Amérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Continent américain)
Aller à : navigation, rechercher

19° 00′ N 96° 00′ O / 19, -96

Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec États-Unis d'Amérique. Pour les articles homonymes, voir Amérique (homonymie).
Amérique
Carte de localisation de l'Amérique (colorée en vert)
Carte de localisation de l'Amérique (colorée en vert)
Superficie 42 189 120 km2
Population 972 005 000 hab. (2013)
Densité 23 hab./km2
Pays 35
Dépendances 19
Principales langues Espagnol, Anglais, Portugais, Français, Créole, Néerlandais, Guarani, Inuit, Amérindien, Maya
Fuseaux horaires UTC−10:00 (États-Unis)
UTC+00:00 (Groenland)
Plus grandes villes Liste des aires urbaines d'Amérique du Nord
Liste des aires urbaines d'Amérique latine

L’Amérique est un continent de l'hémisphère ouest de la Terre. Elle s'étend depuis l'océan Arctique au nord jusqu'au cap Horn dans le passage de Drake au sud, à la confluence des océans Atlantique et Pacifique qui la délimitent à l'est et à l'ouest, respectivement. Avec une superficie de plus de 42 millions de km2, c'est le deuxième continent de la planète, couvrant 8,3 % de la superficie totale et 28,2 % des terres émergées. De plus, l'Amérique concentre environ 13,6 % de la population humaine avec plus de 970 millions de personnes[1]. Ses habitants sont désignés sous le gentilé Américains : ce terme est cependant également employé pour désigner les habitants des États-Unis d'Amérique ; dès lors, les habitants des différentes parties du continent sont fréquemment distingués en employant des gentilés spécifiques comme Nord-Américains, Sud-Américains ou Latino-Américains.

En raison de ses caractéristiques géographiques, l'Amérique est traditionnellement considérée du point de vue d'un ensemble de sous-continents désigné sous le nom des Amériques, à savoir l'Amérique du Nord, l'Amérique centrale, les Caraïbes et l'Amérique du Sud. Compte tenu également de son portrait culturel, elle se divise en Amérique anglo-saxonne, Amérique française et Amérique latine.

L'Amérique est formée par les cultures de différents pays qui possèdent des influences et un héritage communs. Elle est parfois qualifiée de « Nouveau Monde » par opposition au « Vieux Continent » aussi dit les « Vieux Pays » (l'Europe). À ce titre, elle constitue un espace de civilisation précolombienne forgé par une histoire millénaire qui devint un lieu de rencontre entre nations autochtones et européennes occidentales des Temps modernes dès sa découverte et exploration en 1492. La colonisation des Amériques inspira à de nombreux aventuriers les sentiments d'indépendance, de liberté et de prospérité qu'offraient alors les vastes étendues de cette terre neuve dans les cités d'or et contrées mythiques d'Eldorado, Norembergue et Royaume de Saguenay.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Détail du planisphère de Waldseemüller avec la mention « AMERICA » désignant la partie sud du continent américain (1507).

En 1507, Martin Waldseemüller, le cartographe d'une société savante du Duché de Lorraine, dénommée Gymnase Vosgien, produisit un planisphère intitulé Universalis Cosmographia représentant la région méridionale de l'Amérique. Cette mappemonde est la première carte sur laquelle apparaît le mot « America », prénom féminisé attribué en l'honneur du navigateur florentin Amerigo Vespucci (Amerigo est l’équivalent italien du prénom d'origine germanique « Aymeric, variante méridionale de « Henri »). Cet explorateur fut en réalité le premier à émettre la thèse d'un nouveau continent lors de son expédition au sud de la Patagonie en 1502. Cette quatrième partie du monde, qui s'ajoutait au supercontinent de l'Afro-Eurasie, venait alors modifier les assertions de Christophe Colomb qui, en 1492, croyant avoir découvert la route des Indes, rencontra plutôt ceux qui, aujourd'hui, sont désignés par métonymie sous l'appellation « Amérindiens » ou « Indiens d'Amérique ».

Géographie[modifier | modifier le code]

N60-90, W150-180 N60-90, W120-150 N60-90, W90-120 N60-90, W60-90 N60-90, W30-60
N30-60, W150-180 N30-60, W120-150 N30-60, W90-120 N30-60, W60-90 N30-60, W30-60
N0-30, W150-180 N0-30, W120-150 N0-30, W90-120 N0-30, W60-90 N0-30, W30-60
S0-30, W150-180 S0-30, W120-150 S0-30, W90-120 S0-30, W60-90 S0-30, W30-60
S30-60, W150-180 S30-60, W120-150 S30-60, W90-120 S30-60, W60-90 S30-60, W30-60
Carte géophysique de l'Amérique (cliquer sur la carte pour voir le détail des zones géographiques)

L'Amérique est le deuxième continent de la planète après l'Asie. Elle a une superficie d'environ 42 437 680 km2 et s'étend du nord au sud depuis le cap Columbia (58 ° N, Nunavut, Canada) jusqu'aux îles Diego Ramirez (56 º S, Terre de Feu, Chili). Elle est séparée de la Russie par l'océan Arctique et de l'Antarctique par le passage de Drake. Ses points les plus occidental et oriental correspondent respectivement à l'île Attu (173 ° 11'E) en Alaska (États-Unis) et à la pointe du Seixas (34 ° 47'O) en Paraíba (Brésil).

