Che Guevara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Che » redirige ici. Pour les autres significations, voir Che (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guevara.

Ernesto « Che » Guevara

Description de cette image, également commentée ci-après

Che Guevara le 6 mars 1960 (photo d'Alberto Korda).

Nom de naissance Ernesto Guevara
Alias
Le Che
Che Guevara
Naissance
Rosario, Argentine
Décès (à 39 ans)
La Higuera, Bolivie
Nationalité Drapeau de l’Argentine Argentine
Drapeau de Cuba Cuba
Activité principale Guerilléro
Homme politique
Médecin
Militaire à Cuba
Autres activités
Distinctions
Déclaré citoyen de naissance de Cuba
Conjoint
Hilda Gadea Acosta (1955-1959)
Aleida March (1959-1967)
Signature de Ernesto « Che » Guevara

Ernesto Guevara[1] (né le à Rosario de Santa Fe, Argentine – mort le à La Higuera, Bolivie), plus connu sous le nom de Che Guevara ou le Che (prononcé communément /(t)ʃe.ɡe.va.ra/ en français et /t͡ʃe.ɡeˈβa.ɾa/ en espagnol[2]), est un révolutionnaire marxiste et internationaliste ainsi qu'un homme politique d'Amérique latine. Il a notamment été un dirigeant de la révolution cubaine, qu'il a théorisée et tenté d'exporter vers d'autres pays.

Alors qu'il est jeune étudiant en médecine, Guevara voyage à travers l'Amérique latine, ce qui le met en contact direct avec la pauvreté dans laquelle vit une grande partie de la population. Son expérience et ses observations l'amènent à la conclusion que les inégalités socioéconomiques ne peuvent être abolies que par la révolution. Il décide alors d'intensifier son étude du marxisme et de voyager au Guatemala afin d'apprendre des réformes entreprises par le président Jacobo Arbenz Guzmán, renversé quelques mois plus tard par un coup d'État appuyé par la CIA. Peu après, Guevara rejoint le mouvement du 26 juillet, un groupe révolutionnaire dirigé par Fidel Castro. Après plus de deux ans de guérilla durant laquelle Guevara devient commandant, ce groupe prend le pouvoir à Cuba en renversant le dictateur Fulgencio Batista en 1959.

Dans les mois qui suivent, Guevara est désigné procureur d'un tribunal révolutionnaire qui exécute plus d'une centaine de policiers et militaires du régime précédent jugés coupables de crimes de guerre, puis il crée des camps de « travail et de rééducation ». Il occupe ensuite plusieurs postes importants dans le gouvernement cubain qui écarte les démocrates[3], réussissant à influencer le passage de Cuba à une économie du même type que celle de l'URSS[4], et à un rapprochement politique avec le Bloc de l'Est, mais échouant dans l'industrialisation du pays en tant que ministre. Guevara écrit pendant ce temps plusieurs ouvrages théoriques sur la révolution et la guérilla.

En 1965, après avoir dénoncé l'exploitation du tiers monde par les deux blocs de la guerre froide, il disparaît de la vie politique et quitte Cuba avec l'intention d'étendre la révolution. Il se rend d'abord au Congo-Léopoldville, sans succès, puis en Bolivie où il est capturé et exécuté sommairement par l'armée bolivienne entraînée et guidée par la CIA[5],[6],[7].

Après sa mort, Che Guevara devient une icône pour des mouvements révolutionnaires du monde entier, mais demeure toujours l'objet de controverses entre historiens, notamment à cause de témoignages sur de possibles exécutions d'innocents. Un portrait de Che Guevara réalisé par Alberto Korda est considéré comme l'une des photographies les plus célèbres au monde[8].

Sommaire

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille Guevara vers 1941. De gauche à droite : Ernesto, sa mère Celia, sa sœur Celia, Roberto, Juan Martín, son père Ernesto et Ana María.
Ernesto Guevara à 22 ans (1951).

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Ernesto Guevara de la Serna naît le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, de Ernesto Guevara Lynch et Celia de La Serna tous deux d'ascendance irlandaise et espagnole noble[9]. Beaucoup d'éléments indiquent cependant que sa date de naissance officielle ait été reculée d'un mois pour éviter un scandale, car trop proche du mariage[10]. C'est-à-dire que le Che Guevara serait né le 14 mai 1928. Ses parents sont de lignée aristocratique[11] mais vivent comme une famille de classe moyenne, avec un penchant pour des idées de gauche non autoritaristes, s'opposant notamment à Perón et à Hitler[12]. La tante d'Ernesto, qui a élevé sa mère à la mort prématurée de leurs parents, est communiste.

Aîné de cinq enfants, il vit d'abord à Córdoba, la seconde ville du pays. Dès l'âge de trois ans, il apprend le jeu d'échecs auprès de son père et commence à participer à des tournois dès 12 ans[13]. Sa mère lui enseigne le français qu'il parlera couramment[14]. Ernesto Guevara de la Serna se fait rapidement connaître pour ses opinions radicales même à un âge pourtant précoce. Il voudrait être un des soldats de Francisco Pizarro dans sa soif d'aventure[15].

Toute sa vie, il subit de violentes crises d’asthme, qui l'accablent dès l'enfance. Il affronte cette maladie et travaille afin de devenir un athlète accompli. Malgré l'opposition de son père, il devient joueur de rugby. Il gagne le surnom de « fuser », (une contraction de furibundo (« furibond ») et du nom de famille de sa mère, « Serna ») à cause de son style de jeu agressif[16]. Durant son adolescence, il met à profit les périodes de repos forcés de ses crises d'asthme pour étudier la poésie et la littérature, depuis Pablo Neruda en passant par Jack London, Emilio Salgari et Jules Verne, jusqu'à des essais sur la sexualité de Sigmund Freud ou des traités sur la philosophie sociale de Bertrand Russell. Il écrit des poèmes (parfois parodiques) tout au long de sa vie comme cela est courant chez les Latino-américains de son éducation. Il développe également un grand intérêt pour la photographie.

En 1948, il entreprend des études de médecine à Buenos Aires. Il joue alors quelques mois au San Isidro Club, équipe de rugby de première division, qu'il doit quitter à cause de son père qui trouve ce niveau de jeu dangereux pour un asthmatique, et joue ensuite dans des équipes de moindre niveau[17]. Pendant cette période, il songe à se marier avec une fille de la haute société argentine et à s'établir, mais il ne peut mener ce projet à bien à cause de l'opposition de la famille de cette dernière, de sa propre personnalité déjà jugée anticonformiste, et de son désir grandissant de voyages et de découvertes.

Premier voyage latino-américain[modifier | modifier le code]

Itinéraire du premier voyage réalisé en 1952 avec Alberto Granado (Lignes rouges = voyage en avion).

En 1951, son vieil ami de gauche réformiste Alberto Granado, biochimiste, lui suggère de prendre une année sabbatique. De cette façon, ils peuvent concrétiser le voyage dont ils parlent depuis longtemps, traversant l'Amérique du Sud sur une vieille moto Norton 500 cm3 surnommée « La vigoureuse » (La poderosa en espagnol) dans des conditions souvent précaires (dormant souvent volontairement dans la cellule d'un commissariat), avec pour objectif de passer quelques semaines comme volontaires dans la léproserie de San Pablo sur les bords de l'Amazone au Pérou. Guevara relate cette épopée dans Diarios de motocicleta: Notas de viaje por América Latina[18]. Le périple qui dure 9 mois et mènera Guevara jusqu'à Miami les fait d'abord arriver au Chili où ils doivent abandonner la Poderosa à bout de souffle et où ils visitent les mines géantes de Chuquicamata et découvrent les conditions de vie des mineurs. Ils traversent ensuite la cordillère des Andes, rencontrent le docteur Hugo Pesce, spécialiste de la lèpre et fondateur du parti socialiste péruvien qui influera beaucoup sur les idéaux de Guevara, puis après avoir apporté leur aide dans la léproserie de San Pablo où Che Guevara découvrira d'énormes disparités, ils descendent l'Amazone en canoë jusqu'en Colombie en pleine époque de la Violencia et se séparent au Venezuela d'où Guevara s'envole alors pour les États-Unis dans un avion de marchandises. Il revient à Buenos Aires le 31 juillet 1952 pour terminer ses études de médecine. Son premier voyage est d'ailleurs raconté dans un film de Walter Salles : Diarios de motocicleta.

Au travers de ses propres observations de la pauvreté et de l'impuissance des masses, et influencé par ses lectures marxistes, il conclut que le seul remède aux inégalités sociales de l'Amérique latine est la révolution par les armes. Il en est conduit à considérer l'Amérique latine non comme un ensemble de nations distinctes mais comme une entité économique et culturelle requérant une « stratégie continentale de libération ». Cette conception bolivarienne d'une Amérique latine unie et sans frontière partageant une culture métisse (mestizo) est un thème qui reviendra de manière importante dans ses activités révolutionnaires ultérieures. De retour en Argentine, il termine ses études le plus rapidement possible afin de poursuivre son périple en Amérique latine et reçoit son diplôme le 12 juin 1953.

Deuxième voyage latino-américain et le Guatemala[modifier | modifier le code]

Itinéraire du second voyage d'Ernesto Guevara, 1953-1956.

Le 7 juillet 1953, il entreprend un long périple à travers la Bolivie, le Pérou, l'Équateur, le Panama, le Costa Rica, le Nicaragua, le Honduras, Salvador puis le Guatemala.

En Bolivie, il participe à l'été 1953 à la révolution sociale populiste du Mouvement nationaliste révolutionnaire (MNR), puis s'en détache avec indignation, estimant que cette révolution sociale reste entachée d'inégalités raciales.

Il arrive fin décembre 1953 au Guatemala, où le président de gauche Jacobo Arbenz Guzmán dirige un gouvernement populiste lancé dans de profondes réformes sociales. Le gouvernement Arbenz mène notamment une réforme agraire qui avec d'autres initiatives, tente d'éliminer un système de latifundium dominé par les États-Unis au travers de la United Fruit Company (UFCO). L'UFCO est le plus grand propriétaire terrien et employeur du Guatemala, et le plan de redistribution d'Arbenz inclut l'expropriation de 40 % des terres de celle-ci[19]. Alors que le gouvernement des États-Unis dispose de peu de preuves pour soutenir leur discours sur l'aggravation de la menace communiste au Guatemala[20], la relation entre l'administration Eisenhower et l'UFCO illustre l'influence des intérêts corporatistes dans la politique étrangère des États-Unis[21].

Dans une lettre à sa tante Beatriz, Ernesto Guevara explique sa motivation à s'établir dans ce pays : « Au Guatemala, je me perfectionnerai et accomplirai tout ce qui est nécessaire pour devenir un vrai révolutionnaire. »[22].

Peu après son arrivée à Guatemala Ciudad, Guevara rencontre Hilda Gadea Acosta, une économiste péruvienne qui vit et travaille au Guatemala, sur les conseils d'un ami commun. Gadea, qu'il épousera plus tard, a de nombreux contacts politiques en tant que membre de l'Alliance populaire révolutionnaire américaine (APRA) socialiste, dirigé par Víctor Raúl Haya de la Torre. Elle présente Guevara à de nombreux responsables du gouvernement Arbenz, mais lui permet aussi de renouer le contact avec un groupe d'exilés cubains qu'il a déjà rencontrés au Costa Rica, membres du Mouvement du 26 juillet de Fidel Castro. Guevara rejoint ces moncadistas dans la vente d'objets religieux liés au Christ noir d'Esquipulas, et est aussi assistant de deux spécialistes vénézuéliens de la malaria à l'hôpital local. Ernesto Guevara échoue à obtenir un internat ; sa situation financière devient très précaire, l'amenant à vendre certains bijoux d'Hilda.

C'est pendant cette période qu'il obtient son surnom célèbre de Che qui signifie « l'Argentin » (L'accent très particulier des Argentins et leurs origines européennes récentes les différenciant immédiatement des autres Latino-Américains ont fait naître ce surnom de « che » particulièrement au Mexique et en Amérique centrale pour désigner de manière inamicale tout Argentin ; le mot lui-même vient de l'interjection argentine « che » utilisée dans la zone géographique du Río de la Plata et dans la région de Valence en Espagne, interjection qui marque essentiellement la stupeur ou qui sert à attirer l'attention)[23].

La situation politique change radicalement à partir du 15 mai 1954, lorsqu'une livraison d'armes et d'artillerie légère Škoda arrive de la Tchécoslovaquie communiste à Puerto Barrios à destination du gouvernement Arbenz, à bord du bateau suédois Alfhem. La CIA estime à 2 000 tonnes la quantité d'armement livré[24] et seulement 2 tonnes par Jon Lee Anderson[25]. Ernesto Guevara se rend brièvement au Salvador pour renouveler son visa, et retourne au Guatemala quelques jours avant la tentative de coup d'État de Carlos Castillo Armas appuyé par la CIA qui accuse Arbenz d'être communiste[26]. Les forces anti-Arbenz qui viennent du Honduras ne réussissent pas à arrêter le transbordement des armes. Après une pause pour se regrouper, la colonne de Castillo Armas reprend l'initiative, avec le soutien aérien américain[27]. Guevara a hâte de combattre pour Arbenz et rejoint dans un premier temps une milice créée par les jeunesses communistes. Frustré par l'inaction de ce groupe, il revient à la médecine. Alors que le coup d'État est en passe de réussir, il redevient volontaire au combat mais en vain : Arbenz trouve refuge dans l'ambassade mexicaine et demande à ses partisans de quitter le pays. Après l'arrestation de Hilda, il se met sous la protection du consulat argentin où il reste jusqu'à la réception d'un sauf-conduit quelques semaines plus tard. Il décline alors le vol gratuit pour l'Argentine proposé par l'ambassade, préférant se diriger vers le Mexique.

Le renversement du régime démocratiquement élu d'Arbenz par un coup d’État appuyé par la CIA (opération PBSUCCESS) renforce la conviction d'Ernesto Guevara que les États-Unis, comme puissance impérialiste, s'opposeraient implacablement à tout gouvernement désireux de corriger les inégalités socioéconomiques endémiques à l'Amérique du Sud et aux autres pays en voie de développement[28]. Il devient définitivement convaincu que le socialisme atteint à travers le combat et défendu par une population armée est le seul moyen de faire évoluer une telle situation.

Mexique[modifier | modifier le code]

Bannière du mouvement du 26 juillet créé en 1953.

Che Guevara arrive à Mexico début septembre 1954. Il retrouve peu après Ñico López et d'autres exilés cubains qu'il a connus quelques années plus tôt au Guatemala. En juin 1955, López le présente à Raúl Castro. Quelques semaines plus tard, Fidel Castro arrive à Mexico après avoir été amnistié d'une peine de prison à Cuba. Le 8 juillet 1955, Raúl présente Guevara à son frère aîné. Après une conversation d'une nuit entière, le Che devient convaincu que Fidel est le dirigeant révolutionnaire inspiré qu'il cherche et il rejoint immédiatement le Mouvement du 26 juillet qui tente de renverser le gouvernement du dictateur Fulgencio Batista. Initialement désigné comme médecin du groupe, le Che participe à l'entraînement militaire avec les autres membres du mouvement, à la fin duquel il est désigné par leur instructeur le colonel Alberto Bayo comme la meilleure recrue[29].

Entre temps, Hilda Gadea est arrivée à Mexico et renoue sa liaison avec Guevara. Durant l'été 1955 elle l'informe qu'elle est enceinte, et il lui propose immédiatement le mariage, ils se marieront le 18 août. Leur fille, Hilda Beatríz, naît le 15 février 1956[30].

Guérilla et révolution cubaine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution cubaine.

Une arrivée désastreuse[modifier | modifier le code]

Carte de Cuba avec lieu de débarquement du Granma et localisation des principaux sites de guérilla du M-26 Sierra.

Ernesto « Che » Guevara fait partie des 82 hommes (un des quatre non-Cubains de l'expédition) partis avec Fidel Castro en novembre 1956 pour Cuba, sur le Granma, un petit yacht en mauvais état qui résiste mal au mauvais temps qui sévit durant le voyage. Les guérilleros sont attaqués juste après leur débarquement par l'armée de Batista qui a eu vent de l'expédition. Seule une vingtaine d'hommes survivent aux combats et une douzaine rejoignent la sierra, les autres étant tués au combat ou exécutés sommairement.

Le Che écrit plus tard que lors de cet affrontement, il choisit d'abandonner son sac d'équipement médical pour ramasser une caisse de munitions abandonnée par un de ses compagnons en fuite, passant ainsi du statut de médecin à la condition de combattant[31].

Sierra Maestra, un début difficile[modifier | modifier le code]

Les rebelles survivants se regroupent et fuient dans les montagnes de la Sierra Maestra pour lancer une guérilla contre le régime de Batista. La Sierra Maestra fut souvent le lieu de guérillas, comme pendant la Guerre d'indépendance cubaine, entre 1895 et 1898. C'est de là que le groupe révolutionnaire put étendre le Mouvement du 26 juillet à travers la région. Là, ils sont soutenus par les paysans locaux (guajiros ou montunos) qui souffrent d'abord de cette dictature, puis, par la suite, de la répression politique lancée contre la guérilla et ses partisans réels ou supposés. Che Guevara agit comme médecin et combattant, en dépit de nombreuses crises d'asthme dues au climat. Le Che souligne l'importance de se faire accepter par la population en fournissant des soins dans les villages isolés ou en alphabétisant les nouvelles recrues au cœur de la jungle.

Leurs forces (en armes et en recrues) augmentent avec le soutien logistique de la partie urbaine du mouvement du 26 juillet (non communiste, le partido socialista popular cubain n'aide Castro qu'à partir du moment où ils sont certains de sa victoire, mi-1958). L'existence de deux factions dans le mouvement sera très importante dans le futur et créera de nombreuses tensions. Les dirigeants urbains les plus importants étaient Frank País, Vilma Espín, Celia Sánchez, Faustino Pérez, Carlos Franqui, Haydee Santa María, Armando Hart, René Ramos Latour (Daniel), majoritairement démocrates et anticommunistes.

Carte détaillée de la Sierra Maestra. Le rectangle indique la zone contrôlée par la guérilla du M26-Sierra au début de la révolution cubaine.

Guevara se montre très strict face aux actes d'indiscipline, de trahison et aux crimes, non seulement pour sa propre troupe mais aussi envers les soldats ennemis et les paysans qui habitent la zone. Cette partie de sa personnalité est mise en évidence le 17 février 1957, quand les guérilleros découvrent que l'un d'entre eux, Eutimio Guerra, est un traître qui avait donné la localisation du groupe, permettant à l'armée régulière de bombarder leur position sur le pic de Caracas et ensuite de les embusquer sur les hauteurs d'Espinosas, mettant les rebelles au bord de la déroute. Lors de son arrestation, il est en possession d'armes et d'un sauf-conduit délivrés par l'ennemi. Eutimio demande la mort. Fidel Castro décide donc qu'il soit fusillé pour trahison, mais sans désigner d'exécuteur. Devant l'indécision générale qui s'ensuit, c'est le Che qui l'exécute, démontrant une froideur et une dureté contre les crimes de guerre qui le rendirent célèbre, ce qui n'empêcha pas Guevara de subir une violente crise d'asthme au lendemain de l'exécution[32],[33]. Une autre version de l'exécution indique que Castro désigne le guérillero Universo pour l'exécuter; Universo et Le Che amènent le traître à l'écart pour ne pas le tuer devant les hommes et Le Che l'exécute en route à un moment qu'il juge opportun[34].

Entre 1957 et 1958, certaines estimations évaluent à 15 le nombre de personnes accusées de trahison ou d'espionnage exécutées sur ordre de Guevara, dont l'une d'entre elles devant sa propre famille uniquement pour avoir exprimé son opposition à la révolution selon un guérillero témoin, exilé depuis à Miami[35]. Au contraire, Guevara paraît tolérant pour les erreurs involontaires de ses propres troupes et envers les prisonniers ennemis. Ceci contribue à la bonne réputation du M26-Sierra et incite par la suite les soldats ennemis à se rendre plutôt qu'à combattre avec acharnement. De nombreuses fois il intervient auprès de Fidel Castro pour éviter des exécutions[36]. Il soigne lui-même des soldats ennemis et interdit formellement la torture ou l'exécution des prisonniers, qu'il protège avec la même vigueur qu'il déploie à châtier les traîtres[37],[38]. Un autre témoignage, contradictoire avec les précédents, affirme qu'il a fait fusiller un des jeunes guérilleros pour avoir volé un peu de nourriture[39].

