Front populaire (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Front populaire.
Front populaire
Image illustrative de l'article Front populaire (France)
Élections concernées par l'alliance Élections législatives de 1936
Organisations politiques concernées Parti radical-socialiste,
Section française de l'Internationale ouvrière,
Parti communiste français

Représentation à l'assemblée nationale
386 / 608
Idéologie Socialisme
Radicalisme
Communisme
Antifascisme
Pacifisme
Couleurs Rouge

Le Front populaire est une coalition de partis de gauche qui gouverna la France de 1936 à 1938. Il réunissait les trois principaux partis de la gauche, la SFIO, le Parti radical-socialiste et le Parti communiste (qui soutenait les deux premiers sans participer directement au gouvernement), mais également toute une nébuleuse d'autres mouvements[1].

Le gouvernement de Front populaire fut le premier de la IIIe République dirigé par les socialistes. Il initia plusieurs réformes sociales importantes et constitue encore actuellement une des références incontournables de la mémoire et de l'histoire de la Gauche française : les congés payés, la réduction du temps de travail avec la semaine de quarante heures et l' établissement des conventions collectives.

L'assemblée élue lors des élections de 1936 demeura inchangée jusqu'en septembre 1939, date à laquelle 49 députés communistes furent arrêtés. L'année suivante, en juin 1940, la France connaissait la défaite face à l'Allemagne.

Genèse et formation[modifier | modifier le code]

La réaction militante au 6 février 1934[modifier | modifier le code]

Emblème du parti socialiste SFIO

Dans l'histoire de la Gauche française, c'est en réaction à la journée d'émeutes menées par les ligues (Action française, Jeunesses patriotes, etc.) le 6 février 1934 que les partis de gauche décident de s'unir contre « le danger fasciste » et les tentatives de l'extrême droite pour établir en France un régime dictatorial équivalent à l'Italie fasciste[2].

En fait, si socialistes et communistes sont authentiquement convaincus qu'ils viennent de connaître une tentative de coup d'État concerté en vue d'établir un régime autoritaire[3], ils réagissent d'abord en ordre dispersé. À la fois concurrents et adversaires depuis la scission survenue lors du Congrès de Tours de la SFIO, qui a vu la formation de la SFIC qui deviendra plus tard le PCF, les deux partis ouvriers peinent à renouer le dialogue. Pour les communistes, qui suivent scrupuleusement les instructions de la Troisième Internationale, le capitalisme est entré dans sa « troisième phase » : il va bientôt connaître une période de crise qui le poussera à agresser l'URSS. Lorsque ce conflit, qu'ils pensent inévitable, surviendra, les communistes auront pour tâche de lutter énergiquement contre la bourgeoisie, quel que soit son bord politique (de ce point de vue, les radicaux ou les républicains-socialistes sont assimilés à la droite et taxés de fascistes). Fondamentalement révolutionnaire, le PCF considère même que le combat doit s'étendre à la SFIO, coupable de contribuer à faire avorter la Révolution en prônant des politiques réformistes[2].

Pour sa part, la SFIO se méfie d'un Parti communiste qui, sous couvert de proposer un front unique, chercherait en réalité à attirer vers lui les militants socialistes en les éloignant de leurs dirigeants[4]. Par ailleurs les socialistes, alliés traditionnels des radicaux, sont en froid avec ces derniers. Ces deux partis ont déjà connu ensemble par deux fois l'expérience de la coalition, dans le cadre du Cartel des Gauches, en 1924 et 1932. Des accords de désistements réciproques leur avait alors permis d'investir une majorité absolue de sièges à la Chambre des députés. Or, à chaque fois, socialistes et radicaux finissaient par entrer en conflit sur les questions économiques et sociales : les premiers refusant à terme leur soutien aux gouvernements des seconds, les radicaux finissaient par s'allier à la droite et les socialistes passaient dans l'opposition. Sur la question de la responsabilité de cet échec, les deux partis se renvoient la balle et leurs rapports sont, depuis 1934, bien conflictuels[5]. Concrètement, les socialistes comme les communistes, attaquent violemment les radicaux, ne leur pardonnant pas leur alliance avec la droite dans le gouvernement Doumergue, tandis que les radicaux reprochent aux socialistes de ne pas les avoir efficacement soutenus lors des deux expériences du Cartel, ce qui en fait à leurs yeux des alliés définitivement peu recommandables.

Pourtant, le 6 février déclenchera une dynamique qui l'emportera peu à peu sur les querelles d'appareil. Au lendemain de cette journée, plusieurs comités antifascistes se forment, comprenant des socialistes, des radicaux et des représentants de divers groupes de gauche, mais jamais de communistes. Les clivages idéologiques persistent. Le 9 février, le PCF et la CGTU organisent un grand rassemblement[6] place de la République, contre le fascisme et les ambiguïtés du gouvernement. De son côté, la SFIO préfère relayer par une manifestation l'appel de la CGT à la grève générale pour le 12 février. Le PCF décide de se joindre à la manifestation, espérant toujours attirer à lui les militants socialistes en plaçant des orateurs tout le long du cortège. C'est pourtant l'inverse qui se produit : « les militants communistes se joignent au cortège socialiste, abandonnant estrades et orateurs communistes, et c'est aux cris de « Unité ! Unité ! » que les militants des deux partis défilent de concert »[7].

Ce sont donc les militants ordinaires, contre la volonté des états-majors hormis Jacques Doriot, qui font du 12 février 1934 une manifestation unitaire, et préparent ainsi les esprits à l'idée du Rassemblement populaire. Épisode symptomatique d'une union antifasciste bien plus précoce à la base qu'à la tête de deux partis dont les dirigeants se haïssent.

La volte-face du Parti communiste[modifier | modifier le code]

La faucille et le marteau, alors emblème du PCF

De fait, l'évolution vers l'unité n'est pas évidente, la direction du PC étant dans un premier temps hostile à tout rapprochement avec la SFIO, conformément à la tactique « classe contre classe » élaborée dans les années 1920 par la Troisième Internationale. Pourtant, le 26 juin 1934 à Ivry, Maurice Thorez opère un virage à 180° en appelant à l'unité d'action avec les socialistes.

