Jean Lacouture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lacouture.

Jean Lacouture, né le 9 juin 1921 à Bordeaux[1] (Gironde), est un journaliste, historien et écrivain français, engagé à gauche.

Études[modifier | modifier le code]

Jean Lacouture fréquente le collège Sainte Marie Grand Lebrun, tenu par les marianistes à Caudéran puis fait ses études secondaires chez les jésuites du lycée Saint-Joseph de Tivoli et des études supérieures à Paris. Il est diplômé en lettres, en droit et en sciences politiques.

Attaché de presse du général Leclerc à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il découvre l'Indochine et y fait ses débuts dans le journalisme où il rencontre les chefs du Vietminh révolutionnaire, dont Hô Chi Minh.

Journalisme engagé[modifier | modifier le code]

Après un séjour de deux ans à la résidence générale de France à Rabat au Maroc (1947-1949), il débute sa carrière de journaliste et de reporter à Combat en 1950 qu'il poursuit au journal Le Monde en 1951 puis à France-Soir en tant que correspondant au Caire entre 1953 et 1956.

Il revient au Monde en 1957 où il est chef du service outre-mer puis grand reporter jusqu'en 1975, il collabore également au Nouvel Observateur.

Son engagement à gauche, contre le général de Gaulle et la Ve République, mais surtout pour le Vietcong et les Khmers rouges, seront l'objet d'ardents débats et de justifications a posteriori de sa part.

Ses engagements[modifier | modifier le code]

Anti-colonialiste[modifier | modifier le code]

C'est sa rencontre avec Hô Chi Minh - une « personnalité charismatique » selon lui - qui va déterminer l'engagement de Jean Lacouture dans la cause de la décolonisation.

C'est ainsi que dans les années 1950, il est un des premiers partisans de la décolonisation de l'Algérie et de toutes les autres colonies encore françaises.

Aujourd'hui, il est membre du Comité de soutien de l’Association Primo Levi (soins et soutien aux personnes victimes de la torture et de la violence politique).

L'anti-américanisme des années 1970 et ses conséquences[modifier | modifier le code]

En 1970, dans Le Nouvel Observateur, il fait l'éloge du nouveau gouvernement anti-américain de Penn Nouth, mis en place au Cambodge et du programme politique du FUNK rédigé sur les indications de la « Résistance intérieure » de Khieu Samphân et Ieng Sary entre autres.

Il n'est alors pas le seul intellectuel à prendre parti pour les régimes hostiles à « l'impérialisme américain ». Il côtoie Jacques Decornoy, Jacques Julliard, Jean-Paul Sartre, etc. Il apparaît cinq fois dans l'émission Italiques de 1972 à 1973[2].

En 1975, après avoir salué la chute de Saïgon, Jean Lacouture salue la venue imminente d'un « meilleur Cambodge » avec les Khmers rouges alors que l'édition du 17 avril 1975 du Monde titre : L'écroulement des illusions (de Long Boret, successeur de Lon Nol) et que les Khmers rouges entrent dans Phnom Penh. À cette époque, pour Jean Lacouture, les Khmers rouges sont « un mouvement de résistance contre un gouvernement fabriqué par les Américains »[3].

Il faudra plus de trois ans à de nombreux intellectuels pour appréhender la réalité de l'idéologie des Khmers rouges et des Vietnamiens du nord et plus encore pour admettre les massacres perpétrés au Cambodge.

