Gouvernement Pierre Mendès France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gouvernement Pierre Mendès France
Régime Quatrième République
Président du Conseil Pierre Mendès France
Début
Fin
Durée 232 jours
Chronologie
Gouvernement
précédent
Gouvernement Joseph Laniel II
Gouvernement
suivant
Gouvernement Edgar Faure II
Élection législative
précédente
1951

Le gouvernement Pierre Mendès France a été le gouvernement de la France du 18 juin 1954 au 5 février 1955.

En juin 1954, alors que la IVe République connaît plusieurs troubles politiques, conçernant notamment la colonisation, le président de la République, René Coty, nomme le radical-socialiste Pierre Mendès France à la présidence du Conseil. Après un vote de confiance, le cabinet Mendès France est investi de ses fonctions.

Chronologie[modifier | modifier le code]

1954[modifier | modifier le code]

1955[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Président du Conseil[modifier | modifier le code]

Secrétaires d'État à la présidence du Conseil[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil : André Bettencourt (CNIP)
  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil et à la Fonction publique (à partir du 30 juin 1954) : Jean Masson (PRS) (jusqu'au 3 septembre 1954, puis par intérim jusqu'au 12 novembre 1954)
  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil, aux Relations avec les Assemblées et à la Fonction publique (à partir du 12 novembre 1954) : René Billières (PRS)
  • Secrétaire d'État à la présidence du Conseil (à partir du 12 novembre 1954) : André Moynet (CNIP)
  • Secrétaire d'État à la Recherche scientifique et au Progrès technique : Henri Longchambon (PRS)
  • Secrétaire d'État à l'Information (à partir du 20 janvier 1955) : Georges Galy-Gasparrou (PRS)

Ministre d'État[modifier | modifier le code]

Ministres[modifier | modifier le code]

  • Ministre des Affaires étrangères (à partir du 20 janvier 1955) : Edgar Faure (PRS)
    • Secrétaire d'État aux Affaires étrangères : Jean-Michel Guérin de Beaumont (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Roland de Moustier (CNIP)
  • Ministre de la Justice : Émile Hugues (PRS) (jusqu'au 3 septembre 1954, démissionnaire), puis Jean-Michel Guérin de Beaumont (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Emmanuel Temple (CNIP)
  • Ministre de l'Intérieur : François Mitterrand (UDSR)
    • Secrétaire d'État à l'Intérieur (à partir du 4 septembre 1954) : Joseph Conombo (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Henri Caillavet (PRS) (jusqu'au 25 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à l'Intérieur (à partir du 20 janvier 1955) : Raymond Mondon (ARS)
  • Ministre de la Défense nationale et des Forces armées (jusqu'au 20 janvier 1955) : Pierre Koenig (URAS) (jusqu'au 14 août 1954, démissionnaire), puis Emmanuel Temple (par intérim jusqu'au 3 septembre 1954), puis Jacques Chevallier (jusqu'au 20 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à la Guerre : Jacques Chevallier (URAS) (jusqu'au 20 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à la Marine : André Monteil (MRP) (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Henri Caillavet (jusqu'au 20 janvier 1955)
    • Secrétaire d'État à l'Air : Diomède Catroux (URAS) (jusqu'au 20 janvier 1955)
  • Ministre de la Défense nationale (à partir du 20 janvier 1955) : Jacques Chevallier
  • Ministre des Forces armées (à partir du 20 janvier 1955) : Maurice Bourgès-Maunoury (PRS)
    • Secrétaire d'État à l'Armement (à partir du 20 janvier 1955) : Diomène Catroux
  • Ministre des Travaux publics, des Transports et du Tourisme : Jacques Chaban-Delmas (URAS) (jusqu'au 14 août 1954, démissionnaire) puis Maurice Bourgès-Maunoury (par intérim jusqu'au 3 septembre 1954), puis (de nouveau) Jacques Chaban-Delmas
  • Ministre de la Marine marchande (à partir du 20 janvier 1955) : Raymond Schmittlein (URAS)
  • Ministre des Finances, des Affaires économiques et du Plan : Edgar Faure (PRS) (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Robert Buron (MRP)
    • Secrétaire d'État au Budget (jusqu'au 3 septembre 1954) : Henri Ulver (URAS)
    • Secrétaire d'État aux Affaires économiques et au Plan (jusqu'au 3 septembre 1954) : Henri Caillavet
    • Secrétaire d'État aux Finances et aux Affaires économiques (à partir du 3 septembre 1954) : Jean Gilbert-Jules (PRS)
    • Secrétaire d'État aux Affaires économiques, Union Française (à partir du 20 janvier 1955) : Joseph Conombo
  • Ministre de l'Éducation nationale : Jean Berthoin (PRS)
  • Ministre de l'Industrie et du Commerce : Maurice Bourgès-Maunoury (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Henri Ulver
    • Secrétaire d'État au Commerce (à partir du 12 novembre 1954) : Philippe Monin (CNIP)
  • Ministre de l'Agriculture : Roger Houdet (URAS)
  • Ministre de la France d'Outre-mer : Robert Buron (jusqu'au 20 janvier 1955), puis Jean-Jacques Juglas (MRP)
  • Ministre du Travail et de la Sécurité sociale : Eugène Claudius-Petit (UDSR) (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Louis Aujoulat (MRP)
  • Ministre du Logement et de la Reconstruction : Maurice Lemaire (URAS) (jusqu'au 14 août 1954, démissionnaire), puis Eugène Claudius-Petit (par intérim jusqu'au 3 septembre 1954), puis Jacques Chaban-Delmas (jusqu'au 12 novembre 1954), puis (de nouveau) Maurice Lemaire
  • Ministre des Anciens combattants et des Victimes de guerre : Emmanuel Temple (jusqu'au 3 septembre 1954), puis Jean Masson
  • Ministre de la Santé publique et de la Population : Louis Aujoulat (jusqu'au 3 septembre 1954), puis André Monteil
  • Ministre, puis Ministre d'État chargé des Relations avec les États associés : Guy La Chambre (PRS)
  • Ministre des Affaires marocaines et tunisiennes : Christian Fouchet (URAS)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maria Romo-Navarette, Pierre Mendès France, de l'héritage colonial à la marche vers le progrès (sous la direction de Jacques Frémeaux), thèse de doctorat en histoire contemporaine, soutenue en 2006 devant l'Université Paris 4, 4 volumes (pagination globale 1606 folios), numéro national de thèse : 2006PA040113.
    • Maria Romo-Navarette, Pierre Mendès France : héritage colonial et indépendances (avec une préface de Jean-François Sirinelli), Presses de l'Université de Paris Sorbonne, 2009, 459 p. + 20 p. de planches illustrées, (ISBN 978-2-84050-649-2). — Version abrégée de la thèse de doctorat ci-dessus[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]