Claude Nicolet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicolet (homonymie).

Claude Nicolet

texte=Importez l'image de cette personne

Biographie
Naissance 15 septembre 1930
Marseille
Décès 24 décembre 2010 (à 80 ans)
Paris
Nationalité Drapeau : France Français
Thématique
Formation École normale supérieure
École française de Rome
Titres Professeur des universités
Directeur de l'École française de Rome
Membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres
Approche Histoire de la Rome antique (institutions, vie politique, économie)

Claude Nicolet, né le 15 septembre 1930 à Marseille et mort le 24 décembre 2010 à Paris[1],[2], est un historien français, spécialiste de la Rome antique, des institutions et des idées politiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'histoire et membre de l'École française de Rome de 1957 à 1959, il fut professeur d'histoire ancienne aux universités de Tunis, de Caen, puis de Paris-I Panthéon-Sorbonne, et directeur d'études émérite à partir de 1997 à l'École pratique des hautes études. Élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1986, il fut directeur de l'École française de Rome de 1992 à 1995.

Conseiller ministériel[modifier | modifier le code]

Il fit une courte carrière politique en tant que membre du cabinet de Pierre Mendès France, en 1956. Il fut secrétaire, puis rédacteur en chef, des Cahiers de la République, et chargé de missions au cabinet de Jean-Pierre Chevènement, entre 1984 et 2002, sur l'éducation civique.

Il se montra soucieux tout au long de sa vie d'articuler son engagement républicain et son métier d'historien. Cela contribua à l'originalité de son œuvre, à cheval entre la Rome antique et l'époque contemporaine, autour notamment du fonctionnement de la société et des institutions politiques. Comme le souligne Catherine Virlouvet, « c'est un même questionnement qui unit Le métier de citoyen dans la Rome antique (1976) et L'idée républicaine en France (1982) »[3].

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le radicalisme, Paris, Presses universitaires de France, 1957, 5e édition 1983, coll. "Que sais-je ?", n°761.
  • Pierre Mendès France ou Le métier de Cassandre, Paris, Julliard, 1959.
  • L'ordre équestre à l'époque républicaine, 312-43 av. J.-C., thèse d'État (2 vol.), Paris, coll. BEFAR, 1966 et 1974.
  • Les Gracques : crise agraire et révolution à Rome, Paris, Gallimard, 1967.
  • Le métier de citoyen dans la Rome républicaine, Paris, Gallimard, 1976.
  • Tributum, Bonn, Habelt, 1976.
  • Rome et la conquête du monde méditerranéen 264–27 av. J.-C. (2 vol.), Paris, Presses universitaires de France, 1978, coll. "Nouvelle Clio", (ISBN 2-13-035850-0).
  • Insula sacra : la loi Gabinia-Calpurnia de Délos (58 av. J.-C.), Rome, École française de Rome, 1980.
  • L'idée républicaine en France : essai d'histoire critique (1789-1924), Paris, Gallimard, 1982, coll. "Bibliothèque des histoires" ; rééd. Paris, Gallimard, 1994, coll. "Tel".
  • L'inventaire du monde : géographie et politique aux origines de l'Empire romain, Paris, Fayard, 1988.
  • Rendre à César : économie et société dans la Rome antique, Paris, Gallimard, 1998, coll. "Bibliothèque des histoires".
  • Mégapoles méditerranéennes : géographie urbaine rétrospective, actes du colloque de Rome (mai 1996), Rome, École française de Rome, 1999.
  • Histoire, Nation, République, Paris, Odile Jacob, 2000.
  • Censeurs et publicains : économie et fiscalité dans la Rome antique, Paris, Fayard, 2000, (ISBN 2213602964).
  • La fabrique d'une nation : la France entre Rome et les Germains, Paris, Perrin, 2003.
  • (avec Anne-Cécile Robert et André Bellon) Le peuple inattendu, Paris, Syllepse, 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde, jeudi 30 décembre 2010, p. 21
  2. Décès de l'historien Claude Nicolet, Le Figaro, 30 décembre 2010.
  3. Catherine Virlouvet, L'Histoire n°364, mai 2011, p. 96

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]