En novembre 1978, Jean Lacouture reconnait ses erreurs sur ses présentations du Viêt Nam et des Khmers rouges. Dans un entretien à Valeurs actuelles, il déclare :

« avoir pratiqué une information sélective en dissimulant le caractère stalinien du régime nord-vietnamien. Je pensais que le conflit contre l'impérialisme américain était profondément juste, et qu'il serait toujours temps, après la guerre, de s'interroger sur la nature véritable du régime. Au Cambodge, j'ai péché par ignorance et par naïveté. Je n'avais aucun moyen de contrôler mes informations. J'avais un peu connu certains dirigeants actuels des Khmers rouges, mais rien ne permettait de jeter une ombre sur leur avenir et leur programme. Ils se réclamaient du marxisme, sans que j'aie pu déceler en eux les racines du totalitarisme. J'avoue que j'ai manqué de pénétration politique. »

Toutefois en 1980, après quelques hésitations dues à des rumeurs sur la continuation du génocide des Cambodgiens par l'armée viet-namienne, il approuve l'intervention du Viet-Nam communiste de l'hiver 1978-1979 au Cambodge. Il exprime ainsi dans le Monde son incompréhension devant le soutien de l'ONU aux khmers rouges : "L'ancien gouvernement Pol Pot est le seul représentant du peuple cambodgien". Cette "position" lui paraît "non seulement absurde et immorale mais sur le terrain nuisible aux organisations humanitaires."

De Gaulle[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950 et 1960, il fut l'un des plus vigoureux détracteurs du général de Gaulle et un fervent partisan de François Mitterrand.

À la fin des années 1980, sa biographie de De Gaulle (De Gaulle ou l'éternel défi) tranchait avec ses opinions de jeunesse. Il reconnut alors avoir évolué et être devenu un de ses plus grands admirateurs.

L'affaire Boudarel[modifier | modifier le code]

En 1991, il prend la défense de Georges Boudarel universitaire, visé par une plainte pour « crimes contre l'humanité » déposée par d'anciens prisonniers français d'un camp vietminh où il était commissaire politique au début des années 1950.

Le biographe[modifier | modifier le code]

Biographe de nombreuses personnalités, Jean Lacouture revendique, lors d'un débat en 2001 avec Philippe Bertrand sur France Inter (Café littéraire), sa subjectivité et son emphase pour les personnages dont il écrit la biographie (par exemple la personnalité « savoureuse » d'Hô Chi Minh). Ainsi, dit-il, s'il ne peut faire de biographie de personnage qu'il n'apprécie pas, il reconnait écrire des biographies d'admiration et pour lesquelles il n'hésite pas à s'écarter de la règle de l'objectivité. Partant ainsi du constat que le biographe est dominé par son personnage, il ne croit pas à cette règle (défendue par Pierre Milza) et reconnaît traiter le sujet de manière engagée et personnelle.

Pour Jean Lacouture, l'art du biographe consiste à laisser des zones d'ombre pour permettre au lecteur de se faire une idée.

Écrivain ou historien de l'histoire immédiate ou contemporaine, Jean Lacouture a regretté de ne pas avoir mis l'accent sur « l'encagement » des hommes au Viêt Nam. En revanche, il ne cache pas certaines dérives du régime nasserien dans « L'Égypte en mouvement » (éditions du Seuil, 1956), coécrit avec sa femme Simone Lacouture. « Toute censure est haïssable. Mais, pratiquée comme elle l'est en Égypte, fantasque, irrésolue, pataugeante et féroce sitôt que décidée, elle fait de la presse l'une des dernières formes de la servitude » (P. 282).