Les explications de cette spectaculaire volte-face[8] sont diverses et, pour certaines, controversées[9]. Il est clair en tout état de cause que c'est avec la bénédiction de l'Internationale, dirigée par Moscou, que Thorez opère ce changement de stratégie, la question restant en suspens de savoir si les communistes français l'avaient préalablement sollicitée ou si l'initiative en revenait exclusivement au Komintern. Des raisons intérieures ont certainement joué, outre la volonté unitaire de la base : la tactique « classe contre classe » avait montré ses limites en isolant le parti et en provoquant un net recul du PC aux élections de 1932. Mais c'est surtout parce que Staline réévalue le danger fasciste[10], considéré jusqu'ici comme accessoire, lorsque l'installation solide d'Hitler au pouvoir (mort de Hindenburg, purge des SA) se confirme, que le PC adopte une attitude résolument unitaire, et ajoute l'adjectif français à son nom[11].

Il ouvre ainsi la voie à la formation d'un « Front populaire » (l'expression est attribuée à Eugen Fried, représentant de l'Internationale communiste en France), avec comme première étape la signature entre les deux partis marxistes d'un pacte d'unité d'action le 27 juillet 1934, où ils s'engagent à joindre leurs forces dans la lutte contre le fascisme et le gouvernement d'Union nationale de Gaston Doumergue.

Mais Thorez ne souhaite pas en rester là et déborde par la droite une SFIO qui, stupéfaite, l'entend à Nantes le 10 octobre 1934 suggérer « l'alliance des classes moyennes avec la classe ouvrière » et la constitution d'un rassemblement non seulement ouvrier mais « populaire », ce qui constitue clairement un appel du pied au parti radical, représentant des classes moyennes. De fait, Thorez considère que les résultats des élections cantonales d'octobre 1934, où l'extrême-droite progresse en attirant à elle d'anciens électeurs radicaux, « attestent de la « course de vitesse » engagée entre les fascistes et les partis ouvriers pour la conquête des classes moyennes »[12], touchées par le chômage et désorientées politiquement. En intégrant les radicaux à la logique d'union à gauche, Thorez espère créer cette dynamique. Ces derniers, très méfiants vis-à-vis des communistes, refusent d'abord cette proposition d'alliance, position logique dans la mesure où ils participent aux gouvernements d'Union nationale : le parti radical semble pencher à droite.

Le ralliement des radicaux[modifier | modifier le code]

Pourtant, à l'été 1935, la pression de l'aile gauche du parti, notamment des « Jeunes Turcs » et d'Édouard Daladier (qui cherche à retrouver un espace politique après son échec du 6 février 1934), amène Édouard Herriot à accepter le rapprochement avec la SFIO et le PC. De fait, de nombreux éléments, outre la volonté de la plupart des militants de base de renouer avec la tradition d'un ancrage à gauche du parti, suggèrent le ralliement au Rassemblement populaire. En effet, le parti radical, bien qu'allié de la droite dans les gouvernements de trêve, subit de la part de ses partenaires des critiques souvent violentes, allant de l'incompétence à la corruption, alors même que la politique de droite menée par ces gouvernements met mal à l'aise un nombre de plus en plus important de militants.

Dans le même temps, les communistes couvrent d'éloge le parti radical, héritier selon eux de la Révolution française et représentant d'une classe moyenne désormais solidaire du prolétariat[13]. Le dernier verrou tombe lorsque l'Union soviétique se rapproche de la France suite à la visite de Laval à Moscou en mai 1935. Le PCF peut désormais voter les budgets militaires et laisse libre cours à un discours patriotique[14] qui tranche avec ses positions antérieures et ne peut que satisfaire les Radicaux.

Comme les élections municipales de mai 1935 se caractérisent par un nouveau recul du parti radical, sauf là où il s'était allié avec la SFIO, Herriot n'a plus de réel argument pour poursuivre la politique d'alliance avec la droite, et le comité exécutif du parti, « emporté par la mystique unitaire antifasciste »[15], décide le 3 juillet de participer à la grande manifestation unitaire prévue pour le 14 juillet.

La manifestation du 14 juillet 1935[modifier | modifier le code]

Le choix de la date, à la fois fête révolutionnaire et fête nationale, et du lieu (la manifestation suit le même parcours que celle du 12 février 1934) est significatif. Surtout, pour la première fois, militants et chefs radicaux (notamment Daladier), socialistes et communistes défilent de concert aux côtés d'autres petits partis, syndicats et associations (CGT, CGTU, CVIA, Ligue des Droits de l'homme...), dans une manifestation de près de 500 000 personnes[16] et « dans l'euphorie d'une unité retrouvée de la gauche »[17]. La solennité du moment est renforcée par la rédaction d'un serment, écrit par Jean Guéhenno, André Chamson, et Jacques Kayser, prêté par tous les manifestants, qui réaffirme l'importance de la mobilisation antifasciste et dégage des objectifs pour améliorer la situation du pays[18].

La tranquille mobilisation d'un peuple de gauche qui revendique son histoire, y compris nationale (Jeanne d'Arc, La Marseillaise, le Soldat inconnu[19]) apparait irrésistible, et c'est tout naturellement que le comité d'organisation de cette manifestation, dirigé par le président de la Ligue des Droits de l'homme Victor Basch, est prolongé en un comité national pour le rassemblement populaire, chargé d'élaborer un programme commun et des accords de désistement dans la perspective des élections du printemps 1936.

Un programme électoral modéré et ambigu[modifier | modifier le code]

Le programme du Front populaire, censé se structurer autour de son slogan électoral « Pain, Paix, Liberté », est plus concrètement organisé en deux rubriques.

Dans le domaine politique, les revendications sont classiques : défense de la démocratie (désarmement et dissolution des ligues, obligation pour les organes de presse de publier leur bilan financier pour permettre à leurs lecteurs de connaître l'identité de ceux qui les financent, promotion des droits syndicaux et de l'école laïque) et de la paix (désarmement relatif, promotion de la sécurité collective et de la négociation dans le cadre de la SDN). En dehors de la volonté de nationaliser les industries pour soustraire la politique extérieure de la France à l'influence des marchands de canon, « cette plateforme somme toute modérée témoigne davantage de préoccupations électorales que d'une claire perception de la situation internationale : ni la question coloniale, ni les dangers extérieurs, ni la situation en Europe ne semblent préoccuper ses signataires »[20], et l'antifascisme reste essentiellement à destination interne, contrairement aux souhaits du PCF, plus belliciste et prêt à internationaliser la lutte contre le fascisme[21]. Ces ambiguïtés en matière de politique extérieure pèseront lourd dans les difficultés ultérieures du gouvernement de Front populaire.