Durant les premiers mois de 1957 le petit groupe de guérilleros survit dans des conditions précaires, avec un appui rare de la population locale. Il est poursuivi par un réseau de paysans-espions (chivatos), par les troupes du gouvernement et doit lutter contre les infiltrations et améliorer la discipline militaire. De petits combats et escarmouches se succèdent, avec peu de pertes de part et d'autre[40].

Fin février paraît dans le New York Times, le journal le plus lu des États-Unis, une interview de Fidel Castro réalisée par Herbert Matthews dans la Sierra Maestra. L'impact est énorme et commence à faire naître dans l'opinion publique nationale et internationale une certaine sympathie envers les guérilleros. Le 28 avril se tient une conférence de presse au sommet du pico Turquino, la montagne la plus haute de Cuba, pour CBS.

Fin mai, l'effectif de la guérilla atteint 128 combattants bien armés et entraînés. Le 28 mai est déclenchée une première action d'ampleur, l'attaque de la caserne d'El Uvero où meurent 6 guérilleros et 14 soldats avec une grande quantité de blessés des deux côtés. Après le combat, Fidel Castro prend la décision de laisser la charge des blessés à Che Guevara pour ne pas ralentir le groupe principal à la poursuite des troupes gouvernementales. Guevara s'occupe alors des blessés des deux camps et parvient à un accord sur l'honneur avec le médecin de la caserne afin de laisser sur place les blessés les plus graves à la condition qu'ils soient emprisonnés de manière respectable, pacte respecté par l'armée gouvernementale[41].

Le Che et quatre hommes (Joel Iglesias, Alejandro Oñate («Cantinflas»), «Vilo» et un guide) doivent alors cacher, protéger et soigner sept guérilleros blessés pendant cinquante jours. Dans ce laps de temps, Guevara non seulement les a tous soignés et protégés, mais a de plus maintenu la discipline du groupe, recruté neuf autres guérilleros, obtenu le soutien décisif du régisseur d'une grande propriété rurale de la région et établi un système d'approvisionnement et de communication avec Santiago de Cuba. Quand il rejoint le reste des troupes le 17 juillet, le Che est à la tête d'un groupe autonome de 26 hommes. Les rebelles tiennent alors un petit territoire à l'ouest du Pico Turquino avec 200 hommes disciplinés et un bon moral. Fidel Castro décide alors de former une deuxième colonne de 75 hommes, qu'il appellera ensuite quatrième colonne pour tromper l'ennemi sur la quantité de ses troupes. Il promeut Che Guevara au grade de capitaine, puis cinq jours après le désigne commandant de cette colonne. Avant cela seul Fidel Castro avait le grade de commandant. À partir de ce moment, les guérilleros doivent l'appeler « Comandante Che Guevara »[42].

Commandant de la quatrième colonne[modifier | modifier le code]

Raúl Castro et Che Guevara pendant la révolution Cubaine, 1958.

La colonne contient alors quatre pelotons dirigés par Juan Almeida, Ramiro Valdés, Ciro Redondo et Lalo Sardiñas comme commandants en second. Peu après vient Camilo Cienfuegos en remplacement de Sardiñas qui a tué accidentellement un de ses hommes en le menaçant et dont l'exécution a été votée par les guérilléros à une étroite majorité, mais qui a été épargné et dégradé par Guevara. Une étroite amitié naît entre Cienfuegos et le Che.

Guevara se distingue en intégrant dans ses troupes de nombreux guajiros (paysans de l'île) et Afro-cubains, qui constituent alors la catégorie de population la plus marginalisée du pays, à une époque où le racisme et la ségrégation raciale sont encore répandus y compris dans les propres rangs du mouvement du 26 juillet (en 1958, l'accès au parc central de Santa Clara était interdit aux personnes à la peau noire)[43].

Il baptise les nouvelles recrues qui intègrent sa colonne « descamisados » (sans chemises), reprenant l'expression qu'Eva Perón utilisait pour s'adresser aux travailleurs argentins, aussi péjorativement appelés « cabecitas negras » (têtes noires). Une de ces recrues, Enrique Acevedo, un adolescent de quinze ans que Guevara nomme chef de la commission disciplinaire de la colonne, a plus tard écrit ses impressions de l'époque dans un journal :

« Tous le traitent avec grand respect. Il est dur, sec, parfois ironique avec certains. Ses manières sont douces. Quand il donne un ordre on voit qu'il commande vraiment. Il s'accomplit dans l'action[44]. »

La quatrième colonne réussit, grâce à quelques victoires (Bueycito, El Hombrito), à prendre le contrôle de la zone de El Hombrito pour y établir une base permanente. Ses membres y construisent un hôpital de campagne, une boulangerie, une cordonnerie et une armurerie afin d'avoir une infrastructure d'appui. Le Che lance le journal El Cubano Libre.

Une des fonctions de la colonne du Che est de détecter et éliminer les espions et les infiltrés ainsi que maintenir l'ordre dans la région, exécutant les bandits qui profitent de la situation pour assassiner, piller et violer, en se faisant souvent passer pour des guérilléros. La stricte discipline maintenue dans la colonne fait que de nombreux guérilléros demandent leur transfert sur d'autres colonnes[45], bien qu'en même temps le comportement juste et égalitaire de Guevara, la formation qu'il accorde à ses hommes, depuis l'alphabétisation jusqu'à la découverte de la littérature politique, en fait un groupe très soudé[46].

Les troupes du gouvernement dirigées par Ángel Sánchez Mosquera mènent une politique de guerre sale dans la région. Le 29 novembre 1957 ils attaquent les guérilléros causant deux morts, parmi eux Ciro Redondo. Le Che est blessé (au pied) de même que Cantinflas et cinq autres combattants. La base est complètement détruite et la colonne se repositionne dans un lieu appelé la mesa pour en construire une nouvelle. Elle crée la radio clandestine Radio Rebelde en février 1958. Radio Rebelde diffuse des informations pour la population cubaine mais sert aussi de lien entre les différentes colonnes réparties sur l'île[47]. Radio Rebelde existe toujours aujourd'hui à Cuba.

Début 1958, Fidel Castro est devenu l'homme le plus sollicité par la presse internationale et des dizaines de journalistes du monde entier viennent à la Sierra Maestra pour l'interviewer. De son côté Che Guevara est devenu, pour la presse qui défend Batista, le personnage central de la guérilla. Evelio Lafferte, un lieutenant de l'armée cubaine fait prisonnier, et qui ensuite est passé guérilléro dans la colonne du Che, se souvient :

« La propagande contre lui (Guevara) était massive ; on disait que c'était un tueur à gages, un criminel pathologique..., un mercenaire qui prêtait ses services au communisme international... Qu'ils utilisaient des méthodes terroristes, qu'ils socialisaient les femmes qui quittaient alors leurs enfants... Ils disaient que les soldats faits prisonniers par les guérilléros étaient attachés à un arbre et se faisaient ouvrir le ventre à la baïonnette[48]. »

En février, l'armée rafle 23 militants du mouvement du 26 juillet et les fusille sur les premiers contreforts de la Sierra Maestra, pour simuler une victoire contre la guérilla. Cet événement est un scandale pour le gouvernement de Batista. Le 16, la guérilla castriste attaque la caserne de Pino del Agua avec des pertes des deux côtés. Peu après arrive le journaliste argentin Jorge Ricardo Masetti de tendance péroniste, qui est un des fondateurs de l'agence de presse cubaine Prensa Latina et l'organisateur à Salta (Argentine) en 1963 de la première tentative de guérilla de Che Guevara hors de Cuba[49].

Le Che entre en conflit avec les dirigeants de la partie urbaine du mouvement du 26 juillet. Ceux-ci le considèrent comme un marxiste extrémiste avec trop d'influence sur Fidel Castro, et lui les considère de droite, avec une conception timide de la lutte et une disposition trop complaisante envers les États-Unis. Soviétophile convaincu[50], il écrit en 1957 à son ami René Ramos Latour : « J'appartiens, de par ma formation idéologique, à ceux qui croient que la solution des problèmes de ce monde est derrière ce que l'on appelle le rideau de fer »[51]. L'année 1958 est une période de conflit politique au sein du mouvement du 26 juillet entre Che Guevara qui affirme ses convictions communistes, et Armando Hart et René Ramos Latour tous deux du directoire du mouvement, dirigeant sa partie urbaine, et anti-communistes. Ces derniers avancent l'idée d'un rapprochement avec les États-Unis pour lutter contre Batista. La CIA cherche en effet à ce moment une alternative au dictateur et son armée corrompue, inefficace et commettant des exactions, en envisageant de contrôler la partie non-communiste du mouvement du 26 juillet. L'armée américaine soutient elle inconditionnellement Batista, au nom de la lutte contre le communisme, doutant de l'orientation politique réelle de Fidel Castro[52]. Guevara s'affirme également admirateur du défunt Staline : « Celui qui n'a pas lu les quatorze tomes des écrits de Staline ne peut pas se considérer comme tout à fait communiste[53]. »

L'offensive de Batista et la création de la huitième colonne[modifier | modifier le code]

Che Guevara à cheval dans la Sierra Maestra, 1959

Le 27 février 1958, Fidel Castro amplifie les opérations de guérilla en créant trois nouvelles colonnes dirigées par Juan Almeida, son frère Raúl Castro et Camilo Cienfuegos, qui deviennent commandants. Almeida doit agir dans la zone orientale de la Sierra Maestra, Raúl Castro doit ouvrir un deuxième front et s'installer dans la Sierra Cristal, au nord de Santiago de Cuba. En avril Camilo Cienfuegos est désigné chef militaire de la zone entre les villes de Bayamo, Manzanillo et Las Tunas, alors que Castro établit son quartier général à La Plata.

Le 3 mai a lieu une réunion clef du mouvement du 26 juillet où Fidel Castro et la guérilla de la Sierra prennent le commandement sur la partie urbaine plus modérée. Che Guevara, qui eut un rôle important dans cette réorganisation, écrit un article en 1964 sur ces faits :

« Le plus important est que se jugeaient et s'analysaient deux conceptions qui s'affrontaient depuis le début de la guerre. La conception de la guérilla sortie triomphante de l'affrontement, consolidant le prestige et l'autorité de Fidel... Il apparut une seule capacité dirigeante, celle de la Sierra, et concrètement un seul dirigeant, un commandant en chef, Fidel Castro[54]. »

Parallèlement, la bataille médiatique se poursuit. Le journaliste argentin Jorge Ricardo Masetti organise la première intervention radiophonique du Che mais aussi de Fidel qui, fort de son nouveau statut, adresse son premier discours-fleuve aux Cubains[55]. Masetti écrit, à son retour en Argentine, le seul ouvrage actuellement disponible dressant un tableau complet de la Révolution cubaine, aussi bien au sein de la guérilla que dans le réseau urbain[56].

À ce moment, l'armée de Batista, sous les ordres du général Eulogio Cantillo prépare une offensive. Fidel Castro demande alors à Che Guevara de laisser la quatrième colonne et de prendre en charge l'école militaire de Minas del Frío pour l'entraînement des recrues. Le Che reçoit l'ordre et bon gré mal gré organise fébrilement cette arrière-garde, construisant même une piste d'atterrissage près de La Plata. Camilo Cienfuegos lui écrit à cette époque : « Che, mon frère d'âme : J'ai reçu ta note, je vois que Fidel t'a mis à la tête de l'école militaire, j'en suis heureux car de cette manière nous aurons dans le futur des soldats de première qualité, quand ils m'ont dit que tu venais « nous faire cadeau de ta présence », ça ne m'a pas plu beaucoup, tu as joué un rôle principal dans ce domaine ; si nous avons besoin de toi dans cette étape insurrectionnelle, Cuba aura encore davantage besoin de toi quand la guerre se terminera, donc le géant a bien fait de prendre soin de toi. J'aimerais beaucoup être toujours à tes côtés, tu as été mon chef pendant longtemps et tu le seras toujours. Grâce à toi j'ai l'opportunité d'être maintenant plus utile, je ferai l'indicible pour ne pas te déshonorer. Ton éternel pote. Camilo[57]. »

À Minas del Frío il partagea la vie de Zoila Rodríguez García, une guajira qui vivait dans la Sierra Maestra et qui collaborait activement avec la guérilla comme toute sa famille. Dans un témoignage postérieur, Zoila raconte le genre de relation qu'ils eurent : « Il apparut en moi un amour très grand et très beau, je me compromis avec lui, pas seulement comme combattante mais aussi comme femme. Un jour, il me demanda de lui amener un livre de son sac à dos ; il avait des lettres dorées et je lui demandais si elles étaient d'or. La question lui plut, il rit et me répondit : « C'est un livre sur le communisme ». Ça me donna de la peine de lui demander ce que voulait dire « communisme », parce que je n'avais jamais entendu ce mot[58]. »

Le 6 mai commence l'offensive de l'armée qui compte 10 000 hommes, dont deux tiers de conscrits. Le plan était de déloger avec des bombardements massifs au napalm et à l'explosif les guérilléros qui comptaient 280 hommes et quelques femmes, pour ensuite les encercler dans une nasse de plus en plus étroite. Pendant les premières semaines les forces gouvernementales sont presque au point de défaire la guérilla, qui subit de grandes pertes et la désorganisation de ses filières, alors qu'augmentent le sentiment de défaite et les désertions. De son côté, Che Guevara organise une nouvelle colonne (la « huitième » et baptisé Ciro Redondo en hommage à un de ses lieutenants mort au combat l'année précédente) avec les recrues de l'école de Minas del frio. Quand le 26 juin, Raúl Castro séquestre de sa propre initiative 49 américains, le Che critique sa conduite comme « un extrémisme dangereux »[59].

Cependant les troupes gouvernementales sont incapables de capturer les guérilléros qui se cachent en permanence et reprennent l'offensive. Le 20 juillet, ils obtiennent leur première grande victoire à Jigüe et le même jour la majorité des forces de l'opposition reconnaît Fidel Castro comme commandant en chef. Le 28, la colonne du Che assiège les troupes du gouvernement à La Havane qui fuient en abandonnant leur poste. Le 30 meurt au combat René Ramos Latour, principal adversaire du Che au sein du mouvement, ce dernier écrit néanmoins dans son journal : « De profondes divergences idéologiques me séparaient de René Ramos et nous étions ennemis politiques, mais il a su mourir en accomplissant son devoir, en première ligne, et il est mort ainsi parce qu'il a senti une impulsion intérieure que je lui niais, et qu'à cette heure je dois rectifier[60]. »

Le 7 août 1958, l'armée commence son retrait en masse de la Sierra Maestra. La faiblesse de Batista se fait évidente et Fidel Castro décide alors d'étendre la guerre au reste de l'île. Che Guevara et Camilo Cienfuegos doivent marcher vers le nord pour diviser Cuba en deux et attaquer la ville stratégique de Santa Clara, point stratégique sur la route vers La Havane.

Maquis de l'Escambray, bataille de Santa Clara et prise du pouvoir[modifier | modifier le code]

Monument de Che Guevara (avec son bras en écharpe) à Santa Clara, où se trouve sa tombe.

Le 31 août 1958 les colonnes de Che Guevara et Camilo Cienfuegos partent à pied vers l'ouest de Cuba. Ils mettent six semaines à arriver dans la zone de l'Escambray, dans la province de Las Villas, au centre de l'île, traversant 600 km de zone marécageuse, poursuivis par les avions et les patrouilles du gouvernement.

Guevara installe son campement sur un relief inaccessible culminant à 630 m[61]. Il crée une nouvelle école militaire pour accueillir les nouvelles recrues, ainsi qu'une centrale hydro-électrique, un hôpital de campagne, des ateliers et un journal El Miliciano.

Dans la zone agissent d'autres forces de guérilla, comme le « Segundo Frente Nacional del Escambray » dirigé par l'espagnol Eloy Gutiérrez Menoyo, le « Directorio Revolucionario », le « Partido Socialista Popular » (communiste) ainsi que les forces locales du mouvement du 26 juillet dirigées par Enrique Oltuski. En général ces forces se querellent et l'unification est impossible. À ce moment, le Che commence une liaison avec Aleida March, une militante active et anti-communiste du mouvement du 26 juillet. Ils deviennent inséparables tout au long de la guérilla, même au cours des combats[62].

Le 3 novembre Batista réalise des élections afin d'atténuer l'opposition généralisée et construire une sortie électorale qui isolerait la guérilla. Ceux-ci et les groupes de l'opposition demandent le boycott des élections qui n'ont qu'une faible participation, délégitimant le candidat élu, Andrés Rivero Agüero.

À Las Villas Che Guevara parachève la formation de la huitième colonne en plaçant aux postes clefs des hommes de confiance, la plupart originaires de milieux modestes. Il y a les hommes de son escorte, Juan Alberto Castellanos, Hermes Peña, Carlos Coello (« Tuma »), Leonardo Tamayo (« Urbano ») et Harry Villegas (« Pombo »). Il y a aussi des soldats qui font partie de son cercle le plus intime, comme Joel Iglesias, Roberto Rodríguez (« el Vaquerito »), Juan Vitalio Acuna (« Vilo »), Orlando Pantoja (« Olo »), Eliseo Reyes, Manuel Hernández Osorio, Jesús Suárez Gayol (« el Rubio »), Orlando Borrego. Beaucoup de ces hommes composent un « commando suicide » dirigé par « el Vaquerito », comprenant seulement des volontaires et chargé des missions les plus difficiles[63].

Fin novembre, les troupes du gouvernement attaquent la position de Che Guevara et de Camilo Cienfuegos. Les combats durent une semaine, à la fin de laquelle l'armée de Batista se retire en désordre et avec beaucoup de pertes en hommes et en matériel. Les guérilleros contre-attaquent, suivant une stratégie d'isolement des garnisons du gouvernement, dynamitant routes et ponts ferroviaires. Les jours suivants les régiments gouvernementaux capitulent un par un : Fomento, Guayos, Cabaiguán (où le Che se fracture le coude), Placetas, Sancti Spíritus.

Ensuite la colonne de Cienfuegos prend Yaguajay, dans une bataille importante qui dure du 21 au 31 décembre, pendant que Guevara s'empare de Remedios et du port de Caibarién le 26 et la caserne de Camajuaní le jour suivant, où les troupes du gouvernement fuient sans combattre.

Le chemin est alors libre pour attaquer Santa Clara, quatrième ville de Cuba et ultime bastion du gouvernement avant La Havane. Batista fortifie la ville et envoie 2 000 soldats et un train blindé sous les ordres de l'officier le plus compétent à sa disposition, le colonel Joaquín Casillas. Au total, les troupes gouvernementales ont 3 200 soldats pour combattre 364 guérilleros[64]. Le 28 décembre commence une attaque particulièrement sanglante (Santa Clara est bombardé par l'aviation de Batista[65]) qui dure trois jours. Durant les combats meurt un des hommes les plus emblématiques de la huitième colonne Roberto Rodríguez, « el Vaquerito ». Guevara a établi que la cible prioritaire de la bataille est le train blindé, qui est immobilisé et neutralisé le 29 au soir.

Le Che à la bataille de Santa Clara, 1958.

À Santa Clara, sur la stèle commémorative de la prise du train, on peut lire l'inscription suivante :

« Le 29 décembre 1958 un peloton de 18 hommes de la colonne n° 8 « Ciro redondo » commandé par le capitaine Ramon Pardo Guerra Guile sous les ordres du commandant Ernesto Ché Guevara et avec sa participation directe au déraillement, attaque et s’empare d’un train blindé composé de 2 locomotives et de 18 wagons, avec à bord 408 officiers et soldats et un puissant armement comprenant ; des canons, des bazookas, des lance-roquettes, des mitrailleuses de divers calibres, des fusils et d’abondantes munitions.

Après une heure et demie de combat, les soldats de l’armée rebelle armés uniquement de fusils et de bouteilles incendiaires, obtiennent la reddition de l’ennemi et remportent une brillante victoire militaire.