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • L'Égypte en mouvement, en collaboration avec Simone Lacouture, Le Seuil, 1956
  • Le Maroc à l'épreuve, en collaboration avec Simone Lacouture, Le Seuil, 1958
  • La Fin d'une guerre, en collaboration avec Philippe Devillers, 1960, nouvelle édition en 1969
  • Cinq hommes et la France, Le Seuil, 1961
  • Le Poids du Tiers-Monde, en collaboration avec Jean Baumier, Arthaud, 1962
  • De Gaulle, 1965, Le Seuil, nouvelle édition en 1971
  • Le Viêt Nam entre deux paix, Le Seuil, 1965
  • Hô Chi Minh, Le Seuil, 1967, nouvelle édition en 1976
  • Israël et les Arabes, le troisième combat, avec Francis Held, Simone Lacouture, Éric Rouleau, coll. L’histoire immédiate, 1967
  • Quatre Hommes et leurs peuples, sur-pouvoir et sous-développement, Le Seuil, 1969
  • Viêt Nam, de la guerre française à la guerre américaine, avec Philippe Devillers, coll. Esprit, 1969
  • Nasser, Le Seuil, 1971
  • L'Indochine vue de Pékin, entretiens avec le Prince Sihanouk, Le Seuil, 1972
  • Un sang d'encre, Stock-Seuil, 1974
  • Les Émirats mirages, en collaboration avec Gabriel Dardaud et Simone Lacouture, Le Seuil, 1975
  • Viêt Nam, voyage à travers une victoire, en collaboration avec Simone Lacouture, Le Seuil, 1976
  • André Malraux, une vie dans le siècle, Prix aujourd'hui, Le Seuil, 1973 ; coll. Points Histoire, 1976
  • Léon Blum, Le Seuil, 1977 ; coll. « Points Histoire », 1979
  • Survive le peuple cambodgien !, 1978
  • Le rugby, c'est un monde, Le Seuil, 1979
  • Signes du Taureau, Julliard, 1979
  • François Mauriac, « Bourse Goncourt de la biographie », Le Seuil, 1980 ; coll. Points essais, 2 volumes, 1990
  • Julie de Lespinasse, mourir d'amour, en collaboration avec Marie-Christine d'Aragon, Ramsay, 1980 ; Complexe, 2006
  • Pierre Mendès France, Le Seuil, 1981 et 2003
  • Le Piéton de Bordeaux, ACE, 1981
  • En passant par la France, Journal de voyage, en collaboration avec Simone Lacouture, Le Seuil, 1982
  • Profils perdus, 53 portraits contemporains, A.M. Métailié, 1983
  • De Gaulle, (3 volumes) : 1 — Le Rebelle (1890-1944), 2 — Le Politique (1944-1959), 3 — Le Souverain (1959-1970), Le Seuil, 1984, 1985 et 1986. Paris ; Points Histoire, 1990.
  • Algérie : la guerre est finie, éd. Complexe, Bruxelles, 1985 et 2002
  • De Gaulle ou l'éternel défi, en collaboration avec Roland Melhl, 1988
  • Corridas : détails de passion avec Robert Ricci éditions Aubier (1988)
  • Champollion : Une vie de lumières, Grasset, 1989
  • Jésuites, tome 1, Les Conquérants, 1991
  • Jésuites, tome 2, Les Revenants, 1992
  • Le Citoyen Mendès France, en collaboration avec Jean Daniel, coll. L’histoire immédiate, 1992
  • Le Désempire, Figures et thèmes de l'anticolonialisme, en collaboration avec Dominique Chagnollaud, Denoël, coll. Destins croisés, 1993
  • Une adolescence du siècle, Jacques Rivière et la NRF (1900-1925), 1994
  • Le Grand Théâtre de Bordeaux ou L'opéra des vendanges, Caisse nationale des monuments historiques et des sites, Coll. Monuments en paroles, Photographies de Dominique Thillard, 1994 (ISBN 2-85822-125-1)
  • Mes héros et nos monstres, Le 20e siècle où le temps des démiurges, 1995
  • Montaigne à cheval, coll. Points, 1996
  • L’Histoire de France en 100 tableaux, Hazan, 1996
  • François Mitterrand, une histoire de français, 2 tomes, Éditions du Seuil, 1998, 434 et 625 p.
    • François Mitterrand, une histoire de français (vol 1) : « Les risques de l’escalade », 1998
    • François Mitterrand, une histoire de français (vol 2) : « Les vertiges du sommet », 1998
  • Greta Garbo, La Dame aux caméras, Liana Levi, 1999
  • John F. Kennedy, Nathan, 2000
  • Germaine Tillion, la traversée du mal : entretiens avec J. Lacouture, Arléa, 2000
  • Le Témoignage est un combat : une biographie de Germaine Tillion, 2000
  • Le Roman du pouvoir : Mitterrand raconté par…, en collaboration avec Patrick Rotman, 2000
  • Voyage dans le demi-siècle, avec Gérard Chaliand, entretiens croisés avec André Versaille, éditions Complexe, 2001
  • La Raison de l'autre, sur Montaigne, Montesquieu, Mauriac, Confluences, 2002
  • De Gaulle raconté à Benjamin, Indigène, 2002
  • Montesquieu, Les Vendanges de la liberté, 2003
  • Stendhal, le bonheur vagabond, Le Seuil, 2004
  • Une vie de rencontres, 2005
  • Eloge du secret, en coll avec Hugues Le Paige, Ed. Labor, coll Trace, 2005
  • Alexandre Dumas à la conquête de Paris, Complexe, 2005
  • Paroles de Présidents, Dalloz, 2006, (ISBN 978-2247070435)
  • Lois et mœurs du rugby, Dalloz 2007
  • Voyous et gentlemen, Gallimard
  • Albums de la Pléiade : Montaigne, bibliothèque de la Pléiade, éditions Gallimard, 2007
  • Le monde est mon métier : Le journaliste, les pouvoirs et la vérité, avec Bernard Guetta, Broché, 2007
  • L'Algérie algérienne : fin d'un empire, naissance d'une nation, Gallimard, 2008, (ISBN 978-2070120031)
  • Malraux : itinéraire d'un destin flamboyant, entretiens avec Karin Müller, A. Versaille éditeur, 2008, (ISBN 978-2874950056)
  • Jean Lacouture ou Le goût des autres : entretiens avec Gilbert et Nicole Balavoine, Confluences, 2009, (ISBN 978-2-35527-019-2)
  • Les impatients de l'histoire, Grasset 2009, (ISBN 978-2-246-74451-1)
  • Nos Orients, Le rêve et les conflits. Entretiens avec Ahmed Youssef, en coll. avec Ahmed Youssef, Ed. du Rocher, 2009 (ISBN 978 2 268 06471 0)
  • Sont-ils morts pour rien? : Un demi-siècle d'assassinats politiques, en coll. avec Jean-Claude Guillebaud, Ed. du Seuil, 2010 (ISBN 978-2020998321)
  • Paul Flamand, éditeur, Les Arènes, 2010, (ISBN 978-2-35204-118-4)
  • Carmen. La révoltée, Ed. du Seuil, 2011 (ISBN 978-2-0210-4720-2)
  • Le tour du monde en 80 ans, entretiens avec Stéphanie Le Bail, Ed. France-Empire, 2012
  • L'ami oublié de Malraux en Indochine, Paul Monin (1890-1929), Ed. Les Indes savantes,2014, préface de ce livre d'Yves Le Jariel

