Rosario

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosario (homonymie).
Rosario
Blason de Rosario
Héraldique
Drapeau de Rosario
Drapeau
Image illustrative de l'article Rosario
Administration
Pays Drapeau de l’Argentine Argentine
Province Bandera de la Provincia de Santa Fe.svg Santa Fe
Département Rosario
Maire Mónica Fein (PS)
Code postal S2000
Indicatif téléphonique 341
Démographie
Gentilé Rosarino, -a
Population 1 198 528 hab. (INDEC 2010)
Densité 6 707 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 57′ 04″ S 60° 39′ 59″ O / -32.951111111, -60.66638888889 ()32° 57′ 04″ Sud 60° 39′ 59″ Ouest / -32.951111111, -60.66638888889 ()  
Altitude 25 m
Superficie 17 869 ha = 178,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Argentine

Voir la carte administrative d'Argentine
City locator 14.svg
Rosario

Géolocalisation sur la carte : Argentine

Voir la carte topographique d'Argentine
City locator 14.svg
Rosario
Liens
Site web http://www.rosario.gov.ar

Rosario est une ville d'Argentine, le chef-lieu du département de même nom et la plus grande ville de la province de Santa Fe. Comptant approximativement un million d'habitants en 2005 (les Rosarinos), elle est la troisième ville d'Argentine derrière Buenos Aires et Córdoba. L'agglomération comptait 1 198 528 habitants en 2010.

Rosario est connue, entre autres, comme étant le berceau du drapeau argentin.

Situation[modifier | modifier le code]

Elle se situe au bord du Rio Paraná, à plus ou moins 285 km au nord-ouest de Buenos Aires (416 km par voie fluviale, qui passe par Nueva Palmira sur l'estuaire de l'Uruguay avant d'emprunter le Paraná). Rosario est la ville la plus peuplée et la plus importante de la riche province de Santa Fe.

Elle constitue un important port fluvial sur la rive occidentale de l'abondant Paraná, accessible à des vaisseaux de haute mer.

Description[modifier | modifier le code]

La ville de Rosario est située sur la berge surélevée de la rive droite du rio Paraná, en un point où cette berge se sépare du fleuve. Une pente douce unit cette ville haute aux régions basses proches du fleuve qui constituent la ville basse, et où se trouve le port de la ville.

Le point d'origine de la ville est la place Veinticinco de Mayo (25 mai), aux environs de laquelle se trouvent le bâtiment de la Municipalité (le Palacio de los Leones), la Basilique cathédrale de Nuestra Señora del Rosario (archidiocèse de Rosario), les édifices du palais de la Poste, le Museo de Arte Decorativo (Musée d'Art Décoratif) et la Bola de Nieve (ou Boule de Neige), un édifice d'habitations emblématique de la ville.

Les rues de Rosario, comme dans presque toutes les grandes villes argentines, suivent avec régularité le tracé en damier ou quadrangulaire du plan d'origine, à l'exception d'une zone située en pente entre haut et bas de la ville, aux alentours du quartier appelé Bajada Sargento Cabral.

Climat[modifier | modifier le code]

Climogramme de Rosario

Le climat de Rosario est assez humide et agréable une bonne partie de l'année. On l'appelle climat tempéré pampéen, ce qui équivaut à dire que les quatre saisons ne sont pas bien définies, surtout son hiver fort irrégulier. Il y a une période chaude d'octobre à avril (de 18 à 32 °C) et une période fraîche entre juin et la première moitié du mois d'août (de 5 à 16 °C). Les températures moyennes oscillent entre 10 °C (minima), et 23 °C (maxima). Il pleut moins en été qu'en hiver, avec un volume de précipitations totales de 800 à 1 300 mm par an (1 038 mm).

On considère que Rosario a un climat (et une géographie) favorable pour l'homme, d'autant plus que les hivers y sont courts et que la possibilité de neige est très réduite (la dernière chute de neige date de 1973 et la précédente de 1918). La possibilité d'inondations est rare et les tremblements de terre, typhons, ouragans et éruptions sont fortement négligeable.