Les mesures préconisées par le Front populaire en matière économique sont plus conséquentes, bien que tout autant marquées du sceau du compromis. En dehors de la volonté de réformer la Banque de France en la soustrayant à l'influence de ses 200 plus gros actionnaires (les « 200 familles », ce « mur d'argent » qui avait brisé en 1925 le premier gouvernement du Cartel des Gauches), « il s'agit, à l'instar de Roosevelt aux États-Unis, de conduire, comme on le dira plus tard, une politique de relance par la consommation, dont on espère la reprise de la production, la réduction de la thésaurisation et le retour de la croissance »[22] : « réduction de la semaine de travail sans réduction du salaire hebdomadaire », « plan de grand travaux d'utilité publique », création d'un « fonds national de chômage » et d'un régime de retraite pour les vieux travailleurs. À cela s'ajoute en matière agricole la mise en place d'un Office national des céréales destiné à régulariser le marché et lutter contre les spéculateurs.

En fait, même sur le plan économique, ce programme modéré du « plus petit dénominateur commun » reste modeste et se contente de prévoir la « réalisation des tâches immédiates » pour résoudre la crise et apporter « une solution aux injustices sociales les plus criantes [...], sans toucher aux structures de la société »[23], comme le souhaiteraient les socialistes. De ce point de vue, il est nettement plus proche des vues du parti radical[24] que de celui de la SFIO, plus étatiste quand les radicaux restent fondamentalement des libéraux[25]. Cela n'a pas été sans créer des tensions entre le parti radical et les socialistes, mais ces derniers ont dû s'incliner compte tenu de la farouche volonté du PC de faire preuve de modération pour assurer le ralliement des classes moyennes au Front populaire[26]. Il ne constitue d'ailleurs qu'une base de désistement pour le second tour, chaque parti défendant au premier tour son propre programme, dont la compatibilité avec le programme de Front populaire n'est pas toujours évidente. Ici comme en politique étrangère, les divergences entre alliés, les ambiguïtés sont nombreuses, même si dans un premier temps l'enthousiasme des militants peut les maintenir sous cloche.

La victoire électorale et la mise en place du gouvernement de Front populaire[modifier | modifier le code]

Victoire et rapports de forces internes au Front populaire[modifier | modifier le code]

Profitant de son unité (les désistements entre le premier et le second tour furent quasi systématiques et de ce fait, les reports de voix, notamment communistes, meilleurs qu'en 1928 et 1932), de la crise économique et de l'absence d'une politique alternative à droite (où l'argument de campagne principal se limita à l'anticommunisme), le Front populaire remporte une nette victoire aux élections législatives des 26 avril et , rassemblant environ 57 % des suffrages exprimés au premier tour et envoyant, au terme du second, un total de 386 députés sur 608 siéger à la Chambre des députés, dont 147 pour la SFIO.

Composition politique de la Chambre des députés de 1936

Le caractère spectaculaire – y compris à l'époque – de ce succès électoral ne doit pas laisser penser que l'opinion française aurait alors nettement glissé à gauche. Comme le souligne Eric Hobsbawm, le triomphe du Front populaire « résulte de l'augmentation d'à peine 1 % des suffrages obtenus par les radicaux, les socialistes et les communistes en 1932 », déjà favorable à la gauche il est vrai, et le succès du Front populaire met surtout « dramatiquement en relief les coûts de la désunion passée[27] ».

Malgré cette relative stabilité du corps électoral de gauche, les évolutions de la part de chacun des trois partenaires du Front populaire permettent d'éclairer l'évolution de l'opinion de gauche. « Le parti communiste pouvait légitimement apparaître comme le grand vainqueur de la consultation : avec 1 500 000 voix, il doublait ses suffrages de 1932 »[28]. L'essentiel de ces gains sont réalisés aux dépens des socialistes, qui compensent leur perte dans le milieu ouvrier en mordant sur l'électorat rural du Parti radical.

De fait, les radicaux (1 400 000 voix), compromis par leur participation aux gouvernements de droite et par leur soutien à la politique de déflation, mais également du fait de la bipolarisation du scrutin, perdent 350 000 voix. Cependant, le caractère stratégique de leur place dans la coalition gouvernementale ne doit pas être négligé. Si les radicaux ont perdu de leur superbe, ce sont leurs 106 députés qui permettent au gouvernement d'exister, dans la mesure où aux 219 députés socialistes et communistes correspondent exactement les 219 députés de la droite. De ce fait, les radicaux affaiblis jouent néanmoins un rôle pivot. Il suffit qu'ils fassent le choix de basculer vers les modérés comme en 1926 ou 1934, et le gouvernement de Front Populaire disparaitrait. Paradoxalement, bien que « battus par les électeurs le 26 avril, les radicaux se trouvent en position d'arbitres, en mesure de faire ou défaire les majorités, et leur puissance parlementaire fait d'eux, au moment même où leur parti commence son déclin, les maitres réels du jeu politique français »[29].

Le gouvernement Blum[modifier | modifier le code]

Portrait de Léon Blum par Félix Vallotton paru dans La Revue blanche en 1900
Roger Salengro, ministre de l'intérieur

Bien que la progression du PCF dans son électorat traditionnel soit réelle, la SFIO conserve un électorat stable de près de 2 millions de voix. Premier parti de France, il apparaît dès lors naturel que le chef du nouveau gouvernement soit issu de ses rangs. Léon Blum s'efforce cependant de rester pragmatique : il distingue l'exercice de la conquête du pouvoir. Les Français n'ayant pas donné de majorité aux « prolétariens » (SFIO et PCF seuls), il en déduit qu'il est impossible, dans l'état actuel des choses, de transformer les structures sociales de la France pour aller dans le sens de la société socialiste[30]. Il plaide donc en faveur de l'application la plus stricte du programme du Front populaire : le 31 mai, il déclare devant le Conseil national de la SFIO, que « non seulement le Parti socialiste n'a pas la majorité, mais les partis prolétariens ne l'ont pas davantage. Il n'y a pas de majorité socialiste ; il n'y a pas de majorité prolétarienne. Il y a la majorité du Front populaire dont le programme du Front populaire est le lieu géométrique. Notre mandat, notre devoir, c'est d'accomplir et d'exécuter ce programme. Il s'ensuit que nous agirons à l'intérieur du régime actuel, de ce même régime dont nous avons montré les contradictions et les iniquités tout au long de notre campagne électorale[31] ». L'expérience ne sera donc pas socialiste, mais se limitera à une nouvelle forme de réformisme social. Blum voit également un deuxième avantage à prendre la tête du gouvernement : en « occupant » le pouvoir, les socialistes peuvent directement empêcher les fascistes de s'y installer[30].

