Maurice Bourgès-Maunoury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Bourgès-Maunoury
Image illustrative de l'article Maurice Bourgès-Maunoury
Fonctions
129e président du Conseil des ministres français
(145e chef du gouvernement)
Président René Coty
Gouvernement Bourgès-Maunoury
Législature IIIe législature
Prédécesseur Guy Mollet
Successeur Félix Gaillard
Ministre de l'Intérieur
Président René Coty
Président du Conseil Félix Gaillard
Gouvernement Gaillard
Prédécesseur Jean Gilbert-Jules
Successeur Maurice Faure
23 février
Président René Coty
Président du Conseil Edgar Faure
Gouvernement Faure (2)
Prédécesseur François Mitterrand
Successeur Edgar Faure
Ministre de la Défense nationale ou des Forces armées ou de l'Armement
Président René Coty
Président du Conseil Guy Mollet
Gouvernement Mollet ministre de la Défense nationale
Prédécesseur Pierre Billotte ministre de la Défense nationale et des Forces armées
Successeur André Morice ministre de la Défense nationale et des Forces armées
20 janvier
Président René Coty
Président du Conseil Pierre Mendès France
Gouvernement Mendès France ministre des Forces armées
Prédécesseur Emmanuel Temple ministre de la Défense nationale et des Forces armées
Successeur Marie-Pierre Kœnig ministre de la Défense nationale et des Forces armées
20 janvier
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Edgar Faure
Gouvernement Faure (1) ministre de l'Armement
Prédécesseur Georges Bidault ministre de la Défense nationale
Lui-même ministre-adjoint de la Défense nationale
Successeur René Pleven ministre de la Défense nationale
Président Vincent Auriol
Président du Conseil René Pleven
Gouvernement Pleven (2) ministre-adjoint de la Défense nationale
Prédécesseur Jules Moch ministre de la Défense nationale
Successeur Georges Bidault ministre de la Défense nationale
Lui-même ministre de l'Armement
Ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme
14 août
Président René Coty
Président du Conseil Pierre Mendès France
Gouvernement Mendès France Intérim
Prédécesseur Jacques Chaban-Delmas
Successeur Jacques Chaban-Delmas
2
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Henri Queuille
Gouvernement Queuille (2)
Prédécesseur Jacques Chastellain
Successeur Antoine Pinay
Ministre du Commerce et de l'Industrie
18 juin
Président René Coty
Président du Conseil Pierre Mendès France
Gouvernement Mendès France
Prédécesseur Jean-Marie Louvel
Successeur Henri Ulver
Ministre des Finances
8 janvier
Président Vincent Auriol
Président du Conseil René Mayer
Gouvernement Mayer
Prédécesseur Antoine Pinay
Successeur Edgar Faure
Biographie
Nom de naissance Maurice Bourgès-Maunoury
Date de naissance
Lieu de naissance Luisant, Eure-et-Loir (France)
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité français
Parti politique RRRS
Conjoint Madeleine Giraud
Jacqueline Lacoste
Enfant(s) Du 1er mariage :
Jacques Bourgès-Maunoury
Marc Bourgès-Maunoury
Du 2e mariage :
Florence-Emmanuelle Bourgès-Maunoury
Diplômé de École polytechnique
Facultés de droit de l'Université de Paris
École libre des sciences politiques
Profession Officier d'artillerie
Haut fonctionnaire
Chef d'entreprise
Chefs du gouvernement français

Maurice Bourgès-Maunoury, né le à Luisant (Eure-et-Loir) et mort le à Paris, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maurice Bourgès-Maunoury est le fils de Georges Bourgès et de Geneviève Maunoury.Sa sœur, Simone Bourgès-Maunoury, née en 1925 et morte en 1993, psychologue et psychanalyste, chargée de cours aux facultés de lettres et sciences humaines de Paris, est l’auteur de l’ouvrage Approche génétique et psychanalytique de l’enfant (1975).

Formation[modifier | modifier le code]

  • Élève de l'École polytechnique (X 1935)
  • Licencié en Droit et diplômé de l'école des Sciences Politiques

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Officier dans l'artillerie de 1935 à 1940, il s'engage dans la Résistance, où il est ami de Jacques Delmas (surnommé Chaban dans la Résistance) et de Félix Gaillard. Blessé le 2 septembre 1944, il reçoit du général de Gaulle la croix de compagnon de la Libération. Il devient en 1945 commissaire de la République à Bordeaux. Il est un des jeunes turcs du Parti radical-socialiste. Il se situe à la droite de ce parti.

Coopération avec Israël[modifier | modifier le code]

En 1953, Shimon Peres est nommé directeur général du ministère de la Défense d'Israël. Dans cette fonction, il s'implique particulièrement dans l'achat d'armes pour le jeune État. Il se rend en France en 1954 et fait la rencontre d'Abel Thomas, directeur général du ministère de l'Intérieur, qui lui présente son ministre Maurice Bourgès-Maunoury. Ensemble, ils mettent en place une collaboration entre les services de renseignement dans la lutte contre l'ennemi commun égyptien, accusé par la France de soutenir les indépendantistes algériens. En 1956, Bourgès-Maunoury devient ministre de la Défense dans le gouvernement de Guy Mollet. Une étroite coopération franco-israélienne s'amorce. Les efforts de Peres sont efficaces et il réussit à acquérir, auprès de la France, le premier réacteur nucléaire de Dimona et, auprès de l'avionneur français Marcel Dassault, le Mystère IV, un avion de combat à réaction.

Au gouvernement de la France[modifier | modifier le code]

Il occupe les fonctions de président du Conseil des ministres :

Il assure également diverses fonctions ministérielles :

La Ve République[modifier | modifier le code]

Il s'oppose au retour de De Gaulle au pouvoir et fait campagne contre la constitution de la Ve République.

Il est candidat dans les Landes aux élections législatives de 1973. Mais, malgré le soutien de la majorité, il ne parvient pas à revenir à l'Assemblée nationale, face à Servan-Schreiber, président du parti radical.

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Précédé par Maurice Bourgès-Maunoury Suivi par
François Mitterrand
Jean Gilbert-Jules
Ministre de l'Intérieur
Edgar Faure
Maurice Faure
Antoine Pinay
Ministre des Finances
Robert Buron
Guy Mollet
Président du Conseil
-
Félix Gaillard