Bataille de Diên Biên Phu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Diên Biên Phu
Situation de Dien Bien Phu
Situation de Dien Bien Phu
Informations générales
Date 13 mars - 7 mai 1954
Lieu Diên Biên Phu
(province de Lai Châu, Nord Viêt Nam)
Issue Victoire du Việt Minh
Belligérants
Flag of North Vietnam 1945-1955.svg Việt Minh Drapeau de la France Union française
Commandants
Võ Nguyên Giáp Christian de Castries
Forces en présence
13 mars :
48 000 combattants
15 000 hommes en support logistique

7 mai :
80 000 hommes en comprenant les services et la chaîne logistique.
13 mars :
10 800 hommes

7 mai :
14 014 hommes (services et logistique)
Pertes
Chiffres officiels Việt Minh :
4 020 morts
9 118 blessés
792 disparus[1]

Estimations françaises [2],[3]:
8 à 12 000 tués
15 à 30 000 blessés
2 293 morts
5 195 blessés
11 721 prisonniers
(dont 3 290 survivants
et 7 801 morts ou disparus)
Guerre d’Indochine
Batailles
Bataille de Hanoï – Opération Léa – Bataille de Phu Tong Hoa – Bataille de la RC 4 – Bataille de Nghia Lo – Opération Lorraine – Bataille de Na San – Opération Camargue – Opération Hirondelle – Opération Brochet – Opération Mouette – Opération Castor – Bataille de Diên Biên Phu – Opération D – Extension au Laos

La bataille de Diên Biên Phu (Điện Biên Phủ selon l'orthographe vietnamienne) est un moment clé de la guerre d'Indochine qui se déroula du 20 novembre 1953 au 7 mai 1954 et qui opposa, au Tonkin, les forces de l'Union française aux forces Việt Minh, dans le nord du Viet Nam actuel.

Occupée par les Français en novembre 1953, cette petite ville et sa plaine environnante devinrent l’année suivante le théâtre d'une violente bataille entre le corps expéditionnaire français, composé de diverses unités de l’armée française, des troupes coloniales et autochtones, sous le commandement du colonel de Castries (nommé général durant la bataille), et l’essentiel des troupes vietnamiennes (Việt Minh) commandées par le général Giáp.

Cette bataille se termina le 7 mai 1954 par arrêt du feu, selon les consignes reçues de l'état-major français à Hanoï. Hormis l'embuscade du groupe mobile 100 à An Khé, elle fut le dernier affrontement majeur de la guerre d'Indochine. Cette défaite accéléra les négociations engagées entre les deux parties.

La France quitta la partie nord du Viêt Nam, après les accords de Genève signés en juillet 1954, qui instauraient une partition du pays de part et d'autre du 17e parallèle Nord.

La fin de la guerre d'Indochine (1953-1954)[modifier | modifier le code]

Localisation de Diên Biên Phu dans le Haut-Tonkin
Articles détaillés : Guerre d'Indochine et Bataille de Na-San.

Depuis 1946, la France a engagé des moyens militaires importants en Indochine afin de combattre le Viêt Minh (organisation armée du parti communiste vietnamien), dirigé par Hô Chi Minh qui lutte pour l'indépendance. Les généraux se succédaient — Philippe Leclerc de Hauteclocque, Jean-Étienne Valluy, Roger Blaizot, Marcel Carpentier, Jean de Lattre de Tassigny et Raoul Salan — sans réussir à stopper l'insurrection Viêt Minh. En 1953, la guerre d'Indochine n'évoluait pas en faveur de la France. Pendant la campagne 1952–53, le Viêt Minh avait occupé de larges portions de territoires du Laos, un allié de la France et voisin occidental du Viêt Nam, avançant aussi loin que Luang Prabang et la Plaine des Jarres. Les Français ne purent freiner leur avance et le Viêt Minh n'interrompit sa progression que lorsque ses voies de communication, toujours plus étirées, devinrent impraticables.

À partir de la mi-1952, le corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CEFEO) tente de bloquer l'avancée des troupes du Viêt Minh vers le Laos. Les Français avaient commencé à renforcer leur défenses dans la région du delta de Hanoï pour préparer une série d'offensives contre les zones de regroupement Viêt Minh au nord-ouest du Viêt Nam. Ils avaient fortifié les villes et des avant-postes dans la zone, jusqu'à Lai Chau près de la frontière Chinoise au nord[4], Na San à l'ouest d'Hanoï[5], et la Plaine des Jarres dans le nord du Laos[6].

La stratégie française est inspirée des techniques de combat Chindits : créer une enclave dans la jungle au milieu du territoire ennemi, une base opérationnelle ravitaillée par le transport aérien et permettant le contrôle d'une large zone forestière. Les Français vont conforter ce concept avec une artillerie conséquente : des mortiers, des mitrailleuses lourdes et une quantité énorme de munitions. Cette tactique du « camp-hérisson » fortement protégé avait été employée avec succès lors de la bataille de Na San, en octobre et décembre 1952, où un premier camp retranché avait été mis en place.

Parachutistes sautant d'un C-119 Flying Boxcar
Insigne du CEFEO

En mai 1953, le président du Conseil français, René Mayer, nomma Henri Navarre, un collègue en qui il avait toute confiance, pour prendre le commandement des forces de l'Union française en Indochine. Mayer donna à Navarre pour simple ordre de mission : créer les conditions militaires qui permettront d'amener une « solution politique honorable ». En arrivant, Navarre fut choqué par ce qu'il trouva. Aucun plan à long terme n'avait été élaboré depuis le départ de de Lattre, les opérations étant purement conduites sur un mode réactif, en réponse aux mouvements ennemis. Il n'y avait pas de plan pour développer l'organisation et améliorer l'équipement du corps expéditionnaire.

Après avoir évacué la base de Na San du 7 au 12 août 1953, Navarre a l'intention d'adopter une attitude défensive dans le Tonkin, avec néanmoins des opérations ponctuelles (« Hirondelle », « Camargue » et « Mouette »), tout en continuant la pacification de la Cochinchine en attendant que l'Armée nationale vietnamienne prenne le relais. Avec la reprise de l'avancée des forces du général Giap, commandant de l'armée Viêt Minh, en août 1953, le commandement français décide alors de créer un second camp à Diên Biên Phu.

Les préparatifs de la bataille[modifier | modifier le code]

Le site de Diên Biên Phu[modifier | modifier le code]

Diên Biên Phu ou Ðiện Biên Phủ est une petite plaine située au nord-ouest du Viêt Nam dans la province de Lai Châu dans le haut Tonkin, et au centre de laquelle se trouve la petite ville de Diên Biên Phu. Elle se trouve à proximité des frontières chinoise et laotienne, en plein pays thaï (pays des tai dam).

En vietnamien, Ðiện désigne une administration, Biên un espace frontalier et Phủ un district, soit, en termes francisés, « chef-lieu d'administration préfectorale frontalière ». En langue tai, la ville se nomme Muong Tenh, muong, désignant le lieu, pays ou ville et then, le ciel.

La plaine est couverte de rizières et de champs, avec le village proprement dit, et une rivière, la Nam Youn, qui la traverse. C'est le seul endroit plat à des centaines de kilomètres à la ronde, avec une altitude moyenne de 400 mètres. L'habitat, essentiellement de maisons sur pilotis, est dispersé. La vallée comporte un ancien aérodrome aménagé par les Japonais durant la Seconde Guerre mondiale. Il est orienté dans le sens nord-sud et dispose de deux pistes plus ou moins parallèles à la rivière.

La vallée, aussi orientée nord-sud, a une longueur de 17 kilomètres. La largeur d'est en ouest varie de cinq à sept kilomètres. À l'est et au nord-est se trouve une zone de petites collines grimpant progressivement vers des sommets boisés qui s'étagent entre 1 000 et 1 300 mètres. La dénivellation entre la vallée et les cimes des montagnes varie de 600 à 700 mètres.