Gloire aux héros. »

Ce fait d'armes est une victoire décisive qui entraîne directement la chute de Batista[66]. Apprenant que ses généraux négocient une paix séparée avec les dirigeants, le dictateur prend la décision de fuir en République dominicaine quelques heures après, accompagné de sa famille, de quelques fonctionnaires, avec parmi eux le président Andrés Rivero Agüero et son frère le maire de La Havane.

Les forces rebelles triomphantes dans toute l'île entreprennent de fusiller les criminels de guerre après des jugements sommaires. À Santa Clara le Che donne l'ordre de fusiller entre autres le chef de la police, Cornelio Rojas. Le colonel Joaquín Casillas, qui avait été condamné en 1948 pour l'assassinat d'un syndicaliste, Jesús Menéndez, et ensuite laissé en liberté, est détenu et meurt dans des circonstances troubles. La version officielle indique que Casillas fut tué alors qu'il essayait de s'échapper, mais il est aussi possible qu'il fut exécuté sur ordre du Che[67].

Le pays est alors entièrement paralysé par une grève générale pendant laquelle les habitants s'arment d'eux-mêmes, dans les villes et les villages, ils prennent le contrôle des garnisons, arrêtent les hommes de Batista avec l'intention de les juger et ils assurent le contrôle des villes et des villages[68]. Cette grève générale insurrectionnelle avait été demandée par Fidel Castro. Suivant ses ordres, les colonnes de Che Guevara et Camilo Cienfuegos à la tête de leurs guérilléros (dits Barbudos) se dirigent vers La Havane pour occuper les casernes de Columbia et la forteresse de la Cabaña les 2 et 3 janvier. La grève se termina le 4 janvier.

Gouvernement révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Che Guevara, le président Manuel Urrutia Lleó et Camilo Cienfuegos, 1959.
Le Che avec sa traditionnelle tenue militaire, le .

Procureur de la Cabaña[modifier | modifier le code]

Le 2 janvier, Che Guevara est nommé par Fidel Castro commandant et « procureur suprême » de la prison de la forteresse de la Cabaña[69]. Pendant les 5 mois à ce poste il décide des arrestations et supervise les jugements qui ne durent souvent qu'une journée et signe les exécutions de 156 à 550 personnes selon les sources[70],[71],[72]. Les accusés sont pour la plupart des officiels du régime de Batista : policiers, hommes politiques ou personnes influentes accusées d'avoir contribué à la répression à laquelle le régime s'était livré notamment en 1958 juste avant sa chute[73], des membres du « bureau de la répression des activités communistes » qui avait recours à l'enlèvement, la torture et l'assassinat[74], ou des militaires accusés de crime de guerre, mais aussi des dissidents politiques. Seuls les militaires et policiers sont condamnés à mort, les civils étant conduits devant un autre tribunal[75].

Selon un procureur qui travaillait avec Guevara pour ces accusations, les procédures étaient illégales car « les faits étaient jugés sans aucune considération pour les principes judiciaires généraux », « les éléments présentés par l'officier investigateur étaient considérés comme des preuves irréfutables », « il y avait des membres de familles de victimes du régime précédent parmi les jurés » et « Che Guevara était aussi président de la cour d'appel »[76]. À l'inverse les médias, mêmes américains, soulignent que chaque accusé a droit à une défense équitable, à un avocat et des témoins, et que les procès sont publics[65],[77]. Malgré tout l'aumônier de la prison affirme que des dizaines d'innocents ont été exécutés[78]. Alors que selon une autre source, au contraire, le père franciscain chargé d'assister les fusillés aurait avoué au Che que ceux-ci confessaient des crimes plus grands encore que ceux pour lesquels ils étaient condamnés[79]. Ces exécutions inquiètent beaucoup les démocrates à Cuba et dans le monde, et entraînent des protestations (surtout aux États-Unis). Cependant Herbert Matthews, du New York Times, rapporte qu'il ne connaît pas d'exemple d'innocent exécuté et fait remarquer que « lorsque les batistains tuaient leurs adversaires - généralement après les avoir torturés - à un rythme effrayant, il n'y avait pas eu de protestations américaines »[80]. Fidel Castro en visite aux États-Unis demande alors une suspension des exécutions. Le Che n'est pas d'accord avec la mesure, prétextant que « le frein des conventions bourgeoises sur les droits de l'homme avait été la raison de la chute du régime d'Arbenz au Guatemala » et que « les condamnations suivaient un jugement qui permettait la défense et portait la signature des responsables, à la différence des assassinats des dictatures latino-américaines qui n'avaient soulevé aucune protestation de la part de la presse ou du gouvernement des États-Unis, alors qu'ils avaient lieu après de terribles tortures, dans l'anonymat, et souvent sans que l'on retrouve les cadavres »[81]. Le degré d'implication de Guevara qui a mis en œuvre le quart de ces exécutions est toujours débattu[82].

Le 7 février 1959 le nouveau gouvernement proclame Che Guevara « citoyen cubain de naissance » en reconnaissance de son rôle dans le triomphe des forces révolutionnaires. Le 22 mai 1959 le divorce avec Hilda Gadea (avec laquelle il s'est séparé avant même son départ pour Cuba) est prononcé, ce qui lui permet de régulariser sa situation avec Aleida March, une cubaine du mouvement du 26 juillet, qu'il a rencontrée dans la province de Las Villas en 1958 et qu'il épouse le 2 juin de la même année. Fidel Castro modifie la constitution du pays pour permettre à un étranger s'étant particulièrement illustré durant la guérilla et ayant reçu le grade de Commandant de pouvoir être membre du gouvernement. Cette modification ne concerne que l'Argentin Guevara.

Réforme agraire et directeur de la banque centrale[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre, Che Guevara assisté de son second Nathanael Bennoit, devient un des dirigeants de l'institut national de la réforme agraire. Il devient également président de la banque nationale de Cuba le 26 novembre. Ce dernier poste était un peu ironique, car le Che condamne l'argent et rêve de son abolition[83]. La signature sur les billets de banque ne portera d’ailleurs que son surnom « Che ». La nomination de Guevara à ce poste par Castro alors qu'il n'a aucune formation économique est politique : le Che sera en position stratégique pour affronter les intérêts nord-américains. Sa nomination est d'ailleurs interprétée comme une provocation par le gouvernement américain qui suspend ses crédits à l'importation[84].

Dès cette année 1959, il aide à organiser des expéditions révolutionnaires à Panama et en République dominicaine, expéditions qui échoueront toutes[85],[86].

Comprenant l'importance de la bataille médiatique aussi bien à Cuba qu'à l'étranger, Ernesto Guevara lance la revue Verde Olivo et soutient surtout la création d'une agence de presse internationale et panaméricaniste : Prensa Latina (avril 1959). C'est le journaliste argentin Jorge Ricardo Masetti, proche ami disposant des compétences nécessaires, qui est choisi pour en devenir le directeur général. Durant son séjour au Mexique, le Che avait travaillé pour Agencia Latina, l'agence de presse argentine de Perón, et cette expérience, jointe à celle de la couverture journalistique de la contre-révolution au Guatemala, lui avait fait prendre conscience de l'enjeu que constituait une telle entreprise médiatique. L'intensité de son investissement - il est souvent présent la nuit dans les locaux de PL - s'explique aussi, selon son biographe mexicain Paco Taibo II, par le fait que le commandant argentin "(...) souhaitait récupérer tout le journalisme qu'il n'avait pas fait mais aurait souhaité faire au cours de sa vie."[87] De fait, Masetti devient l'ambassadeur officieux de la tendance guévariste de la Révolution cubaine en Amérique latine, sous-continent non visité par le Che en 1959-1960[88].

À cette époque renaît également son goût pour les échecs. Il participe à la plupart des tournois ayant lieu à Cuba tout en promouvant ce jeu[89],[90].

Il visite Tokyo en juin 1959 pour évaluer la réforme agraire radicale effectuée par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Il note à cette occasion que la réforme agraire cubaine offre plus de propriétés privées et un meilleur taux de compensation que la réforme ayant eu lieu au Japon[91]. Malgré ces propos, Cuba voit la plupart de ses activités nationalisées, et les libertés individuelles restreintes. De nombreux démocrates et modérés sont emprisonnés, y compris des dirigeants qui avaient brillé lors de la lutte contre Batista[92]. Les départs en exil se multiplient (chiffre qui atteindra 100 000 en 1961[93]) et les journaux et chaînes de télé d'opposition sont censurés où repris en main par des partisans de Castro[94]. Illustration de son idéal communiste, Guevara fait une proposition à Julio Lobo, l'homme le plus riche de Cuba afin de garder ses compétences de dirigeant et d'administrateur de production sucrière alors que son empire va être nationalisé. Il propose un salaire de 2000 dollars mensuel, considéré comme élevé par les révolutionnaires, et un poste d'administrateur de l'industrie cubaine du sucre à un homme qui a une fortune évaluée à des centaines de millions de dollars. Lobo choisit l'exil[95].

Le régime devient de plus en plus autoritaire, en partie pour appliquer ses réformes économiques socialistes de type soviétiques[96], mais aussi en réaction aux pressions américaines et d'une invasion qui semble inévitable au gouvernement cubain. L'alignement économique s'accompagne donc d'un alignement politique, et Che Guevara réclame auprès des soviétiques plus d'aide en précisant « que ce n'était pas un sujet de plaisanterie de réorienter un pays d'un bloc vers l'autre »[97].

Simone de Beauvoir, Jean-Paul Sartre et Che Guevara discutant à Cuba en 1960. Sartre écrira plus tard que le Che était «l'être humain le plus complet de notre époque».

En mars 1960, Guevara fait partie des premiers secours aux victimes de l'explosion de la Coubre, un navire rempli d'armes à destination du gouvernement cubain. Cette opération de secours devient encore plus dangereuse quand une deuxième explosion fait plus d'une centaine de morts[98]. Les causes de la double explosion ne seront jamais clairement établies. Le gouvernement cubain accusera la CIA[99] et William Alexander Morgan, un ancien rival du Che dans la lutte contre Batista et soupçonné d'être un agent américain[100]. Les exilés cubains (anticastristes) avanceront également la théorie que le sabotage a été organisé par des opposants soviétiques à Guevara[101]. C'est au service commémoratif des victimes que la célèbre photo du Che Guerrillero Heroico est prise par Alberto Korda.

En mai 1960, Guevara a un rôle clef en tant que président de la banque centrale dans l'escalade de la tension entre Cuba et les États-Unis. Lorsque le gouvernement américain refuse que ses compagnies nationales raffinent du pétrole soviétique, il les menace de ne pas payer la dette cubaine de pétrole et de nationaliser les raffineries. Lorsque les États-Unis refusent de céder, les menaces sont mises à exécution en juillet 1960. Les nationalisations sont immédiatement suivies d'une annulation des accords commerciaux sur les achats du sucre cubain par les États-Unis[102]. La vision idéaliste du rôle de l'argent dans la société humaine et le rôle de redistribution des richesses qu'il assigne à la banque nationale change complètement les objectifs de celle-ci[102] mais la mènera à la faillite[39].

Après avoir négocié un accord commercial avec l'Union soviétique en 1960, Che Guevara représente Cuba dans de nombreuses délégations auprès de pays du Bloc de l'Est ou du mouvement des non-alignés en Afrique et en Asie à la suite de l'imposition de restrictions commerciales. Ces restrictions aboutissent à un embargo des États-Unis contre Cuba en 1962, embargo toujours en vigueur aujourd'hui.

Guevara est l’instigateur du système cubain de camps de travail forcé (appelés « camps de travail correctif ») en 1960-1961, et créé le premier de ceux-ci à Guanahacabibes afin de « rééduquer » les responsables des entreprises publiques qui étaient coupables de diverses entorses à « l’éthique révolutionnaire »[103].

Ministre de l'Industrie et théoricien[modifier | modifier le code]

Che Guevara et sa femme Aleida, 1961.

Guevara devient le ministre de l'Industrie, et s'attelle à transformer l'économie capitaliste agraire de Cuba en économie socialiste industrielle de type soviétique[96]. Il est l'un des participants actifs aux nombreuses réformes économiques et sociales mises en place par le gouvernement. Le Che devient alors célèbre dans le monde pour ses attaques enflammées contre la politique étrangère des États-Unis en Afrique, en Asie (guerre du Viêt Nam), mais surtout en Amérique latine, tandis qu'il développe avec Régis Debray la théorie du foco, mettant l'accent sur la guérilla rurale.

Pendant cette période, il définit la politique cubaine et sa propre opinion dans de nombreux discours, articles, lettres et essais. Dans La Guerre de guérilla (1961), il promeut la réédition dans d'autres pays de la révolution cubaine, préconisant de commencer la rébellion par de petits groupes (foco) de guérillas rurales, sans avoir besoin de créer auparavant des organisations de masse (conformément, notamment, à la stratégie trotskyste), pour créer les conditions d'une révolution. Il pense en effet qu'un petit groupe d'hommes peut, en entamant la lutte armée contre un gouvernement non élu, générer par lui-même un sentiment révolutionnaire dans la population, permettant ainsi de passer progressivement de la guérilla à la guerre révolutionnaire de masse. Cependant ce modèle de « révolution à la cubaine » en Bolivie, avec l'Armée de libération nationale (ELN) et ailleurs sera un échec à cause, selon certains, de son manque de soutien populaire.

Dès 1964, une guérilla guévariste est initiée à Salta, en Argentine. Son chef est Jorge Ricardo Masetti, un ami très proche du Che et ancien journaliste rencontré à l'époque de la Sierra Maestra. Sous les ordres du Comandante Segundo (Masetti), la guérilla de Salta entre en action en mars 1964 mais dès juillet, le Che est informé du démantèlement de l'Ejército Guerrillero del Pueblo (EGP), tous ses membres, sauf deux ou trois (dont Masetti), ayant été capturés, morts ou vifs. D'aucuns affirment que la stratégie foquiste avait fonctionné à Cuba parce que la population voulait se débarrasser de Batista et parce que les fondations d'une révolution avaient déjà été jetées par d'autres tel que Frank País (assassiné en 1957). Bien des années plus tard, d'ex-guérilleros Tupamaros, tel Jorge Torres[104], attaqueront durement le mythe de la Révolution cubaine transmis par le Che, qui faisait l'impasse sur les opérations réelles de guérilla urbaine qui eurent lieu à Cuba (par exemple autour du leader Frank País), et sans lesquelles la Révolution n'aurait pas été possible[105]. Selon le guérillero argentin des Montoneros, Pablo Giussani, ce mythe aurait ainsi causé des milliers de morts en Amérique latine, poussant de nombreux militants à s'engager dans une guérilla rurale sans s'impliquer davantage dans les villes[104]. Il est vrai que les Montoneros privilégiaient une guérilla urbaine... pas plus efficace. En outre, le guérillero cubain Alberto Castellanos, "garde du corps" et proche du Che intégré dans la guérilla de Salta pour préparer la venue de Guevara, jugea au contraire le réseau urbain "assez bon"[106].

Son essai Le Socialisme et l'homme à Cuba (1965) avance le besoin d'un « homme nouveau » (hombre nuevo) en conjonction avec « l'État socialiste »: la transformation des rapports sociaux de production, ou de l'économie, doit être accompagnée d'une révolution personnelle et éthique. L'apport de l'activité individuelle à la société, en plus de son activité rémunérée, se transforme en une valeur exemplaire, source de solidarité. Pour le Che, la société communiste idéale n'est pas possible sans que le peuple n'évolue en cet « homme nouveau ». L’État socialiste n'est selon lui qu'une première phase nécessaire destinée à être dépassée par une société d'égaux sans gouvernements ni États (ce qui est, sur ce point, tout à fait conforme avec la vision orthodoxe du marxisme sur la fin de l'histoire). Toute société qui fonctionne uniquement sur la récompense matérielle, que ce soit une économie socialiste soviétique ou capitaliste serait ainsi vouée à l'échec[107].

Che Guevara avec sa fille Hilda, 1961.

En tant que ministre, Che Guevara s'emploie à démontrer par ses actes exemplaires ce que doit être cet « homme nouveau ». Il passe régulièrement ses week-ends et soirées au travail volontaire, que ce soit dans les usines de textiles, sur les ports ou à la récolte de la canne à sucre, afin de garder un contact direct entre le peuple et ses dirigeants[108].

Il fut cependant confronté à de nombreuses difficultés dans ses tâches de réforme. L'économie cubaine est souvent archaïque et décousue, peu encline à une rationalisation des moyens de production. Guevara fait de la lutte contre la bureaucratie naissante une de ses priorités. Par ailleurs, le matériel envoyé par le bloc soviétique est souvent de mauvaise qualité ou obsolète. C'est à ce moment que Guevara commence à perdre la foi envers le modèle soviétique et stalinien qui l'animait depuis le Guatemala, pour développer sa propre vision du communisme[109].

Che Guevara fut aussi connu pour son austérité personnelle, ses habitudes simples, bien que vivant dans les quartiers privés de la capitale[39]. Il déteste tout favoritisme lié au rang (comme c'était déjà le cas lors de la guérilla). Il refuse ainsi une augmentation de salaire lorsqu'il est nommé ministre, préférant garder sa paye de « commandante » de l'armée. Cette austérité se manifeste aussi par un mépris des richesses démontré à de nombreuses reprises. Ainsi, lors d'un dîner avec des responsables politiques en URSS, le repas étant servi dans de la porcelaine de valeur, le Che demande sarcastiquement à ses hôtes: « Est-ce de cette façon que vit le prolétariat en Russie ? » Certains le perçoivent ainsi comme le modèle à la fois austère et « glamour » de l'« homme nouveau »[110].

Lors du débarquement de la baie des Cochons en avril 1961, il organise la défense de la province de Pinar del Rio, partie de l'île la plus sensible avec La Havane. Ne participant pas directement aux combats qui ont lieu dans une autre région de l'île, il est tout de même blessé accidentellement par sa propre arme[111]. Il se rend en Uruguay en août 1961. Le professeur Arbelio Ramírez est alors tué, le , par un groupe d'extrême droite lié à la CIA[112], victime d'une balle destinée au Che[113].

À la suite de l'embargo américain, annoncé en février 1962 après la nationalisation des entreprises américaines, et à l'entrée de Cuba dans le COMECON, l'industrialisation massive est abandonnée. L'île reste un fournisseur agricole, mais cette fois-ci pour le bloc de l’Est.

Guevara joue un rôle clef dans la crise des missiles de Cuba (octobre 1962) en négociant à Moscou avec Raúl Castro auprès des Russes l'implantation de missiles balistiques nucléaires sur l'île. Che Guevara pense alors que l'installation de missiles soviétiques peut protéger Cuba de toute attaque militaire américaine. Dans une interview au journal britannique le Daily Worker quelques semaines après la fin de la crise, il déclarera tout en fulminant contre le recul soviétique, à moitié en plaisantant, que si les missiles avaient été sous contrôle cubain, il les aurait utilisés[114].

Disparition de Cuba[modifier | modifier le code]

Che Guevara à Moscou, 1965.

En décembre 1964 Che Guevara voyage à New York comme chef de la délégation cubaine à l'ONU où il prononce le 11 décembre un discours à l'assemblée générale contre la politique étrangère américaine[115], participe à une émission télé et rencontre des personnalités aussi différentes que le sénateur Eugene McCarthy, des compagnons de Malcolm X ou les Rockefeller[116]. Le 17 décembre, il commence une tournée internationale de 3 mois au cours de laquelle il visite la Chine, l'Égypte, l'Algérie, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Bénin, la République du Congo et la Tanzanie, avec des étapes en Irlande, Paris et Prague. À Pyongyang, il déclare que la Corée du Nord est un « modèle dont Cuba devrait s'inspirer »[117]. À Alger, le 24 février, il fait son dernier discours sur le devant de la scène internationale où il déclare : « Il n'y a pas de frontières dans cette lutte à mort. Nous ne pouvons pas rester indifférents face à ce qui se passe dans n'importe quelle partie du monde. La victoire de n'importe quel pays contre l'impérialisme est notre victoire, tout comme la défaite de quelque pays que ce soit est notre défaite[118]. »

Il étonne alors son audience en proclamant « Les pays socialistes ont le devoir moral d'arrêter leur complicité tacite avec les pays de l'ouest exploiteurs[118]. »

Deux semaines après son retour à Cuba où il est accueilli par Fidel et Raul Castro, il disparaît littéralement de la vie publique. Son activité en 1965 est un grand mystère étant donné qu'il est à l'époque considéré comme le numéro deux du gouvernement.