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Mélomane et passionné d'Ovalie[modifier | modifier le code]

Grand mélomane, passionné de musique et surtout d'opéra, après avoir écrit sur Carmen, Jean Lacouture est le président de l'Association des amis de Georges Bizet.

Il est aussi depuis toujours un fin connaisseur du milieu rugbystique français.

Passionné de tauromachie[modifier | modifier le code]

Il se qualifie lui-même de revistero-amateur dans l'introduction de son livre Signes du taureau qui est un recueil des chroniques tauromachiques qu'il a fait paraître dans Le Monde de 1968 à 1979[5]. Il a également préfacé un grand nombre d'ouvrages tauromachiques dont La Tauromachie de Claude Popelin et Yves Harté dans une introduction qui porte le titre Notre ami Claude (Popelin), avec François Zumbiehl[6]. Il a aussi publié avec Robert Ricci Corridas, détails de passion où il revient sur la nature de l' afición

Il continue d'être un ardent défenseur de la tauromachie, s'insurgeant contre l'interdiction catalane qu'il considère comme un décision politique [7]. Les opposants ne manquent pas de l'attaquer notamment au moment où la tauromachie a été inscrite au patrimoine culturel immatériel de la France[8], parce qu'il fait partie des signataires de la lettre que les intellectuels et les artistes ont signée pour remercier Frédéric Mitterrand[9], [note 1].