Diên Biên Phu est relié au reste du pays par la route provinciale 41 (RP 41), qui conduit à Hanoï, et par une piste qui se dirige au nord vers la Chine, via Laï Chau, capitale du pays thaï.

L'opération Castor[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Castor.
Diên Biên Phu. Description des zones de saut le 20 novembre 1953

Au matin du 20 novembre 1953, dans le cadre de l’opération Castor, deux bataillons de parachutistes français, le 6e bataillon de parachutistes coloniaux (6e BPC), du chef de bataillon Bigeard et le 2e bataillon du 1er régiment de chasseurs parachutistes (II/1er RCP) du chef de bataillon Bréchignac s’emparent de la vallée de Diện Biên Phu, défendue par un détachement peu important de l’armée Việt Minh. D’autres unités parachutistes sont larguées en renfort dans l’après-midi et les jours qui suivent, notamment le 1er bataillon de parachutistes coloniaux (1er BPC), du chef de bataillon Souquet, le 1er bataillon étranger de parachutistes (1er BEP) du chef de bataillon Guiraud, le 8e bataillon de parachutistes de choc (8e BPC) du capitaine Tourret et le 5e bataillon de parachutistes vietnamiens (5e BPVN) du chef de bataillon Bouvery.

L’ancienne piste d’atterrissage construite par les Japonais durant la Seconde Guerre mondiale doit être rénovée, et après avoir réussi le parachutage d’un bulldozer, le génie se met à l'œuvre. Le 25 novembre, un premier avion se pose à Diên Biên Phu, et s’ensuit un acheminement d’hommes, de matériel, d’armes et de munitions. Cette noria aérienne va fonctionner pendant quatre mois pour créer, ravitailler et renforcer le camp retranché. Le matériel lourd (artillerie et blindés) est démonté à Hanoï, transporté en pièces détachées, puis remonté à l’arrivée.

Peu à peu, les unités parachutistes sont relevées par des unités d’infanterie envoyées de Hanoï, à l'exception du 1er BEP et du 8e BPC qui resteront à DBP jusqu'à la fin des combats. Les nouveaux arrivants aménagent des emplacements de combat, édifient des fortins en utilisant le bois de certaines habitations du village, de la tôle et des poutres, creusent un vaste réseau de tranchées et installent des mines et des réseaux de fil de fer barbelé. Le commandement n’a pas jugé la menace suffisante pour demander le parachutage de béton et améliorer la résistance des fortifications.

Organisation du camp retranché[modifier | modifier le code]

Le camp est conçu pour assurer la défense de la piste d’aviation de 1 000 mètres de long par où doivent arriver tous les ravitaillements et les renforts.

Dispositif de bataille à Diên Biên Phu en mars 1954 - En vert les PA français et position en noir des cinq divisions Viêt Minh

Autour de cette piste sont implantés quatre points d’appui constituant le centre principal de résistance. Le colonel de Castries baptise de noms féminins ces différents points d’appui (PA). Le centre principal de résistance comprend donc :

  • à l’ouest de la piste, dans la rizière, le PA Huguette tenu par un bataillon.
  • à l’est de la piste et de la rivière Nam Youm, sur la plus haute colline, le PA Dominique tenu par un bataillon.
  • au Sud de la piste, dans la rizière, le PA Claudine qui comprend le PC opérationnel, des batteries d’artillerie et le groupement d’intervention GAP2, composé du 8e Choc et du 1er BEP.
  • au sud-est, sur les collines surplombant la Nam Youm, en dessous de Dominique, le PA Éliane tenu par un bataillon.

Chaque point d’appui comporte quatre môles de résistance tenus chacun par une compagnie.

Le centre principal de résistance est couvert :

  • au nord-est, sur un grand piton, par le PA Béatrice tenu par un bataillon.
  • au nord par le PA Gabrielle, sur un piton allongé dans le prolongement de la piste, également tenu par un bataillon.
  • au nord-ouest, sur un plateau, par le PA Anne-Marie tenu par des éléments Thaï.

Un point d'appui éloigné, Isabelle, a été implanté à 5 km au sud du dispositif principal, le long de la Nam Youm. Il a été établi le 15 décembre 1953 par le 2/1 RTA puis renforcé en janvier 1954 par un bataillon de la Légion étrangère, le 3/3 REI, deux batteries d’artillerie de 105 du 3/10 RAC, un peloton de chars, et doit pouvoir appuyer de ses feux le centre principal de résistance.

La préparation Viêt Minh[modifier | modifier le code]

De son côté, le Viêt Minh fait acheminer dans le plus grand secret des canons et du matériel lourd en pièces détachées. Le transport est réalisé à dos d'homme et sur des vélos sur une route tracée par l'armée Viêt Minh à travers la jungle et les flancs des montagnes qui entourent Diên Biên Phu, positionnant ainsi des pièces d'artillerie qui permettront un pilonnage des positions françaises.

Il enverra régulièrement des patrouilles pour tester les défenses françaises avant l'assaut. Les Français feront de même en tentant quelques sorties hors du camp. Mais ils s'apercevront qu'au-delà d'un certain périmètre, ils ne peuvent plus avancer du fait de la pression ennemie. Dès lors, ils ont l'impression d'être complètement encerclés[7]. De plus, quelques obus ont atterri dans l'enceinte du camp et certains militaires français évoquent alors l'existence possible d'un ou plusieurs canons isolés du côté ennemi.

Néanmoins, ces escarmouches n'inquiètent pas outre mesure l'état-major qui attend un assaut massif.

Ordre de bataille des belligérants[modifier | modifier le code]

La bataille[modifier | modifier le code]

La prise du camp de Dien Bien Phu par les troupes du général Giáp s'est déroulée en trois phases principales.

Premiers assauts des 13 et 15 mars 1954[modifier | modifier le code]

Les positions françaises du 13 au 15 mars 1954 et les premiers assauts Viêt Minh

L'attaque débute le 13 mars à 17h00 par une intense préparation d'artillerie visant le centre de résistance Béatrice, l'un des CR les plus éloignés du dispositif, tenu par le 3e bataillon de la 13e demi-brigade de Légion étrangère (III/13e DBLE), commandé par le chef de bataillon Pégot. L'attaque n'est pas une surprise pour les défenseurs, puisque les services de renseignement français avaient correctement prévu l'endroit et l'heure où elle se déclencherait, mais pas la puissance de feu de l'artillerie viêt minh qui cause un véritable choc. Le point d'appui est écrasé par les obus de canons et de mortiers lourds. Il en reçoit des milliers en quelques heures. Les abris, non conçus pour résister à des projectiles de gros calibre, sont pulvérisés. Le chef de bataillon Pégot et ses adjoints directs sont tués dans les premières minutes du combat, par un coup direct frappant leur abri. Les liaisons radio avec le centre du camp sont coupées, empêchant les défenseurs de Béatrice de régler correctement les tirs de l'artillerie française.

L'assaut du Viêt Minh est donné par les 141e et 209e régiments de la division 316[8] qui s'élancent des tranchées réalisées à proximité du centre de résistance.

Sans officier pour les diriger, sans appui d'artillerie, les légionnaires, livrés à eux-mêmes, mènent un combat désespéré contre les fantassins viêt minh qui utilisent la technique de la vague humaine, certains n'hésitant pas à se faire sauter sur les barbelés pour permettre à leur camarades de passer derrière eux. Le centre de résistance tombe peu avant minuit, après plusieurs heures de combat au corps-à-corps.

Pour ajouter à la confusion dans les rangs français, au cours de la même nuit, le lieutenant-colonel Gaucher, chef de corps de la 13e DBLE[9] et commandant du sous-secteur centre, est également tué dans son abri par un coup direct de l'artillerie viêt minh.

À l'issue de cette première nuit d'affrontement, les Français réalisent soudain que, contre toute attente, le Viêt Minh a été capable d'apporter et de camoufler autour du camp un nombre important de pièces d'artillerie de calibre 105 mm, alors que le 2e bureau de l'état-major français pensait qu'ils ne pourraient au pire amener que des pièces légères, de calibre 75 au plus. Jamais par la suite l'artillerie française ne sera dans cette bataille en mesure de faire taire les canons viêt minh, pas plus que les bombardiers de l'armée de l'air ni les chasseurs-bombardiers en piqué de l'aéronavale.

Constatant cet échec, le colonel Piroth, commandant l'ensemble des unités d'artillerie à DBP, qui avait affirmé au commandement être en mesure de contre-battre l'artillerie viêt minh avec ses canons de 155 mm, se suicide le 15 mars dans son abri[10].

Le 14 mars vers 20 heures, deux régiments de la division 308[11] attaquent le centre de résistance Gabrielle, tenu par le 5e bataillon du 7e régiment de tirailleurs algériens (V/7e RTA) commandé par le chef de bataillon de Mecquenem. Utilisant la même tactique que pour Béatrice, forte préparation d'artillerie et assaut d'infanterie par vagues successives, le Viêt Minh grignote peu à peu la position. Les “Turcos”, surnom donné aux tirailleurs, se défendent durement toute la nuit et réussissent à repousser plusieurs assauts, incitant Giáp à ordonner le repli de la 308 à 2h30.

Quand l'attaque reprend à 3h30 après une nouvelle préparation d'artillerie, des troupes fraîches de la division 312 sont également engagées[12]. Le V/7e RTA est submergé et doit finalement abandonner la position le 15 mars au petit matin, rejoint trop tard par un élément de contre-attaque constitué de 6 chars du 1er régiment de chasseurs à cheval, d'éléments du 1er BEP[13] et du 5e BPVN parachuté en renfort dans l'après-midi du 14 mars.

À l'occasion de cette contre-attaque manquée, l'attitude au feu du 5e BPVN fera l'objet sur le moment de nombreuses critiques, certains, dont le lieutenant-colonel Langlais (adjoint de Castries), lui reprochant, en termes peu aimables, un « manque de punch » pendant l'action. Ce fut une des nombreuses polémiques qui surgirent au cours de la bataille et qui font parfois encore débat aujourd'hui parmi les spécialistes. À la décharge du 5e BPVN, d'autres, plus tard, feront valoir qu'il n'était pas forcément judicieux de confier une mission de contre-attaque à une unité qui, parachutée la veille, n'avait pas eu le temps de se reposer et connaissait mal le terrain, alors qu'un bataillon comme le 8e Choc, présent à DBP sans discontinuer depuis quatre mois, ayant eu le temps de se familiariser avec le terrain et reconnu les itinéraires de contre-attaque, aurait eu plus de chances de réussir. Quoi qu'il en soit, le chef de corps, le capitaine Botella, prit, à l'issue de l'engagement, des mesures drastiques en rétrogradant au rang de simple soldat des officiers qui avaient fait preuve de faiblesse et en transformant en coolies les soldats qui ne s'étaient pas correctement comportés à ses yeux. Ainsi « purgé », le 5e BPVN poursuivra le combat jusqu'à la fin de la bataille et se comportera de façon tout à fait honorable.

Une période d'accalmie du 15 au 30 mars[modifier | modifier le code]

Ayant subi des pertes importantes au cours de ces deux premières attaques, le général Giáp est contraint d'observer une pause, pour réorganiser ses unités durement éprouvées et reconstituer ses stocks de munitions. Parallèlement, le Haut-Commandement français décide aussi l'envoi de renforts et le 6e BPC est parachuté dans l'après-midi du 16 mars. Le retour à DBP du « bataillon Bigeard » contribue à remonter le moral de la garnison, choquée par la tournure prise par les évènements.

Après une phase d'assaut frontal, très coûteuse en vies humaines, Giáp opte pour une tactique de harcèlement du camp retranché. Les artilleurs du Viêt Minh s'appliquent à bombarder tous les points importants du camp retranché, en particulier la piste d'atterrissage qui devient rapidement inutilisable de jour et bientôt aussi de nuit. Le dernier avion décolle de DBP le 27 mars. Dès lors, le cordon ombilical qui reliait le camp à Hanoï est coupé, réduisant d'autant les possibilités de ravitaillement et, surtout, rendant impossible l'évacuation des blessés. L'avion qui la transportait ayant été endommagé, puis détruit, par l'artillerie viêt minh, après s'être posé pour tenter d'évacuer des blessés, la convoyeuse de l'Air Geneviève de Galard se retrouve bloquée dans le camp retranché, où elle passera le reste de la bataille, à travailler comme infirmière à l'antenne chirurgicale du Médecin-Commandant Grauwin. Elle deviendra célèbre sous le nom d'« ange de Dien Bien Phu » (Dien Bien Phu angel) qui lui sera donné par la presse anglo-saxonne.

Des opérations sont montées tous les jours pour assurer la liaison terrestre avec le point d'appui Isabelle, situé au Sud du centre de résistance principal. Au fil du temps, ces opérations d'"ouverture de route" deviennent de plus en plus lourdes et dangereuses, et le 23 mars, au cours de l'une d'elles, le 1er BEP perd 9 hommes, dont 3 officiers (les lieutenants Lecocq, Raynaud et Bertrand) et plus de 20 blessés, dans une embuscade tendue par des éléments du Vietminh infiltrés. Devant les pertes subies, les liaisons quotidiennes avec Isabelle sont finalement abandonnées : ce point d'appui, commandé par le lieutenant-colonel Lalande, combattra jusqu'à la fin de la bataille de façon autonome.

Le 28 mars, le 6e BPC, appuyé par le 8e BPC lance une contre-attaque vers l'ouest du camp retranché avec pour objectif de détruire les pièces de DCA du Viêt Minh qui gênent de plus en plus le ravitaillement par air. L'opération est un demi-succès : à part des quantités importantes d'armement léger, elle n'a permis de capturer ou de détruire que peu d'armes lourdes (canons de DCA de 37 mm) et se solde par des pertes importantes. Le 6e BPC enregistre en particulier 17 tués, dont deux officiers (les lieutenants Le Vigouroux et Jacobs) et quatre sous-officiers. La 4e compagnie n'a plus d'officiers, puisqu'outre le Lt Jacobs, l'officier adjoint, tué au cours de l'action, son chef, le Lieutenant De Wilde, est grièvement blessé.

Seconde vague d'attaques du 30 mars au 4 avril (la « bataille des cinq collines »)[modifier | modifier le code]

Giáp avait fixé comme objectif les collines formant la défense Nord-Est et Est du Centre de Résistance principal. Dans la nuit du 30 mars, après une nouvelle très forte préparation d'artillerie, tous les points d'appui tombent rapidement aux mains du Viet-Minh, à l'exception d’Éliane 2 (surnommée « la cinquième colline ») et d’Éliane 4, qui n'était pas directement en première ligne. La faible résistance opposée aux assaillants par le III/3e RTA sur Dominique 2 et par la compagnie du I/4e RTM tenant Éliane 1 sera d'ailleurs à l'origine d'une autre polémique, lancée elle aussi par l'impétueux lieutenant-colonel Langlais, mettant clairement en cause la valeur des troupes Nord Africaines à DBP. S'ajoutant à cela le fait que certains soldats de ces unités, démoralisés, déserteront et iront se réfugier sur les bords de la Nam Youm en refusant de livrer combat jusqu'à la fin de la bataille, le cours des événements finira par donner naissance au mythe selon lequel « seuls les paras et la Légion se sont battus à DBP ».

Sur Éliane 2, le Viet-Minh se heurte à la farouche résistance des autres compagnies du I/4e RTM, renforcées toute la nuit du 30 au 31 mars par différentes unités prélevées sur les autres bataillons et très efficacement soutenues par l'artillerie d’Isabelle. Au matin du 31 mars, Éliane 2, jonchée de dizaines de cadavres, tient toujours.

Le 31 mars, le Commandement français décide de lancer une contre-attaque pour reprendre les positions perdues : le 8e BPC reprend Dominique 2 (la colline la plus élevée du camp retranché) et le 6e BPC reprend Éliane 1. Toutefois, faute de troupes fraîches pour relever ces deux unités durement éprouvées (le parachutage du II/1er RCP a été annulé au dernier moment), les positions reprises doivent être de nouveau abandonnées.