Les causes de sa disparition sont toujours controversées et peuvent être attribuées à diverses raisons :

  • échec de l'industrialisation ;
  • la pression des Soviétiques et d'une partie des responsables cubains sur Castro. En effet, ceux-ci désapprouvaient l'alignement économique et idéologique pro-chinois du Che, surtout à une époque où se creusait le conflit sino-soviétique et où l'économie cubaine dépendait de plus en plus de l'Union soviétique. Guevara était considéré par beaucoup comme un avocat de la stratégie maoïste en Amérique du Sud. Ses détracteurs comparaient son plan d'industrialisation au Grand Bond en avant chinois ;
  • d'autres suggèrent que Castro avait pris ombrage de la popularité de Guevara et commençait à le considérer comme une menace, bien qu'il l'ait utilisé au service de sa politique extérieure[119]. Ils trouvent suspectes ses explications sur sa disparition et sont surpris que le Che n'ait jamais fait une annonce publique de ses intentions.

Après la crise des missiles cubains et ce qu'il a pris comme une trahison de Khrouchtchev qui a donné son accord au retrait des missiles sans consulter Castro, Che Guevara est devenu sceptique quant au rôle de l'URSS. Comme révélé dans son dernier discours à Alger, il en est venu à la conclusion que l'hémisphère nord, mené par les États-Unis dans l'ouest et l'URSS dans l'est, exploite l'hémisphère Sud. Il soutient le Viêt Nam du Nord dans la guerre du Viêt Nam et encourage les peuples des autres pays en voie de développement à prendre les armes et à créer « de nombreux Viêt Nam »[120] Cependant, aussi bien Guevara que Castro sont partisans d'un « front anti-impérialiste uni » et tentent à plusieurs reprises de réconcilier l'Union soviétique et la Chine. Finalement, c'est surtout les leçons de l'échec de la guérilla de Salta rendant la perspective d'une révolution dans le Cône Sud-Américain improbable qui entraîne à nouveau Guevara sur le champ de bataille. Comme le dit Manuel Piñeiro, no 2 des services secrets cubains, à propos de la mort au combat de ses proches amis Masetti et Peña, "l'idée que pendant que cela s'était passé, lui se trouvait ici dans un bureau le perturbait."[121]

Pressé par la spéculation internationale et les rumeurs quant au destin du Che, Fidel Castro déclare le 16 juin 1965 que le peuple sera informé à propos du Che quand lui-même l'aura décidé. Le 3 octobre, Castro dévoile une lettre non datée, écrite par Guevara à son attention, dans laquelle il réaffirme sa solidarité avec la révolution cubaine mais déclare son intention de partir combattre à l'étranger pour la révolution[122]. Il annonce également sa démission de tous ses postes au gouvernement, au parti et dans l'armée. Il renonce aussi à la citoyenneté cubaine qui lui a été donnée. Castro révèlera peu après qu'il savait où Guevara était mais qu'il ne le dirait pas, ajoutant que son ancien compagnon d'armes était en bonne santé.

Malgré les assurances de Castro, la destinée de Che Guevara reste un mystère et un secret bien gardé pour les deux années à venir.

Congo[modifier | modifier le code]

Carte de la République démocratique du Congo et zone de guérilla.
Le Che au Congo, 1965.

Pendant leur réunion durant la nuit du 14 au 15 mars 1965, Guevara et Castro se sont mis d'accord pour que le Che mène personnellement la première action militaire cubaine en Afrique subsaharienne. Des sources mentionnent que Guevara aurait convaincu Castro à le soutenir dans son effort tandis que d'autres sources maintiennent que c'est Castro qui aurait convaincu Guevara d'entreprendre cette mission, argumentant que les pays d'Amérique latine visés n'étaient pas encore dans les conditions voulues pour y établir des focos (« foyers ») de guérilla[123]. Castro lui-même affirmera que la dernière version était la bonne[124].

D'après Ahmed Ben Bella, qui était président d'Algérie à l'époque et avait beaucoup discuté avec Guevara, « La situation en Afrique semblait avoir un énorme potentiel révolutionnaire, ce qui amena le Che à la conclusion que l'Afrique était le maillon faible de l'impérialisme. C'est à l'Afrique qu'il décida de dédier ses efforts[125]. »

L'opération cubaine est planifiée pour aider le mouvement marxiste Simba pro-Patrice Lumumba (dont l'assassinat en 1961 avait indigné Guevara) au Congo-Kinshasa (ancien Congo belge, futur Zaïre et actuelle République démocratique du Congo). Guevara, son second Victor Dreke et 12 Cubains arrivent à Baraka-Fizi au Congo le 24 avril 1965. Un contingent d'environ 100 Afro-Cubains les rejoint peu après. L'arrivée du Che est tenue secrète même pour les membres de la guérilla congolaise[126],[127].

Ils collaborent un moment avec le dirigeant Laurent-Désiré Kabila, avec qui ils organisent le maquis d'Hewa Bora, d'Ébamba et de Wimbi. Kabila aide alors les partisans de Lumumba à mener une révolte qui est éliminée en novembre de la même année par l'armée congolaise. Guevara considère bientôt Kabila comme insignifiant et écrit : « Rien ne m'amène à penser qu'il soit l'homme providentiel »[128].

Bien que le Che ait 37 ans et aucune formation militaire classique (il avait été réformé du service militaire argentin à cause de son asthme, chose dont il était fier à cause de son opposition au gouvernement Perón), il a déjà fait l'expérience de la guérilla cubaine et de sa marche décisive sur Santa Clara. Des mercenaires sud-africains (sous la conduite de Mike Hoare) et des exilés cubains opposés au régime castriste travaillent avec l'armée régulière congolaise pour lutter contre Guevara. Ils réussissent à intercepter ses communications, tendent des embuscades contre les rebelles à chaque fois qu'ils tentent une attaque et coupent ses lignes d'approvisionnement[129],[130]. Bien que Guevara tente de dissimuler sa présence au Congo, le gouvernement US est informé de sa localisation et de ses activités. En effet, le National Security Agency (NSA) intercepte toutes ses transmissions grâce à l'équipement de l'USNS Valdez, un navire d'écoute de l'océan Indien.

Le but du Che est d'exporter la révolution cubaine en formant les combattants Simba à l'idéologie communiste et aux stratégies du combat de guérilla. Mais l'incompétence, l'intransigeance, les rivalités internes des rebelles congolais sont citées dans son journal du Congo comme les raisons principales de l'échec de la révolte[131]. Au lieu de s'assurer le soutien des populations locales, les combattants congolais pillent parfois des villages et tuent des civils. Le commandement unique n'existe pas et les chefs locaux rivalisent entre eux pour obtenir argent et matériel qu'ils emploient pour leur profit personnel. Certains responsables de la guérilla sont même assassinés par des rivaux. Enfin, les troupes inexpérimentées croient plus en la sorcellerie qu'à l'instruction militaire des Cubains, ce qui entraînera défaite sur défaite[132].

Après sept mois de frustration, malade de la dysenterie et souffrant de l'asthme, débordé par les troupes de Mobutu, Guevara quitte le Congo avec les survivants cubains (six membres de sa colonne sont morts sur les 12 qui l'avaient accompagné). Ils doivent abandonner une bonne partie des combattants congolais faute de place dans les embarcations qui retraversent le lac Tanganyika[133]. À un moment, le Che estime devoir rester seul pour combattre jusqu'au bout comme exemple pour la révolution. Il en est dissuadé par ses compagnons et deux émissaires spéciaux envoyés par Castro. Quelques semaines plus tard, quand il écrit la préface de son journal du Congo, il la commence avec les mots: « Ceci est l'histoire d'un échec »[134].

Clandestinité[modifier | modifier le code]

Faux passeport du Che (déguisé), au nom de Ramón Benítez Fernández créé par les services secrets cubains en 1964 pour ses voyages clandestins.

Parce que Castro a rendu publique la « lettre d'adieu » du Che dans laquelle il coupait tout lien avec Cuba pour se dédier à ses activités révolutionnaires ailleurs dans le monde (alors qu'elle n'aurait dû être dévoilée que dans le cas de sa mort), celui-ci sent qu'il ne pourra pas revenir à Cuba pour des raisons morales. Il passe les six mois suivants dans la clandestinité à Dar es Salam et Prague où il écrit ses mémoires sur le Congo et deux livres, un de philosophie[135] et un d'économie[136]. Il visite aussi plusieurs pays d'Europe de l’Ouest dans le but de tester une nouvelle fausse identité et les documents (passeport, etc.) créés pour lui à cet effet par le DGI, les services spéciaux cubains, en vue de son futur voyage en Amérique du Sud.

En 1966 et 1967 la localisation du Che est toujours tenue secrète. Des représentants du mouvement d'indépendance du Mozambique disent l'avoir rencontré fin 1966 ou début 1967 à Dar es Salam, où ils auraient rejeté son offre d'assistance à leur révolution[137]. Entre mars et juillet 1966, il aurait en fait été en Tchécoslovaquie, avec Haydee Tamara Bunke Bider (alias Tania), à Ladvi, 25 km au sud de Prague[138]. Il y récupère, après le Congo, de son asthme, et aurait alors déclaré: « Tout ici est ennuyeux, gris et sans vie. Ce n'est pas le socialisme, mais l'échec du socialisme[138]. »

Pendant cette période, Castro continue à demander son retour à Cuba. Guevara y consent, quittant la Tchécoslovaquie pour Cuba le [138], mais à condition que sa présence y reste secrète et que son séjour serve à organiser une nouvelle révolution en Amérique latine. Afin d'éviter tout risque de fuite, il visite ses enfants déguisé, sans leur dévoiler son identité[139].

Le Che hésite beaucoup à entamer une guérilla en Argentine, où un coup d'État militaire mené par le général Onganía vient d'avoir lieu (juin 1966), mais en est dissuadé par Castro qui pense l'armée argentine beaucoup plus efficace que la bolivienne[140].

Dans un discours en mai 1967, le ministre de la Défense cubain annonce que Guevara « sert la révolution quelque part en Amérique du Sud ».

Bolivie[modifier | modifier le code]

Guérilla[modifier | modifier le code]

Carte de Bolivie avec zone d'activité de la guérilla dirigée par Che Guevara en 1966-1967.

En 1966 la Bolivie est gouvernée par une dictature militaire dirigée par le général René Barrientos, qui avait renversé dans un coup d'État le président élu Víctor Paz Estenssoro et mis fin à la révolution de 1952.

À la demande de Castro, un terrain est acheté dans la jungle de la région isolée et montagneuse de Ñancahuazú par le Parti communiste bolivien pour servir de camp d'entraînement. Celui-ci est situé dans une zone géographique très éloignée des demandes de Guevara qui s'incline néanmoins afin de ne pas perdre de temps.

Il quitte Cuba avec un passeport diplomatique accordé par le ministre des relations extérieures de Cuba, Raúl Roa García au nom de Luis Hernández Gálvez, fonctionnaire de l'Institut National de la Réforme Agraire. Il fait sa première escale à Moscou le 23 octobre 1966, puis prend la direction de Prague le 24 octobre avant de rejoindre Vienne en train sous le nom de Ramón Benítez Fernández, citoyen et commerçant uruguayen. Il change de nouveau d'identité à Vienne pour prendre le nom Adolfo Mena González, citoyen uruguayen également, chargé par l'Organisation des États américains(O.E.A) d'étudier les relations économiques et sociales en Bolivie. Il arrive à La Paz le 3 novembre 1966 en Bolivie via le Brésil avec ce passeport N° 130748 et passe déguisé les différents contrôles sans encombre[141]. Il commence son Journal de Bolivie le 7 novembre 1966. Auparavant, c'est déguisé en prêtre qu'il est allé rencontrer Juan Perón exilé à Madrid afin d'essayer d'obtenir sans succès l'assistance des péronistes argentins dans la guérilla bolivienne[142].

Le groupe de 47 guérilleros, qui prennent le nom d'Ejército de Liberación Nacional (ELN, « Armée de libération nationale ») est composé en majorité de Boliviens mais aussi de seize Cubains de l'entourage très proche de Guevara et de quelques Péruviens et Argentins. Il a quelques groupes d'appui en milieu urbain.

Peu fut accompli pour créer une véritable armée de guérilla, qui ne recueillit jamais l'adhésion de la paysannerie[143]. Guevara pensait avoir l'assistance des dissidents locaux. Or, le PC local est plus tourné vers Moscou que La Havane et ne l'aide pas malgré ses promesses[144]. De plus, l'inflexibilité du Che, qui refuse de laisser le contrôle de la guérilla au PC bolivien, n'aide pas à conclure un accord avec le secrétaire général Mario Monje qui vient les rencontrer clandestinement[145]. Cette tendance existait déjà lors de la campagne cubaine mais avait été limitée par la diplomatie de Castro[146]. L'agent de liaison principal à La Paz, Haydee Tamara Bunke Bider dite « Tania », l'unique femme du groupe, est une ancienne membre de la Stasi, aussi considérée comme un agent du KGB. Cette dernière aurait inconsciemment ou non aidé les intérêts soviétiques en mettant les autorités boliviennes sur la piste de Guevara[147].

Le 9 mars 1967, des militaires en congé et en civil allant pêcher rencontrent, sans heurts, des guérilleros, et le 11, deux déserteurs de l'ELN sont capturés, ce qui alerte le gouvernement bolivien qui demande alors l'aide des États-Unis et des pays voisins. Sur indications des déserteurs, le campement est découvert, ainsi que peu après de nombreuses caches qui contiennent documents, vivres et photos qui servent à l'identification du Che par la CIA. Les guérilleros doivent abandonner leur campement pour échapper à un encerclement de l'armée bolivienne et prendre dans leurs rangs des membres de la section de soutien urbain comprenant Tania, le Français Régis Debray et l'Argentin Ciro Bustos (es)[148].

Che Guevara en Bolivie peu avant sa mort, 1967.

Le 23 mars, les forces de l'ELN sortent victorieuses de premières escarmouches contre l'armée régulière beaucoup moins expérimentée dans un terrain difficile et montagneux. Mais, les guérilleros ne disposent plus de contact radio constant avec La Havane: les deux transmetteurs fournis sont défectueux; l'inorganisation et le manque de préparation ont amené certains historiens à soupçonner un sabotage[149]. L'unique lien des guérilleros avec le monde n'est plus qu'un vulgaire récepteur radio. Malgré la nature violente du conflit, Guevara donne des soins médicaux à tous les soldats boliviens blessés et relâche tous les prisonniers[149].

Le Che divise ses forces le 17 avril, afin d'extraire de la zone Régis Debray et Ciro Bustos, qui ne supportent plus les conditions de vie de la guérilla, et pour qu'ils puissent transmettre des messages à Cuba et aux communistes argentins[148]. Guevara met Juan Vitalio Acuña Núñez («Vilo») au commandement de la deuxième colonne. Les deux groupes ne peuvent se retrouver au point de rencontre prévu trois jours après, car Vilo a été obligé de se déplacer en raison de la proximité de l'armée bolivienne. En l'absence d'un lieu de rendez-vous alternatif et n'ayant aucun moyen de communications entre eux, ils ne pourront jamais se réunir à nouveau.

C'est à cette période que Guevara écrit le Message aux peuples du monde qui est lu à la réunion tricontinentale (Asie, Afrique et Amérique Latine) à Cuba, et qui contient ses affirmations les plus radicales : il y propose une guerre mondiale ouverte contre les États-Unis, contredisant ouvertement la coexistence pacifique prônée par l'Union soviétique et les partis communistes qui suivent Moscou. Le Che commence le document avec une de ses phrases les plus célèbres:

« Créer deux, trois... de nombreux Vietnam, telle est la consigne[150],[39]. »

L'ELN est durement frappé le 20 avril lorsque Régis Debray et Ciro Bustos sont capturés. Debray est passé à tabac les premiers jours de sa détention, mais jamais torturé au sens propre. Personne à aucun moment n’a touché un cheveu de Bustos[151],[152],[153]. C’est au bout de trois semaines, après avoir sciemment parlé dans le vide de façon à ne livrer aucune information concrète[154], que Debray admet les évidences, à savoir la présence du Che, déjà reconnue par Bustos, les déserteurs et le guérillero Vasquez Viana, arrêté le 28 avril et victime d’un subterfuge. Même après la rupture politique de Debray avec le régime cubain, Manuel Piñeiro, le chef des Services secrets cubains, reconnaît que ce dernier n’a fait que « confirmer la présence du Che en Bolivie », et qu’« il ne serait pas correct de ma part de rendre Debray responsable de la localisation de la guérilla, et encore moins de la mort du Che. »[155] Quant à Fidel Castro, qui avait déjà évoqué « l’attitude ferme et courageuse » de Debray dans sa préface au Journal du Che (1968), répète dans sa Biographie à deux voix[156] l’avoir envoyé lui-même en mission en Bolivie, et ne lui fait reproche de rien. Debray a lui-même, dans sa Déclaration devant le Conseil de Guerre[157], révélé et stigmatisé la présence de la CIA dans ses interrogatoires et les honteuses propositions qui lui furent faites de se renier en échange d’une libération « rapide et discrète »[158] Ciro Bustos vit quant à lui en exil en Suède[159].

La route du Che. La ligne pointillée indique le chemin du groupe de guérilleros dirigés par Guevara jusqu'à son exécution. C'est aujourd'hui un circuit touristique et de commémoration.

Guevara pense avoir uniquement affaire à l'armée bolivienne, mal entraînée et mal équipée. Cependant, quand le gouvernement américain apprend sa localisation, la CIA et les Special Forces (incluant un bataillon de United States Army Rangers basé non loin de la zone de guérilla), sont envoyés pour entraîner et soutenir les militaires boliviens[160],[161]. En mai, l'armée arrête les paysans soupçonnés d'aider les guérilleros, après avoir retiré des hôpitaux environnants tous les médicaments contre l'asthme[148].

De nombreux combats ont lieu durant l'été. Le 1er août la CIA envoie deux agents cubano-américains pour renforcer la recherche de Guevara, Gustavo Villoldo et Félix Rodríguez, qui avait déjà participé à l'invasion de la Baie des Cochons[162],[163]. Le 31, la colonne de Vilo Acuña qui inclut Tania est prise dans une embuscade alors qu'elle traverse une rivière: Restituto Cabrera est le seul survivant[164], mais il est capturé et exécuté sommairement le 4 septembre[164]. Leurs corps sont d'abord exposés comme trophées puis enterrés clandestinement.

Le dernier contact de la partie urbaine de l'ELN est arrêté le 15 septembre, alors que le dernier membre des services secrets cubains a été inexplicablement rappelé au pays par son chef, Manuel Pineiro, pro-soviétique et opposant à Che Guevara. Contrairement à ce qui s'était passé au Congo, aucune tentative n'est faite par Cuba pour aller secourir ou aider Guevara et ses hommes[165]. Isolée, la colonne du Che est physiquement à bout, n'a plus d'eau potable et doit parfois porter son chef qui souffre de terribles crises d'asthme. Malgré tout, Guevara a toujours la même volonté et pousse toujours ses hommes en avant, comme lors du passage d'un précipice que les autres jugent impossible, mais qu'il franchit malgré son état :

« Imbécile, il n'y a rien d'impossible dans cette vie, tout est possible, les impossibilités c'est l'homme qui les fait et c'est l'homme qui doit les dépasser ! »[166]

Le groupe voit sa retraite coupée vers le Río Grande, ce qui l'oblige à remonter dans les montagnes vers le petit village de La Higuera où l'avant-garde est prise en embuscade et perd trois hommes le 26 septembre. Les 17 survivants s'échappent une fois de plus et le 7 octobre commencent à redescendre vers le Río Grande.

Capture et exécution[modifier | modifier le code]

École de La Higuera où Guevara fut exécuté à 13 h 10 le 9 octobre 1967, maintenant un musée.

Les forces spéciales boliviennes apprennent par un informateur le lieu du campement de la guérilla. Plus de 1 800 soldats sont arrivés au village de La Higuera. Le 8 octobre 1967, le campement est encerclé dans le ravin de Quebrada del Yuro et Guevara ordonne de diviser le groupe en deux, envoyant les malades en arrière et restant avec le reste des guérilleros pour retenir les troupes boliviennes[167].

