Gouvernement Pierre Mendès France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement Pierre Mendès France
Régime Quatrième République
Président du Conseil Pierre Mendès France
Début 18 juin 1954
Fin 5 février 1955
Durée &0000000000000232.000000232 jours
Chronologie
Gouvernement
précédent
Gouvernement Joseph Laniel II
Gouvernement
suivant
Gouvernement Edgar Faure II
Élection législative
précédente
1951

Le gouvernement Pierre Mendès France a été le gouvernement de la France du 18 juin 1954 au 5 février 1955.

En juin 1954, alors que la IVe République connaît plusieurs troubles politiques, conçernant notamment la colonisation, le président de la République, René Coty, nomme le radical-socialiste Pierre Mendès France à la présidence du Conseil. Après un vote de confiance, le cabinet Mendès France est investi de ses fonctions.

Chronologie[modifier | modifier le code]

1954[modifier | modifier le code]

1955[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Président du Conseil[modifier | modifier le code]

Secrétaires d'État à la présidence du Conseil[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil : André Bettencourt (CNIP)
  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil et à la Fonction publique (à partir du 30 juin 1954) : Jean Masson (PRS) (jusqu'au 3 septembre 1954, puis par intérim jusqu'au 12 novembre 1954)
  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil, aux Relations avec les Assemblées et à la Fonction publique (à partir du 12 novembre 1954) : René Billières (PRS)
  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil (à partir du 12 novembre 1954) : André Moynet (CNIP)
  • Secrétaire d'État à la Recherche scientifique et au Progrès technique : Henri Longchambon (PRS)
  • Secrétaire d'État à l'Information (à partir du 20 janvier 1955) : Georges Galy-Gasparrou (PRS)

Ministre d'État[modifier | modifier le code]

Ministres[modifier | modifier le code]

  • Ministre des Affaires étrangères (à partir du 20 janvier 1955) : Edgar Faure (PRS)
    • Secrétaire d'État aux Affaires étrangères : Jean-Michel Guérin de Beaumont (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Roland de Moustier (CNIP)
  • Ministre de la Justice : Émile Hugues (PRS) (jusqu'au 3 septembre 1954, démissionnaire), puis Jean-Michel Guérin de Beaumont (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Emmanuel Temple (CNIP)
  • Ministre de l'Intérieur : François Mitterrand (UDSR)
    • Secrétaire d'État à l'Intérieur (à partir du 4 septembre 1954) : Joseph Conombo (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Henri Caillavet (PRS) (jusqu'au 25 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à l'Intérieur (à partir du 20 janvier 1955) : Raymond Mondon (ARS)
  • Ministre de la Défense nationale et des Forces armées (jusqu'au 20 janvier 1955) : Pierre Koenig (URAS) (jusqu'au 14 août 1954, démissionnaire), puis Emmanuel Temple (par intérim jusqu'au 3 septembre 1954), puis Jacques Chevallier (jusqu'au 20 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à la Guerre : Jacques Chevallier (URAS) (jusqu'au 20 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à la Marine : André Monteil (MRP) (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Henri Caillavet (jusqu'au 20 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à l'Air : Diomède Catroux (URAS) (jusqu'au 20 janvier 1955)
  • Ministre de la Défense nationale (à partir du 20 janvier 1955) : Jacques Chevallier
  • Ministre des Forces armées (à partir du 20 janvier 1955) : Maurice Bourgès-Maunoury (PRS)
    • Secrétaire d'État à l'Armement (à partir du 20 janvier 1955) : Diomène Catroux
  • Ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme : Jacques Chaban-Delmas (URAS) (jusqu'au 14 août 1954, démissionnaire) puis Maurice Bourgès-Maunoury (par intérim jusqu'au 3 septembre 1954), puis (de nouveau) Jacques Chaban-Delmas
  • Ministre de la Marine marchande (à partir du 20 janvier 1955) : Raymond Schmittlein (URAS)
  • Ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan : Edgar Faure (PRS) (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Robert Buron (MRP)
    • Secrétaire d'État au Budget (jusqu'au 3 septembre 1954) : Henri Ulver (URAS)
    • Secrétaire d'État aux Affaires économiques et au Plan (jusqu'au 3 septembre 1954) : Henri Caillavet
    • Secrétaire d'État aux Finances et aux Affaires économiques (à partir du 3 septembre 1954) : Jean Gilbert-Jules (PRS)
    • Secrétaire d'État aux Affaires économiques, Union Française (à partir du 20 janvier 1955) : Joseph Conombo
  • Ministre de l'Éducation nationale : Jean Berthoin (PRS)
  • Ministre de l'Industrie et du Commerce : Maurice Bourgès-Maunoury (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Henri Ulver
    • Secrétaire d'État au Commerce (à partir du 12 novembre 1954) : Philippe Monin (CNIP)
  • Ministre de l'Agriculture : Roger Houdet (URAS)
  • Ministre de la France d'Outre-mer : Robert Buron (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Jean-Jacques Juglas (MRP)
  • Ministre du Travail et de la Sécurité sociale : Eugène Claudius-Petit (UDSR) (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Louis Aujoulat (MRP)
  • Ministre du Logement et de la Reconstruction : Maurice Lemaire (URAS) (jusqu'au 14 août 1954, démissionnaire), puis Eugène Claudius-Petit (par intérim jusqu'au 3 septembre 1954), puis Jacques Chaban-Delmas (jusqu'au 12 novembre 1954), puis (de nouveau) Maurice Lemaire
  • Ministre des Anciens combattants et des Victimes de guerre : Emmanuel Temple (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Jean Masson
  • Ministre de la Santé publique et de la Population : Louis Aujoulat (jusqu'au 3 septembre 1954), puis André Monteil
  • Ministre, puis Ministre d'État chargé des Relations avec les États associés : Guy La Chambre (PRS)
  • Ministre des Affaires marocaines et tunisiennes : Christian Fouchet (URAS)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Romo-Navarette, Pierre Mendès France, de l'héritage colonial à la marche vers le progrès (sous la direction de Jacques Frémeaux), thèse de doctorat en histoire contemporaine, soutenue en 2006 devant l'Université Paris 4, 4 volumes (pagination globale 1606 folios), numéro national de thèse : 2006PA040113.
    • Maria Romo-Navarette, Pierre Mendès France : héritage colonial et indépendances (avec une préface de Jean-François Sirinelli), Presses de l'Université de Paris Sorbonne, 2009, 459 p. + 20 p. de planches illustrées, (ISBN 978-2-84050-649-2). — Version abrégée de la thèse de doctorat ci-dessus[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]