Giáp poursuivra ses attaques sur Éliane 2 jusqu'au 4 avril, subissant de très fortes pertes, jusqu'à renoncer finalement à prendre ce point d'appui. Cet échec provoquera une grave crise du moral au sein des unités viet-minh, dont beaucoup des cadres, jugés incompétents ou trop timorés, seront éliminés.

Le « grignotage » des positions françaises durant le mois d'avril[modifier | modifier le code]

Les actions d’encerclement et d’étouffement se poursuivent durant tout le mois d'avril, aussi bien sur les PA Huguette, à l’Ouest de la piste d’aviation, que sur les collines de l'Est.

Le centre des positions françaises fin mars 1954. Le secteur Éliane connut les plus violents combats de toute la bataille.

Les tentatives de colonnes de secours au sol échouent. Les avions venant de Hanoï (des bombardiers Douglas A-26 Invader, des chasseurs Grumman F8F Bearcat de l'armée de l'air et de la 11F de l'aéronavale alors équipée de Grumman F6F Hellcat, des transporteurs (largueurs de napalm) Fairchild C-119 Flying Boxcar (surnommés Packet), sont gênés de surcroît par une météo capricieuse (mousson). Ils peuvent difficilement identifier les emplacements de tir. Ils larguent les bombes et le napalm au mieux, sans radar et vaguement guidés seulement par radio. Les A-26 et les chasseurs font aussi des passages au-dessus des crêtes pour tirer avec leurs mitrailleuses de 12,7 mm et leur roquettes.

Un écran nuageux, quasi permanent en période de mousson, rend l'accès et l'action aériens difficiles, à vue (les radars de vol existaient peu ou presque pas). Dans ce contexte, les missions d'attaque des avions français sont dangereuses du fait du terrain, du climat et surtout de la DCA. Ces avions doivent faire plus de 600 km avant d'arriver sur zone : ils sont alors à la limite de leur réserve de carburant et ont par conséquent très peu de temps pour leur mission de combat. D'ailleurs, les assauts viêt minh ont essentiellement lieu de nuit, lorsque l'aviation française est moins efficace.

Les Français disposent de 10 chars légers M24 Chaffee armés de canons de 75 mm, relativement inadaptés à une guerre de siège, souvent utilisés pour soutenir l'infanterie lors de contre-attaques. Certains sont finalement sabotés par leur équipage, sur avarie ou pour éviter leur capture par l'ennemi. La garnison ne peut compter que sur des contre-attaques de parachutistes à pied, leur mission est de s'emparer des positions adverses et des canons, armés de lance-flammes. Mais ces contre-attaques ne peuvent dépasser la ligne des sommets et sont limitées dans le temps par l’impossibilité de les ravitailler et de les soutenir d’un appui–feu. Lorsqu'un point d'appui est atteint, les soldats se trouvent parfois à court de munitions. C'est donc une mêlée à l'arme blanche et à la grenade qui les attend.

Dans cette bataille, dans l'incapacité de se reposer ni d'être relevés, les Français font preuve d'une combativité et d'une résistance exceptionnelles. Il y a de nombreux cas de morts d'épuisement. On entend des hommes se battre en chantant La Marseillaise au cours des combats. Lorsqu'on sollicite les blessés pour retourner au combat - faute de combattants valides -, il y a encore des volontaires. La nuit, les explosions, les balles traçantes et les fusées éclairent le champ de bataille comme en plein jour. Les canons français tirent tellement qu'ils sont chauffés au rouge. Parmi les actes les plus notables, citons le combat de dix soldats du 6e BPC qui résistent sans soutien aux assauts Viêt Minh pendant huit jours. Au moment de déposer les armes, ils tiennent toujours leur position. Il y eut deux survivants, les brigadiers Coudurier et Logier[14].

Concernant la logistique, l'aviation française a du mal à faire face à l'ampleur de la tâche et doit recourir à des avions Fairchild-Packet C-119 (« Flying Boxcar ») fournis par l'US Air Force (en vertu d'accords d'assistance militaire), pilotés par des équipages militaires français et aussi par des équipages de mercenaires américains du CAT (Civil Air Transport) du général Claire Chennault. Le CAT (qui deviendra plus tard Air America) est en fait la Flying Tigers Line, une compagnie aérienne proche de la CIA et dirigée par Chennault, l'ancien « boss » des Tigres volants. Plusieurs C-119 seront touchés par la DCA au-dessus de DBP et c'est là que les Américains connaîtront leurs premières pertes dans la péninsule indochinoise, avec la mort des deux pilotes (James McGovern et Wallace Bufford) d'un équipage mixte franco-américain, alors qu'ils essayaient de poser leur C-119 en catastrophe, après avoir été touchés par la DCA lors de leur opération de largage[15],[16]. Ainsi, les États-Unis n'interviendront jamais directement dans le conflit, pour ne pas provoquer l'intervention directe de la Chine et une escalade du conflit, se contentant de fournir une logistique aérienne et des mercenaires aux Français.

Détachement de M24 en action à Diên Biên Phu.

Le général Giáp donne son analyse des combats : les militaires français, « selon leur logique formelle, avaient raison ». « Nous étions si loin de nos bases, à 500 kilomètres, 600 kilomètres. Ils étaient persuadés, forts de l’expérience des batailles précédentes, que nous ne pouvions pas ravitailler une armée sur un champ de bataille au-delà de 100 kilomètres et seulement pendant 20 jours. Or, nous avons ouvert des pistes, mobilisé 260 000 porteurs — nos pieds sont en fer, disaient-ils —, des milliers utilisant des vélos fabriqués à Saint-Étienne que nous avions bricolés pour pouvoir porter des charges de 250 kg. Pour l’état-major français, il était impossible que nous puissions hisser de l’artillerie sur les hauteurs dominant la cuvette de Diên Biên Phu et tirer à vue. Or, nous avons démonté les canons pour les transporter pièce par pièce dans des caches creusées à flanc de montagne et à l’insu de l’ennemi. Navarre avait relevé que nous n’avions jamais combattu en plein jour et en rase campagne. Il avait raison. Mais nous avons creusé 45 km de tranchées et 450 km de sapes de communications qui, jour après jour, ont grignoté les mamelons. »[17]

En manque de troupes, les Français organisent des recrutements de volontaires à Hanoï pour les parachuter sur Diên Biên Phu. Alors que tout le monde sait la situation désespérée et la chute du camp imminente, des centaines de personnes répondent « présent » à l'appel, certaines n'ayant jamais sauté en parachute de leur vie. Leur motivation est d'aller se battre « pour aider les copains », « pour l'honneur »[18]. Dans la fureur des combats, et la confusion, certains largages atterrissent chez l'ennemi.

Les défenseurs du camp ont jusqu'au bout espéré une intervention massive de l'aviation américaine, qui n'est jamais venue. Début mai 1954, les Viêts utilisent massivement des lance-roquettes multiples Katioucha (ou « orgues de Staline ») sur la garnison, dont les effets sont dévastateurs.

L'assaut final à partir du 1er mai et la chute[modifier | modifier le code]

La surface du camp ayant considérablement diminué au cours du mois d'avril, une part de plus en plus importante du ravitaillement parachuté tombe au-delà des lignes, chez l’ennemi. Du côté français, le manque de munitions devient très préoccupant, en particulier pour l'artillerie, et la situation sanitaire tourne à la catastrophe, avec des centaines de blessés entassés dans les différents postes de secours. L'assaut final est lancé le 1er mai au soir, précédé d'une préparation d’artillerie extrêmement intense qui dure trois heures. Les divisions 312 et 316 attaquent la face est du camp retranché, la 308 la face ouest. L’artillerie et l'infanterie françaises n’ont plus les moyens ni les effectifs suffisants pour faire face à cet assaut massif et généralisé. Éliane 1, tombe dans la nuit du 1er et seuls quelques éléments du II/1er RCP, l'unité qui tenait la position, parviennent à s'en échapper vivants. Dominique 3 et Huguette 5 tombent à leur tour dans la nuit du 2.

Le Commandement des forces françaises en Indochine décide alors de lancer dans la bataille un dernier bataillon parachutiste en renfort, pour l'honneur[19]. Le 1er BPC du commandant de Bazin de Bezons est parachuté de façon fractionnée au début du mois de mai : la 2e compagnie du lieutenant Edme saute dans la nuit du 2 au 3 mai, la 3e du capitaine Pouget (aide de camp du général Navarre) dans la nuit du 3 et une partie de la 4e compagnie du capitaine Tréhiou dans la nuit du 4. Le reliquat des trois premières compagnies ayant déjà sauté, soit 91 hommes, est largué dans la nuit du 5 mai. Ce seront les derniers renforts parachutés sur le camp retranché. Le largage de la 1re compagnie du lieutenant Faussurier, prévu dans la nuit du 6, est annulé, alors que les avions sont déjà au-dessus du camp, l'état-major de Diên Biên Phu ayant préféré donner la priorité à une mission de largage de fusées éclairantes ‘lucioles’, pour soutenir les combattants au sol qui se battent partout au corps-à-corps.

Huguette 4 tombe dans la nuit du 4 mai. Éliane 2 résiste toujours, mais dans la nuit du 6 mai, une charge de deux tonnes de TNT, placée dans une sape creusée sous la colline fait sauter Éliane 2 tenue par la compagnie du capitaine Pouget. Le matin du 7 mai, Éliane 10, Éliane 4 et Éliane 3 sont conquis par les Viêt Minh qui tiennent désormais tous les points d'appui sur la rive est de la Nam Youm.

Après avoir abandonné l'idée de percer les lignes viets pour sortir du camp, faute d'effectifs suffisants pour avoir une quelconque chance de réussite, le général de Castries reçoit l'ordre de cesser le feu, au cours d'une dernière conversation radio qu'il a avec son supérieur, le général Cogny, basé à Hanoï. L'ordre est transmis aux troupes de détruire tout le matériel et l'armement encore en état. Pour l'anecdote, le lieutenant-colonel Bigeard[20], doit envoyer un mot griffonné sur une feuille de papier au lieutenant Allaire, commandant la section de mortiers du 6e BPC, qui refuse de cesser le combat sans un ordre écrit[21].

Il appartenait à la division 308 du général Vuong Thua Vu, division d'infanterie qui avait été de toutes les batailles en haute et moyenne région, des « désastres » de Cao Bang et Lang Son en 1950 jusqu'à celui de Diên Biên Phu, de donner le coup de grâce. Constatant l'absence de réaction des Français lors des préparatifs de la nouvelle attaque prévue pour la nuit, les Viets investissent l'ensemble du camp retranché. Après 57 jours et 57 nuits de combat quasi ininterrompus, le camp retranché de Dien Bien Phu tombe, le 7 mai 1954 à 17h30. Cette même division 308 sera également la première unité Vietminh à entrer dans Hanoï le 9 octobre 1954.

Échec de l'Opération D[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération D.

Dans les derniers jours d’avril, en raison de la situation critique du camp, le général Henri Navarre décide de lancer une opération secrète du SDECE, l‘Opération D (D pour desperado), dirigée par le capitaine Jean Sassi commandant le Groupement GMI Malo. Elle consistait à mettre en œuvre, au départ des bases du GCMA au Laos, une colonne de secours de près de 2000 hommes essentiellement constituée des maquisards de la tribu Hmong (ou Mèo), en tentant une percée ainsi qu'une évacuation des troupes françaises.

L'opération « D » débuta le 28 avril 1954, mais lancée trop tard, elle ne peut aboutir, la colonne de secours arrivants aux abords immédiats de Dien Bien Phu quelques jours après la chute du camp. Seulement 150 survivants de la garnison assiégée qui étaient parvenus à s'évader dans la jungle sont récupérés.

Le bilan[modifier | modifier le code]

Ce fut la bataille la plus longue, la plus furieuse, la plus meurtrière de l'après Seconde Guerre mondiale, et l'un des points culminants des guerres de décolonisation.

On peut estimer à près de 8 000 le nombre de soldats Vietminh tués pendant la bataille et à 2 293 celui des tués dans les rangs de l'armée française.

Une fois le cessez-le-feu signé, le décompte des prisonniers des forces de l'Union française, valides ou blessés, capturés à Diên Biên Phu s'élève à 11 721 soldats dont 3 290 sont rendus à la France dans un état sanitaire catastrophique, squelettiques, exténués. Il en manque 7 801. Le destin exact des 3 013 prisonniers d’origine indochinoise reste toujours inconnu[22]. Il est probable qu'ils aient été exécutés systématiquement comme traîtres.

Le destin de la garnison en captivité[modifier | modifier le code]

Tous les prisonniers (y compris les blessés « légers », selon les critères établis par le Vietminh) devront marcher à travers jungles et montagnes sur 700 km, pour rejoindre les camps, situés aux confins de la frontière chinoise, hors d'atteinte du Corps Expéditionnaire. Ceux qui étaient trop faibles mouraient ou étaient achevés. Sur les 11 721 soldats de l'Union Française, valides ou blessés, capturés par le Vietminh à la chute du camp, plus de 70 % décédèrent pendant leur marche vers les camps ou une fois en captivité, de sous-alimentation, mauvais traitements, absence de soins, dans des régions propices à toutes sortes de maladies, ou furent exécutés sommairement [23].

Les camps de rééducation[modifier | modifier le code]

Là, un autre calvaire attendait les prisonniers. Ceux qui auront le mieux survécu étaient les blessés lourds car ils n'eurent pas à subir la marche forcée de 700 km et furent pris en charge par la Croix-Rouge. Les autres furent internés dans des camps dans des conditions effroyables. Ainsi, leur alimentation quotidienne se limitait à une boule de riz pour les valides, une soupe de riz pour les agonisants. Un grand nombre de soldats sont morts de dénutrition et de maladies. Ils n'avaient droit à aucun soin médical, puisque les quelques médecins captifs étaient tous assignés dans la même paillote, avec interdiction d'en sortir.

Les prisonniers devaient également subir un matraquage de propagande communiste avec endoctrinement politique obligatoire. Cela incluait des séances d'autocritique où les prisonniers devaient avouer les crimes commis contre le peuple vietnamien (réels et surtout imaginaires), implorer le pardon, et être reconnaissants de la « clémence de l'Oncle Ho qui leur laisse la vie sauve ».

La majorité des tentatives d'évasion a échoué malgré l'absence de barbelés ou de miradors de surveillance. La distance à parcourir était trop grande pour espérer survivre dans la jungle, surtout pour des prisonniers très diminués physiquement. Ceux qui étaient repris étaient exécutés.

À la suite des accords de paix signés à Genève reconnaissant la création de deux Viêt Nam libres et indépendants, La France et le Viêt Minh acceptèrent le principe d'un échange général de prisonniers. Les prisonniers de Diên Biên Phu survivants seront livrés à la Croix Rouge Internationale après les accords signés.

Crimes de guerre[modifier | modifier le code]

  • Assaut des convois d'évacuations sanitaires.

Les conséquences en France[modifier | modifier le code]

Le conflit indochinois suscitait peu d'intérêt en France, pour plusieurs raisons. La Quatrième République était marquée par une grande instabilité politique. Le pays était en pleine reconstruction économique, et cette guerre était lointaine. De plus, le corps expéditionnaire ne comptait que des militaires de carrière et des engagés volontaires, souvent perçus comme des baroudeurs en quête d'aventure (la France n'avait pas envoyé le contingent en Indochine). C'était l'époque de la guerre froide, de la division de l'Europe par le rideau de fer : la menace soviétique inquiétait une partie des Français, et le parti communiste était le premier de France.

