Éditions Odile Jacob

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
logo
Logo de Éditions Odile Jacob
Repères historiques
Création 5 février 1986
Fondateur(s) Odile Jacob
Fiche d’identité
Forme juridique Société par actions simplifiée
Statut Édition indépendante
Slogan(s) « Des idées qui font avancer les idées. »
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Bernard Gotlieb[1]
Spécialité(s) Vulgarisation scientifique
Collection(s)
Titre(s) phare(s) Changer de modèle (2014)
le Sel de la vie (2012)
Mémoires interrompus (1996)
Langue(s) de
publication
Français et anglais
Site officiel www.odilejacob.fr

Les éditions Odile Jacob sont une maison d'édition française indépendante fondée en 1986 par Odile Jacob et dirigée aujourd'hui par Bernard Gotlieb[2].

Histoire de la maison d'édition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Odile Jacob.

Odile Jacob, crée sa maison d'édition en 1986, après avoir appris le métier d'éditeur aux côtés de Jean-Claude Lattès de 1979 à 1981, puis en lançant la collection scientifique « Le Temps des sciences » chez la maison d'édition Fayard [3]. En 1983, elle contribue au succès commercial de l'ouvrage L'Homme neuronal de Jean-Pierre Changeux en le faisant connaitre du grand public dans l'émission de télévision Apostrophes, de Bernard Pivot [4].

Publications[modifier | modifier le code]

La maison d'édition s'est spécialisé dès sa création dans le domaine de la vulgarisation scientifique publiant des ouvrages signés par d’importants scientifiques français et étrangers, faisant le point sur leur discipline et présentant les résultats de leurs recherches les plus avancées à un large public [5].

Des collections de vulgarisation scientifique[modifier | modifier le code]

À l’heure où les sciences ont acquis une importance nouvelle dans la culture générale, c’est ainsi qu’elles ont contribué notamment à diffuser les connaissances nouvelles dans le domaine du cerveau (Jean-Pierre Changeux, Jean-Didier Vincent, Marc Jeannerod, Michel Jouvet, Stanislas Dehaene, Gerald Edelman, Antonio Damasio, Joseph Le Doux, Cristof Koch, Daniel Schachter), de la philosophie de l’esprit (Daniel Dennett, Jerry Fodor, Steven Pinker), de la biologie et de la génétique (François Jacob, François Gros, Christian De Duve, Francis Crick, James Watson, Richard Dawkins), de la biologie du développement (Alain Prochiantz, Nicole Le Douarin), de l’évolution de l’Homme (Yves Coppens, Henri de Lumley, Pascal Picq, Stephen Jay Gould), des mathématiques (Alain Connes), de l’astronomie, de la cosmologie et de la physique (Georges Charpak, André Brahic, Jacques Blamont, Michel Cassé, Roger Penrose, Stephen Hawking) ou de l’étude des climats (Claude Lorius, Jean-Claude Duplessy, Jean-Louis Fellous). Depuis peu sont venus s’ajouter des documentaires richement illustrés sur les animaux ou encore l’Univers.

Les collections de psychologie et de psychiatrie[modifier | modifier le code]

Sur des questions plus intimes, les Éditions Odile Jacob ont développé tout un ensemble de publications concernant la psychologie et la psychiatrie  : des essais faisant le point du savoir sur les grandes pathologies comme l’autisme, la schizophrénie, les TOC, la dépression, les troubles bipolaires ; des synthèses accessibles sur le développement de l’enfant (Bénédicte Boysson-Bardies, Daniel Stern) et la nature de l’intelligence (Howard Gardner), des réflexions de psychiatres et psychanalystes traduisant l’évolution de leur discipline (Édouard Zarifian, Daniel Widlöcher, André Green, Pierre Fédida) ; des ouvrages de développement personnel fondés sur le comportementalisme (Christophe André, François Lelord, Jean Cottraux) ou des pratiques plus originales (François Roustang), portant sur le couple (Willy Pasini, Philippe Brenot), les relations amoureuses (Lucy Vincent), la maternité, la famille et l’éducation (Aldo Naouri), la résilience (Boris Cyrulnik). Cet ensemble est assorti de plusieurs collections de guides et ouvrages pratiques (Frédéric Fanget, Gisèle George, Didier Pleux), lesquels rejoignent les grands guides sur la femme (Anne de Kervasdoué), l’enfant (René Frydman, Julien-Cohen Solal) ou encore le vieillissement (Olivier de Ladoucette), qui, à côté des essais de grands médecins (Etienne-Emile Baulieu, David Khayat, Yves Pouliquen), ont depuis longtemps fait en médecine la réputation des Éditions Odile Jacob.

