Campinas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Campinas (homonymie).
Campinas
Surnom : Cidade das andorinhas
Princesa d'Oeste
Devise : « Labore Virtute Civitas Floret »
Blason de Campinas
Héraldique
Drapeau de Campinas
Drapeau
Campinas du point de vue de Torre de Castelo, un belvedère
Campinas du point de vue de Torre de Castelo, un belvedère
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Sud-Est
État São Paulo
Langue(s) portugais
Maire Hélio de Olvieira Santos (PDT)
Code postal 13000-000 à 13139-999
Fuseau horaire
Heure d'été
UTC-3
UTC-2
Indicatif 19
Démographie
Gentilé campineiro
Population 1 080 999 hab.[1] (11/2010 [ Recensement de 2010])
Densité 1 358 hab./km2
Géographie
Coordonnées 22° 54′ 04″ S 47° 03′ 26″ O / -22.901047, -47.0572722° 54′ 04″ Sud 47° 03′ 26″ Ouest / -22.901047, -47.05727  
Altitude 685 m
Superficie 79 600 ha = 796 km2
Divers
Date de fondation
14 juillet 1774
Localisation
Localisation de Campinas sur une carte
Localisation de Campinas sur une carte

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
Campinas

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
Campinas
Liens
Site web http://www.campinas.sp.gov.br

Campinas (IPA: kɐ̃ːˈpinɐs) est une commune brésilienne de l'État de São Paulo. Elle est située au nord de la ville de São Paulo, à une distance d'environ 90 km. Sa population de 1 080 999 habitants au recensement de 2010[2] en fait une des 15 plus grandes villes du pays. La municipalité s'étend sur 796 km2[3]. Campinas est formée de cinq régions (Centre, Nord, Est, Sud et Ouest) et de quatre districts plus éloignés du centre (Joaquim Egídio, Sousas, Barão Geraldo et Nova Aparecida).

C'est la ville la plus importante d'une région métropolitaine formée de 19 communes qui concentre près de 2,8 millions d'habitants (6,78 % de la population de l'État). Proches de Campinas sont condensées les autres grandes régions métropolitaines de l'État de São Paulo : Jundiaí, São Paulo, Sorocaba, Santos et São José dos Campos, dont les populations additionnées à celle de Campinas dépassent 29 000 000 d'habitants, soit 80 % de la population de l'État.

Actuellement, la ville concentre environ un tiers de la production industrielle de l'État. On y trouve principalement des industries de haute technologie et du secteur métallurgique. C’est aussi un important centre économique - elle possède par exemple le plus long (on croit à tort qu'il s'agit du plus grand) centre commercial d’Amérique latine : le Shopping Parque Dom Pedro. Dans sa région métropolitaine, se trouve l'aéroport de Viracopos, aéroport brésilien majeur pour le transport de marchandises. Grâce à sa situation géographique sur un plateau, Campinas n'est pas une ville très polluée. La pollution provenant de ses usines et de sa grande circulation automobile affecte plus les communes voisines.

Les équipes de football les plus populaires sont le Guarani Futebol Clube et l'Associação Atlética Ponte Preta.

Histoire[modifier | modifier le code]

Campinas fut fondée par les portugais dans la première moitié du XVIIIe siècle comme faubourg rural de la « Vila » de Jundiaí.

Elle est connue comme cité-phénix en raison de sa renaissance après la fièvre jaune qui a éliminé un quart de sa population au XIXe siècle.

La première culture fut la canne à sucre, rapidement remplacée par celle du café. Ainsi, l'économie du café généra un nouveau cycle de développement de la ville. Durant cette période, (seconde moitié du XVIIIe siècle), la population de Campinas était surtout composée de travailleurs, esclaves et libres, employés dans les plantations et les activités productives rurales et urbaines.

Avec la crise du café des années 1930, Campinas s'industrialisa et développa le secteur de services. La ville commença à recevoir des immigrants du monde entier (surtout d'Italie), attirés par l'installation de nouveaux parcs de production.

Entre les années 1970 et 1980, la population de la ville a pratiquement doublé, en raison d'une forte immigration.

Campinas est devenu un important nœud routier avec

Le parc industriel moderne est le fruit de l'installation de pôles technologiques et d'institutions d'enseignements supérieurs renommées comme

Depuis 1998, la ville se vide de ses industries (avec le transfert des usines vers les municipalités voisines ou d'autres régions du pays - en partie à cause de la violence et des impôts élevés -), et le secteur tertiaire prend de l'ampleur (commerce, recherche, services de haute technologie et entreprises de logistique).

