la mouvance du général de Gaulle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il entre dans la Résistance, rejoignant les Forces aériennes françaises libres.

Nommé président du Conseil par le président René Coty, en juin 1954, il cumule cette fonction avec celle de ministre des Affaires étrangères. Ses tentatives de réforme en Algérie entraînent la chute de son gouvernement, cible à la fois de ses adversaires colonialistes et de ses soutiens politiques habituels anti-colonialistes. Il quitte alors la présidence du gouvernement en février 1955, après avoir été renversé par l'Assemblée nationale sur la question très sensible de l'Algérie française.

Ministre d'État sans portefeuille du gouvernement Guy Mollet en 1956, il démissionne au bout de quelques mois en raison de son désaccord avec la politique du Cabinet Mollet menée en Algérie.

Il vote contre l'investiture de Charles de Gaulle à la présidence du Conseil en juin 1958, puis abandonne tous ses mandats locaux après sa défaite aux élections législatives du mois de novembre de la même année. Élu député de la 2e circonscription de l'Isère en 1967, puis battu l'année suivante, il forme un « ticket » avec Gaston Defferre lors de la campagne présidentielle de 1969.

Bien qu'il n'ait dirigé le gouvernement de la France que pendant un peu plus de sept mois, il constitue une importante figure morale pour une partie de la gauche en France. Au-delà, il demeure une référence pour la classe politique française, incarnant le symbole d'une conception exigeante de la politique[note 1],[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Pierre Mendès France est issu d'une vieille famille d'ascendance séfarade judéo-portugaise du nom de « Mendes de França », installée à Bordeaux, Rochefort, Louviers et Paris. Son père, Cerf-David Mendès France, était rigoureusement areligieux. L'Affaire Dreyfus avait été la grande bataille de sa vie, qu'il avait vécue « moins en juif solidaire qu'en démocrate indigné », démocrate de gauche bien qu'il n'ait jamais adhéré à aucun parti politique. Sur le sujet des études de son fils, sa position était claire : le parcours sera laïc, de l'école communale au doctorat de droit[4]. Évoquant son rapport au judaïsme en mars 1976 dans L'Arche, Pierre Mendès France se définit comme non religieux et non pratiquant et explique que, s'il se sait juif, « ce n'est ni un fait religieux ni un fait racial », mais « une sensation », « une sensibilité »[5].

Bachelier à quinze ans, Pierre devient en 1928, à vingt et un ans, le plus jeune avocat de France, après des études de droit et un passage par l'École libre des sciences politiques de la rue Saint-Guillaume.

Très intéressé par les questions économiques et financières, il soutient en mars 1928 une thèse sur la « politique de redressement du franc menée par Raymond Poincaré », dans laquelle il salue l'efficacité « brute » de cette politique, mais en critique les conséquences économiques et sociales.

Il est initié le 19 mai 1928 à la Respectable Loge Paris et visite la Loge Union et Progrès à Pacy-sur-Eure[6].

En 1933, Pierre Mendès France épouse Lily Cicurel (1910-1967), sœur de Raymond Cicurel. De leur union naissent deux enfants : Bernard Mendès France (1934-1991) et Michel Mendès France, mathématicien (né en 1936) – ce dernier ayant lui-même deux enfants : Tristan Mendès France (1970) et Margot Mendès France (1975).

En 1971, Pierre Mendès France épouse en secondes noces Marie-Claire de Fleurieu, née Marie-Claire Servan-Schreiber.

Pierre Mendès France est mort le 18 octobre 1982, dans son appartement rue du Conseiller-Collignon, à Paris 16e.

Vie publique[modifier | modifier le code]

Les débuts dans la vie politique[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses études, Pierre Mendès France se tourne vers le militantisme. Il est l'un des membres fondateurs en 1924 de la Ligue d'action universitaire républicaine et socialiste (LAURS), un mouvement étudiant d'opposition à l'extrême droite, très actif dans le Quartier latin. Il participe aux affrontements qui opposent l'Action française et les Jeunes patriotes à la LAURS (qu'il préside en 1928) vers la fin des années 1920[7].

Pierre Mendès France en 1932.

Pierre Mendès France apparait alors comme l'un des espoirs du Parti radical auquel il est inscrit depuis 1924, dès l'âge de seize ans. Il fait partie, aux côtés de Jacques Kayser, Gaston Bergery, Pierre Cot, Jean Zay ou encore Bertrand de Jouvenel, des « Jeunes Turcs » qui réclament un renouvellement de la doctrine du mouvement, demandent son ancrage à gauche et contestent les orientations de la direction du mouvement incarnée par la figure historique d'Édouard Herriot.

Député de l'Eure à partir de 1932 (il est alors le plus jeune député de France[8],[9]) et maire de Louviers à partir de 1935, il est élu conseiller général de l'Eure en 1937. Il n'hésite pas à attaquer Herriot, président du Parti, au congrès du Parti de Clermont-Ferrand (mai 1934), soutient Édouard Daladier ainsi que la stratégie du Front Populaire (1936) d'alliance avec les socialistes. Il prend la tête de la commission des douanes de la Chambre des députés, avant d'être nommé sous-secrétaire d'État au Trésor dans le deuxième et éphémère gouvernement Léon Blum (du 13 mars au 8 avril 1938). La gauche (PCF compris) s'abstenant lors du vote du 9 juillet 1936 à propos de la participation française aux Jeux olympiques de Berlin, organisés par le régime nazi, Pierre Mendès France est le seul député de gauche à voter contre, soutenant ainsi les Olympiades populaires organisées par le Front populaire espagnol.

Mendès France élabore ensuite avec le directeur de cabinet de Léon Blum, Georges Boris, un projet de réforme économique audacieux, axé sur le contrôle des actifs et sur le soutien à l'investissement militaire, dont l'exposé des motifs se réclame pour la première fois en France de préceptes keynésiens. Très contesté, « sottement qualifié de marxiste par la droite [10] » ce projet sera rejeté par le Sénat, ce qui précipite la chute du gouvernement.

Pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)[modifier | modifier le code]

Député à la déclaration de la guerre, il est mobilisé comme officier au Moyen-Orient où il passe un brevet d'observateur aérien.

Au moment de la déroute qui a obligé le gouvernement à se réfugier à Bordeaux, il est de ceux qui veulent poursuivre la guerre à partir de l'Afrique du Nord, et il embarque à bord du Massilia avec un certain nombre de députés et d'hommes politiques. Il est arrêté le 31 août 1940 au Maroc sur l'ordre du résident général Charles Noguès et accusé, avec trois autres officiers, de désertion, alors que, bien au contraire, il est de ceux qui veulent se battre. Rapatrié à Marseille en même temps que Jean Zay, il est jugé le 9 mai 1941 par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand et condamné à six ans de prison et à la destitution pendant dix ans.

Incarcéré par le régime de Vichy, puis transféré à l'hôpital militaire pour insuffisance hépatique, il s'en échappe le 21 juin 1941 après avoir écrit une lettre au maréchal Pétain[11]. Il se cache pendant plusieurs mois de cavale, avant de parvenir à rejoindre les Forces aériennes françaises libres à Londres où il participe aux combats. Le 3 octobre 1943, il est promu capitaine des aviateurs du Groupe Lorraine. Le lieutenant colonel Henri de Rancourt de Mimerand[12] assigne à ce groupe, qui compte aussi dans ses rangs Jean d'Astier de La Vigerie, une mission : attaquer la centrale électrique de Chevilly-Larue, groupe des trois stations qui alimentent en énergie Paris, sa banlieue et une partie de Bordeaux[13],[14]. PMF participera à cette mission, en tant que navigateur, à bord d'un bombardier Boston[réf. nécessaire].

Nommé par le général de Gaulle, en 1943, commissaire aux finances, dans le Comité français de la Libération nationale d'Alger, il représente la France à la conférence de Bretton Woods avant de devenir ministre de l'Économie nationale du Gouvernement provisoire de la République française, à partir du 4 septembre 1944. En désaccord avec René Pleven, ministre des Finances, sur l'orientation à donner à la politique économique, qu'il désire énergique, il démissionne le 6 avril 1945 faute d'obtenir le soutien du général de Gaulle pour prendre les mesures de rigueur et d'assainissement monétaires que lui semble exiger la situation économique du pays. Le litige portait tout particulièrement sur l'échange des billets de banque afin de corriger certains abus que le marché noir et l'économie souterraine avaient favorisés durant l'occupation.

Nommé au Conseil d'administration de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, il représente ensuite la France au Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC).

Bretton-Woods et le Fonds monétaire international[modifier | modifier le code]

En 1944, Pierre Mendès-France participe à Bretton Woods aux travaux fondateurs de deux institutions : la Banque internationale pour la reconstruction, et le Fonds monétaire international[15]. À Bretton-Woods, il se lie d'amitié avec John Maynard Keynes qui représente la Grande-Bretagne[15]. Mendès admire la Théorie générale de Keynes, et il se range à ses côtés pour obtenir dans le système monétaire international défini par les Américains, une place qui ne soit pas trop défavorable aux pays endettés par la guerre. Mais rien ne peut fléchir le géant américain. Bretton-Woods se solde par une « défaite stratégique » ainsi que la nomme Keynes [16]. Ni Keynes, ni Mendès, ne peuvent empêcher la mise en place du monopole américain. Mais d'autres délégations, notamment latino-américaines, élèvent la voix, et parlent, elles, non seulement de « reconstruction », objectif premier de la banque mondiale, mais aussi de « développement », ce qui aboutit à la création de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) dont Mendès est élu membre du « Comité des directeurs exécutifs ». Il est aussi nommé membre du conseil d'administration du FMI, où il reste jusqu'en 1947, date à laquelle il donne sa démission[17]. En 1947, il devient délégué de la France au Conseil économique et social de l'ONU (ECOSOC), poste dont il démissionne en 1951[17]. Il retrouve ses mandats de député de l'Eure, de maire de Louviers et de président du Conseil général de l'Eure cette même année 1951[18],[19].

Un député impliqué quant à la situation en Algérie et en Indochine (1950-1954)[modifier | modifier le code]

Le 19 octobre 1950, à l'occasion d'un débat budgétaire, le député de l'Eure monte à la tribune de l'Assemblée nationale et se lance dans un véritable réquisitoire contre la guerre d'Indochine. Il ne se contente pas de dire que le conflit coûte trop cher, il ouvre aussi le dossier politique et militaire[20]. Il dénonce très vivement l'engagement militaire français et devient l'un des principaux opposants au conflit.

Déclaration de Pierre Mendès France à l'Assemblée nationale après le revers militaire dans la province de Cao Bang (1950) :

« C'est la conception globale de notre action en Indochine qui est fausse car elle repose à la fois sur un effort militaire qui est insuffisant pour assurer une solution de force, et sur une politique qui est impuissante à nous assurer l'adhésion des populations. Cela ne peut continuer ainsi. […] En vérité, il faut choisir entre deux solutions également difficiles mais qui sont les seules vraiment qu'on puisse défendre à cette tribune sans mentir… La première consiste à réaliser nos objectifs en Indochine par le moyen de la force militaire. Si nous la choisissons, évitons enfin les illusions et les mensonges pieux. Il nous faut pour obtenir rapidement des succès militaires décisifs, trois fois plus d'effectifs et trois fois plus de crédits ; et il nous les faut très vite… L'autre solution consiste à rechercher un accord politique, un accord évidemment avec ceux qui nous combattent. Sans doute, ne sera-ce pas facile… Un accord, cela signifie des concessions, de larges concessions, sans aucun doute plus importantes que celles qui auraient été suffisantes naguère. Et l'écart qui séparera les pertes maintenant inéluctables et celles qui auraient suffi voici trois ou quatre ans mesurera le prix que nous payerons pour nos erreurs impardonnables… », Journal officiel, 1950[21],[20]. »

Président de la Commission des Finances à partir de 1953, les revers rencontrés par les forces françaises finissent par l'imposer comme l'un des recours possibles pour faire aboutir une résolution négociée du conflit.

La présidence du Conseil (1954-1955)- IVe République[modifier | modifier le code]

Dernière séance de la conférence sur l'Indochine au palais des Nations de Genève, le 21 juillet 1954. De dos, au premier plan, la délégation nord-vietnamienne.

Après une première tentative infructueuse pour former un gouvernement en 1953, il est finalement investi président du Conseil avec une forte majorité le 18 juin 1954, quelques semaines après la défaite française à la Bataille de Dien Bien Phu, pour faire la paix en Indochine. Il ne dirige le Gouvernement que pendant sept mois et demi, mais son passage aux affaires est l'un des temps forts de l'histoire institutionnelle de la IVe République.

En dehors d'Edgar Faure, ministre des Finances et numéro deux du gouvernement, son cabinet, qu'il forme sans négocier directement comme c'était alors l'usage avec l'état-major des partis politiques, comporte peu de poids lourds de la vie parlementaire sous la IVe République. C'est une équipe relativement jeune, resserrée et technicienne. On y trouve des CNIP, des MRP, des radicaux, quelques gaullistes dont Jacques Chaban-Delmas. François Mitterrand en est le ministre de l'Intérieur. Le gouvernement est assuré du soutien des députés communistes, bien qu'il ait annoncé qu'il démissionnerait s'il était investi grâce aux voix communistes (c'est-à-dire si, sans compter les voix communistes, il n'avait pas la majorité à l'Assemblée).

Dans son discours d'investiture, le président du Conseil désigné, dont l'objectif est de se faire conduire par l'Assemblée à exercer de plein pouvoir cette fonction, se donne trente jours pour faire aboutir les négociations de paix sur l'Indochine.

Lorsque Pierre Mendès France devient le nouveau locataire de l'hôtel Matignon, en 1954, il doit régler, après l'Indochine, des problèmes des colonies et protectorats français du Maghreb qui sont multiples. Au Maroc d'abord. Depuis la déposition du sultan Sidi Mohammed, en août 1953, le pays sombre dans le chaos. En Tunisie, Habib Bourguiba a été interné[22]. Lors de sa déclaration d'investiture du 17 juin 1954, Pierre Mendès France annonce qu'il a pris le parti de négocier :

« Le Maroc et la Tunisie auxquels la France a ouvert les voies du progrès économique, social et politique ne doivent pas devenir des foyers d'insécurité et d'agitation. […] Mais j'ajoute avec la même netteté que je ne tolérerai pas non plus de […] réticences dans la réalisation des promesses que nous avons faites à des populations qui ont foi en nous. »

Pierre Mendès-France reçu par Lamine Bey, dernier bey de Tunis, le 31 juillet 1954.

La stratégie tunisienne de Mendès consiste d'abord à restaurer l'autorité morale du bey, puis à associer aux négociations le Néo-Destour et enfin à s'appuyer sur les militaires[23]. L'habileté de Mendès France à engager des pourparlers et à jouer sur tous les registres fait l'admiration de Bourguiba qui s'en confie à Roger Stéphane[24]. Les résidents français ne partagent pas son enthousiasme. Pourtant, « l'opération Carthage »[25] de Mendès France aboutit le 20 mars 1956 à l'indépendance de la Tunisie. Cette politique de négociation sera poursuivie après lui par Edgar Faure et Guy Mollet pour le Maroc.

En revanche, pour l'Algérie, l'attitude du président du conseil est bien différente car, dans son esprit « l'Algérie, c'est la France[26]. »

Le 9 novembre 1954, à l'Assemblée nationale, Pierre Mendès France et son ministre François Mitterrand sont félicités pour leur riposte ferme à l'agitation algérienne par le porte-parole de la grande colonisation : René Mayer[27]. Une phrase de Mendès résume assez bien sa pensée :

« L'Algérie, c'est la France, et non un pays étranger… On ne transige pas quand il s'agit de défendre la paix intérieure de la nation, l'unité et l'intégrité de la République[27]. Primo il faut s'assurer que les mouvements de troupe ont été exécutés, secundo il faut au moins tripler les effectifs des troupes et des CRS envoyés en Algérie. [Il faut] Se souvenir que l'effort massif que nous avons fait pour la Tunisie et des réticences rencontrées auprès des militaires. Il faut agir sur eux de la manière la plus énergique pour qu'ils ne perdent pas un instant[28]. »

Le 12 novembre, Mendès France rectifie le tir en donnant des indications sur la nécessité d'une « coopération généreuse que la métropole doit créer pour une vie meilleure en Algérie, amélioration des terres incultes etc. », ce qui a pour effet de lui mettre à dos à la fois les porte-parole de la colonisation, et les défenseurs des droits des algériens qui dénoncent les exactions de policiers tortionnaires[29]. C'est dans un climat de sommations et d'hyperboles, de dénonciations venues des deux pôles de l'opinion, que s'ouvre, le 2 février, le grand débat à propos du Maghreb où sombrera le cabinet de Pierre Mendès France[30]. Son gouvernement est renversé le 5 février 1955 sur la question de l'application du statut de l'Algérie.

La politique intérieure et européenne[modifier | modifier le code]
Conférence de l'OTAN sur le réarmement de l'Allemagne, le 20 octobre 1954. Avec Anthony Eden, John Foster Dulles et Konrad Adenauer.

Sur le plan institutionnel, sa politique se caractérise par un effort de rationalisation du régime parlementaire de la IVe République et par une tentative de rééquilibrage des institutions en faveur de l'exécutif. Refusant le principe de la double investiture par lequel le président du Conseil pressenti se présentait deux fois devant la Chambre, d'abord seul, ensuite avec son gouvernement, il dénonce les marchandages auxquels cette pratique donne lieu et parvient à faire réviser la Constitution de 1946 pour entériner la fin de cet usage. Cette révision donne également l'occasion d'un assouplissement limité du droit de dissolution.

Largement accaparée par les problématiques internationales, son expérience gouvernementale n'a pas le temps de s'inscrire, sur le plan socio-économique, dans des réformes d'ampleur. L'opinion retient néanmoins sa politique de lutte contre l'alcoolisme qui se traduit à l'automne 1954 par une série de dispositions durcissant le régime fiscal des bouilleurs de crus et l'abolition de la transmission par héritage du privilège qui leur donnait par tradition le droit de fabriquer une dizaine de litres d'alcool par foyer.

Malgré l'hostilité déclarée d'une grande partie de l'hémicycle, il soumet au vote de l'Assemblée, sans le soutenir véritablement, le projet de Communauté européenne de défense (CED) en août. Son rejet, qui ouvre la voie au réarmement allemand dans le cadre de l'OTAN, lui vaut l'hostilité ouverte du MRP, très favorable à la construction européenne, et prive le cabinet Mendès France de la base parlementaire indispensable à sa survie au-delà du très court terme. Il vote contre le traité instituant la Communauté économique européenne dit traité de Rome, ce qui le brouille encore plus avec le MRP.

Son cabinet privé de tout soutien à la Chambre, PMF présente au président Coty sa démission, lors d'une entrevue au palais de l'Élysée, le 2 février 1955. Le chef de l'État lui demande d'assurer les affaires courantes jusqu'à la nomination du successeur du chef du gouvernement à la présidence du Conseil. Quelques jours plus tard, le 23 février, Edgar Faure, ministre des Affaires étrangères du gouvernement sortant, est officiellement investi de ses fonctions par la Chambre des députés.

Dès 1954, il met l’accent sur la recherche scientifique et le progrès technique en instituant un Secrétariat d’État à la Recherche scientifique et au Progrès technique qu'il confie à Henri Longchambon, ce dernier obtenant la création par décret[31] du Conseil supérieur à la recherche scientifique et du progrès technique (CSRSPT)[32].

Après Matignon[modifier | modifier le code]

En 1956, il prend la tête du Front républicain, coalition électorale rassemblant les radicaux, les socialistes et les membres de l'Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR), la formation dirigée par François Mitterrand. Mais le succès de cette alliance aux élections législatives ne lui vaut qu'un poste de ministre d'État (du 1er février au 23 mai 1956) dans le nouveau gouvernement, Guy Mollet lui ayant été préféré pour en prendre la tête. Opposé à ce dernier sur sa politique en Algérie, et estimant que les mesures politiques indispensables pour reconquérir la confiance des Algériens n'ont pas été prises, Pierre Mendès France démissionne en mai 1956 du gouvernement et quitte la direction du Parti radical, qu'il n'a pas réussi à moderniser et qui penche de plus en plus vers la droite.