De fait, cette majorité parlementaire inédite investit le premier gouvernement à dominante socialiste de la IIIe République, et Léon Blum est nommé président du Conseil par le Président de la République Albert Lebrun, le 4 juin 1936. Contrairement à la tradition de la Troisième République, Blum décide de ne se charger « d'aucune responsabilité particulière pour se consacrer tout entier à la direction du gouvernement », dans le but de renforcer la présidence du Conseil : « A ses yeux, le chef du gouvernement ne devait pas se limiter à coordonner l'action des ministres, mais devait véritablement diriger, à la manière du Premier ministre britannique »[32]. De fait, Blum dispose d'une réelle autorité sur le gouvernement qu'il présidait.

Léon Blum ne se contente pas de redéfinir le rôle dévolu au Président du Conseil : il innove également en créant de nouveaux postes ministériels et en attribuant ces ministères à de nouvelles personnalités (Composition du gouvernement), même si certains barons du radicalisme tiennent leur place, comme Camille Chautemps, Yvon Delbos (ministre des Affaires étrangères) ou Édouard Daladier, vice-président du Conseil, ministre de la Défense nationale et de fait numéro 2 du gouvernement.

De fait, l'équipe réunie par Blum compte de nombreux ministres néophytes[33] parmi lesquels les socialistes Vincent Auriol aux Finances et Georges Monnet à l'Agriculture, ainsi que le jeune (36 ans) Léo Lagrange, nommé sous-secrétaire d'État aux Sports et aux Loisirs, et aussitôt tourné en dérision par la droite et l'extrême-droite comme titulaire du « ministère de la paresse »[34]. Il recrute aussi dans le vivier des Jeunes Turcs, « cette nouvelle génération d'élus radicaux non-conformistes et ancrés à gauche »[35], à des postes qu'il juge importants : l'Éducation nationale pour Jean Zay (32 ans !), l'Air pour Pierre Cot. En outre, Blum est le premier à faire appel à des femmes (Suzanne Lacore, Irène Joliot-Curie et Cécile Brunschvicg) pour occuper des secrétariats d'État, alors que celles-ci n'ont toujours pas le droit de vote[36].

Le gouvernement est globalement dominé par les socialistes (20 ministres et secrétaires d'État, contre 13 radicaux), les communistes choisissant de le soutenir de l'extérieur. En effet, tout en assurant Blum de leur total soutien, le PCF préfère ne pas donner prise aux craintes révolutionnaires alimentées dans les classes moyennes par l'opposition, qui « agitait sans cesse l'épouvantail de « l'homme au couteau entre les dents » et prédisait la violence bolchévique à brève échéance »[37]. Cette position a en outre l'avantage de ne pas trop les compromettre avec un pouvoir resté bourgeois et de préserver le cas échéant leur image au sein des masses, où leur influence grandit[38].

Le mouvement de grève de mai-juin 1936[modifier | modifier le code]

Avant la formation du nouveau gouvernement, des grèves éclatent dans des usines d’aviation du Havre. Le 11 mai, 600 ouvriers et 250 employés des usines Breguet arrêtent le travail pour demander la réintégration de deux militants licenciés pour avoir fait grève le 1er mai. L’usine est occupée et les tentatives de la police de déloger les grévistes échouent, les dockers se solidarisant des grévistes. En deux jours, ces derniers obtiennent satisfaction. Le 13 mai, c'est au tour des usines Latécoère, à Toulouse, puis le 14 à celles de Bloch, à Courbevoie, d'être occupées. Le mouvement se répand comme une trainée de poudre, atteignant rapidement les entreprises voisines[31].

Le 24 mai le rassemblement en souvenir de la Commune de Paris rassemble 600 000 participants, brandissant des drapeaux rouges et chantant des hymnes révolutionnaires. Le lendemain, de nombreuses grèves débutent en région parisienne, qui obtiennent généralement rapidement satisfaction. Le 28, les 30 000 ouvriers de Renault à Billancourt entrent dans la grève. Un compromis est trouvé avec la CGT, mais la lame de fond continue, et à partir du 2 juin des corporations entières entrent en grève : la chimie, l’alimentation, le textile, l’ameublement, le pétrole, la métallurgie, quelques mines, etc. À partir du 5, les vendeurs de journaux, les tenanciers de kiosques, les employés des salles de spectacles, les commis, les garçons de café, les coiffeurs, des ouvriers agricoles etc. font grève, souvent pour la première fois.

Pour la première fois également les entreprises sont occupées par les grévistes, qui organisent des comités de grève. Se trouve remis en cause le principe de la propriété privée des moyens de production[31]. Des bals sont donnés dans les usines ou les grands magasins, des compagnies de théâtre (comme le groupe Octobre de Jacques Prévert) jouent des pièces. On compte 12 000 grèves, dont 9 000 avec occupation, entraînant environ 2 millions de grévistes. Malgré les paroles rassurantes de Léon Blum, le climat qui règne alors en France a des connotations clairement révolutionnaires. Peu ou pas encadré par des organisations politiques ou syndicales, le mouvement trouve des causes multiples et fortement localisées, mais a aussi un côté festif. Comme le dit la philosophe Simone Weil, ce sont de véritables « grèves de la joie » : on fête la victoire électorale de la gauche, la dignité ouvrière retrouvée après une longue période de compression[39]. L'aile gauche de la SFIO soutient pleinement la grève générale : dans un article publié dans Le Populaire le 27 mai, Marceau Pivert presse Léon Blum de s'appuyer sur ces mouvements sociaux pour envisager une vraie conquête du pouvoir, clamant que « tout est possible ».

C'est bien l'opinion de l'actuel Président du Conseil, le radical Albert Sarraut, qui invite Blum à prendre immédiatement sa place pour résoudre la situation. Mais celui-ci refuse, soucieux de respecter scrupuleusement le calendrier fixant l'expiration du mandat de la Chambre élue en 1932 au mois de juin[39]. Le patronat hésite à employer la force pour évacuer les usines et préfère la négociation. Le gouvernement Blum, enfin formé le 4 juin, cherche tout de suite à faire cesser le mouvement de grève. Les accords de Matignon sont signés dans la nuit du 7 au 8 en échange de l’évacuation des usines. Mais la reprise n’est pas immédiate, et bien des délégués des usines en grève souhaitent continuer le mouvement. À partir du 11 juin, le PCF milite pour l’arrêt des grèves, Maurice Thorez déclarant qu'« il faut savoir arrêter une grève dès que satisfaction a été obtenue »[40]. Le mouvement gréviste reflue peu à peu.

