Éditions du Seuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Seuil.
logo
Logo de Éditions du Seuil
Repères historiques
Création 1935
Dates clés 2004 : rachat par Groupe La Martinière
Fondateur(s) Jean Bardet, Paul Flamand[1]
Fiche d’identité
Forme juridique Société par actions simplifiée
Statut Éditeur élément d'un groupe d'édition
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Olivier Bétourné
Spécialité(s) Littératures, sciences humaines
Collection(s) Point Seuil
Titre(s) phare(s) Petit Livre rouge, Don Camillo
Langue(s) de
publication
Français
Société mère Groupe La Martinière
Site officiel editionsduseuil.fr
Principaux concurrents
Flammarion, Hachette, Gallimard

Les Éditions du Seuil sont une maison d'édition française créée en 1935. Elle doit son nom à cet objectif : « Le seuil, c'est tout l'émoi du départ et de l'arrivée. C'est aussi le seuil tout neuf que nous refaisons à la porte de l'Église pour permettre à beaucoup d'entrer, dont le pied tâtonnait autour. » (lettre de l'abbé Plaquevent, du )[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le Seuil a publié entre autres la série des Don Camillo et le Petit Livre rouge de Mao Zedong, dont les très grosses ventes ont permis de publier des titres à petits tirages, notamment en sciences humaines, avec la publication des œuvres de Jacques Lacan, Roland Barthes, Philippe Sollers (première période) ou plus tard Edgar Morin, Maurice Genevoix ou Pierre Bourdieu.

De même, les bonnes relations avec les libraires lui permirent à l'époque d'asseoir une activité de distribution assez importante, en assurant par exemple la diffusion des éditions Odile Jacob, éditions de Minuit, José Corti, Payot & Rivages, etc.

Les éditions du Seuil mènent aussi une activité très importante dans la littérature d'enfance et de jeunesse. Ils ont promu et publié beaucoup des grands auteurs français pour la jeunesse, et furent les premiers, en 2005, à offrir au public des films d'animation inclus dans les albums et réalisés par les artistes eux-mêmes (À Quai de Sara, Promenade d'un distrait de Béatrice Alemagna).

Historique[modifier | modifier le code]

Immeuble historique et son célèbre if, au 27, rue Jacob à Paris.

Les éditions du Seuil ont été fondées par Henri Sjöberg, le 23 février 1935, à l'instigation de l'abbé Jean Plaquevent qui avait également fondé la "Société de Saint Louis", regroupant des jeunes gens catholiques. Ceux-ci, dont Paul Flamand et Jean Bardet, vinrent en aide à Henri Sjöberg qui ne pouvait seul assumer la tâche. En 1937, il leur abandonna la direction sous l'arbitrage de Jean Plaquevent. Paul Flamand est directeur littéraire, Jean Bardet directeur commercial, et Henri Sjöberg simple[3] conseiller technique.

En 1979, ceux-ci laissent la direction à Michel Chodkiewicz.

La direction est assurée ensuite par Claude Cherki à partir de 1989.

Claude Cherki s'occupe du rachat du Seuil par La Martinière le . Six mois plus tard, il est contraint de démissionner en raison de prises d'intérêts dans cette opération. Il a été remplacé par Pascal Flamand (PDG) et Olivier Cohen (directeur éditorial), créateur d'une filiale du Seuil : L'Olivier. Suite au rachat par La Martinière, la société de distribution Volumen est créée. De nombreux problèmes liés à la logistique apparaissant, plusieurs éditeurs quittent le groupe.

En novembre 2005, le groupe annonce l'arrivée de Laure Adler en qualité de responsable du secteur littéraire du Seuil. Olivier Cohen reprend les rênes de sa maison L'Olivier. Points, filiale poche du Seuil, devient un éditeur à part entière. Le groupe continue sa politique de croissance : l'éditeur Danger Public le rejoint, ainsi que les éditions Petit à petit. De fortes tensions sont à l'œuvre et, en juillet 2006, l'éditeur Hervé Hamon (qui a par ailleurs fidèlement publié une vingtaine de livres dans la maison en sa qualité d'écrivain) quitte Le Seuil et s'en explique publiquement, déclarant que « l'auteur n'est plus au centre du dispositif ».

En août 2006, le groupe annonce l'arrivée en tant que directeur général du Seuil de Denis Jeambar, journaliste et écrivain, ancien directeur adjoint de la rédaction du Point et ancien président du groupe L'Express-L'Expansion et directeur de la rédaction de L'Express. Fin 2006, Laure Adler est licenciée.

Au printemps 2010, Le Seuil déménage de ses locaux historiques du 27, rue Jacob dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés pour emménager à la porte d'Orléans, à l'extérieur du périphérique, côté Montrouge[4], mais en gardant l'adresse à Paris (14e arrondissement). Olivier Bétourné est nommé PDG.

Collections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.liberation.fr/culture/0101253975-paul-flamand-laisse-le-seuil-en-deuil-il-dirigea-la-maison-d-edition-pendant-plus-de-quarante-ans
  2. Hervé Serry, Les Éditions du Seuil : 70 ans d'histoire, Seuil, 2007, p. 15
  3. Dossier Jean Plaquevent. Archives de l'Église de France. Issy-les-Moulineaux
  4. Pas de quartier pour les éditeurs dans Libération du 2 novembre 2009
  5. Voir la rubrique "Historique" sur le site de la collection.
  6. « Olender : être contemporain de son présent », entretien de Maurice Olender avec Olivier Renault, Page des libraires, mars 2009.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Tant qu'il y aura des tomes », Les dossiers du Canard enchaîné n° 93, octobre 2004.
  • Pascal Fouché, " Seuil (Éditions du)", in Jacques Julliard, Michel Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels français. Les personnes, les lieux, les moments, Paris, Éditions du Seuil, 2009, p. 1280-1282.
  • Hervé Serry, Les Éditions du Seuil. 70 ans d'histoires, Paris, Éditions du Seuil / IMEC Éditeur, 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]