Après trois heures de combat, le Che est capturé avec Simón Cuba Sarabia. Il se rend après avoir été blessé aux jambes et que la culasse de son fusil a été détruite par une balle. Selon les soldats boliviens présents, il aurait crié : « Ne tirez pas, je suis Che Guevara et j'ai plus de valeur pour vous vivant que mort »[168] ou « Il vaut mieux que vous ne me tuiez pas, je suis le Che »[148]. Cette déclaration est en totale contradiction avec le comportement du Che lors de la guérilla cubaine qu'il voulait toujours exemplaire, mais pourrait être expliquée par le fait qu'il pensait que la situation était sans issue[169]. Une autre version de sa capture indique que ce n'est qu'une fois arrêté qu'il aurait simplement murmuré « Je suis Che Guevara » pendant que les soldats cherchaient la confirmation de leurs identités dans la documentation fournie par la C.I.A. et les services secrets boliviens[170]. Le groupe de guérilleros est dispersé. Trois hommes sont morts et un autre gravement blessé, les autres sont capturés ou tués par l'armée les jours suivants. Cinq parviennent finalement à atteindre la frontière chilienne et sont alors protégés et évacués par le sénateur socialiste Salvador Allende[171] après avoir perdu un de leurs compagnons grièvement blessé par l'armée bolivienne qu'ils avaient alors dû achever. Selon Harry Villegas («Pombo»), un des survivants, si Guevara avait choisi de fuir avec eux, il aurait survécu[167].

Quand il est emmené et qu'il voit des soldats boliviens qui ont été aussi blessés dans l'affrontement, Guevara propose de les soigner, mais son offre est refusée par l'officier responsable[172]. Les deux prisonniers sont emmenés dans une école abandonnée dans le village voisin de La Higuera. Les corps des autres guérilleros y sont entreposés et Juan Pablo Chang Navarro capturé le lendemain, y est détenu au milieu des cadavres. Le 9 octobre au matin, le gouvernement de Bolivie annonce la mort de Che Guevara la veille dans des combats. Au même moment arrive à La Higuera le colonel Joaquín Zenteno Anaya et l'agent de la CIA Félix Rodríguez. À 13h00, le président Barrientos donne l'ordre d'exécuter les guérilléros. Même s'il n'a jamais justifié sa décision, des collaborateurs pensent qu'il ne voulait pas d'un procès public qui aurait attiré l'attention internationale non désirée sur la Bolivie comme cela fut le cas lors du procès Debray. Il ne voulait pas non plus que le Che soit condamné à une peine de prison et qu'il puisse être relâché, comme Castro en son temps.

Il existe des doutes et de nombreuses versions sur le degré d'influence de la CIA et des États-Unis dans cette décision. Le président Barrientos voit l'ambassadeur des États-Unis la veille de l'exécution du Che[148]. Des documents de l'agence déclassifiés sous la présidence de Bill Clinton montrent que la CIA voulait éviter que l'aventure de Guevara en Bolivie se termine par sa mort[173] mais d'autres sources montrent qu'au contraire la CIA aurait fait pression pour que Guevara soit fusillé[174].

De même plusieurs versions existent sur qui a donné l'ordre d'exécuter Guevara. Selon certaines sources, c'est l'agent Rodríguez qui reçoit l'ordre d'exécuter Guevara par radio de Zenteno et les transmet aux officiels cubains présents sur place[175]. Selon d'autres témoignages dont celui du pentagone, c'est le capitaine Gary Prado Salmon, chef des rangers boliviens qui a décidé d'exécuter le Che, ou selon d'autres biographes, son supérieur, le colonel Zenteno qui lui en a donné l'ordre, sur instruction de Barrientos[176]. Rodriguez raconte qu'il a reçu l'ordre de maintenir Guevara vivant pour l'interroger lorsque la CIA apprend la capture. Un hélicoptère et un avion étaient affrétés pour pouvoir l'amener au Panama mais le colonel Joaquin Zentena, commandant les forces boliviennes dit qu'il n'avait d'autre choix que d'obéir à ses supérieurs.

Rodríguez donne des instructions pour l'exécution à Mario Terán, un sergent de l'armée bolivienne, afin que les blessures infligées à Guevara aient l'air d'avoir été reçues au cours du combat et qu'elles ne le défigurent pas[177]. Selon les versions, Teràn avait été désigné pour tuer Guevara par le hasard d'un tirage à la courte paille parce qu'une querelle sur qui aurait ce « privilège » avait eu lieu dans la troupe, ou sur ordre direct du colonel Zenteno. Dans le récit de Rodriguez, c'est lui qui annonce son exécution à Che Guevara. Ce dernier lui confie un message pour sa femme, les deux hommes s'embrassent puis Rodriguez quitte l'école[178]. Cette version est contestée par le chef des forces spéciales boliviennes, le capitaine Gary Prado, qui souligne au contraire que Rodriguez n'avait eu qu'un seul échange avec Guevara : Rodriguez avait menacé le Che qui lui avait en réponse craché au visage en l'accusant d'être un traître[179].

Entre temps de nombreuses personnes ont pu venir rendre visite à Guevara, dont l'institutrice du village qui lui apporte à manger et rapporte une réponse du Che lors de sa dernière discussion avec lui : « Pourquoi avec votre physique, votre intelligence, votre famille et vos responsabilités vous êtes vous mis dans une situation pareille ? » « Pour mes idéaux. »[148]

Peu avant le Che, Simeón Cuba et Juan Pablo Chang sont exécutés sommairement.

En 1977, la revue Paris Match publie un entretien avec Mario Terán qui relate les derniers instants de Che Guevara :

« Je suis resté 40 minutes avant d'exécuter l'ordre. J'ai été voir le colonel Pérez en espérant que l'ordre avait été annulé. Mais le colonel est devenu furieux. C'est ainsi que ça s'est passé. Ça a été le pire moment de ma vie. Quand je suis arrivé, le Che était assis sur un banc. Quand il m'a vu il a dit : « Vous êtes venu pour me tuer. » Je me suis senti intimidé et j'ai baissé la tête sans répondre. Alors il m'a demandé : « Qu'est ce qu'ont dit les autres ? » Je lui ai répondu qu'ils n'avaient rien dit et il m'a rétorqué : « Ils étaient vaillants ! ». Je n'osais pas tirer. À ce moment je voyais un Che, grand, très grand, énorme. Ses yeux brillaient intensément. Je sentais qu'il se levait et quand il m'a regardé fixement, j'ai eu la nausée. J'ai pensé qu'avec un mouvement rapide le Che pourrait m'enlever mon arme. « Soyez serein – me dit-il – et visez bien ! Vous n’allez tuer qu’un homme ! »[180]. Alors j'ai reculé d'un pas vers la porte, j'ai fermé les yeux et j'ai tiré une première rafale. Le Che, avec les jambes mutilées, est tombé sur le sol, il se contorsionnait et perdait beaucoup de sang. J'ai retrouvé mes sens et j'ai tiré une deuxième rafale, qui l'a atteint à un bras, à l'épaule et dans le cœur. Il était enfin mort. »[181]
Exposition du corps de Che Guevara à Vallegrande. Photo prise par un agent de la CIA, 10 octobre 1967.

Son corps et ceux des autres guérilleros morts sont emmenés par l'armée bolivienne avec l'aide d'officiers américains et d'agents de la CIA en hélicoptère à Vallegrande, où ils sont exposés pour les medias du monde entier dans l'hôpital local[182],[183]. Des centaines de personnes, soldats, civils et curieux viennent voir le corps. Les nonnes de l'hôpital et les femmes de la ville notent sa ressemblance avec les représentations de Jésus et coupent de mèches de ses cheveux pour les garder en talisman[184]. Les photographies qui sont prises du Che aux yeux ouverts donnent naissance à des légendes telles que San Ernesto de La Higuera et El Cristo de Vallegrande[185]. Un culte religieux du Che lié au catholicisme est apparu au début des années 1990 dans les régions de Vallegrande et de La Higuera, avec des messes dites en son nom[148].

Après son amputation des mains par un médecin militaire afin d'authentifier le corps et de garder une preuve de sa mort, des officiers boliviens transfèrent les dépouilles dans un endroit tenu secret. Après son exécution, les militaires boliviens et Félix Rodríguez se partagent les possessions du Che, y compris deux montres (dont une Rolex qui avait été remise au Che par un de ses compagnons mourant) et le journal de Guevara en Bolivie qui disparaît pendant des années. Aujourd'hui certaines de ses affaires, y compris sa lampe torche, sont exposées au siège de la CIA.

Le 15 octobre, Castro reconnaît la mort de Guevara et proclame trois jours de deuil national. Sa mort est perçue sur le moment comme un coup sévère porté à la révolution sud-américaine et au Tiers monde.

En 1997, les restes de Guevara et de plusieurs guérilleros sont exhumés et identifiés par analyse de l'ADN, puis renvoyés à Cuba. Il est enterré avec six de ses compagnons d'armes de Bolivie dans un mausolée situé dans la ville de Santa Clara après des funérailles de héros national.

Personnalité[modifier | modifier le code]

La plupart des biographies montrent que la personnalité de Che Guevara est bien plus complexe et contrastée que le portrait de révolutionnaire romantique qu'en font certains de ses partisans ou que l'image de monstre sanguinaire qu'en donnent ses détracteurs.

Exemplaire et arrogant[modifier | modifier le code]

Che Guevara et Gamal Abdel Nasser, 1965.

Le Che était obsédé par le fait de montrer l'exemple en tout point pour lui-même et pour ses hommes. Non seulement en se surpassant physiquement comme il le faisait en luttant constamment contre son asthme dans les jungles des différentes guérillas (et en fumant le fameux havane), mais aussi en s'assignant lui-même les missions les plus dangereuses - son groupe de guérilla à Cuba était baptisé peloton suicida (commando suicide) -, les travaux les plus durs et la discipline la plus sévère. Il commente au président Nasser lors d'un voyage officiel en Égypte :

« Le moment décisif dans la vie de chaque homme est quand il doit décider d'affronter la mort. S'il la confronte, il sera un héros, qu'il réussisse ou non. Cela peut être un bien ou un mal politique, mais s'il ne se décide pas à l'affronter, jamais il ne cessera d'être seulement un politicien[186]. »

Il rejetait les privilèges, même les plus anodins, qui auraient pu le favoriser vis-à-vis de ses hommes et continua de même lorsqu'il devint ministre : « On commence comme cela, avec des petits privilèges, et ensuite on s'habitue et on justifie des privilèges de plus en plus grands, jusqu'à ce que le dirigeant se transforme en un assisté insensible aux besoins des autres[187] »

Le fait de pouvoir incarner cet exemple lui fit développer une certaine impatience envers les moins doués ou les moins motivés, ce qui peut s'interpréter comme de l'arrogance[188]. Il passait toutefois beaucoup de temps au cœur de la Sierra Maestra à apprendre à lire et écrire à des guérilleros souvent analphabètes.

Impitoyable et humain, idéaliste et extrémiste[modifier | modifier le code]

Che Guevara était l'adepte de solutions extrêmes dans la défense de ses idées et pas seulement en théorie. Toujours au nom de l'exemple, il se chargea de l'exécution de membres de la guérilla condamnés pour trahison par les guérilleros. Fidel Castro lui confia le commandement du tribunal révolutionnaire de la Cabaña chargé de juger les responsables du régime de Batista car il savait que Guevara ne montrerait aucune clémence, la sentence de ceux condamnés pour exactions ou tortures était presque toujours la mort. Castro disait du Che qu'il était « extraordinairement agressif »[189] et que cela était son talon d'Achille.

Pour le Che, sa conduite était dictée, selon lui, par la révolution mondiale qui était une véritable lutte à mort contre l'impérialisme, et il s'en justifia officiellement le , devant l'Assemblée générale des Nations unies : « Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons à fusiller tant que cela sera nécessaire. Notre lutte est une lutte à mort »[190].

Il était prêt à se sacrifier lui-même pour son monde meilleur, comme il l'exigeait de ses hommes, et Fidel Castro le réprimanda plusieurs fois pendant la guérilla cubaine à cause des risques qu'il prenait. Comme il l'écrivit dans son message d'avril 1967 à la Tricontinentale, Guevara voyait comme indispensable « la haine comme facteur de lutte ; la haine intransigeante de l'ennemi, qui permet à l'être humain de dépasser ses limites, et le transforme en une efficace, violente, sélective et froide machine à tuer »[150],[191]. À l'opposé, Che Guevara montrait de l'humanisme envers les soldats ennemis prisonniers ou blessés au combat et les soignait comme ses propres hommes, depuis les débuts de la révolution cubaine jusqu'à la veille de son exécution en Bolivie où même prisonnier et blessé, il proposa ses services de médecin à ses geôliers[192],[193].

Communiste et électron libre[modifier | modifier le code]

Che Guevara fumant un havane, 1961.

Bien que fervent marxiste, Che Guevara défendait la particularité de ses idées et leur application contre Fidel et Raúl Castro ce qui valut de nombreuses disputes. Il était contre l'alignement sur le bloc soviétique, contre la bureaucratie naissante à Cuba (mais pour la centralisation), contre le gaspillage, contre l'exploitation du tiers monde et contre les privilèges. Il employait un ton et un discours franc et direct mais dénué de toute diplomatie et de calcul politique. Ceci lui attira de nombreux partisans mais lui créa aussi de nombreux ennemis. Si à Cuba l'habileté politique de Fidel Castro permit de rattraper ce trait de caractère, ce fut une des causes de ses échecs au Congo et en Bolivie[194].

Provocateur et spirituel[modifier | modifier le code]

Enfin, le Che ponctuait souvent de remarques humoristiques et provocatrices ses déclarations ou conversations privées ou officielles. Ainsi, en tant que ministre de l'Industrie, il termina une de ses lettres (adressée à un psychiatre ayant édité une revue médicale spécialisée en deux fois plus d'exemplaires qu'il n'y avait de médecins à Cuba, alors que le papier manquait cruellement) par la phrase :

« La revue est bien, le tirage intolérable. Crois-moi, parce que les fous disent toujours la vérité[195]. »

Lorsque sa deuxième fille Aleida naît, Guevara est en voyage officiel à l'étranger. Au télégramme on lui annonce : « Félicitations Commandant, c'est une fille », il fait une réponse à sa femme reflétant son humour argentin « Si c’est une fille, jette-la par-dessus le balcon ! »[196].

Même la dernière page de son journal de Bolivie reflète cet humour, dans cet ultime cas désespéré. Deux jours avant sa mort, alors que ses hommes et lui sont encerclés, affamés et épuisés, il écrit : « Les onze mois de notre commencement de guérilla se terminent sans complications, bucoliquement[197]... »

La pensée de Che Guevara[modifier | modifier le code]

La révolution[modifier | modifier le code]

Manifestation en Argentine le 25 mai 2006.

Che Guevara considérait la lutte armée et la révolution socialiste comme le seul moyen d'améliorer les conditions de vie des pauvres d'Amérique latine, exploités par les États-Unis selon lui. Son point de vue révolutionnaire suivait ceux de Marx et Lénine, qu'il avait étudiés exhaustivement[198]. La révolution en Amérique latine passait pour lui par la création de « foyers » de guérilla (focos) dans un pays où existaient des « conditions objectives » pour une révolution. Ces focos permettent de réunir les « conditions subjectives » pour un soulèvement général de la population. Il pensait qu'il y avait un lien étroit entre la guérilla, les paysans et la réforme agraire. Cette position différait de la pensée soviétique et se rapprochait des idées maoïstes[199]. Il salua d'ailleurs le début de la Révolution culturelle, qui allait faire, peu après son exécution, entre 500 000 et 20 millions de morts[200].

S'il admire depuis ses voyages et ses lectures le modèle soviétique et Staline, il commence à les critiquer sévèrement dès son passage au gouvernement cubain, et développe sa propre théorie économique communiste, pour lui plus moderne et plus adaptée aux besoins du tiers monde[201]. Ses derniers discours furent des critiques violentes contre l'exploitation du tiers-monde par les blocs communiste et capitaliste, ce qui était à l'opposé du dogme officiel[118].

Il résume ainsi l'idéal et le mode de vie du révolutionnaire, qui doit rester pour lui avant tout humain :

« Permettez-moi de dire, au risque de paraître ridicule, que le vrai révolutionnaire est guidé par de grands sentiments d'amour. Il est impossible d'imaginer un révolutionnaire authentique sans cette qualité. Peut-être est-ce là un des grands drames du dirigeant. Il doit allier à un tempérament passionné une froide intelligence et prendre de douloureuses décisions sans que se contracte un seul de ses muscles. Nos révolutionnaires d'avant-garde doivent idéaliser cet amour des peuples, des causes les plus sacrées, et le rendre unique, indivisible. Ils ne peuvent descendre au niveau où l'homme ordinaire exerce sa petite dose d'affection quotidienne.

Les dirigeants de la révolution ont des enfants qui dans leurs premiers balbutiements n'apprennent pas à nommer leur père. Et des femmes qui doivent elles aussi participer au sacrifice général de leur vie pour mener la révolution à son destin. Le cadre des amis correspond strictement à celui des compagnons de la révolution. En dehors de celle-ci, il n'y a pas de vie.

Dans ces conditions, il faut avoir beaucoup d'humanité, un grand sens de la justice et de la vérité pour ne pas tomber dans un dogmatisme extrême, dans une froide scolastique, pour ne pas s'isoler des masses. Tous les jours, il faut lutter pour que cet amour de l'humanité vivante se transforme en gestes concrets, en gestes qui servent d'exemple et qui mobilisent[202]. »

Cependant, cette vision idéale fait parfois place à la realpolitik, et la fin justifie pour lui les moyens, comme l'avait formulé Nicolas Machiavel. À une personne qui se plaignait à lui à Cuba qu'un de ses amis avait été exécuté parce qu'il distribuait des tracts anticommunistes, Guevara répondit :

« Écoute, les révolutions sont moches mais nécessaires, et une partie du processus révolutionnaire est l'injustice au service de la future justice[203]. »

Contrairement à une croyance très répandue, le Che n'était pas contre le fait qu'un parti révolutionnaire puisse se présenter à une élection. Pour lui la forme révolutionnaire devait être adaptée au moment et au lieu donné :

«  Ce serait une erreur impardonnable que de sous estimer ce que peut apporter un programme révolutionnaire par un processus électoral donné. Mais il serait également impardonnable de ne penser qu'aux élections et de négliger les autres formes de lutte[204]. »

Il estimait néanmoins que tôt ou tard, il faudrait en venir à la lutte armée car les opposants risqueraient de faire un coup d'État militarisé pour renverser le régime socialiste élu[204],[205].

L'homme nouveau[modifier | modifier le code]

La révolution devait selon lui également s'accomplir au niveau individuel par la création d'un « homme nouveau ». L'individu de la société révolutionnaire doit chercher une récompense morale (solidarité et bien commun) et non matérielle. Pour lui, seule la récompense morale permet d'accéder au bonheur, la récompense matérielle étant l'apanage du capitalisme. Rechercher la récompense matérielle comme c'était le cas en Union soviétique verrait l'échec de la révolution communiste. Le travail volontaire pour la communauté en plus de celui réalisé pour subvenir à ses besoins était un exemple des actions que devait entreprendre cet homme nouveau. Il permettait également aux dirigeants de rester en contact avec les réalités de la population[206].

Che Guevara ne cachait pas la difficulté de ce changement aussi bien au niveau individuel qu'au niveau de la société: « Abattre une dictature est facile, construire une société nouvelle est difficile »[148].

Panaméricanisme et universalisme[modifier | modifier le code]

Selon Che Guevara, les frontières d’Amérique latine étaient artificielles et représentaient un frein pour lutter contre l’impérialisme américain.

« nous croyons, et depuis ce voyage encore plus fermement qu’avant, que la division de l’Amérique latine en nationalités incertaines et illusoires est complètement factice. Nous sommes une seule race métissée, qui depuis le Mexique jusqu’au détroit de Magellan présente des similarités ethnographiques notables[207]. »

Pour lui, la révolution était mondiale, elle était une lutte totale contre l'impérialisme. Dans ce contexte, la solidarité mondiale était l’élément le plus important pour un monde meilleur[208].