Action du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le succès électoral a donc éveillé chez l'ensemble des travailleurs un immense espoir. Ainsi, un mouvement de grève et d'occupation d'usines se mit en place, gagnant toute la France. Près de deux millions de travailleurs débrayèrent, paralysant le pays. Les patrons, craignant au plus haut point une révolution bolchevique, s'empressèrent de négocier sous l'égide du gouvernement dans le but d'obtenir la reprise du travail.

Politique économique et sociale[modifier | modifier le code]

Ainsi, le , les accords de Matignon furent signés par la CGT et le patronat, à l'initiative du gouvernement. Ces accords mettaient en place, entre autres, le droit syndical, et prévoyaient une hausse des salaires de plus de 7 à 15 % selon les branches professionnelles, soit environ 12 % en moyenne sur toute la France. Quelques jours plus tard, bien que ces mesures ne figurent pas dans le programme du Front populaire, par deux lois votées par le Parlement, les premiers congés payés (2 semaines) furent instaurés, et la semaine de travail passa de 48 à 40 heures. Pour les ouvriers et employés partant en vacances, Léo Lagrange créa des billets de train avec 40 % de réduction, qui existent toujours.
Ces accords n'empêchèrent pas les grèves et les occupations de se poursuivre, souvent jusqu'en juillet 1936.

Le 29 juillet, fut votée la retraite des mineurs et, le 28 août, une loi sur les allocations chômage. Une politique de nationalisations fut mise sur pied, dans l'industrie aéronautique, d'armement (7 août), puis dans les chemins de fer (naissance de la SNCF en 1937). La Banque de France ne fut pas nationalisée, mais la tutelle de l'État s'accrut et le droit de vote s'étendit à tous les actionnaires (il était jusqu'alors réservé aux 200 plus gros).

Le 28 août, fut adopté un budget de 20 milliards de francs pour de grands travaux. Le gouvernement signe le 1er octobre un accord monétaire avec la Grande-Bretagne et les Etats-Unis pour fixer la valeur du francs dans une fourchette de 43 à 49 milligrames d'or contre 65,5 milligrammes auparavant[41].

Un Office national interprofessionnel du blé (actuel Office national interprofessionnel des grandes cultures) eut pour charge de soutenir les prix payés aux agriculteurs, très durement touchés par la crise. Georges Monnet, ministre de l'Agriculture, ne réussit pas à faire adopter la création d'autres offices pour les autres productions, devant les réticences du Sénat, mais l'Onib servit de modèle aux structures créées après la Libération, voire à celles mises en place par la Politique agricole commune (PAC). La politique d'électrification des communes rurales, très énergique dans les années 1920 sous Henri Queuille, fut reprise.

Le démographe Alfred Sauvy considère ce passage aux 40 heures comme une décision « bloquant une économie en pleine reprise qui est l'acte le plus dommageable commis depuis la révocation de l'Édit de Nantes », une erreur si immense « que nous n'osons pas encore la reconnaître, tant il est malséant de s’en prendre à un progrès social »[42]. Dans le même sens, on trouve les critiques de Raymond Aron et Robert Marjolin: le premier regrette, comme Alfred Sauvy, l'ignorance économique de la classe politique [réf. nécessaire], tandis que le second insiste sur le caractère néfaste sur l'abaissement de la production industrielle de la France au pire moment.

Politique coloniale[modifier | modifier le code]

En matière coloniale, les réalisations furent plus difficiles en raison du profond conservatisme des colons, très puissants, et du dynamisme de certains mouvements politiques locaux (principalement en Algérie), qui préfèrent souvent l'indépendance à l'égalité des droits. Ainsi, le projet Blum-Viollette étendant la nationalité française à certains Algériens est-il bloqué par le Sénat, comme le projet d'accorder l'indépendance aux mandats du Liban et de la Syrie. En Tunisie, les colons les plus influents « tinrent l'avènement du Front populaire pour une catastrophe cosmique et [le sous-secrétaire d'État] Pierre Viénot pour l'Antéchrist [...] » (Charles-André Julien, dans Léon Blum, chef de gouvernement) : ils déployèrent donc tous leurs efforts pour saboter la politique menée. Mais pour la première fois, un dialogue est ébauché, une politique réformiste est envisagée : c'est un premier dépassement du clivage entre le colonialisme pur et dur d'une part, la sécession immédiate d'autre part, d'où nait, après 1944, la décolonisation. Le code de l'indigénat est vidé de sa substance, puis complètement abrogé, par Marius Moutet, qui s'efforce d'améliorer le sort des colonisés et de les associer à l'administration de leurs territoires. La nomination d'un noir, Félix Éboué, comme gouverneur de la Guadeloupe, puis du Tchad, est une petite révolution.

Éducation, sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Une partie du programme du Front populaire touchait l'éducation et loisirs. La scolarité obligatoire fut portée dès 1936 à quatorze ans, les passerelles entre l'enseignement primaire et les lycées furent multipliées — dans le prolongement de l'œuvre entreprise par Édouard Herriot quelques années plus tôt — les collections des grands musées furent enrichies et leurs tarifs réduits pour les gens modestes. Le CNRS est une création du Front populaire. L'ENA fut créé en 1945 par Michel Debré sur un projet de Jean Zay, projet qui n'avait pas pu voir le jour à cause de la guerre.

« Notre but simple et humain, est de permettre aux masses de la jeunesse française de trouver dans la pratique des sports, la joie et la santé et de construire une organisation des loisirs telle que les travailleurs puissent trouver une détente et une récompense à leur dur labeur. » (Léo Lagrange, sous-secrétaire d'État à la jeunesse et aux loisirs, lors d'un discours radiodiffusé, le 10 juin 1936).

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Le contexte international fut également une cause des difficultés du Front populaire. En juillet 1936 la guerre civile en Espagne vient d'éclater. Le Front populaire se divise sur le projet de soutien militaire de la France aux républicains espagnols opposés aux Franquistes. Sous la pression du gouvernement conservateur britannique de Baldwin[43] et des radicaux, Léon Blum décide la « non-intervention », à un moment où la société française est, suite à la Grande Guerre, profondément pacifiste. Cette non-intervention satisfaisait Hitler dont le but est d'isoler la France pour mieux la briser (« Car il faut qu'on se rende enfin clairement compte de ce fait : l'ennemi mortel, l'ennemi impitoyable du peuple allemand est et reste la France. Peu importe qui a gouverné et qui gouvernera la France ; que ce soient les Bourbons ou les Jacobins, les Napoléons ou les démocrates bourgeois, les républicains cléricaux ou les bolchéviks rouges[44]. » ou encore « Une deuxième guerre viendra. Il faut, auparavant, isoler si bien la France que cette seconde guerre ne soit plus une lutte de l'Allemagne contre le monde entier, mais une défense de l'Allemagne contre la France qui trouble le monde et la paix[45]. »).