Le continent américain se compose de trois sous-continents : Amérique centrale, Amérique du Nord et Amérique du Sud, ainsi que d'un arc insulaire désigné sous le nom des Antilles et faisant office de connexion continentale entre l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud. De plus, selon la théorie de la dérive des continents et de la tectonique des plaques, ce qui est l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud serait resté séparé pendant des millions d'années. Après la séparation du Gondwana de la Laurasie, deux sous-continents dérivèrent jusqu'à leurs positions actuelles, puis furent unis par l'Amérique centrale. D'abord un arc insulaire, ce pont terrestre émergea entre eux par l'action de la tectonique des plaques et devint plus tard une bande continue de terre. Le point le plus mince de cette union est à l'isthme de Panama, lequel permit le grand échange interaméricain lors de sa formation il y a 3 millions d'années.

Subdivisions et zones géographiques
Amérique du Nord Les Antilles Amérique centrale Amérique du Sud
Néarctique
Montagnes Rocheuses
Prairies canadiennes
Appalaches
Basses-terres du Saint-Laurent
Basses-terres des Maritimes
Basses-terres du lac Érié
Toundra
Forêt boréale
Plateau laurentien
Grand Bassin des États-Unis
Grandes Plaines
Grands Lacs
Sierra Madre occidentale
Sierra Madre orientale
Sierra Madre del Sur
Mésoamérique
Bahamas
Grandes Antilles
Petites Antilles
Plaque caraïbe
Cordillère Centrale
Néotropique
Déserts sud-américains
Caraïbes sud-américaines
Chocó
Llanos
Bassin amazonien
Cordillère des Andes
Altiplano
Gran Chaco
Plateau des Guyanes
Pampa
Cône Sud
Patagonie
Bassin de la Plata
Brasilia
Grand Canyon Cuba Canal de Panama Amazonie

Topographie[modifier | modifier le code]

Le mont McKinley en Alaska (États-Unis), point culminant de l'Amérique du Nord dont le sommet est situé à 6 194 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Dans leur déplacement du centre de l'océan Atlantique vers l'ouest, les plaques tectoniques (caraïbe, nord-américaine et sud-américaine) forment la cordillère américaine par subduction de la plaque pacifique sur le pourtour oriental de la ceinture de feu. La chaîne de montagnes ainsi formée est essentiellement composée d'une série de crêtes élevées telles que les montagnes Rocheuses, la Sierra Madre occidentale et la Cordillère des Andes. À l'est de l'Amérique du Nord, les Appalaches s'étendent depuis l'Alabama jusqu'à Terre-Neuve sur plus de 2 300 km, alors qu'au nord s'élève la cordillère arctique.

Au centre du continent, l'Amérique du Nord est composée de vastes étendues de plaines, dont les basses-terres du Saint-Laurent, le bassin du fleuve Mackenzie et la Prairie. Au nord-est, le plateau Laurentien s'étend sur près de cinq millions de kilomètres carrés et couvrent la majeure partie du Nunavut et du Québec. L'Amérique du Sud est pour sa part composée des basses terres du bassin amazonien au nord-est, du plateau brésilien sur la côte est et des plaines du Gran Chaco et de la Pampa au sud.

Principaux sommets d'Amérique[2]
Montagne Altitude (mètres) Pays
Mont Aconcagua 6 962 Drapeau de l’Argentine Argentine
Nevado Ojos del Salado 6 893 Drapeau de l’Argentine Argentine-Drapeau du Chili Chili
Monte Pissis 6 795 Drapeau de l’Argentine Argentine
Mont Huascarán 6 768 Drapeau du Pérou Pérou
Volcan Llullaillaco 6 739 Drapeau du Chili Chili - Drapeau de l’Argentine Argentine
Cerro Mercedario 6 720 Drapeau de l’Argentine Argentine
Yerupajá 6 617 Drapeau du Pérou Pérou
Nevado Sajama 6 542 Drapeau de la Bolivie Bolivie
Volcan Antofalla 6 440 Drapeau de l’Argentine Argentine
Nevado Illimani 6 438 Drapeau de la Bolivie Bolivie