« Surtout, soyez toujours capables de ressentir au plus profond de votre cœur n'importe quelle injustice commise contre n'importe qui, où que ce soit dans le monde. C'est la plus belle qualité d'un révolutionnaire[209]. »

Héritage[modifier | modifier le code]

Le culte du Che[modifier | modifier le code]

Vente de tee-shirts du Che lors de la fête de l'Humanité en 2006.
Le dissident chinois Leung Kwok-Hung avec son habituel tee-shirt Che Guevara.

Alors que des photos du corps de Guevara étaient diffusées dans le monde entier et les circonstances de sa mort débattues, sa légende commença à s'étendre. Des manifestations contre son exécution, des articles, des hommages, des chansons et des poèmes furent écrits sur sa vie et sa mort[210].

Les spécialistes de l'Amérique latine conseillant le Département d'État des États-Unis reconnurent l'importance de la fin « du révolutionnaire le plus glamour et ayant la réputation d'avoir connu le plus de victoires », notant que Guevara deviendrait pour les communistes et autres courants de gauche « le modèle révolutionnaire qui a rencontré une mort héroïque »[211]. Mais les réactions sur les conséquences de la mort du Che suivaient typiquement des lignes partisanes, le département d'État américain avait finalement conclu que sa mort serait un soulagement pour les gouvernements d'Amérique Latine qui redoutaient des soulèvements dans leurs propres pays[212].

Ces prédictions furent fondées quand Guevara devint un puissant symbole de rébellion et de révolution pendant les manifestations étudiantes globales de Mai 68[213]. Des activistes de gauche admiraient l'apparente indifférence de Guevara aux récompenses et à la gloire et approuvaient sa justification de la violence comme nécessité pour établir l'idéal socialiste[214]. Le slogan « Le Che est vivant ! » (Che lives!) commença à apparaître sur les murs de tout le bloc ouest[215], alors que Jean-Paul Sartre, une personnalité et théoricien du mouvement, encourageait son adulation en décrivant Guevara comme « l'être humain le plus complet de notre époque »[216].

En dépit des controverses, le statut du Che comme icône populaire a continué à travers le monde et les époques, amenant à parler d'un « culte du Che » global. Une photographie de Che Guevara prise par Alberto Korda[217] est devenue une des images les plus célèbres du XXe siècle. Transformé en graphique monochrome, le portrait fut reproduit sur toutes sortes de supports comme des tee-shirts, des posters, des tasses à café ou des casquettes, une manière plutôt ironique de faire de larges profits à partir du symbole de l'anticapitalisme[218].

L'image de Che Guevara est à comparer à une mode globale, perdant souvent beaucoup sa connotation idéologique et politique, et le culte du Che a été parfois relativisé comme un simple « romantisme révolutionnaire adolescent »[215].

À l'inverse, le journaliste Paul Berman critique vivement des films sur Guevara comme The Motorcycle Diaries. Il soutient que le culte moderne du Che occulte les très importantes luttes sociales et politiques qui ont aujourd’hui lieu à Cuba contre la dictature et empêche un meilleur soutien aux dissidents comme Raúl Rivero[219].

L'auteur Christopher Hitchens, un supporter de la révolution cubaine dans les années 1960, résuma l'héritage de Guevara ainsi : « Le statut d'icône historique du Che a été assuré parce qu'il a échoué. Son histoire est une histoire de défaite et d'isolement, et c'est pourquoi il est si séduisant. Aurait-il vécu, et le mythe du Che serait mort depuis longtemps »[215].

Des mèches de cheveux du Che, photos inédites de son cadavre et empreintes digitales ont été vendues aux enchères à Dallas, le 25 octobre 2007, pour une valeur de 100 000 dollars, par Gustavo Villoldo, un des agents de la CIA qui avait participé à sa traque en Bolivie. La veuve de Che Guevara, Aleida March, a protesté contre ces enchères[220].

Outre la célèbre chanson Hasta siempre, les chansons concernant le Che ont été nombreuses en particulier en langue espagnole.

Impact en Amérique Latine[modifier | modifier le code]

Sculpture de Che Guevara sur le site de sa mort en Bolivie.

Dans les années 1990, l'échec des réformes néolibérales en Amérique Latine intensifia l'opposition au consensus de Washington[221], amenant la résurgence de nombreuses opinions politiques de Che Guevara tel que le panaméricanisme, le soutien de fronts populaires dans la région, la nationalisation d'industries clefs et la centralisation du gouvernement[222].

Au Nicaragua, les sandinistes guévaristes furent réélus en 2006 après 16 ans au pouvoir, leurs supporters portant des tee-shirts de Guevara. Le président bolivien, Evo Morales a rendu hommage de nombreuses fois à Guevara et a installé un portrait de l'Argentin fait de feuilles de coca locales dans sa suite présidentielle[223].

En 2006, le président du Venezuela Hugo Chávez, qui est connu pour faire ses discours avec un tee-shirt du Che[224], accompagna Fidel Castro pour une visite à Alta Gracia, la ville de la Province de Córdoba en Argentine, où Guevara avait vécu quelques années durant son enfance, accompagné d'une foule de milliers de personnes proclamant des slogans Guevaristes[225]. La fille de Guevara, Aleida écrivit un livre d'entretiens avec Chávez où il explique ses plans pour « la nouvelle Amérique Latine »[226].

Guevara reste une des inspirations de la structure socioéconomique des FARC-EP, les Forces armées révolutionnaires de Colombie[227], et de l'Armée zapatiste de libération nationale au Mexique[228].

Héritage à Cuba[modifier | modifier le code]

Sculpture monumentale du Che sur la façade du Ministère de l'Intérieur cubain, auparavant ministère de l'industrie où il travaillait.

À Cuba, la mort de Guevara précipita l'abandon de la guérilla comme instrument de politique étrangère, accélérant un rapprochement avec l'Union soviétique, et le remaniement du gouvernement selon des critères soviétiques. Quand des troupes cubaines retournèrent en Afrique dans les années 1970, ce fut dans le cadre d'une expédition militaire à grande échelle, et le soutien des mouvements révolutionnaires en Amérique latine et dans les Caraïbes devint logistique et organisationnel. Cuba abandonna également les plans de Guevara de diversification économique et d'industrialisation qui était impraticable dans le cadre du COMECON.

Dès 1965, le journal yougoslave communiste Borba observa de nombreuses usines abandonnées ou jamais terminées à Cuba, héritage du plan d'industrialisation raté[229].

L'état cubain continua à cultiver le culte de personnalité du Che, inaugurant de nombreuses statues et œuvres d'art en son honneur sur tout le territoire, décorant les écoles, les lieux de travail, les bâtiments publics, produisant des affiches et des billets à son image[230]. Les enfants du pays commencent chaque jour d'école avec le chant « ¡Pioneros por el Comunismo, Seremos como el Che! » (« Pionniers du communisme, nous serons comme le Che ! »). Le mausolée de Che Guevara à Santa Clara est devenu un site de signification presque religieuse pour beaucoup de Cubains[215] pendant que le tourisme bénéficiait grandement de l'intérêt international pour le Che. Sur 205 832 personnes qui visitèrent le mausolée en 2004, 127 597 étaient des étrangers.[réf. nécessaire]

Canek Guevara, petit-fils du Che, a choisi de quitter Cuba en raison de son opposition au régime qu'il considère comme étant un capitalisme d'État. Il se dit « guévariste », mais déclare que le Che « a commis des erreurs en apportant son appui à une révolution qui se transforma en dictature. »[231]

Héritage en Afrique[modifier | modifier le code]

Alors qu'il lutte contre l'apartheid, le futur président d'Afrique du Sud Nelson Mandela envisage au début des années 1960 de passer de la lutte non violente inspirée par Gandhi à une guérilla armée comme celle de Che Guevara et étudie sa stratégie. En 1991 lors d'une visite à la Havane, Mandela dit que « Les exploits de Che Guevara dans notre continent étaient d'une telle ampleur qu'aucune prison ou censure ne pouvait nous les cacher. La vie du Che est une inspiration pour tous les êtres humains qui aiment la liberté. Nous honorerons toujours sa mémoire. »[232].

De par son charisme, son marxisme révolutionnaire, sa volonté de montrer l'exemple et son assassinat à presque le même âge que Guevara, le président burkinabè Thomas Sankara est couramment appelé le « Che Guevara africain »[233],[234].

Héritage en Argentine[modifier | modifier le code]

Le premier hommage officiel à Che Guevara en Argentine a eu lieu pour le 80e anniversaire de sa naissance le 14 juin 2008 à Rosario par l'édification d'une statue inspirée de la photo d'Alberto Korda au milieu d'une place à son nom. Le bronze qui ne porte aucune arme a été financé par des donations dont celle du musicien Manu Chao. Auparavant il existait uniquement un musée à Alta Gracia où Hugo Chavez et Fidel Castro étaient allés se recueillir en juillet 2005[235].

Héritage politique en France[modifier | modifier le code]

L'héritage de Che Guevara en France est essentiellement revendiqué par une partie de la gauche et de l'extrême-gauche.

Pour le Parti communiste français, Che Guevara est un révolutionnaire hors norme qui a marqué l'histoire de son empreinte, et dont la pensée politique est toujours d'actualité. Son exécution sommaire est considéré par eux comme un véritable assassinat[236]. Lors de l'anniversaire de sa mort en 2007, le PCF a organisé une série de réunions publiques pour discuter de son héritage.

Le porte parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), Olivier Besancenot considère que la pensée de Che Guevara « est une source d'inspiration inépuisable », qu'il était un marxiste humaniste opposé aux exécutions sommaires et au terrorisme, pas une icône mais un homme faillible, qui néanmoins joignait ses paroles et ses actes. Il critique cependant un certain élitisme et une vision sacrificielle du militantisme[237]. De plus une très grande partie de la LCR considère qu'il n'a pas mis l'auto-émancipation des travailleurs au centre de sa stratégie[238]. Le Nouveau Parti anticapitaliste, successeur de la LCR et créé en février 2009 veut rassembler « le meilleur de la tradition du mouvement ouvrier, trotskiste, communiste, guévariste, écologiste et féministe »[239].

Daniel Cohn-Bendit, coprésident du groupe des Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen et ancien meneur d'extrême-gauche de Mai 68, décrit Che Guevara dans la préface d'un album de soutien à Reporters sans frontières comme « une icône politique, sex-symbol transgénérationnel, dont la révolution a plutôt mal tourné »[240].

Controverses[modifier | modifier le code]

Certains historiens comme Stéphane Courtois, classé à droite[241], mais aussi les opposants d’Ernesto Guevara, parmi lesquels on trouve la majorité des Cubains en exil, des militants anticommunistes, ainsi que des réfugiés d’autres pays communistes, le considèrent comme un tueur et un terroriste, l'historien exilé cubain Jacobo Machover le qualifiant de « bourreau fanatique »[242]. Ils pensent que Che Guevara a été « personnellement responsable » de l’exécution de centaines de personnes dans les prisons cubaines, surtout lorsqu'il commandait la forteresse de la Cabaña. Ses détracteurs comme Jacobo Machover arguent qu'il n'aurait jamais eu son diplôme de médecine[242] et que contrairement à sa légende le décrivant comme un combattant extraordinaire, il serait en réalité un piètre tacticien. Pour lui, le Che loin de représenter un marxisme original dans sa version cubaine, est un marxiste orthodoxe[243]. En 2005, Carlos Santana ayant arboré un tee-shirt du « Che » à la cérémonie des Academy Awards, le musicien de jazz exilé cubain Paquito d'Rivera lui écrivit une lettre ouverte le fustigeant pour son soutien au « Boucher de la Cabaña », car son propre cousin y avait été fusillé d'après lui en raison de sa foi chrétienne ainsi qu’un grand nombre d’autres chrétiens[244].

Pour l'historien Jean Ortiz, classé à gauche, les détracteurs tels que Jacobo Machover ne font pas œuvre d'historien car leur démarche ne repose que sur des témoignages d'opposants qui n'ont pas de sources historiques. Selon lui, il s'agit d'une entreprise politique visant à criminaliser le Che et à travers lui ceux qui prônent un changement de société. Il leur reproche aussi de sortir de son contexte la période de la chute de la dictature de Batista où des tribunaux ont répondu à la demande de justice du peuple. Jean Ortiz affirme que ce sont des criminels qui ont été exécutés et que cette épuration a été plus limitée que celle de la libération en France[245]. Le journaliste écrivain John Lee Anderson (en), considéré comme auteur de la meilleure biographie de Che Guevara par Le Monde[246] a déclaré en réponse aux accusations de crimes de Guevara « Je n'ai pas encore trouvé une seule source crédible montrant un cas où le Che a exécuté « un innocent ». Ces personnes exécutées par Guevara ou sur ses ordres ont été condamnées pour les crimes habituellement punis de mort en temps de guerre ou peu après: désertion, trahison, ou des crimes comme le viol, la torture ou le meurtre. Je dois ajouter que mes recherche se sont étendues sur cinq ans, et ont inclus des cubains anti castriste parmi la communauté en exil à Miami ou ailleurs »[247].

La légitimité des jugements révolutionnaires et exécutions menées par le gouvernement cubain sont toujours sujet d'un intense débat entre sympathisants et opposants de la révolution cubaine[248].

Selon le sociologue Vincent Bloch, « L’édification de l’homme nouveau » est utilisé comme « prétexte idéologique » par le régime castriste pendant les années 1960 pour écarter tous les « diversionnistes » comme les hippies, les homosexuels, les témoins de Jéhovah, ou les « non fiables » qui sont placés dans des « camps de concentration, appelés Unités militaires d’aide à la production (UMAP) »[249].

Bien que la plus grande opposition aux méthodes de Guevara vienne de droite, des groupes anarchistes (et libertarianistes) considèrent Guevara comme autoritaire, stalinien et responsable de la création d’un régime bureaucratique et totalitaire[250]. Ses détracteurs ont aussi théorisé que les révolutions inspirées par le Che ont en fait renforcé la répression et les dictatures militaires latino-américaines pendant de nombreuses années[251],[252]. Le courant Socialisme international marxistes considère que la démarche guérilla de Guevara ne pouvait qu'être élitiste car ne mobilisant pas le pouvoir économique de la masse des travailleurs. Ils ont également souligné le soutien de Guevara pour la bombe nucléaire russe, et le fait que son départ de Cuba montrait selon eux son manque de liens avec les gens ordinaires au Cuba[253].

Famille[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : Aleida March, Camilo, Hilda, Che Guevara portant Celia, Aleida, 1963.

Ernesto Guevara se maria deux fois et eut cinq enfants de deux femmes différentes :

Il se marie avec l'économiste communiste péruvienne Hilda Gadea (1925-1974) le 18 août 1955. Ils ont une enfant, Hilda Beatriz Guevara Gadea (1956-1995), qui naît au Mexique alors que Guevara participe à la guérilla cubaine.

Ils divorcent et un mois après, le 9 juin 1959, Guevara se remarie avec Aleida March (1936) qu'il a rencontrée en 1958, avant la bataille de Santa Clara. Ils ont ensemble quatre enfants, Aleida Guevara March (1960), Camilo Guevara March (1962), baptisé en l'honneur de son ami décédé Camilo Cienfuegos, Celia Guevara March (1963), à qui Guevara donne le prénom de sa mère, et Ernesto Guevara March (1965).

Selon la rumeur, Guevara aurait également eu un sixième enfant, Omar Pérez (1964), issu d'une relation extra-conjugale avec Lidia Rosa López. Bien que ce fils n'ait jamais été reconnu par Che Guevara, c'est lui qui aurait choisi son prénom[254],[255].

Surnoms et pseudonymes[modifier | modifier le code]

  • « Che » est une exclamation (traduisible par « homme ») particulièrement employée en Argentine, plus précisément par ceux de la marge occidentale du Rio de la Plata, les « porteños » : che vení aca, qui signifie « toi, viens ici », che, vos « eh, toi » et qui, par extension, est employée en Amérique centrale et à Cuba pour désigner les Argentins. Ce surnom ne désignera plus que le seul « Che Guevara » au cours du temps, ce dernier ponctuant toutes ses phrases par « che »[256].
  • Durant ses années de médecine, alors qu'il joue régulièrement au rugby, il fonde avec des amis une revue de rugby, Tackle, où il écrira sous le pseudonyme de Chang-Cho[réf. nécessaire].
  • Le nom de code d'Ernesto Guevara lors de son passage au Congo était Tatú. Ce mot signifie le chiffre trois en swahili, langue locale. Il fut surnommé Tatú Muganga car il était médecin. En effet, Muganga signifie « guérisseur » en swahili.
  • Les noms de code d'Ernesto Guevara lors de son passage en Bolivie furent Ramón puis Fernando (après l'arrestation de Régis Debray).
  • Pendant son voyage avec Granado, son surnom est Fuser venant de « Furibundo » (« coléreux ») et de « Serna » (« Guevara de la Serna »).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Che Guevara était un auteur prolifique qui écrivait son journal ou des notes pour ses ouvrages presque quotidiennement, même au cœur des opérations de guérilla.

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Justice globale, Mille et une nuits, 04/2007, (ISBN 2-7555-0016-6)
  • Passages de la guerre révolutionnaire : Le Congo, Métailié, 2000, (ISBN 2-86424-357-1)
  • Journal de Bolivie (1968), La Découverte 1995, (ISBN 2-7071-2482-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Le socialisme et l'homme, Aden, (ISBN 2-930402-22-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Textes militaires, La Découverte, Paris, 1974, ASIN B0000DY0GC
  • Souvenirs de la guerre révolutionnaire (1963), Maspero, Paris, 1974, ASIN B0000DL9T1, réédité (et corrigé) (éditions Mille et une nuits, Paris, 2007) avec divers récits postérieurs à 1963.
  • La guerre de guérilla (1960), Maspero, Paris, 1968, ASIN B0000DVIYV PDF Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Textes politiques, Maspero, Paris, 1968 ASIN B0000DWF5M
  • Voyage à motocyclette, éditions Mille et une nuits (2001), (ISBN 2-84205-581-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Second voyage à travers l'Amérique latine 1953-1956, éditions Mille et une nuits (2002), (ISBN 978-2-84205-659-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Journal du Congo, Fayard, Paris, 2009

En espagnol[modifier | modifier le code]

  • Diccionario Filosófico (1946-1957), publié partiellement
  • Indice literario (1946-1957), inédit
  • La angustia (1951), conte publié par Página/12, 1992
  • Machu Picchu: enigma de piedra en América, 1953
  • Aquí va un soldado de América. Barcelona: Plaza y Janés Editores, S.A., 2000. (ISBN 84-01-01327-5), Lettres à sa famille compilées par son père.
  • Apuntes críticos a la economía política, La Habana, 2006
  • La duda, conte écrit au Congo.
  • La piedra, conte court, probablement écrit à l'époque où mourut sa mère.
  • Obras Completas, 1997. Contient des inédits.
  • Otra vez, Le journal de son second voyage en Amérique Latine 1953-1956, publié en 2000.
  • Diario de un combatiente, inédit[257].
  • Poema laissé par Ernesto Guevara a son épouse Aleida. Il ne sera publié à la demande de celle-ci qu'après sa mort.
  • Diario del Che en Bolivia, 1968, lien pdf en espagnol.
  • Cuadernos de Praga Écrit pendant son séjour clandestin à Prague en 1966, lien pdf en espagnol.
  • Obras Escogidas Une sélection des travaux de Guevara, incluant ses discours les plus importants, lien pdf en espagnol.
  • Pasajes de la Guerra Revolucionaria: Congo Journal complet de la guérilla au Congo, lien pdf en espagnol. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Pensamiento y acción Une sélection d'écrits, incluant El socialismo y el hombre nuevo, lien pdf en espagnol. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Guerrilla Warfare, édition de 1961, lien pdf en espagnol. Document utilisé pour la rédaction de l’article

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Che Guevara: Radical Writings on Guerrilla Warfare, Politics and Revolution, Filiquarian Publishing LLC, paperback, (ISBN 1-59986-999-3).
  • Che Guevara Reader: Writings on Guerrilla Warfare, Politics and History, Ocean Press, paperback
  • Che Guevara Speaks, Pathfinder, paperback
  • Che Guevara Talks to Young People, Pathfinder, paperback
  • Che: Selected Works of Ernesto Guevara, Cambridge, MA: MIT Press, 1969. (ISBN 0-262-52016-8)
  • The Great Debate on Political Economy, New York: 2006, Ocean Press, (ISBN 1876175540)
  • Episodes of the Cuban Revolutionary War 1956–1958. New York: Pathfinder, 1996. (ISBN 0-87348-824-5)
  • Our America and Theirs, Ocean Press (AU), paperback, (ISBN 1-876175-81-8)
  • Self-Portrait: Che Guevara, Ocean Press, 320pp, paperback, 2005
  • The African Dream: The Diaries of the Revolutionary War in the Congo, Grove Press, paperback.
  • The Diary of Che Guevara, Amereon Ltd.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Reproduction de la peinture de Che Guevara par Jim Fitzpatrick elle-même basée sur la photographie d'Alberto Korda.