Cependant, comme toutes les agglomérations étendues et éloignées de la mer, il existe une île de chaleur, due à la pollution, qui entoure la ville et qui réchauffe la température de quelques degrés toute l'année.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population de la ville se montait à 908 163 habitants, selon le recensement de 2001, effectué par l'Instituto Nacional de Estadística y Censos (Institut National de Statistiques et Recensements ou INDEC). Cela représente 38 % du total des habitants de la province de Santa Fe et 3 % des habitants du pays.

Mais Rosario constitue le noyau central d'une agglomération urbaine appelée le Gran Rosario ou Área Metropolitana del Gran Rosario, dont la population s'étend à d'autres localités des départements de Rosario et de San Lorenzo. Celle-ci, toujours en 2001, atteignait 1 161 188 habitants (317 122 ménages et 305 487 logements).

71 % des résidents sont nés dans la ville de Rosario, 16 % proviennent d'autres provinces du pays et 9 % d'autres localités de la province; le reste (4 % ce qui est peu) sont des personnes immigrées (du Pérou, de Bolivie, du Paraguay, de l'Uruguay, du Brésil, de Corée et de Chine surtout).

La majorité des habitants sont des descendants d'Italiens et d'Espagnols. Mais il en existe aussi beaucoup d'autres origines ou ethnies (Polonais, Juifs, Britanniques, Français, Allemands, Suisses, Turcs, Russes, Syriens et Libanais). De plus, depuis des années, Rosario reçoit un important flux de migration interne, principalement de la province du Chaco (nord-est du pays) et de l'ethnie aborigène Toba, qui vivant dans une extrême pauvreté dans leur région d'origine, cherchent un destin meilleur dans la grande ville, ce que généralement ils ne rencontrent pas et se retrouvent dès lors dans des villas miserias.

Religion[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de l'archidiocèse de Rosario. Son centre est constitué par la Basilique cathédrale de Nuestra Señora del Rosario.

Article détaillé : Cathédrale de Rosario.

Économie[modifier | modifier le code]

Rosario, ville portuaire, fournit ses services dans une vaste zone autour d'elle, comprenant une bonne partie des provinces de Santa Fe, Córdoba et Entre Ríos (lesquelles forment la Région Centre).

Dans l'aire urbaine prévalent les secteurs industriels suivants : alimentaire (traitement des viandes, huileries), textile, automoteur, pétrochimique, sidérurgique et fabrication métalliques mécaniques. Plusieurs très grandes multinationales comme General Motors, ICI, DOW ont installé leurs usines dans la zone industrielle de Rosario.

Article détaillé : économie de l'Argentine.

.

Depuis 2003, l'économie argentine va mieux, beaucoup mieux, et même très bien pour l'année 2006, dont le premier semestre se termine avec plus de 9 % de croissance. Le spectre de la catastrophe, présent en 2001-2002, s'est totalement éloigné, du moins macroéconomiquement, car la pauvreté, elle, n'a pas suivi le même rythme d'amélioration. Et qu'en est-il de l'économie de Rosario ? La ville a suivi exactement le même chemin, avec notamment un important boom de la construction.

Avec une politique de « dollar fort » qui permet de produire des biens et services à des prix compétitifs sur le marché international, certaines industries de la région ont commencé à refleurir. Principalement la construction (avec une hausse 40 % en 2005), l'industrie textile, le secteur alimentaire, la fabrication de pièces d'automobiles, les chaussures, etc., tous secteurs bien présents dans l'économie de la ville.