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Principaux cours d'eau d'Amérique
Cours d'eau Longueur (km) Pays
Fleuve Amazone 6 800 Drapeau du Pérou Pérou, Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau de la Colombie Colombie
Fleuve Mississippi-Rivière Missouri 6 019 Drapeau des États-Unis États-Unis
Fleuve Mackenzie 4 240 Drapeau du Canada Canada
Fleuve Paraná-Rivière Río de la Plata 4 200 Drapeau de l’Argentine Argentine, Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau du Paraguay Paraguay, Drapeau de l'Uruguay Uruguay
Rivière Purús 3 590 Drapeau du Pérou Pérou, Drapeau du Brésil Brésil
Rivière Madeira 3 239 Drapeau de la Bolivie Bolivie, Drapeau du Brésil Brésil
Fleuve Río São Francisco 3 199 Drapeau du Brésil Brésil
Fleuve Yukon 3 185 Drapeau du Canada Canada, Drapeau des États-Unis États-Unis
Fleuve Río Grande 3 033 Drapeau du Mexique Mexique, Drapeau des États-Unis États-Unis
Rivière Paraguay 2 625 Drapeau de l’Argentine Argentine, Drapeau de la Bolivie Bolivie, Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau du Paraguay Paraguay
Rivière Saskatchewan 2 575 Drapeau du Canada Canada
Fleuve Colorado 2 333 Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Mexique Mexique
Fleuve Orénoque 2 150 Drapeau du Venezuela Venezuela, Drapeau de la Colombie Colombie
Rivière Mamoré 2 000 Drapeau de la Bolivie Bolivie
Fleuve Columbia 1 953 Drapeau du Canada Canada, Drapeau des États-Unis États-Unis
Rivière Ucayali 1 900 Drapeau du Pérou Pérou
Rivière Putumayo 1 800 Drapeau du Pérou Pérou, Drapeau de l'Équateur Équateur, Drapeau de la Colombie Colombie, Drapeau du Brésil Brésil
Fleuve Uruguay 1 770 Drapeau de l’Argentine Argentine, Drapeau du Brésil Brésil, Drapeau de l'Uruguay Uruguay
Fleuve Marañón 1 600 Drapeau du Pérou Pérou
Rivière Pilcomayo 1 590 Drapeau de l’Argentine Argentine, Drapeau de la Bolivie Bolivie, Drapeau du Paraguay Paraguay
Fleuve Magdalena 1 543 Drapeau de la Colombie Colombie
Rivière Bermejo 1 450 Drapeau de l’Argentine Argentine, Drapeau de la Bolivie Bolivie
Fleuve Cauca 1 350 Drapeau de la Colombie Colombie
Fleuve Usumacinta 1 200 Drapeau du Guatemala Guatemala, Drapeau du Mexique Mexique
Fleuve Saint-Laurent 1 140 Drapeau du Canada Canada, Drapeau des États-Unis États-Unis

Démographie[modifier | modifier le code]

États et territoires d'Amérique[modifier | modifier le code]