Les témoignages de chefs d'État[modifier | modifier le code]

La maison a édité les ouvrages de mémoires ou de témoignage de chefs d’État et d’hommes politiques de premier plan. En particulier, la publication des mémoires de François Mitterrand, Mémoires interrompus, un an après son autobiographie Mémoire à deux voix, et quelques mois à peine après sa disparition le 8 janvier 1996 ont eut un grand retentissement médiatique[6]. Les Editions Odile Jacob ont également publié les mémoires de Jacques Chirac, Michael Gorbatchev, George Bush, Bill Clinton, Shimon Pérès, Gerhard Schröder.

L'actualité des grands débats de société[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, elles offre régulièrement des essais de réflexion sur les grands enjeux de notre temps : les relations internationales et les conflits (François Heisbourg, Samuel Huntington, Zbigniew Brzezinski), les mutations et les crises du capitalisme (Michel Aglietta, Amartya Sen), l’affirmation de l’individualisme et son envers (Raymond Boudon, Alain Ehrenberg), la langue et la place du français (Claude Hagège, Alain Bentolila), les évolutions du droit et de la justice (Antoine Garapon, François Ost, Thierry Lévy), les questions constitutionnelles (Dominique Rousseau), les mutations de la famille, des genres et des sexes (Élisabeth Badinter, Louis Roussel, Françoise Héritier, Irène Théry), la consommation (Robert Rochefort), mais aussi l’importance nouvelle du fait religieux (Régis Debray, Scott Atran) ou encore la transformation profonde de l’antisémitisme aujourd’hui (Pierre-André Taguieff). Vient s’y adjoindre une ligne d’ouvrages historiques où des maîtres (Georges Duby, Marc Ferro, Arlette Farge, André Burguière, Jean-Louis Flandrin) côtoient de plus jeunes chercheurs (Nicolas Offenstadt, Justin Vaïsse).

Principaux auteurs[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque
  • Colloque annuel du Collège de France
  • Corpus
  • Débat public
  • FutuRIS
  • Guides pour s'aider soi-même
  • Gypsy
  • Le champ médiologique
  • Le Temps des savoirs
  • Penser la société
  • Poches Odile Jacob
  • Poches Thriller
  • Santé au quotidien
  • Thriller
  • Travaux du Collège de France
  • Université de tous les savoirs
  • Université de tous les savoirs poches
  • Vivre mieux

Librairie en ligne[modifier | modifier le code]

  • numerique.odilejacob.fr (pour la vente de livres électroniques) est créée grâce à la plateforme de Nuxos Publishing Technologies en décembre 2011[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-reseaux-d-odile-jacob_1402936.html
  2. http://www.lexpress.fr/informations/odile-jacob-la-belle-des-nobel_611945.html
  3. "Odile Jacob et le monde académique : aspects éditoriaux, commerciauxet symboliques" Sébastien Lemerle: http://www.academia.edu/2000914/Odile_Jacob_et_le_monde_acad%C3%A9mique_aspects_%C3%A9ditoriaux_commerciaux_et_symboliques
  4. Sébastien Lemerle : Le singe, le gène et le neurone, Éditeur : Presses universitaires de France, Coll.: Science, histoire et société, 2014, ISBN 2130621597; l'auteur y dresse un portrait de l'éditrice et femme d'affaire et analyse son influence dans la défense l'approche biologique "grand-public" à travers sa maison d'édition.
  5. http://www.presseedition.fr/entretien_avec_claudine_rothislert_directeur_de_fabrication_des_e_P_AA_R_0_A_7757_.html
  6. http://www.lemonde.fr/archives/article/1996/01/11/les-memoires-de-francois-mitterrand_3699452_1819218.html
  7. (fr)« Création de la librairie en ligne d'Odile Jacob »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Laure Dumont, « Les réseaux d’Odile Jacob », L’Expansion, Paris, vol. 679,‎ janvier 2003, p. 88Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christine Ferrand, « Odile Jacob préserve son indépendance », Livres Hebdo, Paris, vol. XXIII, n° 5,‎ février 1991, p. 53-54
  • Sébastien Lemerle, « Le biologisme comme griffe éditoriale. Sociologie de la production des éditions Odile Jacob 1986-2001 », Sociétés Contemporaines, Paris, vol. 64,‎ avril 2006, p. 21 à 40Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Martine de Rabaudy, « Odile Jacob : la belle des Nobel », L’Express, Paris, vol. 2325,‎ janvier 1996, p. 112Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Josyane Savigneau, « Dix ans d’indépendance pour une éditrice audacieuse », Le Monde des livres, Paris,‎ février 1996, p. 10Document utilisé pour la rédaction de l’article

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles externes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]