Afrique du Nord

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
  •      Afrique du Nord selon l'ONU
  •      Autres pays parfois inclus dans l'Afrique du Nord

L’Afrique du Nord est la région située dans la partie la plus septentrionale de l'Afrique, au nord du Sahara (désert) et du Sahel (steppe et savane).

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'Afrique du Nord est parfois appelée Afrique blanche[1], du fait que la majorité de sa population est composée de Blancs. Ce terme s'oppose à celui d’« Afrique noire », désignant l'Afrique subsaharienne. Friedrich Hegel l'appelait également « Afrique européenne »[2] alors qu'Elisée Reclus voyait dans le nord de l'Afrique un appendice de l'arc latin[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Pays et territoires d'Afrique du Nord selon l'ONU[4] :

Autres pays parfois inclus dans l'Afrique du Nord :

Il existe également deux enclaves espagnoles : Ceuta et Melilla.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat d'Afrique du Nord est influencé par la mer Méditerranée au nord, l'océan Atlantique à l'ouest, le Sahara au centre sud et dans une moindre mesure le Sahel à l'extrême sud de la zone. Avec ces influences climatiques, on peut donc citer les climats généraux d'Afrique du Nord:

  • Le climat méditerranéen est caractérisé par une saison fraîche et humide en hiver liée à la descente des dépressions dynamiques subpolaires et une saison chaude et sèche en été liée à la remontée des anticyclones dynamiques subtropicaux. Les températures moyennes maximales en été sont souvent légèrement supérieures à 30 °C en été alors que les températures moyennes minimales restent souvent autour de 5 °C en hiver, voire encore moins. Les précipitations annuelles moyennes sont entre 400 mm et 800 mm par an, de façon globale et sont réparties de façon très inégale sur l'année. Le climat y est plutôt sec et trés ensoleillé toute l'année. La douceur des hivers et les grosses chaleurs de l'été font de ce climat, un climat relativement chaud.
  • Le climat océanique existe mais reste très rare et ne concerne qu'une petite bande étroite de la façade occidentale du Maroc. Ce climat est caractérisé par une saison fraîche et humide et hiver et une saison douce et assez sèche en été mais la chaleur et sécheresse estivale sont beaucoup moins accentuées que celles qui caractérisent le climat méditerranéen. Les températures moyennes maximales en été sont souvent légèrement supérieures à 25 °C en été alors que les températures moyennes minimales restent souvent autour de 5 °C en hiver, voire encore moins. Les précipitations annuelles moyennes sont supérieures à 800 mm en général. Le climat est doux, humide toute l'année mais ensoleillé.
  • Le climat désertique est le climat typique du Sahara, le plus grand désert d'Afrique et le plus grand désert chaud au monde. Ce climat est caractérisé par une sécheresse extrême toute l'année et par l'absence de saison des pluies marquée. Ceci est dû à l'influence plus ou moins permanente des anticyclones dynamiques subtropicaux et de leurs alizés continentaux (vents de nord à nord-est). Le Sahara possède des régions arides qui reçoivent en général moins de 100 mm de précipitations par an ainsi que des régions hyperarides qui reçoivent moins de 50 mm d'eau annuellement. Le noyau central hyperaride représente la zone du Sahara située en permanence sous le régime anticyclonique le plus accentué. Les régions les plus humides composent la partie la plus méridionale du désert et peuvent recevoir jusqu'à 200 mm par an dans la zone de transition avec le Sahel, dont la majeure partie ne tombe qu'en un ou deux mois tout au plus à cause de la remontée des dépressions thermiques équatoriales liées à la zone de convergence intertropicale qui parviennent sur le desert atténuées. Le climat y est très sec et très chaud toute l'année. Les étés sont suffocants avec des températures moyennes maximales supérieures à 40 °C mais peuvent dépasser légèrement 46 °C dans les endroits les plus chauds. Les hivers sont modérément chauds voire chauds en journée mais les températures moyennes minimales sont en général inférieures à 10 °C mais peuvent descendre légèrement en-dessous de 4 °C. Le Sahara est une région exceptionnellement ensoleillé toute l'année, hiver comme été.
  • Le climat semi-aride est le climat typique du Sahel, bande continue de savanes tropical semi-arides et de steppes située au sud du Sahara. Ce climat est caractérisé par une sécheresse extrême entre 8 et 10 mois par an liée à l'alizé continental appelé harmattan vent chaud et très sec qui souffle du nord-est depuis les anticyclones dynamiques subtropicaux, ainsi qu'une saison des pluies très courte mais intense durant les mois les plus chauds de l'année à cause de la remontée des dépressions thermiques équatoriales liées à la zone de convergence intertropicale qui atteignent le Sahel ainsi que le sud du Sahara. Les températures moyennes maximales sont en général entre 38 °C et 41 °C ou plus pendant l'été, alors que les hivers restent très chauds avec des températures moyennes minimales qui restent supérieures à 15 °C en général. Les précipitations moyennes annuelles se situent entre 100 et 200 mm dans la zone saharo-sahélienne, entre 200 et 400 mm dans la zone typiquement sahélienne et entre 400 et 600 mm dans la zone sahélo-soudanaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