Léon Blum souhaite intervenir aux côtés des républicains espagnols mais les radicaux et la droite y sont opposés. Blum sait que s'il tente d'intervenir, son gouvernement sera renversé au profit d'une alliance entre radicaux et partis de droite. C'est d'ailleurs une telle alliance qui constituera le troisième gouvernement d'Édouard Daladier (12 avril 1938-11 mai 1939). La mort dans l'âme, Blum se résigne à la non-intervention mais fait en sorte que les autorités françaises ferment les yeux sur le trafic d'armes s'exerçant au profit des républicains espagnols à la frontière entre la France et l'Espagne.

Conscient des menaces sur la paix, le gouvernement de Front populaire entame le réarmement de la France et tente de rattraper le retard provoqué par la politique de réduction des dépenses publiques, y compris en matière militaire, réalisée par Pierre Laval en 1935. La nationalisation partielle des industries d'armement et la politique énergique des nouveaux responsables relancent le potentiel français d'armement : la politique du Front populaire permet une réorganisation de la production dans un sens de massification, qui ne subit pas plusieurs des inconvénients de l'industrie privée tels que les problèmes de trésorerie et l'incertitude des commandes. Ce n'est toutefois que dans un second temps, après la chute du Front populaire, que la production d'armement démarre réellement, lorsque les capitaux reviennent et que le conflit social est tranché au profit du patronat avec notamment la baisse du coût du travail[46].

Les rapports avec l'Italie sont beaucoup plus difficiles qu'avec l'Allemagne[précision nécessaire], en raison de la politique agressive de Mussolini qui envahit l'Éthiopie, seul état africain encore indépendant, dont la chute entraîne le discrédit de la Société des Nations. La clémence française envers l'Italie s'explique par le fait que, jusqu'en 1938, l'Italie est plus proche de la France et du Royaume-Uni que de l'Allemagne. Surtout, Mussolini refuse encore que l'Autriche soit rattachée à l'Allemagne et apparaît donc comme un potentiel allié de circonstance qu'il faut ménager.

Crise[modifier | modifier le code]

Mais les difficultés du Front populaire ne furent pas pour autant effacées. En effet, la France était dans une grave crise économique depuis 1931, et la politique économique du Front populaire ne parvint pas à relancer la production, la consommation, ni à réduire le chômage. Ainsi, la hausse des prix annula vite celle des salaires prévue par les accords de Matignon. Ce fut une des causes de la chute du Front populaire, très vivement critiqué par la presse dès l'automne 1936.

La priorité accordée à l’alliance britannique conduit le Front populaire à renoncer au contrôle des capitaux, condition pourtant nécessaire à une forte dévaluation. Un expert influent, Emmanuel Monick, présente à Léon Blum l’arbitrage qui lui échoit en ces termes : « De deux choses l’une. Ou bien vous instaurez le contrôle des changes, vous imposez un dirigisme strict, vous mettez la France en autarcie – et alors vous êtes obligé d’instituer un régime autoritaire qui risque de glisser vers le totalitarisme. Ou bien vous ouvrez les frontières, vous maintenez un régime de liberté des changes, et vous devez alors vous appuyer sur Londres et Washington pour opérer un ajustement des monnaies en même temps qu’une coalition des régimes démocratiques. » Pour Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique « totalitarisme solitaire ou démocraties solidaires, un tel « choix » (...) [n'autorisait] guère à hésiter... »[47].

Sur le plan intérieur, le gouvernement Blum parvint à résoudre la crise sociale. Mais dès l'été 1937, il dut faire face à diverses difficultés économiques qui le poussèrent à dévaluer le franc dès le 17 septembre, cette situation transforma l'inquiétude de la droite en opposition résolue. Le 24 février 1937, il décide également une pause dans les réformes. Des réformes importantes comme celles des retraites sont alors abandonnées[réf. nécessaire]. La pause ne rencontre guère la réussite, puisqu'elle déçoit l'aile gauche de la SFIO et le PCF sans apaiser l'opposition de droite, qui la considère comme un aveu de faiblesse du gouvernement.

Par ailleurs, les attaques calomnieuses de l'extrême droite affaiblirent plusieurs personnalités du Front populaire, à commencer par Blum lui-même : son arrivée au pouvoir déclencha en effet une vague d'antisémitisme d'une très grande ampleur, visant à remettre en cause sa crédibilité et sa loyauté aux intérêts de la France. De même, une campagne médiatique agressivement diffamatoire menée notamment par L'Action française et par Gringoire[48] déstabilisa Roger Salengro, ministre SFIO de l'Intérieur et l'un des principaux artisans des accords de Matignon. Accusé, sans aucun fondement[49], à partir du 14 juillet 1936 d'avoir été déserteur durant la Première Guerre mondiale, il fut rapidement innocenté, mais ne supporta pas de voir son honneur de patriote sali et se suicida le 17 novembre 1936[50].

Dans la presse française se formèrent de fait deux camps bien distincts, d'une part les partisans du Front populaire (L'Humanité, Le Populaire, L'Œuvre, Vendredi, Marianne…), d'autre part les opposants (L'Action française, L'Ami du peuple, Le Jour, Candide, Gringoire, Je suis partout, à l'extrême droite ; L'Écho de Paris, Le Temps, à droite…). Entre ces deux positions, très peu de journaux ou d'hebdomadaires jouèrent la carte de la neutralité. La presse allant dans le sens du Front populaire était largement plus faible que la presse d'opposition et l'une comme l'autre contribuèrent à l'échec du gouvernement du Front populaire. C'est dans la presse étrangère, notamment anglo-saxonne, que parurent les analyses les plus objectives.

Le 21 juin 1937, le premier gouvernement Blum présenta sa démission. Le radical Camille Chautemps prit sa succession. Il reprit, à un rythme ralenti, les réformes du Front populaire, créant, notamment, la SNCF. L'aggravation de la situation économique (creusement du déficit budgétaire) poussa Chautemps à réclamer les pleins pouvoirs, ce qui lui fut refusé le 9 mars 1938, en partie à cause des votes socialistes[réf. nécessaire]. Son ministère prit fin suite à ce refus.