Noms des pays et des territoires, avec drapeau Superficie
(km2)
Population
Densité de population
(par km2)
Capitale
Amérique du Nord
Drapeau du Canada Canada 9 984 670 35 056 064 3,5 Ottawa
Drapeau des États-Unis États-Unis 9 630 091 317 627 401 33 Washington DC
Drapeau du Danemark Danemark Drapeau du Groenland Groenland 2 166 086 60 000 0,026 Nuuk
Drapeau du Mexique Mexique 1 972 550 118 395 054 60,6 Mexico
Drapeau de la France France Drapeau de Saint-Pierre-et-Miquelon Saint-Pierre-et-Miquelon 242 6 954 29 Saint-Pierre
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau des Bermudes Bermudes 53 65 773 1 250 Hamilton
Amérique centrale
Drapeau du Belize Belize 22 966 334 297 13 Belmopan
Drapeau du Costa Rica Costa Rica 51 100 4 636 348 85 San José
Drapeau du Guatemala Guatemala 108 890 13 824 463 119 Guatemala
Drapeau du Honduras Honduras 112 090 7 639 327 57 Tegucigalpa
Drapeau du Nicaragua Nicaragua 129 494 5 785 846 42 Managua
Drapeau du Panama Panama 78 200 3 460 462 46 Panama
Drapeau du Salvador Salvador 21 040 7 066 403 330 San Salvador
Caraïbes
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau d'Anguilla Anguilla 102 12 800 363 The Valley
Drapeau des Îles Caïmans Îles Caïmans 260 44 270 139 George Town
Drapeau de Montserrat Montserrat 102 4 798 47 Plymouth
Drapeau des îles Turques-et-Caïques Îles Turques-et-Caïques 497 26 023 60 Cockburn Town
Drapeau des Îles Vierges britanniques Îles Vierges britanniques 153 21 730 260 Road Town
Drapeau d'Antigua-et-Barbuda Antigua-et-Barbuda 442 69 108 152 Saint John's
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau d'Aruba Aruba 193 102 695 532 Oranjestad
Drapeau de Bonaire Bonaire 288 12 000 101 Kralendijk
Drapeau de Curaçao Curaçao 450 173 400 385 Willemstad
Drapeau de Saba Saba 13 1 424 110 The Bottom
Drapeau de Saint-Eustache (Antilles) Saint-Eustache 21 3 300 157 Oranjestad
Drapeau de Saint-Martin (Royaume des Pays-Bas) Sint Maarten 34 33 119 974 Philipsburg
Drapeau des Bahamas Bahamas 13 940 297 852 21,2 Nassau
Drapeau de la Barbade Barbade 430 276 607 642 Bridgetown
Drapeau de Cuba Cuba 110 861 11 184 023 110,9 La Havane
Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 48 730 10 088 598 173,2 Saint-Domingue
Drapeau de la Dominique Dominique 754 72 386 91 Roseau
Drapeau de Grenade Grenade 350 105 000 259,5 Saint-Georges
Drapeau de la France France Drapeau de la Guadeloupe Guadeloupe 1 628 405 000 249 Basse-Terre
Drapeau de la Martinique Martinique 1 128 401 000 355 Fort-de-France
Drapeau de Saint-Barthélemy Saint-Barthélemy 21 8 400 400 Gustavia
Drapeau de Saint-Martin Saint-Martin 53,20 31 397 590 Marigot
Drapeau d'Haïti Haïti 27 750 9 801 764 271 Port-au-Prince
Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 11 425 2 598 000 245 Kingston
Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de Porto Rico Porto Rico 9 104 3 994 259 438 San Juan
Drapeau des Îles Vierges des États-Unis Îles Vierges des États-Unis 352 124 778 254 Charlotte Amalie
Drapeau de Saint-Christophe-et-Niévès Saint-Christophe-et-Niévès 261 38 756 148,5 Basseterre
Drapeau de Saint-Vincent-et-les-Grenadines Saint-Vincent-et-les Grenadines 389 116 812 300 Kingstown
Drapeau de Sainte-Lucie Sainte-Lucie 620 160 145 260 Castries
Drapeau de Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago 5 128 1 300 000 215 Port d'Espagne
Amérique du Sud
Drapeau de l’Argentine Argentine 2 766 890 40 677 348 14,3 Buenos Aires
Drapeau de la Bolivie Bolivie 1 098 580 10 461 053 8,1 La Paz, Sucre
Drapeau du Brésil Brésil 8 514 877 201 032 714 22,0 Brasilia
Drapeau du Chili Chili 756 950 16 746 560 21,1 Santiago du Chili
Drapeau de la Colombie Colombie 1 138 910 46 591 147 37,7 Bogota
Drapeau de l'Équateur Équateur 283 560 15 007 343 47,1 Quito
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de la Géorgie du Sud-et-les Îles Sandwich du Sud Géorgie du Sud-et-les Îles Sandwich du Sud 4 190 200 0,04 Grytviken
Drapeau des Îles Malouines Malouines 12 173 2 967 0,24 Port Stanley
Drapeau de la France France Drapeau de la Guyane Guyane 86 504 190 842 2 Cayenne
Drapeau du Guyana Guyana 214 970 765 283 3,6 Georgetown
Drapeau du Paraguay Paraguay 406 750 6 347 884 15,6 Asuncion
Drapeau du Pérou Pérou 1 285 220 29 907 303 21,7 Lima
Drapeau du Suriname Suriname 163 270 433 998 2,7 Paramaribo
Drapeau de l'Uruguay Uruguay 176 220 3 415 920 19,4 Montevideo
Drapeau du Venezuela Venezuela 912 050 28 047 938 27,8 Caracas
Îles inhabitées
Colombie Drapeau de la Colombie Malpelo (Colombie)
États-Unis Drapeau des États-Unis Île de la Navasse (États-Unis)
France Drapeau de la France Île de Clipperton (France)
Géorgie du Sud-et-
les Îles Sandwich du Sud

(archipel)
Drapeau du Royaume-Uni Île Candlemas (Royaume-Uni)
Drapeau du Royaume-Uni Îles Willis (Royaume-Uni)
Drapeau du Royaume-Uni Île Annenkov (Royaume-Uni)
Drapeau du Royaume-Uni Île Vindication (Royaume-Uni)
Costa Rica Drapeau du Costa Rica Île Cocos (Costa Rica)

Familles linguistiques[modifier | modifier le code]

Du point de vue de la culture, de l'histoire, de la langue et de la sociologie, on distingue sur le continent américain trois sous-ensembles :

Religions[modifier | modifier le code]

Avec les religions amérindiennes, la principale religion en Amérique est le christianisme et ses différentes confessions : catholicisme et protestantisme. Selon l'Église catholique, la sainte patronne principale du continent est Notre-Dame de Guadalupe, alors que la patronne secondaire est sainte Rose de Lima.

Principaux sanctuaires catholiques[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Amérique.

Les civilisations précolombiennes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Civilisation précolombienne.

Jusque dans les dernières décennies a prévalu la théorie du peuplement tardif qui soutient que l’être humain aurait migré en Amérique depuis l’Asie par la Béringie pendant la dernière ère glaciaire il y a de cela 12 000 à 14 000 ans. Cependant, plus récemment, des scientifiques ont remis cette théorie en question en raison de nouveaux éléments de preuve qui soutiennent la thèse selon laquelle le premier peuplement de l'Amérique se serait produit non seulement de 20 000 à 50 000 ans plus tôt, mais serait aussi le résultat d’une migration au cours de laquelle l’être humain aurait emprunté différents itinéraires, tels que la Mongolie, la Sibérie et la banquise de l'océan Arctique.

Par suite de l’arrivée de l’être humain en terre d’Amérique se sont développées d’importantes cités et civilisations précolombiennes, telles que, en Amérique du Sud, la ville sacrée de Caral-Supe (la plus ancienne cité américaine) et la vallée sacrée des Incas; en Mésoamérique, les villes mayas de Chichén Itzá et Yaxchilan et la capitale aztèque de Mexico-Tenochtitlan; ainsi qu'en Amérique du Nord, la civilisation du Mississippi et la cité de Cahokia, les villages iroquoiens d’Hochelaga et Stadaconé, ainsi que les cultures inuits, Dorset et Saqqaq.

Certains historiens soutiennent que la colonisation viking des Amériques fut la première tentative d’établissement de l’être humain en provenance de l’Europe. Selon la saga d’Érik le Rouge, les premières colonies auraient été implantées au Groenland vers l’an 985 (ap. J.-C.). Son fils, Leif Ericson, aurait ensuite exploré le Vinland (île de Terre-Neuve) vers l’an 1000 et serait entré en relation avec les Béothuks. Cependant sont présumés d’autres contacts trans-océaniques précolombiens qui se seraient produits avant même les explorations scandinaves.

La colonisation européenne des Amériques[modifier | modifier le code]

Débarquement de Christophe Colomb à l'île San Salvador en 1492 et prise de possession au nom des rois catholiques.

Les Capitulations de Santa Fe ayant été ratifiées par les rois catholiques en 1492, Christophe Colomb débarqua incidemment à l’île San Salvador quelques mois plus tard, alors en quête d’une nouvelle route des Indes, conséquence inéluctable de la chute de Constantinople de 1453. Dès cette découverte et exploration, celui-ci fonda La Navidad sur l’île Hispaniola (Haïti) avant que ne soit entamée la colonisation espagnole de la terre ferme d'Amérique, en 1510.

Suivant le traité de Tordesillas de 1494, les terres du Nouveau Monde étaient alors partagées entre Isabelle Ire de Castille, Ferdinand II d'Aragon et Jean II de Portugal. Ainsi, le Royaume d’Espagne établit ses vice-royautés de Nouvelle-Espagne, Nouvelle-Grenade, Pérou et Río de la Plata sur les côtes de l'océan Pacifique, tandis que le Royaume de Portugal implanta les capitaineries du Brésil sur les côtes de l’Atlantique Sud dès 1500. À partir de 1497, le Royaume d'Angleterre s’établit sur les côtes de l’Atlantique Nord, dans la zone Arctique et dans la mer des Caraïbes. Puis à partir de 1534, le Royaume de France établit ses colonies principalement au nord-est et centre de l’Amérique du Nord jusqu’au golfe du Mexique, ainsi que dans les Antilles et sur le plateau des Guyanes. Les Provinces-Unies conquirent des îles caribéennes (Aruba, Curaçao et Saint-Martin), le Royaume du Danemark et de Norvège s’installa au Groenland et l’Empire russe conquit la région de l’Alaska.

L'arrivée des colons eu pour conséquence l’introduction d’une série de nouvelles maladies au sein des civilisations précolombiennes, telles que la variole, causant ainsi – de façon similaire à la peste noire en Europe médiéval – le déclin démographique de près de 93 % de la population autochtone.

Les Jésuites et coureurs des bois contribuèrent à l’expansion du vice-royaume de Nouvelle-France en Amérique du Nord, grâce à la traite des fourrures, l’évangélisation et l’établissement de relations avec les peuples autochtones. De plus, des missions catholiques furent envoyées au pays des Hurons et, dans les empires espagnol et portugais, chez les Guaraní.

Au nord, les guerres franco-iroquoises et intercoloniales furent directement liées aux affrontements entre les colonies des empires français et britannique. Alors qu’au sud, les Conquistadors menèrent une série d’invasions – telles qu'à la conquête des empires aztèque et inca –, néanmoins repoussées en diverses régions par les peuples autochtones. Plusieurs réussirent en fait à maintenir leur domination sur leurs terres jusqu’à la fin du XIXe siècle. Par exemple, le Royaume d’Araucanie et de Patagonie, la Pampa, le Mato Grosso et l’Amazonie demeurèrent sous la domination de peuples telles que les Mapuches, les Het, les Ranquel, les Wichi, les Tobas, les Amazoniens et les Comanches, etc.

En Amérique du Sud furent aussi créées par marronnage des mocambos et quilombos (ex. : Palmares), dont les habitants – d’origine africaine – avaient réussi à fuir l’état d’esclavage auquel ils étaient réduits par l’effet du commerce triangulaire.

De 1754 à 1763 eu lieu la guerre de la Conquête au cours de laquelle les forces armées britanniques s’emparèrent du nord de la Nouvelle-France, s’adonnèrent au siège de Québec en 1759 et se livrèrent à la déportation des Acadiens.

La décolonisation[modifier | modifier le code]

Après trois siècles de domination coloniale, les peuples américains commencèrent à déclarer leur indépendance politique des nations européennes, réclamant ainsi le droit de constituer des États nationaux. Les premières tentatives vinrent des Treize colonies britanniques dès 1775 grâce à la révolution américaine au terme de laquelle naissaient les États-Unis. Un nouveau type de société était alors créé sur la base de concepts politiques novateurs tels que le constitutionnalisme, les droits de l’homme, le fédéralisme et l’indépendantisme.