La « Libye », d'après la reconstruction du monde décrite par Hérodote

Les vestiges de la présence humaine en Afrique du Nord remontent à 400 000 ans, âge attribué aux restes de (l’Atlanthrope) découverts dans les Sédiments du lac préhistorique Ternifine (Tighennif près de Mascara) Algérie. L’Atlanthrope, contemporain du Sinanthrope et du pithécanthrope de Java, dont les ossements ont été retrouvés au milieu des outils de pierre taillée qu’il fabriquait, y a séjourné.

Le temps de l'Afrique du Nord berbère[modifier | modifier le code]

Les Berbères subsistent dans un immense territoire qui commence à l’ouest de l’Égypte. Actuellement des populations parlant le berbère habitent dans une douzaine de pays africains[5], de la Méditerranée au sud du Niger, de l’Atlantique au voisinage du Nil. Les autochtones de l'Afrique du nord sont les peuples Berbères et le peuple Copte (Égyptien). Les peuples Berbères sont des peuples parlant tous des langues similaires et ayant peuplé l'Afrique du nord depuis l'ouest de la vallée du Nil aux Iles Canaries bien avant la conquête Romaine.

Le temps de l’Afrique du Nord blanche[modifier | modifier le code]

L’« Afrique blanche » désignait autrefois les territoires méditerranéens: Maroc, Égypte, Mauritanie, Algérie, Tunisie, Sahara occidental, Libye.[réf. nécessaire]

Le camp de Gindibu était-il situé au sud-est de Damas. Il est certain que les bédouins de la péninsule arabique - qu'on appelait probablement indifféremment. Aram, Eber ou Haribu - devaient être installés à l'origine, dans la région qui s’étend entre la Syrie et la Mésopotamie et qui fut, avec la Syrie le berceau le plus ancien des Sémites"[1].» Présents dans la péninsule arabique jusqu'au VII e siècle, ils ont alors connu une expansion vers le reste du Moyen-Orient, vers l’Afrique du Nord et la péninsule Ibérique portés par un élan mystique et de conquête guerrière[réf. nécessaire]

La Grande Mosquée de Kairouan, fondée en 670 par le général omeyyade Oqba Ibn Nafi, est la plus ancienne mosquée d'Afrique du Nord[6] ; elle est située à Kairouan en Tunisie.

Arrivée des Phéniciens.

670, l'arrivée des Arabes Omeyyades de Damas pour conquérir le Maghreb ; c'est à cette date qu'est fondée, dans l'actuelle Tunisie, la Grande Mosquée de Kairouan qui représente le plus ancien édifice religieux musulman en Afrique du Nord[7],[6].

L'arrivée de Idrîs Ier arrière-petit-fils d’Hassan fils de Ali ibn Abi Talib et Fatima la fille de Mahomet. Il se fait reconnaître comme imam par la tribu berbère des Awarba qui l'avaient accueilli et par les quelques Arabes qui l'avaient accompagné dans son exil.

Termes voisins[modifier | modifier le code]

La Berbérie, du mot « berbère », terme correspondant au territoire habité par les populations berbères, autochtones d'Afrique du Nord. Donnant l'équivalent Tamazgha en berbère. De même, la Libye antique désignait le territoire des Libyens, ancêtre des Berbères.

Le Maghreb (de l'arabe signifiant « Le Couchant »), désigne l'Afrique du Nord, et couvre, si l'on parle de Petit Maghreb, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Le Grand Maghreb compte, en plus de ces trois pays, la Libye et la Mauritanie.

Dans l'Antiquité, Africa désignait la région de Carthage, qui correspond à l'actuelle Tunisie et une partie du Nord-Est de l'Algérie. L’Africa a constitué plusieurs provinces de l'Empire romain. Après la conquête arabo-musulmane, le nom s'est perpétué sous la forme arabisée Ifriqiya.

