Maurice Viollette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maurice Viollette
Maurice Viollette en 1929
Maurice Viollette en 1929
Fonctions
Parlementaire français
Député 1902-1919
1924-1930
1945-1955
Sénateur 1930-1939
Gouvernement IIIe République-IVe République
Groupe politique RRRS (1902-1928)
PRS (1928-1930
GD (1930-1939)
RRRS (1945-1946)
UDSR (1946-1951)
RRRS (1951-1955)
Ministre d'État
4 juin 193614 janvier 1938
Président Albert Lebrun
Gouvernement Blum (1)
Chautemps (3)
13 mars 19388 avril 1938
Gouvernement Blum (2)
Biographie
Date de naissance 3 septembre 1870
Date de décès 9 septembre 1960 (à 90 ans)
Résidence Eure-et-Loir

Maurice Gabriel Viollette est un homme d'État français, né le 3 septembre 1870 à Janville (Eure-et-Loir) et mort le 9 septembre 1960 à Dreux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat, chef de cabinet du ministre Alexandre Millerand dans le gouvernement Pierre Waldeck-Rousseau, il est d'abord candidat aux législatives à Chinon en 1898, sans succès, puis élu aux municipales de Tours en 1900. Il est secrétaire de la première séance et désigné pour participer à deux commissions (finances et enseignement), puis il est candidat aux législatives de 1902 à Dreux, et élu député radical d'Eure-et-Loir, et constamment réélu jusqu'en 1919.

Membre de la Ligue des droits de l'homme, il retrouve son siège au Palais-Bourbon en 1924 (radical, puis républicain socialiste à partir de 1928). Il est sénateur de 1930 à 1939. Après la guerre, il siège aux deux Assemblées nationales constituantes comme radical, puis comme UDSR. Élu UDSR à l'Assemblée nationale en 1946, il est inscrit au groupe républicain radical et radical-socialiste de 1951 à 1955.

Maurice Viollette est aussi très actif dans la franc-maçonnerie. Initié en mars 1893 à la loge Bienfaisance et Progrès, il a plus tard été élu au Conseil de l'Ordre du Grand Orient de France[1].

Maire de Dreux de 1908 à 1959, il est ministre du Ravitaillement en 1917, gouverneur général de l'Algérie de 1925 à 1927, puis Ministre d'État sous le Front populaire de 1936 à 1938. Partisan des réformes dans l'Empire colonial, il est l'auteur du projet Blum-Viollette qui prévoyait d'accorder la citoyenneté française et le droit de vote aux élites algériennes. En 1931 il publie un ouvrage "prophétique" L'Algérie vivra-t-elle? dans lequel il affirme que si l'Algérie devait rester le fief exclusif des colons, elle serait dans "quinze ou vingt ans" perdue pour la France. Révoqué et arrêté par le gouvernement de Vichy, il est réélu à la Libération et reste député jusqu'en 1955 ainsi que maire de Dreux et président du conseil général d'Eure-et-Loir jusqu'à sa mort en 1960, à 90 ans.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • L'association des amis de Maurice Viollette, présidée par Éric Duquesnoy, professeur d'histoire à Dreux, travaille à transformer la maison en musée.
  • Son nom a été donné à une rue de Chartres et à la rue principale de Dreux (voie piétonne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Combes, Encyclopédie de la franc-maçonnerie, Le Livre de Poche,‎ 2008 (ISBN 978-2-253-13032-1)
    article « Violette, Maurice »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AGERON, Charles-Robert, Histoire de l'Algérie contemporaine (1830-1994), P.U.F., coll "Que sais-je ?", 1994