Catherine Colonna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colonna.
Catherine Colonna
Catherine Colonna, en 2005.
Catherine Colonna, en 2005.
Fonctions
Ambassadrice de France en Italie
En fonction depuis le
Prédécesseur Alain Le Roy
Ambassadrice de la France à l'UNESCO
Prédécesseur Joëlle Bourgois
Successeur Rama Yade
Ministre déléguée aux Affaires européennes
Président Jacques Chirac
Gouvernement Dominique de Villepin
Prédécesseur Claudie Haigneré
Successeur Jean-Pierre Jouyet
Biographie
Nom de naissance Catherine Colonna
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Saint-Symphorien (Indre-et-Loire)
Nationalité Drapeau de France Française
Parti politique proche de l'UMP

Catherine Colonna, née le (59 ans) à Saint-Symphorien, est une diplomate et femme politique française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Tours, elle est la fille d'agriculteurs corses ; les origines de sa famille remontent au IXe siècle quand celle-ci, vivant modestement à Rome, migre sur l'île de Beauté[1]. Après ses études de droit et un DEA de droit public, elle est diplômée de l'Institut d'études politiques de Paris puis l'École nationale d'administration, dans la promotion Solidarité (1981-1983).

À sa sortie de l'ENA en 1983, elle choisit la carrière diplomatique et est nommée à l'ambassade de France aux États-Unis, à Washington, d'abord au service politique puis au service de presse et d'information.

Chargée à son retour à Paris du droit européen à la direction des affaires juridiques du ministère des Affaires étrangères de 1986 à 1988, elle devient conseiller technique 1988 au cabinet de Maurice Faure, ministre d'État, ministre de l'Équipement de François Mitterrand. En 1989, peu avant la chute du Mur de Berlin, elle rejoint le Centre d'analyse et de prévision du Quai d'Orsay, où elle est chargée des questions européennes en plein mouvement. Elle deviendra ensuite l'un des porte-parole du Quai d'Orsay de 1990 en 1993 à la direction de la Communication et de l'Information du ministère des Affaires étrangères, puis porte-parole adjointe du ministère après l'arrivée au Quai d'Orsay en 1993, Alain Juppé, et de son directeur de cabinet Dominique de Villepin, qui l'apprécient.

En mai 1995, Jacques Chirac en fait sa porte-parole à l'Élysée. Elle sera pendant plus de neuf ans, durée inégalée, la voix officielle de la présidence de la République, disponible et respectée. Après la réélection de Jacques Chirac en 2002, souhaitant quitter ses fonctions pour retrouver l'une de ses passions, elle est nommée directrice générale du Centre national de la cinématographie (CNC) en septembre 2004.

Mais après le référendum sur l'Europe et à l'occasion du changement de gouvernement, le 2 juin 2005, elle est rappelée aux affaires publiques et nommée ministre déléguée aux Affaires européennes du gouvernement Dominique de Villepin et le restera deux ans jusqu'au . À l'automne de la même année et jusqu'à l'été 2008, elle fait partie de la Commission du Livre Blanc sur la politique étrangère et européenne, pilotée par Alain Juppé.

Le , elle est nommée ambassadrice de la France auprès de l'UNESCO.

En décembre 2010 elle décide de rejoindre le cabinet international de communication financière Brunswick[2]. Rama Yade lui succédera quelques mois comme ambassadrice auprès de l'Unesco en 2011.

Depuis mai 2008 elle est membre du conseil d'administration de la Fondation Chirac, initiée par l'ancien président de la République, et vice-présidente du Conseil franco-britannique. Elle fut en parallèle présidente du conseil d'administration du Centre international d'études pédagogiques (CIEP) de 2008 à 2011 et présidente du conseil d'administration de l'École du Louvre de 2010 à 2014. Elle est également membre du Conseil culturel de la Monnaie de Paris.

Elle a rejoint le conseil de surveillance du groupe BPCE en avril 2014, tout en conservant ses fonctions au sein du groupe Brunswick.

Le , elle est nommée ambassadeur de France à Rome[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]