Génétique[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1980 et surtout depuis le début du XXIe siècle, les généticiens ont travaillé sur le chromosome Y (transmis du père aux fils) et sur l'ADN mitochondrial (transmis de la mère aux enfants) qui ont la particularité d'être transmis intégralement (hors mutation). Il est donc possible de remonter aux ancêtres communs des différentes populations du globe et en particulier de ceux des populations d'Afrique du Nord. Par ailleurs, de très récentes études ont été réalisées sur un très grand nombre de gènes des chromosomes homologues ou autosomes (tous les chromosomes à l'exclusion des chromosomes X et Y)[8].

Lignée paternelle : l'ADN du chromosome Y[modifier | modifier le code]

Haplogroupe du chromosome Y n A B C DE E1a E1b1a E1b1b1 E1b1b1a E1b1b1a1 E1b1b1a1b E1b1b1a2 E1b1b1a3 E1b1b1a4 E1b1b1b E1b1b1c F G H I J1 J2 K L N O P,R Q R1a1 R1b R1b1a R1b1b R2 T
Marqueur M33 M2 M35 M78 V12 V32 V13 V22 V65 M81 M34 M89 M201 M69 M343 V88 M269 M70
Sahara/Mauritanie 189 - 0,53 - - 5,29 6,88 - - - - - - - 55,56 11,11 - - - - 13,23 - - - - - - - - - 6,88 0,53 - -
Maroc 760 0,26 0,66 - - 2,76 3,29 4,21 0,79 0,26 - 0,26 1,84 3,68 67,37 0,66 0,26 0,66 - 0,13 6,32 1,32 0,53 - - - 0,26 - - - 0,92 3,55 - -
Algérie 156 - - - - 0,64 5,13 0,64 1,92 0,64 - 0,64 1,28 1,92 44,23 1,28 3,85 - - - 21,79 4,49 0,64 - - - - 0,64 0,64 - 2,56 7,04 - -
Tunisie 601 - 0,17 - - 0,5 0,67 1,66 - - - - 3 3,16 62,73 1,16 2,66 0,17 - 0,17 16,64 2,83 0,33 - - - 0,33 - 0,5 - 1,83 0,33 - 1,16
Égypte 370 1,35 - - - 0,54 2,43 3,24 0,81 7,03 1,62 0,81 9,19 2,43 11,89 6,76 1,08 5,68 - 0,54 20,81 6,75 0,27 0,81 - 0,27 0,54 0,27 2,16 - 2,97 2,97 0,54 6,22

Un nombre croissant de chercheurs considère aujourd'hui que l'origine de l'homme moderne n'est pas en Afrique de l'Est ou du Sud mais en Afrique du Nord[9],[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique Blanche, PUF, 1966
  2. Friedrich Hegel, Leçons sur la philosophie de l'histoire, Vrin, 1987, p.74
  3. Claude Liauzu, L'Europe et l'Afrique méditerranéenne: de Suez (1869) à nos jours, Éditions Complexe, 1994, p.216
  4. Composition des régions macrogéographiques (continentales), composantes géographiques des régions et composition de groupements sélectionnés économiques et d'autres groupements
  5. (fr) Résumé de l'ouvrage Les Berbères : Mémoire et Identité (catalogue des bibliothèques de l'Université Lyon 2)
  6. a et b (en) Hans Kung, Tracing the Way: Spiritual Dimensions of the World Religions, éd. Continuum International Publishing Group, 2006, p. 248
  7. John D. Hoag, Islamic architecture, éd. Electa Architecture, 2004, p. 31
  8. Bekada A, Fregel R, Cabrera VM, Larruga JM, Pestano J, et al. (2013) Introducing the Algerian Mitochondrial DNA and Y-Chromosome Profiles into the North African Landscape. PLoS ONE 8(2): e56775. doi:10.1371/journal.pone.0056775
  9. Was North Africa the Launch Pad for Modern Human Migrations? Michael Balter, science 7 January 2011: 331 (6013), 20-23. [DOI:10.1126/science.331.6013.20]
  10. A Revised Root for the Human Y Chromosomal Phylogenetic Tree: The Origin of Patrilineal Diversity in Africa. Fulvio Cruciani, Beniamino Trombetta, Andrea Massaia, Giovanni Destro-Bisol, Daniele Sellitto, Rosaria Scozzari, The American Journal of Human Genetics - 19 May 2011
  11. Earliest evidence of modern human life history in North African early Homo sapiens, Tanya M. Smith, Paul Tafforeau, Donald J. Reid, Rainer Grün, Stephen Eggins, Mohamed Boutakiout, Jean-Jacques Hublin, doi: 10.1073/pnas.0700747104 PNAS April 10, 2007 vol. 104 no. 15 6128-6133

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :