San Salvador (Bahamas)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir San Salvador.
San Salvador
Colombus Isle
Colombus Isle
Géographie
Pays Drapeau des Bahamas Bahamas
Archipel Bahamas
Localisation Mer des Caraïbes (océan Atlantique)
Coordonnées 24° 06′ 00″ N 74° 29′ 00″ O / 24.1, -74.483333 ()24° 06′ 00″ N 74° 29′ 00″ O / 24.1, -74.483333 ()  
Superficie 169 km2
Géologie Cayes
Administration
Statut District des Bahamas
Démographie
Population 970 hab. (2000)
Densité 5,74 hab./km2
Autres informations
Découverte VIIe siècle
Fuseau horaire UTC-5

Géolocalisation sur la carte : Bahamas

(Voir situation sur carte : Bahamas)
San Salvador
San Salvador
Îles des Bahamas
District de San Salvador
Image illustrative de l'article San Salvador (Bahamas)
Administration
Pays Drapeau des Bahamas Bahamas
Type District
Démographie
Population 970 hab. (rec. 2000)
Densité 5,7 hab./km2
Géographie
Superficie 169 km2

San Salvador est une île de l'archipel des Bahamas, également appelée Colombus Island ou Watling Island.

Histoire[modifier | modifier le code]

Appelée Guanahani par les amérindiens Tainos qui la peuplaient – ce mot signifiant iguane dans leur langue[1] – l'île où aborda Christophe Colomb dans la nuit du 11 au 12 octobre 1492 a été identifiée, sans certitude (l'île ne présente pas, ou plus, de lagune fermée), en 1925 à l'île qui s'appelait jusqu'alors Watling. C'est la première terre des Amériques qu'il aperçut après un voyage de plus de 9 semaines. Il la nomma San Salvador (Saint-Sauveur en français) pour témoigner de son soulagement de toucher enfin terre et remercier Dieu. L'historien Denis Crouzet écrit : « par sa foi dans le Christ, par la lumière intérieure qui le guidait, le navigateur est parvenu à un lieu du monde à partir duquel la lumière de la foi va répandre ses bienfaits sur toutes les terres et tous les peuples[2]. »

La population indienne fut décimée en moins d'un siècle, de maladie ou de mauvais traitements.

Plus tard, l'île servit de repaire à un pirate anglais George Watling qui lui laissa son nom.

En 1925, elle fut renommée en San Salvador des Bahamas, de préférence aux autres candidates au titre de première terre découverte par Christophe Colomb.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les Américains y ont installé une base aérienne qui leur servit par la suite de centre d'essai pour missiles. Cette base abandonnée constitue désormais l'aéroport de l'île.

L'île a souffert de l'ouragan Floyd en 1999.

Géographie[modifier | modifier le code]

San Salvador est l'île située la plus à l'Est de l'archipel des Bahamas. Elle est en fait la partie émergée d'une montagne sous-marine de 4 500 mètres. Ceinturée par un récif de corail. Longue de 19 km et large de 8 km, pour une superficie de 169 km², elle ne présente pas de relief et sa partie centrale est composée de plusieurs lacs reliés entre eux.

Véritable oasis pour la faune et la flore, cette terre a été préservée du fait de son isolement. Profitez de ses plages de sable blanc et de ses eaux transparentes avant d'explorer Long Bay et les trois sites où l'on suppose qu'accostérent la Nina (navire), la Pinta et la Santa Maria (1492).

L'ile compte environ 1 000 habitants vivant essentiellement du tourisme. Un Club Méditerranée est installé sur l'ile depuis 1992.

Plusieurs sites remarquables de plongée comptent parmi les plus beaux des Bahamas.

District[modifier | modifier le code]

San Salvador est l'un des 32 districts des Bahamas. Il porte le numéro 26 sur la carte.

Bande Dessinée[modifier | modifier le code]

Dans la Bande dessinée L'homme de l'année 1492 de Céka et Patrick Tandiang Christophe Colomb nomme cette Ile San Salvador en mémoire à la personne ( Salvador ) qui lui a permis de découvrir la route "des Indes". Il l'enterre avec sa compagne sur un rivage de l'île.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Crouzet, Christophe Colomb. Héraut de l'Apocalypse, Payot, 2006, p. 103.
  2. Denis Crouzet, op. cit., p. 107.