De 1791 à 1804, la révolution haïtienne se termina par la libération des esclaves de leur emprise des autorités françaises, créant ainsi le premier État moderne avec un gouvernement de descendants de l’Afrique noire.

La bataille de Bataille de Vertières fut le couronnement de cette guerre héroïquement remportée par les Haïtiens, ouvrant ainsi la voie à divers mouvements diplomatiques de grande ampleur, dont le panaméricanisme.

À partir de 1809, les peuples sous domination espagnole menèrent les guerres d'indépendance d'Amérique du Sud qui suscitèrent la naissance de diverses nations : Argentine, Bolivie, Colombie, Costa Rica, Chili, Équateur, Salvador, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Paraguay, Pérou, Uruguay et Venezuela. Le processus se compléta en 1844, 1883 et 1898 au terme de la guerre d’indépendance dominicaine, de la guerre hispano-sud-américaine et de la guerre d'indépendance cubaine. Alors qu’au Nord, le continent était ravagé par la conquête de l’Ouest, la guerre anglo-américaine de 1812, la rébellion des Patriotes (1837-1838), la guerre de Sécession (1861-1865), la rébellion de la rivière Rouge (1869-1870) et la rébellion du Nord-Ouest (1885).

La déclaration d'indépendance du Brésil en 1822

En 1819 fut constitué un vaste pays sud-américain désigné sous le nom de Grande Colombie et qui intégrait les terres des actuels Panama, Colombie, Venezuela, Équateur, ainsi que de régions du Brésil, du Costa Rica, de la Guyane, du Honduras, du Nicaragua et du Pérou. Cette république fut dissoute et scindée en trois pays en 1830 : la République bolivarienne du Venezuela et la République d’Équateur, ainsi que successivement la République de Nouvelle-Grenade, la Confédération grenadine, les États-Unis de Colombie et enfin, la République de Colombie.

En 1822, la principauté du Brésil s’organisa en une monarchie indépendante – l’Empire du Brésil –, dissolvant ainsi le Royaume-Uni du Portugal, du Brésil et de l'Algarve, jusqu’en 1889 où la monarchie fut abolie et remplacée par un régime républicain. Pour leur part, le peuple de l'Amérique du Nord britannique négocia à partir de 1864 avec le Royaume-Uni l'organisation de la Confédération canadienne, dont l’indépendance se confirma en 1867, et dont la pleine souveraineté fut définitivement acquise dans un processus qui se termina en 1982.

Enfin, au XXe siècle, les dernières colonies, tels les Bahamas, le Suriname, la Guyana, Sainte-Lucie, Trinité-et-Tobago, Antigua-et-Barbuda, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Saint-Vincent-et-les Grenadines et la Barbade obtinrent leurs indépendance, achevant de manière définitive la décolonisation de l'Amérique.

L’époque moderne[modifier | modifier le code]

Le chef Raoni, représentant des Indiens d'Amazonie.

Alors qu'au début du XXe siècle était franchi le passage du Nord-Ouest, pour la première fois par des explorateurs européens, le canal de Panama ouvrit à la navigation maritime sur l'isthme séparant les océans Atlantique et Pacifique.

Puis, pendant la seconde moitié du siècle, les sentiments de décolonisation atteignirent plusieurs peuples. Ainsi, des nations acquirent leur indépendance constitutionnelle du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord : Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Grenade, Guyana, Jamaïque, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, ainsi que Trinité-et-Tobago. De plus, le Suriname obtint son indépendance des Pays-Bas. Actuellement, quelques territoires demeurent sous tutelle de nations européennes (britannique, danoise, française et néerlandaise). Pour sa part, le peuple québécois devint la première collectivité nationale à être animé de façon manifeste par un sentiment et volonté de libération politique d’un État américain.

Après leur émancipation, les pays américains se développèrent séparément et de façon dissemblable. Ainsi, pendant le XIXe siècle, les États-Unis s'affirmèrent en tant que puissance mondiale, remplaçant l’empire européen sur le continent. Alors que le XXe siècle a vu croître une différence de développement entre les diverses régions du continent. Pendant que les États-Unis se convertissaient en une superpuissance mondiale, les peuples d'Amérique latine et des Caraïbes se constituaient en collectivités nationales où les inégalités sociales en termes de disparité de revenus sont les plus élevées du monde, incluant des pays comme le Brésil, la Colombie et le Chili.

Parmi les évènements politiques les plus importants de l’histoire contemporaine de l’Amérique, notons la guerre hispano-américaine (1898), la révolution mexicaine (1910-1917), la guerre froide (1945-1991), les dictatures militaires d’Amérique latine (juntes), le mouvement afro-américain des droits civiques (1955-1968), la révolution cubaine (1959), la révolution tranquille (1960-1966) et la déclaration des droits des peuples autochtones (1982-2007).

Depuis la fin du XIXe siècle, plusieurs États d’Amérique s'unirent en un système d’unité panaméricaine, résultant en la création de l’Organisation des États américains (OEA) en 1948. D’autre part, depuis la fin du XXe siècle, les États d’Amérique ont intensifié leurs efforts en vue de coopérations mutuelles en diverses instances régionales, telles que l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le commandement de la défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD), l’Union des nations sud-américaines (UNASUR), le marché commun du Sud (Mercosur), la communauté andine (CAN), le Parlement centraméricain, l’Alliance bolivarienne pour les Amériques (ALBA), ainsi que la communauté caribéenne (CARICOM).