La modernisation du Parti radical[modifier | modifier le code]

En 1955 PMF tente d'insuffler un souffle nouveau au Parti radical et organise, Salle Wagram, un congrès extraordinaire le 4 mai. Le plus vieux parti de France y subit les assauts des jeunes militants parisiens[33], parmi lesquels Charles Hernu, qui, selon Francis de Tarr, « se conduisait en ultra mendésiste plutôt qu'en radical-mendésiste[34] ». Du congrès des « agités de Wagram », il sort un néo-radicalisme mendesiste entériné par le Parti radical en novembre 1955 et qui rend Mendès maître du mouvement. Il est élu vice-président du parti, président dans les faits puisque Herriot, président à vie, est trop âgé pour assumer cette fonction[35].

Il peut ainsi préparer les élections législatives de l'année suivante avec des chances de succès. Mais Edgar Faure décide de dissoudre l'assemblée nationale et de procéder à des élections anticipées, ce qui hypothèque les projets de PMF. Edgar Faure est alors exclu du parti le 1er décembre 1955 ainsi que Martineau. Cependant le « mendésisme de Wagram » ne se relève pas de ce coup porté, et dès avril 1956, PMF est marginalisé et confiné à la fonction de ministre d'État[36]. Il démissionne du gouvernement en mai 1956, puis l'année suivante, attaqué dans son propre parti sur la question algérienne, considéré comme un « traître », il est contraint de démissionner de la vice-présidence du Parti radical le 23 mai 1957.

La tentative de conquête et de rénovation du Parti radical a échoué parce que Mendès a multiplié les congrès, multipliant ainsi les occasions d'intrigues[37]

Le 18 janvier 1958, quelques mois avant la signature des traités de Rome (Euratom et CEE), il exprime devant l'Assemblée nationale ses doutes sur un marché commun où les pouvoirs de la démocratie sont délégués « à une autorité extérieure laquelle au nom de la technique exercera en réalité la puissance politique, car au nom d'une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique, au sens le plus large du mot, nationale et internationale[38]. »

Plus tard, il vote contre les pleins pouvoirs à Charles de Gaulle[39]. Il s'oppose aux conditions dans lesquelles ce dernier prend le pouvoir et par conséquent au projet de constitution élaboré par le gouvernement de Gaulle. Il mène vigoureusement campagne pour le non au référendum du 28 septembre 1958, qui se solde par l'adoption du projet et la rapide promulgation de la Constitution du 4 octobre 1958 de laquelle naît la Ve république.

Battu aux élections législatives de novembre 1958 dans son fief de l'Eure, ainsi que Édouard Depreux et Robert Verdier, il abandonne ses mandats de maire et de conseiller général pour se consacrer à la réflexion politique et à la réorganisation de la gauche. Maurice Clavel salue son départ dans un article plutôt aigre, l'accusant de « se jucher, prendre des poses à Guernesey pour que de Gaulle soit forcé d'être Bonaparte. Pour avoir raison, Cassandre (PMF) brûlerait Troie elle-même[40] »

Ve République[modifier | modifier le code]

Du Parti radical au Parti socialiste unifié[modifier | modifier le code]

En 1959, Mendès France rompt avec le Parti radical parce qu'il voit les jeunes s'en éloigner[41], mais aussi parce qu'il en a été « exclu », selon les termes de Jean Bothorel : « Les premières années de la Ve république sont celles de votre exclusion du Parti radical et celle de votre entrée au PSA. Quelle a été pour vous cette période de tâtonnement[42]? » À cette question, Mendès France répond : « Mon désaccord avec le parti radical commença bien avant (...) je me suis trouvé un peu dans le vide (...) Lorsque le PSA est devenu le PSU, j'ai eu un grand espoir. j'y ai rencontré des hommes et des femmes venus du parti radical, du parti socialiste, du parti communiste et d'autre encore (...) Le PSU était une belle ambition. Il dénonçait les mœurs politiques qui m'avaient beaucoup choqué, il voulait confronter loyalement et objectivement, sans démagogie, les aspirations, les idées traditionnelles de la gauche avec les réalités de ce temps. C'est pourquoi j'y suis resté longtemps. Le jour où il a renoncé et a cédé à des tendances négativistes purement révolutionnaires, je n'y étais plus à ma place. Je suis parti, non sans un certain regret[43]. » [note 2]

« En s'opposant au pouvoir gaulliste, il découvre la terrible parcellisation de la gauche. Alors cet orphelin politique va se mettre en quête d'une famille. Ce sera d'abord une organisation en quelque sorte ponctuelle : l'Union des forces démocratiques, créée pendant l'été 1958 pour tenter de donner une assise au cartel des non, à la constitution gaullienne et à la campagne pour le candidat présidentiel opposé à de Gaulle (Albert Chatelet). Mais l'UFD n'est qu'un comité encore affaibli par le conflit permanent qui l'oppose à l'autre branche de la gauche non communiste : l'Union de la Gauche Socialiste animée par Claude Bourdet. Mendès suggère qu'on intitule ce mouvement Union travailliste. En vain. En février 1959, il fait une expérience qui contribue à l'orienter vers l'adhésion au courant socialiste[44] »

Cette expérience est une initiative de Jean-Jacques Servan-Schreiber. En février 1959, il organise pour l'hebdomadaire l'Express un débat entre Mendès France et deux des principaux leaders socialiste européens : l'italien Pietro Nenni et le travailliste britannique Aneurin Bevan[45]. C'est là que Mendès se sent un langage commun avec une famille politique, celle des vrais socialistes, notamment de Bevan qui lui explique sans ménagement que l'administration américaine ne peut accepter chez elle des idéologies qu'elle combat dans les pays étrangers. Nenni lui fait remarquer que ce qui sépare PMF du socialisme, c'est son approche plus économiste[46].

Cependant, malgré quelques oppositions, l'adhésion de Pierre Mendès France au Parti socialiste autonome (PSA) donne une nouvelle impulsion au nouveau parti, ce que reconnaît Édouard Depreux. « Jamais, écrit-il, le PSA n'a autant recruté que dans la foulée de Mendès France. Des jeunes en particulier n'ayant jamais appartenu à aucune organisation ont rejoint, dans toute la France, les sections du PSA. Notre pénétration dans les milieux étudiants, déjà importante, s'est sensiblement accrue[47] »

Malgré les réticences de ses amis de l'UFD et de ceux d'une filiale spécifiquement mendésiste : le CAD (centre d'action démocratique) qui tentent de le mettre en garde contre une adhésion au PSA en soulignant la doctrine contraignante, la discipline pesante, Mendès France rejoint le Parti socialiste autonome, sans toutefois se précipiter. C'est Georges Boris qui le convainc. Il fait valoir à PMF tout ce que peut lui apporter l'adhésion à un parti tout neuf, non corrompu par les intriques et les rivalités. C'est à lui, Georges Boris, que Mendès donne son adhésion écrite. Boris l'apporte le 22 septembre 1959 à Édouard Depreux[48],[49]. Mendès-France se réclame désormais d'« un socialisme […] qui devra s'inspirer de la tradition humaniste de Léon Blum et Jean Jaurès », reconnaissant également l'échec de sa politique antérieure de réforme au coup par coup, qui doit être abandonnée par une réforme en bloc[50].

Ainsi PMF passe du radicalisme au socialisme. Mais quand il réclame de pouvoir entraîner avec lui ses amis du CAD, on lui répond que chacun d'eux devra subir des tests[50]. Ce qu'ils font. Alain Gourdon surnomme ces examens des ordalies[51] Le PSA n'est qu'une étape puisque l'année suivante, le 3 avril 1960 avec le congrès de fusion présidé par Laurent Schwartz, le Parti socialiste unifié (PSU) est fondé avec un bureau national comprenant Édouard Depreux, Alain Savary, Robert Verdier, Gilles Martinet, Henri Longeot Claude Poperen et Charles Hernu[47].

Mendès refuse tout poste de responsabilité à l'intérieur de ce parti, et il se tient à l'écart du congrès constitutif d'Issy-les-Moulineaux[52]. Il charge alors ses fidèles : Richard Dartigues, Charles Hernu ou Harris Puisais de maintenir le contact avec les militants[53].

La question algérienne et les rapports avec de Gaulle[modifier | modifier le code]

Écarté du Parlement, Mendès ne reste pas pour autant silencieux, notamment à propos de l'Algérie. Bien que le général de Gaulle ait reconnu le droit des algériens à « l'autodétermination », PMF reste sceptique sur ses intentions. Parce que le général a aussi évoqué l'indépendance de l'Algérie comme « une hypothèse aussi catastrophique que la francisation[52] », qu'il a aussi apporté son soutien aux militaires qui luttent contre le FLN et que, dans le même temps, il déclare que l'heure de la décolonisation est venue.

À la veille des pourparlers d'Évian, Mendès trouve que les deux parties : de Gaulle et le FLN, ne s'engagent pas franchement dans un processus de paix.

« Je fais appel aux hommes responsables des deux camps ; qu'ils mettent un terme à la petite guérilla diplomatique qui fait durer la vraie guerre[54]. »

Mais, après l'échec du coup d'État militaire de quatre généraux à Alger (« un quarteron de généraux en retraite[55] » selon la formule du général Gaulle), le 13 mai 1961, PMF salue l'action du général : « La guerre civile a été évitée […]. Tout le monde se réjouit que les pires dangers aient été écartés. Et la majorité des Français en attribue le mérite au chef de l'État. De Gaulle et Michel Debré ont manifesté énergiquement leur volonté de résister pendant la crise, cela doit être mis à leur actif[56]. »

Cependant, une fois les accords signés, le 20 mars 1962, PMF s'oppose de nouveau à de Gaulle lorsqu'il propose d'amender la constitution pour une élection du président de la République au suffrage universel direct, par référendum. PMF entre alors en campagne énergiquement pour le « non », parce qu'il estime cette démarche contraire à la constitution. Il refuse même, dans les Cahiers de la République, journal mendésiste qu'il préside, la publication d'articles « présidentialistes », y compris ceux de Pierre Avril qui est pourtant un des rédacteurs en chef de la revue[57],[58].

Le triomphe du général au référendum, puis dans la foulée l'échec de PMF à son élection dans l'Eure (il est battu par le giscardien Jean de Broglie), poussent l'ex-président du conseil à préparer les élections suivantes : celle de 1965 et pour cela, à soutenir la candidature de François Mitterrand : « Mitterrand nous a rendu à tous un immense service […]. Je vote pour lui et je demande de voter pour lui[59]. »

Le dernier rendez-vous socialiste[modifier | modifier le code]

Pour soutenir la candidature de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1965, PMF se lance dans une campagne qu'il anime de rencontres, de débats, dont le plus célèbre, à la radio, est publié en librairie [60].

Après l'échec de François Mitterrand, qui obtient 44,80 % des voix au second tour, il multiplie les conférences et se pose en « garant de la doctrine » socialiste, allant jusqu'à donner des conférences à Harvard[61]. Dans la foulée, il part en campagne pour les élections législatives des 5 et 12 mars 1967. Il se présente dans une circonscription de Grenoble, où il est élu. L'année suivante, se déroulent les Jeux olympiques d'hiver où, pour la première fois depuis bien longtemps, il rencontre de nouveau le général de Gaulle, dont il dit sentir « la fin politique proche[62] », le jour de l'ouverture des jeux le 6 février 1968.

Lors des événements de 1968, Pierre Mendès France apparaît comme l'un des recours possibles en cas d'effondrement du régime. Son apparition lors d'un rassemblement public au stade Charléty le 27 mai, durant lequel il reste toutefois silencieux, lui sera par la suite beaucoup reprochée[note 3]. Pierre Viansson-Ponté voit même dans sa démarche une manœuvre « machiavélique », qui lui permettrait de jouer sur deux tableaux[63]. PMF ne réussit pas à obtenir l'approbation des communistes pour lesquels il n'est pas l'homme providentiel, ni celle de François Mitterrand, qui lui conseille de garder une certaine réserve vis-à-vis des étudiants.

Il est battu par Jean-Marcel Jeanneney, qui l'emporte avec 132 voix d'avance sur lui [64] aux élections législatives de 1968, dans la 2e circonscription de l'Isère, où il se présente sous l'étiquette PSU, bien qu'il ait déjà choisi de quitter ce parti avec lequel il veut néanmoins rester solidaire[65]. Plus tard, il estime que c'est cette étiquette PSU qui lui a coûté son siège de député[66].

Plaque commémorative, au 23 rue du Conseiller-Collignon, dans le 16e arrondissement de Paris.

En 1969, il mène campagne aux côtés de Gaston Defferre pour l'élection présidentielle. Defferre annonce qu'en cas de victoire, Mendès-France sera son Premier ministre[67]. Le « ticket » ne convainc pas, obtenant tout juste 5 % des suffrages. Mendès s'attire toujours la méfiance des communistes qui souhaitent l'exclure de l'union de la gauche : « Tout ça irait encore s'il n'y avait pas Mendès France. Pourquoi l'avoir choisi[68]? » Mitterrand lui-même ne le ménage pas et lui reproche son action en faveur des étudiants : « Les communistes ne veulent pas de vous comme Premier ministre, vous allez tout faire échouer[69]. »

Frappé par la maladie, Pierre Mendès France prend ses distances avec la vie politique française après 1972 et choisit d'œuvrer en faveur de la paix au Proche-Orient[70].

Il soutient François Mitterrand lors de l'élection présidentielle de 1981, malgré une série de malentendus qui ont éloigné les deux hommes l'un de l'autre[71]. Il est néanmoins présent, très ému, lors de l'investiture du président socialiste.

Il reste jusqu'à la fin proche de sa famille politique, de ses amis, compagnons et collaborateurs tels que les Gabriel Ardant, Georges Boris, Claude Cheysson, Pierre Cot, Didier Grumbach, Georges Kiejman, Simon Nora, Michel Rocard[72].

Pièce de 5 francs émise en 1992.