Il est important de signaler que la Comisión Económica para América Latina y el Caribe de las Naciones Unidas ou Commission Economique pour l'Amérique latine et les Caraïbes des Nations Unies (autrement dit le CEPAL) a déclaré concernant l'Argentine que : « les perspectives pour 2006 signalent une prolongation du comportement expansif de l'activité. Après plusieurs années d'intense récupération, on prévoit le maintien d'une croissance [...] soutenue, ce qui impliquerait un renforcement ultérieur des flux d'investissement et d'épargne[1]. »

Transports[modifier | modifier le code]

Vue du pont Rosario-Victoria à partir de Rosario

Rosario est un relais intermédiaire pour ceux qui se déplacent entre les différentes régions du pays, car accessible et équidistante des principales zones urbaines. Elle communique aisément avec Santa Fe (180 km) et Buenos Aires (280 km) grâce à de modernes autoroutes concédées. On a annoncé pour 2007 la finalisation de l'autoroute vers Córdoba (avec laquelle elle est unie par la route nationale 9, une partie de la Panaméricaine).

En 2003, on a inauguré le Pont Rosario-Victoria, sur le Rio Paraná, grâce auquel la ville est reliée avec Victoria, à 60 km de distance. Rosario est connectée avec le reste du pays par de multiples routes nationales et provinciales.

L' Aeropuerto Internacional Rosario Islas Malvinas, à Fisherton (code AITA : ROS), situé à 15 km du centre-ville, propose des vols fréquents tant sur des lignes intérieures qu'internationales.
En 2004, et après des années de stagnation, les conditions techniques de l'aéroport ont été améliorées et il est à présent noté dans une catégorie supérieure pour les services internationaux.

La ville, en 2006, ne possède pas un système de transport public efficace, malgré un réseau de lignes de bus urbains et interurbains, une ligne de trolleybus -K- ré-étatisée, et de nombreux taxis. Actuellement, on projette une réforme et une modernisation totale du système de transports existants.

Bientôt un train à grande vitesse (TAVe)[modifier | modifier le code]

En 2006, un projet a vu le jour pour que Rosario et Buenos Aires soient connectées par une ligne de chemin de fer électrifiée dite LGV. Le TAVe, fera le parcours en 90 minutes (l'ancien record de 2.38 h date de 1938, et c'était un train à vapeur !), passera par Gran Campana-Zárate, San Pedro, Gran San Nicolás, et Villa Constitución, et avec 20 services quotidiens on estime qu'il sera fréquenté par 7 500 passagers. Ce sera une révolution de proximité qui aura un impact économique et changera la vie de milliers de personnes, tant à Rosario qu'à Buenos Aires, et dans toute la région.

Dans une seconde phase, on prévoit de réaliser la connexion Rosario-Córdoba.

Après avoir été stoppé en 2008 pour cause de difficultés financières, le projet a été relancé au début des années 2010, pour un achèvement de la partie Buenos Aires-Rosario au mieux en 2015.

Le port maritime de Rosario[modifier | modifier le code]

(Chiffres de 1998)

  • Profondeur maximale des eaux par rapport au zéro local : 40 pieds soit 12,2 mètres.

Caractéristiques techniques des bateaux qui opèrent généralement dans le port :

  • Longueur maximale : 210 mètres.
  • Largeur maximale: 38,40 m.
  • Tirant d'eau maximal: 30 pieds soit 9,14 mètres.
  • Type de charge: céréales et sous-produits.

Nombre de bateaux entrés les 2 années (1997-98) d'après leur longueur maximale :

  • Bateaux de 200 m. de longueur et jusque 265 m.: 61.-
  • Bateaux de 20 m. de longueur et jusque 200 m.: 6.063.-

La profondeur de 32 à 40 pieds (9,75 à 12,2 mètres) au bord des quais permet aux navires de haute mer de type Panamax d'accéder au port de Rosario.

Personnalités nées dans la ville[modifier | modifier le code]

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

En mai 2002, la poste argentine a émis deux timbres pour la commémoration du 150e anniversaire de la déclaration de Rosario en tant que ville[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bilan préliminaire des économies d'Amérique latine et des Caraïbes 2005, CEPAL, décembre-2005
  2. Le premier timbre
  3. Le second timbre

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert van Dievoet, « Monographies industrielles », « Tramways électriques de Rosario », dans, L'expansion belge, revue mensuelle illustrée, Bruxelles, juin 1908, no V, p. 196-199.