Figures caractéristiques de l'Amérique[modifier | modifier le code]

L'Amérique précolombienne[modifier | modifier le code]

Bone Necklace, chef des Lakotas Oglalas

L'Amérique coloniale[modifier | modifier le code]

Amérique espagnole[modifier | modifier le code]

Amérique portugaise[modifier | modifier le code]

Amérique néerlandaise[modifier | modifier le code]

Amérique anglo-saxonne[modifier | modifier le code]

Amérique française[modifier | modifier le code]

Nouvelle-France (continentale)

Antilles françaises (insulaire)

Amérique danoise[modifier | modifier le code]

Amérique russe[modifier | modifier le code]

L'Amérique indépendante[modifier | modifier le code]

Liste des métropoles[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, la liste des municipalités de plus d'un million d'habitants (à distinguer des principales aires urbaines d'Amérique), par ordre décroissant de population :

Rang Ville Population Année
(recensement)
1 São Paulo, Drapeau du Brésil Brésil 11 244 369 2010
2 Mexico, Drapeau du Mexique Mexique 8 851 080 2010
3 New York, Drapeau des États-Unis États-Unis 8 336 697 2012
4 Lima, Drapeau du Pérou Pérou 7 605 742 2009
5 Bogota, Drapeau de la Colombie Colombie 7 434 453 2011
6 Rio de Janeiro, Drapeau du Brésil Brésil 6 323 037 2010
7 Santiago du Chili, Drapeau du Chili Chili 5 278 044 2009
8 Los Angeles, Drapeau des États-Unis États-Unis 3 833 995 2009
9 Buenos Aires, Drapeau de l’Argentine Argentine 2 891 082 2010
10 Toronto, Drapeau du Canada Canada 2 795 060 2012
11 Cali, Drapeau de la Colombie Colombie 2 732 158 2010
12 Chicago, Drapeau des États-Unis États-Unis 2 714 856 2012
13 Salvador de Bahia, Drapeau du Brésil Brésil 2 676 606 2009
14 Medellín, Drapeau de la Colombie Colombie 2 636 101 2009
15 Guayaquil, Drapeau de l'Équateur Équateur 2 600 000 2009
16 Brasília, Drapeau du Brésil Brésil 2 562 963 2010
17 Saint-Domingue, Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 2 552 398 2010
18 Fortaleza, Drapeau du Brésil Brésil 2 447 409 2010
19 Valencia, Drapeau du Venezuela Venezuela 2 385 202 2010
20 Belo Horizonte, Drapeau du Brésil Brésil 2 375 444 2010
21 La Havane, Drapeau de Cuba Cuba 2 400 300 2009
22 Houston, Drapeau des États-Unis États-Unis 2 100 017 2010
23 Manaus, Drapeau du Brésil Brésil 1 982 179 2013
24 Quito, Drapeau de l'Équateur Équateur 1 873 458 2007
25 Caracas, Drapeau du Venezuela Venezuela 1 815 679 2009
26 Managua, Drapeau du Nicaragua Nicaragua 1 800 000 2005
27 Santa Cruz de la Sierra, Drapeau de la Bolivie Bolivie 1 756 926 2010
28 Curitiba, Drapeau du Brésil Brésil 1 746 896 2010
29 Montréal, Drapeau du Canada Canada 1 735 450 2012
30 Ecatepec de Morelos, Drapeau du Mexique Mexique 1 658 806 2010
31 Santiago de los Caballeros, Drapeau de la République dominicaine République dominicaine 1 579 699 2008
32 Tijuana, Drapeau du Mexique Mexique 1 559 714 2010
33 Philadelphie, Drapeau des États-Unis États-Unis 1 556 396 2010
34 Puebla, Drapeau du Mexique Mexique 1 539 859 2010
35 Recife, Drapeau du Brésil Brésil 1 536 934 2010
36 Maracaibo, Drapeau du Venezuela Venezuela 1 495 199 2010
37 Guadalajara, Drapeau du Mexique Mexique 1 494 134 2010
38 Phoenix, Drapeau des États-Unis États-Unis 1 469 471 2011
39 León, Drapeau du Mexique Mexique 1 436 733 2010
40 Córdoba, Drapeau de l’Argentine Argentine 1 429 536 2011
41 Porto Alegre, Drapeau du Brésil Brésil 1 409 939 2010
42 Belém, Drapeau du Brésil Brésil 1 392 031 2010
43 Montevideo, Drapeau de l'Uruguay Uruguay 1 336 878 2010
44 Ciudad Juárez, Drapeau du Mexique Mexique 1 328 017 2010
45 San Antonio, Drapeau des États-Unis États-Unis 1 327 407 2010
46 San Diego, Drapeau des États-Unis États-Unis 1 322 553 2011
47 Goiânia, Drapeau du Brésil Brésil 1 301 892 2010
48 Zapopan, Drapeau du Mexique Mexique 1 243 538 2010
49 Guarulhos, Drapeau du Brésil Brésil 1 222 357 2010
50 Rosario, Drapeau de l’Argentine Argentine 1 198 528 2010
51 Dallas, Drapeau des États-Unis États-Unis 1 197 816 2010
52 Barranquilla, Drapeau de la Colombie Colombie 1 148 506 2005
53 Monterrey, Drapeau du Mexique Mexique 1 135 512 2010
54 Nezahualcóyotl, Drapeau du Mexique Mexique 1 109 363 2010
55 Guatemala, Drapeau du Guatemala Guatemala 1 104 890 2010
56 Campinas, Drapeau du Brésil Brésil 1 080 999 2010
57 São Luís, Drapeau du Brésil Brésil 1 011 943 2010