Ensuite, en mars-avril 1938, après avoir été rappelé le 13 mars par le président de la République Albert Lebrun, Léon Blum forma un éphémère gouvernement, puis démissionna, n'arrivant pas à obtenir les pleins pouvoirs financiers auprès du Sénat, dans le but d'appliquer de grandes réformes financières pour sortir la France du marasme économique. Le radical Édouard Daladier le remplaça, décidé à « remettre la France au travail » et revint sur plusieurs réformes du Front populaire.

Bilan[modifier | modifier le code]

Le bilan du Front populaire est « contrasté »[51]. Il introduit de nombreuses réformes historiques, notamment en matière économique et sociale : les congés payés, la réduction du temps de travail avec la semaine de quarante heures et l' établissement des conventions collectives.

La question de l'héritage du Front populaire, de l'état dans lequel il laissa la France en 1938, suscita bien des passions. Ainsi, le régime de Vichy lui attribua la responsabilité de la défaite française face à l'Allemagne nazie, ce que les historiens ne font pas[52]. On retient de cette période ces grèves joyeuses et les premiers congés payés qui permirent à des travailleurs de partir en vacances souvent pour la première fois (Léon Blum parle d'« embellie dans les vies difficiles »).

Personnalités du Front populaire[modifier | modifier le code]

Timbre soviétique à l'effigie de Maurice Thorez en 1965

Filmographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs films, dont certains contemporains du mouvement, ont évoqué le Front populaire :

