Gérard Boulanger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boulanger (homonymie).

Gérard Boulanger (octobre 1948 - ) est avocat, militant des droits de l'homme et essayiste et homme politique français.

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux en 1970 et obtient une Licence en droit en 1972. Marié avec Elisabeth, père de deux enfants, il vit à Bordeaux depuis son adolescence.

L'avocat[modifier | modifier le code]

Inscrit au Barreau de Bordeaux depuis 1977, Gérard Boulanger fut l'avocat à l'initiative de la procédure judiciaire engagée contre Maurice PAPON dès 1981, dans laquelle il défendit 27 des parties civiles personnes physiques. Le 8 décembre 1981, il déposa la première plainte à l'encontre de l'ancien Ministre. Présent lors de chaque audience du procès devant la Cour d'Assise de la Gironde (Octobre 1997-Avril 1998), il a tenu l'un des premiers rôles dans cette procédure qui a duré 23 années, au terme de laquelle Maurice Papon fut le seul haut fonctionnaire français à être condamné pour complicité de crime contre l'humanité.

Par ailleurs, il a été l'avocat des victimes du syndrome de la guerre du Golfe en 2000[1] et l'un des initiateurs de la bataille juridique en faveur des "recalculés" en 2004, qui permit en quelques mois à 1 200 000 d'entre eux d'obtenir la réintégration dans leurs droits aux ASSEDIC.

Gérard Boulanger a également fait lourdement condamner Alain MINC, pour plagiat de l'œuvre "SPINOZA" du philosophe bordelais Patrick RODEL en novembre 2001.

Le 30 juillet 2007, il obtint la relaxe d'un jeune étudiant, Anthony Lavielle, accusé d’avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre lors d’une manifestation qui avait suivi l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République le 6 mai 2007. Il avait fait saisir des images de France 3-Aquitaine pour faire établir l'innocence du jeune homme[2],[3].

Le militant des droits de l'Homme[modifier | modifier le code]

Membre du comité central de la Ligue des Droits de l'Homme de 1982 à 1988, Gérard Boulanger fut Président de la Fédération de Gironde de 1981 à 2007 ainsi que Président de la section de Bordeaux de 1982 à 1984 et l'est toujours depuis 2007.

Il a par ailleurs été Président du Comité d'éthique de fécondation in vitro de Bordeaux de 1986 à 1990 ainsi qu'administrateur de l'Université Bordeaux III de 1998 à 2009. Il est également administrateur de la Ligue de l'Enseignement en Gironde.

Il a participé à de nombreux collectifs pour défendre les droits des étrangers, dont celui qui permit d'obtenir la régularisation de plus de 20 000 déboutés du droit d'asile en 1991.

Le syndicaliste[modifier | modifier le code]

Gérard Boulanger a été Vice-Président (de 1978 à 1981 et de 1984 à 1985) puis Président du Syndicat des Avocats de France de 1985 à 1987. Dans ce cadre, il a obtenu la condamnation de Jean-Louis Debré en 1986, qui avait qualifié "tous les avocats" de "complices des terroristes".

Il a par ailleurs été Président Fondateur de l'Association des Avocats Européens Démocrates en 1987 et en est Président d'honneur depuis 1991.

L'essayiste[modifier | modifier le code]

Gérard Boulanger a notamment publié trois ouvrages sur l'affaire PAPON.

Fervent Républicain, c'est en 2006 qu'il publie un ouvrage analysant les dernières journées de la IIIe République à travers l'installation de Pétain à Bordeaux les 15, 16 et 17 juin 1940.

L'homme politique[modifier | modifier le code]

En mars 2010, Gérard Boulanger mène la liste du Front de gauche en Aquitaine à l'occasion des élections régionales. Cette liste obtient 5,95 % des voix au premier tour. Au terme d'une fusion avec la liste PS pour le second tour, Gérard Boulanger est élu conseiller régional. La liste Front de Gauche est aussi constitué du Parti Communiste Français. Au conseil Régional d'Aquitaine se constitue ainsi un groupe politique Front de Gauche Aquitaine composé de Gérard Boulanger (PG), Stéphane Guthinger (PG) et Alain Baché (PCF).

En Janvier 2013, Gérard Boulanger et Stéphane Guthinger quittent le groupe Front de Gauche et composent un nouveau groupe avec un militant écologiste. Le groupe devient Aquitaine écologie et Front de Gauche[4]. Alain Baché élu PCF des landes et Isabelle Larrouy militante RESF nouvelle élue des Pyrénées Atlantiques n'ont pas été associés à cette démarche[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Papon: un technocrate français dans la collaboration (Seuil, 1993)
  • Papon, un intrus dans la République (Seuil, 1997)
  • Plaidoyer pour quelques juifs obscurs victimes de Monsieur Papon (Calmann Lévy, 2005).
  • A mort la gueuse! Analyse des dernières journées de la IIIe République à travers l'installation de Pétain à Bordeaux les 15, 16 et 17 juin 1940 (Calmann Lévy, 2006).
  • Le Juif Mendès France, une généalogie de l'antisémitisme (Calmann Lévy, 2007).
  • L'Affaire Jean Zay (Calmann Lévy, 2013).

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • « Historique de l'Affaire Papon », par Gérard Boulanger[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Affaire Hervé Desplat [1]
  2. Dépêche AFP du 30/07/2007 : « Un manifestant "anti-Sarkozy" relaxé grâce à des images de France 3 »
  3. Libération du 28/05/2007 : « Le tee-shirt blanc du manifestant était-il noir ? » http://www.liberation.fr/actualite/societe/256471.FR.php?rss=true
  4. http://www.sudouest.fr/2013/01/23/du-fau-de-lamothe-rejoint-boulanger-943246-706.php
  5. http://www.sudouest.fr/2013/02/16/l-elue-sans-groupe-fixe-968178-706.php
  6. archives de l'INA « Un crime d'intérêt » : plaidoirie de Me Gérard Boulanger lors du procès Papom, le 9 mars 1998 [2]
  7. Plaidoirie version écrite [3]