Georges Leygues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges Leygues (croiseur) et Georges Leygues (frégate).
Georges Leygues
Image illustrative de l'article Georges Leygues
Fonctions
78e président du Conseil des ministres français
et Ministre des Affaires étrangères
(90e chef du gouvernement)
24 septembre 192016 janvier 1921
Gouvernement Leygues
Législature XIIe législature
Prédécesseur Alexandre Millerand
Successeur Aristide Briand
Ministre de l'Intérieur
26 janvier 189528 octobre 1895
Président Félix Faure
Président du Conseil Alexandre Ribot
Gouvernement Ribot III
Législature VIe législature
Prédécesseur Charles Dupuy
Successeur Léon Bourgeois
13 décembre 193027 janvier 1931
Président Gaston Doumergue
Président du Conseil Théodore Steeg
Gouvernement Steeg
Législature XIVe législature
Prédécesseur André Tardieu
Successeur Pierre Laval
Ministre de la Marine
16 novembre 191720 janvier 1920
Président Raymond Poincaré
Président du Conseil Georges Clemenceau
Gouvernement Clémenceau II
Législature XIe législature
XIIe législature
Prédécesseur Charles Chaumet
Successeur Adolphe Landry
28 novembre 192519 juillet 1926
Président Gaston Doumergue
Président du Conseil Aristide Briand
Gouvernement Briand VIII
Briand IX
Briand X
Législature XIIIe législature
Prédécesseur Émile Borel
Successeur René Renoult
23 juillet 192621 février 1930
Président Gaston Doumergue
Président du Conseil Raymond Poincaré
Aristide Briand
André Tardieu
Gouvernement Poincaré IV
Poincaré V
Briand XI
Tardieu I
Législature XIIIe législature
XIVe législature
Prédécesseur René Renoult
Successeur Albert Sarraut
3 juin 19322 septembre 1933
Président Albert Lebrun
Président du Conseil Édouard Herriot
Joseph Paul-Boncour
Édouard Daladier
Gouvernement Herriot III
Paul-Boncour
Daladier I
Législature XIVe législature
XVe législature
Prédécesseur Charles Dumont
Successeur Albert Sarraut
Député de Lot-et-Garonne
18 octobre 18852 septembre 1933
Élection 18 octobre 1885
Gouvernement IIIe République
Groupe politique RDG
Biographie
Nom de naissance Georges Leygues
Date de naissance 26 octobre 1857
Lieu de naissance Villeneuve-sur-Lot, Lot-et-Garonne (France)
Date de décès 2 septembre 1933
Lieu de décès Saint-Cloud, Seine (France)
Nationalité Française
Parti politique AD
Profession Avocat
Présidents du Conseil des ministres français

Georges Leygues est un homme politique français, né à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) le 26 octobre 1857 et mort le 2 septembre 1933 à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine).

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Leygues est né à Villeneuve-sur-Lot dans une famille bourgeoise de tradition républicaine.

Attiré par la littérature, et en particulier la poésie, il envisage une carrière d'officier de marine puis, sur le refus de sa mère, fait son Droit et devient avocat.

Il se lance rapidement dans la carrière politique, devenant adjoint au maire de Villeneuve-sur-Lot, Henri Carles, à 26 ans. Il est député de Lot-et-Garonne de 1885 à sa mort.

À Paris, il fréquente les milieux littéraires où l'introduisent Sully Prudhomme et José-Maria de Heredia, à qui il avait envoyé ses premiers essais poétiques.

Élu en 1893 parmi les républicains modérés, il accède aux responsabilités ministérielles à 38 ans :

  • 30 mai 1894 au 26 janvier 1895 : ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts dans le gouvernement de Charles Dupuy
  • 26 janvier au 28 octobre 1895 : ministre de l'Intérieur dans le troisième gouvernement Alexandre Ribot
  • 1er novembre 1898 au 7 juin 1902 : ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts dans le gouvernement de Pierre Waldeck-Rousseau : Son passage est marqué par la réforme de l'enseignement secondaire de 1902, qui vise notamment à moderniser l'enseignement des humanités et à rapprocher l'enseignement primaire et secondaire. Violemment contestée à la Chambre des Députés, la réforme est adoptée grâce à la ténacité de Georges Leygues.
  • 14 mars au 25 octobre 1906 : ministre des Colonies dans le gouvernement Ferdinand Sarrien : Il travaille à consolider les ports de Bizerte, Dakar, Djibouti, Saïgon, conquiert le Tchad grâce à la conquête de l'oasis de Bilma, s'oppose au développement des comptoirs allemands en Afrique noire, entreprend d'organiser l'enseignement outre-mer.

Sa carrière ministérielle va s'interrompre pendant onze ans ; en 1909, Alfred Chauchard, richissime fondateur des Grands Magasins du Louvre, mort sans descendance légitimée, lui lègue l'énorme somme de 12 millions de francs-or, plus un million à son épouse et à chacune de leurs deux filles… La nature des rapports des deux hommes n'a pas été élucidée.

En 1914, bien qu'il ait 58 ans, Georges Leygues s'engage comme capitaine dans les chasseurs alpins, mais il est rapidement rappelé à Paris comme président de la commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés.

En 1917, Clemenceau lui confie le ministère de la Marine qu'il détiendra ensuite à plusieurs reprises jusqu'à sa mort brutale en 1933, si l'on excepte un bref intermède comme ministre des Affaires étrangères et président du Conseil des ministres du 24 septembre 1920 au 16 janvier 1921 :

Lorsque Alexandre Millerand est élu à la présidence de la République en remplacement de Paul Deschanel, il entend assumer un rôle actif assez peu en accord avec la coutume de la IIIe République depuis Jules Grévy.

Cette ambition explique son choix d'appeler Georges Leygues, qu'on sait dénué d'ambition personnelle, à la présidence du conseil. Leygues se prêtera au rôle qu'on entend lui faire jouer mais les prétentions de Millerand seront vivement combattues par les Chambres qui le contraindront à appeler Aristide Briand en janvier 1921.

C'est avant tout comme ministre de la Marine que Georges Leygues s'est illustré. Il est notamment à l'origine du Statut Naval, présenté en 1920 au parlement, qui permettra la renaissance de la flotte française, durement éprouvée par la Première Guerre mondiale, dont l'amiral François Darlan sera l'artisan. Avec Painlevé, Ministre de l'Air, il cosigne le décret du 27 novembre 1932 qui confirme l'autorité de la Marine sur son aviation et favorise l'essor d'une Armée de l'Air autonome.

Il a voté le 3 juillet 1905 la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des églises et de l'état.

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yvert Benoît (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 916 p.
  • Jacques Raphaël-Leygues, Georges Leygues. Le Père de la marine française, Paris, France-Empire, 1983
  • Jean-Philippe Zanco (dir.), Dictionnaire des ministres de la marine, SPM 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Chronologies[modifier | modifier le code]