Patrimoine culturel et naturel[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Patrimoine mondial en Amérique.

Les sites culturels et naturels suivants sont inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Arrondissement historique du Vieux-Québec à Québec, Drapeau du Canada Canada
Parcs des montagnes Rocheuses canadiennes, en Alberta et Colombie-Britannique, Drapeau du Canada Canada
Parc national du Gros-Morne, à Terre-Neuve-et-Labrador, Drapeau du Canada Canada
Statue de la Liberté à New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Golden Gate Bridge à San Francisco, Drapeau des États-Unis États-Unis
Parc national de Yellowstone dans le Wyoming, Drapeau des États-Unis États-Unis
Parc national du Grand Canyon dans l'Arizona, Drapeau des États-Unis États-Unis
Réserve de biosphère du papillon monarque dans le Michoacán, Drapeau du Mexique Mexique
Premiers monastères du XVIe siècle sur les versants du Popocatépetl, Drapeau du Mexique Mexique
Cité préhispanique d'El Tajín, dans le Veracruz, Drapeau du Mexique Mexique
Sanctuaire de faune et flore de Malpelo, Drapeau de la Colombie Colombie
Machu Picchu, cité inca à Cuzco, Drapeau du Pérou Pérou
Parc national de Rapa Nui, sur l'île de Pâques, Drapeau du Chili Chili
Quartier historique de la ville portuaire de Valparaíso, Drapeau du Chili Chili
Statue du Christ Rédempteur à Rio de Janeiro, Drapeau du Brésil Brésil
Missions jésuites des Guaranis, Drapeau de l’Argentine Argentine et Drapeau du Brésil Brésil
Parc national d'Iguazú et Parc national de l'Iguaçu, dans la province de Misiones et le Paraná, Drapeau de l’Argentine Argentine et Drapeau du Brésil Brésil

Unions transcontinentales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Panaméricanisme.
Carte politique de l'Amérique, selon une projection équivalente.

Institutions panaméricaines[modifier | modifier le code]

Agences supranationales[modifier | modifier le code]

Regroupements intergouvernementaux[modifier | modifier le code]

Communautés économiques locales[modifier | modifier le code]

Rencontres culturelles transfrontalières[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Science[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Œuvres en projet[modifier | modifier le code]

Relations intercontinentales[modifier | modifier le code]

Aménagements territoriaux[modifier | modifier le code]

Routes transcontinentales[modifier | modifier le code]

La route panaméricaine dans le Grand Buenos Aires (Argentine)
Écluses du canal de Panama sur le lac Gatún (Panama)
Un train de marchandises du CP sur le pont de Stoney Creek en Colombie-Britannique (Canada)

Routes régionales[modifier | modifier le code]

Routes maritimes[modifier | modifier le code]

Routes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ancienne[modifier | modifier le code]

  • Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l’Histoire de l’Espèce Humaine. Avec une Dissertation sur l’Amérique & les Américains, par Dom Pernety. par Corneille de Pauw. Londres, 1771.

Moderne[modifier | modifier le code]

  • Laurent Carroué, Didier Collet et Claude Ruiz, Les Amériques, Rosny-sous-Bois, Bréal,‎ 2008, 302 p. (ISBN 978-2-7495-0530-5).
  • Charles C. Mann (trad. Marina Boraso), 1491. Nouvelles révélations sur les Amériques avant Christophe Colomb, Albin Michel,‎ 2007 (ISBN 978-2-226-17592-2)
  • Pierre Chaunu, L'Amérique et les Amériques, Armand Colin, coll. « Destins du monde »,‎ 1964, 470 p.
  • René-Éric Dagorn et Kattalin Gabriel-Oyhamburu (dir.), Amériques : 80 problématiques, Nathan, Paris, 2008, 179 p. (ISBN 978-2-09-160778-8)
  • Vincent Thébault et Alain Musset (dir.), Géopolitique des Amériques, Nathan, Paris, 2009 (2e éd.), 381 p. (ISBN 978-2-09-160895-2)
  • Stephan Zweig, Amerigo, Récit d'une erreur historique, 1941 (titre original : Amerigo, Die Geschichte eines historischen Irrtums)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Amériques, film documentaire de Pierre Brouwers, TFI, Ivry-sur-Seine, 2005, 90 min (DVD)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]