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • Jean Lacouture, Signes du taureau, Paris, Julliard,‎ 1965 (ISBN 1-883145-00-7)
  • Claude Popelin et Yves Harté, La Tauromachie, Paris, Seuil,‎ 1994 (ISBN 2020214334)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eric Barbier, cinéaste ; Christophe Barratier, cinéaste ; Bartolomé Bennassar, historien, ancien président de l’Université de Toulouse-Le Mirail ; Daniel Benoin, auteur, metteur en scène et comédien, directeur du Théâtre national de Nice ; Vincent Bioulès, artiste peintre ; Jean-Loup Bourget, professeur des universités, chaire d’études cinématographiques, Ecole normale supérieure de Paris ; Sophie Calle, artiste ; Jean-Paul Capitani, membre du directoire des éditions Actes Sud ; Jean Cardot, sculpteur, membre de l’Académie des Beaux-Arts ; Philippe Caubère, comédien, auteur et metteur en scène ; Jean-Paul Chambas, artiste peintre ; Yves Charnet, poète et écrivain ; Lucien Clergue, photographe, membre de l’Académie des Beaux-Arts ; Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, chaire de littérature française, moderne et contemporaine ; André Comte-Sponville, écrivain et philosophe ; Michel Deguy, poète et écrivain ; Florence Delay, écrivain, membre de l’Académie française ; Vincent Delecroix, écrivain, professeur de science des religions à l’Ecole pratique des Hautes études ; Georges Didi-Huberman, écrivain et philosophe ; Michel Dieuzaide, cinéaste et photographe ; Jean-Pierre Digard, anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS ; Françoise Gilot, peintre ; Jean Jamin, anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, directeur de la revue L’Homme ; Gérard Jugnot, acteur et réalisateur ; Jean Lacouture, écrivain ; Christian Lacroix, designer ; Claude Lanzmann, écrivain et cinéaste, directeur de la revue Les Temps Modernes ; Francis Marmande, professeur des universités émérite, Université de Paris-Diderot ; Jean Nouvel, architecte ; Denis Podalydès, comédien, auteur et metteur en scène, sociétaire de la Comédie française ; Michel Portal, musicien ; Alain Renaut, professeur des universités, chaire de philosophie morale et politique de la Sorbonne ; jean-Michel Ribes, auteur, metteur en scène et directeur du Théâtre du Rond- Point (Paris) ; Philippe Roger, historien de la littérature, directeur d’études à l’EHESS, directeur de la revue Critique ; Hervé di Rosa, artiste peintre ; Guy de Rougemont, peintre et sculpteur, membre de l’Académie des Beaux-Arts ; Claude Viallat, artiste peintre ; Jean- Didier Vincent, professeur de physiologie à la Faculté de médecine de Paris XI, membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie de Médecine ; Francis Wolff, philosophe, professeur des universités, Ecole normale supérieure de Paris

Références[modifier | modifier le code]

  1. Emmanuel Ratier, Encyclopédie politique française, Faits & Documents, Paris, 1992, 864 p. (ISBN 2-909-769-00-3)
  2. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 24 février 1972, 6 avril 1972, 18 mai 1973, 27 juillet 1973, 9 novembre 1973
  3. Son point de vue, et son scepticisme envers la présence de Nord-Vietnamiens au Cambodge, sont mentionnés par François Bizot, Le Portail, La Table ronde, 2000, pp. 43-45.
  4. Journal officiel du 29 mars 2013
  5. sur l'Observatoire des cultures taurines
  6. Popelin Harté1994, p. 11 à 14
  7. un geste politique AFP- Sud-Ouest
  8. les attaques
  9. parmi les soutiens au ministre les artistes et intellectuels dont Jean Lacouture

Liens externes[modifier | modifier le code]