Chansons[modifier | modifier le code]

De nombreuses chansons rendent hommage ou mentionnent Che Guevara :

Films[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Andy Warhol a créé en 1962 Che Guevara, un montage d'images colorées reprenant une adaptation graphique réalisée par l'artiste Jim Fitzpatrick à partir de la photo d'Alberto Korda.
  • La pochette du single Bombtrack (1994) du groupe Rage Against the Machine est un portrait graphique du Che réalisé à partir de la célèbre photo de Korda. Son livre Guerilla Warfare apparaît sur la pochette de l'album Evil Empire.
  • Guerrilla War (1987), jeu d'arcades de SNK, est sorti originellement au Japon sous le titre de Che Guevara.
  • La pochette du jeu vidéo Just Cause est inspirée de la photo du Che prise par Alberto Korda.
  • Lors de la libération le 2 juillet 2008 d'Íngrid Betancourt, otage des FARC depuis plus de six ans, les membres de l'armée colombienne venus la délivrer en se faisant passer pour des membres d'une ONG, portent des T-shirt Che Guevara[263].
  • Big Boss, un personnage très important de la série de jeux-vidéo Metal Gear, est comparé à Che Guevara.
  • Le Che est également peint sur un mur dans la carte Rue sur Wolfteam, plus exactement là où apparaissent les rouges.
  • Dans le jeu vidéo Bioshock 2, le joueur peut trouver un enregistrement vocal citant la date du 9 octobre 1967 ; cette date est la date de mort de Che Guevara.

Films documentaires[modifier | modifier le code]

  • El Che de Maurice Dugowson, 1997, 83 min. Documentaire historique
  • Che Guevara : hasta la victoria siempre de Ferruccio Valerio, 2005, 55 min. Documentaire avec des images d'archives
  • Parlez-moi du Che Un documentaire produit et réalisé à Cuba par Pierre Richard en 1987.
  • Ernesto Che Guevara de Richard Dindo, 1994. Basé sur le journal de Bolivie du guérilléro.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Classé par langues et par auteurs.

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

En français[modifier | modifier le code]

Livres pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Che Guevara - Fils prodigue de la révolution, Philippe Godard, 2007, éd. Syros

En espagnol[modifier | modifier le code]

  • Alarcón Ramírez, Dariel (Benigno). Memorias de un Soldado Cubano: Vida y Muerte de la Revolución. Barcelona: Tusquets Editores S.A., 2002. (ISBN 84-8310-014-2)
  • Bravo, Marcos. La Otra Cara Del Che. Bogota, Colombia: Editorial Solar, 2005.
  • Castañeda, Jorge G. Che Guevara: Compañero. New York: Random House, 1998. (ISBN 0-679-75940-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Escobar, Froilán and Félix Guerra. Che: Sierra adentro (Che: Deep in the Sierra). Havana: Editora Política, 1988.
  • Fuentes, Norberto. La Autobiografía De Fidel Castro (The Autobiography of Fidel Castro). Mexico D.F: Editorial Planeta, 2004. (ISBN 84-233-3604-2), (ISBN 970-749-001-2)
  • Matos, Huber. Como llegó la Noche (As night arrived). Barcelona: Tusquet Editores, SA, 2002. (ISBN 84-8310-944-1)
  • Morán Arce, Lucas. La revolución cubana, 1953–1959: Una versión rebelde (The Cuban Revolution, 1953–1959: a rebel version). Ponce, Puerto Rico: Imprenta Universitaria, Universidad Católica, 1980. (ASIN B0000EDAW9).
  • O'Donnell, Pacho. Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Peña, Emilio Herasme. La Expedición Armada de junio de 1959, Listín Diario, (Dominican Republic), 14 June 2004.
  • Peredo-Leigue, Guido Inti. Mi campaña junto al Che, México: Ed. Siglo XXI, 1979.PDF version
  • Rojo del Río, Manuel. La Historia Cambió En La Sierra (History changed in the Sierra). 2a Ed. Aumentada (Augmented second edition). San José, Costa Rica: Editorial Texto, 1981.
  • Ros, Enrique 2003. Fidel Castro y El Gatillo Alegre: Sus Años Universitarios (Colección Cuba y Sus Jueces). Miami: Ediciones Universal. (ISBN 1-59388-006-5)
  • Villegas, Harry Pombo. Pombo : un hombre de la guerrilla del Che : diario y testimonio inéditos, 1966–1968. Buenos Aires: Ediciones Colihue S.R.L., 1996. (ISBN 950-581-667-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article

En anglais[modifier | modifier le code]

  • Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life. New York: Grove Press, 1997. (ISBN 0-8021-1600-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bamford, James. Body of Secrets: Anatomy of the Ultra-Secret National Security Agency. New York: Anchor Books, 2002 (Reprint edition). (ISBN 0-385-49908-6)
  • Castro, Fidel (editors Bonachea, Rolando E. and Nelson P. Valdés). Revolutionary Struggle. 1947–1958. Cambridge, Massachusetts and London: MIT Press, 1972. (ISBN 0-262-02065-3)
  • Feldman, Allen 2003. Political Terror and the Technologies of Memory: Excuse, Sacrifice, Commodification, and Actuarial Moralities. Radical History Review 85, 58–73.
  • Gálvez, William. Che in Africa: Che Guevara's Congo Diary. Melbourne: Ocean Press, 1999. (ISBN 1-876175-08-7)
  • George, Edward. The Cuban Intervention In Angola, 1965–1991: From Che Guevara To Cuito Cuanavale. London & Portland, Oregon: Frank Cass Publishers, 2005. (ISBN 0-415-35015-8)
  • Gliejeses, Piero. Cuba's First Venture in Africa: Algeria, 1961–1965, Journal of Latin American Studies, no. 28, London: Cambridge University Press, Spring 1996.
  • Heikal, Mohamed Hassanein. The Cairo Documents. New York: Doubleday & Company, Inc., 1973. (ISBN 0-385-06447-0)
  • Holland, Max. Private Sources of U.S. Foreign Policy William Pawley and the 1954 Coup d'État in Guatemala in Journal of Cold War Studies, Volume 7, Number 4, Fall 2005, pp. 36–73.
  • James, Daniel. Che Guevara: A Biography. New York: Stein and Day, 1969. (ISBN 0812813480)
  • James, Daniel. Che Guevara. New York: Cooper Square Press, 2001. (ISBN 0-8154-1144-8)
  • Kahn, David. The Codebreakers: The Story of Secret Writing. New York: Macmillan, 1967. (ISBN 0684831309)
  • Miná, Gianni. An Encounter with Fidel. Melbourne: Ocean Press, 1991. (ISBN 1-875284-22-2)
  • Rodriguez, Félix I. and John Weisman. Shadow Warrior/the CIA Hero of a Hundred Unknown Battles. New York: Simon & Schuster, 1989. (ISBN 0-671-66721-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Ryan, Henry Butterfield. The Fall of Che Guevara : A Story of Soldiers, Spies, and Diplomats. New York: Oxford University Press, 1998. (ISBN 0-19-511879-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Thomas, Hugh. Cuba or the Pursuit of Freedom. Cambridge, MA: Da Capo Press, April 1998 (Updated edition). (ISBN 0-306-80827-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Che Guevara » (voir la liste des auteurs)

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Ernesto Guevara » (voir la liste des auteurs)