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1983
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1988 José Roberto Magalhães Teixeira PMDB  
1989 1992 Jacó Bittar PSB  
1993 1996 José Roberto Magalhães Teixeira PSDB  
1996 1996 Edivaldo Orsi PSDB  
1997 2000 Francisco Amaral PMDB  
2001 2001 Antônio da Costa Santos PT  
2001 2004 Izalene Tiene PT  
2005 2011 Hélio de Oliveira Santos PDT  
2011 2011 Demétrio Vilagra PT  
2011 2012 Pedro Serafim Júnior PDT  
2013 2017 Jonas Donizette PSB  

Environnement[modifier | modifier le code]

Campinas abrite l'aire de grand intérêt écologique (Área de Relevante Interesse Ecológico) Santa Genebra de 251 ha, créée en 1985 et administrée par l'IBAMA, la mairie de Campinas et la Fondation José Pedro de Oliveira.

Parc technologique[modifier | modifier le code]

Campinas est connue nationalement comme étant un centre de production et de diffusion de connaissances technologiques de pointe. Actuellement, il se consolide un axe de développement technico-scientifique spécialisé dans les techniques agricoles.

Bien que les liens entre Campinas et la technologie remontent à plus de 100 ans (l'Institut Agronomique de Campinas (IAC) fut fondé par Pierre II, en 1887), la ville a reçu un grand appui avec la structuration du campus de l'Unicamp, commencée en 1962. Ce fut après la construction de ce campus, que s’installèrent à Campinas des institutions comme le Centre de Recherche et de Développement en télécommunication (CPqD), le Centro de Pesquisas Renato Archer (CenPRA- ancien CTI).

Voici une liste avec les principales institutions d'enseignement et de recherche de la ville :

Universités et facultés[modifier | modifier le code]

  • UNICAMP (Universidade Estadual de Campinas)
  • PUCC (Pontifícia Universidade Católica de Campinas)
  • UNIP (Universidade Paulista / Campinas)
  • FACAMP (Faculdades de Campinas)
  • METROCAMP (Faculdade Integrada Metropolitana de Campinas)
  • IPEP (Faculdades IPEP Integradas)
  • UNISAL (Centro Universitário Salesiano)
  • USF (Universidade São Francisco / Campinas)
  • ESAMC (Escola Superior de Administração, Marketing e Comunicação / Campinas)

Institutions de recherche[modifier | modifier le code]

Collèges techniques[modifier | modifier le code]

  • ETE Bento Quirino (Escola Técnica Estadual Bento Quirino)
  • ETECAP (Escola Técnica Estadual Conselheiro Antonio Prado)
  • COTUCA (Colégio Técnico de Campinas – Unicamp)

Culture[modifier | modifier le code]

La ville a toujours eu une position privilégiée dans l'État de São Paulo en ce qui concerne la culture avec une grande activité dans ce domaine.

Il y a trois théâtres municipaux, un orchestre symphonique (qui est considéré comme étant un des trois meilleurs du pays à côté de l'OSESP et de l'Orquestra Sinfônica Brasileira (pt) (OSB), quelques groupes de musique érudite, des chœurs et chorales, 43 salles de cinéma, des dizaines de bibliothèques dont une publique, des galeries d'art, des musées etc. La vie culturelle est variée et intense spécialement dans la musique populaire. Dans les dernières années du XIXe siècle, avant la dévastation due à la fièvre jaune, la population de Campinas rivalisait avec celle de São Paulo et recherchait un style de vie européen. On pouvait entendre des expressions comme « Campinas über alles ». Un romancier local, Eustáquio Gomes, exploita cette particularité dans son roman A Febre Amorosa.

La cathédrale de la ville. L'église-cathédrale de la ville, église de Notre-Dame de la Conception. Fut construite par des esclaves noirs au XIXe siècle et est faite entièrement de palissandre.

C’est la terre natale de Antônio Carlos Gomes, fameux compositeur d'opéras en Italie au XIXe siècle et auteur de Il Guarany, Fosca et O Escravo.

Principaux théâtres[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Les principaux clubs de football de Campinas sont : Guarani, Ponte Preta et Campinas.

Stades[modifier | modifier le code]

Campinas en chiffres[modifier | modifier le code]

État civil (2003)[modifier | modifier le code]

Santé publique (2002)[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Enseignement moyen (2 004)
    • Inscriptions : 45 220
    • Établissements : 120
    • Enseignants : 3 010

Voir : L'enseignement au Brésil

Résultats économiques (2002)[modifier | modifier le code]

Secteur financier (2004)[modifier | modifier le code]

Emploi (2003)[modifier | modifier le code]

(personnes occupées en 2003)

Véhicules immatriculés dans la commune (2004)[modifier | modifier le code]

Agriculture et élevage[modifier | modifier le code]

Bien que la vocation de Campinas soit industrielle, voici sa production agricole de l'année 2003

Récoltes (2003)[modifier | modifier le code]

Cultures (2003)[modifier | modifier le code]

Production fermière (2003)[modifier | modifier le code]

Élevage (2003)[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

Campinas possède un aéroport international (code AITA : CPQ).

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Campinas est jumelée avec Cidades Irmãs

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]