Culture de Dorset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maison longue en pierre de la culture de Dorset près de Ikaluktutiak, au Nunavut. La maison fut redécouverte par hasard par un groupe qui revenait d'un autre site archéologique.

La culture de Dorset, ou Dorsétien, est une culture archéologique paléoesquimau (antérieure à la culture inuit) de l'Arctique nord-américain, notamment au nord du Canada actuel et au Groenland. Elle se caractérise par une industrie lithique de microlames, de petits villages de maisons rectangulaires semi-enterrées et un art sophistiqué[1],[2],[3].

Définition[modifier | modifier le code]

Expansion territoriale de différentes cultures dans l'Arctique.

La culture de Dorset a été nommée et définie en 1925 par l'anthropologue Diamond Jenness (en), pour désigner un ensemble d'artefacts archéologiques provenant du Cape Dorset, dans le Nunavut, et semblant avoir été produits par des groupes humains au style de vie différent de celui des Inuits et plus anciens.

Le Dorsétien a par la suite été subdivisé en quatre périodes : ancien (500 avant J.C. à notre ère), moyen (0-600), récent (900-1350 avant J.C.)[4] et tardif[5]. On trouve des éléments culturels dorsétiens dans des sites thuléens, jusqu'au XVe siècle[4].

Contestation de la validité du concept[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Il est à signaler que certains historiens[Qui ?] disent que le peuple de la culture de Dorset (peuple précédant les Tuniits, supposé ancêtre des Inuits, selon la légende) serait peut-être à l'origine du site de l’Anse aux Meadows, oubliant de préciser que ce sont les Vikings groenlandais qui ont enseigné la construction en dur à ce peuple[réf. nécessaire], de huttes de pierres à toit en motte de gazon, alors qu'à l'origine les Dorsets n'employaient que la glace, et lors du réchauffement des tentes de peaux à armatures d'os. Lequel peuple eut de nombreux métissages vikings dans ses rangs, sans doute après avoir accueilli les survivants des comptoirs groenlandais du Vestribyggð : « colonisation de l'ouest », abandonnés par les marchands européens au XIIIe siècle.

C'est de l'expression Cape Dorset Culture (Culture de Cap Dorset), utilisée pour la première fois par Jenness en 1925, que fut tiré le concept de la culture de Dorset (contesté à l'époque et toujours contesté de nos jours[réf. nécessaire]), considérée par celui-ci comme plus ancienne que la culture thuléenne, lequel peuple serait descendant du peuple paléosibérien des Saqqaqs (hypothèse commune, contestée de nos jours), apparenté entre autres au peuple leucoderme des Aïnous (du Japon, de l'île de Sakhaline, des îles Kouriles et de la péninsule du Kamtchatka).

Selon les archéologues de Parcs Canada[6], il semble que certains sites traditionnellement attribués aux Dorset soient en fait des comptoirs commerciaux construits et occupés par les Groenlandais. L'institut gouvernemental réexamine présentement ses archives et ses sites archéologiques. Quatre sites ont été identifiés comme potentiellement viking, Nunguvik, Nanook et l'île Willows au Nunavut, ainsi que l'île Avayalik au Labrador[7].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Dorsétiens étaient des chasseurs qui pratiquaient des échanges commerciaux à grande distance, si on en juge par la découverte d'objets en pierres issues de carrières éloignées. Pour se déplacer, ils utilisaient des skis miniaturisés et des kayaks[5], et peut-être aussi des traîneaux à chiens[8]. La culture de Dorset se caractérise par l'absence de vestiges d'arc, de flèche et de forêt à archet[5].

L'art dorsétien se caractérise par des figurines animales et des masques humains miniaturisés[5].

Vers -800, les Dorsétiens occupaient la plus grande partie de l'Arctique canadien et commencèrent à coloniser le Groenland. Ils occupèrent tout le Groenland jusqu'en 300 environ, époque à laquelle ils disparurent de l'île, avant d'y revenir au VIIIe siècle.

Ils ont recolonisé le nord ouest du Groenland vers 700. Les Norvégiens, à partir de 970, signalèrent qu'ils avaient rencontré de nombreux vestiges d'occupation mais aucun autochtone au Groenland. Néanmoins les Dorsétiens survécurent au Groenland environ jusqu'en 1300 et des objets d'origine viking ont été découverts dans leurs campements.

Dorsétiens et Inuits[modifier | modifier le code]

Les légendes inuits mentionnent les Tuniit (singulier: Tuniq) ou les Sivullirmiut (les premiers habitants), qui ont été chassés par les Inuits. Selon les légendes, ils étaient plus grands et plus forts que les Inuits, mais ont été facilement effrayés par l'avancée des Inuits. Ils auraient eu une excellente compréhension de leur environnement, mais avaient une technologie inférieure à celle des Inuits. Leur outillage a vraisemblablement été peu adapté aux conditions climatiques plus dures de la fin du premier millénaire.

La culture de Dorset descend de la culture de pré-Dorset, qui a été la première culture paléo-eskimau à s'établir dans l'arctique canadien. Cette population, qui avait probablement des liens tant culturels que biologiques avec les Inuits, a traversé le détroit de Béring vers -2000.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie Larousse, La culture de Dorset.
  2. Jean Corbel et Charles-Pierre Péguy, « Chronique arctique », in Norois, no 23, juillet-septembre 1959, p. 340 : « Divers restes de la civilisation de Dorset à maison rectangulaire subenterrée ont été trouvés, tant dans la Péninsule de Melville, qu'en Ungava ».
  3. Adam Stéphane, Adaptations et interactions entre les cultures Dorset, Thulé et Viking : mécanismes d’une transition culturelle, colloque international sur la Nordicité, Rouen, 2004/2005, publié sur academia.edu.
  4. a et b Yves Labrèche, « Le Dorsétien (2500-650 AA) », in Le Nord: Habitants et Mutations, Presses Université Laval, 2001, p. 19-21
  5. a, b, c et d Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Les Éditions Fides, 2000, p. 116-117.
  6. http://www.civilisations.ca/cmc/exhibitions/archeo/helluland/str0301f.shtml
  7. http://www.civilization.ca/research-and-collections/research/resources-for-scholars/essays-1/archaeology-1/patricia-sutherland/dorset-norse-interactions-in-the-canadian-eastern-arctic7/
  8. McGhee 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]