  1. Nom légal, voir son extrait d'acte de naissance. Le nom « Ernesto Guevara de la Serna » avec rattachement du nom de sa mère est occasionnellement utilisé par certains biographes mais n'a aucune valeur légale.
  2. Le surnom vient de l'interjection argentine « che », qui se prononce « tché » avec l'accent espagnol, le /b/ et le /ɡ/ étant fricatifs ou spirants, et qui est le mot utilisé par les Latino-Américains pour parler des Argentins.
  3. La grande majorité des historiens et biographes s'accordent sur ce fait (voir (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p.  405.)
  4. L'économie cubaine est considérée être passée de capitaliste à socialiste ((en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p.  523) ce qui est contesté par certains depuis les années 1960, par exemple pour le socialiste Adam Buick (en), Guevara « a joué un rôle clé dans la construction du capitalisme d'État à Cuba » (Che in power, Socialist standard numéro 1263, novembre 2009, p. 20).
  5. (en) Death of Che Guevara National Security Archive Electronic Briefing Book No. 5 - Declassified top secret document
  6. (en) Memorandum for the President: Death of 'Che' Guevara, Rostow, Walter W., 11 octobre 1967, GWU National Security Archive, consulté le 8 octobre 2006.
  7. (en) Ryan, Henry Butterfield. The Fall of Che Guevara: A Story of Soldiers, Spies, and Diplomats, New York, 1998 : Oxford University Press, p.  129-135.
  8. (en) Maryland Institute of Art, referenced at BBC News, Che Guevara photographer dies, 26 mai 2001. Online at BBC News, atteinte le 4 janvier 2006.
  9. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p.  4.
  10. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p. 23.
  11. Son arrière-grand-père paternel était considéré comme l'homme le plus riche d'Amérique du Sud et sa mère descend du dernier vice-roi du Pérou (es) Ancêtres de Che Guevara
  12. Sur ce dernier point et la participation d'Ernesto Guevara Lynch à l'organisation Acción Argentina (es), voir notamment Jon Lee Anderson, Che Guevara: A Revolutionary Life, Grove Press, 1997, 814 p. (ISBN 978-0802197252) p. 24 ainsi que Jorge Nallim, Transformations and Crisis of Liberalism in Argentina, 1930-1955, University of Pittsburgh Press, 2012, 274 p. (ISBN 978-0822962038) et enfin Ernesto Guevara Lynch, The Young Che: Memories of Che Guevara, Random House, 2007, 350 p. (ISBN 978-1845950736) p. 127 et suiv.
  13. (en) Digital Granma Internacional, Simultaneous chess game on 37th anniversary of Che’s death, 13 octobre 2004. Online at Granma International English Edition.
  14. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p.34 et (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 28, 256, 631 et voir interview en français de la Télévision suisse romande. Jacobo Machover, exilé cubain fils d'un interprète qui avait travaillé avec le Che, affirme cependant qu'il parlait très mal le français. voir l'interview, dernier accès le 26/09/2007
  15. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 446 : « si je voulais quand j'étais jeune être un soldat de Pizarro dans sa recherche d'aventure et vivre des moments intenses, ce n'est plus nécessaire maintenant, toute l'action était ici [à Cuba décembre 1959, NDT] et avec un idéal pour lequel se battre, avec également la responsabilité de laisser un exemple ».
  16. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 28.
  17. Du Che aux Pumas, rugby passion argentine, Figaro.fr, 10/10/2007
  18. Ces carnets ont inspiré, avec le témoignage Con el Che por Sudamérica de son ami Granado, un film en 2004 intitulé Carnets de voyage)
  19. (en) Shoultz, Lars: Beneath the United States, page 337 Harvard University Press, 1998.
  20. (en) Shoultz, Lars: Beneath the United States, page 342. Harvard University Press, 1998.
  21. (en) Shoultz, Lars: Beneath the United States, page 340. Harvard University Press, 1998.
  22. (es) Guevara Lynch, Ernesto. Aquí va un soldado de América. Barcelona: Plaza y Janés Editores, S.A., 2000, p. 26. « En Guatemala me perfeccionaré y lograré lo que me falta para ser un revolucionario auténtico. » Cette phrase montre l'antériorité d'une vocation révolutionnaire au coup d’État fomenté par les États-Unis contre Arbenz.
  23. http://www.stylers.com.ar/cultura-y-educacion/2678-que-significa-che-o-o.html
  24. (en) U.S. Department of State, Foreign Relations, Guatemala, 1952-1954, consulté le 4 mars 2006.
  25. (en) cf. Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 144. Ce chiffre est peut-être une erreur typographique, puisqu'il est le seul chercheur à citer ce chiffre)
  26. (en) U.S. Department of State. Foreign Relations, Guatemala, 1952-1954, consulté le 4 mars 2006
  27. (es) Holland, Max Private Sources of U.S. Foreign Policy: William Pawley and the 1954 Coup d'État in Guatemala, Journal of Cold War Studies, Volume 7, Number 4, Fall 2005, pp. 36-73
  28. (en) Anderson p.163
  29. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, ISBN 0-8021-1600-0, New York:1997, Grove Press, p. 194.
  30. (es) Taibo, Paco Ignacio II. Ernesto Guevara, también conocido como el Che, p. 104. voir aussi The Guardian online, Making of a Marxist, Online.
  31. (es) « Quizás esa fue la primera vez que tuve planteado prácticamente ante mí el dilema de mi dedicación a la medicina o a mi deber de soldado revolucionario. Tenía delante de mí una mochila llena de medicamentos y una caja de balas, las dos eran mucho peso para transportarlas juntas; tomé la caja de balas, dejando la mochila … » cité dans « Verde Olivo », Havana, Cuba, 26 février 1961. Guevara, Ernesto Che. Pasajes de la Guerra Revolucionaria, Havana, Cuba: 1963, Ediciones Unión.
  32. (en) Anderson:231-232
  33. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p.116-117.
  34. Paco Ignacio Taibo II, Ernesto Guevara, connu aussi comme le Che, Payot, 1997, pages 156 et 157, Ernesto Guevara, Souvenirs de la guerre révolutionnaire cubaine (1963), éditions Mille et une nuits, 2007, pages 62 et 63
  35. La face cachée du Che, L'Express.fr, 27/9/2007
  36. (en) Anderson:259,312
  37. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p139
  38. (en) Anderson;221,252,270
  39. a, b, c et d Collectif, Charles Ronsac (dir.), Le livre noir du communisme, Robert Laffont, 2000, ISBN 2-221-08861-1, p.764
  40. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p. 115.
  41. (en) Anderson,252
  42. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p.123
  43. (en) Anderson:342,346.
  44. (es) Acevedo, Enrique (2001). Descamisados. Editorial Ciencias Sociales, La Habana Cuba, pág. 16
  45. (en) Anderson,269
  46. (en) U. S. Central Intelligence Agency, CIA Biographic Register on Ernesto 'Che' Guevara.
  47. (en) Revolution! Clandestine Radio and the Rise of Fidel Castro By Don Moore
  48. (en) Anderson,294
  49. (es) Descubren en Salta la tumba de un lugarteniente del Che Guevara, Clarín, 24 de mayo de 2005
  50. Le Livre noir du communisme, p.709.
  51. Cité par Jeannine Verdès-Leroux, La Lune et le caudillo, Gallimard, 1989
  52. Anderson, Che Guevara: A Revolutionary Life, p291-292
  53. Rémi Kauffer, Historia, décembre 2006
  54. (es) Guevara, Ernesto (1964). Una reunión decisiva, en Pasaja de la Guerra Revolucionaria, 1965.
  55. Il est possible d'écouter ici ces interviews en format.mp3
  56. (es) Jorge Ricardo Masetti, Los que luchan y los que lloran (el Fidel Castro que yo vi) y otros escritos inéditos, Nuestra América, Buenos Aires,‎ 2006, 286 p. (ISBN 9789871158454) Document utilisé pour la rédaction de l’article Cet ouvrage est accompagné du CD audio présentant les interviews d'Ernesto Guevara et de Fidel Castro
  57. (es) Carta de Camilo Cienfuegos al Che Guevara,24 de abril de 1958
  58. (es) Testimonio de Zoila Rodríguez García, novia de Ernesto Guevara en Sierra Maestra; Incluido en el libro Che entre nosotros(1992), de Adys Cupull y Froilán González
  59. (en) Anderson:316
  60. (en) Anderson:319
  61. (es) Caballete de Casas, la escuela de la guerrilla: mirada al campamento del Che en el Escambray, por Katia Monteagudo, con fotos de Juan Carlos Gort, Revista Bohemia Digital, 31 de enero de 2007
  62. Anderson, Che Guevara: A Revolutionary Life, p359-362
  63. (en) Ernesto Che Guevara, « Suicide Squad: Example Of Revolutionary Morale » (an excerpt from Episodes of the Cuban Revolutionary War - 1956-58). The Militant Online, consulté en mars 2006.
  64. Pierre Kalfon, Che, Points, Seuil, 1998, page 275
  65. a et b (en) L'histoire de Cuba (Cuban Story), (45 min., 1959, États-Unis), réalisation: Errol Flynn/Victor Pahlen, Arte dim. 15 avr 2007. 23h25
  66. (en) Castro, Fidel (editors Bonachea, Rolando E. and Nelson P. Valdés). Revolutionary Struggle. 1947-1958. Cambridge, Massachusetts and London: MIT Press, 1972, pp. 439-442.
  67. (en) Anderson:355; (es) Galería de asesinos de Batista: Joaquín Casillas Lumpuy, Líbrínsula, Cuba, Año 1, Nro.20, Viernes, 21 de mayo del 2004
  68. History of Cuba - The Challenge of the York and the Star, Prof. José Cantón Navarro, 2001 SI-MAR S.A. Publishing House, ISBN 959-7054-75-2
  69. (en) Love And Violence. BBC Open University.
  70. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 372 and p. 425
  71. (en) Skidmore, Thomas E. (and Peter H. Smith), Modern Latin America, 4th paperback ed., 2000, p 273.
  72. (en) Thomas, Hugh. Cuba or the Pursuit of Freedom. Cambridge, MA: Da Capo Press, April 1998 (Updated edition). ISBN 0-306-80827-7
  73. Le nombre total de morts dont le régime dictatorial de Batista est accusé est controversé : le nombre total de morts par combat ou par exécution durant la période de la dictature de Batista (de 1952 à 1958) irait de 1 700 et ce en comptant les morts au sein des forces gouvernementales aussi bien qu'au sein des factions de guérillas (cf. Jeanine Verdes-Leroux, La Lune et le Caudillo, Éditions de l'Arpenteur, Paris, 1989, pp.19) à 20 000 morts, chiffre publié à l'époque par certains médias (cf. (en) L'histoire de Cuba (Cuban Story), (45 min., 1959, États-Unis), réalisation: Errol Flynn/Victor Pahlen, Arte dim. 15 avr 2007. 23h25), dont certains responsables ont depuis avoué que ce chiffre était irréaliste et qu'il n'avait pas été vérifié (cf. Jeanine Verdes-Leroux, op. cit.).
  74. Le BRAC ou « bureau de la répression des activités communistes » était une unité de police secrète ou de contre-espionnage qui avait recours à l'enlèvement, la torture et l'assassinat contre la minorité de communistes (ou supposés communistes) soupçonnés d'activités illégales.
  75. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p. 173
  76. (en) « Exécutions at La Cabaña fortress under Ernesto Che Guevara », José Vilasuso, Online
  77. (en) Anderson, p398
  78. Le père Javier Arzuaga, Cuba 1959: La Galera de la Muerte (Cuba 1959. Le couloir de la Mort) cité dans L'Express.fr Guevara : Du sang sur l'étoile par Axel Gyldén le 27/9/2007
  79. Pierre Kalfon, Che, Points, Seuil, 1998, page288
  80. Herbert L. Matthews, Fidel Castro, Seuil, 1970, tome 1 page 85 cité dans Pierre Kalfon, Che, Points, Seuil, 1998, page 287
  81. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p. 185-186
  82. Dix controverses sur Che Guevara lemonde.fr, 9 octobre 2007, 07h18
  83. (es) El Pais, CRÓNICA: LA CRÓNICA,Che 'versus' feti-che, Iván de la Nuez 29/09/2007
  84. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p199
  85. (es) Puerto Padre website, Cronologia (List of anniversaries) Online at Puerto Padre website
  86. (en) Peña, Emilio Herasme, La Expedición Armada de junio de 1959, 14 juin 2004. Online at 'Listín Diario (République dominicaine)
  87. Paco Ignacio Taibo II, Ernesto Guevara connu aussi comme le Che, Tome I, p.521.
  88. Pierre-Olivier Pilard, Jorge Ricardo Masetti: un révolutionnaire guévarien et guévariste de 1958 à 1964, Editions L'Harmattan, Paris,‎ 2007, 275 p. (ISBN 9782296036123) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  89. (en) chessgames.com, Miguel Najdorf vs Ernesto Che Guevara Online at chessgames.com
  90. (es) ar.geocities.com/carloseadrake/AJEDREZ/, Ernesto "Che" Guevara – Ajedrez Online
  91. (en) Llovio-Menendez, Jose Luis Insider: My Hidden Life As a Revolutionary in Cuba : Bantam Dell Pub Group. 1988. 0553051148 p.17
  92. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p198
  93. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 494
  94. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 456-457
  95. Anderson, Che Guevara: A Revolutionary Life, p483-484
  96. a et b (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p.523
  97. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p204
  98. (en) Cuban Information Archives, « La Coubre explodes in Havana 1960. »Online, photos : fotospl.com.
  99. (es) Defensa Nacional, « Sabotaje al buque la courbe » Online
  100. (en) The Miami Herald, « Dockworker set ship blast in Havana, American claims ». Online
  101. (es) Guaracabuya.org, Recuento Histórico:El porque el PCC ordenó volar el barco « La Coubre ».Online
  102. a et b (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p205
  103. (en) Samuel Farber, The Resurrection of Che Guevara, été 1998. William Paterson University online, consulté le 23 septembre 2007 ; Régis Debray, Loués soient nos seigneurs, Gallimard, 1996 (p.185)
  104. a et b Alain Labrousse (2009), Les Tupamaros. Des armes aux urnes, Paris, éd. du Rocher, p. 91-100, notamment la section « La sous-estimation des luttes urbaines dans la révolution cubaine »
  105. Julia E. Sweig (2002), Inside the Cuban Revolution. Fidel Castro and the Urban Underground, Londres, Harvard Univ. Press, p. 9 sq.
  106. (es) Claudia Korol, Un cubano en la guérilla de Salta, America Libre, n°9, Buenos Aires, 1999, p.65
  107. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, Random House, Mandatori, 2003, p.195
  108. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, Random House, Mandatori, 2003, p.196
  109. Anderson, op. cit., p. 565
  110. Anderson, op. cit., p. 636
  111. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, (ISBN 0-8021-1600-0), New York: 1997, Grove Press, p. 508.
  112. Clara Aldrighi, L'antenne de Montevideo de la CIA, Brecha, 25 novembre 2005 (article traduit par El Correo, version originale disponible). L'historienne Clara Aldrighi est notamment l'auteur de trois tomes sur L’intervention des États-Unis en Uruguay (1965-1973).
  113. Falleció esposa de Arbelio Ramírez, asesinado por una bala para el Che, La Republica, 22 juillet 2008
  114. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara : A Revolutionary Life, (ISBN 0-8021-1600-0), New York: 1997, Grove Press, p. 545 : « Sam Russell, le correspondant du journal socialiste Daily Worker, trouva Guevara encore s'emportant sur la trahison soviétique. Tirant alternativement sur un cigare et sur un inhalateur, Guevara dit que si les missiles avaient été sous contrôle cubain, ils les auraient utilisés. Russell sorti de cet entretien avec des sentiments partagés sur le Che, le trouvant « un personnage chaleureux avec qui j'accrochais de suite (...), clairement un homme d'une grande intelligence bien que je pense qu'il exagérait vu la façon qu'il avait de parler des missiles » ».
  115. (es) écouter, nécessite RealPlayer; ou lire
  116. (en) Gálvez, William. Che in Africa: Che Guevara's Congo Diary. Melbourne: Ocean Press, 1999, p. 28.
  117. (en) Bruce Cumings, Korea’s Place in the Sun: A Modern History (édition mise à jour), W.W. Norton & Company, 2005, p. 404
  118. a, b et c (en) Ernesto Che Guevara, (éditeurs Rolando E. Bonachea and Nelson P. Valdés), Che: Selected Works of Ernesto Guevara, Cambridge, MA: 1969, p. 350.
    ‡ Ernesto Che Guevara, « English Translation of Complete Text of Algiers Speech », Online at Sozialistische Klassiker
  119. Che Guevara, «un bourreau fanatique»
  120. (en) Ernesto Che Guevara, « English Translation of Complete Text of his Message to the Tricontinental ». (es) Voir aussi le texte espagnol original sur Wikisource.
  121. Luís Suarez Salazar, Barbarroja, Selección de testimonios y discursos del Comandante Manuel Piñeiro Losada, La Havane, Ediciones Tricontinental-SIMAR SA, 1999, p.29.
  122. (en) Ernesto Che Guevara, « Che Guevara's Farewell Letter », 1965. Traduction en anglais du texte complet : Che Guevara's Farewell Letter sur Wikisource.
  123. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p. 628
  124. (en) Miná, Gianni. An Encounter with Fidel, Melbourne, 1991: Ocean Press, p 223.
  125. Ahmed Ben Bella. « Che as I knew him », Le Monde diplomatique . Des conversations de Guevara avec Nasser en février-mars donnent la même interprétation. (en) Heikal, Mohamed Hassanein. The Cairo Documents, pp 347-357.
  126. (en) Gálvez, William. Che in Africa: Che Guevara's Congo Diary, Melbourne, 1999 : Ocean Press, p 62.
  127. (en) Gott, Richard. Cuba : A new history, Yale University Press 2004, p219
  128. (en) BBC News, Profile: Laurent Kabila, 26 mai 2001.
  129. (en) African History Blog, « Che Guevara's Exploits in the Congo »,Che Guevara's Exploits in the Congo sur African History]
  130. (en) Mad Mike Hoare Site, Mad Mike sur Geocities.com.
  131. (en) Ireland's Own, From Cuba to Congo, Dream to Disaster for Che Guevara. Onine at irelandsown.net
  132. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p.286-287
  133. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p.300
  134. (en) Ernesto Che Guevara, traduit de l'espagnol par Patrick Camiller, The African Dream, New York: Grove Publishers, 2000, p.1.
  135. Ernesto Che Guevara, Apuntes Filosóficos, brouillon.
  136. Ernesto Che Guevara, Notas Económicas, brouillon.
  137. Mittleman, James H. (1981), Underdevelopment and the Transition to Socialism - Mozambique and Tanzania, New York: 1981, Academic Press, p. 38
  138. a, b et c El Che Guevara se escondió en 1966 en Checoslovaquia, La República, 23 janvier 2010
  139. Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p.319-321
  140. Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p.318
  141. (es) C.E.M.E Centro de estudios MIGUEL ENRIQUEZ, BIOGRAFIA DE ERNESTO CHE GUEVARA Fuente. Fundación Che Guevara, FUNCHE. 36 páginas, p.19
  142. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, Random house mandatori, 2003, p.326
  143. Collectif, Charles Ronsac (dir.), Le livre noir du communisme, Robert Laffont, 2000, ISBN 2-221-08861-1, p.765
  144. Anderson, p. 669
  145. (es) Ernesto Che Guevara, « from Pasajes de la guerra revolucionaria: Congo », lire en ligne sur Cold War International History Project].
  146. (es) Castañeda, Jorge G. Che Guevara: Compañero, New York: 1998, Random House, pp 107-112; 131-132.
  147. (en) Major Donald R. Selvage - USMC, Che Guevara in Bolivia, GlobalSecurity.org, 1er avril 1985.
  148. a, b, c, d, e, f, g et h Ernesto «Che» Guevara, le journal de Bolivie De Richard Dindo. 1994. Suisse. Diffusé le mardi 2 octobre à 23:40 sur Arte (95 min)
  149. a et b (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, Random House Mandatori, 2003, page 346.
  150. a et b (es) Ernesto Che Guevara, Mensaje a los Pueblos del Mundo, leído ante la Tricontinental en La Habana, el 16 de abril de 1967. Obras Escogidas, page 552.
  151. Jorge Castañeda, Compañero, p. 397.
  152. Pierre Kalfon, Che, Le Seuil, pp. 514-515.
  153. Régis Debray, Loués soient nos Seigneurs, Gallimard, 1996, p. 213.
  154. Préface de François Maspero au Journal de Bolivie de Che Guevara, La Découverte, 1995, p. 43.
  155. Luís Suarez Salazar, Barbarroja, Selección de testimonios y discursos del Comandante Manuel Piñeiro Losada, La Havane, Ediciones Tricontinental, 1999, pp. 85 et 120.
  156. Ignacio Ramonet, Fidel Castro, Biographie à deux voix, Fayard, 2007 pour la traduction française, pp. 275 et 276.
  157. Régis Debray, Déclaration devant le conseil de guerre, Camiri, Bolivia, Instituto del Libro, La Havane, 1968. (Voir la 4e de couverture.)
  158. Le procès Régis Debray, Cahiers libres n° 111, Maspero, 1968, pp. 67-71. (Voir la 4e de couverture.)
  159. (fr) Ted Anspach, Les derniers jours de, Sunset presse, 2003, France5.
  160. (en) U.S. Army, Memorandum of Understanding Concerning the Activation, Organization and Training of the 2d Ranger Battalion – Bolivian Army (28 avril 1967). accessed 19 juin 2006.
  161. (en) Ryan, Henry Butterfield. The Fall of Che Guevara : A Story of Soldiers, Spies, and Diplomats, New York, 1998: Oxford University Press, p 82-102, inter alia.
  162. (en) Rodriguez, Felix I. and John Weisman. Shadow Warrior/the CIA Hero of a Hundred Unknown Battles (Hardcover), New York: 1989, Publisher: Simon & Schuster
  163. (en) NewsMax, Félix Rodríguez:Kerry No Foe of Castro.Online
  164. a et b (es) A 39 años de la emboscada de Vado del Yeso: el antihéroe de la retaguardia del Che, por Vania Solares Maymura, Rebelión, 2006
  165. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, pages 398-400.
  166. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, pages 377, 389-391.
  167. a et b (es) Entrevista a Harry Villegas (Pombo), Revista Punto Final, Nº 585 - enero-marzo, 2005
  168. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p.733.
  169. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p.410 : Entretien avec le capitaine Gary Prado: « Celui qui demanda la vie était le Che lui-même, je l'ai entendu, et ça ne me parait pas critiquable qu'il l'ai fait ; c'est humain »
  170. Pierre Kalfon, Che, Points, Seuil, 1998, page 646
  171. (en) Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York: 1997, Grove Press, p.743.
  172. (es) Taibo, Paco Ignacio II. Ernesto Guevara, también conocido como el Che, Barcelona, 1999: Editorial Planeta, p. 726.
  173. (es) Che Guevara. Top Secret, Vicenzo Vasile y Mario Cereghino
  174. (es) Froilán González y Adys M. Cupull Reyes
  175. (es) Declaración de XXXX sobre su misión en Bolivia en 1967 y su rol en la captura de Ernesto Che Guevara de la Serna (en inglés), 3 de junio de 1975, CIA, Documento desclasificado en 1993, George Washington University
  176. Dix controverses sur Che Guevara, Le Monde.fr, 09.10.07, 07h18
  177. (es) Entrevista de Félix Rodriguez, por Jay Martínez, El Veraz, agosto 19 del 2005
  178. Histoire de l'espionnage mondial, tome 2, Genovefa Étienne, Claude Moniquet, Paris, 2002, ISBN 2-86645-394-8 p. 281
  179. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p.422
  180. Víctor Montoya, Passages et personnages de la guérilla de ñancahuazú
  181. (es) Pasajes y personajes de la guerrilla de Ñancahuazú, Víctor Montoya
  182. (en) Richard Gott, « Bolivia on the Day of the Death of Che Guevara ». Online at Mindfully.org
  183. Richard Gott, « Le corps du Che », Le monde diplomatique, août 2005, p. 14-15
  184. Anderson,692
  185. El Nuevo Cojo Ilustrado, Galeria Che Guevara. voir ligne
  186. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », Random house mandatori, 2003, p. 404
  187. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p. 197
  188. (en) Samuel Farber, « The Resurrection of Che Guevara », Summer 1998. William Paterson University online
    Anderson, Jon Lee. Che Guevara: A Revolutionary Life, New York : 1997, Grove Press, p. 567
  189. Fidel Castro on Che Guevara : Speech by Fidel Castro was given on October 18, 1967.
  190. Rémi Kauffer, Historia, décembre 2006
  191. Régis Debray, Loués soient nos seigneurs, Gallimard, 1996, p. 186
  192. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p. 139
  193. (en) Anderson ; 221, 252, 270
  194. (es) Pacho O'Donnell, « Che, la vida por un mundo mejor », random house mandatori, 2003, p. 336
  195. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p. 262
  196. Alessandra Riccio. Che. Félicitations commandant, c'est une fille !. Desmaret, 2004.
  197. (es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p. 403
  198. (en) Anderson, Jon Lee (1997), Che Guevara. Una vida revolucionaria. Barcelona: Anagrama, pag. 62
  199. (en) Guerrilla Warfare, Souvenir Press Ltd, paperback, ISBN 0-285-63680-4.
  200. Le Livre noir du communisme, p.712
  201. Anderson, p565 & p696
  202. Che Guevara, Le socialisme et l'Homme à Cuba, 1965, p. 6.
  203. (en) Anderson, p458.
  204. a et b Ernesto Che Guevara, Cuba : cas exceptionnel ou avant garde de la lutte contre l'impérialisme?, 1963.
  205. Qui était Che Guevara ?, Ataulfo Riera site LCR.be
  206. (en) Socialism and Man in Cuba: Also Fidel Castro on the Twentieth Anniversary of Guevara's Death, Monad, paperback
  207. (es) Anderson, Jon Lee, Che Guevara. Una vida revolucionaria. Barcelona: Anagrama, 1997, p. 95
  208. (en) Ernesto Che Guevara, (editors Rolando E. Bonachea and Nelson P. Valdés), Che: Selected Works of Ernesto Guevara, Cambridge, MA: 1969, p. 350.
  209. Lettre d’adieu de Che Guevara à ses enfants, mars 1965,(es) Pacho O'Donnell, Che, la vida por un mundo mejor, random house mandatori, 2003, p.282
  210. (es) Loudspeaker.png Carlos Puebla, Carta al Che. Online.
    ° Loudspeaker.png Carlos Puebla, Hasta Siempre, Comandante. Online at BBC News.
  211. (en) U.S. Department of State : Guevara's Death, The Meaning for Latin America p.6. October 12, 1967: Thomas Hughes, the Latin America specialist at the State Department's Bureau of Intelligence and Research providing an interpretive report for Secretary of State Dean Rusk
  212. (en) U.S. Department of State : Guevara's Death, The Meaning for Latin America p.6. October 12, 1967
  213. (en) The Cult of Che. Time Magazine. Friday, May 17, 1968.Online.
  214. (en) Trento, Angelo. Castro and Cuba : From the revolution to the present. p.64. Arris books. 2005.
  215. a, b, c et d (en) The Guardian. Just a pretty face? Online.
  216. (sv) Michael Moynihan, Neutering Sartre at Dagens Nyheter. Online at Stockholm Spectator
  217. (en) BBC News, « Che Guevara photographer dies », 26 May 2001.Online at BBC News.
  218. (en) Loudspeaker.png CBC Radio One, « Discussion about Che Guevara ». Online.
  219. (en) Paul Berman, « The Cult of Che », 24 septembre 2004. Slate Online, consulté le 7 octobre 2006.
  220. Des reliques du « Che » vendues aux enchères, cyberpresse.ca, Le vendredi 26 octobre 2007
  221. (en) BBC News. How the US 'lost' Latin America. Online
    ° Washington Post. Anti-U.S. Protests Flare at Summit. Online
  222. (en) Foreign Affairs. Latin America's Left Turn. Online
  223. (en) BBC News. Evo Morales 'padlocked' in palace Online
    ° (en) Spiegel News online. Capitalism Has Only Hurt Latin America Online
    ° (en) The Latin American and Caribbean Information Center of the Florida International University. President Evo Morales pays tribute to Che Guevara Online
  224. (en) Guardian Online. Hugo Chavez superstar. Online
  225. (en) MSNBC News. Castro, Chavez tour Che Guevara’s home. Online
  226. (en) Amazon books. Chavez: Venezuela and the New Latin America - Hugo Chavez Interviewed by Aleida Guevara. Online
  227. (en) Leeds University. The impact and legacy of Che Guevara’s Foco Theory, with special reference to guerrilla warfare in Colombia. Online.
  228. (en) BBC News. Profile: The Zapatistas' mysterious leader Online.
    ° (en) Zapatista Army of National Liberation. SIXTH DECLARATION OF THE LACANDON JUNGLE. Online.
  229. (en) Hugh Thomas. Cuba : The pursuit of freedom p 1007
  230. (en) Cuba's face. Stanford University Germanic Collections.Online.
  231. Interview de Canek Guevara
  232. Guevara, Ernesto (2009). Che: The Diaries of Ernesto Che Guevara. Ocean Press. ISBN 1-920888-93-4. p II (préface).
  233. (en) Burkina Faso salutes Africa's Che, Thomas Sankara, Reuters, 17/10/2007.
  234. Thomas Sankara, idole révolutionnaire, Jeune Afrique, 15/3/2010
  235. Le Che, héros en son pays, Christine Legrand, Le Monde du 14 juin 2008.
  236. L'Humanité, hors-série Viva Guevara, Présentation
  237. Che Guevara, source d'inspiration pour Olivier Besancenot, AFP, 9 octobre 2007
  238. Qui était Che guevara?
  239. La LCR se dissout aujourd’hui, le NPA naît demain, Libération, 5/2/2009.
  240. Album Photo de René Burri, 23 mai 2011
  241. Le Livre noir du communisme ; Che Guevara, l'envers du mythe; page nécessaire
  242. a et b Che Guevara, «un bourreau fanatique», Interview de Jacobo Machover, auteur de La Face cachée du Che, 20 minutes.fr, 20/9/2007
  243. Résumé du livre de Machover sur Lecourant.info
  244. (en) Paquito d'Rivera, Open letter to Carlos Santana by Paquito D'Rivera in Latin Beat Magazine, 25 mars 2005
  245. Interview de Jean Ortiz[(fr) lire en ligne (page consultée le 22 novembre 2007)]
  246. Dix controverses sur Che Guevara, Le Monde, 09 juillet 2007
  247. The Legacy Of Che Guevara, réponses de John Lee Anderson sur Public Broadcasting Service, 20 novembre 1997
  248. Anderson, p371
  249. Vincent Bloch (Doctorant en sociologie, EHESS), Le Rôle de la terreur dans le genèse d’un pouvoir totalitaire à Cuba, COMMUNISME, n°83/84/85, 2005/2006, p. 257.
  250. (en) Libertarian Community, « Ernesto Che Guevara, 1928-1967 ».
  251. (en) The Killing Machine: Che Guevara, from Communist Firebrand to Capitalist Brand. The Independent Institute. online.
  252. (es) Caudillo Guevara, Éditorial critique du journal, 10/10/2007 El País
  253. Romain Szencinski, Che Guevara, un modèle pour les anticapitalistes? Socialisme International N° 19, 2009, http://revuesocialisme.pagesperso-orange.fr/s19che.html
  254. Castañeda, Jorge (1997). Companero: vida y muerte del Che Guevara
  255. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2007/10/09/dix-controverses-sur-che-guevara_964489_3222.html
  256. Pour écouter sa voix December 16, 1964: Interview (27:44) with several journalists (narrated by Chris Couch) in the Cuban Mission HQ in New York (East 67th St).
  257. (en) Anderson, p.724
  258. Zamba del Che
  259. El aparecido, de Victor Jara
  260. Si el poeta eres tú, Pablo Milanés, Trovadores
  261. a et b Canciones y poesías musicalizadas dedicadas o alegóricas a Ernesto Che Guevara, San Cristóbal
  262. Hombre (1968) de Silvio Rodríguez
  263. Ingrid Betancourt raconte sa libération, 20Minutes.fr, 03/07/2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 28 novembre 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.