Films documentaires :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. des syndicats, des associations d'anciens combattants de gauche et des mouvements intellectuels (Ligue des droits de l'homme, Mouvement contre la guerre et le fascisme et Comité de vigilance des intellectuels antifascistes), ainsi que des petits partis (l'Union socialiste républicaine de Paul Ramadier, le Parti d'unité prolétarienne, le Parti Camille Pelletan, la Jeune République de Marc Sangnier, le Parti frontiste, etc.).
  2. a et b Serge Berstein, La France des années 30, p. 103.
  3. Sentiment que les historiens ne partagent plus, comme l'indique Danièle Zéraffa-Dray, à la page 71 de son ouvrage D'une République à l'autre, 1918-1958 : « Pour autant, l'absence de coordination entre les manifestants, l'absence d'un « chef » capable de fédérer les différents mouvements en une organisation puissante, le caractère très spontané des manifestations ne permettent pas de conclure à un coup d'État fasciste. »
  4. Non sans raison : l'ancien dirigeant communiste Treint dira d'ailleurs : « Il faut tendre la main vers les socialistes, comme la main se tend vers la volaille... pour la plumer » cité in Serge Berstein, op.cit., p. 104.
  5. Serge Berstein, op.cit., p. 104.
  6. La manifestation dégénère rapidement et, au terme d'affrontements violents avec les forces de l'ordre, on compte six morts et plusieurs centaines de blessés.
  7. Serge Berstein, op.cit., p. 105.
  8. Jacques Doriot avait été exclu du parti quelques semaines plus tôt parce qu'il réclamait l'unité d'action avec les socialistes !
  9. Serge Berstein, op. cit., p. 108
  10. « L'exemple nazi fait réfléchir : en dénonçant constamment la social-démocratie, le "social-fascisme", comme l'ennemi principal, le parti communiste n'a-t-il pas accentué la division des forces de gauche et facilité la montée au pouvoir d'Hitler ? » Danièle Zeraffa-Dray, op.cit., p. 80
  11. Zéraffa-Dray, op.cit., p. 84
  12. Michel Margairaz, Danielle Tartakowsky, « L'avenir nous appartient », une histoire du Front populaire, Larousse 2006
  13. dans l'Humanité du 30 juin 1935, Maurice Thorez écrit : « Le parti radical est le plus grand des partis. C'est celui qui exerce la plus grande influence sur la vie politique du pays. Dans ses rangs et derrière ses comités, se trouve la masse des petites gens des classes moyennes que la crise économique frappe durement (...) [et qui] se débat comme nous, prolétaires communistes et socialistes, contre la misère envahissante. »
  14. Grâce à l'accord franco soviétique, le PCF était en mesure d« 'affirmer un patriotisme intransigeant et de couper ainsi court aux accusations qui le poursuivaient sur ce thème depuis sa fondation. Abandonnant alors l'antimilitarisme fondamental qui lui avait donné naissance et les thèmes du syndicalisme révolutionnaire d'avant 1914, le communisme reprend l'héritage du blanquisme, le plus chauvin des courants du socialisme français. Les thèmes jacobins seront désormais défendus jusqu'à la guerre de 1914. Un patriotisme longtemps refoulé explosait alors avec une étonnante vigueur, mettant à l'aise la plupart des militants, sortant de leur ghetto. » Dominique Borne, Henri Dubief, La crise des années 30, Seuil, 1989
  15. Dominique Borne, Henri Dubief, op.cit, p. 133
  16. 500 000 personnes selon les organisateurs, 100 000 selon la police. Jacques Fauvet, Histoire du parti communiste français, Fayard, 1977
  17. Dominique Borne, Henri Dubief, op.cit, p. 134
  18. « Nous faisons le serment de rester unis pour défendre la Démocratie, pour désarmer et dissoudre les ligues factieuses, pour mettre nos libertés hors de l'atteinte du fascisme. Nous jurons, en cette journée qui fait revivre la première victoire de la République, de défendre les Libertés démocratiques conquises par le peuple de France, de donner du pain aux Travailleurs, du travail à le Jeunesse et au monde la grande Paix humaine. »
  19. Jean Perrin, prix Nobel et membre de l'Institut parle ainsi des ennemis du rassemblement populaire : « Ils vous ont pris Jeanne d'Arc, cette fille du peuple, abandonnée par son roi [...] et brulée par les prêtres qui depuis l'ont canonisée. Ils ont essayé de vous prendre le drapeau de 89, ce noble drapeau tricolore des victoires républicaines de Valmy, de Jemmapes, de Hohenlinden et de Verdun. [...] Ils ont essayé de nous prendre cette héroïque Marseillaise, ce chant révolutionnaire et farouche qui fit trembler tous les trônes d'Europe [...], cette Marseillaise de Rude qui sculpta son envol sur cet arc de triomphe qui abrite votre frère inconnu et où vous n'avez pas le droit de passer. Vous ne laisserez pas triompher ces gens-là. Vous n'abandonnerez pas le droit imprescriptible du peuple, de tout peuple à choisir, à changer les guides qu'il accepte. Cette journée va marquer votre puissance souveraine » ; cité par Michel Margairaz et Danielle Tartakowski, op.cit., p. 51
  20. D. Zéraffa-Dray, op. cit., p. 83
  21. « Pour les communistes, il s'agit aussi de lutter éventuellement contre la fascisme à l'extérieur, en s'appuyant sur le pacte franco-soviétique conclu en 1935. Et là peut surgir une contradiction entre cet antifascisme d'exportation et le programme de maintien de la paix du Front populaire. La plupart des radicaux, un grand nombre de socialistes, de membres du CVIA, d'adhérents de la Ligue des Droits de l'homme sont des pacifistes convaincus et leur volonté de maintenir la paix l'emporte à coup sûr sur leur antifascisme. » Berstein, op.cit., p. 112
  22. M. Margairaz, D. Tartakowsky, op.cit., p. 56
  23. Berstein, op.cit., p. 111
  24. « Les radicaux pourront dire et constater qu'à très peu de chose près, le programme du Front populaire n'est rien d'autre que le vieux programme du Parti radical. » Berstein, op.cit., p. 111
  25. Les radicaux « rejettent même les nationalisations, qui n'ont aucun caractère révolutionnaire et que les congrès radicaux acceptaient dès avant la guerre de 1914. » Berstein, op.cit., p. 110
  26. Borne, Dubief, op.cit., p. 135
  27. Eric Hobsbawm, L'Âge des extrêmes, Complexe, 1994, p.202.
  28. Dominique Borne, Henri Dubief, op.cit., Seuil, 1989, p. 141
  29. Serge Berstein, op.cit., Armand Colin, 1993
  30. a et b Serge Berstein, La France des années 30, p. 117
  31. a, b et c Serge Berstein, La France des années 30, p. 118
  32. Mathias Bernard, op. cit., p. 23
  33. « 25 des 34 membres du ministère Blum n'ont pas d'expérience gouvernementale. » Mathias Bernard, op.cit., p. 22
  34. Zéraffa-Dray, op.cit., p. 86
  35. Mathias Bernard, op. cit., p. 22
  36. Il n'envisage pas alors de proposer le vote des femmes en raison de l'opposition farouche du Sénat conservateur, qui a déjà fait échouer plusieurs projets en ce sens.
  37. D. Borne, H. Dubief, op. cit., p. 148
  38. Paul Vaillant-Couturier destine dans L'Humanité du 10 mai le PCF à exercer « une sorte de ministère des masses ».
  39. a et b Serge Berstein, La France des années 30, p. 120
  40. Serge Berstein, La France des années 30, p. 121
  41. Alfred Colling, La Prodigieuse histoire de la Bourse, Paris, Société d'éditions économiques et financières,‎ 1949, p. 385
  42. [1] Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Economica, Paris, 1984, 3 volumes, 422 pages, 439 pages, 476 pages
  43. La Grande-Bretagne pouvait d'autant plus influer sur la politique française que l'hémorragie de capitaux depuis 1935 avait réduit presque à néant les réserves d'or de la banque de France, mettant le pays sous la dépendance britannique
  44. Mein Kampf, p. 315
  45. Mein Kampf p. 765
  46. Intervention étatique et réarmement en France 1935-1939, Robert Frank, revue économique, via persée, 1980, vol. 31, no4, p.743-781 ; pour une critique dure de l'impact néfaste de la baisse du temps de travail, voir Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Economica, 1984 (critique de l'ouvrage par Philippe le Nail, Politique étrangère, 1984 ; pour une autre critique, se reporter au récit de Robert Marjolin dans ses mémoires
  47. Serge Halimi Quand la gauche renonçait au nom de l’Europe Le Monde diplomatique]], juin 2005
  48. même si, comme le soulignent dans La crise années 30 (p. 180) D. Borne et H. Dubief, « ces accusations étaient commentées avec complaisance par les autres journaux, notamment l'Echo de Paris. »
  49. Dominique Borne, Henri Dubief, op.cit, Seuil, 1989, p. 180
  50. ce suicide eut un grand retentissement, comme le soulignent Dominique Borne et Henri Dubief, op. cit. : « Une foule immense assista à ses obsèques et le cardinal Liénart exprima sa réprobation pour la campagne calomnieuse avec une grande vigueur : "une presse qui se spécialise dans la diffamation n'est pas chrétienne" »
  51. Mathias Bernard, op.cit., p.57
  52. Serge Berstein et Pierre Milza dans Histoire du vingtième siècle tome 2 (édition de 1987) écrivent p. 67 : « L'argument, mis en avant par le maréchal Pétain, d'une infériorité de la France en matériel, elle-même expliquée par l'imprévoyance du gouvernement du Front populaire, les vagues de grèves de 1936-1938 et le fait que l'esprit de jouissance et de revendication l'ait emporté sur l'esprit de sacrifice et de service, n'est plus guère retenu aujourd'hui par les historiens. »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages et articles généraux[modifier | modifier le code]

La France de l'époque[modifier | modifier le code]

Mises en perspective[modifier | modifier le code]

  • Édouard Lynch, Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysanne pendant l'entre-deux-guerres, Presses universitaires du Septentrion, 2002
  • Antoine Prost, Jean Zay et la gauche du radicalisme, Presses de Sciences Po, 2003
  • Michel Winock (dir.), Les Années trente. De la crise à la guerre (recueil d'articles), éd. du Seuil, « Points », 1990 [En particulier « La trahison des possédants » et « Le Front populaire a-t-il perdu la guerre ? »]

Sur la politique culturelle[modifier | modifier le code]

  • Europe, mars 1986
  • Musée des Beaux-Arts d'Orléans, Le Front populaire et l'art monderne. Hommage à Jean Zay, 1995
  • Pascal Ory, La Belle Illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire. 1935-1938, Plon, 1994

Sur la politique d'armement[modifier | modifier le code]

Biographies[modifier | modifier le code]

Témoignages[modifier | modifier le code]

  • Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée, Julliard, 1963
  • Jules Moch, Le Front populaire, grande espérance, éd. Perrin, 1971
  • Jules Moch, Une si longue vie, éd. Robert Laffont, 1976
  • Serge Bonnet, L'Homme de fer, Presses universitaires de Nancy, 1986