Pierre Mendès France demeure alors une référence dans la classe politique française, comme symbole d'une conception exigeante de la politique.
« Cinquante ans jour pour jour après le discours qu'il prononça pour proposer aux députés un contrat de gouvernement et les convaincre de lui accorder leur confiance, Pierre Mendès France reste, en effet, pour beaucoup de nos concitoyens, une référence. Il est juste que l'Assemblée nationale honore aujourd'hui, quelle que soit la place des uns et des autres sur l'échiquier politique, la mémoire de celui qui a pris place parmi les meilleurs pédagogues de l'idée républicaine. Et qu'elle continue ainsi de méditer son message[3]. »

Pierre Mendès France jouit toujours d'une réelle popularité dans l'opinion. Ses « causeries au coin du feu », tous les samedis à la radio, sont restées célèbres. Elles lui permettaient d'expliquer aux Français les grandes lignes de sa politique[73]. En matière de communication, il a également bénéficié d'efficaces soutiens, notamment de celui de Jean-Jacques Servan-Schreiber et de l'hebdomadaire qu'il dirigeait, L'Express[74].

À propos de l'icône politique que PMF est resté dans l'esprit des Français, Louis-Bernard Robitaille souligne la curieuse contradiction française : « En simplifiant à peine, il y a cinquante ans comme aujourd'hui, on dirait que les Français vouent un culte sans faille à Pierre Mendès France, et installent Guy Mollet à Matignon […]. [PMF était] un héros sans tache qui avait cette vertu redoutable de ne rien promettre […]. On le vénérait comme une conscience de la nation. La classe politique lui a préféré un pur politicien prompt à trahir ses promesses […][75] »

Mendès et l'extrême droite[modifier | modifier le code]

Pierre Mendès France est le seul député à s'opposer jusqu'au bout à la participation française aux Jeux olympiques de Berlin en 1936, sous la férule nazie[76]. « Les jeux olympiques, que les nazis présentent déjà comme leur triomphe, vont s'ouvrir à Berlin. La France doit-elle participer à ces fêtes qui seront celles du racisme autant que du sport ? Mendès, comme les communistes, estime qu'il faut s'y refuser. Mais au moment du vote des crédits à l'Assemblée nationale, Maurice Thorez et ses amis se réfugient dans l'abstention (l'électorat ouvrier ne comprendrait pas). Seul PMF vote contre[77]. »

Après la Seconde Guerre mondiale, ses origines juives, ses positions sur la décolonisation et sa politique de fiscalisation des bouilleurs de cru font de Pierre Mendès France l'une des cibles favorites de l'extrême droite et du mouvement poujadiste. Pierre Poujade lui lance ainsi, en 1955 : « Si vous aviez une goutte de sang gaulois dans les veines, vous n'auriez jamais osé, vous, représentant de notre France producteur mondial de vin et de champagne, vous faire servir un verre de lait dans une réception internationale ! C'est une gifle, monsieur Mendès, que tout Français a reçue ce jour-là, même s'il n'est pas un ivrogne[78]. » En effet, en 1954, Pierre Mendès France, alors Président du Conseil, organise la distribution de lait dans les écoles et casernes de France[79].

Le 11 février 1958, il se fait violemment prendre à partie à l'Assemblée nationale par le jeune député d'extrême-droite Jean-Marie Le Pen : « vous savez bien, monsieur Mendès France, quel est votre réel pouvoir sur le pays. Vous n'ignorez pas que vous cristallisez sur votre personnage un certain nombre de répulsions patriotiques et presque physiques[80] ».

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Distinctions et hommages[modifier | modifier le code]

Pierre Mendès France était titulaire, entre autres, de la croix de guerre 1939-1945 et de la médaille de la Résistance ; Commandeur de la Légion d’honneur, grand officier de l’ordre Léopold de Belgique, grand-croix de l'ordre du Nichan Iftikhar de Tunisie ; grand-croix de l'ordre de Saint-Charles de Monaco (1954).

De nombreux établissements scolaires et universitaires portent son nom ainsi qu'un un planétarium à Poitiers[81].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Œuvres de Pierre Mendès France[modifier | modifier le code]

  • Œuvres complètes, tome I, S'engager 1922-43, 1984, 837 p.
  • Œuvres complètes, tome II, Une politique de l'économie 1943-54, 1985, 630 p.
  • Œuvres complètes, tome III, Gouverner, c'est choisir 1954-55, 1986, 831 p.
  • Œuvres complètes, tome IV, Pour une république moderne 1955-62, 1988, 969 p.
  • Œuvres complètes, tome V, Préparer l'avenir 1963-73,
  • Œuvres complètes, tome VI, Une vision du monde 1974-82, 1990, 684 p.
  • Le Redressement financier français en 1926 et 1927, Thèse pour le doctorat soutenue le 3 mars 1928, Université de Paris, Faculté de droit, LGDJ, 1928
  • L'Œuvre financière du gouvernement Poincaré, préface de Georges Bonnet, LGDJ, 1928
  • La Banque internationale, contribution à l'étude du problème des États-Unis d'Europe, Librairie Valois, 1930
  • Le Département de l'Eure au point de vue économique, 1933, préface de Camille Briquet.
  • Liberté, liberté chérie… Choses vécues, New York, Les éditions Didier, 1943
  • Roissy-en-France, Julliard, 1947
  • Gouverner c'est choisir, tome I, Julliard, 1953
  • Gouverner c'est choisir, tome II, Sept mois et dix-sept jours juin 1954-février 1955, Julliard, 1955
  • Gouverner c'est choisir, tome III, La Politique et la Vérité, Julliard, 1958
  • Dire la vérité, causeries du Samedi, Julliard, 1955
  • Pour une république moderne, Gallimard, 1962, rééd. 1966
  • Pour préparer l'avenir, propositions pour une action, Denoël, Paris, 1968
  • Dialogues avec l'Asie d'aujourd'hui, Gallimard, 1972
  • Choisir, conversations avec Jean Bothorel, Stock, 1974 (ISBN 2234000688 et 978-2234000681)
  • La vérité guidait leurs pas, Gallimard, 1976
  • Regards sur la Ve République (1958-1978), Entretiens avec François Lanzenberg, Fayard, Paris, 1983
Ouvrages en collaboration
  • Avec Gabriel Ardant, la Science économique et l'action, éd. UNESCO-Julliard, 1954
  • Sous la direction de Jean-Jacques Servan-Schreiber, Rencontre Nenni, Bevan, Mendès France. Février 1959, éd. R. Julliard, Paris, (impr. E. Dauer), 1959
  • Avec Michel Debré, le Grand Débat, préface de Georges Altschuler, éd. Gonthier, Paris, (impr. Labadie, Évreux), 1966
  • Avec Gabriel Ardant, Science économique et lucidité politique, éd. Gallimard, 1973

Bibliographie de référence[modifier | modifier le code]

  • François Bédarida et Jean-Pierre Rioux, Pierre Mendès France et le mendésisme : l'expérience gouvernementale, 1954-1955, et sa postérité, Fayard », Paris, 1985, (ISBN 978-2213016863)
  • Jean Bothorel, Entretiens avec Pierre-Mendès France, Stock, 1974
  • Gérard Boulanger, Le Juif Mendès France, une généalogie de l'antisémitisme, Calmann-Levy, 2007, (ISBN 978-2702136874)
  • Claude Cornu, Éric Roussel et Joan Menès France, Pierre Mendès France - un homme d'État républicain, préface de François Hollande, Éditions Point de vues et Musée de Louviers, 2012
  • Jean Daniel (dir), Jean Lacouture (dir), le Citoyen Mendès France Le Seuil, Paris, 1992. (ISBN 978-2020194273)
    15 témoignages recueillis et présentés par Jean Daniel et Jean Lacouture.
  • Richard Dartigues et Francis Delabarre, Pierre Mendès France : 1907-1982 : la passion de la vérité, Plon, Paris
  • Jacques Fauvet, La IVe république, Fayard, Paris, 1965
  • (en) John Gaffney, France and modernisation, Aldershot, Avebury, 1988, (ISBN 0566056259)
  • Alain Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Ramsay, Paris, 1977, (ISBN 978-2859560133)
  • Michel Hollard, Guy Saez, (dir.), Politique, science et action publique. La référence à Pierre Mendès France et les débats actuels, PUG, coll. « Libres cours », 2010.
  • Simone Gros (préf. Michel Mendès France), Pierre Mendès France au quotidien, Editions L'Harmattan,‎ 2 octobre 2004, 162 p. (ISBN 978-2747569996)
  • (en) Roy Jenkins, 9 Men and Power, British Book Center, New York, 1970
  • Michel Margairaz (sous la direction de), Pierre Mendès France et l'économie, Odile Jacob, 1989, (ISBN 2738100511).
    Actes du colloque organisé par L'Institut Pierre Mendès France à l'Assemblée nationale les 11 et 12 janvier 1988 sous la présidence de Claude Cheysson ; sous la direction de Michel Margairaz.
  • Jean Lacouture, Pierre Mendès-France, éditions du Seuil, Paris, 1981 (ISBN 2020058669), réédition 2010 dans la collection poche Point-Histoire (ISBN 2757818619)
  • Pierre Mendès France et la démocratie locale, colloque organisé par le Département de l'Eure en collaboration avec l'Institut Pierre Mendès France, en novembre 2002 à Évreux
  • Jacques Nantet, Pierre Mendès France, éditions du Centurion, 1967
  • Claude Nicolet, Pierre Mendès France ou le métier de Cassandre, éditions Julliard, Paris, 1959.
  • Régis Parenque, De Mendès France à Bérégovoy : l'honneur en politique, Paris, Pascal Galodé,‎ 2011, 217 p. (ISBN 2-35593181-X)
  • Louis-Bernard Robitaille, Ces impossibles français, Paris, Denoël,‎ 2010, 384 p. (ISBN 978-2-20726027-2)
  • Jean-Louis Rizzo, Pierre Mendès France, La Découverte, 1994 (ISBN 2707123927)
  • Maris Romo-Navarrete, Pierre Mendès France – Héritage colonial et indépendances, Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2009 (ISBN 9782840506492)
  • Pierre Rouanet, Mendès France au pouvoir, Robert Laffont, 1965
  • Éric Roussel, Pierre Mendès France, Gallimard, 2007 (ISBN 2070733750)
  • Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Fayard, Paris, 1965
  • Jeremy Sebbane, Pierre Mendès France et la question du Proche-Orient, 1940-1982, L'Harmattan, 2009
  • François Stasse, L'Héritage de Mendès France : une éthique de la République, Seuil, Paris, 2004
  • Francis de Tarr, Pierre Mendès France : un témoignage, Mille sources, Tulle, 2001
  • (en) Francis de Tarr, The French radical party, from Herriot to Mendès France, Oxford University Press, Toronto, 1961
  • Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la république gaullienne, Hachette Littérature, Paris, 1994, t. II (ISBN 2012787169)
  • Alexander Werth, La France depuis la guerre 1944-1957, traduit de l'anglais par Jean Guignebert, préface de Pierre Lazareff, Gallimard; Paris, 1957, 627 p.
  • (en) Alexander Werth, The Strange story of Pierre Mendès France and the strange struggle over french North-Africa Londres, Harris, 1957
  • Michel Winock, Pierre Mendès France, collection Les Grand hommes d'état, Bayard jeunesse, 2005, (ISBN 2227474912)

Articles et communications[modifier | modifier le code]

  • Pierre Rosanvallon, « PMF et l'introduction des idées de Keynes en France », conférence IPMF
  • Pierre Bérégovoy, « PMF et la démocratie économique et sociale », conférence IPMF
  • Jacques Delors, « PMF, la monnaie et l'emploi », conférence IPMF
  • Michel Rocard, « L'exigence de Mendès », Le Nouvel observateur, numéro spécial, 1992
  • Jacques de Larosière, « Un économiste de conviction », Le Nouvel observateur, 1992
  • « Pierre Mendès France et la modernité », Matériaux pour l'histoire de notre temps, (2001-06/12), no 63/64, p. 3-188
  • Michèle Cota, « Gloire et chute de Mendès France », Historia no 399, février 1980, p. 22-34.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Comme l'a souligné Jean-Louis Debré dans son discours pour le 50e anniversaire de l'investiture de Pierre Mendès France
  2. La réponse de Mendès France s'étale sur trois pages dont les grandes lignes sont citées ici
  3. Dans « Il y a cinquante ans. La comète Mendès », paru dans L'Express le 14 juin 2004, Jacques Duquesne rappelle que « par sa présence silencieuse », il « paraît cautionner » les propos révolutionnaires qui se tiennent au stade Charléty

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche sur Assemblée nationale
  2. Biographie, Institut PMF.
  3. a et b Jean-Louis Debré, Discours pour le 50e anniversaire de l'investiture de Pierre Mendès France, 17 juin 2004.
  4. Jean Lacouture, Pierre Mendès-France, éditions du Seuil, Paris, 1981 (ISBN 2020058669), p. 42.
  5. Jérémy Sebbane, Pierre Mendès France et la question du Proche-Orient, 1940-1982, L'Harmattan,‎ 2009, 240 p. (lire en ligne), p. 115-116.
  6. Jiri Pragman, « Pierre Mendès France », Hiram.be, 15 octobre 2007.
  7. André Coutin, Huit siècle de violence au Quartier Latin, Stock, Paris, 1969, p. 330.
  8. Biographie de Pierre Mendès France, sur le site de l'Institut PMF.
  9. Pierre Mendès-France, Choisir – Conversations avec Jean Bothorel, première publication Stock, 1974, p. 1 ; réédition Fayard, 2007 (ISBN 2213631735).
  10. Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, en 3 volumes, Fayard, Paris, 1965, t. III, p. 275 à 277.
  11. Lettre de Pierre Mendès France au maréchal Pétain.
  12. notice biographique sur Henri de Rancourt de Mimerand
  13. Jean Lacouture, op. cit., p. 150.
  14. Colonel de Rancourt, « L'opération de Chevilly-Larue », Revue de la France libre, no 49,‎ juin 1952 (lire en ligne)
  15. a et b Jean Lacouture, op. cit., p. 182.
  16. (en) Roy Jenkins, 9 Men and Power, British books center, New York, 1970, p. 25.
  17. a et b Jean Lacouture, op. cit., p. 183.
  18. Jean Lacouture, op. cit., p. 184.
  19. Vincent Auriol, Journal du septennat (1947-1954), préfacé et annoté par Pierre Nora, Armand Colin, Paris, 1970, 7 volumes, t. 1, p. 576-577.
  20. a et b Jean Lacouture, op. cit., p. 192.
  21. « Textes sur la guerre du Viêt Nam (1945-1975) - Déclaration de Pierre Mendès France à l'Assemblée nationale après le revers militaire de Cao Bang (1950) », sur le site hypo.ge.ch. Consulté le 4 octobre 2008.
  22. Jean Lacouture, op. cit., p. 268.
  23. Jean Lacouture, op. cit., p. 270.
  24. Roger Stéphane, La Tunisie de Bourguiba, Plon, Paris 1958, p. 18-20.
  25. Du nom du discours de Carthage de juillet 1954 : Pierre Rouanet, Mendès France au pouvoir, Robert Laffont, Paris, 1965, p. 202.
  26. Jean Lacouture, op. cit., p. 345, titre du chapitre 18.
  27. a et b Jean Lacouture, op. cit., p. 347.
  28. Pierre Rouanet, Mendès France au pouvoir, note de Mendès France à André Pelabon en réponse au général Cherrière qui faisait savoir qu'il n'avait pas besoin de parachutistes et que les CRS lui suffisaient, p. 376.
  29. Jean Lacouture, op. cit., p. 348.
  30. Jean Lacouture, op. cit., p. 349.
  31. Décret n° 54-918 du 14 septembre 1954 (paru au J.O. le 9-02-1955)
  32. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La politique scientifique de Pierre Mendès France, Armand Colin,‎ 2012, 192 p.
  33. Jean Lacouture, op. cit., p. 399.
  34. (en) French radical party: from Herriot to Mendès France, Oxford university presse, Toronto, 1961, p. 194.
  35. Francis de Tarr, p. 201.
  36. Jean Lacouture, op. cit., p. 401.
  37. Alain Gourdon, Mendès France ou le Rêve français, Ramsay, Paris, 1977 (ISBN 2859560130), p. 186.
  38. Éric Roussel, Pierre Mendès-France, Gallimard, Paris, 2007 (ISBN 2070733750), p. 306.
  39. [PDF] Compte rendu intégral des débats de l'Assemblée nationale, lundi 2 juin 1958, 2e séance, p. 2633 (p. 23 du PDF).
  40. Combat, 30 novembre 1958, p.?
  41. Jean Lacouture, op. cit., p. 400.
  42. Pierre Mendès France, Choisir – Conversations avec Jean Bothorel, Stock, Paris, 1974 ; réédition Fayard, 2007 (ISBN 2213631735), p. 112
  43. Pierre Mendès France-Jean Bothorel, p. 112 à 114
  44. Jean Lacouture, op. cit., p. 450.
  45. Pierre Mendès France, Rencontre Nenni-Bevan, Julliard, Paris, 1959, p. 121.
  46. Jean Lacouture, op. cit., p. 451.
  47. a et b Édouard Depreux, Souvenirs d'un militant, Fayard, 1972, p. 523.
  48. Jean Lacouture, op. cit., p. 452.
  49. Édouard Depreux, Souvenirs d'un militant, op. cit., p. 524.
  50. a et b Jean-François Kesler, « Le parti de PMF : du parti radical au PSU. » in Matériaux pour l'histoire de notre temps, 2001, no 63-64 ; Pierre Mendès France et la Modernité - Actes du colloque - Assemblée nationale - 15 juin 2001, p.  66-69, doi : 10.3406/mat.2001.403281.
  51. Alain Gourdon, Mendès France ou le rêve français, op. cit., p. 208.
  52. a et b Jean Lacouture, op. cit., p. 455.
  53. Alain Gourdon, Mendès France ou le rêve français, op. cit., p. 209.
  54. Discours prononcé lors d'une réunion organisée à l'hôtel Lutetia le 5 avril 1959, Jean Lacouture, op. cit., p. 456.
  55. Allocution télévisée du 23 avril 1961, archives de l'INA.
  56. L'Express, 4 mai 1961 p. ?
  57. Emeric Brehler, Les Cahiers de la république.
  58. Jean Lacouture, op. cit., p. 458.
  59. Pierre Viansson-Ponté, Histoire de la république gaullienne, Hachette Littérature, Paris, 1994, t. II (ISBN 2012787169), p. 168.
  60. Le Grand Débat avec Michel Debré, préface de Georges Altschuler, Gonthier, Paris, 1966, 206 p. L'ouvrage comprend les trois débats diffusés des 22, 29 novembre et 1er décembre 1965 à Europe 1.
  61. Jean Lacouture, op. cit., p. 463.
  62. Jean Lacouture, op. cit., p. 470.
  63. Lettre ouverte aux hommes politiques, Albin Michel, Paris, 1976, p. 176.
  64. Jean Lacouture, op. cit., p. 493.
  65. Georges Kiejman, cité par Jean Lacouture, op. cit., p. 494.
  66. Choisir, entretien avec Jean Bothorel, Stock, Paris, 1974, p. 87.
  67. Jean Lacouture, op. cit., p. 498.
  68. Franz-Olivier Giesbert, François Mitterrand ou la tentation de l'histoire, Paris, Éditions du Seuil,‎ 1977, 334 p. (ISBN 2-02-004591-5 et 978-2-02-004591-9), p. 246.
  69. Adrien Dansette, Mai 68, Plon, Paris 1971, p. 313.
  70. Jean Lacouture, op. cit., p. 504.
  71. Alain Gourdon, Mendès France ou le rêve français, op. cit., p. 242.
  72. Jean Lacouture, op. cit., p. 476.
  73. Émission spéciale de France Culture : « Pierre Mendès France - entretiens », émission du lundi 14 octobre 2002 sur les cinquante ans des « causeries » télévisées du samedi.
  74. Pierre Mendès France et L'Express.
  75. Robitaille 2010, p. 241, 253 et 254.
  76. Le Monde, supplément Livres, 4 août 2006, p.?
  77. Jean Lacouture, op. cit., p. 87.
  78. Laurent Greilsamer, « Le régime lacté de Pierre Mendès France », Le Monde, 17 juillet 2004, sur lemonde.fr.
  79. « Souvenir du verre de lait », Institut PMF, 13 novembre 2007.
  80. Michel Winock, « Le Front national : portrait historique d’un parti d’extrême droite », in L’Histoire no 219, mars 1998, p. 34-40, article en ligne.
  81. Espace Mendès France, site maison-des-sciences.org, consulté le 18 juin 2011
  82. Généastar : Ascendants de Pierre MENDÈS-FRANCE

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :