Gabriel Hanotaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Hanoteau.
Gabriel Hanotaux, photographié en 1898 par Paul Nadar.

Gabriel Albert Auguste Hanotaux est un diplomate, historien et homme politique français né à Beaurevoir (Aisne) le 19 novembre 1853 et mort à Paris le 11 avril 1944.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gabriel Hanotaux étudia à l'École des chartes, et devint maître de conférences à l'École pratique des hautes études en 1880. En 1879, il intégra les cadres du ministère des Affaires étrangères comme secrétaire-adjoint et gravit un à un les échelons de la carrière diplomatique. Il sert notamment comme secrétaire d'ambassade à Constantinople. Il s'intéresse très tôt aux questions coloniales au contact de Jules Ferry.

Il est élu député de l'Aisne en 1886 mais est battu en 1889. Il milite dans le camp républicain aux côtés de Léon Gambetta et de Jules Ferry, dont il sera le chef de cabinet lorsque celui-ci est nommé président du Conseil en 1883. En 1892, il est chargé de négocier avec Sir Charles Tupper, haut commissaire du Canada à Londres, un traité de commerce entre la France et le Canada qui sera signé l'année suivante.

Le 31 mai 1894, il devient ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Charles Dupuy. Il le demeure jusqu'au 14 juin 1898 avec toutefois une interruption durant le Gouvernement Léon Bourgeois du 1er novembre 1895 au 23 avril 1896. Méfiant à l'égard de l'Angleterre, il s'attache à créer un bloc continental européen capable de rivaliser avec l'Angleterre en établissant une alliance solide entre la France, l'Allemagne et la Russie, et combat sans relâche la volonté de revanche contre l'Allemagne. L'affaire Dreyfus rendra ces efforts illusoires. Il plaide également pour une politique de développement en Afrique, se faisant notamment l'avocat du chemin de fer transafricain.

Il est à nouveau ministre des Affaires étrangères de 1896 à 1898 dans le gouvernement Jules Méline. Il s'attache à resserrer les liens entre la France et la Russie, et accompagne le président Félix Faure en visite officielle à Saint-Pétersbourg. L'incident de Fachoda en juillet 1898 est directement lié à sa politique africaine et à sa défiance à l'égard de l'Angleterre. C'est à cette époque qu'il fréquente le salon de Madame Arman de Caillavet, l'égérie d'Anatole France.

En 1909, il est le président-fondateur du Comité France-Amérique. Il sera l'instigateur de plusieurs missions dont la : Mission Champlain (1912), la Mission Fayolle (1921) et la Mission Jacques Cartier.

Gabriel Hanotaux en 1921

Délégué de la France à la Société des Nations, il participe aux première (15 novembre-18 décembre 1920), deuxième (5 septembre-5 octobre 1921), troisième (4 septembre-30 septembre 1922) et quatrième (3 septembre-29 septembre 1923) assemblées générales. Il s'oppose notamment à l'admission de l'espéranto comme langue de travail de la Société des Nations.

Gabriel Hanotaux a publié divers ouvrages historiques dont le plus connu et le plus important est l'Histoire du cardinal de Richelieu (2 vol., 1888). Il est aussi l'auteur d'un essai de référence sur les Origines de l'institution des intendants des provinces (1884) et d'une Histoire de la France contemporaine (1871-1900) (1903-1908) qui est un classique. Il a également édité les Instructions des ambassadeurs de France à Rome, depuis les traités de Westphalie (1888).

Il fut élu à l'Académie française au fauteuil 29 le et à l'Académie de Rouen le 8 mars 1901.

Précédé par Gabriel Hanotaux Suivi par
Jean Casimir-Perier
Ministre français des Affaires étrangères
1894-1895
Marcellin Berthelot
Précédé par Gabriel Hanotaux Suivi par
Léon Bourgeois
Ministre français des Affaires étrangères
1896-1898
Théophile Delcassé

Il est enterré au cimetière de Passy.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Les Villes retrouvées (1881)
  • Origines de l'institution des intendants des provinces, d'après les documents inédits (1884)
  • Henri Martin, sa vie, ses œuvres, son temps, 1810-1883, Librairie Léopold Cerf, Paris, 1885, VII-340 p., (notice BnF no FRBNF30574646m). Consultable en ligne et téléchargeable sur Internet Archive.
  • Études historiques sur le XVIe et le XVIIe siècle en France (1886)
  • Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France : depuis les traités de Westphalie jusqu'à la Révolution française (1888-1913)
  • Essai sur les libertés de l'Église gallicane depuis les origines jusqu'au règne de Louis XIV (1888)
  • Note sur la famille maternelle de Jean de La Fontaine (les Pidoux du Poitou et de l'Île-de-France) (1889)
  • Paris en 1614 (1890)
  • Histoire du cardinal de Richelieu (1893-1903)
  • Les Hommes de 1889 (1893)
  • L'Affaire de Madagascar (1896)
  • Tableau de la France en 1614, la France et la royauté avant Richelieu (1898)
  • La Seine et les quais, promenades d'un bibliophile (1901)
  • Du Choix d'une carrière (1902)
  • L'Énergie française (1902)
  • Histoire de la France contemporaine, 1871-1900 (1903-1908)
  • La Paix latine (1903)
  • La jeunesse de Balzac. Balzac imprimeur 1825-1828, avec Georges Vicaire Paris, A. Ferroud, 1903, 1re édition. Librairie des Amateurs, A. Ferroud, F. Ferroud, 1921. La partie « Balzac imprimeur » recense et décrit tous les livres imprimés par Balzac dans son imprimerie.
  • Le Partage de l'Afrique : Fachoda (1909)
  • La Démocratie et le Travail (1910)
  • La Fleur des histoires françaises (1911)
  • Jeanne d'Arc (1911)
  • Une commémoration franco-américaine. Pour un grand français, Champlain (1912)
  • Études diplomatiques. La Politique de l'équilibre, 1907-1911 (1912)
  • Histoire de la nation française (1913)
  • La France vivante. En Amérique du Nord (1913)
  • Études diplomatiques. 2e série. La guerre des Balkans et l'Europe, 1912-1913 (1914)
  • Les Villes martyres. Les falaises de l'Aisne (1915)
  • Pendant la grande guerre, I (août-décembre 1914) : études diplomatiques et historiques (1916)
  • L'Énigme de Charleroi (1917), l'Édition Française Illustrée, Paris
  • L'Aisne pendant la Grande guerre (1919)
  • Circuits des champs de bataille de France, histoire et itinéraires de la Grande guerre (1919)
  • De l'histoire et des historiens (1919)
  • Le Traité de Versailles du 28 juin 1919. L'Allemagne et l'Europe (1919)
  • Joffre (avec le lieutenant-colonel Fabry) (1921)
  • La Bataille de la Marne (1922)
  • Georges Vicaire. 1853-1921 (1922)
  • Histoire illustrée de la guerre de 1914, avec des illustrations d'Auguste Lepère - Texte intégral (1924)
  • Bibliophiles (1924)
  • Le Général Mangin (1925)
  • La Renaissance provençale. La Provence niçoise (1928)
  • Préface des Mémoires d'Auguste Gérard, Plon, Paris (1928)
  • Histoire des colonies françaises et de l'expansion de la France dans le monde (1929-1934)
  • Le Maréchal Foch ou l'homme de guerre (1929)
  • Regards sur l'Égypte et la Palestine (1929)
  • En Belgique par les pays dévastés (1931)
  • Histoire de la nation égyptienne (1931-1940)
  • L'Art religieux ancien dans le comté de Nice et en Provence (1932)
  • À propos de l'histoire (avec Paul Valéry) (1933)
  • Mon temps (1935-1947)
  • Pour l'Empire colonial français (1935)
  • Raymond Poincaré (1935)

Lien externe[modifier | modifier le code]


Précédé par Gabriel Hanotaux Suivi par
Paul-Armand Challemel-Lacour
Fauteuil 29 de l’Académie française
1897-1944
André Siegfried