Leif Ericson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ericson et Erickson.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'explorateur islandais. Pour l'acteur américain (1911-1986), voir Leif Erickson.
Leif Eriksson
Statue de Leif Ericson dans l'État du Minnesota aux États-Unis.
Statue de Leif Ericson dans l'État du Minnesota aux États-Unis.

Naissance ca 970
Probablement Islande
Décès entre 1019 et 1025
Probablement Groenland
Nationalité Islandais ou Groenlandais
Famille Fils d'Érik le Rouge,
Petit-fils de Thorvald Ásvaldsson,
Frère de Thorvald Eriksson, Thorsteinn Ericson et de Freydis Eiriksdottir

Découvertes principales Helluland, Markland et Vinland (côte est du Canada, probablement île de Baffin, Labrador et Terre-Neuve respectivement)
Première expédition ca 1000

Leif Erickson (circa 970 à 1025) (en norrois Leifr Eiríksson, en islandais Leifur Eiríksson) était un explorateur islandais qui fut, selon la tradition des sagas scandinaves, le premier européen à explorer des terres de l'Amérique du Nord, et plus particulièrement la région qui deviendra Terre-Neuve, au Canada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils d'Érik le Rouge (Eiríkr rauði) et petit-fils de Thorvald Ásvaldsson[1],[2], mis tous deux hors la loi en Norvège pour meurtres et réfugiés en Islande. C'est là que naquit Leif. De nouveau banni, Erik s'exila avec sa famille au Groenland où il repartit, son bannissement achevé, pour y fonder deux colonies.

Le premier voyage de Leif l'emmena aux Hébrides puis en Norvège à la cour du roi Olaf Tryggvason qui sut le convaincre de se convertir au christianisme[3] et d'emmener un prêtre au Groenland, ce qui déplut profondément à son père, païen et qui avait réussi à assoir sa domination sur les colonies[4].

Peu après, en se basant sur le récit de l'Islandais Bjarni Herjólfsson qui avait déjà aperçu le Nouveau Monde vers 986, Leif le visita autour de l'an mil et nomma trois pays, le Helluland, le Markland et le Vinland[5]. Le Helluland était une terre rocheuse et désolée, probablement l'île de Baffin ou le nord du Labrador. Le Markland était une côte basse et boisée, presque certainement ce qui est aujourd'hui le sud du Labrador. Le Vinland pourrait être le site actuel de Bay St Lawrence au nord du Cap Breton en Nouvelle-Écosse, seules des fouilles archéologiques sérieuses de ce site (qui n'ont jamais encore été entreprises) pourraient le confirmer ou l'infirmer. Le site de L'Anse aux Meadows à Terre-Neuve (où des vestiges ont bien été mis au jour) correspondrait mieux au Straumfjord où se serait installé Thorfinn Karlsefni. Le doute subsiste sur le nom de Vinland ou « pays du vin » , donné par Leif à cet endroit qu'il aurait très provisoirement colonisé en raison de la découverte de grappes de raisins par son père adoptif Tyrkir. En islandais ancien, Vinland avec un "i" court signifie "pâturage", tandis qu'avec un "i" long, il s'agit bien de "vigne". La culture classique des auteurs des sagas pourrait laisser penser à une affabulation de type biblique. Toutefois, le terme "vin" avec "i" court n'a, semble-t-il, jamais été utilisé en Islande. Il ne l'aurait été qu'en Norvège et encore serait-il tombé en désuétude dès avant l'an mil. Leif aurait-il réellement trouvé de la vigne sauvage, telle la vitis riparia ou vigne des rivages, que l'on trouve sur l'île du Cap Breton ? C'est une possibilité.

Il encouragea ensuite d'autres expéditions de ses proches vers l'ouest mais, son père étant décédé, il reprit ses fonctions de chef et ne repartit guère. Il eut cependant encore à s'occuper du cas de sa demi-sœur qui commit des crimes de sang avec son équipage lors d'un dernier voyage au Vinland[6]. Son fils, Thorkell Leifsson (en), reprit le contrôle des colonies groenlandaise à sa mort.

Leif Eriksson Day[modifier | modifier le code]

En 1964, le Congrès américain institua un jour férié, le Leif Erikson Day, afin d'honorer Leif Eriksson[7]. Le 9 octobre a été choisi, non pas parce qu'il était associé à un évènement de la vie de Leif Eriksson, mais parce qu'il est le jour où le navire Restauration (en) entra dans le port de New York en 1825. À bord du Restauration[8] se trouvait le premier groupe d'immigrants venant de Norvège arrivé en Amérique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Leif Ericsson
  2. « [...] Leif Eriksson, le fils du fameux Erik le Rouge qui avait fondé la colonie du Groenland, introduisit le christianisme au Groenland »
    - Jared Diamond, Effondrement, Éditions Gallimard, 2006, p. 223. (ISBN 9782070776726)
  3. D'après la saga d'Eirik, chap. 4, in Eirik the Red..., éd. Oxford ISBN 2-07-011117-2
  4. « Les événements décisifs qui marquèrent l'implantation du christianisme en Scandinavie furent la conversion officielle du Danemark sous le roi Harald à la Dent-Bleue vers l'an 960, celle de la Norvège qui débuta vers l'an 995 et celle de la Suède qui eut lieu au cours du siècle suivant. »
    - Jared Diamond, Effondrement, Éditions Gallimard, 2006, p. 223. ISBN 978-2-07-077672-6
  5. Selon la Saga d'Eirik (chap. 5, op. cit.), c'est Thorfinn Karlsefni qui donna leur nom à ces terres.
  6. (en) Histoire de Leif Eriksson.
  7. (en) Leif Erikson Day - October 9th
  8. (no)(en) STIFTELSEN EMIGRANTSKIPET RESTAURATION

Sources[modifier | modifier le code]

  • Parias l.-H., Histoire universelle des explorations, en 4 volumes, éditions Nouvelle Librairie de France, Paris, 1959, tome 2, p. 298.
  • anon. (trad. Gwyn Jones), Eirik the Red and other Icelandic sagas, Oxford, Oxford University Press, coll. « The World's Classics »,‎ 1961 (réimpr. 1980, 1982, 1988), 318 p. (ISBN 0-19-281528-8)