D'un point de vue démographique, il n'y avait jamais eu beaucoup de Français en Indochine et la guerre en avait fait rentrer beaucoup en métropole. Ne restaient que quelques milliers de colons et quelques entreprises, au contraire de la situation d'avant 1939-1945. En effet les Japonais ont éliminé toute l'administration coloniale en 1945, et neuf ans de guerre ont suivi qui ont poussé les Européens à quitter le pays. La France de 1954 n'avait donc plus rien à voir avec la France colonialiste de Jules Ferry au XIXe siècle. En Indochine, la même volonté de rupture était présente chez les Vietnamiens. On peut dire qu'une page d'histoire commune entre la France et le Viêt Nam avait été tournée avant même Diên Biên Phu.

Tous ces éléments expliquent que cette guerre ne passionnait pas les Français. Il y avait une certaine lassitude devant une guerre qui n'en finissait pas, dont les motifs restaient obscurs pour beaucoup. Les défenseurs de Diên Biên Phu pouvaient avoir le sentiment d'être abandonnés par la métropole. On a pu qualifier la guerre d'Indochine de « sale guerre », notamment dans les milieux syndicalistes et les partis d'extrême-gauche. La CGT avait même organisé une campagne de sabotage du matériel envoyé aux combattants de Diên Biên Phu.

Du fait de la censure, il y eut très peu d'informations sur la réalité de la bataille. D'où la stupeur qui frappa la population française à la chute du camp retranché. À la surprise succéda la colère et certains parlementaires furent violemment pris à partie par la foule sur les Champs-Élysées[citation nécessaire]. Il fallait à tout prix trouver des responsables au désastre.

Analyse des stratégies[modifier | modifier le code]

Du point de vue français[modifier | modifier le code]

Le choix de DBP n'était pas insensé sur le plan stratégique, au carrefour des pistes pédestres et équestres vers le Laos. Sur le plan tactique, la piste d’atterrissage permettait un ravitaillement massif par pont aérien depuis Hanoi. L'occupation de cette position privait le Viêt Minh d'un approvisionnement en nourriture puisque toute la plaine était une zone agricole.

Pour les stratèges français, l’armée populaire vietnamienne ne pourrait pas amener d'artillerie lourde, à cause du terrain difficile autour de la cuvette et de l'absence de pistes carrossables. D'autre part, sur place, la topographie était jugée favorables aux défenseurs, de hautes collines entourant la cuvette empêcheraient l’adversaire d’utiliser son artillerie : il devrait ou bien tirer depuis la contre-pente (le versant caché pour la garnison) mais avec une forte flèche et donc une portée limitée ne permettant pas d'atteindre les cibles ou bien tirer depuis la pente descendante, à la vue de la garnison, ce qui l'exposerait à la contre-batterie française.

Par ailleurs, une telle artillerie ne pourrait disposer que d’une faible quantité de munitions, fournie par une logistique estimée faible, car basée sur des hommes à pied. Le risque d'une artillerie adverse a bel et bien été pris en compte par les Français, mais jugé techniquement irréaliste. D'un point de vue purement militaire, on doutait de la capacité du Viêt Minh à utiliser des canons[7].

Pour comprendre la stratégie Viêt Minh et l'état d'esprit des Français à DBP, il est indispensable de rappeler les événements de Na San de 1952. Durant cette bataille, un camp retranché du corps expéditionnaire, dans une zone reculée et difficile d'accès, fut attaqué par une armée Viêt Minh, déjà commandée par le général Giáp. Ce fut une des rares fois – avec la bataille de Vinh Yen en janvier 1951 – où le Viêt Minh accepta de livrer une bataille conventionnelle. Formé en URSS et en Chine, Giáp utilisa la tactique des vagues d'assaut, sur terrain dégagé et en plein jour. Comme les offensives de la Première Guerre mondiale, les attaques étaient lancées au son du clairon.

Ce fut un désastre : la 1re vague sauta sur les mines, la 2e s'empêtra dans le réseau de barbelés, la 3e se fit hacher par les mitrailleuses[25]. Après plusieurs tentatives et devant l'ampleur des pertes, Giáp n'eut d'autre choix que de lever le siège. Cet échec le rendit longtemps réticent à attaquer les Français dans un assaut frontal et massif. Il revint donc aux techniques de guérilla.

Le succès de Na-San conforta l'État-major français. Le général Navarre décida de reprendre la même stratégie pour le Plan Castor en 1953 : fixer les troupes viêts autour d'un camp retranché et broyer ses assauts. Toute la conception du camp de DBP, du choix des armes à la configuration des abris découlait des leçons de la bataille de Na-San, c'est-à-dire qu'on occultait volontairement l'artillerie adverse et qu'on ne donnait pas d'ordre de s'enterrer.

Bunker PC du général de Castries à Diên Biên Phu (2007).

Les abris étaient relativement sommaires : des trous avec des sacs de sable et une tôle comme toiture. Ils étaient reliés par des tranchées. Il n'y avait aucun ouvrage en béton, aucun boyau souterrain, et les canons n'étaient pas protégés mais placés sur de simples plates-formes, au vu et au su de l'ennemi.

Par voie aérienne, DBP est proche de Hanoï, et très loin par les pistes de jungle pour l’Armée populaire vietnamienne. Les calculs logistiques du Bureau de planification donnaient donc un rapport très favorable au côté français en termes de tonnage quotidien transporté.

Quelques mois avant le début des combats, une délégation gouvernementale se rendit à DBP pour apprécier la situation. Elle fut rassurée par ce qu'elle vit et par la stratégie que lui exposèrent les officiers du camp. De même, les journalistes, les observateurs étrangers, notamment les militaires américains, ne trouvèrent rien à redire au plan français. Une autre raison du choix de cet endroit était de couper au Viêt Minh la route du Laos, possible base arrière. À l’origine, DBP devait donc être la base d’unités mobiles susceptibles de rayonner dans tout le district de Lai Chau avec des chars légers américains M24 Chaffee (surnommés « Bisons » par la garnison). C’est pour cette raison qu’un cavalier, le colonel de Castries, fut mis à la tête du GONO (Groupement Opérationnel du Nord-Ouest). Le camp était protégé par un réseau de points d’appui aux noms féminins : Dominique, Éliane, Gabrielle, etc.

La garnison attendit l'assaut plusieurs semaines, motivée, impatiente d'en découdre et persuadée qu'elle allait « casser du Viêt ». Certains officiers déclaraient : « Pourvu qu'ils attaquent ! »[7]. N'allait suivre qu'une guerre d'usure entre un agresseur nombreux, ravitaillé, endoctriné, surmotivé par l'enjeu, et un contingent français pris au piège et ne pouvant guère compter que sur lui-même.

Le rôle des alliés de la France[modifier | modifier le code]

Dès le début de la bataille, les Américains ont proposé aux Français un soutien aérien par des bombardiers lourds. Cette option fut rejetée par l'état-major français qui estimait maîtriser la situation.

Plus tard devant la tournure dramatique des événements, les militaires français réclamèrent des bombardements massifs sur les collines avoisinantes. Acculé à des positions défensives, l'état-major avait pour ordre de résister en attendant une éventuelle « Opération Vautour » consistant à faire intervenir des bombardiers B-29. Ces bombardiers pouvaient larguer leurs bombes à haute altitude, ce qui les rendait invulnérables vis-à-vis des défenses antiaériennes du Viêt Minh, avantage que n'avaient pas les B-26 utilisés par le corps expéditionnaire. Un bombardement lourd et massif des collines environnantes aurait probablement détruit les DCA, et une partie de l'artillerie employée par le Viêt Minh, permettant au moins l'évacuation des nombreux blessés, la reprise des ravitaillements et le largage de bombes traditionnelles et au napalm (ces dernières étant forcément opérées à basse altitude pour une bonne précision).

Selon certaines sources, l'utilisation de la bombe atomique aurait été envisagée[26]. Pour l'état-major français, c'eût été un désastre inutile : certes, il y avait à Diên Biên Phu la quasi-totalité du corps de bataille Viêt Minh, mais aussi les meilleurs bataillons du CEFEO tels que le bataillon Bigeard (6e BPC), II/1er RCP ou le 8e Choc qui eussent dû être sacrifiés aussi. L'opinion publique internationale ne l'aurait pas accepté. D'ailleurs, les autorités américaines excluaient d'utiliser la bombe atomique, où que ce soit, ne voulant pas être accusées de crime à grande échelle après Hiroshima et Nagasaki. À l'approche de la conférence de paix de Genève, elles ont définitivement abandonné cette option. Elles redoutaient par dessus tout une escalade avec la Chine après la guerre de Corée. Le président américain Eisenhower était en outre un anti-colonialiste notoire et voyait d'un mauvais œil la présence française en Indochine. De plus, il était convaincu qu'"il n'y avait pas de victoire possible de l'Homme blanc dans cette région" [27]

On peut avancer d'autres raisons : les États-Unis avaient besoin de l'autorisation du Congrès pour intervenir massivement sur Diên Biên Phu et, d'après le général Bedell Smith (qui répondait aux suppliques de l'ambassadeur de France outre-Atlantique), « le succès dépend de l'acceptation de Londres »[28]. Churchill reçoit M. Massigli (ambassadeur de France) dans la matinée du 27 avril, (...) et lui dit : « Ne comptez pas sur moi. (...) J'ai subi Singapour, Hong-Kong, Tobrouk. Les Français subiront Diên Biên Phu. »[28].

Enfin, les États-Unis commençaient à s'intéresser de près à la péninsule indochinoise, ils avaient noué des contacts avec certains militaires vietnamiens via la CIA, au sud du pays. Si les Français gardaient l'espoir de rester en Indochine, les Américains avaient d'autres projets. Ils avaient hâte que les Français partent. Le président Eisenhower avait élaboré dès le mois d'avril la théorie des dominos selon laquelle si l'Indochine tombait dans le giron communiste, les pays voisins tomberaient aussi : Thaïlande, Malaisie, Birmanie... L'Amérique se sentait investie d'une mission globale de lutte contre le communisme en Asie du Sud-Est. Un combat où l'on estimait que la France n'avait aucun rôle à jouer.[citation nécessaire]

Du point de vue Viêt Minh[modifier | modifier le code]

Pour le Viêt Minh, la bataille de Diên Biên Phu fut une bataille d’artillerie afin d'immobiliser l’adversaire et de priver ses troupes de ravitaillement. Les Français ont cru l’adversaire incapable d’utiliser son artillerie et n’ont pas caché et protégé leurs installations, détruites dès les premières salves (cf. Jules Roy).

Sur le plan stratégique, le choix de se battre à Diên Biên Phu était l’argument militaire en vue de la conférence de Genève qui s’ouvrait pour débattre sur la Corée, mais dont le sujet principal était l’Indochine, comme tout le monde le savait.

Le siège de Diên Biên Phu a eu un but à la fois militaire et diplomatique : forcer l’adversaire à négocier en position défavorable. L'état-major Viêt Minh était commandé par le général Vo Nguyen Giap, mais il fut secondé par des conseillers militaires russes et chinois. L'essentiel de son armement, de fabrication chinoise, était acheminé depuis la Chine voisine, de même que les munitions et les uniformes. En effet, la victoire des troupes communistes de Mao Zedong en Chine en 1949 avait rendu possible une aide chinoise massive au Viêt Minh. Cela contrastait avec la situation logistique d'avant 1949, où le Viêt-Minh devait attaquer les convois français pour avoir armes et munitions. Pour la première fois depuis le début de la guerre d'Indochine, le Viêt-Minh disposait enfin de moyens lourds, de troupes régulières bien entraînées et d'un armement moderne et performant.

L'artillerie était principalement constituée de canons de récupération : des 105 mm (M 105 Howitzer) de fabrication américaine, des obusiers pris par les chinois en Corée ou durant la guerre civile contre les nationalistes chinois. Ayant tiré les enseignements de sa cuisante défaite de Na San, Giap bénéficia de l'aide chinoise massive sur le plan de l'artillerie, tant sol-sol que sol-air, ce qui eut une importance capitale dans l'interdiction du support aérien. Ce sont des canons de DCA de 37,5 mm ainsi que des centaines de mitrailleuses de 12,7 mm qui ont joué un rôle d'interdiction aérienne. Les canons furent hissés à flanc de montagne à dos d'homme, en se servant de cordes.

Il était relativement facile de diriger les tirs contre la garnison, puisque les positions Viêt-Minh surplombaient le camp retranché. Les combats d’infanterie étaient destinés principalement à maintenir la pression et démoraliser les défenseurs de la garnison, qui perdirent l’initiative dès les premiers tirs d’artillerie.

La logistique vietnamienne était basée sur des pistes de jungle et les solides vélos Peugeot adaptés à une charge utile de 250 kg, poussés à pied. Elle préfigurait la future « piste Hô Chi Minh » qui ravitaillerait plus tard les combats au sud durant la guerre du Viêt Nam. En parlant de ces vélos, le général Giap déclara à son état-major « ce seront nos Taxis de la Marne ! » Ces fameux vélos furent aussi utilisés à des fins de propagande, car en réalité ce sont des centaines de camions Molotova de fabrication soviétique qui ont ravitaillé les troupes de Giap, en plus de milliers de coolies embauchés de gré ou de force.

Il est clair que le Viêt-Minh a remporté la bataille logistique puisqu'en dépit des raids aériens de l'aéronavale, la nourriture, les hommes et les munitions sont toujours arrivés à Diên Biên Phu. Si les Français avaient pu arrêter le flot logistique du Viêt-Minh, le sort de la bataille aurait probablement été différent.

Diên Biên Phu dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Jeux de simulations historiques[modifier | modifier le code]

  • Citadel (Frank Chadwick, GDW, 1977)
  • Dîen Bîen Phu (Jean-Jacques Petit, Jeux Descartes, 1980)
  • Dien Bien Phu : une saison en enfer (Luc Olivier, Vae Victis, no 33, juillet 2000)
  • La vallée de la mort (Paul Rohrbaugh, Against The Odds, 2006)
  • Dien Bien Phu (John Tiller, HPS Simulations, 2009)

Lexique[modifier | modifier le code]

  • 6e BPC : 6e bataillon de parachutistes coloniaux
  • II/1er RCP : 2e bataillon du 1er régiment de chasseurs parachutistes
  • 1er BPC : 1er bataillon de parachutistes coloniaux
  • 1er BEP : 1er bataillon étranger de parachutistes
  • 8e BPC : 8e bataillon de parachutistes de choc
  • 5e BPVN : 5e bataillon de parachutistes vietnamiens
  • III/13e DBLE : 3e bataillon de la 13e demi-brigade de Légion étrangère
  • 11F : onzième flotille de l'Aéronavale, équipée d'une douzaine de Grumman Hellcat
  • PA : point d’appui

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (vi) Ban tổng kết-biên soạn lịch sử, BTTM, Lịch sử Bộ Tổng tham mưu trong kháng chiến chống Pháp 1945-1954 [« Histoire de L'État-major dans la guerre de résistance contre la France 1945-1954 »], Hanoï, Nhà xuất bản Quân Đội Nhân Dân,‎ 1991, p. 799.
  2. Ðiên Biên Phú.
  3. [www.defense.gouv.fr/content/download/100782/978522/file/MC39.pdf La bataille de Dien Bien Phu] sur defense.gouv
  4. Fall 1967, p. 23
  5. Fall, 9
  6. Fall, 48
  7. a, b et c Dien Bien Phu, le rapport secret
  8. D'après le tome 3 des mémoires du général Vo Nguyen Giáp, pages 165 à 179, les 11e et 428e bataillons du 141e régiment sont désignés respectivement pour l'attaque des PA 1 et 2 ; le 13e bataillon étant utilisé comme réserve pour le PA 1. Le PA 3 est attaqué quant à lui par le bataillon 130 du 209e régiment les deux autres bataillons de ce régiment étant conservés comme réserve et en tant que force d'interception des renforts.
  9. Le lieutenant-colonel Gaucher commande ainsi les 1er et 3e bataillons présents dans le camp.
  10. Le colonel Piroth se suicide en utilisant une grenade dégoupillée appliquée contre le ventre ; sa mort restera confidentielle jusqu'à sa diffusion dans le camp depuis l'extérieur, car la nouvelle avait fuité dans la presse
  11. L'attaque est menée par les TD 88 et 102, tandis que le TD 36 est maintenu en réserve.
  12. In Revue Historica numéro de janv-fev-mars 1997, Dien Bien Phu - L'agonie, pages 94 et 95
  13. Les éléments du 1er BEP sont les 3e et 4e compagnies
  14. Dien Bien Phu, Le rapport secret
  15. [1]
  16. communique de presse de l'ambassade de France aux États-Unis French Ambassy in the United States: News from France 05.02 (March 2, 2005), U.S. pilots honored for Indochina Service, Seven American Pilots were awarded the Legion of Honor...
  17. L'Humanité, 7 mai 2004
  18. Dien Bien Phu, Pierre Schoendorffer
  19. Alain Ruscio, Dien Bien Phu. La fin d'une illusion, L'Harmattan,‎ 1986, p. 9
  20. Marcel Bigeard, Ma vie pour la France, Éditions du Rocher, 2010, p. 179.
  21. Erwan Bergot, Bigeard, Librairie académique Perrin, 1988, p. 358.
  22. Jean-Jacques Arzalier, Les Pertes Humaines, 1954-2004 : La Bataille de Dien Bien Phu, entre Histoire et Mémoire, Société française d’histoire d’outre-mer, 2004
  23. In Convoi 42 - La marche de la mort des prisonniers de Dien Bien Phu, Erwan Bergot, page 7 (soit sur 11 721 prisonniers, 3 290 furent libérés et 8 431 sont morts en captivité. Une autre source, la revue Historica, HS de janv-fév-mars 1997 page 144, annonce 70 % de morts (soit 7 708 morts en captivité pour 10 998 prisonniers ou disparus)
  24. L'affaire Boudarel sur le site de l'ANAPI
  25. Dien Bien Phu, documentaire d'Henri de Turenne
  26. Georges Fleury, La Guerre en Indochine, éditions Perrin, chapitre 64 : Apocalypse à Dîen Bîen Phu, page 642
  27. Grandes batailles de l'Histoire, John McDonald
  28. a et b in Secrets d'État, secrets et sortilèges de la guerre d'Indochine, J.-R. Tournoux, 1960

Voir aussi[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Battle of Dien Bien Phu » (voir la liste des auteurs)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) Marc Bertin, Packet sur Diên Biên Phu, PUF (1991) : récit écrit par un officier français, pilote de l'Armée de l'air qui opéra sur C 119 Packet durant la guerre d'Indochine.
  • (en) Bernard B. Fall, Hell in a Very Small Place. The Siege of Dien Bien Phu, New York, J.B. Lippincott Company,‎ 1967 (ISBN 0-306-80231-7). (Traduction française : Dien Bien Phu, un coin d’enfer, Laffont, 1968 - réédité « Dien Bien Phu un coin d'enfer », spécial Nam no 45, éditions Atlas, 1989)

Ouvrages et articles[modifier | modifier le code]

  • Bail René, revue Historica, hors série no 49 Diên Biên Phu - 1 - Le camp retranché face au Vient-Minh, 1996, et hors série no 50 Diên Biên Phu - 2 - L'agonie, 1997.
  • Bergot Erwan, Les 170 jours de Dien Bien Phu, Presses de la Cité, 1992.
  • Bergot Erwan, Convoi 42 - La marche à la mort des prisonniers de Dien Bien Phu, Presses de la Cité, 1986 - (ISBN 2-7242-3351-4).
  • Bergot Erwan, Deuxième classe à Dien-Bien-Phu, La Table Ronde, 1964.
  • Bertin Marc, Packet sur Diên Biên Phu, PUF, 1991.
  • Brancion Henri de, Dien Bien Phu : artilleurs dans la fournaise, Presses de la Cité, 1993.
  • Bruge Roger, Les hommes de Dien Bien Phu, Perrin, 1999.
  • Fall Bernard B., The Viet-Minh Regime, 1954.
    (Traduction française : Le Vietminh, Armand Colin, 1960)
  • Fall Bernard B., Street without joy, Stackpole, 1961.
    (Traduction française : Indochine 1946-1962. Chronique d'une guerre révolutionnaire, Laffont, 1962)
  • Fall Bernard B., The Two Vietnams. A Political and Military Analysis, Praeger, 1965.
    (Traduction française : Les deux Vietnams, Payot, 1962)
  • Galabru André, La victoire avortée, Atlante Éditions, 2004.
  • Galard Geneviève (de), Une femme à Dien Bien Phu, Les Arènes, 2003, ISBN 2912485541
  • Giap Vo Nguyen, Mémoires 1946-1954 : Tome 1, La résistance encerclée, Anako, 2003.
  • Giap Vo Nguyen, Mémoires 1946-1954 : Tome 2, Le chemin menant à Diên Biên Phu, Anako, 2003.
  • Giap Vo Nguyen, Mémoires 1946-1954 : Tome 3, Diên Biên Phu le rendez-vous historique, Anako, 2004.
  • Grauwin Paul, J'étais médecin à Diên Biên Phu, France Empire, 1954, coll. Presses Pocket no 42/43, 1962.
  • Hommes de guerre no 18, spécial Diên Biên Phu, revue Histoire & Collections, 1989.
  • Langlais Pierre, Diên Biên Phu, France Empire, 1963.
  • Le Mire Henri, Épervier - Le 8e Choc à Diên Biên Phu, Albin Michel, 1988.
  • Mengelle André, Diên Biên Phu. Des chars et des hommes, Lavauzelle, 1996.
  • Muelle Raymond, Combats en pays thaï. De Lai Chau à Diên Biên Phu, 1953-1954, Presses de la Cité, 1999.
  • Navarre Henri, Le temps des vérités, Plon, 1979.
  • Pham Thanh Tâm, Carnet de guerre d'un jeune Viêt-Minh à Diên Biên Phu 21 février-28 août 1954, Armand Colin, 2011
  • Pouget Jean, Nous étions à Diên Biên Phu, Presses de la Cité, 1964.
  • Rocolle Pierre, Pourquoi Dien Bien Phu ?, Flammarion, 1968.
  • Roy Jules, La bataille de Dien Bien Phu, Julliard, 1963, Albin Michel, 1989.
  • Alain Ruscio et Serge Tignères, Dien Bien Phu, Mythes et réalités 1954-2004, Les Indes Savantes, 2005.
  • Tertrais Hugues et Journoud Pierre, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Paris, Tallandier, 2004, 413 pp.
  • Ban tổng kết-biên soạn lịch sử, BTTM, Lịch sử Bộ Tổng tham mưu trong kháng chiến chống Pháp 1945-1954, Ha Noi, Nhà xuất bản Quân Đội Nhân Dân,‎ 1991, p. 799(Service Historique de L'État Major, L'Histoire de L'État Major dans la Guerre de Résistance contre La France 1945-1954, Ha Noi, Éditions Armée Populaire,‎ 1991, p. 799)
  • (en) Fall Bernard B., Viêt Nam Witness, 1953-66, Praeger, 1966.
  • (en) Fall Bernard B., Anatomy of a Crisis. The Laotian Crisis of 1960-1961, Doubleday, 1969.
  • (en) Morgan Ted, Valley of death. The tragedy at Dien Bien Phu that led America into the Viêt Nam war, Random House, 2010.
  • (en) Nordell John R., The undetected enemy. French and American miscalculations in Diên Biên Phu, 1953, Texas A&M University Press, 1995.
  • (en) Windrow Martin, The last valley. Dien Bien Phu and the french defeat in Viêt Nam, Weidenfeld & Nicolson, 2004.